Dossier de presse de Ben Wilkins

Ben Wilkins - Critique ***

Dominic Tardif, Voir, 5 janvier 2012

Vit-on un retour en vogue du rock léger (soft rock)? Peut-être bien. En janvier dernier, Destroyer digérait les sons feutrés du genre béni de la FM 70 pour en régurgiter une relecture pince-sans-rire intitulée Kaputt. Le nouvel avatar de cette improbable et réjouissante résurrection, Ben Wilkins, s’en approprie maintenant les codes avec une application d’élève modèle dénuée d’ironie. L’agile pianiste renverra ainsi les plus vieux aux 33 tours d’un autre Montréalais à chevelure profuse, Gino Vannelli, et les plus jeunes à Jamiroquai. Un luxuriant foisonnement de cordes, de cuivres et de flûtes drape de satin une pop adulte pour pub de liqueur de café qui flirte parfois avec la muzak de cabinet de dentiste. Élégant décalquage.

 

Musician adds a dash of pop

Chris Montanini, The Londoner, 10 novembre 2011

When singer/songwriter Ben Wilkins moved from London to Montreal, Que. where he studied classical trumpet at McGill University, the St Thomas Aquinas Catholic secondary school graduate was looking for a change in scenery.

"I wanted to move to a University that was going to have a great music program," Wilkins said. "But also I wanted to live in an environment that was as much like a foreign country as I could get."

After picking up French during his studies, Wilkins took it a step farther, moving to China after graduating and spending time at the Shanghai Conservatory of Music and then the Beijing Language and Culture University.

"I wanted to try something harder so I kind of picked China for a few different reasons, but it was pretty close to choosing a name out of a hat," Wilkins said.

But something was missing during his foray into Asia.

"It's different," Wilkins said. "People there don't really know the Beatles, they don't know a lot of the classic bands and songwriters that changed the musical landscape in this part of the world."

Now back in Montreal, it seems Wilkins has embraced that classic sound on his debut self-titled CD, a meticulously arranged, piano-driven 10-track album that touches his penchant for classical music but also his ear for pop.

Wilkins' big break, he said, was getting extra time in Canadian producer Pierre Marchand's studio when Marchand (known for recording Sarah McLachlan, among others) left the country, leaving Wilkins to the studio with engineer Pascal Shefteshy.

"All of a sudden I could work everyday in a studio that would normally cost thousands of dollars a day," Wilkins said. "That's pretty remarkable."

Wilkins took advantage of the opportunity, not only experimenting with his own tenor vocals and piano but arranging a variety of strings, brass, winds, percussion and a small choir.

"I consciously wanted a record that sounded a little different than the way a lot of records are coming out now," Wilkins said. "I wanted it to be much more traditional in that, I wanted it to breath a lot, I wanted warm sounds, I didn't want to worry about the initial punch. I wanted to hook people slowly."

There are 24 musicians recorded on the album, the elements of which ­combine for a kind of pop that's at times a bit retro.

"I like the way records that were made in those years, '69 to '76, there was something about they way they were using tape and the kind of microphones they had, they found this happy middle ground between low-fi older recordings and what became the eighties sound," Wilkins said. "I'm really happy with the sound, aesthetically."

Wilkins is now travelling with six band members — piano, bass, drums and a string quartet — and although he said they're aren't any London concert dates confirmed yet, Ontario dates are expected to be announced in the spring.

 

Ben Wilkins - The Drake Underground, Toronto - Saturday, October 29th, 2011

Vanessa Markov, Lithium magazine, 4 novembre 2011

Ben Wilkins is an old soul with a knack for composing catchy and emotionally charged, piano-driven pop layered with breezy string arrangements fit for black and white dream sequences. Employing a total of 24 musicians its creation, the 27 year old Ontario native (now based in Montreal) released his self-titled debut LP on October 18, and I haven’t stopped listening to it since. 

Ben performed at The Drake Underground last Halloween weekend with a more modest-sized band of 7, which consists of himself on piano (and when I say piano, I don’t mean keyboard. I mean piano. Ben’s piano, which I learned he takes everywhere), William Coté on drums and xylophone, Alexandre Lefaivre on bass, and Véronica Ungureanu, Kerry Smith, Maria Demacheva, and Gaël Lavigne on strings – possibly the prettiest string quartet in the business. Smart move, Ben, you sly dog.

As for Ben himself, he looks like he walked straight out of the 70s with his long curly hair, baby face, button down shirt, and flared jeans, and is as easy on the eyes as his wistful, jazz-tinged tenor vocals are on the ears. He’s pretty much exactly the guy who girls imagine would show up at their bedroom window for a moonlight serenade. 

But not every song is about “blooming flowers, fresh fruit, and red wine”. Ben draws inspiration from difficult emotional experiences as well, such as in Out the Window, a new song about a true story with lyrics so touching, I had to share some with you:

“You're a brilliant one and the road you walk/Has the perfect point of view…/Well the sun comes up and it's all so new/And they've taken you away/The way you talk and the things you say/Have the doctors watching you…/Then I see you staring out the window/As the day fades away/And you look right into my worry/And you ask me, ‘Will you stay?’”

Ben performed for just over an hour, showcasing most of his album along with new songs he is still working on, stopping a few times to talk about the inspiration or writing process behind a song. “I originally wrote this song on piano,” he says about the song Allison as he tunes his ukulele. “But I wanted a more nostalgic feel, so I tried a ukulele and it worked.” It sure did. Everything worked. 

There isn’t a single aspect of Ben’s young career that falls short of outstanding, from his ability to combine components of modern pop with classical elements as if they were made for each other, to his romanticized interpretations of the simplest things in life, to the magical way in which his music can reconcile broken spirits while simultaneously evoking tears. 

Heck, even his website is an intricate feat of creativity.

 

Ben Wilkins

Info-Culture, 30 octobre 2011

J'aime beaucoup l'album éponyme de l'auteur-compsiteur-interprète Ben Wilkins très mélodieux et charmeur. Ce son pop irrésistible semble sortir tout droit des années 70. Les arrangements musicaux nous bercent, sa voix est splendide et son opus possède une maturité renversante pour son jeune âge. Un album tout en douceur et en chaleur, c'est une musique qui nous attire profondément. Rare sont les chanteurs qui maîtrisent autant le piano aujourd'hui que ce jeune homme.

Sous l'étiquette Milagro Records, il nous livre onze pièces succulentes è écouter. «Opening», «Soup For One»,«Trought To You»,«The Fall»,«Back Of My Head», (au palmarès BDF Top 50 pendant plus de vingt semaines),«Caught In The Rain»,«The Road Is Long»,«Chameleon»,«Allison»,«Your Love Is Gone»,«The Other Side».

«Allison», cette ballade romantique, on y perçoit l'aspect lyrique et les arrangements en sobriété parfaite.

Diplômé de l'Université McGill en trompette classique, du Conservatoire de musique de Shanghai ainsi que de l'Université des langues et des cultures de Beijing, Ben Wilkins possède une pensée mélodique et ose au niveau de la compistion musicale. En plus d'avoir coréalisé son album avec Pascal Shefteshy du studio Pierre Marchand, il a écrit les arrangements de cordes et de cuivres pour «The Garden», quatrième album du groupe Bran Van 3000.

Vous pouvez dès maintenant réserver votre spectacle pour 2012 et vous procurer l'album qui est présentement en magasin. Bonne écoute.

 

Ben Wilkins et Laurence Jalbert

CJSO FM 101.7, 24 octobre 2011

C'est devant une salle comble qu'à nouveau était présenté le lundi 24 octobre le Studio 101 présenté par Mazda et Volkswagen Sorel-Tracy avec la collaboration du Marine Cabaret, Tim Hortons, les Communications Intermedia et Philippe Manning photographe. Le nouveau venu Ben Wilkins a su charmer les spectateurs avec ses chansons aux accent parfois folk parfois jazz et blues tandis que Laurence Jalbert nous offrait une prestation empreinte d'émotions. Une belle soirée animée de belle façon par Valérie Ferland qui était seule exceptionnellement ce mois-ci à cause d'un virus qui rendait impossible la participation de Luc Denoncourt. Nous vous invitons à visionner le magnifique album-photo de notre photographe Philippe Manning. Les Communications Intermedia qui assurait comme d'habitude la webdiffusion sur la page d'accueil du FM101,7 tient à souligner que depuis le début de ses webdiffusions de Studio 101, c'est près de 1,100 internautes qui ont pu en bénéficier. Merci et au mois prochain !

 

     

Ben Wilkins: une étoile montante

Toula Foscolos, Le Messager Lasalle / Le Magazine Île des soeurs, 24 octobre 2011

La semaine dernière, le musicien montréalais Ben Wilkins lançait son album éponyme et je l’écoute depuis non-stop. Son CD tourne même pendant que j’écris ces lignes. Ses arrangements pianistiques, son quartet de cordes, la basse et les percussions, rappellent le romantisme de la fin des années 60 et 70. Wilkins, qui a étudié le jazz et la musique classique à McGill est un hommage indirect au son sirupeux de Burt Bacharach, mais avec une voix qui lui est propre. «Soup For One» et «Through To You» sont mes pièces favorites. Je lui prédis un avenir brillant.

Ben Wilkins' star about to shine

Early this week Montreal musician Ben Wilkins launched his self-titled CD and I have been listening to it non-stop. It’s even playing while I’m writing this column. His piano-powered arrangements, which often feature string quartets, bass and drums, are reminiscent of a sweet romantic late ‘60s and ‘70s vibe. Wilkins, who studied jazz and classical music at McGill, pays an indirect tribute to the saccharine sounds of Burt Bacharach, but has a voice that is really all his own. Soup For One and Through To You are my personal favourites. I predict big things for this hometown boy.

 

L'Ontarien amoureux du Québec

Raphaël Gendron-Martin, Journal de Montréal, 22 octobre 2011

Arrivé à l'âge de 18 ans, l,Ontarien Ben Wilkins a parcouru le Québec en entier, et s'est même permis un séjour en Asie, avant de lancer son premier album en carriè, neuf ans plus tard. L'opus, paru cette semaine, nous plonge dans les années 1970, la principale influence de l'artiste.

Le parcours de Ben Wilkins n'est pas commun. Né en Ontario, il s'est amené dans la métroppole québécoise, où il a complété un baccalauréat à l'Université McGill.. en trompette classique.

«Ce programme n'était pas fait pour quelqu'un qui veut être chanteur comme moi, dit-il. J'ai décidé de faire le bac au complet, mais j'ai trouvé mon propore chemin par la suite.«

Désirant apprendre le fran¸ais le mieux possible, il s'est mis à visiter la Belle Province, de Chicoutimi, à la Beauce, en passant par les Laurentides et Lanaudière. «Je connais bien les régions! J'ai aussi ru une copine qui habitait à Jonquière et pendant plusieurs mois, j'ai fait l'aller-retour Jonquière-Montréal. Ça m'a appris à découvrir une culture différente de celle de ma jeunesse.«

Lui qui n'était pas doué pour les langues è l'école, le jeune Wilkins s'est rendu compte qu'en y mettant de l'effort, il pouvait y parvenir assez bien. Après le français, il a voulu se lancer dans un nouveau défi: apprendre le mandarin.

«J'avais besoin de changer la routine. J'ai eu une bourse pour aller passer du temps è Shanghai en Chine. Je suis aussi allé à Beijing (Pékin). J'ai adoré. Mais je me suis aussi rendu compte qu'au niveau musical, c'était très culturel. Pour mon premier album, je me suis dit que je devais revenir à Montréal pour le concevoir.«

De belles rencontres

Avant de plancher sur son propre album, le musicien est invité par James Di Salvio à travailler sur les arrangements de cordes et de cuivres pour le disque The Garden, de Bran Van 3000. «Ç'a été une belle expérience de voir un autre style de travail.«

La rencontre avec Pascal Shefteshy, un ancien camarade de McGill et maintenant réalisateur et ingénieur reconnu, est aussi déterminante pour l'artiste ontarien. Ensemble, le duo profite du studio prêté par Pierre Marchand, parti en voyage pendant quelques mois, pour concevoir le premier album.

Grandement influencé par la musique des années 1970, notamment celle de Burt Bacharach, Ben Wilkins lance ainsi un disque qui rappelle bien cette époque. «Je voulais un album que l'on pourrait écouter longtemps, qui n'allait pas se fatiguer.«

Le premier album de Ben Wilkins est présentement sur le marché.

 

Ben Wilkins - Éponyme

JE Sheehy, 500khz, 17 octobre 2011

J’ai découvert Ben Wilkins et sa pop easy listening, très 1970 dans les sons et dans le style, non pas dans une vente de vinyles usagés, mais en mp3, via un relationniste de presse, plus tôt en 2011. En écoutant son mini-album, « Back of my head », Wilkins était carrément le fils spirituel de Supertramp ou Steely Dan. Ce fut une belle découverte, plutôt surprenante si on considère qu’en musique, on n’ose plus toucher au côté plus festif de la chanson. Le montréalais d’adoption présente cette semaine son premier disque complet, malgré une grande expérience comme multi-instrumentiste et arrangeur, lui qui a collaboré avec Bran Van 3000.

Wilkins c’est avant tout un passionné de musique qui a découvert tout ce qui entoure le jazz pendant ses études à l’Université McGill. Il sait incorporer ce bagage théorique dans un contexte pop. La musique est originale et technique en restant dans le terrain pop. Le résultat est à la hauteur de mes attentes.

Ben Wilkins excelle dans tous les aspects de ce premier album solo. C’est un disque mélodique, sans tomber dans la facilité et dans la complaisance. Par-dessus sa voix et son piano, Wilkins ajoute une complexité singulière via les arrangements, travaillés et nettoyés, qui définissent cet album. On découvre une pop orchestrale sans cynisme, sans prétentions et qui rayonne par son plaisir. Vingt-quatre musiciens ont participé à l’enregistrement de ce disque et tout est à sa place. Rarement on entend des disques aussi élaborés, mais autant naturel;  certains segments musicaux semblent spontanés tellement tout est fluide.

La comparaison à « Crime of the Century » et « Aja » va se poursuivre pour Ben Wilkins. Tout fonctionne à la quasi-perfection sur cet album éponyme. Si Wilkins évoque Elton John ou Laura Nyro, ce n’est pas par nostalgie ou parce-que son album est dépassé. On ne retrouve ni de faux mouvements, ni de précarité de la part d’un des rares techniciens de la chanson pop. Un très bel ajout à n’importe quelle collection de disques.

Le premier album de Ben Wilkins, en magasin le 18 octobre 2011.

 

M pour Montréal: plus de rayonnement à l'étranger

Émilie Côté, La Presse, 6 octobre 2011

M pour Montréal crée un événement de réseautage pour l'industrie des musiques du monde -le premier au Canada- appelé Mundial Montréal en plus d'être présent dans un autre événement international branché: le festival des Inrocks du magazine du même nom. Pour reprendre l'expression du président-cofondateur Sébastien Nasra, «le train» de M pour Montréal multiplie les arrêts tout en allant plus loin.

Faut-il le rappeler, M pour Montréal a le simple et important mandat de promouvoir des artistes d'ici à l'étranger. À la blague, Sébastien Nasra a lancé que Céline Thibault de la SODEC (la fameuse dame qui finance les tournées à l'international)- manque d'argent car les initiatives des dernières années et «l'effort collectif de la communauté musicale de Montréal» ont porté fruit, que ce soit l'événement annuel que M pour Montréal tient en ville depuis 2006 ou des présences dans des marchés comme le Festival South by Southwest (SXSW), Great Escape ou encore le CMJ Music Marathon de New-York. «Il va falloir demander plus d'argent», plaide Sébastien Nasra, qui veut sensibiliser le milieu au fait que nous devons miser plus que jamais sur l'exportation de la musique.

M pour Montréal annonçait hier la programmation de son grand événement annuel à Montréal, qui aura lieu du 16 au 19 novembre. Les Alexandre Désilets, Alaclair Ensemble, Ben Wilkins, Alfa Rococo, Fanny Bloom, Passwords, Hollerado et Jimmy Hunt font partie de la sélection officielle de la vingtaine artistes mis en vitrine.

Avec la fermeture du Musée Juste pour rire, les «showcases» auront lieu peu partout autour du centre-ville, du Métropolis à la Sala Rossa en passant par le Café Campus. Les 5 à 7 M pour Martini sont de retour, tout comme le gros spectacle au Métropolis le samedi soir, avec Karkwa, Marie-Pierre Arthur, Galaxie, Random Recipe et des invités surprises. C'est sans compter M83 et Active Child qui feront danser les gens à la SAT, et les Plaster, Misteur Valaire et Bran Van 3000 qui se produiront la veille au Club Soda.

Plus d'une centaine de délégués internationaux seront présents. M pour Montréal se réjouit des «petits nouveaux» que sont Chris Swanson (Secretly Canadian), Dina Dusko (High Road Touring) et Ruth Barlow (Beggars).

Pour ce qui est des ateliers et rencontres, il y aura une discussion avec des imprésarios influents, une rencontre de l'ADISQ sur l'exportation et un panel intitulé «indie ou ne pas l'être». (ST) Mundial Montréal

Les détails seront annoncés la semaine prochaine, mais M pour Montréal s'associe avec le Torontois Derek Andrews de Small World Music pour créer un premier événement de réseautage au Canada pour les musiques du monde, auquel participeront des artistes comme Roberto Lopez, Élage Diouf, Wesli, Kobe Town et Alejandra Ribera.

On espère créer «un réseau fédéré canadien» de programmateurs et diffuseurs, un réseau qui serait plus près de l'industrie indie-pop-rock.

Sélection officielle des artistes d'ici en vitrine à M pour Montréal:

Absolutely Free

Alaclair Ensemble

Alexandre Désilets

Alfa Rococo

Ben Wilkins

Bran Van 3000

Cadence Weapons

Canailles

Daniel Isaiah

D'eon

Doldrums

Fanny Bloom

Half Moon Run

Hollerado

Jimmy Hunt

Karim Ouellet

The Midway State

Passwords

Peter Peter

Uncle Bad Touch

Young Empires

Les billets des spectacles-vitrines de M pour Montréal sont en vente dès samedi, ceux de Mundial Montréal le 18 novembre.

www.mpourmontreal.com/

www.mundialmontreal.com

 

6e édition du festival M pour Montréal

Fabien Boileau, Pat White, 5 octobre 2011

En raison de la fermeture du Musée Juste pour rire (jusqu'ici fief de M pour Montréal), le festival verra sa 6e édition se dérouler autour de 8 fameuses scènes montréalaises : la Sala Rossa, la Casa del Popolo, la Café Campus, le Petit Campus, L'Escogriffe, le Quai des Brumes, le Club Soda et le Métropolis, sur lesquelles plus de 30 artistes se relaieront du 16 au 19 novembre prochains.

Placé cette année sous le signe de la mixité musicale internationale, M pour Montréal accueillera Iceland Airwaves (Islande), Les Inrocks (Paris), The Great Escape (Brighton), Canadian Music Week (Toronto), South by Southwest (Austin) et CMJ Music Marathon (New York).

L'ouverture du festival se fera le mercredi 16 novembre au Petit Campus avec un showcase préparé par le fameux magazine culturel parisien « Les Inrockuptibles » où se produiront AaRON, Anoraak et Concrete Knives. En simultané au Café Campus, The Great Escape (Brighton) jouera avec des invités surprises.

Le 17 novembre à 20H30, ce sera à Young Empires, Absolutely Free, Cadence Weapon et Daniel Isaiah d'envahir la Sala Rossa le temps d'une soirée pendant que For A Minor Reflection et Of Monsters and Men chaufferont la Casa del Popolo.

Vendredi 18 novembre, Half Moon Run, Buddy McNeil & The Magic Mirrors et The Midway States occuperont le Café Campus de 13h à 15h30.

Marie-Pierre Arthur, Randam Recipe et Karkwa fermeront la marche le samedi 19 novembre à partir de 20h au Métropolis tandis que M83 joueront de leurs côtés à la SAT.

Les artistes issus de la riche sélection officielle 2011 viendront compléter la programmation : Alaclair Ensemble, Alexandre Désilets, Alfa Rococo, Ben Wilkins, Bran Van 3000, Canailles, D'eon, Doldrums, Fanny Bloom, Hollerado, Jimmy Hunt, Karim Ouellet, Passwords, Peter Peter et Uncle Bad Touch.

A noter aussi cette année la venue de Mundial Montréal qui acceuillera les programmateurs et acteurs les plus aguerris dans le domaine des musiques du monde : Western Roots Artistic Directors (WRAD), Ontario Concil of Folk Festivals (OCFF), Jazz Festivals Canada, CAPACOA, CINARS et RIDEAU ainsi que de nombreux producteurs indépendants.

Depuis sa première édition, M pour Montréal constitue aussi un tremplin international pour les talents montréalais et québécois. Cette année encore, des volets professionnels seront ouverts pour parler des artistes émergents et de l'industrie musicale dans sa globalité avec des délégués professionnels (programmateurs de festivals, journalistes, gérants, superviseurs musicaux) venus des quatre coins du globe.

Les billets et laissez-passer seront disponibles dés le samedi 8 octobre à partir de 11h.

Toute la programmation sur le site du festival : http://www.mpourmontreal.com/

Fabien Boileau

 

6e édition de M pour Montréal: Karkwa, Jimmy Hunt et BV 3000 parmi les invités

Julie Rhéaume, Showbizz.net, 5 octobre 2011

La sixième édition du festival M pour Montréal aura lieu dans la métropole du 16 au 19 novembre 2011. Karkwa, Jimmy Hunt, Misteur Valaire, Alfa Rococo, Alexandre Désilets et Bran Van 3000 compteront parmi les artistes participants.

Plus de 30 artistes se produiront sur huit scènes: Sala Rossa, Casa del Popolo, Café Campus, Petit Campus, L’Escogriffe, Quai des Brumes, Club Soda et Métropolis.

Plaster; Absolutely Free; Alaclair Ensemble; Ben Wilkins; Cadence Weapon; Canailles; Daniel Isaiah; D’eon; Doldrums; Fanny Bloom; Half Moon Run; Hollerado; Karim Ouellet; The Midway State; Passwords; Peter Peter; Uncle Bad Touch; Buddy McNeil and the Magic Mirrors; I.No; Adam and the Amethysts et Young Empires figurent également à la programmation de cette sixième édition de M pour Montréal.

Le 19 novembre, Galaxie, Karkwa, Marie-Pierre Arthur et Random Recipe participeront à l’événement M pour Métropolis à 20h.

La Sélection Franco-M brillera au Café Campus le 19 novembre. Alexandre Désilets, Alfa Rococo, Alaclair Ensemble, Jimmy Hunt, Peter Peter, Karim Ouellet, Fanny Bloom et Canailles s’y produiront.

Une centaine de délégués provenant de 15 pays seront du festival afin d’y découvrir les talents de chez nous.

Ouverture sur le monde

«Une des plus grandes nouveautés de cette année est l’ajout de sept scènes internationales dans le programme de la sixième édition. Nous souhaitons la bienvenue à Iceland Airwaves (Iceland), Les Inrocks (Paris), The Great Escape (Brighton), Canadian Music Week (Toronto), CMJ Music Marathon (New York) et South by Southwest (Austin)», disent les organisateurs.

Le 16 novembre, on pourra d’ailleurs voir les Français Concrete Knives, AaRON et Anoraak lors de la vitrine présentée par les Inrocks au Petit Campus.

Au Café Campus, en simultané, on fera place à la scène de Brighton avec des invités surprises.

Site du Festival (pour connaître la programmation détaillée)

Crédits photo: Valérie Jodoin-Keaton

 

Back of My Head EP

Sylvain Cormier, Le Devoir, 11 février 2011

C'est lui qui chante This Day sur le dernier Bran Van 3000. Splendide voix. On devinait une sensibilité d'un autre âge: ce timbre si pur, c'est presque Nilsson en 1971. Voici maintenant sa carte de visite: un minidisque de six titres, extraits d'un premier album que l'une ou l'autre compagnie de disques finira bien par sortir. Ça confirme: Ben Wilkins chante comme sa musique respire. La scène indie locale peut donc mener à tout, même à cette sorte de pop irrésistible et brillante qui renvoie tout naturellement au meilleur des années 1970, évoquant Elton John époque Madman, Laura Nyro, voire Supertramp et Steely Dan. Un doué, ce Ben: les airs, les arrangements étonnent autant qu'ils bercent, c'est complexe et fluide à la fois, c'est du bonbon et pourtant pas sucré, somptueux sans prétention, easy listening mais jamais facile. Je pourrais dire: il ira loin, ce jeune homme bien. Pas besoin. Ben est déjà exactement là où il doit être. Prêt à être trouvé.

S.C.

 

Ben Wilkins, à l'instar des grands chanteurs-pianistes

Claudio Pinto, Suite 101, 6 août 2011

Auteur-compositeur-interprète montréalais, le jeune musicien sait déjà exprimer l'essentiel en musique, armé seulement d'un piano et d'une voix.

Il va s'en dire, rares sont les "songwriters" capables d'utiliser le piano comme support principal à leur voix. Depuis Elton John et Barbara, peu de noms sont passés à l'histoire. Certes, il y a eu Billy Joel et William Sheller et, plus récemment, Rufus Wainwright et Vincent Delerm, mais dans l'ensemble, le piano est loin de détrôner la guitare en tant qu'instrument de prédilection pour le troubadour moderne.

Fils spirituel des seventies

Le jeune montréalais Ben Wilkins est de ces auteurs de chansons qui préfèrent de loin l'ambiance feutrée du piano au son chaud produit par la six cordes. À la manière du Tom Waits de la première période, Wilkins surprend en premier lieu par sa voix, qui est d'une douceur et d'une musicalité époustouflantes; celle-ci fait immédiatement penser à celle de David Gates, grand gourou de la formation Bread, reconnue surtout pour ses ballades romantiques qui tournaient dans toutes les radios américaines au début des années soixantes-dix. Délicatement, Wilkins tempère les tonnerres sous-jacents de sa musique en aiguisant l'émotion à transmettre et en offrant au mélomane des mélodies qui renvoient au son des meilleurs artistes pop de la période du classic rock, à savoir les Tom Waits, Nike Drake et Elton John, pour ne nommer que ceux-là.

Un mélodiste comme on en voit peu

Dans Allison, une ballade romantique à l'ivresse mesurée, la fièvre qui s'ajuste aux progressions d'accord est montante, pleine d'une désillusion chargée de songes. Cette pièce n'est qu'un exemple parmi d'autres du génie mélodique de Wilkins, dont le souffle à la fois intense et pondéré montre quelques affinités avec l'univers de Todd Rundgren et 10CC. De ces influences, Wilkins tire le meilleur, soit l'aspect lyrique et les arrangements, qui sont d'une sobriété parfaite.

Une réalisation soignée

Ayant étudié la trompette à l'Université McGill à Montréal, le musicien s'est toujours passionné pour le piano, continuant à pratiquer l'instrument-orchestre même durant ses années passées à parfaire sa technique de l'instrument à vent. Puis, il s'est mis à l'écriture de chanson, gribouillant, session universitaire ou pas, des textes et des musiques qui formeront bientôt un corpus de chansons en vue d'un album. Fort d'un enseignement musical rigoureux, Wilkins a assuré les arrangements et l'orchestration de toutes les chansons de son premier album éponyme qui paraîtra sous peu. Réalisé par Pascal Shefteshy et co-réalisé par Ben Wilkins lui-même, le son de ce premier album étonne par sa fraîcheur inouïe. En plus de l'instrumentation de base (basse, batterie) plusieurs de ces chansons (onze au total) sont ornées de la présence d'un quatuor à cordes. Au mélomane expert, ces pièces produiront un enchantement sûr, tandis que le néophyte y trouvera son compte sans exactement savoir pourquoi.

Un écoute virtuelle en attendant la sortie de l'album

L'été durant, Wilkins donne des concerts dans les cafés et bars de Montréal et les environs. Il se sait maintenant prêt à répondre à la demande des nouveaux fans aussitôt que l'album paraîtra. Bien que celui-ci ne soit pas disponible au moment de la publication de cet article, les curieux pourront visiter son site Internet et écouter quelques-unes des chansons qui s'y trouvent. C'est une musique qui regarde en arrière, penseront certains, alors que d'autres diront qu'elle est l'avenir de la chanson populaire. Qu'en pense l'auteur de ces lignes? Simplement que la musique de Ben Wilkins est comme le chant d'un rossignol, impossible à saisir réellement. C'est pour ça qu'elle est d'une beauté qui ne s'épuisera pas de sitôt.

http://benwilkinsmusic.com/

 

David Usher séduit 4000 personnes

Katherine Belley-Murray, Le Quotidien, 7 juillet 2011

(CHICOUTIMI) Les 4000 personnes qui ont assisté au spectacle de David Usher, hier, à Place Festivalma, venaient surtout entendre le chanteur de Moist. Elles ont finalement apprécié David Usher en solo, et n'ont surtout pas regretté d'avoir bravé un ciel nuageux pour voir la performance du chanteur canadien.

C'est toutefois lorsqu'il a chanté «Music», un succès de Moist, que la foule a réellement montré qu'elle aimait David Usher. La plupart des festivaliers connaissait les paroles. Tous appréciaient. Il s'est par la suite promené dans la foule, au grand plaisir de ses fans.

«Ce soir je vais parler uniquement en français, s'est exclamé Usher lorsqu'il est entré sur la scène, vers 22h10. Je vais essayer du moins!»

David Usher avait formé le groupe de rock alternatif Moist en 1992, alors qu'il étudiait en sciences politiques à l'Université Simon Fraser. Depuis le début des années 2000, il chante en solo et habite à Montréal.

Il a en outre formé un duo avec Marie-Mai (Je repars) et avec Coeur de pirate (Everyday thing) au cours des dernières années.

Rumeur

La rumeur courait - et elle courait très vite - que Marie-Mai, qui est en spectacle ce soir Place Festivalma, allait entrer en scène afin de faire un duo avec Usher, le temps d'une chanson. Les festivaliers qui se sont présentés afin de voir cet attendu duo auront été déçus.

«Pour nous, 4000 personnes, c'est dans la moyenne. Pour les Cowboys fringuants (2 juillet) et Marie-Mai (ce soir), on prévoyait des plus grosses foules. Les autres spectacles, entre 3500 et 4000, c'est normal. Nous avons eu une surprise avec le spectacle d'André Sauvé, qui a attiré plus que prévu. En ce qui a trait au duo possible entre David Usher et Marie-Mai, nous aurions aussi aimé cela, mais ça ajoutait des cachets, malheureusement...», expliquait la directrice générale de Festivalma, Karine Desmeules.

En première partie, Ben Wilkins a impressionné les festivaliers qui, avouons-le, ne venaient pas vraiment pour le voir.

«J'ai appris le français à Chicoutimi. J'aime beaucoup «Chicout»!», a raconté le chanteur bouclé qui était accompagné de trois violonistes, d'une violoncelliste, d'un joueur de batterie et d'un bassiste. Troquant parfois le piano pour le ukulele, Ben Wilkins joue un style de musique presque indéfinissable. Une chose est toutefois certaine, il est à l'aise sur la scène et le public qui l'a connu hier l'a drôlement apprécié.

 

Introducing // Ben Wilkins - Through to You

Tymponogram, We are all music electro/ Le meilleur de la musique électro, 11 janvier 2011

Most people know Ben Folds as a sort of goofy troubadour (or one of the hosts of The Sing Off), mixing a certain brand of irreverence into his piano-driven pop/rock.  And while that’s true, Folds’ best work has never really been his humorous songs – at least to me.  His best songs are the ones that are honest about relationships and life.  There’s a reason that “Smoke” was included in Nick Hornby’s Songbook and “Steven’s Last Night In Town” was not.

All this talk about Ben Folds is with good reason, because Canadian artist Ben Wilkins sounds almost exactly like him.  There are times when listening to his recent EP – Back of My Head – that I would have sworn that he had channeled Ben Folds himself.  This EP, if you’re a fan of Folds’ work, is a must have.  Wilkins is an excellent songwriter in his own respect, and his jazzy, free takes on his songs are refreshing as well.  Think of him as a new member of The Bens, and he kind of looks like Ben Lee.

 

Ben Wilkins: Piano Pop, Beautifully Arranged

Guy Raz, NPR, 26 décembre 2010

A musician from Montreal, Ben Wilkins plays piano-powered alternative pop that recalls Ben Folds and Rufus Wainwright. It's a different sound for a city that has more recently embraced dramatic indie rock like that of Arcade Fire and Patrick Watson.

"I guess I don't really fit into that world," Wilkins tells Weekend All Things Considered host Guy Raz. "It's always quite challenging, when we're doing a show, to find someone to play with. I didn't really mean to completely stand out or be an oddity. I was just writing songs that were true to what I wanted to do and the music I like to listen to."

Wilkins says he listens to Burt Bacharach, Brian Wilson and Milton Nascimento, among others.

"I continue to go back to recordings made in the late 1960s and '70s for the warmth," Wilkins says. "There's a romance in that music that doesn't seem to die."

Unlike many singer-songwriters, Wilkins studied jazz and classical music at McGill College.

"Going to music school is a difficult thing," he says. "I remember people warning me about it before I got there. 'You love music, you love playing music. Are you sure you want to go to music school?' ... But I was able to use the degree and the experience there to learn a lot more about harmony and arranging."

It's Wilkins' knack for arrangements that stands out on his debut EP, Back of My Head, which features string quartets alongside piano, bass and drums. He recorded it at the studio of Sarah McLachlan producer Pierre Marchand, with the help of 24 other musicians.

"I wrote all the arrangements myself," Wilkins says. "As I got more comfortable incorporating orchestral instruments into my live show and recordings, the arranging started to become part of the songwriting. Sometimes, when I'm writing a song, I can already hear what the strings or brass is going to do."

One song that's getting attention is the EP's title track. The video, which you can watch here, features Wilkins playing the piano in a cafe, surrounded by people moving around in fast forward.

"The concept was from [directors] Xuan Pham and Adrien Le Grand," Wilkins says. "The way we actually did it was very difficult, and required a lot of practice. I was actually playing the song and singing along three times slower, and the whole video was sped up afterward."

 

Ben Wilkins: Through to You

Jay, ThisBonusTrack.com, 23 décembre 2010

The other day I came across an artist by the name of Ben Wilkins.

If you don’t know him, just wait, you will. As a product of Ontario (represent), Wilkins moved to Montreal at the age of eighteen for music studies at the university of McGill.

While majoring in the Classic Trumpet in university, it is evident that his musical capabilities spread far beyond the instrument.

Did I mention, that besides being incredibly musically inclined, he has a set of pipes on him that may just blow you out of the water. To be honest it was the music video for his song, Through to You that really blew me away.

I don’t want to ruin it for you, as I truly believe it’ll turn you on to the artist, but it basically features Wilkins playing the piano as the world grooves by to his pace.

So I’d urge you to check out his website (click here) and purchase his new EP (click here), Back of my Head from itunes; it’s off the wall.

 

Levely Hearts Club Presents: Ben Wilkins

Paper Garden, 29 novembre 2010

With the scent of fresh paint in the air after a brand new launch of, well, just about everything, it seems we may have a brilliant newcomer to the Canadian pop music scene.  Ontario-raised and Montreal-residing Ben Wilkins released his new EP, “Back Of My Head” just last week to an unsuspecting global online audience.

While Wilkins brings a certain degree of familiarity in this piano-based pop delight, there is something a bit more distinct and unusual about his music that has really drawn us in.  It may be the comprehensive use of strings and horns, the quirky lyrics, the doubled up vocals, or the cinematic song structure (could easily fit into the ‘I Heart Huckabees‘ soundtrack), but one thing is certain: Ben Wilkins makes you feel good.  Really, really good.

A song that incorporates Wilkins’ minty fresh vocals with intricately arranged strings, brass, winds, and orchestral percussion, “Through To You” captures the best elements of multiple genres and puts them in a warm melting pot of delicious treats.  The video (also doubling as the splash page to his website), does a wonderful job of capturing your attention, while keeping things simple in a single room with a stationary camera.We have fallen in love with Montreal over the past year ourselves, so when Ben Wilkins was brought to our attention via one of our Canadian friends, we had to take a listen. Oh Canada, how jealous we are of your beautifully cohesive and collaborative music scene!

 

À DÉCOUVRIR: Ben Wlkins sur la bonne voix

André Ducharme, 23 novembre 2010

Né à London, Ontario, Ben Wilkins arrive à Montréal à 18 ans. Des études de musique et de mandarin plus tard, il chante « This Day » sur The Garden, le récent album de Bran Van 3000. L’auteur-compositeur-interprètepianiste-arrangeur lance son premier EP sur iTunes et sur son site Web,assorti d’un vidéoclip (« Through to You ») rigolo et enveloppant. Voix, climat, attitude: on va le suivre

 

Ben Wilkins

Hero Hill, 2010

Ben Wilkins – Residing in Montreal,  this classically trained, multiinstrumentalist is fixing to release his debut, self-titled and the amount of polish he brings to intricately arranged piano jams is impressive. The touch points aren’t shocking – you can hear some Jamiroquai and Ben Folds in the mix- but the combination of strings, horns and piano with his soulful voice works well and the arrangements hint that this strong debut is simply the tip of the proverbial iceberg. Plus, he’s got quite a solid white guy, type fro going which is always enjoyable in my humbl

Audio • Vidéo

98,5, Puisqu'il faut se lever, 23 décembre 2011
http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=120123

Radio-Canada, Le monde selon Mathieu, 12 décembre 2011
http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBOF/LemondeselonMathieu201112121515.asx

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés