Dossier de presse de Bodh'aktan

Une édition plus que réussie pour H2O

L'Echo Abitibien, 16 juillet 2018

Les membres de l'organisation du festival H2O d'Amos peuvent maintenant souffler après avoir surmonté quelques péripéties durant les festivités. Somme toute, le président Richard Deshaies tire un bilan positif de cette 12e édition qui s’est déroulée du 12 au 15 juillet.

Que ce soit lors des spectacles, des compétitions sportives ou des activités familiales, les festivaliers de la région ont afflué en grand nombre au site du festival à Amos. «La 12e édition est une grande réussite sur toute la ligne, résume Richard Deshaies. Je tiens à remercier les 388 bénévoles du festival et les 79 partenaires sans qui le festival n’aurait pu avoir lieu.» 

[ • • • ]

Pour les familles, des jeux gonflables, des jeux d’eau et autres activités du genre avaient été organisés durant le jour au parc Brunet, à l’Agora naturelle, au quai Desjardins et au parc récréonautique. 

«Il s’agit d’un grand défi logistique que d’organiser des activités sur cinq sites le long de la rivière Harricana, détaille Richard Deshaies. Nous sommes fiers de pouvoir offrir un aussi grand nombre d’activités tout à fait gratuitement à la population.» 

De plus, même si le mauvais temps s’est invité aux festivités, la population a tout de même été présente en grand nombre aux différents sites tout au long du week-end.

Une soirée d’ouverture record 

L’achalandage de 6000 festivaliers le 12 juillet a constitué un record du jeudi pour le festival en dépit de l’annulation du spectacle d’Éric Lapointe. Le vendredi soir, une foule de 8000 personnes a été estimée pour les spectacles de Sara Dufour et des Cowboys Fringants. Pour la soirée de Bruno Pelletier et de Robert Charlebois, la foule est estimée à 5000 festivaliers. Ainsi, au total, 19 000 festivaliers se sont déplacés pour assister aux différentes prestations de ces artistes. 

«La venue de Leboeuf, Deschamps et de Bodh’aktan à la dernière minute pour remplacer Éric Lapointe et la qualité de leur spectacle démontrent bien que le festival est un événement majeur qui peut répondre aux attentes élevées de ses festivaliers, explique Richard Deshaies. Les gens ont été au rendez-vous et on les remercie d’avoir fait confiance au festival.» 

Pour ce qui est du volet sportif, bon nombre de participants ont décidé de s’inscrire au défi de la Course des bateaux-dragons. L’équipe gagnante a été celle de PAMM Aménagement forestier qui a été suivie de près par l’équipe de Monarques Gold et celle d’Eldorado Gold Lamaque. La nouvelle formule avec des bateaux de 11 places a été appréciée et l’organisation assure que cela a ajouté un défi supplémentaire puisqu’il fallait plus d’équilibre pour rester dans le bateau. D’ailleurs, deux équipes ont chaviré dans la rivière, mais elles ont pu se reprendre. Un total de 23 équipes ont participé aux courses de bateaux-dragons. 

Finalement, malgré la chaleur, la course à pied L’Express H2O Desjardins a bien eu lieu et 969 coureurs ont participé au marathon, demi-marathon, marathon à relais, 10 km, 5 km et 1 km. Philippe Cossette a remporté pour une deuxième année consécutive le marathon, suivi de près par Alexandre Fortin, qui a terminé 20 secondes plus tard. Finalement, Régis Fortin occupe la troisième place. Du côté des femmes, Caroline Demers est arrivée première, suivie de Marie-Josephe Chénier en deuxième position et de Leanne Loney en troisième place. 

 

De "chaudes soirées" à prévoir sur la Côte-Nord, prévient le groupe

Mathieu Morasse, Le Nord-Côtier, 13 juillet 2018

Sept-Îles - Les notes de rock folk celtique du groupe Bodh'aktan retentiront au Vieux Quai en Fête et au Festival de la Famille cet été.

Bodh'aktan aura pour tâche de terminer la soirée du samedi 14 juillet au Vieux Quai en Fête. Le groupe jouera à 23h30 sur la scène auxiliaire Telus. Il sera précédé par les feux d'artifice Numérik et par le groupe de musique alternatif Blanche et Noir.

"On donne tout ce qu'on peut, c'est un spectacle super énergique. Y'a des têtes qui revolent, pis des cheveux qui se brassent, pis des membres tout mêlés." - Alex Richard, membre de Bodh'aktan.

[ • • • ]

Il en remettra plein la vue et plein les oreilles la semaine suivante au Festival de la Famille de Havre-Saint-Pierre. Les musiciens seront en vedette le vendredi 20 juillet à 22h00, immédiatement après le spectacle pyro-musical sur mer.

La formation musicale ne compte d'ailleurs plus ses spectacles sur la Côte-Nord.  Ils sont venus quelques fois au Centre des congrès de Sept-Îles, au défunt Clandestin et au Graffiti de Port-Cartier. Havre-Saint-Pierre les a aussi accueillis à l'aréna, à la salle de spectacle, au bar l'Écoutille et au sous-sol de l'église.

"On a toujours eu vraiment une bonne vibe à Sept-Îles , ça a tout le temps fait des soirées assez endiablées», dit Alex Richard.

Alain Barriault, originaire et toujours résidant de Havre-Saint-Pierre, dit avoir hâte de jouer dans son patelin. «C’est le plus gros événement qu’il y a chez nous, donc c’est sûr que c’est le fun d’être là», lance le Cayen.

Groupe de scène

Les spectacles sont l’occasion pour les membres de se retrouver, eux dont les sept membres habitent aux quatre coins du Québec. Ils promettent de chaudes soirées à leurs admirateurs nord-côtiers.

La musique de Bodh’aktan est un mélange de rock, de musique traditionnelle et folk québécoise ainsi que de musique celtique et irlandaise. Ils chantent aussi bien en français qu’en anglais. Les instruments rock habituels sont couplés aux instruments celtiques tels la cornemuse, l’accordéon, la flûte et le violon. Mais au final, la ligne conductrice est claire.

«Le spectacle est résolument très rock», statue-t-il.

Une recette simple

Alex Richard explique que leur recette est assez simple. Ils se contentent simplement d’avoir du «fun» et de jouer ce qui leur plait. Ils n’essaient pas de modifier leur spectacle selon l’endroit où ils jouent. Ils se promènent ainsi dans des festivals québécois de tous genres. Ils sortent aussi des frontières, eux qui joueront en France cet été et à Walt Disney, en Floride, cet automne. Les membres du groupe disent rassembler autant les «ti-culs de 4 ans» et «les petites princesses en robes» que les «têtes blanches» et les «bonhommes».

«Si tu les voyais danser toi» s’exclame Alain Barriault.

Parions toutefois que les jeunes enfants seront déjà au lit lors des spectacles à venir sur la Côte-Nord…

Les festivaliers auront l’occasion d’entendre les classiques du groupe, ainsi que des chansons du nouvel album Ride out the Storm, lancé le 1er juin.

 

Rattrapage estival

Journal Métro, André Péloquin, 6 juillet 2018

BODH’AKTAN - RIDE OUT THE STORM

★★ ½

Au début du mois, le populaire collectif rock québécois dévoilait un second LP entonné dans la langue de Shane MacGowan. Si, en français, le projet tire son épingle du jeu, Bodh’aktan en bave un brin en anglais tant la concurrence est forte dans le domaine du rock celtique. D’où, peut-être, l’impression que Bodh’aktan livre ci un album potable, mais un brin trop sage en son genre. Pour les inconditionnels de l’orchestre, donc.

 

Rattrapage estival

André Péloquin, Journal de Montréal, 1 juillet 2018

BODH’AKTAN - RIDE OUT THE STORM

★★ ½

Au début du mois, le populaire collectif rock québécois dévoilait un second LP entonné dans la langue de Shane MacGowan. Si, en français, le projet tire son épingle du jeu, Bodh’aktan en bave un brin en anglais tant la concurrence est forte dans le domaine du rock celtique. D’où, peut-être, l’impression que Bodh’aktan livre ci un album potable, mais un brin trop sage en son genre. Pour les inconditionnels de l’orchestre, donc.

 

Panorama : vu, lu, entendu cette semaine

L'Équipe des Arts, Le Soleil, 21 juin 2018

MUSIQUE

Ride Out the Storm, album rock/celtique de Bodh’aktan ***1/2

Sept ans après avoir pris la scène d’ici par surprise avec son énergique métissage de rock et de musique celtique, Bodh’aktan ne ralentit pas la cadence et ne semble pas près de s’assagir. Entièrement en anglais, le tout récent Ride Out the Storm continue de creuser le sillon de solide manière et annonce des apparitions aussi musclées que festives sur les planches. La formation ne boude pas quelques ballades : cette jolie While I’m Away sur la conciliation famille-tournée ou cette relecture avec Paddy Moloney des Chieftains de la chanson traditionnelle Black Velvet Band. Mais le chanteur Alexandre Richard et ses complices logent la plupart du temps à l’enseigne de l’endiablé. Si la chanson à boire Nothing But a Game ou la reprise bien sentie de l’air folklorique Heave Away n’ont pas réussi à vous faire taper du pied (ce qui serait étonnant!), gageons que la bien nommée Reels terminera le travail. Geneviève Bouchard

 

Album Review : Bodh'aktan - Ride Out The Storm

Jeff, Folk'N'Rock, 15 juin 2018

Bodh’aktans latest release is a an English album that is a follow up to 2014s “Against Winds and Tides.” “Ride Out The Storm” will take you through a frantic whirlwind of stomping grooves, abrasive guitar tones and timeless folk-inspired melodies, tipping the hat off to performers the likes of Flogging Molly, The RealMcKenzies or Dropkick Murphys.

However, the production quality of this album has a more polished sound that strays a little bit from the hard and aggressive edge of punk, while still retaining strong ties to punk’s energy and philosophy. This is still a folk punk record at heart, but the band is not afraid to give in to their most melodic rock side. As a result, the textures of this release are a bit more unique when comparing them to your average run-of-the-mill Celtic punk release, which is a very much welcome and needed change in a genre that can some times get homogenized.

[ • • • ]

For instance, opening number “About Things to Come” has some stunning drones and reverb effects, which really lend a cinematic scope to this release. “Nothing but a Game” is a playful and upbeat song with a great production. I love how the acoustic guitars blend in with the distorted tones, making for an interesting and diverse feel. The record most notably also features a stunning rendition of “Black Velvet Band”, which also features an exceptional guest: Paddy Moloney, known for his work with The Chieftains and for his contribution to the traditional Irish music scene.

I do not say this lightly, this might be my favorite cover of this song, ever. Yes, thats including the fantastic versions from bands like Dropkick Murphys and The High Kings. I do wish the solo was a little bit longer. I feel that if you have Paddy Moloney, you need to go full Dragonforce and do a two and a half minute solo.

The record feature 14 songs, which really create an ample and diverse set-list. There is time for some incredibly energetic tunes, as well as for melodic and thoughtful lyrics with a strong storytelling flair. For instance, the title track of this release is a perfect combination of both worlds, the rock and the folk side of the band. The bass tone is particularly striking on this track, with a huge low-midrange thump and a massive scope.

On tracks such as “Chasing the Wind”, on the other hand, the rock element falls in the backlines, and the Irish folk influence take the main place under the spotlight. In this particular case, influences such as The Pogues are particularly strong, highlighting the band’s ability to combine memorable melodies with vividly engaging lyrics.

Bodh’aktan has consistently put out phenomenal albums, with “Ride Out The Storm” being one of our favorite release of the year.

 

Je sors, je reste

Frédéric T. Muckle, Journal de Montréal, 13 juin 2018

Coup de cœur

JE RESTE

Album : Ride Out The Storm de Bodh’aktan

Le groupe québécois Bodh’aktan est de retour avec ce nouvel album rempli de leur musique enlevante qui réuni rock, country, folk, musique québécoise et celtique traditionnelle. La formation de sept musiciens a dans le passé performé un peu partout au pays, en Europe et aux États-Unis. Leur premier opus, Au Diable les Remords, leur a mérité une nomination en 2012 pour le Félix de l’Album Rock de l’Année.

 

Bodh'aktan - Ride Out The Storm (2018)

Gegers, Forces Parallèles, 6 juin 2018

"Ils ont ri sous la pluie dans les rues de St Pauli, souri aux femmes des ruelles d'Amsterdam, ils ont vogué de Paris aux montagnes d’Italie." Ces quelques lignes extraites du titre "Ici", issu de l'album précédent du groupe, résument bien ce qu'a été la carrière de BODH'AKTAN durant ces dernières années : une longue succession de voyages, entre ancien et nouveau continent, à sillonner ce que l'Europe compte de festivals celtiques et à écumer les pubs désireux de s'ébrouer au son du rock festif de ces Québécois à l'énergie communicative. Disons-le tout net, nous ne fâcherons personne, que l'album de 2016, enregistré entre deux avions, n'a pas réussi à s'élever au même niveau de qualité que celui des deux opus précédents, qui restent des références en matière de rock celtique efficace et vindicatif. Après avoir consacré un album à leur épopée européenne, le groupe lorgne cette fois-ci du côté des pays anglophones en proposant, cinq ans après l'album Against Wind and Tides, un album intégralement interprété en langue anglaise. Ride Out The Storm ne marque pas pour autant un changement de cap, car si la langue a changé, le ton et le propos restent les mêmes, même si, en grandissant, BODH'AKTAN s'est quelque peu assagi. Parlons-en.

[ • • • ]

Il y a peut-être un peu moins d'espièglerie sur Ride Out The Storm". Si l'album est introduit de manière solennelle, l'instrumental "About Things To Come" sonnant comme un cri de ralliement, mettant en avant guitare électrique, flûte et cornemuse, il se fait un peu long au démarrage, car si "Just Another Game" bénéficie d'une belle énergie, ce morceau résolument orienté folk celtique manque d'une pointe de tranchant, d'un côté tranchant (un peu plus électrique ?) qui nous aurait permis d'entrer directement dans la danse. Mais en tenir rigueur au groupe serait faire la fine bouche, car le reste de l'album le voit déployer un arsenal bariolé et proposer un panorama complet de son identité musicale, sans exclure une touche de modernité. En bref, l'album se fait bien plus audacieux que son prédécesseur.

"Get Loud" mid-tempo qui bénéficie pour sa part d'une belle force de frappe, cristallise ce que pourrait être la rencontre entre AC/DC et la cornemuse. Oui Oui, le clin d'oeil à "It's a Long Way To The Top" est évident sur ce titre mid-tempo fédérateur qui se rapproche de l'univers des DROPKICK MURPHYS ou des BLACK TARTAN CLAN. Le constat est évident : BODH'AKTAN maîtrise l'exercice et se pose ici en routard du rock celtique à qui on ne la fait pas. Le violon, qui reproduit ici ce qui pourrait être un solo de guitare, est à la fête sur ce titre imparable. Le véritable tour de force de cet album reste néanmoins un autre mid-tempo, "The Bridge", qui mêle agressivité et sens de la mélodie d'une manière incroyable. Tout ici est parfait : la force de frappe de la section rythmique et des guitares, le refrain très moderne, les lignes vocales virevoltantes et les mélodies combinées des flûtes et violons. Le break instrumental, doté d'une belle montée en intensité, est sans doute le moment le plus appréciable de tout l'album, rien de moins. Voici un titre que l'on prend plaisir à écouter fort, très fort. "We Cannot Fail", que l'on retrouve également en fin d'album dans une version enregistrée en compagnie des FIDDLER'S GREEN, bons amis des BODH'AKTAN qui avaient déjà participé à leur album Against Wind and Tides, oeuvre dans la même veine, et propose un rock celtique moderne, plus mélodique encore, sur lequel la guitare électrique bénéficie d'un bel espace d'expression.

Les titres les plus énergiques, qui rappellent pour leur part les ambiances de l'album précédent, font preuve d'une mise en danger plus réduite, et si "Heave Away", bâti sur une mélodie traditionnelle, ou "Ride Out The Storm" font ce que l'on attend d'eux, ils peinent finalement à se mettre au niveau des pépites précitées. Témoignant d'une envie de varier son propos et d'offrir une large palette d'ambiances, les BODH'AKTAN n'en finissent pas de nous surprendre néanmoins, proposant un instrumental "Reels" traditionnel dans la conception, mais résolument efficace dans les mélodies et sacrément bien foutu. "Black Velvet Band", réinterprétation d'un traditionnel popularisé par les DUBLINERS, bénéficie de la présence à la flûte de la tête pensante des CHIEFTAINS, Paddy Moloney. La ballade finale, comme une tradition, est également surprenante. Non seulement elle évoque l'univers de GREAT BIG SEA mais, de plus, est interprétée avec grand talent par Luc Bourgeois, dont la voix s'adapte parfaitement à l'exercice. Un talent surprenant !

BODH'AKTAN passe le cap du quatrième album avec un aplomb et un talent bluffants. Tout en poursuivant son évolution, le groupe réaffirme le coeur de son identité musicale. Certains pourront peut-être regretter qu'en procédant ainsi, le groupe ne mette pas autant en avant ses influences rock/punk et se laisse voguer vers des sonorités folk et trad. Répondons-leur qu'ils ont les DROPKICK MURPHYS pour se consoler s'ils le souhaitent, et que la variété musicale des Québécois constitue justement leur principale force, leur permettant de soigner leurs ambiances, de nous cueillir par surprise, de nous éblouir par des mélodies d'une beauté insoupçonnée. En anglais cette fois-ci, la musique du groupe retrouve cette saveur si particulière qui nous avait manqué. C'est sur ces mots que BODH'AKTAN conclut son nouvel album : "We Cannot Fail". Et s'ils disaient vrai ?

 

ENTREVUE

Luc Cauchon, 100 000 matins, O'97, 3 fm, 5 juin 2018

 

Un nouvel album pour Bodh'aktan : Ride Out The Storm

Arts Culture, 31 mai 2018

Sept années se sont écoulées depuis la parution du premier album de Bodh’aktan. C’est avec plusieurs tournées européennes, américaines et québécoises ainsi que six albums derrière la cravate que les membres du groupe, natifs des quatre coins du Québec, présentent un tout nouvel opus tout aussi festif qu’explosif, ce vendredi 1er juin.Entièrement en anglais, Ride Out the Storm fait suite logique à Against Winds and Tides, premier album dans la langue de Shakespeare pour le groupe, paru en 2013. Mêlant plus que jamais la musique traditionnelle au rock, Bodh’aktan propose un album qui a tout pour plaire aux fans de longue date, tout en ayant les moyens de conquérir de nouvelles foules! Bien que principalement formé de matériel original, l’album contient aussi quelques classiques des pubs irlandais.

[ • • • ]

Tout en respectant son son unique, Bodh’aktan s’est entouré cette fois-ci de collaborateurs de renom! Paddy Moloney, leader du groupe de musique traditionnelle irlandaise The Chieftains, qui a remporté six Grammy Awards, a ajouté sa touche bien personnelle à la pièce Black Velvet.

Bodh’aktan a fait appel aux vétérans allemands de Fiddler’s Green, avec leurs guitares plus lourdes et un son plus rock, sur une version bilingue anglaise/allemande de la pièce We Cannot Fail. Le groupe d’origine allemande existe depuis les années 90 et leur style speed folk (un folk rapide rappelant le punk et influencé par la musique irlandaise) se marie parfaitement au style de Bodh’aktan.

Si leurs albums arrivent à sonner comme une tonne de brique, l’expérience Bodh’aktan se vit avant tout sur scène. Ayant participé à la majorité des festivals d’été partout dans le monde, en plus de bénéficier d’une résidence semi-annuelle au pavillon du Canadien à Epcot (Orlando), le groupe continuera sur sa lancée dans plusieurs festivals cet été. Les sept musiciens s’arrêteront entre autres en Suisse, au Nouveau-Brunswick et en France, en plus de retourner à Epcot au cours des prochains mois.

L’album Ride Out the Storm, rempli d’influences irlandaises traditionnelles, bretonnes, acadiennes et québécoises, sera disponible en magasin et en ligne ce vendredi 1er juin.

SPECTACLES:

5 au 9 juin 2018

Festival Pully-Lavaux à l’heure du Québec, Suisse

28 juin 2018

Théâtre Hector-Charland, L’Assomption, Québec

7 juillet 2018

Warwick, Québec

14 juillet 2018

Sept-Iles, Québec

19 juillet 2018

Festival des pêches et de l’aquaculture du Nouveau-Brunswick, Shippagan, Nouveau-Brunswick

20 juillet 2018

Festival de la famille de Havre-Saint-Pierre, Québec

30 et 31 juillet 2018

Iles de la Madeleine, Québec

4 août 2018

Festival en août de Chibougamau, Québec

11 août 2018

Dax, la Feria !, Dax France

12 août 2018

Semaine acadienne de Courseulles-sur-Mer, France

14 août 2018

Soirée irlandaise de Rieupeyroux, France

18 août 2018

Les 24h de la voile, Trégastel, France

31 octobre au 18 novembre 2018

Pavillon du Canada, Epcot, Orlando, États-Unis

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Calendrier

07-24 Raton Lover
Vacances en Spectacles
Pont-Rouge, QC
07-25 Jérôme Couture
Parc des Ateliers
Chambly, QC
07-26 Lydia Képinski
Château Scènes
Châteauguay, QC
07-26 Raton Lover
Les Week-ends Chauds
Charlesbourg, Québec, QC
07-27 Raton Lover
Île du Repos
Péribonka
07-27 Catherine Dagenais
Café-Bar Zénob
Trois-Rivières, QC
07-30 Bodh'aktan
Îles de la Madeleine
Les Îles-de-la-Madeleine, QC
07-31 Bodh'aktan
Îles de la Madeleine
Les Îles-de-la-Madeleine, QC
07-31 Simon Kearney
Zone Musique de la Place d'Armes
Montréal, QC
08-02 Ryan Kennedy
Au Vieux Treuil
Les Îles-de-la-Madeleine, QC

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés