Dossier de presse SiriusXM - Août-Septembre 2012

SiriusXM Canada remet 41 230$ à l'organisme Jeunes musiciens du monde

Pat White, 25 septembre 2012

Pari remporté pour SiriusXM Canada qui remet aujourd’hui la somme de 41 230$ à l’organisme Jeunes musiciens du monde, grâce au succès de sa tournée d’été! Au prix dérisoire de 10$, le public a pu assister à des concerts réunissant sur scène des artistes tels que Malajube, Galaxie, Pierre Lapointe et ses musiciens, Loco Locass, Louis-Jean Cormier, David Giguère, Koriass, Loud, Lary, Ajust et K'naan.

Andréanne Sasseville, directrice du développement de contenu canadien et des relations avec l’industrie pour SiriusXM Canada remet à Blaise Fortier, cofondateur et Pierre Girard, directeur général de Jeunes musiciens du Monde un chèque de 41 230$. Le tout s’est passé avec les étudiants de l’école Jeunes musiciens du monde Montréal.

Téléchargez la photo (jpg)

«L'équipe de Jeunes musiciens du monde tient à remercier chaleureusement celle de SiriusXM pour sa générosité hors du commun. Cette importante donation, renforçant l’offre de cours de musique de JMM, contribuera de façon significative à l’épanouissement de plus de 400 jeunes de Montréal, Québec, Sherbrooke et Kitcisakik (Abitibi-Témiscamingue)» conclut Blaise Fortier, cofondateur de Jeunes musiciens du monde, organisme qui contribue à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites, axées sur le patrimoine. [...]

 

SiriusXM Canada remet 41 230$ à l'organisme Jeunes musiciens du monde grâce à sa tournée d'été

Luc Bertrand, Info-Culture, 25 septembre 2012

Pari remporté pour SiriusXM Canada qui remet aujourd’hui la somme de 41 230$ à l’organisme Jeunes musiciens du monde, grâce au succès de sa tournée d’été! Au prix dérisoire de 10$, le public a pu assister à des concerts réunissant sur scène des artistes tels que Malajube, Galaxie, Pierre Lapointe et ses musiciens, Loco Locass, Louis-Jean Cormier, David Giguère, Koriass, Loud, Lary, Ajust et K’naan.

Andréanne Sasseville, directrice du développement de contenu canadien et des relations avec l’industrie pour SiriusXM Canada remet à Blaise Fortier, cofondateur et Pierre Girard, directeur général de Jeunes musiciens du Monde un chèque de 41 230$. Le tout s’est passé avec les étudiants de l’école Jeunes musiciens du monde Montréal.

«L’équipe de Jeunes musiciens du monde tient à remercier chaleureusement celle de SiriusXM pour sa générosité hors du commun. Cette importante donation, renforçant l’offre de cours de musique de JMM, contribuera de façon significative à l’épanouissement de plus de 400 jeunes de Montréal, Québec, Sherbrooke et Kitcisakik (Abitibi-Témiscamingue)» conclutBlaise Fortier, cofondateur de Jeunes musiciens du monde, organisme qui contribue à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites, axées sur le patrimoine.

La tournée SiriusXM a été présentée devant des milliers de spectateurs, dans 6 villes différentes du Québec. «Nous sommes très fiers d’avoir pu mettre en avant plan des artistes de la scène québécoise tout en jumelant l’expérience à un organisme sensible à l’éveil musical de nos jeunes, explique Andréanne Sasseville, directrice du développement de contenu canadien et des relations avec l’industrie pour SiriusXM Canada. «Avec l’aide de Scène 1425, nous avons pu réunir des artistes de talent, orchestrer une tournée dans six villes de la province et ainsi partager notre passion pour la musique avec le public. On vous dit un gros merci d’avoir été au rendez-vous!» [...]

 

Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'naan réunis pour le rock indépendant québécois

Jean-François Cyr, Huffington Post, 7 septembre 2012

MONTRÉAL - Les amateurs de musique québécoise dans la grande région de Montréal pouvaient, sans hésitation, laisser aller un 10$, jeudi soir, en se disant qu’il serait fort bien investi. En plus d’assister à quatre bonnes performances d’artistes tels que Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K’Naan, ils contribuaient à l’épanouissement de la jeunesse et au développement des talents musicaux par l’entremise de l’organisme Jeunes musiciens du monde.

La tournée estivale SiriusXM a pris fin à la salle André-Mathieu, à Laval, après des spectacles offerts dans six villes distinctes dont Saguenay, Gatineau et Sherbrooke.

L’intérêt était double, cette soirée-là: le rock était à l’honneur. Avec un spectacle encore tout frais, (il a notamment donné une superbe performance à Rouyn-Noranda dans le cadre du Festival de musique émergente), le chanteur de Karkwa, Louis-Jean Cormier, présentait le matériel de son nouvel album solo, Le treizième étage, à paraître le 18 septembre prochain.

Entouré d'une solide équipe de musiciens (Simon Pedneault à la guitare, Marc-André Larocque à la batterie, Guillaume Chartrain à la basse et Adèle Trottier-Rivard aux chœurs et claviers) l'auteur-compositeur-interprète a envoyé quelque huit chansons, dont «Un refrain trop long» et une version rageuse de «La route que nous suivons» de Gaston Miron.

Avec d’excellents arrangements, de belles lignes mélodiques, une voix efficace et un style rock assumé qui le distingue de Karkwa tout en conservant certaines ambiances, on peut dire que le musicien lavallois a fait plus d’un heureux dans la foule. Un succès important sera sûrement au rendez-vous avec cet opus.

Galaxie et Malajube

Le groupe Galaxie, mené par l’excellent musicien et chanteur Olivier Langevin, n’a laissé aucun moment de répit avec son rock décoiffant: nuage de distorsion, solos de guitare électrisants et effets sonores délirants. Bref, Galaxie ne fait pas dans la demi-mesure. C’est lourd, dansant, assourdissant, à la limite du métal. C’est à fond de train et c’est bon!

Pour ce qui est Malajube, que peut-on dire de plus du quatuor rock de Julien Mineau qui ne cesse d’être de tous les combats au Québec? Comme d’habitude, la formation a enchaîné ses succès, ce soir-là devant une audience d’environ 600 personnes.

Léger malaise pour K’Naan

Ombre au tableau: la salle était presque vide pour l’arrivée du rappeur K’Naan (somalien d’origine qui vit maintenant à Toronto), pourtant considéré comme la vedette de la soirée (gagnant de quatre prix Juno). Seule explication plausible: les gens dans la foule, en majorité des jeunes, s’étaient visiblement déplacés pour entendre du rock indépendant. Il faut dire que les quatre spectacles, avec les pauses nécessaires pour les techniciens, cumulaient quatre heures de concert.

Cela dit, l’artiste n’a pas semblé offusqué et a donné une bonne prestation. Accompagné d’un guitariste, batteur, bassiste, claviériste et deux choristes, il a proposé plusieurs morceaux de son album Troubadour. Les spectateurs (un peu plus d’une centaine) ont eu droit à quelques pièces de son prochain disque Country, God, or the Girl, dont «The Seed» et «Hurt Me Tomorrow».

Jeunes musiciens du monde

Jeunes musiciens du monde (JMM) est un organisme à vocation sociale qui contribue à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites, axées sur le patrimoine. Fondé en 2002, JMM accompagne plus de 600 jeunes dans ses 5 écoles de musique gratuites situées à Québec, Montréal, Sherbrooke, dans la communauté autochtone de Kitcisakik et en Inde.

Aux dires de Blaise Fortier, cofondateur et responsable des finances, les fonds récoltés durant cette tournée estivale serviront à financer les activités québécoises. 

«On travaille fort à déployer notre approche sociale au niveau des jeunes, des familles et des enseignants. On veut s’investir aussi de plus en plus dans la concertation avec le milieu scolaire et avec les organismes en santé. Entre 20 000 et 30 000 dollars nous seront remis à la fin de la tournée. La presque totalité du prix du billet nous est remis, excepté les taxes. C’est génial. En plus, c’est bon pour la visibilité de Jeune musiciens du monde.»

 

Soirée de clôture pour la tournée SiriusXM

Journal de Montréal, 7 septembre 2012

C’est à la salle André-Mathieu, à Laval, qu’a pris fin la tournée Sirius XM, hier soir. Organisée au profit de l’organisme Jeunes musiciens du monde, la tournée a accueilli de nombreux artistes, entre autres Loco Locass, Pierre Lapointe, David Giguère et Koriass, depuis le 22 août. C’est avec une sixième soirée mettant en vedette Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et l’artiste canadien K’naan que la tournée Sirius XM a pris fin. Pour seulement 10 $, le public a pu profiter d’un spectacle varié et encourager Jeunes musiciens du monde à poursuivre sa mission : contribuer à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites. Notez que certaines performances offertes par les artistes de la tournée seront diffusées sur la chaîne Air Musique (XM 152) et sur Latitude Franco (Sirius 155) durant la semaine du 24 septembre.

 

Tournée SiriusXM: Concert trop intime pour K'naan

Vanessa Guimond, Journal de Montréal, 7 septembre 2012

C’est dans la surprise la plus totale que s’est conclue la tournée d’été SiriusXM, jeudi soir, à Laval. Le rappeur K’naan, grande vedette de la soirée, a créé un malaise lorsqu’il est monté sur scène devant une salle André-Mathieu pratiquement vide.

N’allez pas croire que ce dernier arrêt de la tournée SiriusXM, dont tous les profits seront remis à l’organisme Jeunes musiciens du monde, n’a pas attiré d’amateurs de musique. Lors des prestations des artistes Louis-Jean Cormier, Galaxie et Malajube, la salle était habitée par environ 600 personnes, selon les organisateurs de l’événement.

Cependant, une fois la formation Malajube sortie de scène, les spectateurs ont pratiquement déserté l’endroit. À l’arrivée de celui à qui l’on doit le succès international Wavin’ Flag, il restait à peine 150 personnes dans la salle.

C’est ce qui nous amène à nous demander ce qui a bien pu se produire pour que le passage de cet artiste, qui a remporté quatre prix Juno et qui a collaboré avec des grosses pointures comme Nas, Damian Marley, Amadou et Mariam, will.i.am et David Guetta, ait pu passer inaperçu de la sorte. Tous s’attendaient à ce que la venue de K’naan soit le clou de la soirée, mais il a bien fallu se rendre à l’évidence : l’invitation à cette fête ne s’est pas rendue jusqu’au public rejoint par l’artiste. Pourtant, l’entrée était seulement 10 $, une véritable aubaine.

Comme le coût des billets n’est pas en cause, certains se demanderont si le rappeur ne s’est pas lui-même fait concurrence, puisqu’il sera de retour au Métropolis le 19 septembre, dans le cadre de Pop Montréal. D’autres pourraient croire que la programmation de l’événement, axée sur le rock indépendant, aurait pu laisser place à un autre artiste hip-hop, question d’attirer un plus grand nombre d’amateurs du genre. Quoi qu’il en soit, de nombreuses questions restent sans réponse, et les organisateurs devront se pencher sur celles-ci au cours des prochains jours.

Classe

Ces questions maintenant soulevées, parlons du concert offert par l’artiste d’origine somalienne, qui lancera un nouveau disque intitulé Country, God or the Girl, cet automne. Malgré la surprise avec laquelle il a dû composer, il n’a laissé paraître aucun mécontentement devant le public, qui a finalement eu droit à un spectacle intime fort agréable.

C’est entouré de deux choristes, d’un guitariste, d’un batteur, d’un bassiste et d’un claviériste que le très talentueux K’naan a interprété des chansons extraites de son album Troubadour. Au menu : Somalia, Fatima, Bang Bang, T.I.A. et If Rap Gets Jealous. Il a également présenté quelques pièces qui se retrouveront sur son prochain opus. Le public a eu droit aux chansons The Seed et Gold In Timbuktu, dans lesquelles il parle d’épanouissement personnel de la jeunesse qui file. Son single Hurt Me Tomorrow, véritable ver d’oreille, était aussi du lot.

En rappel (oui, les spectateurs, même peu nombreux, ont réclamé un rappel), l’artiste a interprété une reprise de Heart of Gold, de Neil Young. Après avoir amorcé les premières notes de son succès Wavin’ Flag, il a gentiment demandé à ses fans s’il pouvait laisser tomber et présenter autre chose. Le public, qui n’a pas bronché, a eu droit à une chanson entraînante intitulée Bulletproof Pride, un hit assuré.

Talent brut

Revenons maintenant sur les prestations des autres artistes qui étaient de la soirée.

Malajube (à la fois décontracté et solide) et Galaxie (toujours aussi électrisant) ont offert une puissante dose de rock à la foule. Les deux groupes y sont allés de solos endiablés et ont tout misé sur la musique, n’adressant pratiquement pas la parole au public. Après tout, ils n’avaient que 40 minutes pour rendre leurs chansons, et ils ont choisi de leur donner priorité.

Louis-Jean Cormier, qui a présenté son premier concert avec ses nouveaux complices (Marc-André Larocque, Guillaume Chartrain, Adèle Trottier-Rivard et Simon Pedneault) dans le cadre de la tournée SiriusXM, le 22 août, a été impressionnant. Après seulement trois prestations devant public, le chanteur et son groupe se sont montrés particulièrement solides, sur scène.

Les chansons de son album Le treizième étage sont, pour leur part, de véritables bijoux. Même s’il ne s’est pas trop éloigné du son Karkwa sur ce disque, qui paraîtra le 18 septembre, le musicien nous propose des pièces à la fois rock, pop et folk dans lesquelles il est plus qu’agréable de plonger.

La tournée solo de Louis-Jean Cormier promet de nous faire vivre de beaux moments de musique, et ce, à compter du 1er novembre.

• SiriusXM annoncera, prochainement, quelle sera la somme remise à Jeunes musiciens du monde grâce à sa tournée d’été. 

 

Tournée Sirius

Journal Métro, 6 septembre 2012

Dans le cadre de la tounrée SiriusXM, Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'Naan se succéderont demain soir sur la scène de la salle André-Mathieu, à Laval. Courez acheter vos billets, qui sont disponibles au modeste coût de 10$.

 

La tournée SiriusXM: Dernier spectacle ce soir!

Laure Anne Lafrenière, MusiquePlus, 6 septembre 2012

C'est ce soir à la Salle André-Mathieu de Laval dès 19h que se termine La tournée Sirius XM, mettant en vedette Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'NAAN

Voici la liste des dates antérieures de la tournée.

28 août au Hangar de la Zone Portuaire de Chicoutimi dès 19h avec  Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, Pierre Lapointe et ses musiciens 

29 août à L'Impérial de Québec dès 19h avec David Giguère, Malajube, Galaxie et Loco Locass

30 août au Théâtre Granada de Sherbrooke dès 19h avec Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et Loco Locass

2 septembre à L’Agora des arts de Rouyn-Noranda dès 19h avec Loud, Lary, Ajust, Koriass et Loco Locass

Consultez le site officiel de l'événement pour obtenir tous les détails. Les profits de la tournée seront remis à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

Entrevue avec Malajube: Le Bilan

Sébastien Blondeau, Impact Campus, 4 septembre 2012

Dans la soirée du 29 août dernier, la tournée SiriusXM débarquait à l’Impérial avec une programmation étonnante (David Giguère, Malajube, Galaxie et Loco Locass ). Juste avant le spectacle, le bassiste Mathieu Cournoyer et le drummeur Francis Mineau de Malajube ont accordé une entrevue à Impact campus.

« Ça fait déjà dix ans qu’on joue en- semble ? Faut fêter ça ! » En effet, c’est à la fin de l’été 2002 que Malajube a fait ses premiers pas (sous un autre nom toutefois, mais tout y était pour former ce que l’on connaît d’eux aujourd’hui). Francis explique que le groupe s’appelait d’abord Géraldine pour ensuite devenir Étienne d’Août, ce qui aura valu le titre de ce morceau bien connu. « En plus, on chantait en anglais, ça a pas rapport», continue-t-il en fredonnant des airs de chansons que per- sonne n’a entendues. En 2004, Le compte complet paraît et propulse les quatre musiciens, enfin sous le nom de Malajube. Une décennie plus tard, le groupe achève lentement mais sûrement sa tournée avec le sentiment d’avoir mûri. «Avec Trompe-l’œil, on s’est comme un peu trop brûlés », explique Mathieu. «On revenait d’une tournée d’un mois et demi, on restait ici un jour et on repartait un mois encore». Avec l’âge, les membres se sont assagis. Ils aèrent maintenant leurs tournées et ne partent jamais plus que deux semaines à la fois. « On s’entend mieux aussi comme ça, dans le band. Y’ a moins de chicane », ajoute-t-il.

Si leurs relations semblent saines, c’est peut-être parce que chacun des membres développe un projet personnel. D’ailleurs, ceux et celles qui appréciaient Jacquemort seront heureux de lire que Thomas Augustin (claviériste) remet ce groupe sur les rails.

Malgré tous ces défis qui les tiennent occupés, pouvons-nous nous attendre à un prochain album de Malajube dans les prochains mois? « On aimerait çasortirundix-poucesavecdeux chansonsquisontpassortiessur La Caverne. Faut juste prendre le temps… On va essayer de l’avoir

 

Festival de musique émergeante surprenant!

Véronique Harvey, 24 heures, 4 septembre 2012

C'est sur une note pour le moins nostalgique que s'est terminée la 10e édition du Festival de musique émergente (FME), dimanche soir, alors que Rouyn-Noranda accueillait nul autre que le grand Jean-Pierre Ferland. Avec un medley des plus sympathiques, l'artiste a marqué la fin d'une première décennie pour ce festival qui ne cesse de gagner en prestige.

Après quatre jours de festivités et plus de 70 spectacles, c'est ainsi que se termine cette édition anniversaire qui, sur papier, avait tout pour plaire et qui, en vérité, a largement dépassé nos attentes.

Même si le nom officiel du festival comporte le qualificatif «émergeant», je peux vous assurer que le FME n'a rien à envier aux grands happenings musicaux du mˆme genre. L'événement est prisé des artistes, des journalistes et des mélomanes qui se déplacent partout au Québec, et même de la France et de l'Angleterre, pour y assister.

Au hasard des rencontres, tous s'entendaient pour dire qu'il s'agit d'un incontournable et espéraient avoir la chance d'y retourner l'an prochain.

En primeur

Il faut dire que la programmation était assez exceptionnelle cette année avec plusieurs artistes de renom comme Lisa LeBlanc (qui a reçu, lors de son concert, un disque d'or pour avoir vendu 50 000 copies de son premier album), Radio Radio, Misteur Valaire, Louis-Jean Cormier, qui présentait en primeur son premier album solo, et Bernard Adamus, qui présentait son deuxième album.

Populaires conq à sept

Le spectacle de Godspeed You! Black Emperor fut sans contredit le plus prisé du festival, à en juger par la folie entourant l'acquisition des précieux billets. Celui des Loco Locass a également soulevé l'enthousiasme, leur prose engagée tombant juste à point en cette période électorale. Sans oublier Les soeurs Boulay, Inès Talbi, Avec pas d'casque, Antoine Corriveau, Peter Peter, Fanny Bloom et tous ceux qui, chaque soir, ont animé les conviviaux cinq à sept.

Certains seront surpris d'apprendre que 40% des festivaliers proviennent de Montréal, mais la proximité avec les artistes, l'ambiance festive de la ville, la générosité des bénévoles et le professionnalisme de l'organisation me font maintenant comprendre pourquoi. Que de plaisir, que de beau temps et que de talent au FME. À l'an prochain...

 

FMEAT: la fin d'un week end de rêve

Émilie Côté, La Presse - Le Blogue de musique, 3 septembre 2012

Rouyn-Noranda était en lendemain de veille, lundi, avec la fin du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FMEAT). C’était comme si l’été est terminé, que les amis du camp d’été avaient dû se dire au revoir et à l’année prochaine, le coeur un peu gros.

En attendant de lire notre bilan du festival dans le journal de mardi, voici un résumé de le dernière journée de ce weekend musical de rêve.

Un premier arrêt s’imposait à la salle de presse pour une conférence de presse avec Jean-Pierre Ferland, l’artiste à qui le festival rendait hommage cette année.

C’était un précieux moment de confidences. Ferland a parlé de la comédie musicale Madame Simpson (qu’il achève), de ses amis Félix Leclerc et Gilles Vigneault. Les larmes lui ont monté à l’oeil quand il a vanté le talent de son défunt claviériste Franck Dervieux (dont l’album Dimension M vient d’être réédité). Ferland était prêt à lui donner le moyen de s’enlever la vie tellement le voir souffrir de son cancer était éprouvant.

La politique? Cela ne l’intéresse plus, mais “les Québécois sont peureux”, dit-il.

La scène? “J’ai du plaisir à chaque standing ovation.” Chaque spectacle de Ferland est unique, car il choisit un “leitmotiv” lui permettant de raconter une histoire d’une pièce à l’autre.

“J’ai écrit 450 chansons. Quand je fais un spectacle, ce n’est pas ce que je vais chanter, mais ce que je ne chanterai pas.”

L’accident vasculaire de Ferland a changé sa vie, mais aussi son rapport à la scène. “Avant, j’étais nerveux comme un fou. Je vomissais avant mes spectacles à l’Olympia. Depuis que j’ai eu cet incident physique, je n’ai plus peur, mais je suis plus exigeant.”

***

Après la conférence de presse de Ferland, nous avons eu 30 minutes d’entrevue avec Bernard Adamus, pour parler de son nouvel album, No 2, qui sortira le 25 septembre (entrevue avec lui à lire sous peu). Adamus se confie de façon plus personnelle dans ses nouvelles chansons (dévoiler une plus grande part de vulnérabilité le rend nerveux, par ailleurs). Il n’a pas poli le son brut de son album Brun, mais il s’est amusé dans les arrangements.

Avant d’aller voir Adamus en spectacle, nous avons fait un saut au café-bistro Chez Bob pour le spectacle de la chanteuse française Ladylike Lily. Elle chante en anglais (les paroles sont parfois difficiles à comprendre) en suivant les pas musicaux d’Émilie Simon.

Ses chansons et son univers sonore ne révolutionnent rien, mais les mélodies et les arrangements cinématographiques séduisent agréablement nos oreilles. Sur scène, c’est encore plus convaincant avec une formation qui comprend deux batteurs. Vous pouvez par ailleurs écouter son dernier album ici.

Il fallait ensuite marcher une dizaine de minutes pour se rendre à la plage Kiwanis, qui borde le lac Noranda. À la fois un essai et une grande première pour son 10e anniversaire, le FMEAT avait décidé d’aménagé une scène extérieure à même le bord de l’eau pour un grand spectacle gratuit pouvant réunir plus de 10 000 personnes. Avec le coucher du soleil, c’était magnifique et fort agréable d’avoir les deux pieds dans le sable.

Bernard Adamus a remercié Dumas et Jean-Pierre Ferland de “faire ses deuxièmes parties”. Le public l’a aidé à chanté Rue Ontario, car sa voix était éraillée de la veille. Accompagné de ses deux trompettistes, tromboniste et batteur, Adamus a également présenté au public des nouvelles pièces de No 2., où il explore ses zones d’ombre avec des textes plus personnels.

Dumas suivait sur scène, proposant au public une belle revisite de ses différents albums. Puis le public a chaudement applaudi Jean-Pierre Ferland.

“Il n’était pas à sa retraite lui? a lancé le principal intéressé. La retraite, c’est plate. Mes chansons ne sont pas émergentes, mais moi je le suis.”

Entre ses chansons, que ce soit T’es Belle, Quand on aime on a toujours 20 ans ou Le Petit roi, Ferland a charmé et fait rire la foule en parlant de musique, des femmes et de sa vie de mauvais garçon.

Nous avons ensuite fait le saut dans l’ancienne église de l’Agora des arts pour le spectacle de Loco Locass qui se produisait avec un full band. À deux jours des élections, disons que la foule était gonflée à bloc, tout comme Biz, Batlam et Chafik. “Je travaille à l’émergence du Québec”, a lancé Biz.

(Pour votre information, le plancher n’a pas cédé pendant Libérez-nous des libéraux.)

Pour clore le festival, les festivaliers se sont réunis au Cabaret de la dernière chance. Assis en retrait sur la terrasse, la scène devant nos yeux résumait bien l’ambiance à la fois authentique et exotique si plaisante du FMEAT, qui a lieu -faut-il le rappeler- dans une ville bouillante de culture isolée des grands centres au 48e parallèle nord. Un journaliste d’Angleterre jasait avec un amateur de musique venu de Montréal. Dumas buvait un verre pas loin de Bernard Adamus sur la terrasse, alors que Sébastien Ricard de Loco Locass se faufilait à l’intérieur du bar, où des spectateurs et beaucoup d’étudiants de Rouyn-Noranda écoutaient le spectacle de Michèle O. Un peu partout se mélangeaient des gens de l’industrie, des journalistes d’ici et d’ailleurs, des bénévoles et des gens de la place. Un party branché ? Plutôt fort sympathique et sans faux-semblants.

Conclusion? Rendez-vous l’an prochain, du 29 août au 1er septembre 2013.

 

La Tournée SiriusXM a fait vibrer Sherbrooke

Christelle Lison, QuébecSpot Média, 1 septembre 2012

Offrir un spectacle à un coût dérisoire et pour une bonne cause, voilà le pari réussi de la Tournée SiriusXM. Le 30 août dernier, c’est à Sherbrooke qu’elle s’est arrêtée. Au programme : Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et Loco Locass. Au final : une soirée en rythme et en émotion!

Les jeunes avaient bien compris le message : investir dix pièces pour voir quatre spectacles, c’est un choix gagnant! Ils étaient donc très nombreux à se presser aux portes du Théâtre Granada de Sherbrooke le 30 août dernier dès 19 heures. C’est à Louis-Jean Cormier, le leader de Karkwa, qu’est revenue la délicate tâche d’ouvrir le bal.

« Il est tôt, mais on va jouer comme s’il était onze heures et quart et qu’il y avait deux bouteilles vides de Jack Daniels sur l’ampli », a-t-il dit en guise d’ouverture. Il faut dire que le jeune artiste osait un pari risqué en présentant à la foule ses nouvelles chansons tirées de son premier album solo, Le treizième étage, qui sera lancé le 18 septembre prochain. « C’est seulement la quatrième fois que l’on monte sur scène les cinq ensemble et en plus on vient vous présenter notre nouveau matériel ». Cela n’a pas empêché les centaines de voix de crier leur contentement en découvrant, entres autres; La cassette, Transistor et Tout le monde en même temps. Avec ces chansons, Louis-Jean Cormier se présente sous un nouveau jour, avec des textes profonds et un son moins planant qu’à l’accoutumée.

Quelques minutes plus tard, c’est Olivier Langevin qui a soulevé la foule avec le groupe Galaxie. Déployant une énergie hors du commun, les jeunes artistes ont offert au public des montées musicales exceptionnelles. « Je suis vraiment venue pour eux et je ne suis pas déçue », me disait une jeune femme à la fin de leur spectacle. « Le guitariste et chanteur est vraiment un virtuose. Il n’y a pas d’autres mots ». À l’inverse par contre de Louis-Jean Cormier, Olivier Langevin n’a que peu échangé avec le public, mais cela n’a finalement eu que peu d’importance au vu de la qualité des morceaux, notamment ceux de Tigre et Diesel, sorti en février 2011.

À peine remis de ses émotions, le public a vu apparaître sur scène Malajube. Au départ timide, la formation a pris de plus en plus de place pour offrir à la foule un spectacle planant, indépendant et à l’image du groupe. Malajube a finalement fait un survol de ses quatre albums. « Ça permet d’aller à l’essentiel tout de suite que de faire un spectacle aussi court. C’est un bon rish d’adrénaline et ça permet de donner un show qui n’a pas de temps mort », précisait Francis Mineau à une journaliste du Courrier de Saguenay. Et en effet, des temps morts, il n’y en a pas eu. C’est en tout cas ce qu’a démontré la foule en acclamant le groupe à sa sortie de scène.

Par la suite, la frénésie est montée d’un cran jusqu’à ce que les trois gars de Loco Locass montent sur scène. Il faut dire qu’en cette période de campagne électorale et en terres sherbrookoises, la formation avait tout pour plaire. Les artistes ont d’ailleurs rapidement mis la table en commençant avec la chanson Wi, revenant ainsi sur la lutte des Québécois dans la rue et le printemps érable. "Maudits carrés rouges, allez donc étudier", a plaisanté Biz. "Vous faites la belle vie, hein c’est ça? Vous payez dix piasses et vous voyez quatre groupes. Si c’est pas la belle vie ça ». Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres à une foule en délire. Sans relâche, le groupe a scandé ses chansons et fait bouger le monde, invitant même quelques jeunes filles à se joindre à lui pour « Du Joufflu ». Surpris de voir à quel point le public connaissait les paroles de leur dernier album; Le Québec est mort, vive le Québec!, Biz, Chafiik et Batlam lui ont offert une soirée historique en clôturant le spectacle par un mémorable Libérez-nous des libéraux repris en coeur par la foule. « On espère que c’est la dernière fois qu’on la chante », a souligné Biz. « Vous vous rendez compte que c’est un moment historique et que vous, à Sherbrooke, vous pouvez faire toute la différence », a-t-il poursuivi incitant ainsi le monde a voté le 4 septembre prochain.

Finalement, la Tournée SiriusXM a ravi les amateurs de rock francophone et a réalisé une belle action en reversant l’ensemble des profits à l’organisme Jeunes musiciens du monde, « qui contribue à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites, axées sur le patrimoine ». Que demander de plus!

 

Tournée SiriusXM: Cocktail musical explosif

Véronique Harvey, 24 heures, 31 août 2012

Vous avez un billet de 10$ qui traîne dans le fond de vos poches et vous cherchez le meilleur moyen de l'investir? Voici une offre plus qu'alléchante pour tous les amateurs de musique québécoise.

La tournée SiriusXM, en partenariat avec la scène 1425, vous offre la chance de voir quelques-uns de vos artistes préférés fouler une même scène, en plus d'encourager l'épanouissement des jeunes, puisque la totalité des profits sera remise à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

Le 6 septembre, les mélomanes sont ainsi conviés à la Salle André-Mathieu, à Laval, pour assister à la dernière représentation de la tournée en compagnie de Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'naan.

C'est ce qu'on appelle un 10$ bien investi!

 

Louis-Jean Cormier s'élance en solo

Alexandre Vigneault, La Presse, 31 août 2012

Entre une courte prestation dans le cadre de la tournée Sirius et son passage au Festival de musique émergente en Abitibi- Témiscamingue ce week- end, Louis- Jean Cormier s’est arrêté à L’Assomption, mercredi soir, pour le tout premier concert de sa carrière solo. Pour « casser » ses nouvelles chansons, comme disent les gens du métier. « Vous êtes un peu téméraires » , a- t- il lancé aux quelques dizaines de spectateurs venus l’écouter. Ceux parmi eux qui connaissent Karkwa n’ont pas dû être déçus par l’entrée en matière: le chanteur, qui était accompagné de quatre musiciens et choristes, a débuté avec les chansons les plus rock de Le treizième étage. Son album à paraître le 18 septembre est marqué par un ton plus direct et moins aérien que Karkwa, soutenu par des mélodies qui hantent. Même si les chansons douces ont dominé en deuxième partie, un constat s’impose : LouisJean Cormier n’a pas pris une pause de son groupe pour faire du folk intimiste – du « new age » , dirait Leloup. Le feu du rockeur brûle toujours quand il entonne La route que nous suivons, tirée des Douze hommes rapaillés. Élection oblige, il avait tranformé le « good- bye farewell » en un « goodbye, Charest » chaudement applaudi par l’assistance.

 

Déluge musical pour la rentrée

André Laroche, La Tribune, 31 août 2012

Le spectacle de la tournée Sirius XM était sans doute le meilleur moyen à Sherbrooke de fêter la rentrée collégiale et universitaire, jeudi soir au Granada.

Difficile de faire plus alléchant : pour une dizaine de dollars à peine, des centaines d'amateurs de rock francophone ont eu droit à quatre heures de musique par une brochette de vedettes établies. Quand c'est Louis-Jean Cormier qui a le devoir de réchauffer la salle, on s'imagine la qualité de la soirée.

" Il est tôt, mais on va jouer comme s'il était onze heures et quart et qu'il y avait deux bouteilles vides de Jack Daniels sur l'ampli ", a promis le leader de Karkwa venu présenter ses nouvelles chansons, trois semaines avant le lancement de son premier album solo.

Le public n'a pas caché son ravissement de découvrir le nouveau son de Cormier, nettement moins planant que celui auquel il nous avait habitués. Le chanteur et guitariste éprouvait même de la peine à croire que ses pièces touchaient si facilement la cible.

" Attendez de les entendre avant d'applaudir. Je ne sais pas, peut-être qu'on fait de la marde ", s'est-il même senti obligé de dire. Faisant fi de l'avertissement, la foule a marqué son appréciation.

Le fougueux Olivier Langevin est ensuite venu faire la preuve de sa suprématie à la six-cordes. Avec son groupe Galaxie, il a déployé toute sa virtuosité avec une énergie débridée. Après ce déluge musical, Malajube a fait une entrée quelque peu timide avant d'ouvrir les vannes.

En cette campagne électorale, il revenait bien sûr à Loco Locass de clore cette soirée électrisante. Le trio a mis le feu aux poudres dès le départ avec la chanson Wi consacrée à la lutte des Québécois dans la rue.

" Maudits carrés rouges, allez donc étudier ", a ironisé Biz. " Vous faites la belle vie, hein? Vous payez dix piasses et vous voyez quatre groupes. "

Sans surprise et au grand plaisir de son public, Loco Locass a chanté Libérez-nous des libéraux en guise de point final. " On espère que c'est la dernière fois qu'on la chante ", ont-ils souhaité.

Tous les profits de la tournée Sirius XM sont versés à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

Scène 1425 et Tournée: À la salle André-Mathieu

André Péloquin, Voir Montréal, 30 août 2012

Laval se fait particulièrement jeune et séduisante ces jours-ci et Léo Bureau-Blouin n’y est pour rien. La prochaine saison de concerts de Scène 1425 s’annonce divertissante. Au cours des prochaines semaines, on pourra notamment y voir la midinette électro pop Lights, Radio Radio, Dumas, Bernard Adamus, le chanteur folk australien Kim Churchill, Patrick Watson. Le coup d’envoi de la saison sera officiellement donné le 3 octobre avec une prestation de la sensation rap texane Riff Raff. En attendant cette série de concerts, qui se tiendront à la salle André-Mathieu, on pourra voir le rappeur K’naan, Malajube, Galaxie et Louis-Jean Cormier en concert le 6 septembre dans le cadre de la Tournée Sirius.

 

Au rythme de la musique ergonomique de Chafiik

Steve Bergeron, La Tribune, 29 août 2012

Sherbrooke — Avec Loco Locass, les textes et, par le fait même, les questions politiques et sociales tiennent souvent le haut du pavé en entrevue. Chafiik, celui qui signe l’essentiel des musiques au sein du trio, pourrait en prendre ombrage. Au contraire, le compositeur conclut que, justement, la musique a atteint son objectif de mettre les mots en valeur.

« Bien que je n’aie jamais eu autant de commentaires sur l’aspect musical de nos chansons », ajoute-t-il à propos de l’album Le Québec est mort, vive le Québec!, paru en juin. « Il faut dire que c’est difficile de parler de la musique. À moins d’être un mélomane, un musicien ou un compositeur, ça sort rarement du j’aime ou j’aime pas. »

Pourquoi a-t-on mieux remarqué son travail cette fois-ci? « C’est peut-être la différence stylistique. Ou alors j’ai cheminé comme compositeur. Je ne me suis pas analysé. Sept ans après le dernier album, je suis rendu un peu plus loin. »

Dans l’intervalle, Chafiik a aussi tâté de la réalisation avec d’autres artistes et de l’orchestration lors de l’aventure Symphonie Locass en 2006 et 2007. La musique reste quand même être pour lui « le char le plus ergonomique pour que la toune se rende aux oreilles ».

«  J’essaie toujours de simplifier les choses, surtout qu’on a des bons textes. Souvent un petit funk très simple, trois accords, mêlés avec un refrain, peut donner quelque chose d’intéressant. »

En tourbillon

Son collègue Batlam a tout de même souligné son travail dans Wendigo, la pièce cachée de l’album, que Chafiik a fait précéder d’une introduction d’une dizaine de minutes.

« Wendigo est pertinente, mais pas centrale. C’était clair qu’elle serait notre pièce cachée. Et comme elle est assez glauque et pessimiste, j’ai eu le mandat d’amener cette ambiance. J’ai commencé par des sons organiques de forêt et c’est parti en tourbillon. »

«  Cette intro-là, ce sont comme les méandres du cerveau de Loco Locass. Il y a des échantillons de Manifesto, In vivo, Amour oral... Oui, nous sommes de plus en plus professionnels, nous sommes capables de faire des chansons efficaces, mais nous restons des artistes, avec notre part de folie et notre besoin d’expérimentation. On peut donc voir Wendigo comme notre équilibre. » 

Au contraire, transposer Tout le monde est malheureux de Gilles Vigneault en rap fut un exercice très sérieux. Le risque était grand de tomber dans le RBO, qui avait fait un mémorable Gilles DMC dans les années 1980.

« C’est qui se serait produit si j’avais gardé la même progression d’accords. Je l’ai donc changée, j’ai divisé la pulsation par deux et nous avons ajouté des couplets. Il m’a fallu trois ou quatre écoutes avant de croire en son potentiel. Mais Gilles a trouvé que nous n’avions pas dénaturé sa chanson. »

 

De l'énergie à revendre

Joël Martel, Le Quotidien, 29 août 2012

(CHICOUTIMI) Les amateurs de musique émergente ont eu droit à tout un buffet, hier soir, au hangar du Vieux-Port de Chicoutimi. En effet, dans le cadre de la tournée SiriusXM, les Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et Pierre Lapointe se sont succédé sur scène afin d'offrir au public un concert énergique à souhait.

Chicoutimi était l'hôte de la deuxième halte de la Tournée SiriusXM qui, dans l'espace de deux semaines seulement, sillonnera le Québec afin de présenter une série de concerts mettant en vedette de nombreuses têtes d'affiche de la scène émergente. Les profits engendrés par cette tournée seront remis à Jeunes musiciens du monde, un organisme ayant pour mission de développer des écoles de musique gratuite dans le but de contribuer à l'épanouissement des jeunes vivant dans des milieux populaires.

C'est donc à Louis-Jean Cormier, que l'on connaît en tant que chanteur de la formation Karkwa, qu'est revenu le rôle d'apéritif de la soirée. Visiblement heureux de se retrouver sur les planches, Cormier a baptisé en quelque sorte les chansons de son prochain album solo, à paraître le 18 septembre prochain.

Accompagné d'une équipe solide de musiciens, l'auteur-compositeur-interprète en aura surpris plus d'un lorsqu'il a avoué humblement que la prestation à laquelle le public assistait n'avait bénéficié que de quelques rares répétitions. Si l'on s'en tient à la réaction enthousiaste du public, on peut déjà prévoir un énorme succès quant au prochain opus solo de Cormier.

Pour sa part, Galaxie aura fait mentir l'adage comme quoi nul n'est prophète dans son pays. Le groupe mené par Olivier Langevin, guitariste prodigieux originaire de la région, aura littéralement électrisé l'auditoire. Dans un bouillon de distorsion et d'effets sonores délirants, Langevin aura réussi une fois de plus à asseoir sa réputation de légende vivante du rock québécois.

Malajube aura agréablement tiré son épingle du jeu malgré la cruelle acoustique du hangar du Vieux-Port. La bande a joyeusement enchaîné ses succès devant la foule qu'on évaluait alors à près de 1000 spectateurs. Seule déception au tableau, Pierre Lapointe, qui était sur place, ne s'est pas joint à Malajube afin d'interpréter Montréal -40c.

Au moment de mettre sous presse, le public attendait la venue sur scène de Pierre Lapointe au cours des prochaines minutes. Or, le plat de résistance n'était pas encore servi que déjà on parlait d'un souper presque parfait.

 

Gagne tes billets pour Malajube, K'naan, Louis-Jean Cormier et Galaxie (yes, tout en même temps!)

Nightlife, 28 août 2012

NIGHTLIFE.ca t'offre la chance de gagner l'une des deux paires de billets pour le spectacle à Laval de la tournée SirusXM.

Le 6 septembre, c'est tout un package deal: Malajube, K'naan, Louis-Jean Cormier et Galaxie. J'te promet que ça va rocker, que ça va danser et que tu lèveras les bras hauts dans les airs au moins 3 fois.

Le concours se termine le 3 septembre 2012.

 

Spectacle: La tournée SiriusXM s'arrête à Saguenay

Sympatico, 28 août 2012

(Source: Radio-Canada) Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens seront sur scène à Saguenay, mardi, dans le cadre de la tournée SiriusXM.

L'événement se déroule au Hangar de la Zone portuaire, dans l'arrondissement de Chicoutimi, à compter de 19 h.

Les sommes amassées durant l'événement seront remises à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

La tournée SiriusXM s'arrête à Saguenay

Huffington Post, 28 août 2012

(Source: Radio-Canada) Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens seront sur scène à Saguenay, mardi, dans le cadre de la tournée SiriusXM.

L'événement se déroule au Hangar de la Zone portuaire, dans l'arrondissement de Chicoutimi, à compter de 19 h.

Les sommes amassées durant l'événement seront remises à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

La tournée SiriusXM s'arrête à Saguenay

AOL, 28 août 2012

Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens seront sur scène à Saguenay, mardi, dans le cadre de la tournée SiriusXM.

L'événement se déroule au Hangar de la Zone portuaire, dans l'arrondissement de Chicoutimi, à compter de 19 h.

Les sommes amassées durant l'événement seront remises à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

Prêt à prendre la route du Québec

Cédric Bélanger, Journal de Montréal - Week end, 25 août 2012

Tête d’affiche de la tournée SiriusXM dont les profits sont remis à Jeunes musiciens du monde, le trio Loco Locass s’éclipsera pour quelques mois avant d’amorcer, en décembre, la tournée québécoise de l’album Le Québec est mort, vive le Québec. Chafik fait le point sur les projets et l’avenir du groupe.

Est-ce que c’est la première fois que Loco Locass s’associe à Jeunes musiciens du monde ?

Non. Je crois que nous étions du premier spectacle-bénéfice de Jeunes musiciens du monde, autour de l’année 2005. Ça faisait un moment qu’on n’avait pas été associé à JMM. C’est comme un retour.

Y a–t-il des artistes de la tournée que vous ne connaissez pas et que vous avez hâte de découvrir ?

Quand j’ai vu l’alignement partant, je me suis rendu compte que ce serait tout un show. Peut-être qu’on va découvrir un bon band à Rouyn. Mais quand t’es le dernier à passer, c’est dur de regarder un autre show parce que tu essaies de rentrer dans une bulle.

À quoi ressemblera votre automne ?

La tournée, ça ne se passera pas cet automne. Vu que l’album est arrivé au moment où on ne l’attendait pas (il est sorti le 12 juin), les gars avaient déjà prévu des projets parallèles à l’automne. Ça va donc commencer à la fin de l’automne avec un show le 30 novembre au théâtre Petit-Champlain, à Québec, avant la rentrée montréalaise, les 6 et 7 décembre. Ensuite, on va vraiment tourner en 2013.

On a quand même déjà pu entendre vos chansons sur scène…

En 2012, on a quand même fait nos plus gros shows à vie. Le 15 juin, aux FrancoFolies, c’était le plus gros et meilleur show de notre carrière, c’est sûr. C’était trop hot. Il y a aussi la Saint-Jean à Québec, Amos, les îles de la Madeleine. On va être encore meilleurs en 2013. À chaque show, on trouve une bonne idée et on l’intègre au show. Donc, plus on en fait, plus le show devient riche de nouvelles idées.

Il s’est écoulé plus de sept ans avant que vous ne fassiez paraître un successeur à Amour oral. Est-ce que le prochain album arrivera plus tôt ?

Nous sommes obligés d’être honnêtes. On ne peut plus annoncer un prochain album. Pas avec le temps que ça a pris. Je pense que les gens ont compris qu’on ne pourra jamais être réguliers dans la création. Les gros fans devront faire leur deuil d’une régularité. On ne sait pas ce qui va se passer. Le prochain album, il arrivera s’il arrive.

Il y a donc un risque qu’il n’y ait plus d’album de Loco Locass ?

Il y avait même un risque qu’il n’y en ait jamais un autre et que le dernier, soit Amour oral. La tournée SiriusXM sera de passage à Chicoutimi le 28 août; le 29 août à Québec; le 30 août à Sherbrooke; le 2 septembre à Rouyn-Noranda et le 6 septembre à Laval avec Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'naan.

 

Le 28 août à Chicoutimi: Tournée SiriusXM: un spectacle regroupant plusieurs artistes

Joanie Harvey, Courrier de Saguenay, 24 août 2012

C'est le 28 août que s'arrète la tournée SiriusXM à Chicoutimi et une multitude d'artistes qu'il est rare d'avoir la chance de voir lors d'une même soirée. Louis-Jean Cormier (chanteur de Karkwa), Galaxie, Pierre Lapointe et Malajube donneront tout un spectacle au Hangar de la Zone Portuaire.

«Ce sont des gens qu'on rencontre lors de certains festivals, mais faire une tournée tous ensemble, c'est quelque chose de très rare au Québec. C'est plus quelque chose qu'on retrouve aux États-Unis», de dire le batteur du groupe Malajube, Francis Mineau. Selon lui, ce n'est pas une exprérience qui sera répétée très souvent, malgré la popularité du spectacle. «C'est beau d'avoir des idées comme ça, mais c'est beaucoup d'organisation et ça demande beaucoup d'argent», souligne-t-il.

Dans une partie de spectacle d'environ 30 à 40 minutes, Malajube fera certainement un survol de ses quatre albums. «Ça permet d'aller à l'essentiel tout de suite que de faire un spectacle aussi court. C'est un bon rish d'adrénaline et ça permet de donner un show qui n'a pas de temps mort», indique le musicien.

Coût abordable

Malgré le faible coût du spectacle (10$), tous les profils seront remis à l'organisme Jeunes musiciens du monde, qui contribue à l'épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites axées sur le patrimoine. Oeuvrant actuellement à Québec, Montréal, Sherbrooke, dans la communauté autochtone de Kitcisakik et en Inde, l'organisme accueille plus de 500 jeunes dans ses cinq écoles.

 

 

Galaxie: Tout pour le rock

Dominic Tardif, Voir Estrie & Québec, 23 août 2012

Olivier Langevin traque la transe avec Galaxie afin qu’advienne le dancefloor maléfique. Et que règne le rock assourdissant, qu’importe les acouphènes. Jasette posée avec un rocker effréné.

Voir: Un concert de Galaxie est toujours une expérience haute en décibels et personne ne s’en plaint, au contraire. Qu’y a-t-il d’aussi grisant dans la musique forte?

Olivier Langevin, guitariste et chanteur: "Je me souviens d’une excellente entrevue avec Cream à qui on posait la question; jouer trop fort, c’était un nouveau phénomène à l’époque. Les gars sont assez gelés, c’est super drôle. Ils disaient que ça devient physique quand c’est aussi fort, que tu peux toucher à la musique. Je pense qu’on veut se faire fesser par le rock, faut que ça te rentre dedans, faut que tu sentes le bass drum dans ton coeur."

Après toutes ces années de scène et de répétitions, comment se portent tes oreilles?

"Quoi? Je n’entends pas ta question. [Il fait semblant d'être sourd.] Je vais t’avouer que je ne veux pas trop y penser. Je commence à avoir des acouphènes, mais j’entends encore bien en studio. C’est un peu épeurant, je suis tout le temps en train de me renseigner, de chercher des nouvelles études. Il paraît que dans 10, 15 ans, la médecine va être capable de remédier à quelques problèmes auditifs. Je m’accroche à cet espoir-là. Je ne serais pas capable de me mettre des bouchons sur scène pour m’épargner, parce que ça coupe les hautes fréquences et que je veux vivre pleinement le show. C’est un peu épais, je sais. J’ai toujours aimé que ce soit fort."

L’album Tigre et diesel, le plus gros succès de l’histoire de Galaxie, est paru en février 2011, et vous êtes toujours sur la route. C’est quoi pour toi un concert réussi de Galaxie?

"J’aime ça sentir qu’on est toute la gang ensemble et toute la gang avec le public. J’aime la transe, en fait. Il y a des soirées où on joue super bien, mais ce n’est pas nécessairement des soirées magiques, et il y a d’autres soirées où tu sens la musique qui transperce tout le monde. C’est inexplicable, c’est un feeling de communication supérieure. Ce que je te dis, ça sonne un peu ésotérique, je le sais, et il ne faudrait pas que j’exagère, on est quand même en train de caler des cognacs sur scène. Quand on finit un show où on a atteint la transe, tout le monde est d’accord pour dire que ça s’est passé."

Les textes de Tigre et diesel dressent le portait d’un homme très préoccupé par la mort. Comment envisages-tu le fait de vieillir en tant que rocker?

"Mourir, ça peut être plein de choses, ça peut être oublier ses convictions, devenir dull. C’est dur à comprendre pourquoi des gens font des super bons trucs pendant un bout et ne sont soudainement plus capables d’en faire, on ne sait pas quand ça va nous arriver. Quand est-ce que tu t’aperçois que tu n’as plus rien à dire? Tomber à plat, c’est un drôle de phénomène, c’est dur à expliquer. C’est une crainte que j’ai en tant que compositeur. Faut tout faire pour se tenir en vie, se tenir le plus là possible. Faut pas s’endormir, faut nourrir le feu, remplir la source en lisant des livres, en allant voir des shows."

Gros Mené, formation culte menée par Fred Fortin (qui tient la basse dans Galaxie), dont le premier et unique album date de 1999, renaîtrait bientôt de ses cendres…

"C’est vrai. J’arrive justement du Lac, on a fini d’enregistrer le nouveau disque, ça va sortir en octobre. Dans le propos et dans la signature, c’est rien de moins, rien de plus que du Gros Mené."

Le 29 août à 19h

À l’Impérial

À l’occasion de la tournée SiriusXM

 

Sept petites tounes et puis s'en va

Yves Bergeras, Le Droit, 23 août 2012

Ils en ont fait, du bruit, la jeune gang de Sirius XM, qui démarrait, hier, au Musée des civilisations du Canada, sa tournée québécoise au profit de l'organisme Jeunes musiciens du monde.

« La » gang ? Correction. Les gangs, puisqu'on a pu voir, dans l'ordre inverse, Pierre Lapointe, Malajube, Galaxie et Louis-Jean Cormier, la voix de Karkwa, se succéder au pied des grands mats totémiques du musée. Tout ça pour un prix dérisoire, rappelons-le, 10 $.

Fermant la marche, et dans la facture plus rock qu'il a pratiquée avec ses musiciens au fil des festivals cet été, Pierre Lapointe a commencé par rendre hommage au décor forestier de la Grande galerie. Sa Forêt des Mal-Aimés ne craignait ni le bûcheron, ni l'agrile du frêne : c'est elle qui, d'entrée de jeu, bûchait.

Pas de mise en scène, ni de thématique. Les morts (Le columbarium) ont côtoyé les vivants (Tous les visages), voire les futurs morts-vivants (Je reviendrai) ; les heures de la nuit (L'endomètre rebelle) ont cogné à la porte des dépressifs (Au bar des suicidés, en rappel). Lapointe, lui, a visité la Belgique du Grand Jacques, avec Au suivant.

Il s'est posé des questions existentielles (Qu'en est-il de la chance ?, en version accélérée) et a trouvé des réponses réconfortantes dans les bras de l'amour, filial (L'enfant de ma mère) ou charnel (Le magnétisme des amants).

Lapointe était fin et bien élevé. A pris le temps de jaser entre deux tounes revisitées. N'a pas toisé son public, même pour rire. Difficile, remarquez, quand on porte des bretelles...

Pour finir la nuit sur de plus douces notes, le chanteur a offert une séquence piano-voix.

Galaxie et Malajube

Avec Galaxie, on est instantanément passé sur une autre planète. Le quatuor électro-rock montréalais mené guitares battantes par le génial Olivier Langevin a eu le temps de rugir quelques pièces tirées du tout récent Tigre et Diesel, paru en février dernier, mais aussi de remonter le temps et sa discographie, en puisant équitablement dans Le Temps au point mort et dans l'époque où ils signaient encore Galaxie 500.

Certains fans à la gâchette rapide leur reprochent d'avoir perdu leur son « tracteur » des débuts, au profit de ritournelles démagogiques. Ces critiques devraient se mordre la langue. Ou venir voir Langevin et ses acolytes se démener sur scène en lançant un tourbillon de riffs salement bien contrôlés.

Ils avaient hier deux énergiques choristes pour les épauler à bord de ce train d'enfer. Elles prenaient un plaisir manifeste à voir les musiciens cogner sur leur Bateau et autres Vieux poêle. Autant qu'eux, à percuter à coups de malicieux Big Bang les tympans d'un public qui bouillonnait de plaisir.

Des bêtes de scène, sauvages et pas bavardes. On en aurait voulu davantage.

On a à peine eu le temps de dire ouf ! que le quatuor vedette de Sorel a pris les choses en main.

Que dire de Julien Mineau, le chanteur de Malajube, et des siens, sinon que, fidèles à leur réputation de perles du rock indépendant, ils habitent sur scène leurs univers sonores avec une inébranlable intensité ? Un son plein, englobant, presque lourd. Une ardeur qui décolle et ne retombe jamais. Et pourtant, ça plane...

On a pratiquement eu droit aux mêmes petites pépites aliénantes que lors de leur récent passage à Aylmer. En plus condensé, même.

D'abord avec la vibrante Synesthésie. Puis, Blizzard, Montréal -40, Caverne, Étienne D'Août, Casse-Cou, Crabe et Cristobald, pour finir, ont défilé. Elles sont restées dans la tête comme les Sangsues vicieuses qu'elles sont. Le rythme avait bien préparé le terrain en faisant épaissir le sang dans nos veines.

Louis-Jean Cormier

La formule « quatre groupes » est intéressante pour la diversité qu'elle offre, mais elle est aussi un peu frustrante. 45 minutes par groupe, c'est un peu « sept petites tounes et puis s'en va ! » Louis-Jean Cormier n'est pas censé revenir à Gatineau avant le printemps prochain. Le 2 mai à la Salle Jean-Despréz, pour être précis. On en a profité pour découvrir les chansons qu'il a fignolées.

Une quasi-primeur : le grand public, lui, ne les entendra pas avant le 18 septembre, date prévue de la parution de son tout premier album solo. On n'en connaissait que le premier extrait, doucement folké, L'Ascenseur, coincé « entre la vitesse et l'apesanteur », qu'il a livré hier avec les chaloupements qui s'imposent.

Le reste de son univers « solo » (il est tout de même entouré de quatre musiciens « hors pair ») s'est tranquillement laissé apprivoiser, hier. L'année sabbatique loin de Karkwa a permis au guitariste d'approfondir de plus personnelles créations. Qui, à prime abord, doit-on noter, ne sont pas à des années-lumière de Karkwa. Ça nous a frappé sur La cassette et Tout le monde en même temps.

Le Montréalais semblait en forme, reposé, ravi. Il a avoué sa nervosité à présenter des chansons qu'il casse encore. Et s'il était impressionné par les « beaux visages » qu'il voyait en face de lui, il l'était moins par l'acoustique des lieux : « Essayez de comprendre des choses : on chante un peu dans une piscine », a-t-il lâché après sa première chanson. On est un peu obligé de lui donner raison. Il était souvent difficile de distinguer les paroles.

À la toute fin, on a aussi reconnu La route que nous suivons, chanson qu'il interprète sur le premier opus des Douze hommes rapaillés, les excellents hommages au poète Gaston Miron, que Cormier a entièrement réalisés. Même si elle s'est affirmée résolument plus rock, histoire de préparer la suite du concert. Et même si le « Goodbye farewell » du refrain s'est transformé « Goodbye Charest ».

 

La Scène 1425 souligne sa rentrée

Benoit Leblanc, Courrier de Laval, 23 août 2012

Tournée SiriusXM, Lights, Dumas, Bombino, Riff Raff

C’est à la jeune auteure-compositrice-interprète canadienne Lights, avec son style électro-pop, que reviendra l’honneur d’ouvrir la saison automnale de la Scène 1425 le samedi 8 septembre, à la Salle André-Mathieu (SAM).

Le dernier album de l’artiste, Siberia, lancé en 2011, était en nomination lors du dernier gala des Prix Juno, qui récompense les meilleurs artisans de la musique canadienne.

Mentionnons que précédemment, la tournée SiriusXM se terminera à la SAM le jeudi 6 septembre, rassemblant de nombreux artistes de pointe, soit Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et l’artiste invité K’NAAN. Notons que Louis-Jean Cormier sera de retour en solo en février. [...]

 

Départ canon pour la tournée SiriusXM au Québec!

QuébecSpot Média, 23 août 2012

Un généreux cocktail musical a survolté la scène de la Grande Galerie du Musée canadien des civilisations de Gatineau hier soir. Au coup de 19h00, Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens ont donné le coup d’envoi de la tournée SiriusXM qui se transportera à Chicoutimi, Québec, Sherbrooke, Rouyn-Noranda et Laval.

Un 10$ bien investi pour les amateurs de musique québécoise qui, en plus d’assister au concert, contribueront à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires car tous les profits de la tournée SiriusXM seront remis à l’organisme Jeunes musiciens du monde

Les performances des artistes de la tournée SiriusXM, en partenariat avec Scène 1425, seront enregistrées et diffusées sur la chaîne Air Musique (XM 152) ainsi que sur Latitude Franco (Sirius 155) durant la semaine du 24 septembre 2012 sous la programmation la Tournée SiriusXM 2012. Les heures de diffusion seront à confirmer en septembre. [...]

 

Départ canon pour la tournée SiriusXM au Québec!

Luc Bertrand, Info Culture, 23 août 2012

Un généreux cocktail musical a survolté la scène de la Grande Galerie du Musée canadien des civilisations de Gatineau hier soir. Au coup de 19h00, Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens ont donné le coup d’envoi de la tournée SiriusXM qui se transportera à Chicoutimi, Québec, Sherbrooke, Rouyn-Noranda et Laval.

Un 10$ bien investi pour les amateurs de musique québécoise qui, en plus d’assister au concert, contribueront à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires car tous les profits de la tournée SiriusXM seront remis à l’organisme Jeunes musiciens du monde

Les performances des artistes de la tournée SiriusXM, en partenariat avec Scène 1425, seront enregistrées et diffusées sur la chaîne Air Musique (XM 152) ainsi que sur Latitude Franco (Sirius 155) durant la semaine du 24 septembre 2012 sous la programmation la Tournée SiriusXM 2012. Les heures de diffusion seront à confirmer en septembre. [...]

 

Départ canon pour la tournée SiriusXM au Québec!

MagInfo, 23 août 2012

Un généreux cocktail musical a survolté la scène de la Grande Galerie du Musée canadien des civilisations de Gatineau hier soir. Au coup de 19h00, Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens ont donné le coup d’envoi de la tournée SiriusXM qui se transportera à Chicoutimi, Québec, Sherbrooke, Rouyn-Noranda et Laval.

Un 10$ bien investi pour les amateurs de musique québécoise qui, en plus d’assister au concert, contribueront à l’épanouissement des jeunes de milieux populaires car tous les profits de la tournée SiriusXM seront remis à l’organisme Jeunes musiciens du monde.

Les performances des artistes de la tournée SiriusXM, en partenariat avec Scène 1425, seront enregistrées et diffusées sur la chaîne Air Musique (XM 152) ainsi que sur Latitude Franco (Sirius 155) durant la semaine du 24 septembre 2012 sous la programmation la Tournée SiriusXM 2012. Les heures de diffusion seront à confirmer en septembre.

 

Loco Locass: «Le prochain album, il arrivera s'il arrive»

Cédric Bélanger, Journal de Québec, 22 août 2012

Tête d’affiche de la tournée SiriusXM dont les profits sont remis à Jeunes musiciens du monde, le trio Loco Locass s’éclipsera pour quelques mois avant d’amorcer, en décembre, la tournée québécoise de l’album Le Québec est mort, vive le Québec. Chafik fait le point sur les projets et l’avenir du groupe.

Est-ce que c’est la première fois que Loco Locass s’associe à Jeunes musiciens du monde ?

Non. Je crois que nous étions du premier spectacle-bénéfice de Jeunes musiciens du monde, autour de l’année 2005. Ça faisait un moment qu’on n’avait pas été associé à JMM. C’est comme un retour. 

Y a–t-il des artistes de la tournée que vous ne connaissez pas et que vous avez hâte de découvrir ?

Quand j’ai vu l’alignement partant, je me suis rendu compte que ce serait tout un show. Peut-être qu’on va découvrir un bon band à Rouyn. Mais quand t’es le dernier à passer, c’est dur de regarder un autre show parce que tu essaies de rentrer dans une bulle. 

À quoi ressemblera votre automne ?

La tournée, ça ne se passera pas cet automne. Vu que l’album est arrivé au moment où on ne l’attendait pas (il est sorti le 12 juin), les gars avaient déjà prévu des projets parallèles à l’automne. Ça va donc commencer à la fin de l’automne avec un show le 30 novembre au théâtre Petit-Champlain, à Québec, avant la rentrée montréalaise, les 6 et 7 décembre. Ensuite, on va vraiment tourner en 2013. 

On a quand même déjà pu entendre vos chansons sur scène…

En 2012, on a quand même fait nos plus gros shows à vie. Le 15 juin, aux FrancoFolies, c’était le plus gros et meilleur show de notre carrière, c’est sûr. C’était trop hot. Il y a aussi la Saint-Jean à Québec, Amos, les îles de la Madeleine. On va être encore meilleurs en 2013. À chaque show, on trouve une bonne idée et on l’intègre au show. Donc, plus on en fait, plus le show devient riche de nouvelles idées. 

Il s’est écoulé plus de sept ans avant que vous ne fassiez paraître un successeur à Amour oral. Est-ce que le prochain album arrivera plus tôt ?

Nous sommes obligés d’être honnêtes. On ne peut plus annoncer un prochain album. Pas avec le temps que ça a pris. Je pense que les gens ont compris qu’on ne pourra jamais être réguliers dans la création. Les gros fans devront faire leur deuil d’une régularité. On ne sait pas ce qui va se passer. Le prochain album, il arrivera s’il arrive. 

Il y a donc un risque qu’il n’y ait plus d’album de Loco Locass ?

Il y avait même un risque qu’il n’y en ait jamais un autre et que le dernier, soit Amour oral.

♦ La tournée SiriusXM sera de passage à Chicoutimi le 28 août; le 29 août à Québec; le 30 août à Sherbrooke; le 2 septembre à Rouyn-Noranda et le 6 septembre à Laval avec Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'naan.

 

La tournée SiriusXM: ça commence aujourd'hui!

Musimax, 22 août 2012

C'est ce soir à la Grande-Galerie du musée canadien des civilisations de Gatineau dès 19h que démarre La tournée Sirius XM, mettant en vedette Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, ainsi que Pierre Lapointe et ses musiciens !

Cette série de spectacle se déroulera jusqu'au 6 septembre, s'arrêtant un peu partout au Québec. Consultez la liste des concerts prévus à l'agenda, ainsi que les artistes qui y prendront part. Les billets se détaillent à 10$ pour chaque spectacle.

28 août au Hangar de la Zone Portuaire de Chicoutimi dès 19h avec  Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube, Pierre Lapointe et ses musiciens 

29 août à L'Impérial de Québec dès 19h avec David Giguère, Malajube, Galaxie et Loco Locass

30 août au Théâtre Granada de Sherbrooke dès 19h avec Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et Loco Locass

2 septembre à L’Agora des arts de Rouyn-Noranda dès 19h avec Loud, Lary, Ajust, Koriass et Loco Locass

6 septembre à la Salle André-Mathieu de Laval dès 19 avec Louis-Jean Cormier, Galaxie, Malajube et K'NAAN

Consultez le site officiel de l'événement pour obtenir tous les détails. Les profits de la tournée seront remis à l'organisme Jeunes musiciens du monde.

 

Tournée Sirius: Malajube et Loco Locass en concert le 29 août

Marie-Claude Boileau, La Carrefour de Québec, 22 août 2012

Saint-Roch — La tournée d’été Sirius s’arrêtera à Québec, le 29 août. Le spectacle, qui aura lieu à l’Impérial, mettra en vedette David Giguère, Malajube, Galaxie et Loco Locass.

L’objectif de cette activité est de faire connaître des artistes de la relève et de soutenir un organisme, soit les Jeunes musiciens du monde.

Les billets sont en vente au coût de 10$ au imperialdequebec.com.

 

Audio • Vidéo

Live Toune, Entrevue avec Galaxie et Malajube, 6 septembre 2012
http://livetoune.com

Radio X Saguenay, Le retour de Radio X, Entrevue avec Galaxie, 28 août 2012
http://saguenay.radiox.com/emissions

Radio-Canada, Téléjournal Saguenay, Entrevue avec Pierre Lapointe et Galaxie, 28 août 2012
http://www.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac

Première chaîne, L'heure de pointe, Entrevue avec Pierre Lapointe, 28 août 2012
http://www.radio-canada.ca/audio-video

NRJ Rouyn-Noranda, Entrevue avec Loco Locass, 28 août 2012
http://www.radionrj.ca/rouyn

NRJ Saguenay-Lac-St-Jean, Prestation Louis-Jean Cormier, 28 août 2012
http://saguenay.radionrj.ca/emissions/945lematin

NRJ Saguenay-Lac-St-Jean, Prestation Galaxie, 28 août 2012
http://saguenay.radionrj.ca/emissions/945lematin

Radio-Canada, Pénélop McQuade, Entrevue avec Louis-Jean Cormier, 27 août 2012
http://www.radio-canada.ca/emissions/penelope_mcquade

Première chaîne, Le monde selon Mathieu, Entrevue avec Pierre Lapointe, 23 août 2012
http://www.radio-canada.ca/audio-video

Radio-Canada, Téléjournal Gatineau - Ottawa, Entrevue avec Pierre Lapointe (Début: 15:30), 23 août 2012
http://www.radio-canada.ca/widgets

Première chaîne, Le monde selon Mathieu, Entrevue avec Malajube, 13 août 2012
http://www.radio-canada.ca/emissions/le_monde_selon_mathieu

Première chaîne, Dessine-moi un dimanche, 12 août 2012
http://www.radio-canada.ca/audio-video

Radio-Canada, Pénélope McQuade, Entrevue avec Pierre Lapointe, 24 juillet 2012
http://www.radio-canada.ca/emissions/penelope_mcquade

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés