Dossier de presse d'Alain Morisod & Sweet People

Entrevue

Varda Étienne, Sucré Salé, TVA, 24 mai 2017

http://tva.canoe.ca

 

Tant de mal à se quitter

Caroline Bonin, Viva Média, 23 mai 2017

Il faisait chaud et la bonne humeur était bien palpable dans la salle Albert-Dumouchel alors qu’Alain Morisod et Sweet People sont montés sur scène vendredi soir, peu après 20 h. Les spectateurs ne voulaient pas manquer ce rendez-vous, qui était peut-être le dernier.

Le public était manifestement heureux de retrouver les artistes qu’il connaît bien : Alain Morisod, Mady Rudaz, Jean-Jacques Egli et Fred Vonlanthen, qui étaient accompagnés de leurs fidèles musiciens Jean-Luc Mailler et François Torche. L’invité-surprise, qui n’en était pas vraiment un puisqu’il est venu plusieurs fois au Québec avec le groupe, Julien Laurence a donné une performance de grande qualité.

[ • • • ]

Pour cette grande tournée d’adieu, Alain Morisod et Sweet People présentent quelques nouvelles chansons, dont l’entraînante Si on ressortait les vinyles. Pendant, une grande partie du spectacle les gens ont chanté à l’unisson les grands succès du groupe, qu’ils connaissent par cœur : Ce n’est qu’un rêve, Je t’attendrai my love, Neige, Le lac de Côme, Prends le temps, Il faut croire aux anges, River Blues, California Blue, Maria Dolorès, Les violons d’Acadie, Une chanson italienne ainsi que Au revoir. Cette chanson, avec ses paroles, aurait bien pu être la dernière de la soirée.

« Au revoir, j’essaie de sourire. Au revoir, pour ne pas pleurer. Au revoir, ces mots me déchirent. Au revoir, j’ai tant de peine à te quitter. Au revoir, aide-moi à m’en aller. Au revoir, nous nous sommes tant aimés… », des paroles qui reflétaient bien cette séparation que le public et les artistes avaient de la difficulté à faire après 3 h de chansons.

Les artistes n’étaient pas encore prêts à quitter la scène. Après avoir entendu des reprises de Hotel California et The Final Countdown plus tôt dans la soirée, le public a eu droit à des extraits de Queen: I want to break free, We are the champions ainsi que The show must go on. Bien qu’il soit 23 h 30, le public en aurait pris encore. Comme une soirée entre amis qu’on voudrait prolonger encore un peu, car on ne sait pas quand cela se présentera ou si cela se reproduira à nouveau.

 

Alain Morisod et Sweet People de retour sur disque et en spectacle

Québec Spot Média, 19 mai 2017

Le populaire groupe suisse lance aujourd’hui l’album La route m’a donné rendez-vous et poursuit sa tournée de spectacles qui, à quelques billets près, affiche complet au Canada.

Pour ce plus récent album, le groupe oscille entre sixties, nostalgie et country, le temps de 14 pièces spécialement choisies pour le Québec.

La pièce qui ouvre l’album, Si on ressortait les vinyles, est une adaptation du succès Marvin Gaye de Charlie Puth alors que La Rose reprend en français la pièce du même titre de Bette Midler. Mady Rudaz pose sa voix sur une émouvante version de Ceux qui s’en vont, ceux qui nous laissent, popularisée par Ginette Reno, tandis que Julien Laurence propose un clin d’oeil aux seventies avec Hotel California.

[ • • • ]

En 45 ans de carrière, Alain Morisod & Sweet People ont offert près de 1 800 spectacles et vendu 3,5 millions d’albums dans la Belle Province, en plus de remporter un Félix dans la catégorie « Artiste de la francophonie s’étant le plus illustré au Québec ». C’est une histoire d’amour évidente!

Alain Morisod racontait récemment au journal Le Nouvelliste : « Je rassure les gens : nous allons sans doute revenir au Québec dans le futur, mais pas dans le cadre d’aussi grosses tournées. Je nous vois revenir pour 20 ou 25 spectacles, peut-être, mais arrêter? Non, on ne pourrait pas. Il y a des attentes : la tournée marche d’une façon incroyable. C’est salle comble après salle comble. Les diffuseurs nous le disent : c’est la tournée qui marche le mieux. On vient de jouer à Drummondville où on nous a appris que nos spectacles sont ceux qui y ont été présentés le plus souvent après Broue! C’est incroyable! Nous sommes tellement reconnaissants envers les Québécois qui nous ont adoptés comme si on était de la famille. »

L’album La route m’a donné rendez-vous est disponible en magasin et en ligne dès maintenant.

 

Un (premier) dernier rendez-vous

Olivier Dénommée, Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 18 mai 2017

L’histoire d’amour que connaît Alain Morisod avec le public québécois ne se dément pas après toutes ces années. Celui qui a annoncé une « tournée d’adieu » en même temps que la sortie de son nouvel album La route m’a donné rendez-vous avec son groupe Sweet People admet pourtant qu’il ne se sent pas encore prêt à tirer sa révérence!

« À 68 ans, j’ai encore envie que ça continue », confirme le pianiste suisse au bout du fil. « Mais cette tournée sera la dernière avec Jean-Jacques Egli, véritable pilier du groupe qui souhaite prendre sa retraite. » La tournée de  45 dates au Québec a suscité un engouement instantané, et de nombreux spectacles, dont les deux de Saint-Hyacinthe, sont déjà vendus à guichets fermés. « Trente-huit ans plus tard, nous sommes toujours dans le cœur des Québécois... c’est une belle marque de sympathie qu’on nous fait! »

[ • • • ]

Saint-Hyacinthe

En fait, Alain Morisod conserve un souvenir particulier de la région maskoutaine, puisque c’est d’ici que vient Gerry Plamondon, le producteur qui a fait venir Sweet People au Québec la première fois en 1978. Des centaines de spectacles et 3,5 millions de disques vendus au Québec plus tard, il n’a pas oublié, au contraire! « On a la chance d’offrir deux spectacles chez vous, donc le double d’énergie! » Les deux représentations ont lieu dans la Salle Desjardins  du Centre des arts Juliette-Lassonde,  le dimanche 21 mai, et promettent  d’être émotives.

 

Une première tournée d'adieu pour Alain Morisod et Sweet People

Marie-Ève Lambert, La Voix de l'Est, 13 mai 2017

Depuis le 3 avril, Alain Morisod et Sweet People parcourent les routes du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario pour ce qui est présenté comme une grande tournée d'adieu avec 45 spectacles et 12 000 kilomètres parcourus en 52 jours ! Mais, avouons-le, il est difficile de croire que « le plus québécois des Suisses » s'apprête à tirer sa révérence. Le principal intéressé lui-même n'est plus sûr de rien.

« Le fait que nos salles soient pleines partout (NDLR : y compris à Granby, où ils s'arrêteront jeudi prochain), j'avoue que ça nous ébranle un peu. On sent qu'on a encore notre place. Mais ça fait plus de 40 ans qu'on joue ensemble, qu'on est sur la route, et on a peut-être envie de lever le pied un peu. Je ne dis pas qu'on ne va pas revenir, mais je ne dis pas non plus qu'on va revenir », dit-il au bout du fil.

[ • • • ]

Quoi qu'il en soit, c'est l'ultime chance de voir la formation sous sa forme actuelle, confirme Alain Morisod, puisqu'à 74 ans, Jean-Jacques Égli, le guitariste, a choisi de s'octroyer un peu de repos. « Mais nous (Mady Rudaz, Julien Laurence, Fred Vonlanthen et lui), on va peut-être poursuivre en faisant plein d'autres tournées d'adieu. Beaucoup d'artistes font ça maintenant ! » reprend-il en riant, ajoutant : « moi, j'adore encore autant être sur la route, les hôtels, aller à la rencontre des gens qui vous accueillent à bras ouverts... »

Pour ce dernier tour de piste, Alain Morisod et Sweet People promettent la totale à leurs fans. D'abord ils auront de nouvelles chansons, celles qui figurent sur leur album La route m'a donné rendez-vous, lancé le 28 avril dernier. Une proposition qui « oscille entre les sixties, le country et la nostalgie ». À lui seul, le titre Si on ressortait les vinyles, offert en ouverture d'album, ne ménage pas cette avenue.

Ils revisiteront également quelques-uns de leurs classiques, bien entendu, en plus de réserver plusieurs surprises au public. Il est notamment question de leur propre version de Hotel California­ et de Final Countdown...

Et bien sûr, ajoute le pianiste, prière de ne rien prévoir après le spectacle : fidèles à leur habitude, les musiciens entendent bien être sur scène pendant plus de trois heures !

Histoire d'amour

Le public d'ici a tôt fait, il y a 40 ans, d'adopter Alain Morisod­ et Sweet People. Et tel un parent envers son enfant, ils leur vouent un amour inconditionnel depuis ce premier coup de foudre. Depuis Le lac de Côme, en 1978, les Suisses préférés des Québécois ont donné près de 1800 spectacles et vendu plus de 3,5 millions d'albums dans la province, en plus de recevoir 41 disques d'or et platine et de se voir décerner le Félix de l'Artiste­ de la Francophonie s'étant le plus illustré au Québec. 

Le groupe se place même au deuxième rang des spectacles les plus vus, après l'incontournable pièce Broue, s'étonne l'artiste de 67 ans.

« Honnêtement, je n'ai jamais rien compris à cette histoire d'amour qui me lie au peuple québécois, et je n'y comprends toujours rien. Mais c'est pas si grave, l'important c'est que les salles soient pleines et que les gens soient heureux », dit-il.

Alain Morisod garde de très bons souvenirs de ses nombreux passages au Palace de Granby­. « La première fois, c'était en 1979, lors de notre première tournée en sol québécois. Des noms qu'il y avait à la programmation cette année-là - Dalida­, etc. -, je crois bien qu'on est les seuls qu'on voit encore aujourd'hui », raconte-t-il.

« Et au début des années 90, on a été le tout premier groupe à jouer dans la salle fraîchement rénovée », se remémore-t-il encore.

« En mettant bout à bout tous les shows que j'y ai donnés, je crois bien que j'ai passé deux mois de ma vie sur la scène du Palace. Et c'est sans compter le spectacle de jeudi prochain », conclut-il.

 

Entrevue

Marie-Ève Archambault, CFID 103,7 FM, 13 mai 2017

http://www.radio-acton.com/

 

Entrevue

Guy Massé et Chloé Patry-Robitaille, Plaisir le matin, Plaisir 101,9 FM, 10 mai 2017

http://plaisir1019.com/

 

La tournée d'adieu d'Alain Morisod et Sweet People s'arrêtera à Brossard

Journal Brossard Éclair, 7 mai 2017

Alain Morisod & Sweet People seront à L'Étoile Banque nationale du Quartier DIX30 le 23 mai, dans le cadre d'une tournée qui présentera les chansons de leur dernier album, La route m'a donné rendez-vous et quelques grands classiques.

La musique de ce dernier opus oscille entre les sixties, le country et la nostalgie. Le spectacle de ce populaire groupe suisse fera aussi la part belle à l'ensemble de leur répertoire, et réserve au public quelques surprises.

En près 40 ans de carrière, Alain Morisod & Sweet People ont offert plus de 1750 spectacles et vendu plus de 3,5 millions d'albums. À ces exploits s'ajoutent les 41 disques d'or et platine.

 

Alain Morisod Sweet People

André Maccabée, Cité Boomers, 6 mai 2017

La route m’a donné rendez- vous de Sweet People et Alain Morisod. Je pense si ma mémoire est bonne les avoir vus pour la première fois à la Place des  arts au début des années 80. Je suis même tombé sur eux une soirée à Lausanne ou à Genève fin des années 80. Cela fait 4 décennies qu’ils sont en tournée partout. Des milliers de spectacles.  Tout a débuté avec le célèbre lac de Côme en 1978, combien de mois ont-ils passés au Québec? Nul ne peut le dire, ils ont même eu un Félix. La tournée  2017, intitulée malicieusement Goodbye River Blue, constituera une ultime occasion de retrouver le populaire groupe suisse et de ré-entendre toutes ces chansons qui font presque partie de notre patrimoine musical. Et le spectacle  est quelque chose, cela dure plus de 2 heures plus l’entracte, parfois même trois.  On nous avait offert  en cadeau,le Cd des vignerons, et on doit en avoir d’autres dans nos tours de CDs. Cette fois, on dit que c’est leur dernier, tout comme leur dernière tournée , mais comme dit une des chansons, nous nous reverrons un jour ou l’autre si Dieu le veut.  Le célèbre groupe suisse nous présente ce nouvel album surprenant qui oscille entre sixties, country et nostalgie, mais qui propose aussi quelques chansons fidèles à son style. Voila des titres : Vis ta vie- La route m’a donné rendez- vous-  Si on ressortait les vinyles – Ceux qui s’en vont, ceux qui nous laissent – Tennessee Waltz – Hotel California (avec Julien Laurence) – Medley Michel Delpech – La Rose – Fais chanter. Cela fait 10 fois qu’on le fait jouer au moins en 4 jours dans nos bureaux.

[ • • • ]

Ils sont arrivés et ils sont en spectacle tout le mois de mai, un peu partout au Québec. En fin de semaine, ils sont au Patriote de Ste-Agathe, on ne peut vous assurer qu’il reste de la place. Si oui, prenez vous une chambre dans le coin. Cherchez sur le web. Sinon le Cd est en vente un peu partout, et il est très bon, il a fait l’unanimité de notre équipe.

 

Entrevue

Jason Caron, Debout c'est le matin, Passion Rock 105,5 FM, 3 mai 2017

http://www.passionrock.com/

 

Les spectateurs en liesse pour Alain Morisod et Sweet People

Bienvenu Senga, Journal Le Voyageur, 2 mai 2017

Sudbury — Près de 1200 spectateurs ont assisté aux deux concerts de l’artiste-compositeur-interprète suisse Alain Morisod et de son groupe Sweet People, qui ont eu lieu à Sudbury les 26 et 27 avril. Il s’agissait de la toute première fois que La Slague prévoyait une supplémentaire pour un spectacle depuis sa relance en 2006. 

Lorsqu’elle a appris que le groupe suisse serait de passage à Sudbury, la résidente de Cochrane, Yolande Richard-Ouellette, s’est directement procuré son billet, bien avant d’apprendre que Sweet People s’arrêterait également à Timmins. «J’avais voulu les voir depuis longtemps, mais je n’en avais pas encore eu la possibilité», lance-t-elle. Elle ne regrette tout de même pas son déplacement, qui lui a d’ailleurs permis de rendre visite à des membres de sa famille.

[ • • • ]

Le spectacle de plus de trois heures, pendant lequel ont été livrées de nombreuses chansons de l’imposant répertoire de Sweet People — ainsi que des reprises d’artistes tels qu’Elvis Presley, des groupes ABBA et Queen —, Mme Richard-Ouellette n’est pas près de l’oublier. «C’était merveilleux. J’aurais facilement pu y passer une autre heure, tellement ils étaient sympathiques», indique-t-elle. 

Un moment privilégié

La résidente de Chelmsford, Lise LeBlanc, attendait impatiemment la soirée du 27 avril. En guise de réponse à un message qu’elle avait envoyé au fondateur de Sweet People il y a quelques mois pour lui faire part de son «immense bonheur de les voir venir à Sudbury», l’artiste lui avait envoyé un court mot signé «Bisous, Alain Morisod». 

La fébrilité avec laquelle Mme LeBlanc attendait la fin du concert afin de pouvoir s’adresser en personne à M. Morisod ne l’a pourtant pas empêché de savourer les prestations musicales. «Il y avait tellement d’enthousiasme, de la belle musique, c’était exceptionnel», confie-t-elle au Voyageur. 

Outre la musique, Mme LeBlanc a fortement apprécié l’interaction des membres du groupe avec l’auditoire. «Alain connaissait son public et c’est rare de voir ça avec un artiste qui vient d’ailleurs. Il savait qu’il jouait pour des Nord-Ontariens, parce que ses commentaires étaient associés à notre région», souligne-t-elle. 

L’admiratrice de longue date de Sweet People en a d’ailleurs profité pour se réapprovisionner en musique à la fin du concert. «Je les écoute tellement que tous mes CD étaient usés», déclare-t-elle. 

Les efforts de 1990 portent encore leurs fruits

L’ancienne enseignante sudburoise Jacqueline Dumas-Melanson se rappelle toujours des multiples refus qu’elle et les trois autres membres de La Slague en 1990 ont essuyés en essayant de faire venir Sweet People à Sudbury à l’époque. «On voulait à tout prix les avoir, mais leur imprésario nous disait toujours qu’il n’y aurait pas assez de gens pour les voir».

La même année, à la fin d’un spectacle du groupe suisse auquel elle assistait à Ottawa, Mme Dumas-Melanson est arrivée à convaincre personnellement Alain Morisod et Mady Rudaz d’étendre leur prochaine tournée canadienne au Nord de l’Ontario. «On s’est organisés avec La Ronde à Timmins et avec Hearst pour qu’ils puissent aller là aussi. C’est ainsi qu’ils ont commencé à venir dans le Nord», révèle Mme Dumas-Melanson, qui se souvient bien que pas un seul des 1167 sièges du Grand Theatre n’était vide le soir du spectacle à Sudbury en 1992. Le groupe a effectué une deuxième tournée nord-ontarienne en 1998.

Mme Dumas-Melanson, qui a elle aussi pris part à la soirée du 27 avril, «trouve leurs voix toujours belles et leur symbiose avec leur public incroyable». «Il y a un vrai contact humain. Ils traitent toujours leur public avec le plus grand respect et la plus grande admiration», dit-elle.

 

Entrevue

Charles Bergeron, Rythmez vos matins, Rythme FM 96,5, 2 mai 2017

http://www.rythmefm.com/

 

Alain Morisod et Sweet People ravivent la flamme avec leur public québécois

Olivia Nguonly, Journal Hebdo Rive-Nord, 2 mai 2017

SPECTACLE. Après 47 albums en carrière, 29 tournées et près de 3,5 millions d'albums vendus au Québec seulement, on s'entend pour dire qu'Alain Morisod & Sweet People sont devenus tout un phénomène dans la Belle province. La formation suisse qui entretient une véritable histoire d'amour avec le public d'ici lance son nouvel album et sera de passage à L'Assomption les 10 et 11 mai.

Même après plus de 1800 spectacles au Québec depuis sa création il y a 45 ans, les Québécois ne semblent pas avoir perdu la fièvre qui les anime lorsque le groupe débarque en ville.

Après toutes ces années, je pense que je connais mieux le Québec que bien des Québécois

[ • • • ]

Alain Morisod

Avec La route m'a donné rendez-vous, qui comprend 14 pièces spécialement choisies pour son public d'ici, Alain Morisod & Sweet People espèrent bien entretenir la flamme qui brûle depuis plusieurs années déjà.

« Je ne peux pas expliquer la popularité que l'on vit chez vous. Je ne pensais jamais que ça serait aussi fort au Québec. Nous avons fait nos débuts à Paris, et peu de temps après, on nous apprenait que notre disque était certifié Platine au Québec. Tout ça a été une belle surprise », se remémore celui qui prête son nom à la formation.

Un nouveau « patchwok musical »

Pour ce plus récent album, le groupe oscille entre sixties, nostalgie et country, des qualificatifs qui ont sans doute contribué au succès de leurs titres précédents. « Notre musique reste dans l'oreille et pendant nos spectacles, le public connaît les paroles et les nouvelles chansons les accrocheront autant », promet-il.

Alain Morisod croit aussi que ce nouveau « patchwork musical » composé de classiques revisités, tels que Hotel California ou Si on ressortait les vinyles correspond à « marque de fabrication de Sweet People ».

Et attention, ne parlez pas de retraite au sexagénaire, qui n'a pas chanté son dernier succès. « L'énergie et l'envie sont toujours là pour ma part et je n'ai pas envie d'arrêter. C'est nous qui devrions choisir l'âge de notre retraite et pour moi, la limite est physique et tant que les gens seront au rendez-vous, c'est cela qui me tiendra!»

La nouvelle tournée d'Alain Morisod & Sweet People qui s'est amorcée en novembre dernier et qui amènera le groupe en France, en Suisse et au Canada en sera toutefois une d'adieu pour Jean-Jacques Egli, le guitariste de 73 ans, qui tire sa révérence après 47 ans sur la route.

« Après toutes ces années, je pense que je connais mieux le Québec que bien des Québécois, ricane Alain Morisod en repensant à ses nombreux spectacles de l'autre côté de l'océan. J'en retiens son immensité et sa singularité: les Québécois ne sont ni des Américains ni des Canadiens. Nous avons beaucoup d'affinités et on se retrouve beaucoup », s'enchante celui qui est heureux de se revenir sur les planches.

Pour informations et achat de billets: hector-charland.com. Noter que le concert du 10 mai affiche complet.

 

Entrevue

Marc-Olivier Thibault, ICI Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue, 1 mai 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

Alain Morisod et Sweet People: bon en chocolat!

Journal L'information du Nord Sainte-Agathe, 1 mai 2017

Les 6 et 7 mai prochains, Le Patriote reçoit de la belle visite! Dernier tour de piste en sol québécois, acadien et ontarien, Alain Morisod et Sweet People viendront présenter leur mixte de rythmes des sixties, de country et de douce nostalgie à la salle Percival-Broomfield.

Collaboration spéciale de Danielle Cloutier. Entre les lignes, nous savons déjà qu'il y aura plusieurs surprises musicales...et puis, il faut bien l'avouer on adore les surprises. Morisod le sait et en offre à pleines brassées dès qu'il touche les planches. D'ailleurs, elle est amusante cette anecdote acadienne qu'il nous relate: «Il y a plusieurs années, j'avais offert aux spectateurs de Caraquet une boîte à musique sur notes de Le Lac de Côme. Cette année, quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer une belle Acadienne qui me tendait la boîte à musique qu'elle avait reçue lors de mon concert. Elle attendait un bébé. Son fils a aujourd'hui 34 ans. Touché, je suis encore...»

[ • • • ]

Alain Morisod est un rebelle du show-business. Il le sait, l'a vécu et a compris que ce qu'il offre sur le marché ne correspond à rien de défini. Pourtant, il tient la route, ses spectacles font salle comble à tout coup et sa popularité ne cesse de faire des ronds dans l'eau. Alain Morisod et Sweet People relèvent donc d'une forme de phénomène que l'on s'explique mal en termes de stratégie-média. Et pourtant, cet artiste possède le plus riche capital de sympathie!

Québécois de cœur

Morisod est né à Genève, y habite encore. En sol québécois, ce Suisse normand devient tout simplement Québécois. Sa conviction profonde est qu'entre ces deux nationalités, il n'y a que distance géographique. Tout le reste est pareil tant l'on se ressemble. Bon point quand on connaît sa générosité (sur scène, il offre plus de 3 heures de spectacle), il fait lever foule et ambiance, adore le homard du fonctionnaire de Chez Girard et avoue son amitié pour le personnage typique de Marko, le proprio. Il connaît Sainte-Agathe-des-Monts comme s'il y vivait. Après plus de vingt ans à habiter Le Patriote le plus souvent possible, l'on comprend son attachement. Et le nôtre.

Alain Morisod partagera donc la scène avec ses fidèles acolytes Mady Rudaz, Jean-Jacques Egli et Julien Laurence. Sweet comme du chocolat suisse, on savoure déjà leur chanson chouchou Si l'on ressortait les vinyles.

Un rendez-vous à ne pas manquer. Visitez le www.theatrepatriote.com.

 

Départ et nouveau disque pour Alain Morisod et Sweet People

Benoit LeBlanc, Journal Le courrier Laval, 1 mai 2017

SPECTACLE. Alors que le groupe Alain Morisod & Sweet People lancera La route m'a donné rendez-vous ce vendredi 5 mai, trois jours avant sa prestation en sol lavallois, son chanteur Jean-Jacques Egli en est à sa dernière tournée à travers le Québec.

Julien Laurence, finaliste à l'émission Nouvelle Star, le remplacera au sein du groupe suisse, lui qui prenait déjà part à certaines prestations depuis une décennie.

«Je n'ai jamais compris comment notre succès a démarré ici et ne comprendrai pas quand ça va s'arrêter.»

Alain Morisod

«Jean-Jacques a écrit quelques-unes de nos plus belles pièces (Au Revoir, Les Violons d'Acadie, Chansons d'amour), confie Alain Morisod. Il n'a plus envie de tourner et aspire à une vie plus tranquille. Julien s'est intégré doucement à l'équipe.»

[ • • • ]

Le reste du groupe compte poursuivre l'aventure, mais à un rythme moins endiablé. «On aime encore ce qu'on fait et les salles sont pleines, de poursuivre Alain Morisod. Mais on ne veut plus de tournées marathon comme en ce moment, avec 50 concerts en 59 jours.»

Avant son passage à la salle André-Mathieu, la formation a notamment visité le nord de l'Ontario, se produisant notamment à Timmins et Sudbury, où elle n'avait pas mis les pieds depuis près de 20 ans.

Le groupe Alain Morisod & Sweet People sera en spectacle le lundi 8 mai, à 20h, à la salle André-Mathieu (475, boulevard de l'Avenir). Information: 450 667-2040.

 

Alain Morisod et Sweet People en spectacle à Valleyfield

Steve Sauvé Le Journal Saint-François, 1 mai 2017

La formation musicale Alain Morisod et Sweet People présente le vendredi 19 mai un spectacle intitulé Goodbye River Blue à la salle Albert-Dumouchel de Salaberry-de-Valleyfield.

Le quintet en provenance de la Suisse en sera à sa 20e présence dans la région. Le chanteur Alain Morisod souligne que le Québec a une place particulière dans le cœur des membres de Sweet People. Dans son autobiographie parue en 2009, trois chapitres sont consacrés au Québec.

«Nous venons au Québec depuis 1979 et c’est toujours plaisant, indique M. Morisod. Faire un spectacle à Salaberry-de-Valleyfield c’est merveilleux. La salle est unique par son architecture et on y passe du bon temps. Les gens sont accueillants et on connait tellement l’endroit que nous savons où sont les restaurants et même qu’on arrive à se rappeler du nom de certains spectateurs.»

[ • • • ]

 C’est la dernière fois que le groupe présente un spectacle à Salaberry-de-Valleyfield. Par contre, M. Morisod insiste pour dire qu’il n’est pas question de retraite. «Notre guitariste Jean-Jacques Egly nous a annoncé qu’il arrêtait à la fin de la tournée, dit Alain Morisod. Ça fait 47 ans que nous travaillons ensemble. Il a 74 ans. C’est une page qui se tourne pour nous, mais nous allons poursuivre la musique après son départ. D’ailleurs, je suis continuellement en processus de création.»

Le groupe qui compte 49 disques d’or ou platine à son actif compte en mettre plein les yeux et les oreilles aux spectateurs. «On va montrer aux spectateurs que les papis sont en forme, rigole M. Morisod. Le spectacle commence à 20 h et se terminera à 23 h 30. Toutes les pièces que les gens souhaitent entendre, nous allons les jouer.» 

 

Alain Morisod et Sweet People de retour sur disque et en spectacle!

Marie-Josée Boucher, Info-culture, 30 avril 2017

Le populaire groupe suisse lance aujourd’hui l’album La route m’a donné rendez-vous et poursuit sa tournée de spectacles qui, à quelques billets près, affiche complet au Canada.

Pour ce plus récent album, le groupe oscille entre sixties, nostalgie et country, le temps de 14 pièces spécialement choisies pour le Québec.

La pièce qui ouvre l’album, Si on ressortait les vinyles, est une adaptation du succès Marvin Gaye de Charlie Puth alors que La Rose reprend en français la pièce du même titre de Bette Midler. Mady Rudaz pose sa voix sur une émouvante version de Ceux qui s’en vont, ceux qui nous laissent, popularisée par Ginette Reno, tandis que Julien Laurence propose un clin d’oeil aux seventiesavec Hotel California.

[ • • • ]

En 45 ans de carrière, Alain Morisod & Sweet People ont offert près de 1 800 spectacles et vendu 3,5 millions d’albums dans la Belle Province, en plus de remporter un Félix dans la catégorie « Artiste de la francophonie s’étant le plus illustré au Québec ». C’est une histoire d’amour évidente!

Alain Morisod racontait récemment au journal Le Nouvelliste : « Je rassure les gens : nous allons sans doute revenir au Québec dans le futur, mais pas dans le cadre d’aussi grosses tournées. Je nous vois revenir pour 20 ou 25 spectacles, peut-être, mais arrêter? Non, on ne pourrait pas. Il y a des attentes : la tournée marche d’une façon incroyable. C’est salle comble après salle comble. Les diffuseurs nous le disent : c’est la tournée qui marche le mieux. On vient de jouer à Drummondville où on nous a appris que nos spectacles sont ceux qui y ont été présentés le plus souvent après Broue! C’est incroyable! Nous sommes tellement reconnaissants envers les Québécois qui nous ont adoptés comme si on était de la famille. »

Si on ressortait les vinyles

2. Vis ta vie

3. La route m’a donné rendez-vous

4. La rose

5. Les yeux de la mama

6. Fais chanter le juke-box

7. Il Mondo

8. Ceux qui s’en vont, ceux qui nous laissent

9. Qu’est-ce qu’on a dansé sur cette chanson

10. Tennessee Waltz

11. Nous nous reverrons un jour ou l’autre

12. Un premier matin sans elle…

BONUS

13. Hotel California

14. Medley Michel Delpech

SPECTACLES:

29 avril 2017

Hearst ON • Place des arts de Hearst

30 avril 2017

Timmins ON • Centre culturel La Ronde

02 mai 2017

Rouyn-Noranda • Théâtre du Cuivre

03 mai 2017

Val d’Or • Théâtre Télébec

05 mai 2017

St-Eustache • Le Zénith

06 mai 2017

Sainte-Agathe-des-Monts • Théâtre Le Patriote

07 mai 2017

Sainte-Agathe-des-Monts • Théâtre Le Patriote

08 mai 2017

Laval • Salle André-Mathieu

09 mai 2017

Terrebonne • Théâtre du Vieux-Terrebonne

10 mai 2017

L’Assomption • Théâtre Hector-Charland

11 mai 2017

L’Assomption • Théâtre Hector-Charland

12 mai 2017

St-Georges-de-Beauce • Salle Alphonse-Desjardins

13 mai 2017

Victoriaville • Le Carré 150

14 mai 2017

Québec • Salle Albert-Rousseau

15 mai 2017

Québec • Salle Albert Rousseau

17 mai 2017

Thetford • Salle Dussault

18 mai 2017

Granby • Le Palace

19 mai 2017

Valleyfield • Salle Albert-Dumouchel

21 mai 2017

St-Hyacinthe • Centre des arts Juliette-Lassonde

23 mai 2017

Brossard • L’Étoile Banque Nationale

24 mai 2017

Sherbrooke • Salle Maurice O’Bready

25 mai 2017

Montréal • Théâtre Jean-Grimaldi

26 mai 2017

Gatineau • Casino du Lac-Leamy

27 mai 2017

Gatineau • Casino du Lac-Leamy

L’album La route m’a donné rendez-vous est disponible en magasin et en ligne dès maintenant.

 

 

Une « première tournée d'adieu »

Bruno Lapointe, Le Journal de Montréal, 29 avril 2017

Ils ont beau avoir annoncé que leur tournée Goodbye River Blue était leur dernier tour de piste, Alain Morisod & Sweet People ne doivent pas être pris trop au sérieux sur ce point. «Les artistes, nous sommes tous des farceurs. Il ne faut pas nécessairement croire tout ce qu’on dit», s’esclaffe Alain Morisod.

«Je suis comme un enfant sur un ­manège et qui ne veut pas descendre. Alors je laisse planer le doute. Disons que ça risque d’être notre première tournée d’adieu», poursuit le chanteur suisse en riant.

[ • • • ]

Une retraite ne serait donc pas dans les cartes pour la célèbre formation suisse. Alain Morisod est formel sur ce point.

«Tant qu’il y aura des gens devant nous, on va continuer à chanter», annonce-t-il.

En fait, c’est Jean-Jacques Egli qui fait ses adieux au public avec la présente tournée; le complice d’Alain Morisod ­depuis 47 ans quittera la formation au terme de la dernière représentation.

«Il a envie de prendre une pause, d’avoir un peu de recul. C’est une grande page qui se tourne pour nous», annonce Alain Morisod.

Nouvel album

Avec la tournée Goodbye Blue River, la formation suisse vient présenter au public­­ canadien les pièces de La route m’a donné rendez-vous, leur tout nouvel opus sur le marché depuis hier.

Sur cet album, Alain Morisod & Sweet People proposent quelques pièces ­originales, mais également plusieurs reprises­­ de chansons pour lesquelles ils ont eu des coups de cœur au fil des ans.

On peut donc y réentendre des titres tels que La Rose, version francophone du succès The Rose de Bette Midler, Hotel California des Eagles et Ceux qui s’en vont, ceux qui nous laissent de Ginette Reno.

Le tube Marvin Gaye, popularisé par Charlie Puth et Meghan Trainor en 2015, y est également revisité. Cette fois-ci, il devient Si on ressortait les vinyles, offert en ouverture d’album.

«À la base, la chanson a un son très ­sixties. On est allés encore plus loin dans cette avenue, à fond avec la nostalgie», ­explique Alain Morisod.

La tournée Goodbye River Blue d’Alain Morisod & Sweet People se poursuit jusqu’au 27 mai. L’album La route m’a donné rendez-vous est en vente maintenant

 

Entrevue

Pauline Mourrat, Journal Le Quotidien, 15 avril 2017

Nostalgie, rires et souvenirs étaient au rendez-vous lors du passage d’Alain Morisod et Sweet People au Théâtre du Palais Municipal de La Baie, vendredi. C’est avec une salle quasi comble que les membres de Sweet People ont passé la soirée, à l’occasion de leur tournée d’adieu Goodbye River Blue. Derrière son piano blanc étoilé, Alain Morisod a su charmer le public en alternant chansons et anecdotes. «Une soirée avec Alain et ses amis, ça ne se refuse pas», a-t-il lancé d’emblée, avant même d’être entré sur scène.

Charmés dès la première chanson, les spectateurs ont eu le loisir de pousser la chansonnette avec Mady pendant son adaptation française de The Rose, ou encore de bouger avec Fred lors de son interprétation pour le moins exotique de Le lion est mort ce soir. À plusieurs reprises, les chanteurs ont même dû s’éclipser pour laisser le public fredonner les mélodies des chansons les plus connues. De Je t’attendrai my love à Neige , en passant par Les moulins de Mykonos, chacun y a trouvé son compte. Pendant plus d’une heure et demie, les têtes ont balancé au rythme des chansons, les plus courageux ont fait vibrer leurs cordes vocales, et les mains ont applaudi à l’unisson. Charmés par le public, Sweet People a voulu le gâter en interprétant Si on ressortait les vinyles, un titre exclusif de leur nouvel album, sorti depuis quelques jours.

[ • • • ]

SUCCÈS QUÉBÉCOIS

Entre chaque morceau, Alain Morisod a retracé la carrière de Sweet People dans la province, les nombreux disques d’or et les quelque 3,5 millions d’albums vendus depuis toutes ces années. «Notre première tournée au Québec c’était en septembre 1979, ça fait 38 ans et vous n’avez pas changé!», s’est exclamé Alain Morisod, provoquant les rires du public. Après une heure de chansons et de jeux de lumière, le public a été gâté par l’arrivée «surprise» de Julien Laurence, un chanteur français qui accompagne le groupe depuis maintenant dix ans. Sorti de nulle part au milieu du public, il s’est invité à la fête pour quelques titres. «C’est ma cinquième tournée avec Sweet People et je continue d’être présenté comme une surprise!», a-til lancé le rire aux lèvres avant d’inviter le public à taper des mains et à chanter avec lui, encore et encore.

 

Alain Morisod et Sweet People: une histoire d'amour et de chance

François Houde, Le Nouvelliste, 14 avril 2017

(Trois-Rivières) Certains ont parlé d'une tournée québécoise d'adieu pour Alain Morisod et Sweet People qui s'arrête à la salle Thompson samedi. Les fans n'y ont évidemment jamais cru parce qu'ils savent que le groupe déborde d'autant d'enthousiasme que d'inspiration, lui qui vient tout juste de lancer un tout nouvel album, La route m'a donné rendez-vous.

Précisons quand même quelque chose: la présente tournée canadienne est bel et bien la dernière du groupe sous sa forme actuelle puisque Jean-Jacques Egli quittera au terme de celle-ci. À 74 ans, le guitariste ressent un peu le poids des années et a choisi de se la couler douce.

[ • • • ]

On peut le comprendre. Prenez l'actuelle tournée au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario: 45 spectacles en 52 jours! Infernal! Alain Morisod, toujours tellement disponible, en convenait au bout du fil depuis Sept-Îles mardi matin. «Je suis conscient que j'en demande beaucoup à mon équipe. Nous allons faire environ 12 000 kilomètres pour 45 spectacles d'ici au 27 mai. C'est énorme! À un moment donné, il y a des limites physiques qui entrent en ligne de compte. Jean-Jacques a 74 ans mais moi, je ne suis pas tellement plus frais: je vais bientôt en avoir 68! Tout d'un coup, je trouve que les marches d'escaliers sont plus hautes et les textes des journaux m'apparaissent de plus en plus petits!»

«Je rassure les gens: nous allons sans doute revenir au Québec dans le futur mais pas dans le cadre d'aussi grosses tournées. Je nous vois revenir pour 20 ou 25 spectacles, peut-être, mais arrêter? Non, on ne pourrait pas. Il y a des attentes:  la tournée marche d'une façon incroyable. C'est salle comble après salle comble. Les diffuseurs nous le disent: c'est la tournée qui marche le mieux. On vient de jouer à Drummondville où on nous a appris que nos spectacles sont ceux qui y ont été présentés le plus souvent après Broue! C'est incroyable! Nous sommes tellement reconnaissants envers les Québécois qui nous ont adoptés comme si on était de la famille.»

Depuis 1978 et la sortie de la chanson Le lac de Côme, les Suisses préférés des Québécois ont présenté quelque 1800 spectacles et vendu pas moins de 3,5 millions d'albums au Québec. Sur des ventes totales qui dépassent les 20 millions, c'est un pourcentage qui raconte une immense histoire d'amour.

La chance

Que Sweet People ait pu connaître une aussi fabuleuse carrière, Alain Morisod le met sur le compte de la chance. «Je n'ai jamais rien prémédité. J'ai fait un petit disque entre amis pendant mes études et on en a vendu deux millions d'exemplaires. Les choses se sont bien enchaînées par la suite, j'ai fait de belles rencontre, j'ai eu de bons feelings, et voilà! On croit toujours qu'on peut tout expliquer dans ce métier alors qu'on n'explique rien du tout. Les choses se passent ou pas. Je continue de croire que tout pourrait se terminer n'importe quand. C'est ça, la loi de ce métier. Nous sommes chanceux: la demande du public est là, encore.» Voilà un luxe dont ne pourront sans doute pas profiter les artistes de la nouvelle génération. «Je trouve qu'il y a plein de jeunes avec énormément de talent qui sortent d'émissions comme The Voice ou autres. Malheureusement, je crains que l'horizon soit un peu bouché pour eux. Il leur faudra beaucoup de chance parce que dans ce métier, on est tributaire de tellement d'éléments incontrôlables. Internet permet des choses fantastiques mais l'usage qu'on en fait est très souvent épouvantable. Pourquoi les gens achèteraient des CD s'ils peuvent pirater ou voler des albums sur Internet? Je pense que l'industrie est en train de se tirer une grosse balle dans le pied.»

«Nous avons profité de conditions tellement plus favorables. Oui, on a vendu des millions d'album mais on avait droit à une extraordinaire diffusion: on débarquait à Mirabel une journée et le lendemain, on passait à De bonne humeur à TVA dès le matin puis, sur l'émission de Jean-Pierre Coallier à 10 h puis à Sherbrooke aux Anges du matin et on faisait les Démons du midi avec mon ami Gilles Latulippe. On avait une visibilité fantastique avec énormément de retombées, ce que les artistes n'ont plus. C'est dommage.»

«Par contre, peut-être que ça donne plus de valeur aux spectacles en salles et nous, c'est encore ce qu'on fait le plus. Il reste qu'on a déjà occupé la salle Thompson chez vous sept soirs consécutifs! C'était toute une époque. Aujourd'hui, on se compte extrêmement chanceux de pouvoir encore la faire un soir avec une salle pleine.»

Un petit regret

L'optimisme gaillard qu'affiche Alain Morisod masque un tout petit regret.

«Je trouve quand même un peu dommage que l'ADISQ ne reconnaisse pas ce qu'on a réalisé au Québec. Autant de spectacles à travers les années, tous ces albums vendus... Et on remplit encore nos salles après tout ce temps. On a représenté quelque chose pour l'industrie du spectacle au Québec, on fait partie du décor. Et ces succès ont eu un impact considérable, pour les salles de spectacle en premier. Alors que l'humour occupe toujours la tête d'affiche et que la musique continue de régresser, nous, on arrive à maintenir le cap. C'est quand même une belle réussite.»

Équipés pour veiller tard!

«Je dis toujours aux gens de ne rien prévoir après le spectacle parce que nous, on finit très tard, avertit Alain Morisod en riant. Nos spectacles, c'est toujours plus de trois heures de musique. Samedi soir à la salle Thompson, on va offrir aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre de nous. C'est ce qu'on a toujours fait.»

«Moi, mon petit talent, c'est que j'ai le pif comme on dit chez nous. Je sens ce que le public a envie d'entendre. Et je sais combien les gens aiment qu'on mette les chansons en contexte alors je m'en occupe aussi. Après 40 ans, je connais bien nos fans.»

Ce que les gens qui ne suivent pas systématiquement le groupe ne savent pas, c'est que celui-ci évolue constamment. Par la présence de gens comme Fred Vonlanthen et Julien Laurence, notamment, qui apportent une grande polyvalence. «L'avantage d'un groupe comme le nôtre, c'est qu'on peut aller dans tous les sens, poursuit le pianiste. Les gens ne peuvent jamais savoir quelle direction on va prendre. Cette fois-ci, on leur réserve quelques surprises. On va leur présenter notre version de Hotel California qui sonne vraiment super bien. Tout le monde va jouer de la guitare, même Mady. On va aussi leur faire Final Countdown: c'est un moment super fort du spectacle où tous les spectateurs se lèvent: c'est génial!»

«On sent un peu partout qu'il y a une mouvance de nostalgie des années 60 et 70 et ça se reflète dans le spectacle. Mais en même temps, comme on peut compter sur des voix extraordinaires dans le groupe, on se permet un numéro un peu inspiré de ce que fait Il Divo. Quand on interprète Il Mondo, comme on dit: ça se passe!»

Alain Morisod parle avec tant d'enthousiasme de ce spectacle qu'on sent sa ferveur inaltérable. «Mon métier, dit-il, c'est une passion. Il y a longtemps que j'aurais pu ralentir le rythme mais l'envie n'est pas là. Je suis comme un enfant qui monte dans un beau carrousel: la dernière chose dont il a envie, c'est d'en descendre. Alors,  je joue les prolongations», illustre-t-il, trahissant une autre dévorante passion: le foot.  

Le groupe n'est pourtant pas complètement à l'abri des soubresauts qui bousculent l'industrie. Le groupe n'arrive pas à distribuer au Québec son tout nouvel album qui devait être en magasin fin mars. «L'industrie connaît des difficultés. On a vu la fermeture de HMV et voici que notre distributeur, DEP, a fait faillite. Ça bloque notre distribution. Notez, nous sommes dans la même situation qu'Éric Lapointe ou les Cowboys Fringants. Ne vous en faites pas: on va s'en sortir. Nous sommes en train de négocier une entente avec les Disques Sélect de façon à ce que notre plus récent album La route m'a donné rendez-vous soit en magasin le plus rapidement possible.»

 

Alain Morisod: un ultime rendez-vous tant attendu

Bienvenu Senga, Journal Le Voyageur, 14 avril 2017

Sudbury — Au cours de sa tournée d’adieu en sol canadien entamée le 5 avril, l’auteur-compositeur-interprète suisse Alain Morisod et son groupe Sweet People s’arrêteront dans quelques villes nord-ontariennes, dont Sudbury les 26 et 27 avril.

Il s’agira de la troisième visite à Sudbury du groupe formé en 1977, la dernière ayant eu lieu en 1998. «On se rappelle de ce long territoire anglophone parsemé de régions francophones où les gens sont très chaleureux, très attachés à la langue française et connaissent toutes nos chansons», confie M. Morisod au Voyageur.

Le groupe, qui compte 55 disques d’or ou de platine dont 39 au Québec, vient d’ailleurs de sortir un nouvel album intitulé La route m’a donné rendez-vous. Selon M. Morisod, les 14 titres que compte l’album «n’ont pas de fil conducteur comme d’habitude [pour Sweet People]. Il y a de la nostalgie par rapport aux années 1960 et 1980, par rapport à des choses qu’on a aimées, il y a de la musique un petit peu lyrique, mais ça part dans tous les sens», explique-t-il. 

[ • • • ]

Aux rendez-vous sudburois — où M. Morisod sera accompagné de ses acolytes de longue date Mady Rudaz, Jean-Jacques Egli et Fred Vonlanthen, mais aussi de l’auteur-compositeur-interprète suisse Julien Laurence —, «le public devrait s’attendre à rester longtemps. À 22 h, on n’en sera qu’à l’entracte. C’est la dernière fois qu’on vient, donc on jouera tout ce que les gens ont envie d’entendre, les chansons qui ont bercé leur jeunesse et leur enfance pour certains. On fera également du Queen, Hotel California, on fera des choses très différentes», avance M. Morisod. 

Des adeptes fébriles

La résidente de Hanmer, Marie Gogouin, était présente au tout premier spectacle de Sweet People à Sudbury en 1992. «J’avais déjà entendu leur musique et je trouvais les chansons très belles et touchantes, mais les voir en spectacle était magique», se souvient-elle. 

Le rêve de voir les Sweet People en personne, Lise LeBlanc, qui réside à Chelmsford, y avait presque renoncé. «J’ai découvert le groupe après sa dernière visite à Sudbury. Des amis nous ont fait connaitre leur musique, mon mari et moi. On a été séduits directement. Leurs voix, les paroles, l’émotion que donne leur musique, c’est tellement beau», raconte-t-elle. 

Lorsque Mme LeBlanc a décidé d’établir un contact virtuel en 2008 avec le groupe pour lui demander s’il comptait revenir à Sudbury, ce dernier répondit qu’il le ferait volontiers, à condition d’y trouver un diffuseur de spectacles. «J’ai donc décidé d’envoyer un courriel à La Slague, mais ça faisait tellement longtemps que j’avais fini par ne plus croire que ça arriverait», affirme-t-elle, en précisant qu’elle a toujours essayé entretemps d’assister aux spectacles du groupe dans d’autres villes canadiennes, mais en vain. «On est tellement contents qu’ils reviennent, on est comme des enfants qui attendent Noël», dit Mme LeBlanc.

À part la musique du groupe — des titres comme Vole Colombe, Les Violons d’Acadie, Chanson d’amour agrémentent le quotidien de son foyer — Mme LeBlanc apprécie également le fait que les Sweet People soient très attentionnés envers les adeptes de leur musique. Elle a pu s’en rendre compte en recevant récemment une réponse directe d’Alain Morisod après lui avoir fait part par courriel de son «immense bonheur de les voir venir à Sudbury». 

«J’ai juste hâte d’être là et d’absorber tout ce qu’ils vont présenter. Je m’attends à quelque chose d’exceptionnel et je sais que c’est ça qu’il va y avoir», fait savoir Mme LeBlanc. 

Les spectacles de Sweet People commenceront à 19 h 30 à l’auditorium Fraser de l’Université Laurentienne. Des billets sont encore en vente pour celui du 26 avril, car la représentation du 27 est à guichet fermé.

Alain Morisod et Sweet People seront également de passage à Hearst le 29 avril et à Timmins le 30 avril.

 

Non pas un adieu, mais bien un au revoir

Frédéricke Gervais, Journal L'écho de Maskinongé, 14 avril 2017

Alain Morisod & Sweet People sera en concert ce samedi 15 avril, à la Salle J. Antonio Thompson dans le cadre d'une tournée de 43 concerts.

Bien que ces spectacles sont qualifiés de tournée d’adieu, M. Morisod, de son côté, est mitigé à l’idée de quitter définitivement le monde de la musique.  «On s’aperçoit qu’on n’a pas vraiment envie de quitter la scène. Je ne dis pas que nous n’allons jamais revenir. On laisse un petit doute planer. C’est plutôt un au revoir qu’un adieu», confie le leader du groupe.

Les spectateurs pourront découvrir le tout dernier album du groupe «La route m’a donné rendez-vous», ainsi que leurs nombreux classiques.

[ • • • ]

«On remarque que même si nous ne sommes plus très présents à la radio ou à la télévision, on réussit tout de même à remplir nos salles. Les gens sont toujours au rendez-vous.»

Après Trois-Rivières, le groupe sera en spectacle à Rivière-du-Loup, le 18 avril.

 

Encore un petit tour de carrousel avec Alain Morisod et Sweet People

Caroline Bonin, Viva Média, 10 avril 2017

La tournée Goodbye River Blues d’Alain Morisod & Sweet People s’arrêtera à la salle Albert-Dumouchel, le 19 mai. Un spectacle d’adieu, qui n’en sera peut-être pas un.

Arrivé au Québec, le 2 avril, le groupe Suisse avait déjà donné cinq spectacles lors de l’entrevue de VIVA média avec Alain Morisod, lundi matin. Les musiciens se trouvaient sur la Côte-Nord où ils présentaient un spectacle, avant de reprendre la route vers les autres 40 salles de spectacle où ils se produiront dans cette tournée. Depuis 1978, le groupe vient au Québec chaque deux ans, habituellement au printemps.

[ • • • ]

« On a la chance d’avoir un public qui nous ait resté très fidèle même si l’on ne passe pas souvent à la radio ou à la télévision. Au Québec, on a dû faire plus de 1800 spectacles. Les gens nous attendent et aiment notre complicité. Le Québec restera ma plus belle histoire », lance Alain Morisod, qui a ses habitudes quand il vient ici. D’ailleurs, il profitera de sa présence sur la Côte-Nord pour manger un bon homard.

Le temps qu’il nous reste

Alain Morisod l’avoue, ce n’est pas vraiment un adieu. Le groupe, qui vit une véritable histoire d’amour avec le Québec depuis 40 ans, reviendra peut-être pour donner quelques spectacles, mais pas pour une tournée de cette ampleur. Si Jean-Jacques Egli, 74 ans, est fatigué, les autres membres du groupe ont encore l’envie et l’énergie de monter sur scène. Il faut dire que Julien Laurence, lauréat de la Nouvelle Star en France en 2004, s’est joint au groupe il y a 11 ans. Alain Morisod affirme que ce nouveau chanteur a une voix extraordinaire et donne une énergie différente.

« Je ne vous dis pas que je reviendrai. Je ne vous dis pas que je ne reviendrai pas. On va voir comment ça se goupille face à certains membres du groupe. Il y a beaucoup de monde aux spectacles et les gens sont tellement réceptifs. C’est difficile de dire qu’on arrête. On modulera peut-être, mais ça ne sera plus comme avant », explique Alain Morisod, précisant que s’ils lèvent le pied, ce n’est pas par envie, mais plus parce qu’à un moment donné les limites physiques se font sentir.

« Quand on est bien installé dans le carrousel, on n’a pas envie d’en descendre. On a envie de continuer un tour ou deux. »

Classiques et surprises

Alain Morisod & Sweet People pourrait se contenter de piger dans ses plus grands succès, tels River Blues, Le temps qu’il nous reste, Une chanson italienne, Ce n’est qu’un rêve, Les violons d’Acadie et Lac de Côme pour construire leur spectacle. Préférant surprendre son public, le groupe a préparé quelques surprises, dont Hotel California, The Final Countdown  et même une chanson de Queen.

« Notre public de base commence à 50 ans, mais des dames de 35-40 ans accompagnent leur mère et elles connaissent toutes nos chansons parce qu’elles ont été élevées avec. Elles ont un plaisir fou parce que le spectacle a beaucoup évolué. On fait des choses différentes que les gens n’attendent pas de nous, lance-t-il. Aujourd’hui, les jeunes regardent ce qu’ils veulent, quand ils veulent. Ce qui est important c’est d’avoir quelqu’un sur le fauteuil. Le plaisir d’une dame de 70 ans est aussi important qu’un petit gars de 20 ans qui s’éclate. »

La diversité des membres du groupe fait qu’il ne ressemble à personne. On ne sait jamais ce qu’ils vont chanter et qui va chanter. « Je pense que les gens ne s’emmerdent pas à nos spectacles. Ils viennent ici et ont du plaisir. On aime ou l’on n’aime pas, mais on ne ressemble à personne », conclut Alain Morisod.

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés