Biographie de Patrick Watson

English Version

Love Songs For Robots - 12 mai 2015

S’approchant à présent de leur première décennie en tant que groupe, le parcours a vraiment été intéressant pour Patrick Watson et ses compagnons. Ayant déjà joué pour plus de 100 000 personnes au Festival international de jazz de Montréal en 2009, ayant performé devant un orchestre complet en 2011 à Amsterdam et à nouveau dans la ville où Watson habite, Montréal, en 2013,  et ayant plus récemment interprété deux chansons dans le film épique en 3D de Wim Wenders “Every Thing Will Be Fine”, quelle est la prochaine étape? Alors qu’ils s’apprêtent à lancer leur album le plus solide jusqu’à maintenant, Watson et son groupe insistent pour dire qu’ils ne font que commencer. Love Songs For Robots est la 5e parution de Patrick Watson depuis qu’il a commencé à galvaniser le public avec ce « projet temporaire » en 2006 en lançant “Close To Paradise”, son premier disque acclamé par la critique. Cette carte de visite allait annoncer haut et fort sa présence, se vendant à plus de 100 000 exemplaires. Son dernier opus dans sa discographie déjà impressionnante fait suite au totalement époustouflant “Adventures In Your Own Backyard”, paru en 2012. Des éléments caractéristiques tels que son chant falsetto feutré demeurent le vaisseau transportant sa vaste et profonde sensibilité, mais Love Songs For Robots présente fièrement un Watson quittant le port pour une fois de plus naviguer dans des eaux inexplorées.

Le nouvel album fut enregistré au Capitol Studios à Los Angeles et au Studio Pierre Marchand à Montréal. Le thème original du disque est centré sur la fascination qu’a Patrick Watson pour la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle et sur son amour pour la science fiction en plus de son admiration pour Vangelis, ce qui reste l’inspiration maîtresse des paroles de l'album, en particulier dans la chanson titre "Love Songs For Robots" et dans "Turn Into The Noise". J’ai voulu créer un album science-fiction et R n 'B, rencontrant l’érotisme à la Vangelis, le tout mêlé à la musique folk. 

Watson s’est illustré une fois de plus comme un parolier sensible et habile en réussissant à retirer le côté froid et métallique inhérent à la science en y greffant un cœur qui bat. Ce n’est qu’à la moitié du processus d’écriture de l’album que l'artiste, qui disait passer une « mauvaise année », a commencé à laisser surgir des sujets plus personnels. J’ai commencé à penser au fait que nos réactions émotives sont souvent plus mécaniques que nous le pensons et qu'ainsi, la seule chose qui reste entre nous et l'intelligence artificielle est l’inspiration. C'est simplement de la nourriture pour la pensée. 

Dès le crescendo du paysage sonore éthéré ouvrant la pièce titre qui marque le début de l’album, l’auditeur est lentement aspiré dans l’univers de Watson, où se révèlent des moments musicaux aussi exigeants qu’ils sont réconfortants. Les destinations sont astucieusement dissimulées alors que nous sommes invités à simplement apprécier le décor luxuriant le long d’une route qui inclut de soudains virages expérimentaux et progressifs, des mouvements grandioses qui côtoient une intrépide austérité – le tout formant une vue panoramique qui pourrait seulement provenir de la lentille de Watson. Ses perles lyriques durement gagnées sont maintenant guidées à travers des influences psychédéliques et soul nouvellement découvertes, tandis que des instrumentations et des arrangements champ gauche recouvrent les sentiers battus et font de ceci une déclaration enrichissante et véritablement originale.

Sans aucun doute, Love Songs for Robots porte le cachet indélébile de Watson et parvient à créer une œuvre qui est non seulement saisissante, audacieuse et profondément personnelle, mais qui représente aussi son zénith créatif à ce jour. Il est bien trop rare de voir un artiste qui a le cœur sur la main tout en ne se lassant jamais du combat contre le cynisme et la cruauté, mais Watson et son groupe continuent de toucher la cible.

 

Patrick Watson's Biography

Now approaching their first decade as a band, it really has been an interesting journey for Patrick Watson and his cohorts. Having already played to over 100,000 people at the 2009 Montreal Jazz Festival, performed in front of a full orchestra in 2011 in Amsterdam and again in Watson’s hometown of Montreal in 2013, and most recently performing two songs in Wim Wenders’s current 3D epic “Every Thing Will Be Fine”, what’s next?  Releasing their most solid record yet, Watson and his band insist they have only just begun. Still standing proudly at the helm, Love Songs For Robots marks Patrick Watson’s 5th release since Watson first galvanized this “temporary project” in 2006 with the release of his critically acclaimed debut “Close To Paradise”. This calling card release would loudly announce his initial presence going on to sell well over 100,000 units. His latest installment in his already impressive body of work follows up on his utterly stunning 2012 release “Adventures In Your Own Backyard”. Signatures like his hushed falsetto croon remains to be the vessel that transports his vast emotional depths, but Love Songs For Robots proudly shows Watson sailing out into uncharted waters once again.

From the crawling crescendo of the opening ethereal soundscape of the title track that heralds the beginning of the album, the listener is slowly lured into Watson’s world that reveals musical moments that are as equally challenging as they are comforting. Destinations are cleverly concealed as we are invited to just take in the lush scenery that includes sharp experimental and progressive left turns, grandiose gestures that shoulder up against fearless austerity - and all delivered in a crisp panoramic scope that could only come from Watson’s lens. His hard fought lyrical pearls are now guided through new found psychedelic and soul swagger influences as left of center instrumentation and arrangements covers up well beaten tracks and makes this a rewarding and truly original statement. 

 

Without a doubt Love Songs for Robots bears Watson’s indelible stamp and manages to create a piece of work that is not only stirring, daring, and deeply personal, but also represents his creative watermark so far. It’s all too rare to see an artist wear their heart on their sleeve while never growing weary of the battle against cynicism and callousness, but Watson and band’s aim remains true.

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés