Dossier de presse d'Ian Kelly Janvier 2015 à Mars 2016

Récent
Concert-bénéfice 1er octobre 2012
Novembre 2011 à février 2012
Mars à juillet 2012
Août 2012 à décembre 2014
Avril à Mai 2016

 

Nos buzz / à surveiller

Laurie Dupont, Magazine Véro, printemps 2016

Ian Kelly Superfolk - Tendre l’oreille à un nouvel opus de Ian Kelly, c’est se sentir immédiatement enveloppé dans un cocon musical rassurant. Bien qu’il ne réinvente pas la roue avec cet album, le chanteur nous plonge dans un agréable état, où la nostalgie côtoie le réconfort.

 

Entrevue et performance

Caroline Legault et Sébastien Pilon, Lunch VIP, FM 103,3, 30 mars 2016

 

 

CRITIQUE

Jessica Émond-Ferrat, Journal Métro, 24 mars 2016

Paisible ***

Superfolk : le titre ne ment pas. Voix douce, guitare acoustique, piano et harmonica composent les chansons paisibles de ce nouvel album du Montréalais Ian Kelly, qui débute sur la très jolie I Love You More. Ça se gâte toutefois avec les deux pièces en français, au son trop «radiophonique commercial» qui nous irrite. Heureusement, plus loin, You’ve Got to Know, Let it All Out ou encore You’ve Got Your Reasons to Love Me (et son petit côté Coldplay) nous rappellent que Kelly a le chic pour forger de belles mélodies.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE - ARTISTE DU MOIS

Marie-Pier Lafleur et Phillip Brown, Le retour en HD, CFLO 104,7, 24 mars 2016

http://www.cflo.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Andrée-Anne Brunet, Andrée-Anne sur ÉNERGIE , ÉNERGIE 104,1, 23 mars 2016

http://www.gatineau.radioenergie.ca/

 

MENTION

Patricia Huard, Métro, boulot, dodo, Radio CNRV, 22 mars 2016

 

Entrevue et performance

Ève-Marie Lortie et Sabrina Cournoyer, Salut Bonjour Week-End, 20 mars 2016

http://tva.canoe.ca

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

François Fortin, Souper de famille, CKOI 96,9, 20 mars 2016

http://www.ckoi.com/

 

Musique : Ian Kelly

Patrick Delisle-Crevier, 7 Jours, 18 mars 2016

Ian, pourquoi le titre SuperFolk?

Je trouvais que ça sonnait bien. Je n’ai pas la prétention de penser que mon disque est du superfolk. c’est du folk, et j’espére vraiment l’avoir fait en marquant une belle évolution par rapport à mes autres disques.

Ça semble être un album encore plus joyeux et positif que les précédents...

Assurément. J’ai fait ce disque dans mon studio en pantoufles, dans ma maison de Morin-Heights.

J’étais entouré de ma blonde, de mes enfants et de mon chien, que j’allais promener entre deux moments productifs. Je suis un homme heureux, et je pense que ça rejaillit sur mes chansons. 

En janvier, tu t’es fait voler le disque dur qui contenait ce CD. Qu’est ce que cela a apporté à l’album?

Il est encore plus symbolique pour moi, ça le rend encore plus précieux à mes yeux. Les parents du voleur se sont manifestés, et j’ai pu récupérer le contenu de mon disque. J’ai eu chaud!

Pourquoi y a-t-il seulement deux chansons en français?

J’aurais aimé en faire plus, mais je n’ai pas encre pleinement cette capacité de faire de la musique en français. En temps et en lieu, je vais arriver avec un disque uniquement, ou presque, en français. J’aime cette langue. 

Le premier extrait est Montréal. Pourquoi?

Je suis un gars de Montréal; j’y ai passé les 30 premières années de ma vie. Cette ville continue de m’habiter. C’est un beau paradoxe.

Peut-on espérer te voir en spectacle sous peu?

Oui, durant tout l’automne. J’ai hâte de jouer ces chansons sur scène!

 

Critique

André Péloquin, Journal 24h , 18 mars 2016

Ce qu’il y a de «super» dans cet album, c’est le fameux sauvetage des disques durs qui contenait ses pièces. Bien que Ian Kelly soit un chanteur folk pop aguerri, celui-ci pourrait faire de la peinture à numéro ici tant SuperFolk est cruellement prévisible. L’œuvre est bien foutue, certes, et ses fans l’adoreront, mais les autres friands de musique, eux, risquent d’aller voir ailleurs. ** 1/2

 

ENTREVUE

Jocelyne Lambert, Lambert Café, CJSO 101,7, 17 mars 2016

 

Entrevue

Tiffany Thompson, Magazine Vocalist, 16 mars 2016

http://vocalistmag.com/

 

ENTREVUE

Kim Bergeron, Duo des ondes, Radio-Gaspésie 94,5 FM, 16 mars 2016

http://radiogaspesie.ca/

 

ENTREVUE

Élaine Beaulieu, CFJU 90,1 FM, 16 mars 2016

http://www.cfjufm.com/

 

ENTREVUE

Véronique St-Onge, Salut Madeleine, CFIM 92,7, 16 mars 2016

 

ENTREVUE

Marilyne Fortin, Les avant-midi de Marilyne, CIBM FM 107, 16 mars 2016

 

ENTREVUE

Karine Ferland et Anne-Marie Doyon, Mix tonic édition lunch, CHJM MIX 99,7, 16 mars 2016

 

Un album SuperFolk pour Ian Kelly

L'Écho de Lévis, 15 mars 2016

L’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly présente son cinquième album : SuperFolk disponible depuis le 4 mars dernier. 

Alors que le titre donne un indice sur le genre de pièces qu’on y retrouve, Ian décrit cet opus comme suit :

« SuperFolk est un album plutôt joyeux. La majorité des chansons ont été écrites au cours de l’été 2015, lorsque mon troisième enfant est né. Évidemment, c’était un moment hyper heureux qui a influencé le processus d’écriture. »

Sur ce nouvel opus, Ian chante l’amour pour la femme de sa vie, la mère de ses enfants (Love You More, Ready for Love, Comforting Soul), et pour la métropole qui l’a vu grandir (Montréal). Il chante le besoin de prendre la route (California) pour mieux bâtir son nid (Comme un loup). Ian chante ses inquiétudes face à la société de consommation (You’ve Got to Know) et sur un rythme entraînant (Let It All Out), il admet recycler ses rimes et être inspiré, comme bien d’autres, par la pluie.

SuperFolk est un album majoritairement anglophone, comprenant deux chansons en français. Le premier extrait, Montréal, qui a récemment pris d'assaut les radios, occupe cette semaine la position #5 du palmarès BDS.

L’album a été réalisé et produit par Ian Kelly, qui a également enregistré la quasi-totalité des instruments qu’on y entend, dans son studio de Morin-Heights. Ce nouvel album paraît sous son propre label, Sunset Hill Music, et sera en magasins et sur iTunes le vendredi 4 mars.

 

« SuperFolk », le cinquième disque de Ian Kelly : Bien chanter le bonheur, c'est possible

Alice Côté-Dupuis, Bible urbaine, 14 mars 2016

Cela fait maintenant 11 ans que Insecurity, le premier album de Ian Kelly, est paru sur le marché; 11 ans que l’artiste nous berce avec sa voix chaleureuse et ses ballades folk détendues, apaisantes, même. De retour avec Superfolk, un disque de treize nouvelles compositions qui a fait bien du chemin – son disque dur comprenant les enregistrements lui avait été dérobé l’été dernier, puis retrouvé –, Kelly ne change pas la formule, mais il aurait tout de même été dommage de perdre ce matériel, car on a l’impression que cet opus porte un regard sur les réalisations de l’artiste, sur sa vie, avec une maturité qu’il plaît de découvrir piste après piste.

«I found a house that’s a home / I feel I won’t be alone / It seems that everything I do I want to do for you» chante Ian Kelly dès la troisième plage, «Comforting Soul», qui comporte une belle mélodie à la guitare acoustique en fingerpicking, ainsi que des voix qui se superposent et se répondent, doucement, rendant le morceau très apaisant. Cela donne le ton pour Superfolk, son cinquième album en carrière, qui se révèle effectivement comme l’accomplissement de quelque chose, l’assurance que l’artiste est à sa place, bien confortable et bien entouré, mais aussi qu’il a envie de redonner de l’amour reçu, puisqu’on y retrouve plusieurs chansons d’amour, souvent magnifiques, quelquefois un peu plus fleur bleue, ces dernières se démarquant moins dans le style et dans la forme.

C’est le cas de «Comme un loup», la seconde de deux ballades en français offertes sur l’opus, qui est entraînante, mais qui possède un texte qui joue dans le champ lexical des animaux et de la nature, et qui n’est pas à la hauteur de la poésie habituelle de Ian Kelly. Par contre, l’extrait radio «Montréal», aussi dans la langue de Molière, prouve que le français sied bien à l’artiste, et son refrain est un véritable ver d’oreille. Son changement d’ambiance et de tempo pour une finale tout en douceur est une touchante démonstration d’amour pour la métropole, néanmoins, il brise le rythme et le charme de cette chanson entraînante et les deux parties s’enchaînent d’une façon qui ne coule pas si naturellement. On ne désespère toutefois pas que le compositeur saura apprivoiser mieux encore la langue et nous livrer d’aussi magnifiques compositions en français qu’en anglais, dans le futur.

Malgré tout, Superfolk ne déçoit pas, et malgré que la base de chaque chanson joue autour de la guitare acoustique et du piano, les treize compositions sont toutes efficaces à leur façon, et réussissent à nous toucher. Certaines se démarquent un peu plus, toutefois, grâce à leurs couleurs particulières: c’est le cas de «I Hope to See You Again», avec sa rythmique plus dynamique, ses hands claps et sa voix plus vivante, mais aussi de «Mason Jars», qui offre des sonorités un peu plus blues, grâce à l’orgue, ce qui donne un résultat très réussi. La livraison moins fluide, plus théâtrale, démontre aussi de belles nuances dans la voix du chanteur, et même s’il s’agit d’une vraie chanson d’amour romantique – «Everything she makes has got a sweet taste to it / Everyone she greets has got a good place to sit / She’s the key to my lock / And we’re a perfect fit» – elle ravit complètement.

«Let it All Out» se révèle différente aussi, avec son ambiance un peu reggae, ses sifflements et son refrain énergique, et ses différentes sonorités électroniques pour donner de belles couleurs au morceau. Mais il faut mentionner que malgré que la guitare acoustique soit omniprésente sur l’opus, c’est véritablement supportée simplement par un piano que la voix de l’artiste se révèle plus chaleureuse et saisissante encore. Sur la ballade vivante «You’ve Got Your Reasons to Love Me», la mélodie centrée autour du piano ravit, et les sons de celui-ci, de la guitare acoustique et du banjo se répondent de très jolie façon. Une autre ballade au piano, «Ready For Love», se hisse parmi les morceaux les plus poignants. Son ambiance un peu plus planante, comme suspendue dans les airs, donne un morceau d’une douceur infinie, aussi apaisant qu’enlevant, très interpellant, qui offre une belle intensité contenue, et qui est l’un des plus beaux du disque.

Il faut dire que la voix particulière et chaleureuse de Kelly y est pour beaucoup dans l’appréciation de ses ballades; elle est délicate et sensible sur «I Love You More», elle s’élève en hauteur et en puissance sur «California» et nous saisit, et elle s’envole en force, avec des notes tenues, touchantes, pendant «Snowflake». Très senti et sincère, autant dans ses propos que dans sa livraison, Ian Kelly donne l’impression qu’il a offert sur cet album tout ce qu’il est lui-même: une enveloppe chaleureuse, une âme heureuse, un ton apaisant, de la douceur et de l’authenticité.

 

Entrevue et performance

Benoît Gagnon, Josée Turmel et Julie Boulanger, Aubaines & cie, V, 13 mars 2016

http://vtele.ca

 

 

CRITIQUE

André Péloquin, Le Journal de Montréal, 12 mars 2016

Ce qu’il y a de «super» dans cet album, c’est le fameux sauvetage des disques durs qui contenait ses pièces. Bien que Ian Kelly soit un chanteur folk pop aguerri, celui-ci pourrait faire de la peinture à numéro ici tant SuperFolk est cruellement prévisible. L’œuvre est bien foutue, certes, et ses fans l’adoreront, mais les autres friands de musique, eux, risquent d’aller voir ailleurs. ** 1/2

 

Entrevue et performance

Jean-François Baril et Saskia Thuot, Rythmez vos matins, Rythme FM, 11 mars 2016

http://www.rythmefm.com/

 

5e édition du TéléDon: une vingtaine d'artistes chanteront pour un centre de cancérologie

Valérie Schmaltz, Journal L'Éveil, 11 mars 2016

Sous la présidence de Jean-François Legault, directeur des ventes pour le Groupe JCL, le TéléDon au profit de la Fondation Hôpital Saint-Eustache se tiendra le 15 avril prochain à 19 h au Complexe multisport Saint-Eustache. 

Animé par Éric Salvail, Isabelle Racicot, Dany Dubé et Emmanuel Auger, celui-ci sera télédiffusé en direct sur les ondes de MAtv (canal 609).

«C’est le seul spectacle télévisuel diffusé en direct pendant quatre heures sur la Rive-Nord, et dont tous les profits iront à une cause. Notre région peut être fière, de souligner la fondatrice et coproductrice du TéléDon, Peggy Béland. Le TéléDon sera télédiffusé dans le Grand Montréal et fera rayonner la cause, nos gens, nos entreprises, et pourra rejoindre jusqu’à 1,2 million de téléspectateurs.»

À noter que le TéléDon de la Fondation Hôpital Saint-Eustache est présenté par RBC Banque Royale du Canada.

«La RBC est fière de s’associer au TéléDon. Nous avons le sentiment de faire la différence», a souligné Anthony Mancini de RBC succursale Saint-Eustache.

Centre de cancérologie

Coïncidant cette année avec le 25e anniversaire de la Fondation de l’Hôpital Saint-Eustache, le 5e TéléDon permettra de répondre (en partie) à un gros défi, soit d’amener un centre d’onco-hématologie dans la région afin que la population puisse recevoir des soins de proximité. L’objectif visé est de 175 000 $.

«Toutes les sommes recueillies dans l’année seront dédiées au centre de cancérologie», confirme le président de la Fondation de l’Hôpital Saint-Eustache, Jacques Pelletier.

«Les besoins sont réels dans notre région. Vous pouvez effectuer un don, être présent au TéléDon à un coût de 15 $, sachez qu’il n’y a pas de petits dons, et ensemble nous allons faire la différence», d’ajouter le président d’honneur Jean-François Legault.

Une brochette d’artistes

Sous la direction artistique de Jean-François Cardin, les artistes suivants ont confirmé leur présence, soit Roch Voisine, Jonas, Marie-Chantal Toupin, Ian Kelly, Vilain Pingouin, Marie-Élaine Thibert, Mario Pelchat, Michel Louvain, Patsy Gallant, Paul Daraîche, Radio Radio, Jonathan Painchaud, Joanie Dubois, Joël Denis, Raffy, Boogie Wonder Band, Yoan, Alexe Gaudreault, Guy Michaud, Steve Hamel, Andie Duquette, Charlotte Cardin, David Thibault, Eli et Papillon, Final State, Renée Wilkin, Émilie Janvier, Shiraz Adham, Sophie Pelletier et Sens.

«Mes enfants sont nés à l’Hôpital de Saint-Eustache, j’ai des amis qui ont été sauvés à l’hôpital. On sait que le cancer nous afflige tous de près, sachant qu’une personne sur trois est touchée. Alors, tous ensemble, on est une force. Ce qui est important, maintenant, c’est de passer la bonne nouvelle», de dire Emmanuel Auger.

Le TéléDon est à la recherche de bénévoles pour cette soirée.

Pour plus d’information: 450 473-6811, poste 42351, ou [www.teledon.tv].

 

Ian Kelly et SuperFolk, loin d'être un disque dur à écouter

Alex Trudel, Topo local - St-Jérôme, 11 mars 2016

En janvier dernier, l’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly se fait voler un disque dur contenant Superfolk, son nouvel album, à Montréal. La date de sortie ayant déjà été annoncée, l’équipe du chanteur de Morin-Heights sonne l’alarme sur les réseaux sociaux. Heureusement, le disque dur et son contenu est rapidement retrouvé.

Il y a de ces voix qui, sans vous en rendre compte, sans savoir pourquoi, vous touche droit au cœur. Vous avez l’impression d’être sur le même fuseau horaire que celui qui l’habite. Ian Kelly utilise son arme transcendante de nouveau sur Superfolk, disponible depuis le 4 mars.

Habillé principalement de folk, mais ayant aussi des tricots aux couleurs pop, country et emmailloté de matière organique et de subtils élans électro, c’est un disque lumineux et réconfortant.

Malgré la composition de plusieurs chansons en français et le souhait de faire du petit nouveau un disque bilingue, ce ne sont finalement que deux chansons que nous pouvons entendre dans la langue de Molière sur Superfolk.

Souhaitons encore plus de chansons en français de l’artiste sur un futur projet. Son phrasé, ses intonations dans la langue de Voltaire m’ont permis de découvrir une nouvelle facette de l’artiste.

Le trentenaire qui joue de presque tous les instruments sur ce nouvel effort, tourne abondamment sur les ondes de Cime 103,9 et 101,3 présentement avec la chanson Montréal, en voici d’ailleurs le clip.

Aucune date n’est annoncée pour l’instant, mais tel un troubadour Ian Kelly envisage une tournée dans les petites salles du Québec l’automne prochain.

Sortons les clichés, mais c’est vraiment sur scène que les mélodies de ce morinheighter prennent une toute autre dimension. Surveillez les dates de spectacles du musicien sur http://www.iankellysmusic.com/

 

Entrevue

Anne-Josée Cameron, Le Téléjournal, ICI Radio-Canada, 10 mars 2016

http://www.radio-canada.ca/

 

Entrevue

Claude Bernatchez, Première heure, ICI Radio-Canada Première, 10 mars 2016

http://ici.radio-canada.ca

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Seb Lozon, La Scène WKND, WKND, 10 mars 2016

http://www.wknd.fm/

 

ENTREVUE

Jessica Lebbe, Stéréolocal, CKRL, 10 mars 2016

 

Entrevue et performance

Émilie Rioux, Chérie J'arrive, CHYZ, 10 mars 2016

http://chyz.ca/cheriejarrive/

 

Entrevue et performance

Diane Lafrance et Guyaume Cadieux, Studio 117, CIME FM, 9 mars 2016

http://www.cime.fm/

 

Entrevue et performance

Christine Long, CTV News, CTV, 8 mars 2016

http://montreal.ctvnews.ca/

 

Entrevue et performance

Marina Orsini, Le 5@7 de Marina, Rouge FM, 8 mars 2016

http://montreal.rougefm.ca/

 

Entrevue et Performance

Derick Fage, Breakfast Television, City TV, 7 mars 2016

Entrevue

Performance

 

Entrevue

René Homier-Roy, Culture Club, Ici Radio-Canada Première, 6 mars 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Entrevue

François Cormier, RDI Matin Week-end, Ici RDI, 5 mars 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Mention

Catherine Beauchamp, Que le Québec se lève, 98,5, 5 mars 2016

http://www.985fm.ca/

 

Entrevue

Anne-Marie Kirouac, Full Spin, ARCQ, 5 mars 2016

 

 

La sérénité assumée

Samuel Pradier, Le Journal de Montréal, 5 mars 2016

Avec Superfolk, Ian Kelly aborde un nouveau tournant dans sa musique. Son propos est désormais serein, positif et rempli d’espoir, alors que sa musique semble plus instinctive, naturelle et vraie.

Le contexte de création de ce cinquième album a certainement permis à Ian Kelly de tourner une page et de se montrer tel qu’il est. «J’ai écrit ces chansons, l’été dernier, au moment où j’ai eu un troisième enfant. Avec l’expérience des deux plus grands, huit et dix ans, le côté stressant était cette fois-ci absent. On dirait qu’on a juste le côté joyeux de la chose. J’ai donc vécu un été plutôt heureux pendant que j’écrivais et je ne peux pas dire que ça s’est terni avec l’automne, quand est venu le temps d’enregistrer.»

Bonheur

Empreintes de sérénité et d’espoir, ses chansons d’amour sont aussi plus joyeuses et positives. «Je voulais un album rempli d’optimisme. C’est mon premier album avec plein de chansons d’amour, comme un constat de ma vie. Ça fait douze ans que je suis avec ma femme, on s’aime, la vie est belle. C’est un peu fleur bleue, mais je pense qu’avec le reste de mon œuvre, ça s’équilibre.»

Résolument pop-folk, les musiques sont aussi plus dépouillées, comme si l’amour et le bonheur pouvaient s’exprimer simplement et naturellement. «Je n’ai pas voulu trop travailler les arrangements pour garder l’état d’esprit positif. Je voulais y aller avec les premières pulsions. Ça s’est fait naturellement, je ne me suis pas cassé la tête. J’ai travaillé en pyjama, dans mon studio, avec les gazouillis de mon bébé, et ma blonde qui venait le soir écouter ce que j’avais fait.»

En français

Ian Kelly chante majoritairement en anglais, même s’il avait déjà fait une chanson en français, en 2008. Jusqu’ici, il ne semblait pas aussi à l’aise dans cette langue qu’il maîtrise pourtant parfaitement. «La raison pour laquelle l’album s’appelle Superfolk, c’est d’abord parce que ça se dit aussi bien en français qu’en anglais. Au départ, je pensais faire un album bilingue à 50/50.»

Mais après avoir écrit plus d’une vingtaine de chansons en français, il n’en a finalement gardé que deux, Montréal et Comme un loup. «Ça fait vingt ans que je chante en anglais, on dirait que je cherche encore ma voix en français. Mais je suis dans une période où j’aime écrire en français et je travaille là-dessus. J’ai toujours vécu dans les deux langues. Musicalement en anglais, mais principalement en français dans ma vie de tous les jours. Ma femme est francophone et mes enfants vont maintenant à l’école française.»

Vol

La gestation de cet album a failli prendre une tournure tragique lorsqu’en décembre dernier, il s’est fait voler les deux disques durs contenant toutes les chansons. Heureusement, les parents du voleur lui ont ramené son précieux bien. «C’est le fun de voir une histoire qui finit bien, il y en a pas assez dans les médias. Ça rend cet album encore plus spécial, parce que si j’avais dû recommencer, ce n’aurait pas été le même.»

Tournée

À l’automne, Ian Kelly va amorcer une tournée à travers le Québec pour présenter ses nouvelles chansons. «Je trouve que Superfolk se prête bien à une tournée solo. Il y a une énergie qui va bien se rendre toute seule. Je ressens aussi le besoin de jouer dans des plus petites salles, d’être plus proche du monde. Ça va être avec mon piano et ma guitare, je vais garder ça simple. Mon idée est vraiment de revenir à la simplicité.»

 

Ian Kelly: Convenu ***

Émilie Côté, La Presse, 5 mars 2016

Le voilà enfin, cet album de Ian Kelly dont les fichiers ont été volés dans sa voiture pour ensuite être rapportés à leur propriétaire grâce à un cri d'alarme sur les réseaux sociaux.

Première déception: le titre, SuperFolk, manque cruellement d'inspiration. Ian Kelly assume qu'il donne dans le folk bien fait et réconfortant.

Chaleureuses, positives et lumineuses, ses nouvelles chansons ont été écrites en plein été après la naissance de son troisième enfant. Des titres comme Comforting Soul et Ready for Love sont toutefois un peu convenus.

Autre cliché: la chanson California, qui parle d'évasion. Et l'une des deux seules pièces en français, Montréal (thématique facile), qui, comme prévu, a pris le chemin des palmarès radio.

Mais ne soyons pas trop cyniques: Ian Kelly est un fin mélodiste, un auteur-compositeur d'expérience, un bon artisan folk et sa voix apaise les oreilles. Avec lui, on sait à quoi s'attendre et c'est très bien ainsi.

* * *

 

Entrevue et Performance

Marie-Andrée Poulin, LCN, 5 mars 2016

http://www.tvanouvelles.ca/

 

Ian Kelly: SuperFolk **** 1/2

Samuel Pradier, Échos Vedettes, 5 mars 2016

Rien n’est jamais parfait dans la vie, mais SuperFolk, le nouvel album de Ian Kelly, se rapproche dangereusement de la perfection. L’auteur-compositeur-interprète nous entraîne dans un road movie où règnent l’amour, l’espoir, la sérénité et le bonheur, tout en continuant d’explorer des sonorités pop-folk basiques mais efficaces. Les arrangements sont simples et accrocheurs, ce qui permet de connecter directement avec l’artiste. Ian Kelly a également composé deux chansons en français, Montréal et Comme un loup, qui donnent envie d’en entendre davantage. Ce très bel album devrait lui permettre de gagner une nouvelle popularité.

 

MENTION

Marie-Christine Proulx, Salut Bonjour, TVA, 4 mars 2016

http://tva.canoe.ca/

 

3 questions à Ian Kelly

Élise Jetté, Coup de pouce, Avril 2016

En janvier dernier, le disque du contenant la seule copie de l’album SuperFolk, de Ian Kelly a été dérobé dans la voiture du chanteur. Les chansons ont finalement été récupérées quelques jours plus tard, au grand plaisir de l’artiste, mais aussi du public, qui pourra découvrir ses chansons aux accents folk desquelles émanent joie et optimisme.

Qu’est ce qui distingue cet album des quatre précédents?

Je suis rendu à une bonne place dans ma vie. Je suis moins stressé, et vraiment pas loin du bonheur. Je parle moins des trucs qui me préoccupent, notamment l’environnement. Je me suis aussi forcé pour écrire 20 chansons en français, pour en garder deux.

Qu’est ce que le superfolk?

Le superfolk, c’est tout ce qui me vient naturellement. C’est poli et travaillé, tout en demeurant très organique, pas trop prétentieux. en regardant la pochette, on comprend que cet album aura l’effet d’une couverture de laine. C’est le pouvoir du superfolk.

Les pièces en français sont Comme un loup et Montréal. Travailles-tu de la même manière en français qu’en anglais?

Je trouve ça plus difficile en français. Tout ce que j’écris - les courriels, les lettres, etc. - , je l’écris d’abord en anglais. Et pour la musique, c’est une question de son. J’aime le son des choses en anglais. C’est difficile pour moi de retrouver ça en français. Comme un loup, je ne voulais pas la garder au départ, mais ma femme est entrés dans mon studio et l’a trouvée très accrocheuse. Je l’ai donc gardée. Sortie 4 mars.

 

Entrevue et Performance

Paul Arcand et Sylvain Ménard, Puisqu'il faut se lever, 98,5, 4 mars 2016

http://www.985fm.ca/

 

Entrevue et Performance

Camille Ross, Morning News, Global, 4 mars 2016

http://globalnews.ca/

 

First Play: Ian Kelly SuperFolk

Judith Lynch, First Play, CBC Music, 4 mars 2016

Back in early January, Montréal singer-songwriter Ian Kelly was almost finished making his new album. Then, he lost it. On a Tuesday evening the record that he had spent months writing and recording lived on two hard drives that were stolen from his car. Lucky for him he got his album back.

And now we get to hear it.

Superfolk is Ian Kelly's fourth full-length album and it continues the tradition insightful, introspective lyrics that have helped him grow his audience over the years. He's more popular in his home province of Québec than he is in the rest of the country (his last album debuted at number three in Quebec behind only Lady Gaga and Adele) and that's a damn shame considering his DIY-aesthetic and self-taught musical style falls right in line with the mythos and hype that we ascribe to some of this country's legendary singer-songwriters. Think Joni, think Leonard, think Neil.

"Montréal" is a lovely ode to Kelly's hometown. "I was born in Montréal, and I lived there for the first thirty years of my life. For the past six years, I’ve been living in the country, and I love it," Kelly said in a press release. "I am a little torn between them – I don’t imagine I’ll ever move back to the city, but a big part of me is still there. Montréal is not a breakup song, because even though I’ve left, Montréal is who I am more than where I am.”

"Snowflake" is another standout track on the album. A song with a vocal so delicate it feels like it could break.

Superfolk will be released on Mar. 4. You can preorder the album here.  And don't forget, backup your data.

 

Tracklist:

1. "I Love You More"

2. "I Hope to See You Again"

3. "Comforting Soul"

4. "Ready for Love"

5. "Montréal"

6. "Mason Jars"

7. "California"

8. "Comme un loup"

9. "You've Got To Know"

10. "Let It All Out"

11. "Snowflake"

12. "You've Got Your Reasons to Love Me"

13. "When the Sun Goes Down"

 

SuperFolk sans plomb

Claudia Beaumont, Ici musique, 4 mars 2016

L’album a bien failli ne jamais être entendu. Impossible de vous présenter le cinquième album de Ian Kelly, Superfolk, sans aborder d’entrée de jeu l’histoire qui aurait pu provoquer le changement brusque de sa destinée. Résumons : à quelques semaines de la sortie de l’album, l’artiste montréalais s’est fait voler les disques durs qui en contenaient toutes les pistes. Distrait, il les avait laissés tous les deux au même endroit, dans sa voiture… Six mois de travail, imaginez! Fort heureusement, cette mésaventure s’est terminée pour le mieux : les précieux boîtiers ont été retournés rapidement au propriétaire, et voilà qu’aujourd’hui, vous pouvez écouter l’album sur cette page. Comme quoi la réalité flirte parfois avec le merveilleux.

Et qu’en est-il de l’album lui-même? La grande vague de mobilisation qui a pris forme sur les médias sociaux en valait-elle la peine? Eh bien, oui.

La profondeur du coconnage

Dans la lignée des Ben Howard et Jack Johnson, Ian Kelly creuse le sillon d’un folk contemplatif et rassurant bien à lui, avec ses guitares légères au grain chaud, ses refrains imparables et ses mélodies délicates au service de l’émotion. Rien n’est laissé au hasard avec Kelly aux commandes (car il est aussi réalisateur), rien ne dépasse, c’est impeccable et… plus raisonnable qu’avant. Car, contrairement au précédent disque, All These Lines (2013), qui dégageait un peu plus d’ardeur juvénile, Montréal, le premier extrait de l’album qui nous préoccupe, est imprégné de la nostalgie du « jeune vieux » qui a quitté la ville. Ainsi avons-nous l’impression d’être convié à une pause coconnage, loin du bruit des machines. Mais attention : cette posture casanière a plus à voir avec le processus d’introspection qu’avec l’hédonisme excessif auquel on associe le terme mercatique. Comforting Soul résume bien cet esprit de refuge moelleux pour l’âme, où peuvent se faire sans retenue les constats de nos vies (It seems that everywhere I’ve been I had been before/ I found a house that’s a home/ I feel I won’t be alone).

En filigrane de l’album, Ian Kelly explore ce long fleuve plus ou moins tranquille qu’est le temps. Chaque chanson est un hublot sur des souvenirs heureux (I Hope to See You Again), l’histoire d’un amour qui dure encore (I Love You More), l’inévitable réflexion existentielle (Snowflake) ou la promesse d’un beau nid ailleurs (Comme un loup). Des 13 chansons, seulement deux se présentent dans la langue de Molière. De toute évidence, le chanteur est plus à l’aise en anglais – sa musicalité y est sans doute pour quelque chose –, mais c’est en français qu’il se distingue des autres loups. Espérons qu’il y prendra goût!

Avec une si belle voix, qui dégage une assurance à toute épreuve, ce Superfolk pourrait être un bon carburant émotionnel pour les amateurs de grande route. Assez fort pour traverser les Prairies jusqu’aux Rocheuses, mais conçu pour mener l’auditeur loin, loin, loin… jusqu’en Californie. Bon voyage!

 

Je sors ou je reste?

Camille Dufétel, Journal 24h, 4 mars 2016

SuperFolk de Ian Kelly

Le cinquième album de l’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly, SuperFolk, sort le 4 mars: un album dans lequel il célèbre notamment son amour... pour sa femme, et pour Montréal. L’album globalement anglophone comprend deux chansons en français. On se souvient qu’il s’était fait voler les disques durs comprenant son nouvel album en début d’année, avant de les récupérer. En magasins et sur iTunes dès le 4 mars.

 

Entrevue et performance

Dominic Arpin, Énergie le matin, Énergie 94,3, 3 mars 2016

http://www.montreal.radioenergie.ca/

 

Entrevue

Sue Smith, Homerun, CBC Radio, 3 mars 2016

http://www.cbc.ca/homerun/

 

Ian Kelly - SuperFolk ****

Jocelyn Legault, Alternative Rock Press, 2 mars 2016

Depuis 10 ans déjà, l’auteur-compositeur-interprète Ian kelly nous berce de ses mélodies aériennes. Le revoici avec Superfolk, son cinquième album en carrière.

Sur ce disque, le chanteur s’abreuve davantage à la source du son folk chaleureux et intime expérimenté qu’il a construit tout au long de sa carrière. Le résultat en est 13 pièces lumineuses dans une enveloppe acoustique qui réchauffe dès l’écoute.

Superfolk m’a charmé à tous les niveaux et j’ai même été surpris par les deux chansons en français. La voix de l’artiste vit des émotions qui nous emportent presque dans un monde paralèle.

L’album regorge de mélodies sans prétention qui vont droit au cœur et qui brisent les horizons. On oublie nos dettes et nos vagues à l’âme pendant 47 minutes. Ça fait du bien!

Chansons coup de cœur :

Montréal

Ready for love

Mason Jars

Let It All Out

California

 

CRITIQUE

Émilie Perreault, Puisqu'il faut se lever, 98,5, 1 mars 2016

http://www.985fm.ca/

 

CRITIQUE

Katerine Verebely, Gravel le matin, Ici Radio-Canada Première, 1 mars 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Les sorties de la semaine

Richard Dion, La Semaine, mars 2016

Folk - SuperFolk : Ian Kelly Sur son nouvel album, le chanteur montréalais présente deux chansons en français parmi les 13 titres offerts, dont le très bon premier extrait, « Montréal ». Avec SuperFolk, le chanteur poursuit dans le style acoustique auquel il nous a habitués, généralement à la guitare, mais parfois aussi au piano. On peut entendre plusieurs mélodies inoubliables. Sunset Hill

 

Mention

Patrick Masbourian, Médium Large, Ici Radio-Canada Première, 29 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

CRITIQUE

Annie-Soleil Proteau, Culture Club, Ici Radio-Canada Première, 28 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Ian Kelly : SuperFolk enfin disponible

Anne Bourguoin, 7 jours, 4 mars 2016

Le cinquième album de Ian Kelly sera offert dès le 4 mars prochain. Le disque, dérobé début janvier dans la voiture du chanteur puis retrouvé, sort enfin dans les bacs. Il aurait été terriblement dommage de ne pas pouvoir entendre SuperFolk, un opus à la facture magique! Coup de coeur!

 

Playlist

Nicolas Tittley, Elle Québec, mars 2016

Ian Kelly - Montréal

Après s’être fait voler puis avoir récupéré les disques durs sur lesquels se trouvaient toutes les chansons de son nouvel album SuperFolk, Ian Kelly pourra enfin le lancer, le 4 mars. La plus belle surprise sur ce nouvel opus? Entendre le chanteur s’exprimer dans la langue de Charlebois sur Montréal, un très joli air folk pop porté par un riff de banjo et un piano enjoué. «Oublie-moi pas...», répète le chanteur dans son refrain. Pas de risque que ça arrive.

 

Entrevue et Performance

Val St-Jean et Max Lalonde, Debout l'Estrie, Énergie, 26 février 2015

http://www.sherbrooke.radioenergie.ca/

 

Entrevue et performance

Marie-Hélène Proulx et Stéphane Richard, Rouge café, Rouge FM, 11 février 2016

Performance

Entrevue partie 1

Entrevue partie 2

 

Un premier extrait radio en français pour Ian Kelly

Josée Beaulieu, Actualités, Rythme FM, 28 janvier 2016

À quelques semaines de la sortie de son cinquième album, SuperFolk, Ian Kelly nous propose un superbe avant-goût avec le premier extrait radio Montréal.

Sous des sonorités folk, cette lumineuse ode dans la langue de Molière se veut une déclaration d'appartenance à la métropole d'où il est natif.

« Je suis né à Montréal, j’y ai passé les 30 premières années de ma vie. Depuis 6 ans, je suis parti, j’ai essayé la campagne. J’adore ça. Je suis un peu déchiré, je ne crois pas revenir en ville, mais il y a là une grande partie de moi aussi. Montréal, ce n’est pas une chanson de rupture car, même si je l’ai quittée, Montréal c’est qui je suis plus qu’où je suis! », raconte l'auteur-compositeur-interprète.

La chanson se retrouve parmi les deux compositions francophones de l’album perdu et retrouvé SuperFolk, qui paraîtra sous l'étiquette Sunset Hill Music et distribué par Outside. La mésaventure entourant la malchance de Ian a énormément mobilisé le public, via les réseaux sociaux, ainsi que les médias partout au Québec, à travers le Canada et même à l'étranger.

Puisque la vie fait bien les choses, le public aura la chance d’entendre ce fameux album dérobé à compter du 4 mars. La tournée solo SuperFolk est prévue pour l’automne 2016 et sera annoncée sous peu.

Écoutez un extrait de la chanosn ICI.

 

Ian Kelly s'était fait voler son disque...maintenant il lance un extrait!

Valérie Roberts, En vedette, 28 janvier 2016

Je suis certaine que vous vous rappelez de cette histoire, tout le Québec en parlait au début de l'année! Et avec raison, puisque Ian Kelly s'était fait voler son cinquième disque. Il était fini, ce fruit du travail de plusieurs mois... il reposait sur un disque dur dans sa voiture. Et hop, d'une seconde à l'autre, il n'y était plus. 

La bonne nouvelle, c'est que le fameux disque dérobé a été retrouvé et aujourd'hui, on peut écouter un premier extrait de l'album qui paraîtra sous peu! La pièce s'intitule Montréal. Vous pouvez l'entendre ici et, je vous averti, c'est vraiment bon. 

Cela dit, il nous faudra attendre encore quelques semaines avant d'avoir la chance de découvrir les autres chansons de son disque SuperFolk. 

Deux pièces en français se retrouveront sur le disque de Ian Kelly, qui sera disponible le 4 mars prochain. Une tournée solo commencera l'automne prochain et tous les détails seront dévoilés sous peu. 

www.iankellysmusic.com

 

Album retrouvé: Ian Kelly chante Montré

Agence QMI, Canoe Divertissement, 27 janvier 2016

L'auteur-compositeur-interprète Ian Kelly, qui s'était fait voler ses nouvelles chansons en début d'année avant de les récupérer - quelle chance! -, a dévoilé mercredi le premier extrait de son cinquième opus en carrière.

C'est un titre en français qu'il propose pour mettre ses admirateurs en appétit. La pièce Montréal sera gravée sur l'opus SuperFolk, à paraître le 4 mars prochain.

Une seule autre chanson dans la langue de Molière se retrouvera avec ce nouveau matériel, qui a pu être récupéré grâce aux parents du jeune ayant dérobé les disques durs laissés dans la voiture de l'artiste dans le quartier Parc-Extension, à Montréal, le 5 janvier dernier. Ian Kelly, rappelons-le, avait oublié de remonter une fenêtre de son véhicule.

Il avait lancé un cri du cœur sur les réseaux sociaux pour qu'on lui ramène le fruit de six mois de travail, ce qui avait été fait dans les heures suivantes, à son grand soulagement.

Avec Montréal, Ian Kelly, qui est originaire de la métropole, dit pourquoi il a quitté la ville.

«Je suis né à Montréal, j'y ai passé les 30 premières années de ma vie. Depuis six ans, je suis parti, j'ai essayé la campagne. J'adore ça. Je suis un peu déchiré, je ne crois pas revenir en ville, mais il y a là une grande partie de moi aussi. Montréal, ce n'est pas une chanson de rupture, car même si je l'ai quittée, Montréal c'est qui je suis plus qu'où je suis», a dit Ian Kelly, qui a élu domicile dans les Laurentides.

Ian Kelly prendra la route cet automne. Les dates de sa tournée seront annoncées incessamment.

 

Ian Kelly change « Montréal »

Agence QMI, TVA Nouvelles, 27 janvier 2016

L’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly, qui s’était fait voler ses nouvelles chansons en début d’année avant de les récupérer - quelle chance! -, a dévoilé mercredi le premier extrait de son cinquième opus en carrière.

C’est un titre en français qu'il propose pour mettre ses admirateurs en appétit. La pièce «Montréal» sera gravée sur l’opus «SuperFolk», à paraître le 4 mars prochain.

Une seule autre chanson dans la langue de Molière se retrouvera avec ce nouveau matériel, qui a pu être récupéré grâce aux parents du jeune ayant dérobé les disques durs laissés dans la voiture de l'artiste dans le quartier Parc-Extension, à Montréal, le 5 janvier dernier. Ian Kelly, rappelons-le, avait oublié de remonter une fenêtre de son véhicule.

Il avait lancé un cri du cœur sur les réseaux sociaux pour qu’on lui ramène le fruit de six mois de travail, ce qui avait été fait dans les heures suivantes, à son grand soulagement.

Avec «Montréal», Ian Kelly, qui est originaire de la métropole, dit pourquoi il a quitté la ville.

«Je suis né à Montréal, j’y ai passé les 30 premières années de ma vie. Depuis six ans, je suis parti, j’ai essayé la campagne. J’adore ça. Je suis un peu déchiré, je ne crois pas revenir en ville, mais il y a là une grande partie de moi aussi. “Montréal”, ce n’est pas une chanson de rupture, car même si je l’ai quittée, Montréal c’est qui je suis plus qu’où je suis», a dit Ian Kelly, qui a élu domicile dans les Laurentides.

Ian Kelly prendra la route cet automne. Les dates de sa tournée seront annoncées incessamment.

 

Fioritudes : douce soirée pour les amateurs de Fiori

Agence QMI, TVA Nouvelles, 15 janvier 2016

«Fioritudes», c’était censé être une gâterie d’un soir aux FrancoFolies en 2014, supposée être une soirée unique pour rendre hommage à l’un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de la musique québécoise. Mais voilà, une soirée n’était pas assez. Une tournée de neuf dates s’est amorcée vendredi soir, au Théâtre Outremont.

Ça aura pris plus d’un an afin de trouver un moment où Antoine Gratton, Catherine Major, Alexandre Désilets, Marie-Pierre Arthur, Daniel Lavoie et Ian Kelly étaient tous disponibles pour partir en tournée avec ce spectacle, qui reprend les grands succès d’Harmonium, les classiques de Fiori, ainsi que son dernier album.

La soirée a commencé en force, Catherine Major bien installée au piano pour la pièce «La Moitié du Monde».

«Pour moi, Fiori est un artiste libre, un auteur libre. C’est ce qu’on célèbre ce soir», a dit Antoine Gratton, après la deuxième pièce. «On est contents de passer à travers un répertoire aussi riche (...) Ce sont des classiques qui vont durer longtemps», a ajouté Major.

Le parterre était rempli, mais moins de la moitié des sièges au balcon avaient trouvé preneur. Si le public a été assez réservé tout au long du spectacle, la majorité tapait tout de même du pied et fredonnait les paroles après quelques minutes, notamment sur «Viens Danser».

«Duodadieu», pièce que Fiori a enregistrée avec Diane Dufresne, a magnifiquement et tout doucement repris vie avec les voix de Marie-Pierre Arthur et Alexandre Désilets.

En première partie de spectacle, les spectateurs ont aussi pu entendre «En Pleine Face», «Chasseur», ou la pièce «Depuis L’automne», qui a bénéficié d’applaudissements sentis. L’excellent dernier opus de Fiori a été fait dans son entièreté en deuxième partie. Certainement une des forces de ce spectacle. Ce n’est d’ailleurs qu’après l’entracte, en fin de spectacle, que sont apparus Ian Kelly et Daniel Lavoie. Dommage, car ils volent complètement la vedette. Lavoie chante «Chat de Gouttière» avec cœur et puissance, Kelly interprète «Laisse moi partir» avec une magnifique profondeur et ensemble, ils font «Zéro à 10».

L’interprétation de la chanson « Crampe au Cerveau» par Alexandre Désilets a été chaleureusement récompensée. C’était amplement mérité. Les pièces «Comme un fou», et «Ça fait du bien», ont été gardées pour la toute fin.

Sans fioritures

Pour les amoureux de la musique signée Fiori, c’est une excellente façon, peut-être même la seule façon de voir ses chansons prendre vie sur scène. L’artiste souffre d’un trouble qui affecte énormément sa concentration. Impossible pour lui de faire de la scène depuis de nombreuses années.

Parce qu’il connait très bien l’artiste, c’est Luc Picard qui a assuré la mise en scène du spectacle des FrancoFolies, et la même formule a été reprise pour la tournée. Une mise en scène sans flafla, peut-être un peu trop dépouillée, mais qui laisse toute la place aux instruments et à la musique.

Accompagnés de cinq autres musiciens, les artistes ont su rendre leur propre interprétation des chansons de ce grand artiste, sans tomber dans l’imitation ou la caricature. Ils ont livré une douce soirée aux admirateurs de Fiori.

 

Aujourd'hui à Sherbrooke: Ian Kelly en spectacle au OMG Resto

Cynthia Dubé, Journal Le Sherbrooke Express, 5 novembre 2015

Culturel et divertissements :

L’auteur-compositeur-interprète Ian Kelly sera en spectacle ce soir, dès 20h, au OMG Resto, dans le cadre des Jeudis chauds, chauds, show.

Les amateurs de slam et de poésie ont rendez-vous à la soiré Slam le Tremplin, dès 20h, à la salle Le Tremplin, en compagnie entre autres de Frank Poule et André Gélineau.  

Une nouvelle exposition se déroule à la Galerie d’art du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke jusqu’au 19 décembre. Il s’agit de «Mémoires» de l’artiste Roberto Pellegrinuzzi, qui met en lumière une sculpture faite de 270 000 photos.

 

Les choix de la semaine : Musique

Richard Dion, La Semaine, 7 août 2015

Folk Rock Live: All These Lines Tour | Ian Kelly

Le chanteur montréalais Ian Kelly a réalisé une captation du spectacle de sa tournée All These Lines ayant eu lieu le 3 décembre 2014 à Terrebonne. Le DVS présente la plupart des chansons de son dernier album, mais aussi les plus grands succès de ses trois disques précédents.

 

Performance

Pierre-Yves Lord, Le bon mix selon boire, TVA, 10 août 2015

www.tva.canoe.ca

 

Ian Kelly chante à Dorval le 29 janvier

Robert Leduc, TC Media, Le Messager Lachine & Dorval, 26 janvier 2015

L’artiste bilingue Ian Kelly a un agenda bien garni. Celui qui chante en anglais, mais qui parle un français sans accent, porte plusieurs chapeaux dont celui de réalisateur. Son emploi du temps est très varié, entre la composition de chansons et la réalisation de disques.

Montréalais d’origine, Ian a vécu à Notre-Dame-de-Grâce. «Ma mère est francophone. Je suis allé à l’école française, mais je n’ai jamais aimé l’école, avoue-t-il. Très tôt, vers 13 ans, je me suis intéressé à la musique, à toutes les musiques; mais j’ai surtout des influences anglaises».

«Je suis un petit peu bon en tout; je suis spécialiste en généralités», lance en riant cet autodidacte de la musique, âgé de 35 ans. Il a notamment été technicien de son chez Spectra.

Ian Kelly a installé son studio à Morin-Hights, au cœur des Laurentides. Son studio, il l’a appelé Sunset Hill. Il a aménagé ses pénates dans les Laurentides, avec sa famille, parce qu’il aime l’hiver et le ski.

Chanter à Dorval

Ian Kelly, le chanteur, sera en concert le jeudi 29 janvier, à 19h30, à l’auditorium Serge Nolet de l’école secondaire Dorval-Jean-XXIII (1301, avenue Dawson), dans le cadre de la série Ovation de la Cité de Dorval.

Dans son spectacle, il présente les chansons de son quatrième et plus récent album All These Lines.

«Les couleurs pop et rythmées qu’on y retrouve entourent mes textes, je veux que l’on sente mon engagement, mon souci de l’autre et mon humour. «Des titres de mes autres albums seront aussi au rendez-vous», dit l’artiste qui ne veut pas décevoir ses fans. Rappelons que son album Speak Your Mind a été certifié disque d’or.

Les billets sont en vente au coût de 25$ l’unité à la bibliothèque de Dorval (1401, chemin du Bord-du-Lac), au centre communautaire Sarto-Desnoyers (1335, chemin du Bord-du-Lac), au centre communautaire et aquatique Surrey (1945, avenue Parkfield), et à la porte. Pour plus d’information: 514 633-4170.

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés