Biographie de France D'Amour

C’est dans la municipalité de Mont-Rolland, au nord de Montréal, que France D’Amour grandit entourée de ses parents adoptifs, sa sœur et ses deux frères. Artiste dans l’âme et seule artiste dans la famille, elle n’a que 13 ans et déjà elle cherche un sens à la vie.  

Attirée par la guitare dès son plus jeune âge, elle a 14 ans le jour où son père lui fait enfin présent de son premier instrument à cordes. Bercée par le son des guitares des Ricky Lee Jones et Joni Mitchell (musiciennes qu’elle admire), France D’Amour fait le pari qu’un jour viendra où elle aussi jouera, écrira et chantera ses propres chansons.

L’étude de la guitare et du piano (son second instrument) guide ses premiers pas de musicienne. Au niveau collégial, alors un brin rebelle, France D’Amour défonce des portes en devenant la première fille à s’inscrire dans la spécialisation « guitare jazz » du département de musique. Elle chemine alors à travers les dédales de l’exploration musicale. 

Enceinte au début de la vingtaine, elle doit ajuster le scénario de son road movie et bousculer son horaire de tournée. Qu’à cela ne tienne, nul repos, nul répit pour France la passionnée, qui s’accroche à la scène jusqu’à son septième mois de grossesse ! Deux mois à peine après l’arrivée de son fils, elle retourne, voir la nuit, convaincue que les rôles de mère et d’artiste nomade lui sont tous deux taillés sur mesure. Le temps allait lui donner raison.

L’époque de la tournée des clubs se poursuit ainsi pendant cinq ans, années au cours desquelles France D’Amour évolue au sein de différentes formations sensiblement composées des mêmes musiciens. Plus souvent qu’autrement, seule l’appellation officielle du band se trouve modifiée. Le groupe se produit d’ailleurs, pendant quelques mois, sous le nom de « France ».

Peut-être son talent aurait-il encore longtemps suivi cette voie… Seulement voilà, confiant, son guitariste fait parvenir quelques-unes des compositions de la formation à une station de radio qui lance un concours. L’enregistrement suscite l’intérêt et la curiosité du producteur Nick Carbone. Fébrile et enthousiaste, le groupe lui fixe rendez-vous dans un bar de Granby où il doit livrer une prestation. Malgré un auditoire de… trois personnes, France D’Amour et ses musiciens arrivent à tirer leur épingle du jeu, suffisamment du moins, pour confirmer au défricheur que son flair ne le trompe pas. Dès lors, les événements se précipitent. La fougueuse chanteuse paraphe donc son premier contrat de disque sous étiquette Tacca Musique en 1992. Elle y restera presque 20 ans et y enregistrera 8 albums : Animal (1992), Déchaînée (1994), Le Silence des roses (1998), Nomade (2000), Album Éponyme (2002), Hors de tout doute (2005), Les Autres (2007) et Le présent (2009).

ANIMAL | 1992

Apprivoisée d’emblée par le public québécois sitôt l’album Animal mis en marché, France D’Amour vit de façon sereine son nouveau succès, bien qu’il n’ait jamais figuré au calendrier de ses ambitions. À ses yeux, sa plus grande réussite se calcule dans ce plaisir, incommensurable, qui l’envahit à la seule idée de pouvoir communiquer sa passion à un public toujours plus vaste. Les chansons L'Appât des mots, Toi, Laisse-moi la chance, Ailleurs, Animal et Solitaire connaissent un succès radio plus qu’enviable. L’album ne tarde pas à être certifié disque d’or. On ne tarde guère à lui accoler une réputation de bête de scène et pour cause, sur les planches, l’énergie dévorante de France D’Amour nourrit chaque spectateur. 

DÉCHAÎNÉE | 1994

La sortie de Déchaînée, son second album, vient confirmer que la brise insufflée par France D’Amour deux ans plus tôt n’était pas passagère. Proposant un son similaire au premier, ce nouvel opus renvoie invariablement à l’image de la rockeuse, portrait qu’elle considère fort limité car elle se considère musicienne avant toute chose. Les extraits radio Vivante, Mon Frère, Va t'en pas, J'ai plus ma place, Confidente, La chanson des fleurs et Lettre à ma mère en témoignent. Comme le précédent album, Déchaînée est rapidement certifié disque d’or. Elle se fera remarquer et connaître plus que jamais en faisant une tournée des arénas au Québec, avec Jean Leloup et la première partie de Brian Adams et  du groupe Bon Jovi à Montréal.

LE SILENCE DES ROSES | 1998

Pour son troisième disque France D’Amour repousse ses limites, emprunte de nouvelles avenues musicales, expérimente, ose. Enfermée des jours durant dans une pièce au milieu de montagnes de disques, elle écoute. Bien qu’elle ne puisse pas définir la sonorité qu’elle recherche, elle a la certitude de pouvoir la reconnaître entre mille. Puis, la révélation : la consonance et les rythmes contenus dans les chansons du groupe canadien « The Odds ». Audacieuse, elle appelle le guitariste Steven Drake et lui fait part de son admiration pour son travail. Elle veut le rencontrer et faire équipe avec lui pour la réalisation de son prochain album. La chimie s’installe si vite que la toute première chanson qu’ils enregistrent en studio (Je t’aime encore) est à ce point parfaite qu’elle apparaît telle quelle sur le disque. Plusieurs chansons se feront remarquer en radio dont Je t'aime encore, On est comme on est, Si j'ai tort, Je comprends et Si c’était vrai. Le silence des roses marque une grande évolution dans la carrière de France D’Amour.

Après d’innombrables nominations à l’Adisq pour ses spectacles et ses albums en tant que compositrice, interprète et auteure, France a le goût de l’aventure et se lance dans plusieurs grands projets. Elle se met à l’écriture pour d’autres artistes. Elle écrit, entre autres, la pièce Tombée de toi  qu’Isabelle Boulay popularise. Elle anime deux fois la Fête Nationale sur les Plaines d’Abraham, ce qui lui permet de faire des duos avec plusieurs grands artistes du Québec. Elle touche à l’animation télé et radio : elle remplace Julie Snyder à émission Point J (quelques années plus tard elle animera au cours d’un été, l’émission matinale de Rythme FM et elle est sera juge pour VJ recherché à Musique Plus). Elle devient dans les même temps porte-parole du Grand prix de la relève musicale Archambault. Prolifique, France touche aussi au cinéma. Elle joue au cinéma dans un des plus gros Box office du Québec, Les Boys 3 et fait Esmeralda dans Notre-Dame de Paris.

NOTRE-DAME DE PARIS | 1998

C’est pendant la tournée Le silence des roses que Luc Plamondon propose à France D’Amour d’auditionner pour le rôle d’Esmeralda, dans Notre-Dame de Paris. Ne pouvant s’imaginer camper un rôle, elle décline l’offre. Le parolier récidive en l’invitant à assister au spectacle à Paris. Il n’en fallait pas plus, elle est charmée ! La transition entre l’école du rock’n’roll et l’école « classique » s’effectue graduellement, alors que France D’Amour assimile les rudiments de la comédie musicale. L’artiste s’implique à fond, lit et relit le roman de Victor Hugo et visionne tous les films qui s’en sont inspirés. Son interprétation d’Esmeralda subjugue public et critique. 

ALBUM ÉPONYME | 2002

Un peu avant la fin des représentations de Notre-Dame de Paris, France D’Amour reçoit un appel de l’auteur et compositeur Robert Goldman (Kepler). Impressionné par son talent, il propose d’écrire un album avec elle. France D’Amour rentre donc au Québec, avec, dans ses valises, un solide bagage d’expérience et… un audacieux projet de disque. Elle se met donc à l’écriture de nouvelles chansons et en peaufine d’autres avant de rencontrer Kapler à nouveau. Ce dernier lui propose du matériel, concocté avec la complicité de son frère Jean-Jacques Goldman et de Jacques Veneruso. L’ensemble des pièces plaît aux deux complices qui parviennent à créer un solide album ou se retrouve les succès Laisse-moi, Je n’irai pas ailleurs, Ce qui me reste de toi et Que des mots dont le vidéoclip est tourné à Las Vegas. Cet album mène France à faire une grande tournée de spectacles en France. Elle fait une vingtaine de Zénith en France et performe à plusieurs reprises en première partie de Garou. Au cours de cette période, France gagne un prix Gémeau pour le meilleur spécial télé de l'année ,qu’elle tourne pendant un an avec son équipe et qu’elle intitule D’Amour et d’amitié. 

HORS DE TOUT DOUTE | 2005

À la suite d’une tournée de spectacles à travers la France et le Québec, France D’Amour décide de lever les voiles avec ses guitares.  Elle s’exile et s'offre le plaisir de la création : celui d’écrire et de composer. « Cet album c’est à la fois la p’tite fille qui tripait sur Joni Mitchell, l’étudiante en jazz, la rockeuse de bars et la musicienne perfectionniste. » Si France D’Amour compose la totalité des musiques, elle n’hésite pas à faire appel aux plumes de paroliers de grand talent : celle du prolifique Roger Tabra, celle de Lynda Lemay et du réalisateur et chroniqueur Marc-André Chabot. La pièce « J’entends ta voix » reste plus de 2 mois #1 dans les palmarès radios à travers la province. 

LES AUTRES | 2007

Appuyée par son complice Guy Tourville à la réalisation, l’auteure-compositrice-interprète enregistre un album qu’elle dédie à son entourage, aux personnes qui lui sont chères. Elle fait un album aux textes plus incisifs, à l’humour vif ou se retrouve la pièce Le bonheur te fait de l’œil écrite en collaboration avec l’humoriste et metteur en scène François Léveillée. La pièce est restée #1 plusieurs semaines dans les palmarès radio du Québec. France modifie aussi la pièce et l’intitule Le Canadien te fait de l’œil qui jouera dans les radios du Québec tout au long des séries éliminatoires de hockey.

LE PRÉSENT | 2009

À la suite de l’album Les Autres, France sent le besoin d’offrir un cadeau aux fans qui la suivent depuis 20 ans. Elle entre en studio et travaille l’album Le présent qui regroupe des réinterprétations de ses plus grands succès. Impliqués dès le départ dans le processus, les fans ont été invités à identifier les pièces les plus marquantes de son répertoire. Par la suite, ils se sont joints à France et ses musiciens en studio afin de participer et d’assister à l’enregistrement de ce nouvel album. Deux pièces inédites se retrouvent sur cet album : Le présent, interprétée en duo avec Clément Jacques et Pourrons-nous jamais être amis ? Interprétée avec Steve Veilleux du groupe Kaïn. L'album offre également une version de la pièce Animal où le rappeur Imposs répond, à sa manière, aux paroles de France. 

BUBBLE BATH & CHAMPAGNE | 2011

Au début de l’année 2011, France signe avec la compagnie de disque Tandem.mu et y concrétise un projet qu’elle chérit depuis longtemps. Elle retourne aux sources et enregistre un album jazz au son de la musique des années 20, 30 et 40, qu’elle intitule Bubble bath & champagne. À l’origine du projet, France D’Amour entendait proposer un opus de grands standards de cette période qu’elle affectionne particulièrement. La mélodiste, jamais bien loin de sa guitare, a finalement opté pour ses propres 

compositions jazz ! À sa grande surprise le premier extrait de l'album " I want  More" atteint rapidement la première position sur les palmarès radios. Cet album l’amènera pour la première fois de sa vie à atteindre un de ses plus grands rêves : de jouer partout sur les scènes des Festivals de Jazz.

EN LOVE MAJEUR | 2013

Elle enchaîne avec l’album « En Love Majeur » (2013) ,une fois de plus en tant qu’arrangeur et productrice sous l’étiquette Tandem. Ses compositions inspirées de son nouvel amour transcendent justement l’amour et la liberté, ses sujets de prédilection.

Après 25 ans de succès, plus de 40 chansons dans le top5 radio, et toujours active, elle fait partie des femmes qui ont grandement contribué à l’héritage musical du Québec. L’album Bubble Bath & Champagne 2 sera lancé en avril 2016. 

BUBBLE BATH & CHAMPAGNE volume 2 | 2016

Suite au succès du premier du même nom, France D’Amour trouve l’inspiration et compose un deuxième Bubble Bath & Champagne. Avec ce nouvel album, D’Amour atteint une belle maturité en tant qu’auteure/compositeure et livre un album solide et empreint d’une grande sensibilité. Avec ses mélodies inventives qui semblent couler sans effort, elle pose sa voix douce et forte en même temps, avec simplicité et élégance. Comme le disait Miles Davis « Don’t call it Jazz… call it Social music »,… France D’Amour abonde dans le même sens en disant « Je fais de la musique pour les autres, pour tisser des liens avec l’humanité ». C’est donc une musique accessible où l’on sent, à l’écoute de ce disque, beaucoup plus le désir de toucher que de plaire. Tout en aillant une approche traditionnelle dans la façon de jouer et d’enregistrer les musiciens, l’album fait preuve d’une modernité intemporelle. Chapeau à Guy Tourville à la co-réalisation, car Il est une réussite à la fois musicale et technique. Agréable à tous points de vue, force est de constater que la maturité va bien à France D’Amour.

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés