Dossier de presse de Bruno Pelletier

Décembre 2014 - Mars 2015
Septembre - Novembre 2014

 

Bruno Pelletier: «S'améliorer est le travail de toute une vie...»

Roxanne Tremblay, Magazine 7 Jours, 9 décembre 2016

Franchement de bonne humeur, rieur et dégagé, Bruno Pelletier porte merveilleusement la cinquantaine. Après avoir traversé une période de grandes remises en question, comme il nous le raconte dans cette entrevue, il est de retour avec l'album Regarde autour et une série de spectacles où son bonheur se fait entendre. 

Bruno, à quoi trinquons-nous, aujourd'hui? À une belle période de ma vie. Quand je regarde mon parcours, je constate que, dans ma jeunesse, je n'étais pas conscient de ma chance, alors que je vivais une très belle période. Après, dans ma vie d'adulte, j'ai vécu des épreuves. Je me suis enfargé. Aujourd'hui, j'ai le feeling d'être dans une belle période de ma vie et surtout, je suis capable de l'identifier et de la savourer. Je sais qu'il va y avoir d'autres tempêtes, mais là, en ce moment, je suis dans une belle bulle. Je regarde autour de moi, et tout va bien: ma mère, ma femme, mon fils, mon travail, mes amitiés. On dirait qu'avant, quand ça allait bien, je le tenais pour acquis. C'est quand ça commence à aller mal que tu réalises qu'il faut profiter des moments où ça va bien.

Tu n'as pas eu une vie normale, si je peux me permettre...

La vie d'artiste n'est pas normale.

Le succès phénoménal que tu as vécu avec Notre-Dame de Paris n'était pas normal...

Quand le vrai succès est arrivé, j'étais quand même dans la trentaine, et mes valeurs étaient bien ancrées. J'avais ramé de nombreuses années avant d'y arriver. Ce succès était une forme d'accomplissement, mais j'ai eu l'impression d'appartenir à beaucoup de monde. J'ai pris une certaine distance face à ça, parce qu'en dedans de moi, j'étais le petit Bruno. J'étais la même personne qu'avant. Je suis honoré d'avoir pu participer à la création de ce personnage. Je me trouve privilégié d'avoir fait partie de ceux qui étaient à la création du spectacle. C'est une chance incroyable dans une vie de toucher à ça. Cette aventure m'a permis de savoir un peu plus qui j'étais comme artiste, j'en ai profité pour me définir un peu plus. Mes valeurs n'on pas changé, au contraire, elles se sont renforcées. Ça va avec l'éducation que j'ai eue et avec les gens qui se sont impliqués dans ma vie. J'ai été chanceux de tomber sur de bonnes personnes. 

Qui sont ces personnes?

Durant mon adolescence, j'ai fréquenté le Patro de Charlesbourg, à Québec, qui était tenu par les religieux de Saint-Vincent-de-Paul. Oui, ils avaient des valeurs ecclésiastiques, mais ils étaient aussi des sportifs, des musiciens. Ils m'ont allumé sur les plans du sport et de la culture. Ils m'ont aussi inculqué de bonnes valeurs, comme être digne, fier de ce qu'on fait tout en restant humble devant le succès et bon joueur dans la défaite. Ensuite, j'ai fait des arts martiaux, et ça m'a aidé à poursuivre dans cette voie. Quand je suis devenu professeur de karaté, j'enseignais à mes jeunes ce qu'on m'a enseigné. Alors, dans mon métier, quand je vivais de drôles d'émotions intérieures, je me suis toujours accroché à mes valeurs. On est tous humains! C'est le travail d'une vie de s'améliorer, mais, oui, c'est en moi, ça vient de mes parents, de mon éducation et de mon parcours de vie. 

L'influence de ces gens est inestimable...

Oui, et je pense aussi à ma prof de chant, Mme Jalbert, qui venait du monde de l'opéra. Elle m'avait demandé: «Pourquoi veux-tu chanter? Pour devenir une vedette et avoir l'attention du public ou pour chanter? Tu as un don, c'est toi qui décides comment tu vas l'utiliser. Quand tu chantes, donne! Si tu n'as pas la volonté de donner aux autres, tu ne feras pas long feu.» Ça m'a marqué. En arrimant tout ce qu'on m'a appris, j'ai compris que chanter, c'était plus large que la vente de disques, c'est devenu plus grand que ça pour moi. Ça s'est construit tranquillement, une brique à la fois. Le petit gars de Charlesbourg, qui jouait de la batterie dans le sous-sol, n'aurait jamais pensé se ramasser à Paris, à Moscou et en Corée. Jamais je n'avais pensé à ça! Alors, aujourd'hui, je le vis et je savoure le moment. 

Quelle est l'origine de cette prise de conscience?

Je suis un gars qui vient d'un milieu modeste. J'ai grandi dans une famille unie de la classe moyenne dans une banlieue de Québec. Nous étions deux enfants, ma soeur et moi. En même temps, à force d'avancer dans ma vie, j'ai bien vu qu'on n'est pas né juste pour un petit pain. La semaine prochaine, je pars en Russie pour donner un concert. Cet été, j'étais en Suisse et en France. J'ai fait la paix avec ce sentiment qu'il ne faut pas que j'en parle trop pour ne pas avoir l'air prétentieux.

Tu peux prendre ta place, la place qui te revient non?

Exactement! Ça s'est construit avec les années. Ç'a pris du temps avant que je me sente solide dans mon métier. Même aujourd'hui, je doute encore. Ça fait 10 ans que je suis avec ma blonde. Au début, elle n'en revenait pas à quel point j'étais nerveux avant un spectacle. Je me pose alors plein de questions, je me demande si le monde va aimer ça. En même temps, je pense que c'est un moteur pour m'assurer de rester connecté, pour continuer d'être pertinent, pour être capable de toucher les gens, pour faire ce métier pour les bonnes raisons. Je me raccroche à tout ça. 

Tu vis à Saint-Hilaire, tu chantes à Moscou, tu es heureux dans ta vie personnelle et professionelle... C'est un beau portrait, je trouve. Et ici, tu es chez toi. As-tu trouvé un bel équilibre?

Oh oui! Ici, je suis Bruno. Je vais à l'épicerie et je parle avec le monde. Je suis heureux dans ma vie, en amour, dans mon petit studio que je me suis fait... On entend mon bonheur tranquille dans mon nouvel album. J'ai connu des périodes beaucoup plus tourmentées et de grandes remises en question dans la quarantaine. Après 2002 et 2003, quand je suis sorti de ce tourbillon, j'ai entamé une profonde réflexion, je ne savais plus si j'aimais mon métier. 

Tu avais du succès, des opportunités en France, mais tout n'était pas rose...

Ma vie personnelle n'allait pas super bien. J'avais beaucoup de cheminement à faire en tans qu'homme et en tans que père. Je dis souvent à mes amis, au sujet de ma carrière en Europe, que je me suis enfargé tout seul. Les portes étaient ouvertes. On m'a offert d'immenses opportunités. Je ne me sentais pas toujours bien là-dedans et j'ai fait un peu ma tête de cochon. Il y avait là une part d'intégrité et une part d'inconscience. J'étais en plein divorce, avec un jeune enfant. J'ai pris d'autres chemins et 15 ans plus tard, je ne le regrette pas, mais je sais que je me suis enfargé à l'époque. Avec le recul, je peux dire que j'ai eu peur et que je me suis fait une jambette. Il y a tellement d'investissement et de sacrifice à faire pour arriver à ce niveau: je pense à Garou, à Lynda Lemay, à Isabelle Boulay, à Roch Voisine... Le travail qu'ils ont fait est immense. Je les admire. Quand je regarde mon cheminement, je me dis qu'avec mon travail ici et mes spectacles en Europe, c'est peut-être le meilleur des deux mondes... pour moi.

 

La culture en cadeau

Laurie Dupont, Magazine Véro, décembre 2016

L'équipe de rédaction étant passionnée par la musique, les livres et les spectacles, on a préparé pour vous un dossier cadeaux exclusivement composé de productions culturelles québécoises. Il ne vous reste plus qu'à faire votre propre sélection.

Pour mamie

Elle nous a raconté tant d’histoires durant notre enfance que c’est maintenant à notre tour de lui faire découvrir des nouveautés... pour son plus grand plaisir!

 

Le Noël symphonique de Bruno Pelletier, Nadja et Paul Daraîche

Agence QMI, TVA Nouvelles, 28 novembre 2016

Les Fêtes sont l’occasion de grands rassemblements, et c’est pourquoi Nadja, Bruno Pelletier, Brigitte M, Paul Daraîche, Michaël et Patsy Gallant ont décidé d’unir leurs voix sur scène, le 3 décembre, dans un tour de chant symphonique.

Les artistes seront entourés des 38 musiciens de l’orchestre Sinfonia de Lanaudière, dirigé par Josée Laforest.

La chorale des Petits chanteurs de Laval prendra également part à ce spectacle de Noël dont Edith Myers signe la mise en scène et qui sera offert à 14 h 30 puis à 20 h à la Maison symphonique de Montréal.

 

Noël symphonique: concert divin

7Jours, 24 novembre 2016

Le temps s'arrêtera, le 3 décembre, pour les spectateurs de Noël symphonique, un concert magistral avec des voix divines. Le spectacle mettra en vedette Bruno Pelletier, Nadja, Brigitte M, Paul Daraîche, Michaël et Patsy Galant. Ils seront accompagnés sur scène par les musiciens de l'orchestre Sinfonia de Lanaudière ainsi que pas la chorale des Petits chanteurs de Laval.

 

Bruno Pelletier: «Je suis anxieux depuis le jour un»

Luc Denoncourt, Magazine Allô Vedettes, 17 novembre 2016

Alors qu’il doit prendre une pause, Bruno Pelletier reçoit un coup de fil de ses amis Martin Bachand et Nelson Minville qui lui demandent de prêter sa voix à une chanson. Regarde autour voit ainsi le jour, et l’idée de préparer un 13e album fait sa place.

L.D.: Ton 13e album s’intitule Regarde autour et propose un style assez positif. Avais-tu besoin de ça à ce moment de ta vie?

B.P.: «Je ne sais pas si c’est un besoin. Les disques sont toujours un peu un reflet de ce qu’on est au moment où on les prépare. J’ai eu des périodes plus difficiles par le passé et les albums étaient teintés de ça. J’arrive avec un opus assez vivant et lumineux.»

Tu as écrit deux chansons sur l’album, dont Sophie. Comment est venue l’idée de ce texte? «C’est directement lié à L’amour au temps du numérique. J’avais vu l’entrevue de trois jeunes à Tout le monde en parle et je suis allé écouter ce documentaire par la suite. J’ai un garçon de 25 ans avec qui j’ai discuté de la thématique de la sexualité des jeunes de son âge. Comme bien des gens, ce documentaire m’a viré à l’envers. Je ne pensais pas qu’il y avait une différence entre notre génération et la leur. C’est l’avènement de la technologie qui a fait que les choses ont changé. Je me suis donc positionné comme si j’avais eu une fille, que j’ai prénommée Sophie. C’est un peu comme le papa qui perd sa fille du bout de ses doigts.»

Te revois-tu à 25 ans à travers ton fils?

«Un peu, oui. C’est un musicien aussi et il est excellent. Il prépare un album heavy métal. Je vois des choses en lui qui me ressemblent, mais il a sa propre personnalité. Je n’ai pas envie qu’il devienne un clone de son père. Il doit trouver sa route. On parle beaucoup de musique, de studio. J’y vais très délicatement. La relation entre un père et un fils est difficile lorsque les deux ont la même passion. C’est délicat de ne plus être dans le mode du papa qui lui dit quoi faire. Les enfants ont leur chemin à parcourir et vont se casser la gueule comme nous.»

Est-ce qu’il y a une fébrilité à chaque sortie d’album?

«Oui. Je me demande toujours quand je vais arrêter pour la simple raison que je suis anxieux depuis le jour un. Je croyais que ça s’apaiserait avec les années. Chaque album, je me dis que c’est mon dernier. Il y a de nouveaux projets, de nouvelles idées. Quand tu es dans la création, tu n’es pas anxieux. Ça embarque quand approche le moment de mettre en branle tous les trucs. Il faut que je me parle, que je sois plus calme. Il paraît que ça ne se voit pas sur scène et, pourtant, je veux mourir par en dedans parfois. Ça fait longtemps que j’exerce ce métier et, quand je vois que je suis encore dans cet état, je dis à ma femme que je n’en peux plus. Elle lève alors le sourcil.» La chanson Mon hasard sur l’album est-elle pour ton épouse? «Ce n’est pas moi qui l’ai écrite. Martin Bachand travaillait avec Virginie Bilodeau et, lorsque j’ai lu le texte, j’ai vu que c’était l’histoire de ma femme et moi. J’ai ajouté deux ou trois petites phrases pour la personnaliser. Je ne lui en avais jamais parlé avant et elle a écrit le texte.»

Comment ta conjointe a-t-elle réagi?

«Elle était très contente parce qu’à chaque album que je fais, elle me demande si j’ai composé une chanson pour elle. Lorsque je l’ai connue, je réalisais mon projet GrosZorchestre et j’ai créé J’ai pas grand-chose. Pour l’album Rendus là, c’était la chanson-titre et, comme elle est maniaque de The Cure, j’ai fait Lovesong sur mon disque Musique et cinéma. Elle m’attend chaque fois dans le détour.»

Tu as vendu deux millions de disques depuis le début de ta carrière. Cela te donne-t-il le vertige?

«C’est extraordinaire. On a fait sortir les chiffres partout et j’étais complètement estomaqué. Je n’ai jamais imaginé que ça irait jusque-là. C’est un gros priviège.»

Tu seras sur scène dans un conte de Noël. Où en sont les préparatifs?

«C’est un conte qui se nomme Les Mages. Ce sera un spectacle qui marie sur scène des professionnels et des amateurs. On est trois professionnels: Guy Nadon qui dira le texte en français et en vieux français, moi qui jouerai un moine et qui chanterai en latin et en grégorien, et Corneliu Montano qui sera le jeune moine.»

 Pour connaître toutes les dates du spectacle de Bruno Pelletier, vous pouvez visiter le site brunopelletier.com

 

Un défi s'envergure pour la chef d'orchestre Josée Laforest

Julie Lambert, Journal Les 2 rives, La voix, 10 novembre 2016

La chef d’orchestre Josée Laforest dirigera pour la première fois un orchestre de musiciens professionnels lors de sa participation au spectacle Noël Symphonique présenté à la Maison symphonique de Montréal le 3 décembre.

Josée Laforest travaillait depuis plusieurs mois sur la possibilité de prendre la place de son frère, Stéphane Laforest, à la tête de la Sinfonia de Lanaudière le temps de cette nouvelle production.

« Stéphane avait un concert en même temps à Sherbrooke. J’ai su il y a deux ou trois semaines qu’on m’engageait finalement pour le remplacer. C’est tout un honneur pour moi de diriger dans cette salle grandiose et convoitée. Je suis vraiment heureuse que mon grand frère me fasse confiance et me confie son orchestre », se réjouit-elle.

Lors de ce concert, la chef d’orchestre guidera la quarantaine de musiciens de l’orchestre symphonique, 80 chanteurs provenant de la chorale des Petits Chanteurs de Laval ainsi que six vedettes de renom, soit Bruno Pelletier, Nadja, Brigitte M, Paul Daraîche, Michaël et Patsy Gallant.

Les chansons du spectacle ont été pigées un peu partout et les chanteurs interpréteront de grands classiques de Noël avec leurs couleurs bien particulières, décrit-elle. La metteure en scène Édith Myers s’est quant à elle occupée du programme.

Bruno Pelletier entonnera des chansons plus classiques, alors que celles de Patsy Gallant seront aux couleurs des cabarets. Nadja interprétera des titres avec une touche soul, tandis que Paul Daraîche s’occupera de ceux aux allures country. Michaël s’attaquera au répertoire anglophone et Brigitte M aux comédies musicales.

« Ce sera un spectacle de Noël mur à mur. Il va être diversifié et pourra être apprécié par des personnes de tous les âges. C’est un projet de grande envergure aux saveurs américaines. On présente un <I>melting-pot<I> et on enchaînera une chanson après l’autre. Ce style de production manquait au Québec », pense-t-elle.

À quelques semaines du jour J, Mme Laforest avoue être très excitée même si cela demande beaucoup de travail. Il y aura une seule répétition et deux jours plus tard, ce sera le concert.

« Dans le monde professionnel, il faut être vite et efficace. C’est un gros mandat à réaliser en très peu de temps. C’est la première fois que je travaillerai avec des musiciens professionnels. J’espère que ce ne sera pas la dernière et que ça va me donner la piqûre », souhaite la chef d’orchestre.

Pour des informations ou des billets sur ce spectacle, les gens peuvent se rendre sur le site Internet de la Place des Arts au www.placedesarts.com.

 

Pierre Brassard et Bruno Pelletier réunis dans une série!

Lysandre Dolbec, En Vedette, 10 novembre 2016

Pierre Brassard et Bruno Pelletier ont tous les deux décroché des rôles dans une toute nouvelle série web intitulée Supernovae!

Sans avoir les rôles principaux, on pourra voir le comédien et le chanteur à quelques reprises dans la première saison de cette émission québécoise.

La websérie mettra en vedette trois nouveaux visages : Joanie Darveau, Charles Mayer et Jean-Sébastien Chartray. Ce dernier signe également la réalisation du projet.

Voici ce qu'on peut lire au sujet de Supernovae dans un communiqué émis cette semaine :

« Lors d’une soirée au bar de Fredo, Jean-Seb et Joanie font connaissance et leur destin en sera bouleversé. Avec la musique, les arts, le sexe et la drogue comme trame de fond, cette histoire d’amour laissera plusieurs traces sur son passage. »

On ignore pour l'instant à quoi ressembleront les personnages de Pierre Brassard et Bruno Pelletier.

À voir sur Noovo.ca dès le 14 novembre.

 

PARTICIPATION

Éric Salvail, En mode Salvail, V, 8 novembre 2016

http://noovo.ca/

 

Bruno Pelletier se joint à l'Harmonie des Cascades pour un concert de Noël

Mathieu Galarneau, Journal Québec Hebdo, 6 novembre 2016

MUSIQUE. L’Harmonie des Cascades accueille Bruno Pelletier pour son concert de Noël qui se tiendra au Palais Montcalm, le samedi 10 décembre dès 20h.

L’artiste populaire qui compte 30 ans de carrière solo et en comédies musicales présentera avec l’Harmonie des Cascades un concert unique regroupant les grands classiques de Noël en plus de pièces marquantes de la carrière de M. Pelletier telles que Miserere et Le Temps des cathédrales. D’autres classiques populaires comme What a wonderful world et Quand les hommes vivront d’amour complèteront la programmation.

La direction musicale sera assumée par Mathieu Rivest.

Les billets sont en vente dès maintenant au Palais Montcalm en téléphonant au 418 641-6040 ou à l’École de musique des Cascades au 418 664-0989.

 

ENTREVUE

Christine Michaud, Ma liste à moi, TVA, 5 novembre 2016

http://tva.canoe.ca/

 

 

Bruno Pelletier: « Ma vie en musique»

Steve Martin, Magazine 7Jours, 21 octobre 2016

Celui qui nous a offert Regarde autour vit une période sereine et, selon le principal intéressé, cet état d'esprit émane des chansons qui composent son album.

Avec lui, nous avons fait une petit tour d'horizon de quelques chansons qui ont marqué son parcours. notamment une longue pièce qui lui a donné le goût, à l'adolescence, de se lancer corps et âme dans la musique. 

1 La première chanson que tu as apprise quand tu étais enfant?

Dominique de Soeur Sourire. C'est sorti en 1963, un an après ma naissance. Ma soeur s'appelle Dominique. Dans mon souvenir, mon père chantait souvent cette chansons en s'accompagnant à la guitare. 

2. La pièce qui a marqué ton adolescence?

Supper's Ready de Genesis. C'est sur l'Album Fox Trot. Ç'a été une révélation pour moi quand j'avais environ 14 ans. Je voulais devenir batteur. Quand j'ai entendu ce morceau qui dure 24 minutes, le musicien en moi a été happé. C'est à ce moment que j'ai compris que je voulais réellement faire de la musique. Ç'a changé ma vie!

3 Une chanson qui te rappelle ton premier baiser?

If you Leave me Now de Chicago. C'est un baiser qui a duré toute une soirée! Je me souviens, on était dans le sous-sol des parents de ma blonde de l'époque et, chaque fois que la chanson se terminait, on la remettait, puis on continuait à frencher. (rires)

4 La chanson qui te donne des frissons?

You've got a Friend de James Taylor. Je ne sais pas si c'est ce qu'on appelle avoir le frisson, mais chaque fois que je l'entends, cette pièce me rentre dedans. Elle s'inscrit dans ;a plus pure tradition de la musique folk. 

5 Une chanson qui te rappelle quelqu'un de ton entourage?

Depuis que t'es parti. Elle a été écrite par Sylvain Michel. Elle était sur mon album Un monde à l'envers, lancé en 2002. Elle me rappelle quelqu'un qui a été proche de moi pendant mon adolescence. Au moment où Sylvain m'a proposé cette chanson, il venait de perdre son papa. Ses mots résonnaient pour lui et pour moi, mais d'une façon différente.

6 La chanson que tu aimes écouter en auto?

Ain't no Mountain High Enough de Michael McDonald et aussi Open arms de Journey. quand je suis dans mon auto, j'en profite pour faire quelques vocalises. Ce sont deux chansons qui sont assez difficiles à chanter. Il n'est pas rare que je les mette dans ma voiture juste pour les fredonner, pour réchauffer ma voix. 

7 Une chanson moins connue de ton répertoire qui a une valeur sentimentale pour toi?

J'ai essayé. Elle a été composée par Roger Tabra et Dan Bigras. Je viens de la ressortir pour peut-être l'intégrer à ma prochaine tournée. C'est une piète qui s'applique très bien à tout ce qui se passe sur la planète et qui évoque notre sentiment d'impuissance. Il y a d'ailleurs une phrase très forte de Tabra qui dit: «J'ai mal aux hommes». C'est une chanson triste, prenante et qui m'est très chère, mais que je n'ai pas chantée souvent en spectacle. 

8 Une chanson qui évoque pour toi un moment plus difficile que tu as dû traverser?

Le bon gars et le salaud. À l'époque de mon divorce, à la fin des années 90, j'ai écrit cette chanson avec Daniel Lavoie. Ça parlait de comment je me sentais au moment de ma séparation, de ma peine, de ces choses qu'on ne veut pas générer, mais qui arrivent. 

9 Un air qui te rappelle un voyage?

Times Like These de Jack Johnson. Cet auteur-compositeur-interprète vient de Hawaii, où je suis allé à deux reprises avec ma femme. Et la deuxième fois, je suis tombé sur lui à l'aéroport!

10 Une chanson que tu aurais aimé qu'on écrive pour toi?

L'amour existe encore de Céline Dion. Je l'ai dit à Luc Plamondon, d'ailleurs. C'est une de ses grandes forces. Quand il écrit une chanson pour quelqu'un, elle lui va comme un gant. J'aurais aussi aimé qu'il m'écrive Je t'oublierai, je t'oublierai d'Isabelle Boulay.

 

La passion des voyages

Samuel Pradier, TV Hebdo, 21 octobre 2016

À l’émission Ma liste à moi, vos artistes préférés révèlent leurs 10 plus grands désirs. En exclusivité, découvrez chaque semaine la liste des envies de chaque invité. Cette semaine: Bruno Pelletier.

Bruno, trois de vos souhaits ont rapport avec les voyages. Que souhaitez-vous découvrir en parcourant la côte Ouest américaine en vélo?

Je fais de la bicyclette depuis 17 ans et j’ai déjà participé à quelques voyages de groupe afin d’amasser des fonds pour des organismes de charité. J’aime partir trois jours ou plus avec un groupe, dormir dans des gymnases d’écoles et pédaler durant la journée. Je suis allé deux fois sur la côte Ouest américaine et j’aimerais refaire cette route en vélo avec trois ou quatre amis. Nous aurions un VR et nous ferions des relais en roulant de 150 à 200 km chacun. Malheureusement, c’est difficile de faire concorder les horaires de tout le monde, d’autant plus que plusieurs de mes amis ne sont pas dans le milieu de la musique. Ce n’est pas facile à organiser, mais comme j’ai ce projet en tête depuis plusieurs années, j’espère le réaliser un jour.

Vous souhaitez aussi visiter la Scandinavie. Aimez-vous les pays nordiques?

Cette envie est assez récente. Vivant moi-même dans un pays nordique, je n’avais pas un grand intérêt pour la Scandinavie, mais quelques personnes m’ont parlé de l’Alaska, et un de mes amis, qui a travaillé en Suède et en Finlande, m’a parlé de ces pays. C’est peut-être en raison de mon côté viking que la Scandinavie m’attire. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie, souvent grâce à mon métier. Je travaille et je prolonge mon séjour afin de visiter le pays. J’attends d’être invité pour chanter là-bas!

Enfin, vous souhaitez faire le tour de la planète à bord d’une navette spatiale. N’est-ce pas un peu irréaliste?

J’ai écrit ce désir pour rigoler, alors que les autres points de ma liste sont de vrais projets. Je sais que ce voyage en navette spatiale restera au stade de rêve; Guy Laliberté a payé 24 millions de dollars pour aller dans l’espace. Mais quand je regarde un gars comme Felix Baumgartner, qui a relevé le défi Red Bull de chute libre depuis l’espace, je me dis que c’est hallucinant! Peut-être que les voyages dans l’espace se démocratiseront avant que je ne sois trop vieux. Dans ce cas, je pourrai réaliser mon rêve. Toutefois si, demain matin, on me proposait de partir, je pense que j’aurais peur. Je demanderais d’y réfléchir un peu, mais je crois que j’accepterais.

La liste de Bruno Pelletier

1-Créer une pension pour les chiens

2-Concevoir un projet de zoothérapie pour personnes âgées

3-Parcourir la côte Ouest américaine en vélo

4-Être propriétaire d’un magasin de vélos

5-Avoir un café

6-Voyager en Scandinavie

7-Réaliser un projet musical avec mon fils

8-Créer une coopérative musicale

9-Suivre un cours d’histoire à l’université

10-Faire le tour de la planète en navette spatiale

 

ENTREVUE

Benoît Gagnon, Trucs & cie, V, 15 octobre 2016

http://noovo.ca/

 

PERFORMANCE

France Beaudoin, En direct de l'univers, ICI Radio-Canada Télé, 15 octobre 2016

http://endirectdelunivers.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Julie Rhéhaume, Qulture, CKIA 88,3 FM, 6 octobre 2016

 

Un treizième album dans le bonheur et dans le plaisir

Marie-Pascal Fortier, Journal Québec hebdo, 5 octobre 2016

ALBUM. «Je me souviens d'un moment dans ma vie, où j'étais à mon premier ou mon deuxième album, dans les années 1990, et j'ai croisé un artiste qui m'a dit qu'il en était à son 11e album. J'étais estomaqué. Aujourd'hui, j'en suis à mon treizième», raconte Bruno Pelletier. L'auteur, compositeur, interprète raconte tout le plaisir qu'il a eu à créer Regarde autour.

Le nouvel album de Bruno Pelletier, regarde autour, disponible depuis le 16 septembre dernier, est un disque rythmé et lumineux qui allie des thèmes personnels et sociaux. Cet album c'est «Bruno en 2016», ce qu'il vit, ce qu'il voit et ce qui se vit autour de lui.

La chanson Cinquante fois, qui tourne énormément à la radio, est «une ode à la cinquantaine». Il estime que la cinquantaine d'aujourd'hui n'est pas celle d'il y a cinquante ans, et qu'il retrouve une certaine liberté qu'il avait alors qu'il avait 20 ans. «J'ai encore 30 ans dans ma tête: j'ai encore plein de projets, j'ai envie de voyager».

Un album accident

L'album Regarde autour n'était pas prévu, un album surprise qui a été fait dans le bonheur et le plaisir entre amis. La chanson regarde autour a été écrite pour la Semaine de la prévention du suicide, il ne devait à la base pas y avoir de suite.

«On a eu tellement de fun en studio, on s'est regardé et on s'est demandé pourquoi on ne ferait pas un disque?», résume le chanteur. C'est donc avec la collaboration de ses amis: l'auteur Nelson Mainville, le compositeur Martin Bachand et le réalisateur Guy Tourville qu'est né l'album Regarde autour.

Le chanteur de 54 ans décrit la chanson écrite pour la Semaine de la prévention du suicide comme «une chanson lumineuse», c'est d'ailleurs pour ça qu'il a embarqué dans le projet, lui qui n'avait jamais vraiment souhaité parler de suicide dans ses chansons. Même si il n'avait jamais particulièrement décidé d'appuyer cette cause il a «senti la légitimité» de participer au projet, puisque tout le monde est touché de près ou de loin par la cause du suicide.

Spectacles à venir

Bruno Pelletier sera en spectacle le 10 novembre au Capitole de Québec, pour le dernier spectacle de la tournée musique et cinéma avec Guy St-Onge. Il sera de retour un mois plus tard, le 10 décembre, au Palais Montcalm pour un spectacle de Noël et le 5 avril 2017 au Grand Théâtre de Québec pour la tournée Regarde autour.

De passage à Québec, Bruno Pelletier se considère comme «un touriste dans sa propre ville». Il prend toujours beaucoup de plaisir à redécouvrir la ville qu'il a quittée il y a presque 30 ans.

 

ENTREVUE

Seb Lozon, Tapis Rouge, Rouge FM 107,5, 5 octobre 2016

www.quebec.rougefm.ca

 

ENTREVUE

Marie-Christine Leblanc, Le TVA Nouvelles Québec, TVA, 5 octobre 2016

http://www.tvanouvelles.ca/

 

ENTREVUE

Claudia Genel, Le Téjournal Québec, ICI Radio-Canada Télé, 4 octobre 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Éric Salvail, Éric et les fantastiques, Énergie, 3 octobre 2016

http://radioenergie.ca

 

PARTICIPATION

Pierre Brassard, Pouvez-vous répéter la question?, ICI Radio-Canada Première, 1 octobre 2016

http://ici.radio-canada.ca

 

CRITIQUE

Benoit Bilodeau, Journal Nord-Info et Voix Mille-Îles, 27 septembre 2016

Bruno Pelletier: Regarde autour (Les Disque Artiste) – [www.brunopelletier.com] – Après un album dédié aux chansons de films, Bruno Pelletier est de retour avec un 13e album en carrière. Celui-ci a choisi cette fois d’aborder des thématiques qui vont autant de préoccupations plus sociales qu’à d’autres intimes ou personnelles. Concocté avec Martin Bachand, le nouvel opus de 12 pièces bénéficie également du travail de plusieurs auteurs-compositeurs, dont Richard Séguin, Luc De Larochellière, Lynda Thalie, Kim Thuy, Stephan Moccio, Amy Sky et Nelson Minville. Ce dernier signe d’ailleurs, avec le compositeur Martin Bachand, la chanson-titre de l’album, laquelle a été dévoilée, en début d’année, à l’occasion de la Semaine de la prévention du suicide. Pour sa part, le natif de Charlebourg signe seul les paroles et la musique de deux pièces, en plus d’avoir collaboré à trois autres. Au final, un album plus doux, à saveur folk et aux accents pop, qu’il fait bon d’écouter.

 

L'album imprévu de Bruno Pelletier

Yanick Poisson, Le Soleil, 24 septembre 2016

Regarde autour, le 13e album de Bruno Pelletier en 24 ans de carrière, est attribuable à un heureux concours de circonstances. À la fois satisfait et exténué par la tournée du spectacle Musique & cinéma avec Guy Saint-Onge (ils sont allés juqu'en Russie, en France et en Corée du Sud), le chanteur de 54 ans voulait s'offrir une pause d'une année ou deux, afin de profiter de la vie et de se ressourcer. Il n'avait toutefois pas prévu l'appel de son ami Nelson Minville lui demandant de contribuer à une chanson pour la semaine de prévention du suicide.

« C'est un thème un peu difficile et je n'ai jamais accepté de m'y prêter, parce que je trouvais ça trop lourd. Regarde autour se démarque toutefois des autres. Cette chanson véhicule un message plus lumineux, porteur d'espoir. Je l'ai chantée, ça s'est super bien passé, et la vibe était tellement bonne que j'ai décidé d'en faire un album », raconte l'artiste originaire de la région de Québec.

Bruno Pelletier a alors dépoussiéré quelques ébauches de chansons et a mis à contribution certains partenaires, dont le guitariste et compositeur Martin Bachand et l'auteur Alain Labonté, pour faire

jaillir les premières notes de son nouvel opus. Comme Martin Bachand était en tournée européenne avec Véronic Dicaire, les deux hommes ont travaillé à distance pendant plusieurs mois avant d'entrer en studio le printemps dernier.

« Merci à la technologie! On a pu travailler ensemble comme si on était dans la même pièce et il y avait pourtant 6000 km qui nous séparaient », rigole-t-il.

Avec Alain Labonté, Bruno Pelletier voulait souligner une collaboration qui remonte à une vingtaine d'années. Le L'Avenirois d'origine a écrit et coécrit trois pièces du nouvel album : Ces jours-là, Je t'écris et Berce-moi, pour laquelle Kim Thúy a également collaboré.

« Ça a été un véritable work in progress à trois sans jamais se rencontrer. Nous n'avions pas de code dans notre façon de faire. Le résultat est vraiment bien. »

« Alain est un ami de longue date, un superbe écrivain qui est capable de faire autant de la littérature que de la chanson. Il s'en est écoulé, du temps, depuis qu'il a écrit Ma vie, en 1996, notre première collaboration. Je la fais encore en spectacle parfois. »

Une bouteille à la mer

Bruno Pelletier perçoit ce nouvel album, une oeuvre d'une douzaine de titres qu'il a voulue à la fois rythmée et lumineuse, comme une bouteille qu'il jette à la mer. Il a considérablement changé son style musical, optant pour des chansons plus pop, désireux de livrer un message optimiste.

« C'est un selfie sur un moment de ma vie. Je traite de thématiques assez sérieuses, mais sur un ton positif. J'espère faire sourire et je pense qu'on en a tous besoin. Il y a beaucoup de choses qui se passent et qui nous rentrent dedans. Parfois, lorsque je lis La Presse, je dois prendre une pause, ça m'affecte beaucoup », déplore-t-il.

« Maintenant, je n'ai aucune idée de la manière dont mon album sera reçu. À un moment donné, comme artiste, tu dois t'en remettre à la vie. On verra ce que ça donnera. »

Force est d'admettre que la pause qu'il comptait s'accorder est remise à plus tard. Il ne sait pas s'il la prendra au terme de la tournée de promotion, qui devrait s'étendre sur d'autres continents, ou alors... une fois l'heure de la retraite sonnée.

« C'est certain qu'il faut vendre son oeuvre et j'ai acquis une expérience pour le faire au fil des ans, mais je n'ai pas de plan de carrière. Tant que j'aurai la santé, je vais prendre ça comme ça vient. C'est le plus beau cadeau qu'on peut avoir. Cet album-là, j'ai eu beaucoup de plaisir à le faire et je veux que ce soit toujours comme ça », souhaite-t-il.

Vous voulez y aller

Lancement de l'album Regarde autour et séance d'autographes

Jeudi 22 septembre, 17 h

Renaud-Bray de Drummondville

Regarde autour

Bruno Pelletier

Samedi 21 janvier, 20 h

Maison des arts de Drummondville

Entrée : 48 $

Vendredi 17 février, 20 h 30

Carré 150, Victoriaville

Entrée : 47 $

Jeudi 16 mars, 20 h

Salle Maurice-O'Bready, Sherbrooke

Entrée : 45 $

 

ENTREVUE

Luc Denoncourt, à deux c'est mieux, CJSO 101,7 FM, 23 septembre 2016

http://www.cjso.ca

 

Bruno Pelletier - Regarde autour

Samuel Pradier, Échos vedettes, 22 septembre 2016

Pour son 13e album, Bruno Pelletier reste dans l'air du temps pour un album dynamique et réjouissant, malgré certains textes plus sombres. Le chanteur de 54 ans a fait appel à des auteurs de talent, mais aussi à des jeunes, comme Kim Thuy ou David Nathan, qui ont su lui donner un nouveau souffle. Profondément lumineux, ce disque laisse transparaître la joie et le bonheur que Bruno Pelletier et ses complices ont eu en le faisant. Une belle production.

 

ENTREVUE

Anne-Marie Lemay, 360 PM, ICI Radio-Canada Première, 22 septembre 2016

http://ici.radio-canada.ca

 

ENTREVUE

Valérie Girard et Sébastien Bouchard, Rythmez vos matins, Rythme FM 93,7 FM, 22 septembre 2016

http://www.rythmefm.com/

 

ENTREVUE

Denis Levesque, Les midis de la Matanie CHRM 105,3 FM, 21 septembre 2016

http://www.chrmfm.com/

 

ENTREVUE

Katrine Dandeneau, Le monde de Katrine, CFID 103,7 FM, 21 septembre 2016

http://www.radio-acton.com/

 

ENTREVUE

Pierre Aucoin, L'oreille hardie, CFIM 92,7 FM, 21 septembre 2016

 

ENTREVUE

Evelyne Morisset, CHAI 101,9 FM, 21 septembre 2016

http://www.1019fm.net/

 

ENTREVUE

Gabrielle Brisebois, Ya des avant-midis comme ça, CFLO 104,7 FM, 22 septembre 2016

http://www.cflo.ca

 

ENTREVUE

Guillaume Lorin, Par ici la sortie, CHOQ FM 105,1, 21 septembre 2016

http://choqfm.ca/

 

ENTREVUE et Prestation

Marie-Claude Barette, Contact, Rouge FM, 20 septembre 2016

Entrevue

Prestation

 

ENTREVUE

Gino Chouinard, Salut Bonjour, TVA, 19 septembre 2016

http://tva.canoe.ca/

 

Je sors ou je reste

Ariane Labrèche, Journal 24h, 19 septembre 2016

Le chanteur Bruno Pelletier revient d'une longue revient d'une longue absence en nous présentant ce nouvel album solo. Basé sur une collaboration fortuite avec son complice Guy Tourville, qui cherchait un interprète pour la chanson Regarde autour créée dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide, l'album offre plusieurs autres pièces à caractère social. Situation des femmes au Moyen-Orient, souffrance dans le monde, mais aussi amour et cinquantaine, les morceaux de Regarde autour nous font redécouvrir un interprète serein et en pleine possession de ses moyens.

 

ENTREVUE

Cynthia Giguère-Martel, Journal L'Express, 19 septembre 2016

CHANSON. Il y a un peu du L'Avenirois Alain Labonté sur le tout nouvel album de Bruno Pelletier avec qui il souligne cette année 20 ans d'amitié.

Cest en fait depuis vendredi que Regarde autour est disponible dans les bacs, le 13e album en carrière de cet auteur-compositeur-interprète qui a vendu plus de deux millions d'unités dans la francophonie. Il pose sur disque sa cinquantaine, le sourire aux lèvres et l'agenda bien rempli.

Une douzaine d'auteurs et de compositeurs lui ont prêté main-forte afin de créer un disque à son image et Alain Labonté en fait partie. Même si celui-ci n'en est pas à ses premières armes avec son ami, il avoue que chaque collaboration est un cadeau.

«Chaque fois que Bruno fait un album, il me demande si je veux lui écrire une chanson. Ça me touche à tous les coups, car il n'est pas obligé de travailler avec moi. Au cours des vingt dernières années, j'ai eu le bonheur de lui en écrire dix. Pour cet album, je signe trois textes, dont un qui coécrit avec mon amie Kim Thuy», explique M. Labonté.

«Mes demandes sont toujours informelles. En fait, on se parle souvent lui et moi et ça se glisse toujours spontanément dans une discussion : "By the way, Alain, as-tu des textes à me proposer?". Il n'y a jamais rien d'officiel et c'est toujours comme ça avec les gens avec qui je travaille», précise Bruno Pelletier.

Publicité - Lire la suite de l'article ci-dessous 

«J'aime bien travailler avec lui, car c'est un type qui a l'ouverture la plus totale. Il aime écrire des chansons et en plus, il comprend le processus», ajoute-t-il.

Je t'écris, Berce-Moi et Ces jours-là ont toutes une touche d'Alain Labonté.

«Berce-Moi a été une sorte de "work in progress". Le texte a été composé à partir de correspondances entre Kim Thuy, qui en était à sa première expérience d'écriture de chanson, et Alain. Une fois que toutes les phrases ont formé des couplets et refrains, je me suis assis à mon piano pour composer la musique. Je leur ai demandé en cours de route de modifier certaines paroles pour ensuite fignoler la pièce. À la toute fin, on s'est retrouvé avec un tout dont tout le monde avait mis l'épaule à la roue», explique le chanteur comptant parmi les artistes les plus marquants de sa génération.

Écrite en plein drame des réfugiés et à l'ère du terrorisme, Berce-Moi est une proposition d'une vie meilleure. 

Si un album est un Polaroïd d’un moment de vie, ce dernier opus aux sonorités pop rythmé et lumineux reflète définitivement une période heureuse. Le prolifique chanteur y aborde des thématiques qui vont autant de préoccupations plus sociales qu’à d'autres intimes ou personnelles.

Il signe seul les paroles et la musique des pièces Un vieux et Sophie, en plus d’avoir collaboré à l’écriture et/ou à la composition de Sur cette terre, Cinquante fois et, comme mentionné plus haut, de Berce-moi.

Bruno Pelletier apportera ses nouvelles pièces en tournée dès l’hiver 2017. C'est d'ailleurs à Drummondville, à la Maison des arts Desjardins, qu'il offrira son tout premier spectacle, le 21 janvier.

«Je suis très heureux d'être à Drummondville pour la première, un moment toujours spécial. Chaque fois que je suis venu ici, j'ai été bien accueilli et c'est tellement une belle place. J'ai de beaux souvenirs qui s'y rattachent», expose-t-il.

Les Drummondvillois n'auront toutefois pas besoin de patienter longtemps avant de le voir puisqu'il sera en séance de signatures le 22 septembre, en soirée, au Renaud-Bray.

«Je jouerai également deux ou trois chansons acoustiques.»

Ne prendre rien pour acquis

Le triple récipiendaire du prix Félix «Interprète masculin de l'année» triomphe depuis plus d'une quinzaine d'années sur les scènes de la francophonie. Maintenant âgé de 54 ans, Bruno Pelletier file sur l'autoroute du succès avec bonheur et reconnaissance.

«Je suis extrêmement privilégié, mais même encore aujourd'hui, je ne prends rien pour acquis. Après 35 ans de carrière, réussir à nourrir encore ma famille et à payer mon loyer me rend heureux. (…) Tout ce qui m'est arrivé au cours des dernières années a dépassé de loin mes attentes. J'avais des ambitions modestes, donc tout ce que j'ai obtenu a été un plus.»

L'époque de Notre-Dame-de-Paris a marqué un tournant dans sa vie d'artiste.

«Ç'a vraiment changé ma vie et j'en parle souvent à Luc Plamondon qui m'a offert cette chance-là. Il m'arrive de me pincer parfois tellement c'est incroyable.»

Son succès, il le vaut aussi à ses fans envers qui il leur sera «éternellement reconnaissant». 

 

Bruno Pelletier - Regarde autour

Marie-Josée Boucher, Info-culture, 18 septembre 2016

Un nouveau son pour le 13e album en carrière de Bruno Pelletier. Une musique douce, folk aux accents pop, avec une sonorité très agréable à écouter. Un album intime où l’on sent Bruno Pelletier heureux. « Regarde autour », est un album intelligent par ses textes et sa musique douce et entrainante.

Bruno s’est bien entouré pour ce nouvel opus. Il a bénéficié du travail des auteurs-compositeurs Richard Séguin, Luc De Larochellière, Lynda Thalie, Kim Thuy, Stephan Moccio, Amy Sky, Nelson Minville, Alain Labonté, David Nathan, Charly Bouchara, Virginie Bilodeau, Mélanie Guay et Daniel Blouin. 

Bruno signe seul les paroles et la musique des pièces « Un vieux et Sophie », en plus d’avoir collaboré à l’écriture et/ou à la composition de Sur cette terre, Cinquante fois et Berce-moi. L’album a été réalisé par Guy Tourville (France D’Amour, Roch Voisine).

Douze pièces dont la très engagée «  Regarde autour » pour mettre de l’avant la prévention du suicide. Une préoccupation sociale dont Bruno s’est impliquée. Cette chanson est un hymne à la vie qui fait du bien.

https://www.youtube.com/watch?v=uYtLwzdzb0Q

Autre pièce à caractère social, la touchante « Berce-moi » pour se rassurer, même si dans le monde ça va mal, au moins il nous reste l’amour.

Un autre titre qui m’a fait vibrer est «  De sable et de soif » qui traite du sort des femmes dans les pays du Moyen-Orient et de leur soif de liberté. On entend la magnifique voix de Lynda Thalie, originaire de l’Algérie. Un pur cadeau !

Le nouvel extrait « Cinquante fois », fait réfléchir sur le temps qui passe. Une chanson signée Nelson Minville au texte nous parlant de faire un pas à la fois, Bruno Pelletier et Martin Bachand ont su habiller le texte d’une musique entêtante qu’on a tout de suite envie de chanter. La pièce est aussi accompagnée d’un vidéoclip produit par Apogée Communications. Pour cette captation vidéo, Bruno s’est prêté au jeu de partir en voyage avec lui-même et de jouer à être son propre choriste par cinq fois plutôt qu’une. Ce clip se veut un clin d’oeil aux diverses étapes et au temps qui passe.

Pour voir la vidéoclip : www.youtube.com/watch?v=9ZrTtD3faYA

La pièce « un vieux » nous fait réfléchir sur la vieillesse, et la sagesse des mots de ces gens qui possède l’expérience de la vie.

Voici les 12 titres de l’album (texte/musique)

Rêve d’août   (Luc De La Rochelière/Luc De La Rochelière)

Sur cette terre (D Nathan + B. Pelletier/B. Pelletier)

Cinquante fois (N. Minville/B Pelletier + M Bachand)

Berce-moi (A. Labonté + K-Thuy/B. Pelletier)

Regarde autour (N. Minville/M. Bachand)

Un vieux (B. Pelletier/ B. Pelletier)

Je t’écris (Alain Labonté/M. Bachand)

De sable et de soif (Charly Bouchara/R. Seguin)

Mon hasard (V. Bilodeau/M. Bachand + M. Guy)

Sophie   (B. Pelletier/ B. Pelletier)

Ces jours-là  (A. Sky S Moccio + A. Labonté)

Mangez donc toute d’l’a…

SPECTACLES

21 janvier 2017 Drummondville • Maison des arts Desjardins

28 janvier 2017 Brossard • Le club DIX30

02 février 2017 St-Jérôme • Salle André-Prévost

03 février 2017 Granby • Le Palace de Granby

04 février 2017 St-Hyacinthe • Centre des arts Juliette-Lassonde

10 février 2017 Gatineau • Salle Odyssée

17 février 2017 Victoriaville • Le Carré 150

23 février 2017 Laval • Salle André-Mathieu

25 février 2017 Rosemère • Salle Pierre-Legault

04 mars 2017   Saguenay • Théâtre Banque Nationale

11 mars 2017   Montréal • Théâtre Desjardins-Jean-Grimaldi

16 mars 2017 Sherbrooke • Salle Maurice O’Bready

23 mars 2017 Longueuil • Salle Pratt & Whitney

27 mars 2017 Caraquet (N-B) • Centre culturel de Caraquet

28 mars 2017 Moncton (N-B) • Théâtre Capitol

05 avril 2017 Québec • Grand théâtre de Québec

 

Bruno Pelletier sort un nouvel album

Samuel Pradier, Échos Vedettes, 17 septembre 2016

Bruno Pelletier sort un nouvel album « Je suis dans un bon moment de ma vie »

Un projet n'attends pas l'autre pour Bruno Pelletier. Même s'il envisageait de prendre une année sabbatique. Il vient de sortir un nouvel album, Regarde autour. Il se produira aussi en spectacle en Russie, en novembre, avant d'entamer la création d'un conte de Noël, qui sea présenté à la basilique Notre-Dame en décembre. 

Bruno Pelletier n'avait pas envisagé de sortir un nouvel album aussi rapidement. Il pensait prendre un peu de temps avant de savoir dans quelle direction il voulait aller, jusqu'à ce qu'il reçoive un appel de Nelson Minville. «En septembre 2015, il m'a appelé pour me dire qu'il avait une chanson pour l'Association québécoise de prévention du suicide, et la personne qui devait la chanter n'était plus disponible. Il lui fallait un interprète. J'ai lu le texte et je l'ai beaucoup aimé; c'était lumineux et tourné vers l'espoir.» Il a enregistré la chanson, et l'enregistrement en studio s'est tellement bien déroulé qu'il a proposé à ses complices de continuer le travail en faisant un disque. «C'est mon 13e album en studio, et c'est celui qui a été le plus facile à faire. Je savais quelle direction je voulais prendre, avec un son plutôt acoustique, pop-rock, assez rythmé... Je voulais aussi avoir des thèmes de chansons assez précis, avec un caractère plus social. Je pense qu'à 20 ans on chante des choses et qu'à 50 ans on en chante d'autres.»

Bruno Pelletier confirme qu'il est dans une période de sa vie où il n'a jamais été aussi heureux et serein. «Je dois dire que, dans ma cinquantaine, je suis dans un bon moment de vie. Je suis heureux avec ma femme, j'ai une belle qualité de vie. Je ne suis pas quelqu'un qui a de grands besoins. J'ai aussi réglé certaines choses; on a tous des bibites dans le placard! Je suis plus en paix, ce qui fait que j'ai une énergie très positive.»

En amour depuis 10 ans

Dans son précédant disque de matériel original, Bruno Pelletier se dévoilait beaucoup avec des chansons très personnelles. Pour ce nouvel opus, il a choisi des thèmes plus universels, dans lesquels tout le monde peut se retrouver. «Il y a quand même la chanson Mon hasard, qui relate ma rencontre avec ma femme, avec qui je suis depuis 10 ans. Ça s'est vraiment passé comme dans la chanson: une coïncidence, un matin, dans un restaurant du Plateau Mont-Royal.» Il ajoute d'ailleurs être totalement en amour avec Mélanie, sa conjointe, avec laquelle il s'est marié il y a six ans. «C'est une ancienne danseuse qui a fait un revirement pour aller en nutrition. Je peux te dire qu'on mange bien à la maison! et elle connaît bien mon métier parce qu'elle m'a souvent accompagné en tournée.»

Complice avec sa soeur

Depuis de nombreuses années, Bruno Pelletier travaille avec sa soeur, qui s'occupe de la partie administrative de sa carrière. «Depuis le début, on a décidé de ne pas avoir pignon sur rue et de travailler chacun chez soi. Elle tient les livres comptables et s'occupe de la correspondance. On se parle et on s'écrit tous les jours.» Le secret de l'harmonie entre le frère et la soeur est certainement le respect qu'ils se portent réciproquement. «Ma soeur a toujours aimé la musique et le monde dans lequel on évoluait. On a appris ensemble, sur le tas. Je me rends compte que ça faisait longtemps qu'on se supporte, dans tous les sens du terme.»

Un conte de Noël

Bruno Pelletier travaille également à la création d'un spectacle de Noël, qui sera présenté à la basilique Notre-Dame de Montréal, en décembre. «Guy Nadon racontera l'histoire, et Corneliu Montano jouera un personnage. On sera accompagné d'un orchestre symphonique composé de jeunes et d'une chorale de jeunes. Je vais jouer en moine, et je vais chanter en grégorien et en latin.» C'est à suivre!

 

 

Un album créé... par accident

Sandra Godin, Le Journal de Montréal, 17 septembre 2016

L’album Regarde autour est un bel exemple du fait que, parfois, la vie nous réserve de belles surprises. Cette année, Bruno Pelletier a renoué par un heureux hasard avec son ancien collègue de l’album Miserere lancé il y a 20 ans, Guy Tourville. Les astres se sont alignés pour la création d’un opus lumineux, qui allie autant les thèmes sociaux que personnels.

Après le projet Musique et cinéma, où il revisitait des thèmes de films avec Guy St-Onge, Bruno Pelletier était «parti pour prendre une pause. Mais la vie décide parfois autrement», dit-il, qualifiant l’album Regarde autour, lancé cette semaine, d’«accident de parcours».

L’hiver dernier, le réalisateur Guy Tourville, le compositeur Martin Bachand et l’auteur Nelson Minville devaient créer une chanson pour la Semaine de prévention du suicide, en collaboration avec l’émission Yamaska, qui traitait du sujet. L’interprète de la chanson s’est désisté.

«Quand on s’est retrouvés en studio, ç’a tellement bien marché, même si le thème était sérieux, raconte le chanteur à l’autre bout du fil. C’est le point de départ de tout. On s’est dit: “Est-ce qu’on fait d’autres chansons?” J’avais des chansons en banque, Nelson aussi; Martin avait des musiques; j’ai appelé quelques amis. Le seul mandat était de faire un album avec la même sonorité que Regarde autour.»

 

Au bout du compte, Bruno Pelletier concède que «c’est l’album le plus facile» qu’il a eu à faire dans sa vie. «Je pense que ça tient à une chose: l’expérience. On était hyper rigoureux, mais dans le plaisir. Et quand on sentait qu’on n’avançait plus, on arrêtait ça et on se retrouvait le lendemain. Avant, je pouvais travailler des 14 heures en studio à me casser la tête. Je pouvais devenir impatient, intolérant. C’est très rare que ça roule aussi rondement, que rien n’accroche et que ce ne soit que du plaisir.»

Thèmes sociaux

En plus de quelques ballades personnelles, Bruno Pelletier voulait aussi offrir au public quelques chansons à caractère social, «mais sans qu’on se casse la tête pour les écouter».

C’est ainsi qu’on trouve la touchante et douce Berce-moi, paroles d’Alain Labonté et de l’auteure Kim Thúy. «C’est un regard sur ce qui se passe dans le monde. On ne peut pas rester insensible. C’est le rêve d’une vie meilleure et de toutes les souffrances pour y arriver», dit-il.

De sable et de soif, qui traite du sort des femmes dans les pays du Moyen-Orient, a été écrite par l’algérien Charly Bouchara, avec une musique de Richard Séguin et la voix de Lynda Thalie, également originaire de l’Algérie.

On y retrouve aussi des pièces plus personnelles, comme Je t’écris, Mon hasard, Sophie, Ces jours-là et Cinquante fois, qui traite de la cinquantaine, œuvre de Nelson Minville.

20 ans de Miserere

En 2017, Bruno Pelletier soulignera les vingt ans de Miserere, un de ses albums les plus populaires, qui l’a «carrément mis sur la map», affirme-t-il. Une tournée suivra la sortie de l’album Regarde autour, et Bruno Pelletier n’exclut pas de souligner l’anniversaire d’une certaine façon.

«J’ai deux ou trois idées dans ma poche, mais rien d’officiel. Je ne suis pas très dans la nostalgie de mon propre passé, je suis plutôt tourné vers l’avant. Mais je le soulignerai sans doute. J’avais l’idée de faire une tournée en prenant la même setlist que j’avais à l’époque. L’idée n’est pas morte... mais pas tout à fait vivante non plus!» dit-il en riant.

Parlant de Miserere, Bruno Pelletier a retrouvé son comparse de l’époque pour son nouvel album, Guy Tourville. Ils n’avaient pas travaillé ensemble depuis.

«C’est arrivé pour toutes sortes de raisons, a-t-il expliqué. On avait juste d’autres types de projets et on n’avait pas l’occasion de se retrouver.»

 

Bruno Pelletier Looks Around 50 Times

Canadian Music Blog, 17 septembre 2016

Bruno Pelletier is multiplatinum Canadian recording artist and a 3-time JUNO nominee. He hails from the Quebec City suburb of Charlesbourg. In the beginning, Bruno formed both Anglo and Franco bands before relocating to Montreal to play gigs around the city. Bruno’s debut album came out in 1992, and he landed major roles in Luc Plamondon musicals such as La Legende de Jimmy (about James Dean), Starmania, and Notre Dame de Paris. Bruno Pelletier’s third album Miserere achieved double platinum certification for shipments of over 200,000 units, and he began winning Félix awards. “Le temps des cathedrals” was named song of the year by ADISQ in 1999. Bruno has an astonishingly handsome voice that has attracted fans from all over the world.

Regarde Autour (French for look around) is Bruno Pelletier’s 13th studio album and contains a batch of hearty pop-rock tunes all delivered perfectly with his great vocals. The spirit of the disc is a happy one as Bruno takes us on a ride to celebrate the beauty of life. A long list of collaborators helped make this fabulous record, some of whom are Stephan Moccio, Martin Bachand, Richard Séguin, Lynda Thalie, Kim Thuy, and Amy Sky.

Regarde Autour came as a surprise to both his fans and Bruno himself. His last project Music & Cinema, a collaborative one with Guy Saint-Onge, took Pelletier on an extensive tour of such places as Russia, France and South Korea, after which he wanted to take an extended break to relax and enjoy his life. However, Bruno’s game plan changed when his friend Nelson Minville asked him to add his vocals to a song for suicide prevention week. Bruno was reluctant at first, because it concerned such a heavy subject, but when he was played the song “Regarde Autour”, everything changed. In fact, Bruno decided to make a whole album. His overall vision was one of wanting to keep it light and rhythmic, a pop record that was positive and optimistic. He calls the new album “a selfie of a moment in my life. I deal with rather serious themes, but in a positive tone.”

Bruno Pelletier’s Regarde Autour is a wonderful album. We embed below the MV for track “Cinquante fois” (“Fifty Times”) below which plays with the concepts of carpool karaoke, cloning, and from the looks of it, enjoying life in one’s fifties.  iTunes

 

ENTREVUE

Caroline Tétreault, L'Outaouais maintenant, 104,7 FM, 16 septembre 2016

http://www.fm1047.ca/

 

Bruno Pelletier lance aujourd'hui l'album Regarde autour!

Actualités musicales, Rythme FM, 16 septembre 2016

Bruno Pelletier pose sur disque sa cinquantaine, le sourire aux lèvres et l'agenda bien rempli. Il présente Regarde autour son 13e album en carrière. Apprenez-en plus sur cette aventure!

Si un album est un « Polaroïd » d’un moment de vie, ce dernier opus de Bruno Pelletier reflète une période heureuse. En effet, le chanteur y serait au mieux de sa forme et aborde des thématiques qui vont autant de préoccupations plus sociales qu’à d'autres intimes ou personnelles.

Concocté avec son acolyte de longue date, Martin Bachand, ce nouvel opus a également pu bénéficier du travail des auteurs-compositeurs Richard Séguin, Luc De Larochellière, Lynda Thalie, Kim Thuy, Stephan Moccio, Amy Sky, Nelson Minville, Alain Labonté, David Nathan, Charly Bouchara, Virginie Bilodeau, Mélanie Guay et Daniel Blouin qui ont tous prêté main forte afin de créer un disque à l’image de leur ami Bruno.

En avant-goût, Bruno Pelletier lançait le clip de la chanson Cinquante fois le mois dernier. Voyez le chanteur se dédoubler dans cette vidéo où il part en voyage avec lui-même!

Bruno Pelletier reprendra la route cet hiver car il apportera ses nouvelles pièces en tournée!

 

 

L'album imprévu de Bruno Pelletier

Yanick Poisson,La Tribune, 15 septembre 2016

Regarde autour, le 13e album de Bruno Pelletier en 24 ans de carrière, est attribuable à un heureux concours de circonstances. À la fois satisfait et exténué par la tournée du spectacle Musique & cinéma avec Guy Saint-Onge (ils sont allés juqu'en Russie, en France et en Corée du Sud), le chanteur de 54 ans voulait s'offrir une pause d'une année ou deux, afin de profiter de la vie et de se ressourcer. Il n'avait toutefois pas prévu l'appel de son ami Nelson Minville lui demandant de contribuer à une chanson pour la semaine de prévention du suicide.

« C'est un thème un peu difficile et je n'ai jamais accepté de m'y prêter, parce que je trouvais ça trop lourd. Regarde autour se démarque toutefois des autres. Cette chanson véhicule un message plus lumineux, porteur d'espoir. Je l'ai chantée, ça s'est super bien passé, et la vibe était tellement bonne que j'ai décidé d'en faire un album », raconte l'artiste originaire de la région de Québec.

Bruno Pelletier a alors dépoussiéré quelques ébauches de chansons et a mis à contribution certains partenaires, dont le guitariste et compositeur Martin Bachand et l'auteur Alain Labonté, pour faire

jaillir les premières notes de son nouvel opus. Comme Martin Bachand était en tournée européenne avec Véronic Dicaire, les deux hommes ont travaillé à distance pendant plusieurs mois avant d'entrer en studio le printemps dernier.

« Merci à la technologie! On a pu travailler ensemble comme si on était dans la même pièce et il y avait pourtant 6000 km qui nous séparaient », rigole-t-il.

Avec Alain Labonté, Bruno Pelletier voulait souligner une collaboration qui remonte à une vingtaine d'années. Le L'Avenirois d'origine a écrit et coécrit trois pièces du nouvel album : Ces jours-là, Je t'écris et Berce-moi, pour laquelle Kim Thúy a également collaboré.

« Ça a été un véritable work in progress à trois sans jamais se rencontrer. Nous n'avions pas de code dans notre façon de faire. Le résultat est vraiment bien. »

« Alain est un ami de longue date, un superbe écrivain qui est capable de faire autant de la littérature que de la chanson. Il s'en est écoulé, du temps, depuis qu'il a écrit Ma vie, en 1996, notre première collaboration. Je la fais encore en spectacle parfois. »

Une bouteille à la mer

Bruno Pelletier perçoit ce nouvel album, une oeuvre d'une douzaine de titres qu'il a voulue à la fois rythmée et lumineuse, comme une bouteille qu'il jette à la mer. Il a considérablement changé son style musical, optant pour des chansons plus pop, désireux de livrer un message optimiste.

« C'est un selfie sur un moment de ma vie. Je traite de thématiques assez sérieuses, mais sur un ton positif. J'espère faire sourire et je pense qu'on en a tous besoin. Il y a beaucoup de choses qui se passent et qui nous rentrent dedans. Parfois, lorsque je lis La Presse, je dois prendre une pause, ça m'affecte beaucoup », déplore-t-il.

« Maintenant, je n'ai aucune idée de la manière dont mon album sera reçu. À un moment donné, comme artiste, tu dois t'en remettre à la vie. On verra ce que ça donnera. »

Force est d'admettre que la pause qu'il comptait s'accorder est remise à plus tard. Il ne sait pas s'il la prendra au terme de la tournée de promotion, qui devrait s'étendre sur d'autres continents, ou alors... une fois l'heure de la retraite sonnée.

« C'est certain qu'il faut vendre son oeuvre et j'ai acquis une expérience pour le faire au fil des ans, mais je n'ai pas de plan de carrière. Tant que j'aurai la santé, je vais prendre ça comme ça vient. C'est le plus beau cadeau qu'on peut avoir. Cet album-là, j'ai eu beaucoup de plaisir à le faire et je veux que ce soit toujours comme ça », souhaite-t-il.

Vous voulez y aller

Lancement de l'album Regarde autour et séance d'autographes

Jeudi 22 septembre, 17 h

Renaud-Bray de Drummondville

Regarde autour

Bruno Pelletier

Samedi 21 janvier, 20 h

Maison des arts de Drummondville

Entrée : 48 $

Vendredi 17 février, 20 h 30

Carré 150, Victoriaville

Entrée : 47 $

Jeudi 16 mars, 20 h

Salle Maurice-O'Bready, Sherbrooke

Entrée : 45 $

 

ENTREVUE

Marie-Andrée Hamel, Soirée de bonheur, Rythme FM, 15 septembre 2016

http://www.rythmefm.com/

 

Bruno Pelletier présente Regarde autour

Isabelle Dominique, MatTv, 15 septembre 2016

C’est le 13 septembre dernier à la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts que Bruno Pelletier a lancé son 13ième album en carrière. Entouré de ses musiciens Marc Bonneau et Martin Bachand (guitariste, en plus de s’occuper des arrangements), il a présenté cinq pièces de Regarde autour, un disque lumineux aux accents pop dans lequel Bruno aborde des thématiques qui passent autant par des préoccupations sociales que par d’autres plus personnelles.

Tel un poisson dans l’eau, Bruno a charmé son public, dévoilant certains des secrets du processus de création de cet opus qu’il a préparé avec ses complices de longue date, mais aussi avec quelques nouveaux collaborateurs. Plusieurs d’entre eux étaient présents pour l’occasion, dont Lynda Thalie, Mélanie Guay, Alain Labonté et Nelson Minville.

Charismatique et drôle, Bruno semblait en pleine forme malgré un accident de vélo qui a failli l’empêcher de chanter pour ses admirateurs. Amoché pendant plusieurs jours, ses médecins et son physiothérapeute lui ont quand même donné le feu vert, lui permettant de conserver la date prévue pour cette soirée très attendue de tous. À ce sujet, Bruno a avoué que c’était la première fois de sa vie qu’il faisait un lancement sans être nerveux (grâce à ses pilules!). À la blague, il a lancé qu’il était en fait complètement gelé, ce qui a bien fait rire ses invités, subjugués par cet artiste incroyable.

Parmi les prestations de la soirée, Bruno a offert Berce-moi une chanson qui a vu le jour grâce au travail d’équipe d’Alain Labonté, de Kim Thuy et de lui-même. Celui-ci a dit qu’à la fin, personne ne savait exactement qui avait fait quoi, mais que ça faisait partie du charme de cette chanson parce que c’est justement ça la création. C’est le travail d’équipe et les rencontres. Question de terminer la soirée en beauté, Bruno a bien sûr offert la pièce titre de son album, Regarde autour, en plus de surprendre la salle en invitant Lynda Thalie à interpréter De sable et de soif  en duo avec lui. Bruno Pelletier et ses fans sont ensuite allés prendre un verre juste à côté afin de poursuivre les festivités. Ce fut donc un 5 à 7 plus que réussi pour ce chanteur pour qui l’industrie n’a plus de secret, évoluant dans le monde de la musique depuis plusieurs décennies.

Regarde autour paraîtra le 16 septembre prochain sur iTunes et en magasin.

 

ENTREVUE

Jocelyne Lambert, Lambert café, CJSO 101,7 FM, 14 septembre 2016

http://www.cjso.ca/

 

Daniel Lavoie, Bobby Bazini et Bruno Pelletier à Montréal en Lumière

Valérie Roberts, En vedette, 14 septembre 2016

Dans le communiqué de presse dévoilé aujourd'hui, MONTRÉAL EN LUMIÈRE dit nous offrir aujourd'hui «17 bonnes raisons d'avoir hâte à l'hiver». On se calme, on n'est tellement pas encore prêt, même si c'est vrai que les 17 concerts qu'ils dévoilent ce matin sont emballants...

Pour sa 18e édition - une édition spéciale qui soulignera aussi le 375e anniversaire de Montréal - le festival nous propose déjà des spectacles d'artistes reconnus et d'autres à découvrir. Dans les styles aussi, on va dans tous les sens: de la musique classique au jazz en passant par l'électro et le rock. 

Daniel Lavoie sera une des têtes d'affiches de l'événement en 2017. Celui qui nous berce depuis près de 40 ans présentera Mes longs voyages, un album doux et intimiste. Le 2 mars au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. 

Bobby Bazini commencera la nouvelle année en nous offrant son nouveau spectacle, Summer Is Gone, un titre tout à fait approprié. Rendez-vous au Métropolis le 24 février pour découvrir ce concert inspiré de son 3e disque. 

Charlotte Cardin sera aussi de la partie pour interpréter les pièces de son EP Big Boi, Valaire présentera les chansons de son nouveau disque Oobopopop, Champion sera en compagnie de ses G-Strings au Club Soda le 25 février et Bruno Pelletier nous offrira son nouveau spectacle Regarde autour. 

MONTRÉAL EN LUMIÈRE 2017 aura lieu du 23 février au 12 mars. Pour tous les détails sur la mise en vente des billets, il faut se rendre sur le site du festival. C'est aussi là que vous découvrirez les autres concerts annoncés aujourd'hui! 

 

ENTREVUE

Mathieu Pedneault, Monde de star, 13 septembre 2016

http://www.mondedestars.com/

 

Noël intime avec Bruno Pelletier le 4 décembre prochain à l’église de Saint-Frédéric

Julio Trepanier, EnBeauce.com, 12 septembre 2016

Le 4 décembre prochain à 14 h 30, l’artiste Bruno Pelletier sera en spectacle à l’église de Saint-Frédéric.

S’inspirant du concert et de l’album à succès, Bruno Pelletier et l’Orchestre symphonique de Montréal - Concert de Noël, présenté à la basilique Notre-Dame en 2003, le chanteur propose un spectacle unique ayant fait vibrer des milliers de Québécois.

Parmi les succès qui seront présentés par l’interprète, les spectateurs auront l’occasion d’entendre dans des versions revisitées et intimistes de Sainte nuit, Ave Maria, Minuit chrétien, Have Yourself a Very Merry Christmas, Joyeux Noël, Mon beau sapin, Quand les hommes vivront d’amour, Imagine, Adeste Fideles et Miserere.

Il est possible de se procurer les billets pour le spectacle à la municipalité de Saint-Frédéric sur les heures de bureau ou par téléphone au 418 426-1433.

 

ENTREVUE et PRESTATION

Mario Tessier, Permis de chanter, V, 5 septembre 2016

Épisode

Inédit

 

ENTREVUE

Pénélope McQuade, Les Échangistes, ICI Radio-Canada Télé, 23 août 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Bruno Pelletier: Cinquante fois (vidéoclip)

RythmeFM.com, 18 août 2016

Bruno Pelletier lance le clip de Cinquante fois, le deuxième extrait de son album à paraître. Voyez le chanteur se dédoubler dans cette vidéo où il part en voyage avec lui-même!

 

Cinquante Fois, le nouveau ver d'oreille de Bruno Pelletier

Stéphanie Nolin, Showbizz.net, 18 août 2016

Le populaire chanteur proposera un nouvel album dès le 16 septembre prochain.

La pièce « Cinquante fois » aura tôt fait de s’immiscer dans votre tête pour ne plus en ressortir. Il s’agit d’un véritable ver d’oreille pop comme Bruno Pelletier sait en faire.

Il s’agit du deuxième extrait de son album à paraître le 16 septembre prochain et intitulé Regarde autour.

Un vidéoclip produit par Apogée Communications et accompagnant la sortie de l’extrait a aussi été diffusé. Dans celui-ci, on voit le chanteur en roadtrip avec différentes versions de lui-même.

« Cinquante fois » a été écrite par Nelson Minville alors que la musique est signée par Pelletier et Martin Bachand. Ce clip se veut un clin d’oeil aux diverses étapes et au temps qui passe un peu à la manière des capsules « Carpool Karaoke » popularisées par l’émission américaine The Late Late Show With James Corden.

L’extrait fait suite à « Regarde autour », pièce mise de l’avant lors de la Semaine de prévention du suicide, plus tôt cette année. Dès janvier 2017, une nouvelle tournée de spectacles suivra la sortie de l’album.

 

Les étoiles brillent sur la scène de Nashville en Beauce

Jean-François Fecteau, Journal L'Éclaireur Progrès, 6 août 2016

L’Open Country des Mountain Daisies ainsi que leurs invités Isabelle Boulay, Marc Hervieux, Bruno Pelletier, Jean-François Breau et Marie-Ève Janvier ont ravi une salle comble à l'aréna de Saint-Prosper vendredi soir dernier dans le cadre de Nashville en Beauce.

Pour leur deuxième retour à Saint-Prosper, l'Open Country des Mountain Daisies s'est fait plaisir une fois de plus en accompagnant leurs invités de marque. Chacun de ces derniers ont pu s'amuser sur scène interprétant des succès country ayant marqué leur enfance ou encore revisiter leurs propres pièces avec la saveur du moment.

Isabelle Boulay, qui était la veille à Paris, a reçu un chaleureux accueil du public avant même de chanter sa première note de Bâton-Rouge à Matane. Bruno Pelletier a interprété l'une des chansons favorites de son père, Folsom Prison de Johnny Cash. Le duo Jean-françois Breau et Marie-Ève Janvier dont cette dernière se disait heureuse de parler à des adultes, cinq mois après avoir donné naissance à leur petite fille, Léa. Quant à Marc Hervieux, il a surpris les 1700 spectateurs à cette représentation avec son entrain sur scène et comment il a allié chant lyrique et musique country.

La formule de l'Open Country a grandement plu à la foule. «Nous sommes super contents, c'était une belle soirée. Nous avons eu vraiment de bons commentaires du public. C'est le fun.», souligne la coprésidente du festival, Suzanne Lantagne. 

Cette dernière était agréablement ravie aussi de l'achalandage sur le site des festivités et des deux autres chapiteaux également bondés lors de cette soirée.

Mentionnons que la formation Texas Rodeo était en première partie de l'Open Country.  

Les festivités se poursuivent

La journée de samedi sera ponctuée notamment d'un concours forestier, de 12 heures de danse country, un derby d'attelage et d'un gala de lutte en soirée. La journée du dimanche s'annonce autant chargée avec la fameuse tire de chevaux et la cérémonie de clôture de cette neuvième édition.  Bien évidemment, il sera possible d'assister au Nashville Show lors de ces deux soirées.

Pour plus d'information, rendez-vous sur la programmation de Nashville Beauce. 

 

Entrevue

Claudia Genel, En Supplémentaire, ICI Radio-Canada Télé, 20 juillet 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Bruno Pelletier lance son simple Cinquante fois

Fréquence Plaisir, 29 juillet 2016

C’est la tête remplie de grands projets que Bruno présente Cinquante fois, un nouvel extrait inspiré de son demi-centenaire qu’il accueille à bras ouverts.  

Seconde pièce d’un nouvel album à paraître le 16 septembre prochain, Cinquante fois a été composée par Bruno Pelletier et Martin Bachand, tandis que Nelson Minville y signe les paroles. L’extrait fait suite à Regarde autour, pièce mise de l’avant lors de la semaine de prévention du suicide plus tôt cette année. Dès janvier 2017, une nouvelle tournée de spectacles suivra la sortie de l’album.

Pour plus de détails visitez le site officiel de Bruno Pelletier ici.

 

La magie opère sur l'Île-des-Moulins

Pénélope Clermont, Journal La Revue, 19 juillet 2016

Marc Hervieux, Bruno Pelletier et la Sinfonia de Lanaudière ont donné lieu au rendez-vous musical de l’été sur l’Île-des-Moulins, le 12 juillet. Le concert symphonique en plein air organisé par la Ville de Terrebonne a attiré près de 15 000 personnes sous un chaud soleil d’été.

Déjà vers 17 h, le public avait commencé à prendre place pour le concert qui a débuté à 19 h 30.

D’entrée de jeu, Marc Hervieux a entonné des airs napolitains pour dégourdir les gens. Faisant rapidement montre de sa puissance vocale, le ténor a reçu sur scène la visite «improvisée» de Bruno Pelletier, qui a lui aussi prouvé qu’il n’allait pas s’en laisser imposer.

Un premier moment de complicité entre les deux chanteurs qui a donné le ton au reste du spectacle, fort apprécié du public, faut-il le mentionner.

Non seulement les spectateurs se sont déplacés en grand nombre pour assister à ce concert gratuit, mais ils se sont faits présents en voix et en applaudissements durant toute sa durée. Une reprise de J’t’aime comme un fou de Charlebois et un medley des Beatles incluant Twist and shout les ont aussi fait lever pour danser.

Plusieurs chansons au rendez-vous

Préparant un répertoire varié pour la soirée, le chef d’orchestre de la Sinfonia, Stéphane Laforest, avait aussi prévu des pièces plus douces et touchantes.

C’est ainsi que Marc Hervieux a notamment chanté Un parfum de fin du monde et You raise me up, alors que Bruno Pelletier a fait de même avec ses célèbres Miserere et La Manic, ainsi qu’avec Je l’aime à mourir.

Quant à la Sinfonia, elle a elle aussi pu faire entendre son talent en interprétant en solo les pièces Palladio, John Williams Trilogy et Purple Haze de Jimmy Hendrix. Oui, vous avez bien lu. Lanaudière compte clairement des musiciens de grande qualité.

Parmi tout cela, Hervieux et Pelletier ont aussi réalisé des prestations en duos, en reprenant entre autres des chansons de Gerry Boulet et de Patrick Norman de même que Le temps des cathédrales et Florence.

Pour clore la représentation, ils ont offert Quand les hommes vivront d’amour et Imagine, alors que des milliers de téléphones cellulaires en l’air éclairaient la tombée du jour.

Un des moments forts de l’été

Le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitialle, a eu raison avec son allocution en début de concert : «Concocté par la Sinfonia de Lanaudière, le concert qui est devenu une tradition au fil des ans nous donne à coup sûr l’un des moments forts de la programmation culturelle de l’été», a-t-il mentionné.

Notons qu’offert par la Ville de Terrebonne, l’événement a été rendu possible grâce à la Société de développement culturel de Terrebonne (SODECT), qui en était le mandataire. On confirme d’ailleurs le retour du grand concert en plein air l’été prochain.

 

Performance

Jose Gaudet, Juste pour rire en direct, TVA, 14 juillet 2016

http://tva.canoe.ca

 

La tradition se poursuit avec Bruno Pelletier

Pénélope Clermont, Journal La Revue, 28 juin 2016

Proposant déjà une variété de spectacles dans les parcs cet été, la Ville de Terrebonne vous attend avec le plus imposant d’entre tous, c’est-à-dire son grand concert en plein air gratuit. Cette année, c’est Bruno Pelletier qui joindra sa voix au tandem que forment depuis plusieurs années maintenant Marc Hervieux et la Sinfonia de Lanaudière, dirigée par Stéphane Laforest.

Cette traditionnelle rencontre musicale aura lieu le 12 juillet à 19 h 30 sur l’Île-des-Moulins. La Ville de Terrebonne en a fait l’annonce le 22 juin. «Ce concert est devenu une tradition en plein air rassembleuse, un événement parmi les plus appréciées de la saison estivale, a mentionné le maire Jean-Marc Robitaille. Nous sommes heureux de retrouver nos bons amis, Marc Hervieux et Stéphane Laforest, qui accueilleront un artiste qui a fait trembler les cathédrales, Bruno Pelletier.»

Heureux mélange musical

Pour l’occasion, le chef d’orchestre et fondateur de la Sinfonia de Lanaudière, Stéphane Laforest, a concocté un heureux mélange de chansons francophones et anglophones, allant du populaire au rock, en passant par l’opéra, le jazz et la comédie musicale.

«Mon but, quand j’ai fondé la Sinfonia, était de me différencier des autres orchestres en jouant n’importe quoi : de la musique symphonique, de chambre, du populaire, de l’opéra, du jazz et de la comédie musicale, et ce, avec simplicité et humilité, a souligné M. Laforest. Aux côtés de grands artistes qui, comme moi, souhaitent que les gens aiment le moment qu’ils passeront avec nous, nous proposerons un mélange de tout ça. Le rendez-vous sera agréable comme chaque année!»

Le directeur musical a par ailleurs souligné le talent des chanteurs qui accompagneront l’orchestre sur l’Île-des-Moulins.

«Marc est le chanteur avec le plus grand répertoire que je connaisse. Il peut faire n’importe quoi! Bruno appartient au même genre. Les deux possèdent leurs propres chansons, mais acceptent de se prêter au jeu en interprétant d’autres pièces. À travers tout ça, la Sinfonia jouera aussi des pièces toute seule, qui sont toujours des moments forts durant les concerts», a-t-il précisé.

Chapeauté par la SODECT

L’organisation de ce grand concert a une fois de plus été confiée à la Société de développement culturel de Terrebonne (SODECT).

«Le concert en plein air représente un moment fort de l’année : l’arrivée de l’été. Nous souhaitons attirer des milliers de personnes et espérons que les parapluies de l’an dernier serviront de pare-soleil cette année», a lancé avec humour la directrice générale de la SODECT, Louise Martin, avant de remercier la Ville de Terrebonne d’être un partenaire fidèle pour l’organisme devenu maître dans la coordination d’événements d’envergure.

Comme lors des précédentes éditions, un service de navette gratuit sera offert dès 17 h entre le terminus de Terrebonne, situé à l’intersection du boulevard des Seigneurs et de la côte de Terrebonne, et le Vieux-Terrebonne.

Les organisateurs suggèrent aux spectateurs d’apporter leur chaise et leur bonne humeur!

 

Bruno Pelletier en spectacle à Caraquet en mars 2017

Acadie Nouvelle, 6 juin 2016

Bruno Pelletier sera en spectacle au Centre culturel de Caraquet le 27 mars 2017, dans le cadre de sa tournée Regarde autour.

Bruno Pelletier, lauréat de plus d’une vingtaine de prix et distinctions, dont trois Félix dans la catégorie Interprète masculin de l’année, compte sans conteste parmi les artistes les plus marquants de sa génération avec plus de deux millions d’albums vendus en carrière.

À la suite du succès obtenu par le lancement de la chanson et de la vidéo Regarde autour (visionnée par plus d’un million d’auditeurs de la série télévisée Yamaska, dont l’équipe a collaboré à la réalisation de l’extrait), Bruno Pelletier lancera un 13e album de nouvelles compositions cet automne.

Une tournée suivra, le menant sur les routes du Québec et ailleurs jusqu’en 2017.

La passion de Bruno Pelletier pour la scène et son désir constant d’explorer différentes avenues artistiques ont permis à l’artiste de concilier à ses tournées solo des participations à plusieurs comédies musicales d’envergure, notamment Dracula, Starmania et Notre-Dame de Paris.

Les billets pour le spectacle de Bruno Pelletier seront disponibles aux différents points de vente de la Billetterie Accès à compter de mercredi, à 9h, en ligne (www.billetterieacces.ca) ou par téléphone au 1 800 992-4040.

 

Touch - Alkemia

Serge Larivière, Alt. Rock Press, 18 mai 2016

Les Nantais Touch ont demandé à Bruno Pelletier de se joindre à eux l’instant d’un album. Le résultat donne quelque chose de bien sympathique. 

C’est son ami Rudy Roberts qui a lancé l’invitation au chanteur pour que ce dernier replonge dans le rock, le métal et le progressif, univers qu’il a déjà expérimenté à ses débuts.

Le disque Alkemia propose des chansons bien ficelées et pas piquées des vers. Chacune d’elle est pertinente et présente un fil conducteur cohérent. Certaines se démarquent comme On l’aura sur les bras avec ses paroles écolo-politiques qui restent actuelles.

Les musiciens (Raphaël Bernard, basse, chant, chœurs ; Christophe Piard, guitares et chœurs ; Julien Avram batterie et Pascal Aubert, claviers) apportent de la substance aux chansons et les rendent plus solides et d’une grande qualité.

Alkemia, c’est un album très honnête et fort intéressant proposé par Rudy Roberts et sa bande. La présence de l’interprète du Temps des cathédrales est bienvenue et donne un résultat à la hauteur et savoureux.

 

Bruno Pelletier: Aux commandes vocales de la formation Touch (prog/rock)

Yanick Klimbo Tremblay, Voir, 22 avril 2016

La semaine dernière, je soupais chez un ami avec qui les discussions musicales prennent le dessus sur tous les autres sujets. À un moment donné, il me demande tout bonnement si je connais le groupe Touch, de France car un gars bien d’ici chante avec eux. Je réponds par la négative et c’est alors qu’il me décrit le groupe comme étant un amalgame de rock et de progressif. Il m’annonce même que les comparaisons passent de Dream Theater à Leprous. Je suis donc, conquis!

Lorsque Fred me confirme que c’est Bruno Pelletier qui tient le micro avec ce groupe français de Nantes, je suis dubitatif. Ami de Rudy Roberts, l’un des membres du groupe, Pelletier a accepté l’invitation de se joindre au groupe le temps d’enregistrer l’album Alkemia. Malgré un nom anglophone, il faut comprendre que Touch s’exprime en français, majoritairement.

L’amitié qui unit les deux hommes remonte à l’époque où les deux musiciens jouaient dans Starmania, au début des années ‘90. Roberts préparait le nouvel album de Touch et il a donc pensé à son ami pour prendre le poste de chanteur sur ce disque.

Même si l’on connait surtout le grandiose Bruno pour la facette plus comédie musicale de son travail ou le penchant détente de sa musique, il faut comprendre que Pelletier a tout d’abord débuté comme un chanteur rock lors des premiers balbutiements de sa carrière.

Indépendant, le groupe a auto-produit ce nouvel album et en navigant sur la page officielle de Touch, il est possible d’en faire l’écoute. Impressionnant musicalement, le rock progressif de Touch demeure tout de même accessible, même funky lors de certains moments précis.

Par curiosité, par amour du prog ou par passion face au beau Bruno, vous n’avez qu’à visiter le site juste en bas!

HTTP://TOUCHLESITE.COM/

 

Touch : Du prog rock avec Bruno Pelletier, nouveau titre disponible

Marc Desgagné, Metal Universe, 22 avril 2016

Un groupe rock prog/pop français avec Bruno Pelletier ? Et oui, Touch offre d'ailleurs plusieurs extraits sur son site officiel. Il faut lui rendre, cette découverte a été mise de l'avant au Québec par Yanick Tremblay du Voir.

Le titre "Alkemia" est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement Amazon, ITunes, Googleplay et disponible en CD sur leur site www.touchlesite.com

http://www.touchlesite.com - https://www.facebook.com/touchalkemia/

 

« Alkemia », le nouvel album du groupe nantais Touch

Skreamer, MaMusique.ca, 10 avril 2016

Actif dans le monde de la musique depuis 1988, le Nantais Rudy ROBERTS a crée ce groupe au début de sa carrière en studio. Il y revient presque 30 ans plus tard.

Groupe Nantais existant depuis 1989, TOUCH est un groupe de musique Rock avec des touches variées flirtant avec le Stadium Rock et le Prog. Un bon mélange énergique! Les thèmes et paroles de ce deuxième album sont autant variés qu’intelligents. La surprise ici est la présence au chant (efficace, d’ailleurs!) du québécois Bruno PELLETIER!

«Ailleurs» donne le beat de l’album tout de suite et nous embarque dans un style et son qui saura gagner des adeptes. «Je Tiens Bon» donne un sentiment d’urgence avec son beat plus rapide et le refrain est proche de ceux que Bruno PELLETIER nous avait habitués avec ses albums. «Can’t You See» est la première des trois pièces anglaises de l’album. Pleine d’énergie, cette pièce pourrait sûrement attirer d’autres fans du côté du marché anglophone. J’aime bien! «On L’Aura Sur Les Bras» est à saveur écolo-politique. Un autre bon Rock avec des paroles qui laisse songeur. «La Limite» sonne comme beaucoup de bonnes pièces qu’on avait l’habitude d’entendre de Bruno PELLETIER. Le refrain est énorme (sans faire de jeu de mots, vous comprendrez en l’écoutant!), mais sans plus. Bonne, mais quand même la moins bonne pièce française de l’album. «Let Your Gun» est un bon Hard Rock, sans plus. «La Came Isole» est une des meilleurs pièces de l’album, autant pour la musique que les paroles. «Don’t Leave Me» est un bon Hard Rock des années 80 avec un solo de guitare qui fait penser un peu à ceux de Joe SATRIANI. Bonne pièce. «Le Moment Idéale»est un autre bon Rock avec un riff entrainant. «Petit Homme» débute avec du piano et fait dans la mélancolie avant de monter d’un cran vers les 02:41 dans la pièce. Elle détonne des autres pièces de l’album mais est agréable à écouter. «Son Étoile» termine l’album en nous offrant un bon Rock qui tire dans le Prog-Rock. Entrainante pièce!

Un album pour tout amateur de bon Rock Français. Rudy Roberts et les musiciens qui l’accompagnent sont très efficace.

Teaser: https://youtu.be/YKiZOUmh58w

 

 

Une chanson de Kim Thúy pour Bruno Pelletier

Vanessa Guimond, Le Journal de Montréal, 8 avril 2016

Une chanson qui porte la signature de Kim Thúy figurera sur le prochain album de Bruno Pelletier, à paraître cet automne. Il s’agit d’une première pour cette auteure dont la renommée dépasse nos frontières.

À peine remise du lancement de son nouveau roman Vi, celle à qui l’on doit les best-sellers Ru, À toi et Man a vécu une expérience peu ordinaire hier après-midi.

En compagnie de son ami et relationniste Alain Labonté, également coauteur du texte, Kim Thúy a pu entendre l’œuvre à laquelle elle a collaboré pour la première fois.

«C’est extraordinaire, car les mots ont pris une autre dimension, a affirmé celle qui a préféré écouter le morceau les yeux fermés. J’ai l’impression que la musique a toujours été là. C’est drôle, parce que lorsque j’écrivais, je n’entendais rien du tout.»

Travail collectif

Alain Labonté, qui écrit des chansons pour Bruno Pelletier depuis une vingtaine d’années, soutient que cette collaboration est née par hasard, il y a quelques semaines.

«Kim tentait d’écrire un texte pour un autre artiste, mais elle n’y arrivait pas, alors je lui ai offert mon aide, a-t-il raconté. Finalement, comme je savais que Bruno cherchait des chansons à caractère social pour son prochain album, j’ai proposé à Kim d’essayer autre chose.»

C’est ainsi, en se lançant des lignes et des images par courriel, qu’ils ont fini par écrire une chanson à la fois poignante et lumineuse, dont le titre reste à déterminer. En tout, l’exercice aura duré 10 jours.

«Alain a tout retravaillé pour que ça fonctionne, pour que ça devienne une chanson, a expliqué Kim Thúy. Je lui ai donné des morceaux de casse-tête et lui, il en a fait une image.»

Coup de cœur

Bruno Pelletier a tout de suite été interpellé par l’humanité qui se dégageait du texte proposé par Alain Labonté et sa complice.

«C’est rare que les choses se placent aussi rapidement, a-t-il déclaré, précisant qu’il avait composé la musique qui l’accompagne en deux jours. C’était comme un cadeau.»

Alors qu’Alain souhaitait faire «un tour du monde» dans sa chanson, Kim a puisé son inspiration dans le film Inch’Allah d’Anaïs Barbeau-Lavalette, ainsi que dans une œuvre de l’artiste Banksy (La petite fille aux ballons).

«C’est une chanson porteuse d’espoir pour toutes les personnes qui ont à traverser un mur, une rivière ou un océan pour mener une vie meilleure, a pour sa part affirmé Bruno Pelletier. C’est en plein dans mes cordes.»

Si tout se déroule comme prévu, les fans du chanteur pourront entendre son nouveau disque, qui promet d’être rythmé et lumineux, au mois de septembre.

VOICI QUELQUES EXTRAITS DE LA CHANSON ÉCRITE PAR KIM THÚY ET ALAIN LABONTÉ

« Un ciel se vide de sa lumière/quand une frontière se dessine/et que des hommes prennent la mer/à la recherche de jours tranquilles.»

« Et quand des bombes et des cailloux/émiettent le cœur des enfants/les yeux noircis d’être à genoux/le rêve perdu en-dedans.»

« Malgré la fumée et les balles/une fleur pousse dans le désert/le dos au mur, caché dans l’ombre/une main donne de sa lumière.»

« Et de l’autre côté du mur/un cœur bat si fort qu’on l’entend/un lampadaire dans son silence/éclaire un monde qui nous rassemble.»

 

Bruno Pelletier s'associe à un groupe français pour un nouvel album

Ghyslaine Payant, MelRock World, 25 mars 2016

Bruno Pelletier a choisi de faire un petit crochet dans sa carrière par un retour aux sources. Il s'est associé au groupe nantais Touch qui vient de sortir un album rock mais sur lequel on retrouve aussi des notes aussi bien pop, que progressif, métal ou même funk. Touch est un groupe qui existe depuis 1989 qui se définit avant tout comme un groupe de rock mais qui laisse s’exprimer les influences variées de chaque membre.

C'est cette alchimie originale et reconnaissable qui a donné naissance à l’album bien-nommé : Alkemia (littéralement « alchimie » en grec). Alkemia laisse la part belle aux envolées instrumentales (batterie, guitares, basse, clavier…) qui viennent valoriser les paroles aux sujets actuels et sans détours.  Le groupe se compose de Raphaël Bernard à la basse, au chant et aux chœurs, Christophe Piard aux guitares et chœurs, Rudy Roberts aux guitares, Julien Avram dit "Djudje" à la batterie et de Pascal Aubert aux claviers.

Rudy Roberts a travaillé à l'époque avec Bruno Pelletier sur Starmania en 1993 et une amitié est née de cette collaboration, lorsqu'est venu le temps de produire l'album Alkemia, Rudy a donc invité son ami à se joindre à eux. Et l’alchimie fonctionne là-aussi.

Bruno Pelletier nous parle de Touch

https://www.youtube.com/watch?v=ibFvLOULAc0

Le groupe est originaire de Nantes et continue depuis d’évoluer dans cette ville dont la réputation culturelle n’est plus à faire. C’est donc tout naturellement que Touch a choisi un design en clin d’œil à Nantes et un Nantais célèbre : Jules Verne. La pieuvre de la pochette rappelle celle des Machines de l’Île dans un style «steampunk».

Pour Bruno Pelletier, Touch c'est presque un retour aux sources. Pour ceux qui suivent Bruno Pelletier depuis longtemps, impossible de ne pas remarquer les intonations, la voix qui se rapproche de celle de ses débuts.

Touch a choisi de s’autoproduire pour amorcer le lancement de son nouvel opus. Le groupe recherche donc des alliés pour se faire connaître et décrocher une place dans un label musical. Comme à l’image de sa création, il suffit parfois d’une rencontre pour qu’un projet poursuive sa progression. Alkemia est sorti en Europe le 29 janvier dernier et depuis quelques jours il est disponible en téléchargement au Québec. Pour ceux qui veulent l'album physique, on peut le commander directement sur le site du groupe  où des extraits sont disponibles à l’écoute. L’achat en téléchargement est disponible sur iTunes, Amazon Music et Google Play. La boutique propose également des produits dérivés comme des mugs et des t-shirts aux accents graphiques d’Alkemia.

Le 25 mars prochain à 19 h, la radio Prog Core Live Radio Show présentera dans son intégralité l'album Alkemia. Pour plus de détails joignez la page Facebook de l'événement.

En entendant de vous procurer l'album, vous pouvez entendre des extraits des chansons d'Alkemia

https://youtu.be/YKiZOUmh58w

Pour toutes les nouvelles au sujet de Bruno Pelletier, vous pouvez consulter son site internet ou sa page Facebook.

 

Bruno Pelletier embrasse son côté rock

Yan Lauzon, TVA Nouvelles, 24 mars 2016

Comme il l’a fait au début de sa carrière avec les groupes Amanite, Sneak Preview et Pëll, Bruno Pelletier délaisse son côté pop pour partager une fois de plus son amour du rock.

Le chanteur s’est joint au groupe nantais Touch le temps d’enregistrer neuf des onze pièces de l’album «Alkemia», maintenant offert en version numérique au Québec.

Bruno Pelletier a accepté l’invitation de son ami Rudy Roberts, complice de «Starmania» et membre de Touch, à enregistrer en studio. Loin des envolées vocales qu’on lui connaît et des mélodies douces, le chanteur a plongé dans un univers flirtant avec le métal et l’univers progressif.

Le résultat peut être entendu au http://touchlesite.com/download/.

Populaire en Europe

Aucun spectacle avec Touch n’est encore prévu pour Bruno Pelletier.

Fort des retombées positives du spectacle «Notre-Dame de Paris», le principal intéressé n’en est pas à son premier projet artistique sur la scène internationale, lui qui est devenu très populaire en Russie et en Ukraine au début des années 2000.

Il a aussi foulé des scènes de France et de Corée du Sud grâce au disque et à la tournée «Musique & cinéma», en compagnie de Guy St-Onge.

Bientôt un 13e album

Bruno Pelletier ne chôme pas. Il peaufine actuellement son treizième album, dont la sortie est prévue cet automne. L’opus succédera à «Rendus là», paru en 2012.

Il a d’ailleurs récemment proposé une nouvelle pièce, «Regarde autour», liée à un segment de l’émission «Yamaska» à TVA dans le cadre de la Semaine de la prévention du suicide, à la fin du mois de janvier et au début de février.

 

Bruno Pelletier embrasse son côté rock

Yan Lauzon, TVA Nouvelles, 24 mars 2016

Comme il l’a fait au début de sa carrière avec les groupes Amanite, Sneak Preview et Pëll, Bruno Pelletier délaisse son côté pop pour partager une fois de plus son amour du rock.

Le chanteur s’est joint au groupe nantais Touch le temps d’enregistrer neuf des onze pièces de l’album «Alkemia», maintenant offert en version numérique au Québec.

Bruno Pelletier a accepté l’invitation de son ami Rudy Roberts, complice de «Starmania» et membre de Touch, à enregistrer en studio. Loin des envolées vocales qu’on lui connaît et des mélodies douces, le chanteur a plongé dans un univers flirtant avec le métal et l’univers progressif.

Le résultat peut être entendu au http://touchlesite.com/download/.

Populaire en Europe

Aucun spectacle avec Touch n’est encore prévu pour Bruno Pelletier.

Fort des retombées positives du spectacle «Notre-Dame de Paris», le principal intéressé n’en est pas à son premier projet artistique sur la scène internationale, lui qui est devenu très populaire en Russie et en Ukraine au début des années 2000.

Il a aussi foulé des scènes de France et de Corée du Sud grâce au disque et à la tournée «Musique & cinéma», en compagnie de Guy St-Onge.

Bientôt un 13e album

Bruno Pelletier ne chôme pas. Il peaufine actuellement son treizième album, dont la sortie est prévue cet automne. L’opus succédera à «Rendus là», paru en 2012.

Il a d’ailleurs récemment proposé une nouvelle pièce, «Regarde autour», liée à un segment de l’émission «Yamaska» à TVA dans le cadre de la Semaine de la prévention du suicide, à la fin du mois de janvier et au début de février.

 

Bruno Pelletier s'associe à un groupe français pour un nouvel album

G. Payant, L'Écho de Lévis, 23 mars 2016

Bruno Pelletier a choisi de faire un petit crochet dans sa carrière par un retour aux sources. Il s’est associé au groupe nantais Touch qui vient de sortir un album rock mais sur lequel on retrouve aussi des notes aussi bien pop, que progressif, métal ou même funk. Touch est un groupe qui existe depuis 1989 qui se définit avant tout comme un groupe de rock mais qui laisse s’exprimer les influences variées de chaque membre.

C’est cette alchimie originale et reconnaissable qui a donné naissance à l’album bien-nommé : Alkemia (littéralement « alchimie » en grec). Alkemia laisse la part belle aux envolées instrumentales (batterie, guitares, basse, clavier…) qui viennent valoriser les paroles aux sujets actuels et sans détours.  Le groupe se compose de Raphaël Bernard à la basse, au chant et aux chœurs, Christophe Piard aux guitares et chœurs, Rudy Roberts aux guitares, Julien Avram dit « Djudje » à la batterie et de Pascal Aubert aux claviers.

Rudy Roberts a travaillé à l’époque avec Bruno Pelletier sur Starmania en 1993 et une amitié est née de cette collaboration, lorsqu’est venu le temps de produire l’album Alkemia, Rudy a donc invité son ami à se joindre à eux. Et l’alchimie fonctionne là-aussi.

Le groupe est originaire de Nantes et continue depuis d’évoluer dans cette ville dont la réputation culturelle n’est plus à faire. C’est donc tout naturellement que Touch a choisi un design en clin d’œil à Nantes et un Nantais célèbre : Jules Verne. La pieuvre de la pochette rappelle celle des Machines de l’Île dans un style «steampunk»

Pour Bruno Pelletier, Touch c’est presque un retour aux sources. Pour ceux qui suivent Bruno Pelletier depuis longtemps, impossible de ne pas remarquer les intonations, la voix qui se rapproche de celle de ses débuts.

Touch a choisi de s’autoproduire pour amorcer le lancement de son nouvel opus. Le groupe recherche donc des alliés pour se faire connaître et décrocher une place dans un label musical. Comme à l’image de sa création, il suffit parfois d’une rencontre pour qu’un projet poursuive sa progression. Alkemia est sorti en Europe le 29 janvier dernier et depuis quelques jours il est disponible en téléchargement au Québec. Pour ceux qui veulent l’album physique, on peut le commander directement sur le touchlesite.com où des extraits sont disponibles à l’écoute. L’achat en téléchargement est disponible sur iTunes, Amazon Music et Google Play. La boutique propose également des produits dérivés comme des mugs et des t-shirts aux accents graphiques d’Alkemia.

Le 25 mars prochain à 19 h, la radio Prog Core Live Radio Show présentera dans son intégralité l’album Alkemia. Pour plus de détails joignez la page Facebook de l’événement.

En attendant de vous procurer l’album, vous pouvez entendre des extraits des chansons d’Alkemia.

Pour toutes les nouvelles au sujet de Bruno Pelletier, vous pouvez consulter son site internet ou sa page Facebook.

 

Une chanson et un vidéoclip pour la prévention du suicide

Anne Bourgoin, 7 Jours, 19 février 2016

En collaboration avec Duo Productions et l’Association qué- bécoise de prévention du suicide, Bruno Pelletier interprète Regarde autour, une chanson qui a été mise de l’avant lors de la Semaine de prévention du suicide. Cet opus très lumineux, véritable hymne à la vie, fait partie du prochain album du chanteur qui sortira cet automne. On peut voir le vidéoclip de Regarde autour sur le site internet de l’association: aqps.info

 

Le retour de Bruno Pelletier

Denis Levesque, CHOE 95,3 FM, 12 février 2016

Mercredi 17 février dès midi sur les ondes de Chrm,Denis Lévesque s’entretiendra avec le populaire chanteur Bruno Pelletier, il sera entre autre question de son nouvel extrait Regarde autour (écrite par Nelson Minville et composée par Martin Bachand) qui traite d’un sujet délicat: le suicide. Tous les fonds amassés par la vente de la pièce seront remis à l’Association québécoise de la prévention du suicide. Une chanson lumineuse qui nous transporte dans l’univers folk. De plus, il nous parlera de sa collaboration avec le groupe Français Touch.

 

Mention

Marie-Christine Proulx, Salut Bonjour, TVA, 2 février 2016

http://tva.canoe.ca

 

Bruno Pelletier chante pour une bonne cause

Rythmez vos matins, Rythme FM Estrie, 2 février 2016

Le chanteur Bruno Pelletier a dévoilé le vidéoclip pour la chanson Regarde autour, ce lundi. 

Réalisée en collaboration avec DUO Productions, l'Association québécoise de prévention du suicide et des comédiens de la télésérie Yamaska, diffusée sur les ondes de TVA, la chanson esy mise de l’avant dans le cadre de la Semaine de la prévention du suicide. La pièce Regarde autour est disponible sur iTunes et tous les fonds amassés par la vente de cet extrait seront remis à l'Association québécoise de prévention du suicide.

 

Les acteurs de Yamaska et Bruno Pelletier pour la prévention du suicide

Karl Hardy, En vedette, 2 février 2016

Les acteurs de Yamaska ont enregistré une vidéo pour la 26ème semaine nationale de prévention du suicide!

La pièce Regarde autour, interprétée par le chanteur Bruno Pelletier, a été lancée, il y a quelques heures. Les vedettes de la populaire série télé invitent les internautes à partager la vidéo sur les réseaux sociaux.

Voyez la vidéo virale maintenant!

La 26e Semaine nationale de prévention du suicide se poursuit jusqu'au 6 février.

 

Lancement du clip de la chanson « Regarde autour »

Agence QMI, TVA Nouvelles, 1er février 2016

Des comédiens et artisans de «Yamaska», le téléroman qui a abordé le délicat thème du suicide au fil de ses sept saisons à l’antenne de TVA, sont en vedette dans le vidéoclip de la chanson «Regarde autour», interprétée par Bruno Pelletier.

Le clip a été dévoilé lundi soir, à la Place des Arts, à Montréal, à l’occasion du début de la 26e Semaine nationale de prévention du suicide.

Cette initiative conjointe de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et de Duo Productions, qui produit «Yamaska», vise à sensibiliser les gens en détresse en leur rappelant que le suicide n’est pas une option parce qu’ils comptent pour leurs proches, amis et collègues.

Dans le refrain de la chanson, on peut d’ailleurs entendre Bruno Pelletier chanter: «C'est vrai, je te dis pas assez souvent, que pour moi, tu es important».

La Semaine nationale de prévention du suicide, qui bat son plein jusqu’au 6 février, a donc pour thème «T’es important-e pour nous». Dans le clip, on peut voir les vedettes de «Yamaska» s’épingler ce slogan les uns sur les autres à l’aide d’épingles à linge.

En plus du clip, la campagne de prévention du suicide s’accompagne de vidéos dans lesquelles des comédiens de «Yamaska» y vont de divers messages et témoignages.

Le texte de la pièce «Regarde autour» est de Nelson Minville, alors que la musique énergisante est de Martin Bachand.

Musicor, Distribution Select, Nat Corbeil, 45tours.ca et PUR Communications font front commun pour promouvoir ce projet. Pour sa part, Farweb.tv a produit le clip.

Les profits liés à la vente de la chanson «Regarde autour» sur iTunes seront versés à l’AQPS.

Le populaire téléroman «Yamaska» en est à sa septième et dernière saison à l’antenne de TVA.

Besoin d’aide

Si vous avez besoin d’aide, si vous êtes inquiet pour un proche ou si vous êtes endeuillé par suicide, composez le 1 866 APPELLE (277-3553). Cette ligne d’intervention de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) est disponible partout au Québec.

 

Prévention du suicide: lancement du clip de Regarde autour

Agence QMI, Canoe Divertissement, 1er février 2016

MONTRÉAL - Des comédiens et artisans de Yamaska, le téléroman qui a abordé le délicat thème du suicide au fil de ses sept saisons à l'antenne de TVA, sont en vedette dans le vidéoclip de la chanson Regarde autour, interprétée par Bruno Pelletier.

Le clip a été dévoilé lundi soir, à la Place des Arts, à Montréal, à l'occasion du début de la 26e Semaine nationale de prévention du suicide.

Cette initiative conjointe de l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et de Duo Productions, qui produit Yamaska, vise à sensibiliser les gens en détresse en leur rappelant que le suicide n'est pas une option parce qu'ils comptent pour leurs proches, amis et collègues.

Dans le refrain de la chanson, on peut d'ailleurs entendre Bruno Pelletier chanter: «C'est vrai, je te dis pas assez souvent, que pour moi, tu es important».

La Semaine nationale de prévention du suicide, qui bat son plein jusqu'au 6 février, a donc pour thème «T'es important-e pour nous». Dans le clip, on peut voir les vedettes de Yamaska s'épingler ce slogan les uns sur les autres à l'aide d'épingles à linge.

En plus du clip, la campagne de prévention du suicide s'accompagne de vidéos dans lesquelles des comédiens de Yamaska y vont de divers messages et témoignages.

Le texte de la pièce Regarde autour est de Nelson Minville, alors que la musique énergisante est de Martin Bachand.

Musicor, Distribution Select, Nat Corbeil, 45tours.ca et PUR Communications font front commun pour promouvoir ce projet. Pour sa part, Farweb.tv a produit le clip.

Les profits liés à la vente de la chanson Regarde autour sur iTunes seront versés à l'AQPS.

Le populaire téléroman Yamaska en est à sa septième et dernière saison à l'antenne de TVA.

BESOIN D'AIDE

Si vous avez besoin d'aide, si vous êtes inquiet pour un proche ou si vous êtes endeuillé par suicide, composez le 1 866 APPELLE (277-3553). Cette ligne d'intervention de l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) est disponible partout au Québec.

 

Prévention suicide: Bruno Pelletier chante « Regarde autour »

Carolina Hernandez, m105, 1er février 2016

Dans le cadre de la semaine de la prévention du suicide, les comédiens de la série télé YAMASKA font le lancement ce soir des capsules qu’ils ont tournés à ce sujet. On dévoilera aussi la vidéo « Regarde nous », chanson que Bruno Pelletier a interprété samedi à Belle et Bum.

 

Un nouveau son pour Bruno Pelletier

Webpresse, 1er février 2016

L’extrait Regarde autour est un avant-goût de la direction que prend Bruno Pelletier pour son 13e album en carrière, qui paraîtra à l’automne 2016.

En collaboration avec DUO Productions et l'Association québécoise de prévention du suicide, Bruno interprète avec sensibilité cette pièce qui sera liée à un segment particulier de la télésérie Yamaska, diffusée sur les ondes de TVA. Elle est d’ailleurs mise de l’avant lors de la Semaine de la prévention du suicide, du 31 janvier au 6 février.

Écrite par Nelson Minville et composée par Martin Bachand, cette chanson lumineuse nous transporte dans un univers folk qui sied à merveille à Bruno! On peut entendre Regarde autour sur plusieurs stations à travers le Québec, dont M103,5 et Radio Gaspésie, ainsi que sur les réseaux Rouge FM et Rythme FM.

La pièce Regarde autour est disponible sur iTunes et tous les fonds amassés par la vente de cet extrait seront remis à l'Association québécoise de prévention du suicide. La mise en marché du projet est rendue possible grâce au soutien de Musicor, Distribution Select, Nat Corbeil, 45tours et PUR Communications. Le vidéoclip est une production de Farweb.tv.

Folk, rock et symphonique: les projets se multiplient pour Bruno Pelletier.

 

« Regarde autour »: Bruno Pelletier et « Yamaska » s'unissent pour la prévention du suicide

Le Huffington Post Québec, 1er février 2016

C'est dans le cadre de la 26e édition de la Semaine nationale de prévention du suicide que l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et Duo Productions ont lancé le vidéoclip pour la chanson Regarde autour, une pièce qui met en vedette Bruno Pelletier et les comédiens de la populaire émission Yamaska.

Véritable coup de fouet de bonne humeur, la chanson appelle à ouvrir les bras à ceux qui nous aiment et à célébrer la vie.

La chanson Regarde autour est disponible sur iTunes. Les profits iront entièrement à à l'Association québécoise de prévention du suicide.

La Semaine nationale de prévention du suicide se tient du 31 janvier au 6 février 2016.

 

Entrevue et Performance

Normand Brathwaite, Belle et Bum, Télé-Québec, 30 janvier 2016

http://belleetbum.telequebec.tv/

 

Symphonique et sympathique

Sandra Godin, Le Journal de Québec, 29 octobre 2015

Le trio de sommités que formaient Guy St-Onge, Bruno Pelletier et l’Orchestre symphonique de Québec, jeudi, a apporté une bonne dose de magie au Grand Théâtre. Ils ont allié douceur et intensité avec un mélange des chansons de l’album Musique et cinéma, du répertoire de Bruno Pelletier, et un généreux clin d’œil à Notre-Dame-de-Paris.

Pour reprendre les mots de Bruno Pelletier, la soirée a effectivement procuré quelques «orgasmes musicaux» et beaucoup de frissons. Toutes les pièces ont été bonifiées de nuances et de subtilités grâce à l’OSQ, ajoutant ainsi beaucoup de densité à leur caractère déjà cinématographique.

Dans une ambiance très sympathique et familière, Guy St-Onge, impeccable au piano, et Bruno Pelletier ont pris plaisir à justifier les choix de chansons, toutes très différentes des originales.

Après une introduction avec La maison sous les arbres, de Bécaud, la troupe élargie a mis des étincelles dans «la plus grande chanson de peine d’amour des 30 dernières années», Against All Odds, de Phil Collins.

Coriace, version xylophone

Coriace, puisée dans les débuts de carrière du chanteur, a été interprétée en version guitare-xylophone. Guy St-Onge était bien énergique derrière la percussion, une belle idée qu’ils ont reprise avec La Manic, qui a fait chanter la foule.

Mais le seul petit bémol est que l’OSQ a été mise de côté durant certains moments clés. On aurait eu envie d’entendre son intensité se déployer lors de La Manic.

Enveloppée par une pénombre bleutée, Schefferville, le dernier train, une pièce de Michel Rivard, a permis à Pelletier de déployer son immense talent d’interprète. Un des beaux moments de la soirée.

La voix puissante du chanteur et les sonorités denses étaient aussi au rendez-vous pour un combo dédié aux Beatles, avec The Long and The Winding Road et Let It Be.

Une finale grandiose

Tous les soirs, pendant un concert, Bruno Pelletier fait vivre l’expérience du spectacle à un fan de n’importe où dans le monde, via une tablette électronique posée sur son lutrin. Jeudi, Kate, du Connecticut, a donc pu apprécier une partie de la chanson Calling You... avant que le signal ne coupe, et que l’orchestre ne reprenne son envol sur La complainte de mon grand frère, de Jean Lapointe.

La foule s’est laissée bercer par l’incontournable chanson de Moulin Rouge, Your Song et Ordinaire, la pièce de Robert Charlebois qui a servi au film Gabrielle, qui concluaient magnifiquement le tour de chant.

Au rappel, Bruno Pelletier a gâté son public en poussant la note sur Le temps des cathédrales, devenue somptueuse lorsqu’on y a ajouté une section de cuivre et une quinzaine de musiciens. Ce dernier segment était d’ailleurs consacré à Notre-Dame-de-Paris.

 

ADISQ 2015 - Le premier gala : les potins du tapis rouge

Marie-Josée Roy, Le Huffington Post, 28 octobre 2015

L’ADISQ empruntait un nouveau tournant, mardi, en ramenant son Autre Gala – maintenant rebaptisé ADISQ: le premier gala – au Métropolis, après quatre ans passés au Théâtre St-Denis et à la Place des Arts. Une belle fébrilité régnait dans l’air lorsque les artistes ont foulé le tapis rouge étendu dans le hall de la mythique salle de la rue Sainte-Catherine, quelques minutes avant que ne s’amorce la remise de prix, animée par Olivier Robillard-Laveaux.

La fête était retransmise en direct à MusiquePlus et MusiMax, et sera rediffusée à MusiquePlus le jeudi, 29 octobre, à 17h, et le samedi, 31 octobre, à 20h, et à MusiMax, le vendredi, 30 octobre, à 20h. Voici quelques confidences recueillies entre deux flashs de photographes, en début de soirée.

Bruno Pelletier

Bruno Pelletier ne prend rien pour acquis. Le chanteur a confié que, même après toutes les années de carrière qu’il cumule au compteur, le fait d’être cité dans l’une ou l’autre des cérémonies de l’ADISQ le touche toujours au plus haut point.

«C’est un métier tellement difficile que, lorsqu’on prend la peine de reconnaître le travail qui a été fait, je pense qu’il faut être redevable. À chaque fois, je le prends comme un important privilège. Gagne, gagne pas, c’a peu d’importance, mais le fait d’être nommé est extrêmement gratifiant, à la base.»

Mentionné sous la bannière Spectacle anglophone de l’année, pour son tandem avec Guy St-Onge dans la tournée Musique et cinéma, Bruno Pelletier a été devancé à la ligne d’arrivée par The Barr Brothers et leur spectacle Sleeping Operator.

 

    

  

Une carrière sans frontières pour Bruno Pelletier

Michèle Lemieux, 7 Jours, 21 août 2015

Grâce à sa participation à Notre-Dame-de-Paris, Bruno Pelletier a acquis une réputation qui déborde nos frontières. Depuis, il vit des expériences professionnelles exaltantes à l’étranger, où ses fans se comptent par milliers. Au printemps dernier, il a séjourné en Corée du Sud, où il avait été invité à se produire.

Bruno, as-tu toujours beaucoup voyagé pour le travail ?

J’ai commencé à voyager en 1993 et j’ai alors réalisé à quel point c’est formateur. On dit que les voyages forment la jeunesse, mais je crois qu’ils nous forment quel que soit notre âge. Bien sûr, il faut aller à l’école, apprendre et s’instruire, mais aller à la rencontre de l’autre nous permet de comprendre un peu mieux qui nous sommes en tant qu’individu et en tant que collectivité. Côtoyer d’autres cultures, apprendre une langue, découvrir des arts et des traditions culinaires, c’est fascinant ! Depuis 22 ans, j’ai la chance de me produire à l’extérieur du Québec. On dit que j’ai une carrière internationale. Moi, je prétends que je suis un Québécois qui s’«exporte» de temps en temps. Mes racines et mon coeur sont au Québec, où je vis. 

Est-ce un choix que tu as fait ? 

Oui. J’aurais très bien pu vivre à l’extérieur. À l’époque de Notre-Dame-de-Paris, à la fin des années 90, début des années 2000, c’était énorme ! Je venais de lancer Miserere, mon troisième album. Ma carrière à connu un gros boum. Les portes de l’Europe m’étaient ouvertes, des maisons de disques m’avaient mis sous contrat. J’aurais pu m’installer là-bas à long terme. Je ne l’ai pas fait et je n’ai aucun regret. Des raisons personnelles et familiales ont motivé ma décision de rester au Québec. Depuis, je me permets d’aller outre-frontières - en Europe et en Asie - trois ou quatre fois par année.

Qu’est-ce qui t’a amené en Corée du Sud, au printemps dernier ?

J’y allais pour présenter des spectacles. C’était ma deuxième visite. En 2013, je m’y étais rendu pour participer à un gala de chansons de comédies musicales. Je devrais d’ailleurs y retourner l’an prochain, pour chanter dans d’autres villes. Il y a des fans, là-bas. Matt Laurent, qui incarne Quasimodo, m’a mis en contact avec des producteurs coréens. La production de Notre-Dame-de-Paris a attiré tous ces fans qui continuent à aller voir le show un peu partout dans le monde et qui s’intéressent aux chanteurs du projet initial, de 1997. Je bénéficie encore aujourd’hui de ces retombées. On m’invite à chanter mon matériel, et j’interprète quelques airs de Notre-Dame-de-Paris. C’est inattendu dans ma vie. À partir de 2009, j’ai commencé à explorer des marchés en dehors de la francophonie : la Russie, l’Ukraine, la Pologne, le Liban, la Corée du Sud... Je devrais aussi aller au Japon et en Chine éventuellement. Je me trouve choyé et chanceux. 

Quel est l’un des grands plaisirs que tu éprouves quand tu te produis à l’étranger ?

Me promener dans une ville étrangère et apercevoir une affiche de mon spectacle avec mon nom écrit dans une autre langue, c’est rigolo et touchant. Ça vaut la peine que je m’arrête pour prendre un selfie ! (rires)

Les gens te parlent-ils parfois dans la rue ?

Ça peut arriver, lorsque les gens savent que je suis en ville pour présenter des spectacles. Des fans peuvent attendre près du théâtre pour avoir des autographes, mais je ne suis pas Lady Gaga ! Je peux me promener partout, et on ne me reconnaît pas vraiment.

As-tu visité un peu la Corée du Sud ?

Lorsque je me rends à l’étranger pour travailler, j’ai peu de temps pour visiter les lieux. Les horaires sont hyper serrés. Le premier défi consiste à me remettre des 14 heures de décalage... J’ai quand même réussi à visiter un peu Séoul. C’est une ville formidablement vivante et moderne, qui dégage la même énergie que New York. La modernité y côtoie la tradition. On y trouve à la fois des temples anciens et des buildings modernes. Séoul est un véritable paradoxe, ce qui lui donne un charme incroyable. J’ai été frappé par le respect dont les gens font preuve. Ils sont d’une politesse et d’une gentillesse exceptionnelle. J’ai beaucoup voyagé, et je n’avais jamais vu des gens aussi souriants et avenants. Cette ville compte 11 millions d’habitants, et rien ne traîne par terre. C’est d’une propreté incroyable ! 

As-tu aimé la nourriture coréenne ?

J’étais déjà un fan de la nourriture asiatique, dont le fameux barbecue coréen. Je retiens que certains plats sont particulièrement épicés... (rires) En voyage, on ne sait pas toujours ce qu’on mange. Parfois on a de bonnes surprises, parfois de moins bonnes... Au cours d’un voyage en Russie, je me souviens être allé au Café Pouchkine, qui est une institution à Moscou. C’est extraordinaire !

Comment te débrouilles-tu dans les langues étrangères ?

Avant de partir, j’ai suivi des cours de coréens. J’avais fait la même chose pour le russe et le polonais. Je traîne mes feuilles sur scène, car je fais des interventions en français, en anglais et dans la langue du pays. Même si j’ai un gros accent et que les spectateurs sont morts de rire, ils apprécient beaucoup. Ça donne lieu à des moments cocasses et sympathiques, et ça crée un lien entre eux et moi. Et, au-delà de la langue, la musique fait immédiatement tomber les barrières.

Voyages-tu parfois avec ta famille ?

Par le passé, ma femme m’a déjà accompagné en Russie, parce que son horaire le lui permettait, mais c’est plutôt rare que ça arrive. J’ai également emmené mon fils en Europe de l’Est, parce qu’il travaillait sur la tournée. Ce n’est pas simple de coordonner les horaires.

Quels sont tes projets sur le plan professionnel ?

Je suis actuellement en tournée à travers le Québec avec Musique et cinéma, un projet avec Guy St-Onge. Nous avons fait un bel album, qui est sorti à l’automne dernier. En septembre, nous irons en France et, en octobre, nous jouerons avec l’Orchestre symphonique de Québec. Comme l’album est sorti en deux versions, symphonique et piano-voix, on nous a demandé de présenter les deux spectacles en Asie et en Russie. J’ai aussi été invité en Suisse, dans le cadre d’un hommage à Luc Plamondon qui aura lieu à la fin du mois de décembre. L’année est bien remplie !

À l’agenda

Tournée Musique et cinéma dans tout le Québec; brunopelletier.com ou sa page Facebook.

 

«J'aime Bruno Pelletier» - Josh Groban

Élizabeth Ménard, Canoë Divertissement, Agence QMI, 10 juin 2015

MONTRÉAL - Josh Groban, qui reprend Le temps des cathédrales sur son dernier album, n'a que des éloges pour l'interprète original de la pièce, Bruno Pelletier.

«C'est l'un de mes chanteurs préférés, je suis un grand fan», a-t-il lancé en entrevue au Journal de Montréal.

L'album Stages, paru en avril dernier, est une compilation de chansons tirées de comédies musicales. Josh Groban y reprend des pièces célèbres comme All I Ask Of You, Over The Rainbow de The Wizard of Oz et Le temps des cathédrales, tirée de la coproduction France-Québec, Notre-Dame de Paris.

Cette dernière est interprétée dans sa version originale française. «C'est la troisième fois que j'enregistre en français», explique celui qui parle quelques mots de la langue de Molière.

«Je voulais que cet album représente le théâtre musical à travers le monde, pas seulement Broadway ou West End», explique-t-il, mentionnant être ami avec Luc Plamondon.

Avec 25 millions d'albums vendus dans le monde, Josh Groban est l'un des chanteurs les plus populaires de son époque.

 

Josh Groban encense Bruno Pelletier

Élizabeth Ménard, Le Journal de Montréal, 9 juin 2015

Josh Groban a repris une chanson du chanteur français sur son dernier album

Josh Groban, qui reprend Le temps des cathédrales sur son dernier album, n’a que des éloges pour l’interprète original de la pièce, Bruno Pelletier. «C’est l’un de mes chanteurs préférés, je suis un grand fan», a-t-il lancé en entrevue hier, alors qu’il était de passage à Montréal.

L’album Stages, paru en avril dernier, est une compilation de chansons tirées de comédies ­musicales. Josh Groban y reprend des pièces ­célèbres comme All I Ask Of You, de Phantom of the Opera, Over The Rainbow, de The Wizard of Oz et Le temps des cathédrales, tirée de la coproduction France-Québec, Notre-Dame de Paris.

En français

Cette dernière est interprétée dans sa version originale française. «C’est la troisième fois que j’enregistre en français», explique celui qui parle quelques mots de la langue de Molière.

«Je voulais que cet album représente le théâtre musical à travers le monde, pas seulement Broadway ou West End», explique-t-il, mentionnant être ami avec Luc Plamondon.

Le chanteur n’a jamais vu le spectacle, mais il n’en est pas moins fan. Il affirme aussi avoir beaucoup d’admiration pour Bruno Pelletier, qui interprétait Gringoire dans la première mouture, lancée en 1998, et chantait Le temps des cathédrales.

«Il a été très gentil avec moi au sujet de cette chanson. Il a publié un long message sur Facebook disant à quel point il était heureux que je la reprenne et qu’elle soit lancée à nouveau. C’était très chic de sa part», a-t-il confié.

À l’ancienne

Stages a été en partie enregistré au mythique studio Abbey Road, avec un orchestre de 75 musiciens. De nos jours, tout peut se faire numériquement, mais Josh Groban accorde beaucoup d’importance à l’authenticité.

«Ça coûte cher, mais ça vaut le coup», lance-t-il en riant.

«J’ai déjà enregistré des chansons dont la production était faite par ordinateur avec des synthétiseurs et tout ça, mais, ce que je préfère, c’est de me tenir debout dans une pièce avec tous ces musiciens. Quand j’étais à Londres pour enregistrer l’album, j’ai appelé tous mes amis et je les ai invités à assister à l’enregistrement parce qu’on oublie parfois à quel point c’est plaisant de faire les choses à l’ancienne», raconte-t-il.

Le dernier spectacle de Josh Groban à Montréal remonte à 2013 et la ville n’est pas à son horaire de tournée pour la prochaine année. Mais le chanteur assure qu’il n’oubliera pas ses fans québécois. «Nous allons revenir», promet-il.

Avec 25 millions d’albums vendus dans le monde, Josh Groban est l’un des chanteurs les plus populaires de son époque.

 

Prestation

Téléthon Opération Enfant Soleil, TVA, 6 et 7 juin 2015

www.tva.canoe.ca/operationenfantsoleil

 

Entrevue

Patrice Bélanger, Sucré Salé, TVA, 4 juin 2015

Bande annonce

www.tva.canoe.ca/sucresale

 

« Musique & Cinéma » brille au Québec et à l’international

Le Lien Multimédia, 22 avril 2015

Au fur et à mesure des représentations, la tournée « Musique & Cinéma » de Bruno Pelletier et Guy St-Onge évolue et se transforme. Deux versions du spectacle sont désormais disponibles pour le public. L’interprétation piano-voix, cumulant aujourd’hui plus de 20 concerts, fait présentement le tour du Québec avec une trentaine d’autres à venir, tandis que la version symphonique voyage sur plus d’un continent.

Présenté pour la première fois dans le cadre du festival Montréal en Lumière, « Musique & Cinéma » symphonique s’est transporté jusqu’à Séoul, en Corée du Sud, le 28 mars dernier. La mise en vente des deux spectacles a eu lieu 2 semaines seulement avant les concerts, et avec plus d’un million de visionnements sur la publicité Internet, les 4 000 places réparties sur deux représentations se sont envolées à une vitesse incroyable. On peut d’ailleurs voir des images d’une prestation de « Calling You » à Séoul, en cliquant ici.

De nouvelles dates sont d’ores et déjà annoncées pour le Grand Théâtre de Québec les 29 et 30 octobre ainsi qu’en Russie en version symphonique, tandis que la formule duo est annoncée dans la programmation du Festival Les Grandes Voix du Québec, à Montreux, en France.

Pour une deuxième année consécutive, Bruno Pelletier est porte-parole de la Fondation québécoise du cancer et il invite les Québécois de tout âge à s’unir à l’occasion du Grand défoulement contre le cancer qui se déroulera du 1er au 30 juin 2015. Cette vaste collecte de fonds unique en son genre encourage les Québécois à se libérer de leurs tensions quotidiennes et à lâcher leur fou en organisant ou participant à une activité de défoulement ludique à leur image.

« Musique & Cinéma », une rencontre

Spectacles symphoniques :

29 octobre 2015 Québec • Grand Théâtre de Québec

30 octobre 2015 Québec • Grand Théâtre de Québec

10 décembre 2015 Moscou • Maison de la Musique de Moscou | Svetlanov Great Hall

Tournée piano-voix :

22 avril 2015 Gatineau • Salle Odyssée

24 avril 2015 St-Eustache • Centre d’Art de la Petite Église

25 avril 2015 St-Eustache • Centre d’Art de la Petite Église

29 avril 2015 Laval • Théâtre des Muses | Maison des Arts

1er mai 2015 Valleyfield • Salle Albert-Dumouchel

9 mai 2015 Québec • Théâtre du Petit Champlain

23 mai 2015 St-Irénée • Domaine Forget

28 mai 2015 Dolbeau • Le Météore

29 mai 2015 La Baie-Chicoutimi • Théâtre Banque Nationale Chicoutimi

30 mai 2015 Dégelis • Le Beaulieu culturel du Témiscouata

6 juin 2015 Drummondville • Salle Léo-Paul Therrien

12 juin 2015 St-Hyacinthe • Centre des Arts Juliette-Lassonde (Espace Rona)

13 juin 2015 Trois-Rivières • Cégep de Trois-Rivières

11 septembre 2015 Lotbinière • Moulin du Portage (Mise en vente à venir)

2 octobre 2015Amqui • Salle Jean Cossette (Mise en vente à venir)

3 octobre 2015 Ste-Anne-des-Monts • Salle Gérard C. Gagnon (Mise en vente à venir)

4 octobre 2015 Matane • Salle Lucien Bellemare (Mise en vente à venir)

7 octobre 2015 Baie-Comeau • Centre des Arts Baie-Comeau (Mise en vente à venir)

8 octobre 2015 Sept-Îles • Salle Jean-Marc Dion (Mise en vente à venir)

16 octobre 2015Montréal • Maison de la culture Maisonneuve (Mise en vente à venir)

18 octobre 2015 Rouyn • Théâtre du cuivre (Mise en vente à venir)

19 octobre 2015 Val d’Or • Théâtre Valbec (Mise en vente à venir)

20 octobre 2015 Amos • Théâtre des Eskers (Mise en vente à venir)

21 octobre 2015 LaSalle • Salle Desjardins (Mise en vente à venir)

22 octobre 2015 Ville Marie • Théâtre du rift (Mise en vente à venir)

6 novembre 2015 Lachine • L’Entrepôt (Mise en vente à venir)

21 novembre 2015 St-Jérôme • Salle André Prevost (Mise en vente à venir)

28 novembre 2015Sherbrooke• Salle Maurice O’Bready

8 décembre 2015 Moscou • Maison de la Musique de Moscou | Chambers Hall

15 janvier 2016 Joliette • Salle Roland Brunelle (Mise en vente à venir).

 

Bruno Pelletier, vedette en Corée du Sud

Agence QMI, Journal 24H, 21 avril 2015

Après la Russie, c'est au tour de la Corée du Sud de tomber en amour avec Bruno Pelletier. Le chanteur revient d'un voyage mémorable à Séoul, où des fans de Notre Dame de Paris l'attendaient. Près de 20 ans après la création de la comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante, son succès continue de se faire sentir. "Pour nous, ça fait longtemps, ce spectacle. Mais il tourne encore dans certains pays, dont les gens apprennent à connaître les chanteurs", explique-t-il.

 

Luc Plamondon sera chanté par 200 choristes

Stéphanie Arboit, 24 heures, 21 avril 2015

Montreux - Tous en chœur présentera cette année une brochette de stars. Bruno Pelletier est le premier annoncé.

«Il est venu le temps des cathédrales/Le monde est entré/Dans un nouveau millénaire.» A l’image de ce refrain d’un tube de la comédie musicale «Notre-Dame de Paris», Tous en chœur amorce aussi un virage en cette année 2015. Depuis ses débuts en 2008, l’événement a réuni des choristes de la région autour de chanteurs, de Michel Fugain à Bastian Baker en passant par Henri Dès, Hugues Aufray et I Muvrini.

Parolier à l'honneur

Cette année, un parolier sera à l’honneur: Luc Plamondon. Conséquence, ce ne sera plus un seul artiste ou groupe qui sera sur scène entouré des plus de 200 chanteurs, mais une pléiade de stars. «Nous en attendons cinq, six au maximum», avance Pierre Smets, fondateur et président de l’association Tous en chœur.

Première voix à être dévoilée aujourd’hui et que «24 heures» vous annonce en primeur, Bruno Pelletier. Il était le Gringoire de «Notre-Dame de Paris», qui chantait «Le temps des cathédrales». Les Romands le connaissent: lorsque la superproduction s’était arrêtée à Genève en 2000, il était l’une des rares vedettes à avoir tenu son rôle, les autres laissant la place à leurs doublures (hormis Garou qui avait assuré les deux dernières représentations). Pour rappel, les places s’étaient à l’époque arrachées en quelques heures, déjà un an avant…

Bruno Pelletier a aussi été de l’aventure «Starmania» version Mogador et interprétait James Dean dans «La légende de Jimmy», autre comédie musicale à succès. Quand il a intégré le casting de Notre-Dame, il avait déjà de nombreux disques d’or, de platine et même de diamant, et de nombreux Felix (l’équivalent des Victoires de la musique). Depuis, il a monté sa propre comédie musicale et a chanté en duo en 2008 avec Hélène Ségara. «Nous sommes très heureux de l’accueil­lir, déclare Pierre Smets. Il tourne beaucoup, notamment en Russie ou récemment en Corée.»

Quelles autres stars monteront sur la scène de l’Auditorium Stravinski en décembre? «Des personnes en lien avec l’univers de Luc, par exemple qui ont travaillé avec lui. La rumeur de cette aventure a circulé très vite et des managers nous ont approchés. Nous voulons monter quelque chose de cohérent et de non bling-bling: les artistes présents auront une vraie légitimité à être là.»

Faut-il s’attendre à voir Hélène Ségara, Garou ou Daniel Lavoie? «Ce genre de voix.» Le secret est pour l’heure bien gardé.

«Le monde est stone»

Le spectacle sera plus long que les autres éditions : «Nous ne voulons pas nous cantonner aux comédies musicales mais montrer toutes les facettes de l’art de Luc, précise Pierre Smets. Or il a composé pour tellement de monde, de Barbara à Johnny en passant par Julien Clerc! Nous avons un problème de riches: choisir!» «Actuellement, il y a déjà plus de 50 titres que nous pourrions mettre, constate Jacky Locks, chef de chœur attitré de l’aventure Tous en chœur. Le plus difficile sera de n’en présenter que vingt-cinq et quelques medleys.» Des titres comme «Le blues du businessman», «Stone» ou encore «Belle» seront sans aucun doute au programme.

«L’exigence de Luc est de laisser une grande place au chœur», précise Pierre Smets. Les arrangements pour les cinq voix sont-ils plus difficiles à écrire? «Paradoxalement, c’est plus simple, car j’ai une plus grande liberté d’écriture, répond Jacky Locks. Luc Plamondon est un grand mélodiste, donc ses airs sont du pain bénit pour une chorale!»

Le choix de Plamondon était donc tout indiqué. «J’y pensais depuis le début de Tous en chœur, car j’ai grandi avec sa musique, explique Pierre Smets. Mais j’attendais d’avoir davantage de métier et une équipe solide. J’ai senti que c’était le bon moment et c’est aussi une façon pour Luc de remercier la région, lui qui est établi depuis dix ans à Montreux.» En déplacement entre Montréal, Miami et New York, ce dernier n’était pas joignable ces derniers jours. (24 heures)

 

Voir et entendre – Semaine du 22 avril 2015

L'Éveil et La Concorde, 21 avril 2015

Musique

Le samedi 25 avril, 20 h, Centre d’art La petite église, 271, rue Saint-Eustache, Saint-Eustache: BRUNO PELLETIER ET GUY ST-ONGE. Coût: 37,50 $. Billetterie et renseignements: 450 974-ARTS (2787) ou [www.lapetiteeglise.com].

 

  

Séoul sous le charme de Bruno Pelletier

Élizabeth Ménard, Agence QMI, TVA Nouvelles, Canoë, 20 avril 2015

Après la Russie, c'est au tour de la Corée du Sud de tomber en amour avec Bruno Pelletier. Le chanteur revient d'un voyage mémorable à Séoul, où des fans de Notre-Dame de Paris l'attendaient.

Près de 20 ans après la création de la comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante, son succès continue de se faire sentir. Bruno Pelletier en sait quelque chose.

«Pour nous, ça fait longtemps, ce spectacle. Mais il tourne encore dans certains pays, donc les gens apprennent à connaître les chanteurs originaux: moi, Garou, Patrick Fiori, Daniel Lavoie, etc.», explique-t-il.

En 2005, Bruno Pelletier a commencé à recevoir des invitations pour aller se produire à l'étranger.

Au cours des dernières années, il a donné des concerts en Russie, en Ukraine et en Pologne, notamment.

Puis, il a reçu une invitation pour aller en Corée du Sud, où il a donné deux spectacles en mars dernier avec Guy St-Onge et un orchestre symphonique.

Une publicité annonçant le spectacle sur le web a obtenu plus d'un million de clics et les 4000 billets disponibles ont été vendus.

 

  

Succès à Séoul pour Bruno Pelletier

Élizabeth Ménard, Le Journal de Montréal, 19 avril 2015

Après la Russie, c’est au tour de la Corée du Sud de tomber en amour avec Bruno Pelletier. Le chanteur revient d’un voyage mémorable à Séoul, où des fans de Notre-Dame de Paris l’attendaient.

Près de 20 ans après la création de la comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante, son succès continue de se faire sentir. Bruno Pelletier en sait quelque chose.

«Pour nous, ça fait longtemps, ce spectacle. Mais il tourne encore dans certains pays, donc les gens apprennent à connaître les chanteurs originaux: moi, Garou, Patrick Fiori, Daniel Lavoie, etc.», explique-t-il.

Invité spécial

En 2005, Bruno Pelletier a commencé à recevoir des invitations pour aller se produire à l’étranger.

«Au début, je n’y croyais pas vraiment, raconte-t-il. Quand Moscou t’appelle pour aller jouer là-bas, tu te dis: c’est quoi, cette affaire-là?»

Au cours des dernières années, il a donné des concerts en Russie, en Ukraine et en Pologne, notamment.

Puis, il a reçu une invitation pour aller en Corée du Sud, où il a donné deux spectacles en mars dernier avec Guy St-Onge et un orchestre symphonique.

Une publicité annonçant le spectacle sur le web a obtenu plus d’un million de clics et les 4000 billets disponibles ont été vendus.

«Tu mets le pied là-bas et tu as l’impression que ta carrière repart sur de nouvelles bases. Donc, c’est assez impressionnant et c’est surtout extrêmement enrichissant sur le plan culturel», confie le chanteur.

Cours de langue

Pour bien se préparer à son voyage, Bruno Pelletier a suivi quelques cours de coréen.

«Je fais toujours au moins une dizaine d’interventions que je prépare avant de partir. Ils sont morts de rire et moi j’aime bien qu’ils se paient ma gueule. Ça crée un état de complicité», dit-il.

Son expérience en Corée du Sud s’est tellement bien déroulée qu’il envisage d’y retourner bientôt.

Bruno Pelletier présentera le spectacle Musique & Cinéma un peu partout à travers le Québec cet été avec Guy St-Onge. Ils présenteront aussi un spectacle symphonique au Grand Théâtre de Québec en octobre.

Pour toutes les dates: brunopelletier.com

 

  

Entrevue avec Patricia Paquin et Bruno Pelletier

Gino Chouinard, Salut Bonjour, TVA, 16 avril 2015

www.tva.canoe.ca/salutbonjour

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés