Dossier de presse d'Eli et Papillon

Eli et Papillon, un duo ensoleillé et vitaminé

Frédéric Lebeuf, Alternative Rock Press, 24 juin 2016

Le vendredi 17 juin, le coloré duo Eli et Papillon était en spectacle sur la scène Sirius XM lors des FrancoFolies. Plusieurs spectateurs étaient au rendez-vous afin de découvrir et se laisser envahir par l’univers musical des deux artistes.

« On ressent toujours de l’excitation avant de faire une prestation musicale. J’ai vraiment hâte car en réalité, ça sera notre premier gros spectacle officiel de notre récent disque Colorythmie. Donc, ça sera un spectacle spécial pour nous » explique Marc Papillon – la présence masculine à la guitare.

Après avoir présenté un spectacle plus intime pour le premier album éponyme paru en 2012, le duo Eli et Papillon est allé dans une direction opposée sur Colorythmie : « C’est un plus grand show. On est bien entouré sur la scène avec un band ainsi que la présence de Sarahmée qui va venir présenter son rap sur la pièce Gratte-Ciel ».

[ • • • ]

Le 11 juin dernier, Pierre Lapointe présentait son spectacle La forêt des mal-aimés : 10 ans plus tard sur la scène Bell des FrancoFolies. Étant des grands admirateurs de l’inépuisable artiste, le duo a rendu un petit hommage au chanteur en présentant une de ses pièces favorites de son répertoire soit Deux par deux rassemblés à la sauce Eli et Papillon.

Projets personnels

« C’est sûr que Marc et moi, on s’aime beaucoup, on est vraiment de bons amis. On va continuer de pousser à fond Colorythmie et éventuellement préparer la parution d’un troisième album. Toutefois, on a besoin de respirer un peu chacun de son côté », confie Elise Larouche – la voix féminine du duo.

Tandis qu’Éli désire se concentrer sur le songwriting et avoue avoir un petit projet de composition en route, Marc accompagne plusieurs artistes en tournée tels qu’Isabelle Boulay, Cœur de Pirate et Ariane Brunet. De plus, le multi-instrumentaliste Papillon souhaite lancer son projet solo instrumental inspiré de musique de films.

Liste de chansons :

Automne

La fuite

Les rêves

Cette nuit

Mille querelles

Deux par deux rassemblés (de Pierre Lapointe)

L’oiseau

Bouteille à la mer

Ensemble

Dans la danse

Gratte-ciel (avec Sarahmée)

Victoire

 

ENTREVUE

Aurore Davignon, Tabarnak, Équinoxe FM, 19 juin 2016

http://tabarnakpodcast.podomatic.com/

 

Entrez dans la danse avec Eli et Papillon

Fréquence-Plaisir, 1 juin 2016

Suite aux succès Ensemble et Automne, Eli et Papillon annonce l’été avec la pétillante Dans la danse. Pièce entraînante et positive, le troisième extrait de l’album Colorythmie saura assurément rythmer la saison estivale.

Lancé en octobre dernier, l’album Colorythmie se décline en 10 chansons où les paroles d’Elise Larouche virevoltent sur les airs rythmés de Marc Papillon-Ferland. Ce dernier signe également la réalisation de l’album, avec la collaboration de Yannick Rastogi et Soké Zahir (Koriass, Samian et Anodajay) pour certaines pièces.

«Lorsqu'on a composé cette chanson, c'était la journée la plus froide de l'hiver. Il y avait une grosse tempête de neige et l'été nous paraissait loin. On voulait juste s'évader au soleil, faire de la musique pour oublier le froid, manger de la barbe à papa, danser, se faire bronzer sur la plage, partir au Costa Rica jusqu'au retour du beau temps.»

[ • • • ]

Je veux aller, là où le soleil brille,

Quelque part, où la chaleur m'enivre.

Je suis partie, pour mieux revenir.

Pour tenter ma chance. Entrer dans la danse.

C’est pourquoi je chante. Entrer dans la danse.

Eli et Marc auront le privilège de monter sur la scène SiriusXM des FrancoFolies de Montréal le 17 juin à 19h.

 

ENTREVUE

Caroline Dubois, Les hits de Montréal, CKOI 96,9, 15 juin 2016

http://www.ckoi.com

 

À l'extérieur aux FrancoFolies de Montréal

Marie-Hélène Amyot, MatTv, 28 mai 2016

Après vous avoir annoncé la programmation intérieure des FrancoFolies de Montréal, voici maintenant le temps de découvrir quels artistes vous aurez la chance de voir sur les différentes scènes extérieures de l’événement. La programmation annoncée hier, sous un soleil à faire plisser les yeux, dans une ambiance légère et joyeuse, laisse présager que nous aurons droit à de belles festivités encore cette année. J’ai profité de l’occasion pour m’entretenir avec les artistes qui prendront part à la 28e édition des Francos.

Stefie Shock présentera son dernier album 12 belles dans la peau, qui rend hommage à Gainsbourg, sur la Scène Bell le 13 juin à 21 h avec des artistes invitées, et c’est avec bonheur qu’il jouera devant une foule nombreuse, à ne pas en douter. « À l’extérieur, il peut y avoir 50 000 ou 100 000 personnes. Ça donne une énergie différente de ce qu’on a en salle. Ça donne accès à convertir plus de monde encore! » Jérôme Charlebois était, quant à lui, en compagnie des boys de 2 Frères, Erik et Sonny Caouette lorsque je suis venue à leur rencontre et croyez-moi, ils ne chômeront pas dans les jours à venir, car ils s’envolent vers la Suisse la semaine prochaine pour prendre part au Festival Pully-Lavaux à l’heure du Québec. Mais que nous réservent-ils pour les Francos? Les deux frères ont bien l’intention de faire bouger les spectateurs le 15 juin à la Scène Bell et promettent une formule différente de leur spectacle en salle. « En festival, on est sept musiciens. C’est beaucoup plus festif, plus rock, plus énergique. Les gens qui nous ont vus en salle de spectacle, n’ayez pas peur de venir nous voir, c’est différent! », de me dire Sonny. Quant à Jérôme, qui se produira dans la Zone Molson Canadian le 12 juin, il se permettra des petites tounes intimes, mais il ajoute que « Si ça déborde trop, va falloir faire plus de bruit évidemment.»  Ça promet!

[ • • • ]

David Jalbert, qui a quatre albums à son actif, montera sur la Scène Bell le 13 juin. « On a un spectacle qui s’appelle Tire toi une bûche, un peu bord de feu. Je vais amener un petit quai parce que je ne peux pas amener mon décor intégral sur la scène des Francos. » Il accueillera sur scène le chanteur Étienne Drapeau, qui en sera à ses premières Francofolies. Pour sa part, Alexe Gaudreault, qui a sorti son premier album cette semaine, foulera les planches du même endroit le lendemain, 14 juin. « Ça va être tout un défi d’aller chercher tout le monde, mais j’ai vraiment hâte d’avoir du fun. De juste chanter mes tounes et tripper avec les gens qui vont vouloir tripper avec moi. » Bonne amie d’Alexe, la rockeuse Andie Duquette s’emparera de la même scène, le 16 juin. « Je suis vraiment une fille de festival, c’est ce qui me fait le plus tripper dans la vie. Les gens ont le goût de faire le party. Ça me donne de l’énergie, ça me donne envie de leur en donner pour leur argent, même si c’est gratuit. »

La Zone Ford, occupée par la scène du même nom accueillera, Jonathan Painchaud, le 13 juin. L’artiste, dont l’album La tête haute est sorti le mois dernier, nous assure qu’on ne risque pas de s’endormir lors de sa prestation. « C’est Les Soirées Rock Ford, on ne se contera pas de peur, on va rocker. Heureusement, on a du matériel pour faire une heure de rock. » Le 15 juin, la sympathique Amélie Veille se présentera elle aussi sur la Scène Ford. Elle lancera son album Les moments parfaits, ce soir-là, aux côtés de Maxime Landry, Andréanne A. Malette et Antoine Gratton, qui occupera également le rôle de directeur musical. « Pour moi Antoine, c’est le maître de la groove. Ça va me permettre de montrer une autre facette de moi. Les gens ne pensent pas qu’Amélie Veille est énergique, ils pensent que j’suis toute douce, mais j’suis capable de groover, ça fait que je suis contente d’avoir cette scène-là pour le montrer. Ce qui est très drôle, c’est que c’est la scène rock puis moi j’fais pas du rock, mais en tous cas. » Pour terminer votre soirée en beauté, dès 23 h La Bronze vous attend au Shag situé au Savoy du Métropolis, mais sachez qu’elle fera la première partie de la formation Louise Attaque au Métropolis le 14. « On vient de sortir un mini-album la semaine passée. Je suis vraiment contente, on a travaillé super fort. »

Proclamée grande gagnante du dernier Festival international de la chanson de Granby, Caroline Savoie, a plus de 300 spectacles à son actif, et c’est sur la scène Sirius XM le 16 juin qu’elle en ajoutera un de plus à son parcours. « D’habitude je joue à l’intérieur, mais à l’extérieur c’est juste pour montrer que mes tounes, qu’on peut quand même groover dessus, puis je vais montrer le nouveau matériel de mon album qui va sortir au mois de septembre. » Le lendemain, même heure, même endroit, vous retrouverez l’énergique duo Eli et Papillon. « On est en full band, une formule super électro. On est avec une grosse gang, avec une choriste, ça va être vraiment le gros party. Ça va un peu être à l’image de notre album, super coloré », de me dire Elise. Marc ajoute : « Ça va être un spectacle varié, éclaté, il va y avoir des belles surprises. Comme les gens ont pu le constater, l’album Colorythmie est beaucoup plus énergique, électro, que le premier qui était plus nostalgique. »

Sur la même scène, dès 22 h le 15 juin, Simon Kingsbury viendra vous faire bouger au son de sa musique rock-folk et soyez assurés que vous ne risquez pas de vous ennuyer. « En scène extérieure, il y a quand même plus de monde. L’énergie est doublée, même triplée. L’album est quand même rock, Pêcher rien, on va le faire au complet. Je pense que ça va être un gros party et je veux que ce soit ça. D’après moi on va sauter partout pis on va faire des tounes pis on va avoir du fun. » En ce qui concerne Marie-Eve Roy, chanteuse et guitariste des Vulgaires Machins, elle a récemment sorti un album solo, Bleu Nelson, et elle viendra vous présenter son nouveau matériel, le lendemain dans la même case horaire.  « C’est le début de mes spectacles. Juste le fait de pouvoir me faire découvrir, vu qu’il y a du monde qui ne me connaisse pas et qu’il y ait un rassemblement devant moi, c’est déjà gros. »

Le duo Rouge Pompier, qui nous a offert l’album Chevy Chase il n’y a pas longtemps, recevra Oktoplut, un autre band de rock à deux, pour le spectacle du 11 juin sur la scène Loto-Québec. « On va être deux drums, deux guitares, pour la première fois de notre vie et deux jours plus tard, eux aussi font un spectacle sur la scène Ford et nous on va jouer leurs chansons avec eux sur la scène. » Quelque chose me dit que cette association va dépeigner les mieux coiffés! La souriante Ariane Brunet, dont le dernier album Stella est sorti depuis peu, se fera un plaisir de faire bouger les gens. « En salle, j’aime ça regarder tout le monde dans les yeux, j’essaie de faire quelque chose de vraiment chaleureux. Sur une scène c’est plus difficile. Ce qu’on essaie d’aller chercher c’est le dynamisme chez les gens et les faire danser, ce que je fais un peu moins souvent. J’ai vraiment hâte de faire ça! » C’est donc le 12 juin, au même endroit, que vous pourrez vous délier les jambes en compagnie d’Ariane.

Pour la programmation complète, je vous invite à visiter le site officiel et à télécharger l’application qui vous permettra de bien gérer votre horaire des FrancoFolies. 

En rafale

Malgré que la programmation n’était sortie que depuis quelques minutes, voilà ce que les artistes ont hâte de voir. Mais ne pensez pas que leur liste s’arrête là, pour la plupart, ils m’ont dit que d’autres spectacles s’ajouteraient une fois avoir regardé la liste plus longuement.

Alexe Gaudreault : Dead Obies, Ariane Moffatt, Louis-Jean Cormier, Andie Duquette, Galaxie et Marie-Pierre Arthur, Laurence Nerbonne

La Bronze : Louise Attaque

Amélie Veille : Galaxie et Marie-Pierre Arthur, Jason Bajada

Andie Duquette : Galaxie et Marie-Pierre Arthur

Ariane Brunet : Stefie Shock

David Jalbert : 2 Frères, Karim Ouellet, Stefie Shock

Eli et Papillon : Dumas, Ariane Moffat (Élise), Galaxie et Marie-Pierre Arthur (Marc)

Mon Doux Saigneur : Dead Obies, Loud Lary Ajust

Rouge Pompier : Groovy Aardvark, Colectivo, Overbass

Jonathan Painchaud : Dumas, Les Respectables

Marie-Eve Roy : Pierre Lapointe

Simon Kingsbury : Jérôme Dupuis-Cloutier, Galaxie et Marie-Pierre Arthur

 

Francofolies: la règle de l'ajout jouissif

Sylvain Cormier, Le Devoir, 27 mai 2016

La programmation extérieure du festival ajoute 150 spectacles gratuits à ceux présentés en salle.

La grille de la programmation extérieure des FrancoFolies, dévoilée jeudi, donne le tournis. Ça fait beaucoup de chanson francophone, 150 spectacles présentés en toute gratuité du 9 au 18 juin sur les scènes petites, grandes et immenses du Quartier des festivals (ça se décline par série, par jour, sur francofolies.com). On va où d’abord et avant tout ?

Force est de constater qu’on a eu des idées pas piquées des agriles du frêne dans la série des grands événements de la place des Festivals. Galaxie et Marie-Pierre Arthur… ensemble ? Laurent Saulnier, programmateur en chef, est content de son coup : « Je souhaitais plus que Marie-Pierre faisant les choeurs sur du Galaxie. J’ai suggéré un spectacle intégré. Galaxie au complet, Marie-Pierre, son band, tout le monde sur scène, tout le long. Ils n’ont même pas hésité. On verra comment ça va se passer, mais que les tounes de Marie-Pierre soient galexifiées, celles de Galaxie arthurisées, c’est déjà du plaisir ajouté. »

[ • • • ]

Règle d’or de cette série d’événements : l’ajout jouissif. C’est vrai pour un Louis-Jean Cormier qui promet « un show de gros band où ça groove, dans l’esprit des Talking Heads du film Stop Making Sense ». Louis-Jean pour danser ? Saulnier rigole de son grand rire de Laurent. « Ces artistes, pour la plupart, ont déjà joué à Montréal dans la dernière année. Pour nous, le défi, c’est de trouver une nouvelle façon de les présenter. Des fois, c’est les artistes eux-mêmes qui profitent de l’occasion pour fantasmer… »

Ça donne un Pierre Lapointe qui va reprendre, à l’identique, son spectacle de La forêt des mal-aimés. Dix ans plus tard. Pareil jusqu’au décor, si possible. « C’est quelque chose qui n’arrive jamais, à part un groupe hommage comme The Musical Box qui refait un show de Genesis. Mais l’artiste lui-même ? Même band, même ordre des chansons. C’est pas une question d’autocélébration, c’est dire au public : si vous avez manqué ça, venez vous rattraper ! »

Ça donne le groupe Canailles avec Bernard Adamus, Mononc’Serge et Stephen Faulkner. « Très affectueusement, on appelle ça une belle soirée de crottés », se réjouit Saulnier. « Faire Canailles en gros show pas d’invités ? Peut-être pas. Mais en famille de musique ? Sans aucun problème. Notre but, c’est de rallier les fans de base du groupe, mais aussi des curieux, des touristes, du monde à qui ça fait plaisir de revoir Faulkner, la gang d’Adamus, etc. » Ariane Moffatt aussi, en plus d’un spectacle plus dansant, aura des invités, « mais elle m’a fait promettre de ne nommer personne ».

« On aime ça, faire des liens », résume l’ancien journaliste musical du Voir. « Donner à Stefie Shock l’occasion de créer le spectacle des chansons de Gainsbourg avec ses “ douze belles dans la peau ”, ça se veut le complément québécois de la soirée Gainsbourg à la Maison symphonique. C’est les 25 ans du décès, après ça, on n’en fera plus, de célébration autour de Gainsbourg. C’était le moment. » Dans la même série : Dumas, Alpha Blondy, les Fioritudes, le spectacle d’ouverture hip-hop avec Brown, Alaclair Ensemble, Dead Obies et Loud Lary Ajust. Une série sur quatorze. « On continue le tour, show par show ? » lance Laurent. On en reparlera, oui.

 

Francofolies de Montréal 2016 | 10 itinéraires de spectacles extérieurs

Marc-André Mongrain, Sors-tu.ca, 27 mai 2016

C’est sous un soleil annonçant les joies de l’été montréalaise que les organisateurs des FrancoFolies de Montréal dévoilaient hier les détails de la programmation extérieure gratuite du festival, qui se déroulera du 9 au 18 juin 2016 dans le Quartier des Spectacles.

Jour 9 – Vendredi 17 juin

Le vaillant Olivier Bélisle débutera la soirée assez tôt, sur l’heure du souper en fait. Il sera en spectacle à la zone Molson Canadian à 17h. L’enivrant Labess assurera la suite des choses à la Scène Hydro-Québec dès 18h. Le duo Éli et Papillon sera en spectacle à 19h.

[ • • • ]

On ne sait jamais trop à quoi s’attendre de Philippe Brach, mais c’est toujours divertissant. Et ça le sera à 20h sur la scène Ford. Le Français Bertrand Belin suivra à 21h, pendant que Galaxie et Marie-Pierre Arthur se partageront la scène principale de la Place des Festivals.

Le groupe français Bagarre sera à l’honneur à 22h sur la scène Loto-Québec, alors que le jeune artiste afro Trap parisien MHD sera en visite à 23h.

 

Party Musical à prévoir aux FrancoFolies 2016

Frédéric Lebeuf, Alternative RockPress, 27 mai 2016

Jeudi le 26 mai, la programmation complète de la 28e édition des FrancoFolies de Montréal a été finalement dévoilée au grand plaisir des amateurs de musique francophone. Voici les réactions de différents artistes qui seront en prestation durant ce festival prestigieux. Avec 28 ans d’histoire, quelles sont les spectacles les plus mémorables des FrancoFolies du point de vue de nos artistes ?

Éli et Papillon (Monde découvertes SIRIUSXM le 17 juin à 19h)

« C’est tellement le fun comme festival, tout le monde se connaît, c’est comme une famille. En plus de jouer des pièces de notre récent album Colorythmie, on va surement jouer des chansons de notre premier disque ainsi que des covers. Bref, on va vraiment se faire plaisir. Honnêtement, on veut juste propager la bonne humeur, le bonheur et le plaisir. Un spectacle plus éclaté, plus coloré et qui bouge davantage. Bref, on espère faire le party ! Tandis qu’Éli a un faible pour Pierre Lapointe depuis sa première prestation au FrancoFolies, Marc (alias Papillon) appréhende la prestation unique de ses amis Marie-Pierre Arthur ainsi que Galaxie. »

 

FrancoFolies de Montréal 2016: Dead Obies, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt...

Marie-Josée Roy, Le Huffington Post Québec, 26 mai 2016

Il faudrait être drôlement difficile pour ne pas trouver au moins un spectacle extérieur qui nous convienne aux 28e FrancoFolies de Montréal, qui se tiendront du 9 juin au 18 juin, dans le Quartier des spectacles.

Parmi les 150 prestations gratuites annoncées jeudi, lors d’un 5 à 7 sur l’esplanade de la Place des Arts, on trouve du rock, du trad, de la pop, de l’électro, du reggae, du hip hop, de la musique du monde et tutti quanti, relève et vétérans confondus : ne reste qu’à espérer que le soleil sera de la partie, et on aura un programme chargé à se mettre sous la dent.

[ • • • ]

C’est sous le signe du rap que se déroulera la soirée d’ouverture du 9 juin, dès 18h, sur la Scène Ford, avec Dead Obies, Loud Lary Ajust, Alaclair Ensemble et Brown (trio formé des frères Snail Kid, de Dead Obies, et Jamai, d’Alaclair Ensemble, ainsi que leur père). Un choix audacieux, que de miser sur un style aussi campé pour lancer le festival? Pas du tout, estime Laurent Saulnier, vice-président programmation des FrancoFolies de Montréal, qui considère plutôt que l’option allait de soi.

«J’ai l’impression qu’il y a une perception assez erronée, que le hip hop est une musique marginale, alors que ce ne l’est plus. Loud Lary a déjà rempli un Métropolis, le dernier show des Dead Obies était sold out au National, Alaclair existe depuis déjà cinq ou six ans… Ce n’est plus une musique marginale ou de niche. Ce qui me fait plaisir, de cette soirée d’ouverture, c’est qu’il y aura un public jeune. Ensuite, on se dira peut-être que ce n’est pas vrai que les jeunes ne s’intéressent pas à la musique en français! Peut-être qu’il faut juste leur présenter la musique qui les intéresse…»

Laurent Saulnier ne s’en cache d’ailleurs pas, rajeunir le public des FrancoFolies a toujours été l’objectif de Spectra, qui chapeaute la fête. Il en était déjà ainsi lorsqu’il a pris les commandes de l’événement, il y a 17 ans, et sa mission se poursuit.

«J’y tiens et, pour moi, c’est important qu’il y ait un renouvellement de public, que les jeunes sortent et viennent voir les shows sur le site des Francos.»

Cormier en clôture

Le 10 juin, la Scène Bell sera le théâtre des Fioritudes de Marie-Pierre Arthur, Alexandre Désilets, Antoine Gratton, Ian Kelly et Chloé Lacasse, qui revisitent le répertoire de Serge Fiori depuis maintenant deux ans. La première du collectif avait eu lieu aux FrancoFolies en juin 2014, à la Salle Wilfrid-Pelletier. Une belle roue qui continue de tourner. Fiori sera-t-il caché quelque part dans l’assistance?

Le 11 juin, Pierre Lapointe s’emparera de la Scène Bell dès 21h, en recréant exactement le même spectacle que celui de sa tournée La forêt des mal-aimés, présentée en 2006, avec les mêmes chansons, dans le même ordre qu’il y a 10 ans. Un incontournable pour les inconditionnels du coach gagnant de la récente édition de La voix.

Le 12, c’est Canailles, Bernard Adamus, Mononc’Serge et Stephen Faulkner qui feront vibrer ce même espace. La Scène Bell accueillera en outre Stefie Shock (13 juin), Dumas (14 juin), Ariane Moffatt (15 juin), Alpha Blondy & The Solar System (16 juin), ainsi que Galaxie et Marie-Pierre Arthur (17 juin). Lors de ce dernier rendez-vous, les musiciens de Marie-Pierre Arthur se mêleront à ceux de Galaxie, et échangeront leur répertoire respectif, pour susciter une véritable explosion musicale, pendant 90 minutes.

Et c’est le toujours bien-aimé Louis-Jean Cormier qui aura l’honneur de clôturer cette série de grande qualité, avec un moment qu’on promet endiablé, le 18 juin, à 21h. «Il nous a dit qu’il voulait que ça soit un party et que les gens dansent. Il va revisiter ses arrangements pour que ça soit dansant», laisse planer Laurent Saulnier, en parlant de Louis-Jean Cormier.

Vous en voulez plus? On ne pourra tous les énumérer, mais sachez que Joseph Edgar, Renée Wilkin, David Jalbert, Alexe Gaudreault, 2 frères, Alexandre Belliard, Jérôme Charlebois, Laurence Nerbonne, La Bronze, Samito, Yves Lambert et Socalled, Les Respectables, Jonathan Painchaud, Patrice Michaud, Amélie Veille, Rémi Chassé, Philippe Brach, Pierre-Luc Brillant et Isabelle Blais, Francis Faubert, Joëlle Saint-Pierre, Caroline Savoie, Éli et Papillon, Félix Dyotte, Élage Diouf, Ariane Brunet, Rosie Valland, Jason Bajada, Rouge Pompier et bien d’autres auront tous leur concert en plein air aux Francos cette année. Rappelons-le, 150 propositions, c’est riche!

«On essaie d’avoir une espèce d’équilibre, commente Laurent Saulnier. Oui, on organise des soirées comme les Fioritudes, où on sait que le public sera plus vieux mais, en même temps, on serait probablement surpris de voir le nombre de jeunes qui s’intéressent encore à Harmonium, aujourd’hui! Il y a des artistes et des musiques qui sont un peu intemporels, et qui réussissent à aller chercher les jeunes, même si les disques ont été enregistrés il y a 40 ans.»

«Sur la Scène Bell, sur la Place des Festivals, il y en a vraiment pour tous les âges et tous les goûts. Même si ce sont des noms qu’on a vus et revus, des Louis-Jean Cormier, des Ariane Moffatt, des Dumas, des Pierre Lapointe, chacun arrive avec de nouvelles affaires, et il y a aussi de nouvelles créations».

Pour un(e) chanteur (euse) ou un groupe, que peut changer ou apporter un passage aux FrancoFolies, en salle ou à l’extérieur?

«Tout, répond spontanément Laurent Saulnier. On ne sait jamais. Mais il faut travailler. Par exemple, l’an dernier, Rosie Valland se produisait sur la Scène Sirius. Au moment où je suis passé pour aller la voir, je me suis cogné sur des «tourneurs» français et belge qui étaient là, qui regardaient son show et qui la trouvaient vraiment bonne. Est-ce que les papiers se sont signés, est-ce que Rosie va partir en tournée en Europe? Je ne sais pas. Mais il y avait du monde important qui s’était déplacé pour la voir. Ça débouchera peut-être sur quelque chose, ou pas, mais au moins, il faut prendre la chance.»

Pour plus d’informations sur le calendrier complet des FrancoFolies, on consulte le www.francofolies.com.

Pour plus d’informations, on consulte le www.francofolies.com.

 

Eli et Papillon présente Dans la danse

QuébecSpot Média, 27 mai 2016

Suite aux succès Ensemble et Automne, Eli et Papillon annonce l’été avec la pétillante Dans la danse. Pièce entraînante et positive, le troisième extrait de l’album Colorythmie saura assurément rythmer la saison estivale.

« Lorsqu’on a composé cette chanson, c’était la journée la plus froide de l’hiver. Il y avait une grosse tempête de neige et l’été nous paraissait loin. On voulait juste s’évader au soleil, faire de la musique pour oublier le froid, manger de la barbe à papa, danser, se faire bronzer sur la plage, partir au Costa Rica jusqu’au retour du beau temps. » – Eli et Papillon

[ • • • ]

Le duo pop offrira ce soir à compter de 19h une prestation aux Jardins Gamelin dans le cadre des Concerts Découvertes. Un deuxième spectacle gratuit s’ajoute à leur calendrier : Eli et Marc auront le privilège de monter sur la scène SiriusXM des FrancoFolies de Montréal le 17 juin à 19h.

Lancé en octobre dernier, l’album Colorythmie se décline en 10 chansons où les paroles d’Elise Larouche virevoltent sur les airs rythmés de Marc Papillon-Ferland. Ce dernier signe également la réalisation de l’album, avec la collaboration de Yannick Rastogi et Soké Zahir (Koriass, Samian et Anodajay) pour certaines pièces.

 

À 2, c'est mieux: Eli et Papillon

Philippe Renaud, Magazine Paroles & Musique, 14 avril 2016

Nous poursuivons notre série d’entretiens portant sur ces mariages heureux du mystère de la création que l’on appelle… les duos d’auteurs et compositeurs. Cette fois, une collaboration de longue date devenue en deux albums seulement un des jeunes duos les plus en vue sur notre scène pop: Elise Larouche et Marc Papillon-Ferland, mieux connus sous le nom Eli et Papillon.

La genèse du succès de leur duo, curieusement, est en quelque sorte due au piratage de leurs premières chansons. N’entendez pas là qu’un fan les ait illégalement téléchargées – on parle d’un piratage d’un tout autre ordre, que nous raconte Elise.

[ • • • ]

« On a d’abord lancé un premier démo », un peu comme une bouteille à la mer, sans grande prétention. « Mais il s’est vite répandu sur les réseaux sociaux, au Québec d’abord, au Canada ensuite. Y’a même une de nos chansons qui jouait sur des radios au Brésil! »

« Or, un gars en France nous en a volé une, enchaîne Eli. Je l’ai su parce que des blogueurs anglophones l’avaient débusqué ». L’usurpateur procédait d’une manière plus grotesque que criminelle : sous un nom d’emprunt, il mettait sur sa propre page MySpace les chansons des autres, comme s’il les avait lui-même enregistrées. « Le gars n’avait aucune conscience : il prenait les fichiers sonores tels quels de plein d’artistes, et les mettait sur sa page, en changeant le titre ou en inventant des noms de collaborateurs », s’étonne encore Marc. Le gredin avait tout de même une audience de plus de deux millions d’abonnés; peu après que le pot aux roses ait été découvert par des fans d’Eli et Papillon, la page MySpace a été fermée.

Tout de même, l’épisode a donné un coup de pub inespéré au duo, croit Eli. « Grâce à ça, on a eu beaucoup de visibilité sur plein de blogues à travers le monde, et notre démo s’est vendu comme des petits pains chauds » sur la plate-forme numérique qui le commercialisait. Presque dix ans après qu’Eli et Papillon se soient rencontrés, il était enfin clair que la formule pop du duo sentait la réussite. Un premier album, éponyme, a été lancé en 2012, suivi à l’automne 2015 de Colorythmie, toujours sur étiquette Maisonnette.

Ce plus récent album amenait la chanson du duo dans des ambiances nettement plus pop, moins introspectives et mélancoliques, que sur l’album éponyme. Marc : « J’ai beaucoup écouté des trucs comme Coldplay ou Stromae. Des trucs avec une production beaucoup plus électronique. »

« Ce qui a donné le ton à Colorythmie, indique Eli, c’est notre rencontre avec Soké  (Zahir) et Yannick » Rastogi, deux compositeurs, arrangeurs et réalisateurs souvent associés aux artistes la scène hip-hop, R&B et pop québécoise. « Ces chansons ont été écrites sur la plage, à la guitare, dans un esprit très heureux », contrairement aux chansons du premier disque, qui traitaient autant des soucis de santé d’Eli que des problèmes que vivait cet ancien couple amoureux aujourd’hui beaucoup plus heureux en tant que meilleurs amis.

Leur méthode de travail est de nature complémentaire, « mais elle ne se limite pas qu’à moi qui écrit les textes et Marc qui fait la musique », précise Elise. Tout naturellement, c’est elle qui arrive avec les mots – peut-être à cause de l’influence de sa tante poète. Quant à Marc, issu d’une famille de pianiste (« Curieusement, y’a que mon père qui n’a pas l’oreille musicale – ma mère et mes sœurs sont toutes pianistes »), il a appris le violon, puis le piano, avant de s’investir dans des études collégiales et universitaires en musique. « Mon rêve serait de faire de la musique de film », assure-t-il.

« Tu vas chez Marc, tu vois tous les violons avec lesquels il a appris à jouer, du plus petit au plus grand, raconte Eli. Il fait ça depuis longtemps, la musique est devenue comme une science chez lui, d’autant qu’il lit les partitions et qu’il a l’oreille absolue. Moi, j’aborde ça de manière plus naïve, disons ».

Marc : « On compose avec beaucoup de spontanéité – j’invite Eli chez moi, et on se laisse chanter, pour ainsi dire. On commence avec une mélodie en tête, je joue avec différents accords jusqu’à ce que ça sonne naturellement. Les chansons du nouvel album sont toutes nées de la même manière : sur une base de guitare et voix, ou piano et voix. »

Eli : « Souvent, j’arrive avec de petites idées simples, juste guitare et voix. Marc, ensuite, va complexifier, enrichir l’idée. » Et quand Marc s’y met, il empile : des pistes de synthés, des arrangements de cordes, des instruments percussifs… Ça prend l’esprit plus posé et les idées claires d’Elise pour élaguer la chanson, lui permettre de respirer et, surtout, de mettre en valeur son filet de voix, sobre, chaleureux, mais senti, devenu la marque de commerce d’Eli et Papillon. « Les mots viennent après la mélodie et le groove, ajoute Eli. Ils viennent vite, parce que j’ai déjà l’idée, j’ai déjà des rimes en tête. »

Marc aussi a commencé à écrire des textes, dans son petit journal qu’il trimbale toujours avec lui. L’idée d’un album solo a commencé à germé dans sa tête, gardant toujours au cœur l’envie de faire de la musique de film, lorsque le temps le lui permettra, entre les concerts à venir du duo qu’il forme avec Eli et ses contrats d’accompagnateur sur scène pour les Isabelle Boulay, Marie-Denise Pelletier et autres canons de la variété québécoise. Quant à Eli, elle compose également pour d’autres, notamment Carole-Anne, cette Québécoise s’étant distinguée lors de la récente édition française de The Voice.

« Ce que j’aime de travailler avec Marc, c’est son rythme de travail, avoue Eli. Ça va vite, c’est efficace, et on comprend tous les deux où on s’en va avec une chanson. Par exemple, on développe une idée, je lui dis : tiens ça pourrait aller avec [elle chantonne quelques notes], et paf! Marc trouve tout de suite ce que je veux dire. Ce n’est pas tout le monde qui est si précis. Je ne connais personne d’autre qui travaille comme ça. »

 

Les 10 plus beaux vidéoclips québécois de mars

Clifford Brown, Ton Barbier, 1 avril 2016

Il s'est encore tourné du très beau et du très notable au Québec dernièrement, et la panoplie impressionnante de vidéos sortie en mars nous a donné du fil à retordre. Comment n'en choisir que dix parmi toutes ces oeuvres dignes de mention? La formule demeurera pour l'instant sous le sceau du secret, mais en attendant de la découvrir, vous pouvez faire plaisir à vos yeux en visionnant ces oeuvres très colorées.

Eli & Papillon - Automne

Du superbes plans, une citation de Balzac, un homme riche et seul dans sa grande maison de campagne. Autant un clip qu'un court métrage, les images frappent fort, et la métaphore est puissante.

Réalisation: Jean Vital Joliat

 

Découvertes de la semaine: Eli & Papillon, Marie-Ève Roy & SNBRN

P-A Buisson, Nightlife, 16 mars 2016

http://www.nightlife.ca

 

Eli et Papillon: Automne (Vidéoclip)

Rythme FM, 15 mars 2016

Après avoir présenté aux radios la pièce Automne, second extrait de l’album Colorythmie, Eli et Papillon offre un vidéoclip à la tension palpable.

Dans ce court métrage de type thriller, Elise Larouche, chanteuse du duo, tient le rôle d’une poupée grandeur nature, livrée chez un homme (Richard Robitaille) qui la contrôle à l’aide d’une télécommande. Wendy Labarre et Jean Vital Joliat signent le scénario de cette courte intrigue, ce dernier étant également derrière la réalisation soignée. Inspiré des classiques du cinéma à suspense, le multi-instrumentiste Marc Papillon-Ferland a composé une introduction orchestrale qui sied à merveille à l’ambiance du vidéo.

 

5e édition du TéléDon: une vingtaine d'artistes chanteront pour un centre de cancérologie

Valérie Schmaltz, Journal L'Éveil, 11 mars 2016

Sous la présidence de Jean-François Legault, directeur des ventes pour le Groupe JCL, le TéléDon au profit de la Fondation Hôpital Saint-Eustache se tiendra le 15 avril prochain à 19 h au Complexe multisport Saint-Eustache. 

Animé par Éric Salvail, Isabelle Racicot, Dany Dubé et Emmanuel Auger, celui-ci sera télédiffusé en direct sur les ondes de MAtv (canal 609).

«C’est le seul spectacle télévisuel diffusé en direct pendant quatre heures sur la Rive-Nord, et dont tous les profits iront à une cause. Notre région peut être fière, de souligner la fondatrice et coproductrice du TéléDon, Peggy Béland. Le TéléDon sera télédiffusé dans le Grand Montréal et fera rayonner la cause, nos gens, nos entreprises, et pourra rejoindre jusqu’à 1,2 million de téléspectateurs.»

[ • • • ]

À noter que le TéléDon de la Fondation Hôpital Saint-Eustache est présenté par RBC Banque Royale du Canada.

«La RBC est fière de s’associer au TéléDon. Nous avons le sentiment de faire la différence», a souligné Anthony Mancini de RBC succursale Saint-Eustache.

Centre de cancérologie

Coïncidant cette année avec le 25e anniversaire de la Fondation de l’Hôpital Saint-Eustache, le 5e TéléDon permettra de répondre (en partie) à un gros défi, soit d’amener un centre d’onco-hématologie dans la région afin que la population puisse recevoir des soins de proximité. L’objectif visé est de 175 000 $.

«Toutes les sommes recueillies dans l’année seront dédiées au centre de cancérologie», confirme le président de la Fondation de l’Hôpital Saint-Eustache, Jacques Pelletier.

«Les besoins sont réels dans notre région. Vous pouvez effectuer un don, être présent au TéléDon à un coût de 15 $, sachez qu’il n’y a pas de petits dons, et ensemble nous allons faire la différence», d’ajouter le président d’honneur Jean-François Legault.

Une brochette d’artistes

Sous la direction artistique de Jean-François Cardin, les artistes suivants ont confirmé leur présence, soit Roch Voisine, Jonas, Marie-Chantal Toupin, Ian Kelly, Vilain Pingouin, Marie-Élaine Thibert, Mario Pelchat, Michel Louvain, Patsy Gallant, Paul Daraîche, Radio Radio, Jonathan Painchaud, Joanie Dubois, Joël Denis, Raffy, Boogie Wonder Band, Yoan, Alexe Gaudreault, Guy Michaud, Steve Hamel, Andie Duquette, Charlotte Cardin, David Thibault, Eli et Papillon, Final State, Renée Wilkin, Émilie Janvier, Shiraz Adham, Sophie Pelletier et Sens.

«Mes enfants sont nés à l’Hôpital de Saint-Eustache, j’ai des amis qui ont été sauvés à l’hôpital. On sait que le cancer nous afflige tous de près, sachant qu’une personne sur trois est touchée. Alors, tous ensemble, on est une force. Ce qui est important, maintenant, c’est de passer la bonne nouvelle», de dire Emmanuel Auger.

Le TéléDon est à la recherche de bénévoles pour cette soirée.

Pour plus d’information: 450 473-6811, poste 42351, ou [www.teledon.tv].

 

Un film musical perturbant pour Eli et Papillon

Catherine Genest, Voir, 10 mars 2016

Rare sont les vidéoclips aussi cinématographiques que le plus récent en date d’Eli et Papillon pour la chanson Automne.

Le court-métrage de Jean Vital Joliat débute sur une partition de piano nouvelle, un ajout à la pièce ouvrant l’album Colorythmie paru en octobre 2015. Un interlude dramatique jumelé à un plan campagnard aérien directement inspiré de Shining, le classique de Stanley Kubrick.

Elise Larouche alias Eli Rose y joue par ailleurs l’un des deux rôles principaux aux côtés d’un Richard Robitaille évidemment convaincant.

Le groupe sera en spectacle au Cercle le 12 mars (Le Cercle), à Sherbrooke le 25 mars (La Petite Boîte Noire) et le 28 mars au Verre Bouteille dans la métropole.

 

ENTREVUE

Jessica Lebbe, Stéréolocal, CKRL, 10 mars 2016

 

 

Remporter son pari

Bruno Lapointe, Le Journal de Montréal, 31 janvier 2016

Ils ont eu envie d’essayer autre chose, «d’explorer de nouvelles avenues». Après avoir fait leur entrée sur les ondes des radios commerciales, le duo Eli et Papillon prend son envol, porté par un nouveau son, un nouvel extrait et une nouvelle tournée.

Avec leur deuxième album Colorythmie, dans les bacs depuis octobre, le duo a pris un virage musical marqué. Alors qu’ils donnaient jadis dans le folk, Eli et Papillon ont adopté des sonorités pop et électroniques colorées et vitaminées comme en fait foi leur dernier extrait, ­Automne, présentement en rotation sur les ondes radio de la province.

[ • • • ]

«Pendant notre première tournée, on a remarqué que le public était très attentif, dans sa bulle, à nos spectacles. On avait envie d’ajouter plus de rythme, plus d’énergie, et d’explorer de nouvelles avenues», explique Marc Papillon-Ferland.

«Il y a une surabondance de musique folk en ce moment. On a donc voulu essayer autre chose. C’était un choix risqué parce que ce n’est pas un genre musical qui est super populaire au Québec, mais on a quand même choisi de faire la ­musique qu’on aime», complète Eli, ou Élise Larouche pour les intimes.

Et il semble qu’ils aient remporté leur pari: en septembre dernier, à l’aube de la parution de leur plus récent opus, ils ­devenaient le Buzz Énergie de la station du même nom.

«On n’avait jamais été tournés par des radios commerciales. Ça a été une super belle visibilité qui nous a permis de ­rejoindre un public beaucoup plus large qu’avant, partout au Québec», explique Eli.

Un retour qui était incertain

Et dire que ce projet a bien failli ne pas voir le jour; après la tournée qui a accompagné leur premier album, éponyme, ­paru en 2012, les deux artistes ont pris un temps d’arrêt, une pause de deux ans, lors duquel un retour sur disque était parfois incertain.

«On a eu besoin de prendre le temps de respirer, de se ressourcer», souligne Marc Papillon-Ferland, qui en a alors profité pour accepter différents contrats de guitariste pour des tournées d’artistes tels que Catherine Durand et Isabelle Boulay.

Le duo compte-t-il répéter le processus et prendre une longue pause avant de sortir un troisième album?

«On commence la tournée pour le deuxième album, alors on ne sait pas encore quand viendra le prochain. Mais ça pourrait être plus vite qu’on ne le pense», conclut Papillon.

Eli et Papillon seront en spectacle au Cercle de Québec le 12 mars et au Verre Bouteille de Montréal le 28 mars.

 

Eli & Papillon à la salle Claude-Léveillée

Eric Berteau, Camuz, 29 janvier 2016

Eli et Papillon ont profité du week-end de la chanson Québecor pour officialiser le lancement de leur deuxième album sorti il y a 4 mois déjà. Un concert coloré dans le creux d'une salle intimiste parfaite pour Eli qui a su tout au long de la soirée partager son plaisir avec le public présent.

Galerie photo

 

Je sors ou je reste?

Journal 24h, 29 janvier 2016

Spectacle : Eli et Papillon

Le duo Eli et Papillon donnera le coup d'envoi d'une série de spectacles ce soir à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts, dans le cadre de la série Découvertes des Week-ends de la chanson Québecor. Leur album Colorythmie est sorti en octobre dernier. Ils présenteront ce soir leur deuxième en octobre dernier. Ils présenteront ce soir leur deuxième extrait pop Automne. 

Débute ce soir à 20h à la salle Claude-Léveillée, billets sur placedesarts.com

 

ENTREVUE

Fred Labelle, Soirée ÉNERGIE, ÉNERGIE 94,3, 27 janvier 2016

http://www.montreal.radioenergie.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Sébastien Pilon et Caroline Legault, Lunch VIP, FM 103,3, 26 janvier 2016

http://www.fm1033.ca/

 

Top 10 CD de 2015

Éric Martin, Journal Le Nord-Côtier, 30 décembre 2015

8. Eli et Papillon - Colorythmie

Pour son côté vitaminé, le deuxième album d’Éli et Papillon «Colorythmie» méritait amplement une place dans ce palmarès de fin d’année. Un univers musical festif qui donne assurément envie de se lever pour danser. Une signature assez similaire à celle du duo Alfa Rococo, l’un de mes groupes préférés au Québec. La chanson «Ensemble», qui joue dans plusieurs stations radio au Québec, en représentant très bien le contenu musical de ce disque entraînant qui ne comporte en soi aucune longueur. Dans la même lignée, on retrouve «Dans la danse» qui bénéficie d’un habillage électro assez surprenant.

 

 

Critique CD : Karen Young, Eli et Papillon et Coldplay

Virginie Landry, Journal Métro, 11 décembre 2015

La pochette et le titre de l’album ne mentent pas: Colorythmie, d’Eli et Papillon, offre une pop vitaminée et colorée. Pour leur deuxième opus, Élise Larouche et Marc Papillon-Ferland ont délaissé les sons folk et acoustiques de leur premier album pour créer un univers plus funky, mélangeant pop et électro, et redonnant du pep à leur duo. La douce voix d’Eli est agréable à écouter, et ses paroles sont légères, mais poétiques. Colorythmie vous permettra de traverser rapidement le blues de l’hiver.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Frédéric Bussières, Poste d'écoute, FM 103,3, 8 décembre 2015

https://fredericbussieres.wordpress.com

 

Des albums francophones en cadeau

Émilie Côté, La Presse, 3 décembre 2015

Colorythmie, Eli et Papillon

Le proche à gâter aime Alfa Rococo et la musique électro-pop pétillante? Pourquoi ne pas lui faire découvrir l'album Colorythmie du duo Eli et Papillon, formé de la chanteuse et parolière Élise Larouche et du musicien et réalisateur-compositeur Marc Papillon-Ferland (notamment guitariste de tournée pour Isabelle Boulay)? Usant de sa force mélodique ainsi que de la voix douce et féminine de sa chanteuse, Eli et Papillon affectionne la même esthétique éclatée et colorée que l'émission Stéréo pop. Soulignons que le duo a été le buzz NRJ du mois de septembre.

 

ENTREVUE

Élyse Allard, Ça parle au Nord, Ici Radio-Canada Première, 30 novembre 2015

http://ici.radio-canada.ca/

 

Album review : Eli et Papillon

Miranda Macfarlane, The Peak, 16 novembre 2015

The quebecois duo Eli et Papillon first met in 2008 during a recording session. Since then, singer/songwriter Elise Larouche and renowned Francophone composer/instrumentalist Marc Papillon-Ferland have been an inseparable pair, releasing their debut album in 2012 and gaining critical acclaim for its refined, elegant pop. Their new album, Colorythmie, deserves similar praise.

Their style can best be described as uplifting, folksy, and sometimes-electro, pop. Papillon-Ferland is impressively versatile and innovative in his composition and instrumentals. Throughout the album he plays the piano, guitar, synth, violin, bass, and saxophone, among other instruments. His musical style is simultaneously upbeat and mystical. The effects of his instrument choices are always aligned with each song’s lyrical theme.

[ • • • ]

Elise Larouche is, as far as my fragmented understanding of French can tell, a remarkable lyricist. Perhaps it is the appeal of a language that feels comparatively exotic to my own, but Larouche’s soft voice combined with her poetics comes off as otherworldly. Her singing style is always quick-tongued and fluid.

The pair works together harmoniously on all 10 tracks, exploring multiple musical fashions. Their song “Cette nuit” features prominent Celtic-sounding violin with an upbeat tempo. The tone of “Bouteille á la mer” slows a bit, setting a literal underwater sound, while still remaining folky. “L’oiseau” takes it even slower, its melody reflecting the spirit of a bird gliding through the air and featuring a more bittersweet tone to the violin that gradually gains momentum.

“Victoire” feels powerful, like a call to arms. The chorus gradually gains power, driving home a message of achieving victory. “Gratte-ciel” is by far the most pop-influenced track on the album, with more electro-based instrumentals, heavier bass, and featuring a rap segment by Sarahmée.

My favourite track off of Colorythmie is “Automne,” which describes my favourite season. It feels elegant and catchy, and doesn’t take long to get stuck in your head.

 

ENTREVUE

Monique Giroux, Chants libres à Monique, Ici musique, 15 novembre 2015

www.icimusique.ca

 

À découvrir : Eli et Papillon en Colorythmie

Mélissa Thibodeau, MatTV, 3 novembre 2015

Malgré l’été indien qui s’annonce au Québec pour les prochains jours, qu’on ne se fasse pas leurrer. Dehors, c’est bel et bien novembre. Bientôt, on va se plaindre du froid, de la grisaille et de l’hiver qui s’en vient. Heureusement que cet automne, des airs joyeux, dont ceux d’Eli et Papillon avec leur 2e album Colorythmie, oseront s’emparer de votre sens auditif, question de changer le mal de place, et peut-être même, oserais-je le dire, vous faire danser.

Pour ceux qui croient au destin ou du moins aux heureuses coïncidences, voici donc pour vous une jolie anecdote. Elise Larouche et Marc Papillon-Ferland se sont rencontrés en 2013. Eli travaillait sur un projet de musique en anglais. C’était, selon elle, rien de sérieux, mais des amis l’avaient invitée à enregistrer. On cherchait un guitariste et quelqu’un a fait appel aux talents du multinstrumentiste Papillon. Alors qu’Eli était en train de prononcer la phrase Where Are You Butterfly, tirée d’une pièce intitulée Dear Friend, Marc est apparu sur les lieux. « Marc Papillon qui entre en studio pendant que je prononce le mot « butterfly », ça ne s’invente pas! » s’est rappelée la jeune auteure-compositrice-interprète.

[ • • • ]

Depuis, une belle complicité musicale et fraternelle s’est installée entre les deux collègues. Au début, les deux s’amusaient à écrire et à partager leurs oeuvres sur Myspace. Un engouement s’est créé pour leur musique. Peu de temps après, leurs démos se promenaient parmi les maisons de disques. C’est finalement l’étiquette Maisonnette qui a embarqué dans le coup et qui les a aidés à lancer Eli et Papillon en 2012. Avec l’approbation des critiques et d’autres fans de musique, cette carte de visite leur aura permis de fouler de grandes scènes dont les Francofolies de Montréal ainsi que le Festival d’été de Québec.

Les deux avouent que leur parcours est un peu différent de beaucoup de musiciens. Habituellement, on s’aguerrit sur scène avant de lancer un disque. Pour Eli et Papillon, ce fut plutôt le contraire. D’ailleurs, leur participation aux Francofolies était leur quatrième spectacle en carrière en tant que groupe. Si Papillon, qui joue de la musique depuis son enfance, est tout à fait à son aise sur la scène, la donne était un peu différente pour Eli. Celle-ci avoue qu’elle était terrifiée la première fois qu’elle s’est trouvée sur scène pour présenter ses propres chansons : « La première fois que je suis montée sur scène, pour faire la première partie de Salomé Leclerc en 2011, j’étais blanche comme un drap. »

Heureusement, elle a bien apprivoisé la scène depuis. La période qui a suivie en a été une d’apprentissage. Le groupe a eu un méchant coup de pouce en gagnant des prix dans le cadre du concours Vue sur la relève. Il a aussi eu l’occasion de faire de la tournée grâce au ROSEQ, faisant plusieurs arrêts dans l’Est du Québec. Eli l’admet, la sortie de ce premier album a été un choc pour elle. Après la fin de cette première tournée, elle a voulu prendre une pause et travailler surtout derrière la scène. Papillon en a profité pour faire de la tournée avec Isabelle Boulay, entre autres. Les deux n’arrêtaient toutefois pas de créer.

Cette pause leur aura permis de vraiment penser à ce qu’ils voulaient faire comme groupe. « On ne voulait pas se donner de deadlines et se permettre de sortir de notre cadre habituel », indique Papillon. « Cette pause nous a fait un plus grand bien.»

Et c’est tout un tournant que le groupe s’est permis de faire. À fond dans la pop, on s’assume! Colorythmie porte bien son

nom : c’est rose, c’est turquoise, ça fait bouger et ça fait sourire. Si le premier album était plus organique, classique, ce deuxième joue avec l’électro avec l’ajout de synthés et de guitare électrique. « Ce tournant vers la pop ne s’est pas nécessairement fait de façon consciente, avoue Eli. Mais après une année de tournée, on voulait faire quelque chose de festif et rocker la baraque. On voulait présenter quelque chose de plus joyeux. »

Papillon, qui s’était doté d’un studio dans sa maison, a assuré la réalisation de l’album. Le groupe a aussi invité l’artiste de reggae, hip hop, électro Soké Zahir ainsi que son acolyte Yannick Rastogi à coréaliser sept extraits. Une collaboration qui a permis de concocter des airs, dont Dans la danse avec son refrain quasi-disco-club, qui pourraient aisément devenir des tubes de pistes de danse. Eli souligne que la pièce La fuite, l’une de ses préférées sur l’album, était à l’origine une chanson plutôt triste mais après le traitement Colorythmie, a pris une tournure quasiment Marie-Mai, pour reprendre les dires d’Eli. Les deux membres sont surpris et très fiers des résultats.

Cette différente approche avec une nouvelle image a aussi été façonnée en collaboration avec l’équipe de The-Project. Ces derniers ont d’ailleurs réalisé le plus récent vidéoclip du groupe pour l’extrait Ensemble. Cette chanson, lancée à la fin de l’été, a d’ailleurs beaucoup joué dans les radios commerciales. Le groupe était d’ailleurs le buzz du mois de septembre des stations ÉNERGIE FM, leur permettant de rejoindre un tout nouveau public.

La prochaine étape pour le groupe? « Nous voulons travailler avec un metteur en scène qui nous permettra de monter un spectacle bien ficelé à l’image de cet album », nous informe Papillon. On travaille donc à dessiner une tournée pour le groupe. Les dates seront annoncées en temps et lieux.

Si vous aussi vous voulez vous emplir les oreilles et l’humeur de cette pop vitaminée, on vous invite à regarder leur plus récent vidéoclip, tout de pastel vêtu, pour Ensemble.

 

Eli et Papillon, Découverte musicale des Radios Francophones Publiques

Radios Francophones Publiques, novembre-décembre 2015

« Ensemble » est le premier extrait du deuxième album du duo québécois Eli et Papillon. Cette pépite pop énergique et positive produite à grands renforts de synthé, de guitares et de beats électro a séduit les programmateurs des RFP, qui en ont fait leur Découverte musicale de cette fin d’année.

Marc Papillon-Ferland, multi-instrumentiste, arrangeur et compositeur, est connu sur la scène québécoise pour accompagner des artistes telles que Cœur de Pirate, Isabelle Boulay et Ariane Brunet. Élise Larouche, de son côté, écrit notamment pour Joannie Benoît (Star Academy) et Carole-Anne (The Voice France).

[ • • • ]

Malgré des parcours différents, la symbiose s'installe entre les deux complices, qui décident d'unir leurs talents pour former Eli et Papillon. En 2012, Eli et Papillon propose un premier disque sous étiquette Maisonnette et on les retrouvera sur scène les mois suivants.

Le duo fera dès lors bourgeonner une pop lumineuse et raffinée, d'une élégante simplicité, portée par des pianos oniriques. Du cousu main pour les mélodies tourbillonnantes qu'embrasse la douce voix d'Eli.

Acclamés par la critique, Eli et Papillon ont participé à plusieurs festivals de renom : les FrancoFolies de Montréal, le Festival d'été de Québec, le Coup de cœur francophone et le Festival Vue sur la Relève (où ils ont remporté sept prix « Coups de pouce »).

« Ensemble » est une pièce aux couleurs du second album du duo, Colorythmie, coréalisé par Marc Papillon-Ferland, Yannick Rastogi et Zachary Raymond, alias Soké (Koriass, Samian et Anodajay). Une nouvelle collaboration qui donne à cet opus une tonalité pop-électro et des sons plus rythmés… tout en gardant la fraîcheur des débuts.

 

Les albums phares d'octobre avec Eli et Papillon, Half Moon Run et Les cowboys fringants

Valérie Lachaîne, La Bible urbaine, 28 octobre 2015

Octobre est le mois des deuxièmes albums! Deuxième album pour Eli et Papillon et leur électro, pour Half Moon Run et leur son alternatif, pour Lou Doillon et son folk-rock, pour John Newman et sa pop enchanteresse. Or, un seul ovni figure parmi notre top 5 des critiques du mois, avec un neuvième album pour le folk traditionnel mythique de nos Cowboys Fringants. Vraiment, il y en a pour tous les goûts ce mois-ci.

Les 5 sorties phares d’octobre:

3. Eli et Papillon – Colorythmie (23 octobre, Maisonnette Music)

C’est un créneau 100 % pop qu’Eli et Papillon, (alias Élise Larouche et Marc Papillon-Ferland) assument et propagent sur Colorythmie. En effet, ce deuxième album du duo montréalais est léger, aux teintes de rose bonbon, et il brille par son côté joyeux et up-beat! Chose plutôt rare de nos jours, où les albums folk fusent de partout dans le monde musical de la francophonie. Pour apporter ce vent de fraîcheur, Eli et Papillon ont misé sur les claviers et synthétiseurs pour livrer un résultat qui vague entre l’électronique et la musique de club. Il suffit d’écouter «Dans la danse» pour saisir tout le côté pop, électro et club à la fois! Chapeau pour la pièce «La fuite», qui joue avec les arrangements et la voix avec brio. Vouloir faire dans la pop est risqué, et le rendu nous rappelle parfois le travail de la chanteuse Marie-Mai. Qualité ou défaut, à l’auditeur d’en décider!

 

  

Eli et Papillon : s'assumer

Émilie Côté, La Presse, 26 octobre 2015

Ils se sont complétés. Elle manquait de confiance en elle ; lui croyait pleinement en ses moyens. Le duo Eli et Papillon a lancé vendredi dernier un deuxième album pétillant et positif intitulé Colorythmie. Entrevue sur le fait d’assumer ses inclinations musicales.

« Nous avons commencé à faire de la musique vraiment par plaisir. J’étudiais en communication, à l’époque, et je n’étais pas censée faire cela de ma vie », raconte Élise Larouche, alias Éli.

Or, il a suffi de deux semaines avant qu’elle et Marc Papillon-Ferland ne signent un contrat avec le label Maisonnette, d’un mois pour que le premier album du duo Éli et Papillon ne sorte. « Tout a déboulé. Cela a été un choc pour moi. »

[ • • • ]

En revanche, c’était en plein ce qu’attendait l’arrangeur et multi-instrumentiste Marc Papillon-Ferland, qui joue de la musique depuis l’âge de 5 ans. Il a étudié en guitare jazz jusqu’à l’Université de Montréal, où des amis communs l’ont présenté à Élise.

Le plagiat sur un site européen de l’un des démos qu’ils ont mis sur MySpace après leur première séance d’enregistrement informelle a fait jaser à l’international. Des radios ont commencé à faire jouer ce qui n’était que « des maquettes maison ».

Denis Wolff, de Maisonnette, a rapidement offert au duo un contrat de disque pour mieux faire connaître Éli et Papillon au Québec.

Élise n’était pas totalement prête à affronter la scène et les critiques négatives. Le soir du spectacle en première partie de Salomé Leclerc, en novembre 2011, « j’étais pétrifiée et blanche comme un drap », raconte-t-elle.

Heureusement que Marc, guitariste de tournée émérite (auprès d’Isabelle Boulay, de Catherine Durand), était là pour l’épauler et la réconforter pour les multiples spectacles qui ont suivi.

COLORYTHMIE

La pause prise depuis est terminée. Éli et Papillon a lancé vendredi un deuxième album. « Moins nostalgique et acoustique » que son prédécesseur, Colorythmie porte bien son nom, avec des chansons rythmiques, électros et pétillantes qui se prêteront mieux à la scène.

« La mélodie a toujours été une de nos forces. On garde notre touche. » — Marc Papillon-Ferland, d’Éli et Papillon

Le visuel de la pochette et du clip du premier extrait Ensemble rappelle l’esthétique éclatée et colorée de Stéréo pop. « Positif et joyeux », résume Papillon, qui assume pleinement son côté pop, de Coldplay à Taylor Swift.

À la coréalisation, Éli et Papillon a fait appel à Soké et son bras droit Yannick Rastogi. « Soké est un virtuose de la souris. Il ne joue d’aucun instrument. C’est fou de le voir aller. »

« Nous étions une sorte de duo improbable, renchérit Élise, en citant le bagage hip-hop et reggae de Soké. Cela a créé un nouveau son. »

ENFONCER LA PÉDALE

« Nous avions beaucoup de chansons et j’avais peur que ce ne soit trop hétéroclite, mais j’écoute des trucs hétéroclites », souligne la moitié féminine du duo.

Élise s’accepte maintenant pleinement. Elle n’a plus peur d’assumer ses ambitions et ses inclinations pop. Tant mieux, puisqu’Éli et Papillon a été le Buzz NRJ en septembre dernier. Le placement radio se déroule très bien pour le duo.

En parallèle de son groupe, Élise gagne sa vie comme auteure-compositrice fantôme. À la suggestion de son père, c’est après une période difficile et une perte d’emploi qu’elle a commencé à prêter sa plume à d’autres.

Colorythmie étant maintenant lancé, Éli et Papillon prépare un spectacle et projette de faire appel à un metteur en scène. Il a obtenu un contrat avec l’agence de spectacles Preste, celle de Half Moon Run, Klô Pelgag et Alfa Rococo.

Justement, Éli et Papillon a tout pour plaire au public d’Alfa Rococo.

POP

Colorythmie

Éli et Papillon

Maisonnette

 

Colorythmie by Eli et Papillon

Canadian Music Blog, 26 octobre 2015

Eli et Papillon is a pop duo from Montreal consisting of Elise Larouche and Marc Papillon-Ferland. New album Colorythmie (first LP in 3 years) gifts us with a nice break from the usual dark and morose folk-flavoured fog puffing out of the region. The music is colourfully upbeat and positive with bright electro-tinged accents and vocals sweeter than crème brûlée, thanks to Elise. She is in addition a very talented songwriter having composed songs for finalists in The Voice (France) and Star Academy (Canada). The delightful songs on Colorythmie certainly attest to her prowess. Marc, meanwhile, has worked with a slew of A-listers including Coeur de Pirate and Isabelle Boulay. Together they create a fabulous album. Colorythmie should put a smile on the faces of radio personnel and also, given the album cover and cool clothing articles flashed in their music videos, make some appearances on fashion blogs. Put this record on for some instant sunshine!

 

Eli et Papillon - Colorythmie 7.5/10

Frédéric Bussières, Poste d'écoute, 26 octobre 2015

Pour leur deuxième album, Élise Larouche et Marc Papillon-Ferland (Eli et Papillon) laisse le Folk de côté pour se consacrer entièrement à la musique Pop sucrée et vitaminée. Leur complicité toujours grandement de la partie, les deux protagonistes propose sur Colorythmie un univers fou et sans prétention. Il y a dans leur mélodies quelque chose de rafraîchissant et de spontané. Non pas sans rappeler Alfa Rococo (sans la saveur Electro) Colorythmie respire le plaisir. Léger mais définitivement pas niais.

 

«Colorythmie» d'Eli et Papillon: Saut dans la pop vitaminée

Mélissa Pelletier, Huffington Post, 23 octobre 2015

Eli et Papillon (alias Élise Larouche et Marc Papillon-Ferland) prend un virage coloré et TRÈS vitaminé. Après un premier album homonyme plus folk en 2012, le duo s'est jeté dans la pop à pieds joints avec son deuxième album à sortir le 23 octobre, Colorythmie. Discussion avec des artistes allumés.

Très complices, Élise Larouche et Marc Papillon-Ferland se lancent la balle, se font rire, sont très honnêtes quand ils ne sont pas d'accord. Ici, pas de faux-semblant ou de discours répété. Les deux musiciens sont spontanés, et allons-y: rafraîchissants. Colorythmie est à leur image: fou fou et sans prétention. Le premier extrait, Ensemble, est l'exemple parfait de ce que vous retrouverez sur l'album:

[ • • • ]

À la suite du premier effort, le couple s'est lancé à l'assaut des scènes du Québec: FrancoFolies de Montréal, Festival d'été de Québec, Coup de cœur francophone, Festival Vue sur la Relève... De super belles opportunités qui ont permis au groupe de mieux saisir ce qui leur plaît en spectacle.

«Après notre tournée d'un an et demi avec le premier album, - avec des balades denses, intenses - on a eu envie de s'éclater et d'avoir du fun en spectacle.» lance spontanément Élise Larouche, qui chante et signe les textes de Colorythmie. La jeune femme partage aussi son talent avec Joannie Benoit (Star Académie) et Carole-Anne (The Voice, France).

«On aime beaucoup la musique pop. J'aime bien écouter Taylor Swift en faisant mon jogging (Rires). En tant que musicien, j'ai évolué et j'ai aussi eu envie d'aller dans cette direction.J'avais envie d'aller dans un monde joyeux. De rejoindr eun plus grand public. On ne va pas écouter de la musique pour se sentir encore plus déprimé! Le but, c'est de se sentir bien.» ajoute Marc Papillon-Ferland. Celui qui jongle régulièrement avec les chapeaux de compositeur, arrangeur et de multi-instrumentiste a beaucoup d'expérience derrière la cravate: Cœur de Pirate, Isabelle Boulay, Ariane Brunet, etc.

Coup de foudre musical

Eli et papillon, c'est né par une belle journée de 2008, en pleine session d'enregistrement. «Je cherchais un guitariste pour mon projet musical. Des amis m'ont dit : "On connaît un super musicien, il faut qu'on te le présente." Marc est donc venu en studio. Cette journée-là, j'enregistrais une chanson dans laquelle je demande – j'écrivais en anglais à l'époque : "Where are you butterfly?" Marc Papillon qui entre en studio pendant que je prononce le mot "butterfly", ça ne s'invente pas!» explique Eli dans la biographie du duo.

Cette belle rencontre a mené à un projet musical qui vaut le détour: si Marc Papillon-Ferland complète bien le talent naturel d'Élise Larouche, c'est tout à fait réciproque. Et c'est cette belle cohérence, ces beaux dons musicaux multipliés qui font d'Eli et papillon un joueur fort de la scène pop québécoise.

 

ENTREVUE

Catherine et Laurent, MATV, 22 octobre 2015

www.Matv.ca

 

Nouveauté clip : Ensemble d'Eli et Papillon

MusiquePlus, 21 octobre 2015

Nouveauté dans la rotation MP Pop et chanson garantie de vous mettre de bonne humeur, Ensemble d'Eli et Papillon s'incarne aussi dans un clip totalement mignon, réalisé par Jacinthe Pilote.

Le duo lancera l'album Colorythmie ce vendredi.

 

Le bonheur c'est comme le sucre à la crème

Catherine Genest, Voir, 19 octobre 2015

Jamais la pop positive n’aura été aussi rafraîchissante au Québec qu’en ces années de surabondance de folk mélancolique. Eli et Papillon font preuve d’audace avec un deuxième album empreint de légèreté (une rareté) et de joie de vivre. 

Les radios commerciales devraient embarquer, idem pour les blogues mode et les auditeurs de VRAK.TV. Avec Colorythmie, Elise Larouche et Marc Papillon se laissent en quelque sorte porté par la vague Taylor Swift en assumant une pop rassembleuse, rythmée, mais jamais gnan gnan. Comme à contre-courant, les Montréalais créent une musique globale, universelle quoiqu’en français, et sur-mesure pour les sites d’écoutes en continu à la Songza. C’est cool, actuel et le visuel ultra léché de la pochette comme du vidéoclip a tout d’un lookbook pour H&M. « La pop joyeuse, c’est rare au Québec. En fait, ça ne se fait pas tellement. C’est un réal défi, mais on était prêts à le relever. Disons seulement que c’est plus facile d’écrire sur une histoire d’amour qui ne va pas bien. »

[ • • • ]

C’est précisément, d’ailleurs, ce que l’auteure et chanteuse avait fait sur l’album homonyme de 2012. Leur premier, celui qui utilisait Milles querelles comme carte postale. Le récit d’une rupture difficile.

Cette fois, l’apport de joie et de tristesse est mieux balancé. Musicalement, ceci dit, c’est le positivisme qui l’emporte. Marc, arrangeur et multi-instrumentiste tente d’y mettre les mots : « Le premier album était très classique, je dirais même nostalgique avec mon piano à queue, mes violons, mes guitares acoustiques et tout ça. Je n’avais pas envie de faire la même chose deux fois. […]  Je me suis acheté tout plein de programmes pour faire de la musique électronique. Les claviers et les synthétiseurs c’était nouveau pour moi. J’avais envie d’explorer ça et ça m’a fait évoluer comme musicien. »

Même s’il a étudié en interprétation jazz au collégial et à l’université, qu’il a autrement écrit une solide formation musicale, Marc Papillon est allé chercher l’aide de Soké et son « partner » Yannick Rastogi. Celui qui sévit avec lui au sein de Banx & Ranx. « C’est vraiment du gros reggaeton, du gangsta rap music qui  n’a pas rapport avec ce qu’on fait. C’est Denis Wolff, notre directeur artistique chez Maisonnette qui me les a présentés. » N’empêche : c’est avec eux qu’Eli et Papillon ont élaboré un nouveau son qui flirte avec la musique de club. On pense notamment et surtout à Dans la danse, la plage 6. « On aime les duos improbables », ajoute Elise. Jumelée à leur souci du hook, leur ouverture d’esprit permet la création de véritables petites bombes mélodiques. Il y a aussi, fait intéressant, un quasi-reel irlandais sur cet album avec Cette nuit. Même Sarahmée y va de couplet rappé sur Gratte-ciel. Vraiment, nos protagonistes n’ont pas peur de l’éclectisme.

Stop ou encore

L’histoire du projet remonte à 2008, époque somme toute assez trouble pour Elise. « Je venais de finir mon BAC en communication et je ne savais vraiment pas quoi faire après ça. Je gratouillais des chansons à la guitare et y’avait des gens qui ont voulu produire mon album en anglais. Je travaillais ces gens-là du Studio 270, mais j’étais vraiment pas une bonne musicienne, je faisais ça de manière très amateur. C’est des amis à moi qui m’ont parlé de Marc et on s’est rencontré comme ça, il est venu faire des tracks sur mon album qui n’est jamais sorti. Finalement, Eli et Papillon est né après cette rencontre. » Rapidement, les deux compositeurs se découvrent des qualités complémentaires. Marc le technicien et petit génie musical cartésien et  Elise la rêveuse à la plume de velours se sont trouvés comme des âmes sœurs.

Colorythmie marque leur retour après trois ans. Celui qui, tristement, n’aurait pu ne jamais survenir. « On a pris une longue pause après le premier album. Marc et moi, on ne savait pas si on allait continuer. Ensemble, c’est un peu ça. Cette chanson-là raconte notre envie de continuer, ensemble, dans le plaisir et sans se poser de questions. »

 

Mention de la sortie de l'album

Catherine Pogonat, Dessine-moi un dimanche, Ici Radio-Canada Première, 18 octobre 2015

http://www.ici.radio-canada.ca

 

Bouffée d’air frais: le vidéoclip coloré et souriant d’Eli et Papillon

Catherine Genest, Voir, 15 octobre 2015

Eli et Papillon ose une pop totale et bonbon avec leur deuxième album qui sortira le 23 prochain et qui devrait leur ouvrir les portes des radios commerciales.

Des dix plages de l’album, c’est Ensemble qui a été sélectionné comme single par le duo. Une chanson galopante au texte positif, comme un appel à l’amitié sur-mesure pour les auditeurs de Vrak TV.

Le vidéoclip, réalisé par Jacinthe Pilote, est lui aussi diablement efficace et surtout très stylé. C’est d’ailleurs John Londono qui signe la direction photo.

 

BUZZ ÉNERGIE

Septembre 2015

http://www.montreal.radioenergie.ca/

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés