Dossier de presse de Jérôme Couture - Mars - Juillet 2015

Récent
Août - Octobre 2015
Janvier - Février 2015
Juillet - Décembre 2014
Mai 2014
Avril 2014
Janvier-Mars 2014

 

Entrevue concernant son passage à Jonquière en musique

Richard Courchesne et Valérie Saulnier, Le retour de Courchesne, 16 juillet 2015

saguenay.radiox.com

 

Jonquière en musique: Jérôme Couture de retour chez lui

Marie-Josée Boudreault, Courrier du Saguenay, 16 juillet 2015

SPECTACLE. De passage dans son patelin, Jérôme Couture nous partage ses souvenirs reliés à Jonquière en musique, et nous offre également un aperçu de ses projets à venir.

«Mon plus beau souvenir du festival, c'est un show du Boogie Wonder Band.  Il y avait un homme qui chantait et dansait en fou, et comme j'ai toujours aimé le disco, cette prestation m'a particulièrement impressionné», nous confie Jérôme.

«À 11 ans, j'ai gagné un concours de lipsync avec ma cousine. On a eu la chance de performer sur la scène, qui, à l'époque, était sur la Saint-Dominique», continue ce dernier.

Il y a deux ans, lors du festival, Jérôme se retrouvait en première partie de Brigitte Boisjoli, alors que l'année suivante, il était l'un de ses invités.

«Ça fait drôle de revoir ça. C'est excitant de me retrouver ici. Je voulais venir depuis longtemps, mais c'était compliqué, des circonstances hors de mon contrôle retardaient toujours ma venue ici, mais finalement, ça y est».

À venir pour Jérôme

Pour la saison estivale, Jérôme de produira partout au Québec avec son groupe, et également en trio, ce qui représente quatre à cinq jours de spectacles par semaine. Par ailleurs, il se produira à quelques reprises avec son gérant, Marc Dupré, en plus de travailler à l'écriture de son prochain album.

Malgré son horaire chargé, Jérôme s'est vu attribué, à son grand bonheur, le titre de porte-parole du mois de l'archéologie.

«Tout jeune, j'ai visité le site de la bataille de la Ristigouche, et j'ai été marqué. Depuis ce temps, j'écoute des documentaires, et je suis fasciné par tout ce qui concerne le sujet. La province regorge de sites intéressants. Des vestiges datant de 12 000 ans avant Jésus Christ ont même été découverts dans le coin du Lac aux Araignées, tout près du Lac-Mégantic», continue-t-il, avec enthousiasme.

Rappelons que Jérôme est en spectacle, ce soir, dans le cadre de Jonquière en musique, au Parc de la Rivière-aux-Sables.—

 

Du 10 au 12 juillet: Une toute première édition de Deux-Montagnes en fêtes!

Benoît Bilodeau, L'Éveil et La Concorde, 6 juillet 2015

Trois évènements déjà bien connus de la population deux-montagnaise, à savoir La Cité des arts, la Fête des commerçants et la course Défi Deux-Montagnes, seront dorénavant réunis en un seul pour devenir Deux-Montagnes en fête!, dont la toute première édition aura lieu du 10 au 12 juillet prochain. [...]

Puis, le samedi 11 juillet, spectacle La légende de Barbe d’or, pour jeune public, séance de cardio fit, géocaching en famille pour découvrir les commerces de la foire marchande, exposition d’art, jeux gonflables et kiosques d’information interactifs des partenaires ne sont que quelques-unes des activités inscrites à la programmation.

En soirée, à compter de 19 h 30, tous sont invités à entendre l’auteur-compositeur et interprète Jérôme Couture, qui a été finaliste à la première saison de l’émission La Voix, en 2013. Celui-ci présentera notamment les pièces de son album éponyme, sorti au mois d’avril 2014, et sur lequel on retrouve notamment la fameuse chanson Comme on attend le printemps, que lui a écrite Marc Dupré, son coach à l’émission La Voix. [...]

 

  

Quatre jours de pur plaisir à Berthierville

Pierre Bellemare, L'Action d'Autray, 10 juin 2015

Trois scènes.La deuxième fin de semaine d'août promet une fois de plus d'être effervescente à Berthierville. Jérome Couture (finaliste à "La Voix" en 2013) et France D'Amour sont au nombre des artistes qui sont à la programmation du festival "Tout pour la musique".

Présenté dans le Vieux Berthier, l'événement des 6, 7, 8 et 9 août se tient pour une 21e année d'affilée. Il est sous la présidence d'honneur de Michel Bélanger. L'homme d'affaires assure remplir cette fonction avec fierté. Il est à la tête de Gestion hôtelière M.B.A. qui célèbre son 20e anniversaire cette année et qui est notamment propriétaire du Day's Inn de Berthierville.

Renommée

Le festival est la rencontre de différents styles de musique ainsi que de plusieurs artisans, tout en étant un rendez-vous de solidarité.

Le "Défi Têtes Rasées" (8 août, 14 heures, scène de La Grosse Bertha) se déroule à cette occasion. Il vise à récolter des fonds pour Leucan qui vient en aide aux enfants atteints du cancer ainsi qu'à leurs proches. Pour mettre sa tête à prix lors du festival, il faut utiliser le portail www.tetesrasees.com.

Cette année, le festival se double d'une mise en valeur d'artistes amateurs avec le concours "Berthastars". Le complexe de La Grosse Bertha organise ce volet en collaboration avec la Chambre de Commerce et d'Industrie Berthier-D'Autray.

Les chanteurs et musiciens peuvent y prendre part mais tous les numéros comportant de la musique sont acceptés. Les "prospects" vont se produire durant trois des quatre jours du festival. La grande finale aura lieu le dimanche. De prix totalisant plus de 500$ sont en jeu. Pour s'inscrire, il faut taper info@grossebertha.com sur le clavier de l'ordinateur. Il faut fournir une photo et un résumé artistique.

Ces éléments s'inscrivent dans la foulée de la renommée régionale et provinciale du festival.

Les spectacles sont présentés sur trois scènes (Desjardins, Loto-Québec, Grosse Bertha). De l'avis du président Bernard Grégoire, les sites choisis sont un complément à la réussite de ce qu'il qualifie d'expérience multi-sensorielle.

Le festival dispose de l'appui de nombreux bénévoles et compte sur l'appui de plusieurs organismes. Ces derniers s'occupent de divers aspects et obtiennent un coup de pouce financier. M. Grégoire précise que quelque 160,000$ leur ont été distribués au fil des ans.

Près de 160 commanditaires sont partants, cette année.

Cette solidarité des gens d'affaires, des bénévoles et des organismes est mise en valeur par Ariel Bérubé (attaché politique du député André Villeneuve) et Pierre-Luc Bellerose (attaché politique de la Vice-Première Ministre Lise Thériault). «C'est grâce au festival "Tout pour la musique" qu'on va passer de très belles vacances», mentionne M. Bérubé.

Directeur général de la Caisse Desjardins de D'Autray (partenaire du festival depuis nombre d'années), Daniel Blais met en valeur la passion des responsables pour un événement qui a fait ses preuves et qui offre une captivante programmation.

La programmation est disponible sur le portail www.festivaltoutpourlamusique.com.

 

Prestation

Téléthon Opération Enfant Soleil, TVA, 6 et 7 juin 2015

www.tva.canoe.ca/operationenfantsoleil

 

Jérôme Couture surprend les élèves de l’école de la Mosaïque

Ann-Julie Larouche, L'Actuel, 2 juin 2015

Participation à l’émission Note Rythme d’ICI Radio-Canada

SPECTACLE. Jérôme Couture a créé toute une commotion mardi midi, à l’école primaire de la Mosaïque, en surprenant les d’élèves qui se sont approprié sa chanson Pardonnez-moi lors de leur apparition à l’émission Note Rythme. L’auteur-compositeur-interprète a livré une prestation musicale et a répondu aux nombreuses questions des élèves.

«Lorsqu’on a un bon projet, on peut se rendre jusqu’à la télévision pour réaliser nos rêves. C’était une grande fierté», lance tout sourire l’une des coordonnatrices du projet, Marie-Pierre Dubé.

À travers la chanson de Jérôme Couture, le thème de la différence voulait être mis en premier plan pour la performance de l’école à l’émission. «On a des élèves qui viennent de différents pays et différentes cultures, et on met beaucoup l’emphase sur la musique à l’école», indique-t-elle.

À partir de cette chanson se sont tissées des idées des professeurs et de l’équipe de production de Note Rythme, une émission qui invite les écoles de diverses régions de Québec à présenter de façon originale leur école. «On a aussi demandé l’avis de plusieurs élèves habiles en danse, et ils nous ont pistés là-dedans», signale Mme Dubé, pour l’émission qui était tournée le 3 février dernier. «C’est vraiment un projet qui nous stimulait», souligne celle qui est aussi professeure en deuxième année.

Le chanteur Jérôme Couture a livré quelques conseils aux élèves. «La musique m’a beaucoup aidée à vaincre ma timidité et à diminuer mon stress», en leur spécifiant qu’il était un élève très timide. «Mais chanter devant deux millions de téléspectateurs à La Voix, ça m’a beaucoup aidé!», a-t-il poursuit.

Quels sont ses rêves à maintenant ? «J’ai toujours travaillé très fort pour atteindre mes objectifs, a-t-il ajouté. J’espère continuer ma carrière pour les 10 prochaines années et que ma musique voyage en Europe.»

 

Jonquière en musique dévoile sa programmation

Janie Pelletier, Le Journal de Québec, 2 juin 2015

Alex Nevsky, Pierre Lapointe, Kaïn, Jérôme Couture, Marjo... ce ne sont que quelques noms qui se retrouveront sur le site du parc Rivière-aux-Sables, du 1er au 18 juillet.

Jonquière en Musique commencera en grand, cette année. Dès le 1er juillet, Pierre Lapointe présentera son spectacle inspiré de son album PUNKT, gagnant du Félix du meilleur spectacle auteur-compositeur, lors du dernier gala de l’ADISQ.

«C’est un nom extrêmement important! Sans compter Marjo, Paul Daraîche, Alex Nevsky et Jérôme Couture», souligne le directeur général de Jonquière en Musique, Alain Tremblay.

Également, des groupes hommages se produiront sur la grande scène Loto-Québec, pensons à Alcoholica et Psycho, reprenant respectivement les succès de Metallica et System of a Down.

«Punk, rock, country, pop; offrir des spectacles de tous les styles, pour tout le monde, ça fait partie de notre créneau depuis le début», précise le directeur général.

Notons que Les Sheriff, une formation française punk/rock/alternative sera aussi de la partie, le 17 juillet, eux qui possède neuf albums à leur actif. «Ils ont vendu 15 millions d’albums, en Europe! Ça fait des années qu’ils n’ont pas fait de show au Québec», nous apprend-il.

Formations régionales

Comme chaque année, les formations nées au Saguenay-Lac-Saint-Jean auront une place de choix, au sein de la programmation. D’ailleurs, pratiquement toutes les premières parties des spectacles sont assurées par des artistes d’ici.

«On a Sasquatch, Fantera et Les Fuses, entre autres. Ça, ça brasse!», s’exclame le directeur général, emballé.

D’autres musiciens de la région se feront aussi entendre à l’occasion de la 6e édition des Midis-Shows, pour toute la durée du mois de juillet. Les prestations auront lieu tous les mardis et jeudis, de 12 h à 13 h, à l’Îlot 5, à l’angle des rues Saint-Dominique et Saint-Antoine.

La bonne nouvelle, c’est que l’ensemble des 12 spectacles sera présenté gratuitement aux convives, il s’agit d’ailleurs du plus long festival gratuit au pays, selon l’organisation.

 

La programmation du Festival Tout pour la Musique est dévoilée

Marie-Philip Chaput, Le Journal de Joliette, 2 juin 2015

La programmation de la 21e édition du Festival Tout pour la Musique de Berthierville, se déroulant du 6 au 9 août 2015, a été dévoilée à la Grosse Bertha, aujourd’hui. Des nouveautés, telles que le concours Berthastars et le Défi Têtes rasées de Leucan, s’ajoutent aux spectacles et aux exposants qui présenteront leurs produits dans le Vieux-Berthier tout au long de la fin de semaine.

Marc-André Béland ouvrira le festival, le jeudi 6 août prochain. Motel 72 et Jérôme Couture seront aussi des festivités le vendredi 7 août. L’exposition des artisans, le défi Têtes rasées, un hommage à CCR du groupe Travelling Band et le spectacle de France D’Amour auront lieu le samedi 8 août. Le festival se clôturera le lendemain avec la finale du concours Berthastars, Rick n’Blues et le concert des cadets région de l’Est.

Le concours Berthastars

La Grosse Bertha a mis sur pied cette année, un concours pour les talents locaux et régionaux, intitulé Berthastars. Les inscriptions sont ouvertes tout le mois de juin et tous les numéros comprenant de la musique sont les bienvenues. Les participants seront invités à se produire devant public pendant les trois jours du festival et en grande finale le dimanche. Plus de 500 dollars en prix seront offerts.

Défi Têtes rasées

Le Défi Têtes rasées est de retour pour une deuxième année à Berthierville, cet été. L’événement aura lieu le 8 août prochain à 14 heures sur la scène de la Grosse Bertha.

 

Entrevue

Amélie Larocque, La Plage, CFLX FM 95.5, 26 mai 2015

www.cflx.qc.ca

 

  

Pardonnez-moi de Jérôme Couture - École de la Mosaïque

École de la Mosaïque, Note Rythme, ICI Radio Canada, 25 mai 2015

www.ici.radio-canada.ca/note-rythme

 

Programmation 5e anniversaire: Diffusion Saguenay en met plein la vue!

Cindy Girard, Le Courrier du Saguenay, 22 mai 2015

MUSIQUE. Pour sa cinquième édition, Diffusion Saguenay voit grand. Pas moins de 95 spectacles seront à l'affiche, pour la saison 2015-2016, en plus des nombreuses représentations de La Fabuleuse histoire d'un Royaume.

Les vedettes de La Voix, Kevin Bazinet et Yoan, seront de passage dans la région, sans compter les Louis-Jean Cormier, Jérôme Couture, Pierre Lapointe et Bobby Bazini de ce monde qui sauront, sans contredit, attirer les foules.

Le théâtre, un incontournable

Cette année, une place particulière a été réservée au théâtre. De ce fait, les pièces Le dîner de cons et Les intouchables font partie intégrante de la programmation.

«Ça faisait longtemps que les gens nous formulaient des remarques à cet égard. Nous sommes très heureux d'avoir ces grosses pièces qui tournent un peu moins dans les régions», mentionne Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing chez Diffusion Saguenay.

Zone portuaire

Par ailleurs, plusieurs artistes fouleront les planches de la scène TC Media, à la Zone portuaire de Chicoutimi.C'est le cas, notamment, de Jonas & The massive attraction, Vincent Vallières, Alter Ego, Les BB, Bodh'aktan et Milky Chance.

Dans tous ces cas, ces spectacles estivaux seront offerts gratuitement ou à prix moindre.

Et le Théâtre Palace Arvida?

La question qui était sur toutes les lèvres, lors du 5 à 7 de l'organisme, concernait, bien entendu, l'avenir du Théâtre Palace Arvida.

«Bien que cela demande un investissement considérable, nous allons trouver les fonds nécessaires pour la réparation du Palace.

L'arrondissement jonquiérois ne sera pas privé de spectacles. La salle Pierrette-Gaudreault sera encore utilisée», a simplement mentionné Pierre Mazurette, le président de Diffusion Saguenay.

Prestation

 

Une saison en chansons

Daniel Côté, Le Quotidien, 21 mai 2015

La chanson populaire retrouverait-elle son erre d'aller? On pourrait le croire, à la lumière de la programmation 2015-2016 dévoilée par Diffusion Saguenay hier, à l'occasion d'un 5 à 7 tenu au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi. L'offre est plus grande que la saison dernière et comporte quelques propositions qui suscitent la curiosité.

« C'est plus dur, la chanson, mais je ne peux pas imaginer qu'on n'en présente pas. En plus, il y a plein de choses intéressantes qui sont sorties, davantage que l'an passé, alors que c'était relativement tranquille », a énoncé la directrice de la programmation et du marketing, Claudine Bourdages, au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.

La mode est aux productions à grand déploiement et justement, l'une de celles qui l'allument a pour titre Piaf a 100 ans. Elle sera à l'affiche le 14 novembre, au Théâtre Banque Nationale, et réunira des gens comme Florence K, ainsi que les comédiennes Sylvie Moreau et Marie-Thérèse Fortin.

« C'est produit par l'équipe qui avait créé l'hommage à Jacques Brel. La mise en scène sera assurée par Yann Perreau et on retrouve plein de gens charismatiques au sein de la distribution », note Claudine Bourdages. Dans une veine tout aussi nostalgique, la revue American Story, concoctée par Louis Morissette, revisitera la pop américaine des années 1960 à 1980.

Les contours de ce produit demeurent flous, mais rien ne presse, puisqu'il fera escale au Théâtre du Palais municipal de La Baie le 26 février. D'ici là, on aura vu Les années Cat Stevens, un hommage « made in Québec » rendu le 18 novembre, toujours à La Baie, ainsi que l'hommage à Joe Dassin conçu par le Jeannois Benoit Labonté (26 mars, à La Baie)

Le festival de la nostalgie sera complété par La tournée des idoles, présentée le 24 octobre à La Baie. Cette grande messe du rétro, qui n'a jamais été célébrée dans la région, rassemblera un grand nombre de vétérans dont Châtelaine, Claude Valade et Patsy Gallant.

QW4RTZ, le coup de coeur

Plusieurs artistes miseront sur leurs états de service pour rameuter les fidèles, qu'on pense à Roch Voisine (18 septembre, à Chicoutimi) ou Mario Pelchat (31 octobre, à La Baie). Le plus attendu est toutefois Jacques Michel (18 novembre, à Chicoutimi), de retour après une très, très longue absence, quelque chose comme 30 ou 35 ans.

Un autre qui ne passera pas inaperçu est David Thibault, qui vient de s'illustrer dans le pendant français de l'émission La Voix. Lui qui a ouvert pour Michel Louvain, Renée Martel et Chantal Pary, le 13 mars, s'était fait plein d'amis en reprenant des succès d'Elvis. La suite, qui s'annonce plus diversifiée, porte en elle la promesse d'une jolie soirée.

Une touche plus contemporaine sera apportée par Coeur de Pirate (2 octobre, à Chicoutimi), Louis-Jean Cormier (15 octobre, à Chicoutimi) et Bobby Bazini (16 octobre, à Chicoutimi), de retour avec de nouveaux spectacles. Ce sera aussi le cas de Kevin Bazinet (30 janvier, à La Baie), qui récoltera les fruits de sa victoire à La Voix.

On pourrait aussi mentionner les apparitions de Jérôme Couture (13 février, à Chicoutimi) et Philippe Brach (18 février, au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière), de même que celles de Yoan (5 mars, à La Baie) et des soeurs Boulay (2 avril, à Chicoutimi). Aux yeux de Claudine Bourdages, toutefois, c'est QW4RTZ qui constituera la découverte de la saison.

« Ils font des chansons et de l'humour en misant uniquement sur leurs voix. C'est magnifique de voir ces gars travailler sur une scène. J'ai eu un gros coup de coeur pour eux », confie la responsable de la programmation, qui attend le quatuor à la Salle Pierrette-Gaudreault, le 19 février.

 

  

Jérôme Couture prêt à électriser le TVT

Pénélope Clermont, La Revue, 5 mai 2015

Pourtant dans le métier depuis plusieurs années, Jérôme Couture était méconnu du public avant sa participation à la première édition de «La Voix». Deux ans plus tard, on peut dire que rares sont les personnes qui ne l’ont pas entendu chanter. Depuis la sortie de son album éponyme à pareille date l’an dernier, l’auteur-compositeur-interprète cumule les succès radio. Ce sont ces mêmes succès qu’il viendra présenter sur la scène du Théâtre du Vieux-Terrebonne, le 16 mai.

Fidèle à ce qu’il a fait voir lors de sa participation à «La Voix», Jérôme Couture promet un spectacle qui bouge et qui, espère-t-il, fera danser le public de Terrebonne. «Je voulais faire un spectacle électrisant, donner envie aux gens de se lever et de danser. L’album s’y prête bien, et avec les cinq musiciens et la choriste qui m’accompagneront, ça déménage!» lance le principal intéressé qui, en plus d’offrir les succès de son premier album, présentera des reprises de différentes chansons ayant composé son cheminement musical.

«Ce sera comme une musicographie, dévoile-t-il. J’ai fait beaucoup de spectacles par le passé avec "Elvis Story" et "QuébecIssime" et je veux montrer comment mon style s’est développé.» Il cite entre autres Prince et The Rolling Stones lorsqu’il parle du répertoire qu’il revisitera.

S’il promet aux gens qu’ils auront l’occasion de danser durant la soirée, l’interprète de «Comme on attend le printemps» annonce aussi des moments où ils pourront profiter de la musique, simplement. «Il y a une portion du spectacle acoustique, où je m’installe avec ma guitare. J’en profite pour dialoguer avec les gens», soutient le sympathique chanteur qui apprécie particulièrement ces moments d’interaction avec le public.

«J’aime parler et des fois, je me retiens parce que je pourrais improviser et déconner longtemps, ajoute-t-il en riant. Ça crée une ambiance intéressante que les gens apprécient. Ils ont envie de sortir du protocole, alors des fois, je décroche ou je reprends des bouts de chanson parce que le public m’en donne le goût.»

«Je n’ai qu’à être moi-même»

L’époque précédant «La Voix» semble lointaine pour l’artiste qui affirme s’être bien adapté à sa «nouvelle vie». Une vie qui n’est pourtant pas si loin de ce qu’il faisait auparavant, au fond. Jérôme Couture n’est pas tombé soudainement dans le monde du «showbizz», comme on pourrait le croire.

Possédant un baccalauréat en musique (majeure en interprétation jazz et mineure en musique populaire) de l’Université Laval, il a été de la distribution de plusieurs grandes productions, en plus de figurer dans différentes publicités. «Mon but ultime a toujours été de faire une carrière solo. J’ai toujours travaillé en fonction de cela et "La Voix" est à peu près la seule chose que je n’avais pas faite», confirme-t-il.

Et comment compose-t-il avec le fait de se retrouver seul sur scène plutôt qu’aux côtés d’une imposante distribution? «C’est plus facile. Je ne joue pas de rôle. Je ne suis pas déguisé. Je n’ai qu’à être moi-même. Je suis vraiment dans mon élément», évoque celui qui a pu bénéficier des conseils de Marc Dupré, son coach de l’époque de «La Voix», avec qui il a coécrit et composé son premier album.

«Marc est un bourreau de travail, et ça a toujours été mon cas. Je crois que c’est pour ça qu’on s’entend bien. J’ai appris avec Marc à ne pas trop contempler les succès du passé et à forger l’avenir à la place», conclut l’homme qui planche justement sur un deuxième album.

Pour assister au spectacle que présentera Jérôme Couture au Théâtre du Vieux-Terrebonne, le 16 mai à 20 h, procurez-vous des billets en composant le 450 492-4777 ou en visitant le www.theatreduvieuxterrebonne.com.

 

60 rendez-vous culturels au Théâtre Desjardins en 2015-2016

Pierre Boulanger, Le Messager LaSalle, 30 avril 2015

En musique, Jérôme Couture, le musicien Daran et le groupe La tournée des idoles ont offert un tour de chant.

Finaliste 2012 de La Voix, Jérôme Couture a laissé voir comment il enflammera la salle le 23 octobre. Le chanteur Daran a interprété un extrait de son album «Le monde perdu», accompagné de sa guitare et de son harmonica.

L’animateur Mario Lirette et le chanteur Jean Nichol, qui a interprété son grand classique «Lady Mary», ont représenté les vedettes de la Tournée des idoles, dont les chanteurs Gilles Girard, Chatelaine, et Michèle Richard.

 

Agenda culturel

Renée-Claude Doucet, Le Trait d'union, 26 avril 2015

TVT: Jérôme Couture

En spectacle à la salle Desjardins le 16 mai, 20h. Finaliste 2013 à l'émission La Voix, Jérôme Couture présente sur scène les chansons de son premier album, qu'il a coécrit et composé aux côtés de Marc Dupré, son coach. Les chansons «Comme on attend le printemps» et «Goodbye Girl» s'y retrouvent. En première partie: Amélie Larocque. Billet: 31$, étudiant: 25$. Réservations: theatreduvieuxterrebonne.com ou 450 492-4777.

 

Des routards et une relève au MIFO

Yves Bergeras, Le Droit, 23 avril 2015

À titre d'avant-goût à ce qui attend les abonnés du MIFO, le Centre des arts Shenkman a accueilli mercredi soir un cocktail de musique et d'humour composé de Jérôme Couture, du duo Swing, de Dominic Paquet et de Jérémy Demay.

La chansonnière ottavienne Kristine St-Pierre accueillait quant à elle les spectateurs dans le foyer du complexe d'Orléans, juste avant ce spectacle destiné à lancer la programmation de la nouvelle saison du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO).

Marc Dupré (19 septembre), Gregory Charles (20 et 21 octobre), Jérôme Couture (4 décembre), Patrick Norman (25 février 2016) et Louis-Jean Cormier (12 mars), monteront notamment sur la grande scène.

Les humoristes André Sauvé (11 septembre), Jérémy Demay (16 octobre), Philippe Bond (14 novembre, en supplémentaire), Dominic Paquet (5 février), Cathy Gauthier (4 mars) et Boucar Diouf (22 et 23 avril) viendront également y présenter leur plus récent spectacle.

Accompagner le talent

Mais le directeur artistique, Patrick Bourbonnais, prend très au sérieux son « rôle d'accompagnateur » en ce qui concerne les artistes franco-ontariens, qu'ils soient émergents ou en plein essor.

Aussi, s'applique-t-il non seulement à bien les représenter au sein de sa programmation, mais aussi à les « accompagner dans leur cheminement artistique ».

Ainsi, si Damien Robitaille (20 novembre) et Swing (17 décembre) auront droit au traitement des vedettes (la salle Harold-Shenkman), deux des artistes de la région programmés l'an passé dans l'intimité du Café de Joël, à Rockland, héritent cette saison du Théâtre Richcraft, de taille intermédiaire : il s'agit de l'énergique Mélissa Ouimet (21 janvier), qui est « sur le seuil d'exploser », et de la « bête de scène » Yao (13 février). « Ils sont vraiment prêts et on est fiers de leur donner plus de moyens pour qu'ils s'expriment » devant un plus large public, se réjouit M. Bourbonnais.

Son équipe a logiquement reconduit le partenariat avec le café de Joël, qui hébergera huit nouveaux artistes de la relève. Pour le volet chanson, les heureux élus sont Kristine St-Pierre (4 septembre), Cindy Bédard (2 octobre), Éric Dubeau (11 décembre) et Mélanie Brûlé (11 mars 2016). Auxquels se greffe un volet humour, en compagnie de Katherine Levac, (15 mai ; « Page Beaulieu » sera entourée de l'imitateur Maxime Carrière et de 'l'absurdateur' Éric Trottier), puis de Julien Tremblay (13 novembre), Alex Roy (29 janvier) et Pierre-Luc Pomerleau (19 février).

La moitié des 31 spectacles présentés au centre des arts sont à saveur humoristique, note M. Bourbonnais.

Cinq productions théâtrales « divertissantes » : Maudite job ! (25 septembre), Ma première fois (27 novembre), Adieu je reste ! (8 et 9 janvier), comédie mettant en vedette Pierrette Robitaille et Anne Casabonne, le très attendu Intouchables (12 et 13 avril) monté par le Rideau Vert, avec Antoine Bertrand et Luc Guérin, et de Ladie's Night de Denis Bouchard, strip-teases masculins que le MIFO tentait d'obtenir depuis des années.

Les jeunes auront le choix entre magie, avec Éric Leclerc, alias Mystéric (3 octobre), chansons, avec Ariane Gauthier, alias Ari Cui Cui (12 décembre), et conte loufoque, avec Le drôle de petit chaperon rouge (17 mars).

 

  

Les bonnes adresses de Jérôme Couture

Catherine Ouellet-Cummings, Condo Maison Direct, 22 avril 2015

Révélé au grand public lors de sa participation à La Voix, Jérôme Couture cumule plus de dix ans d'expérience dans l'univers musical québécois. Joint à Montréal, il nous dévoile trois de ses adresses coup de coeur, de quoi plaire à tout le monde !

1. Casa Figueroa

Depuis 2011, la Casa Figueroa est établie rue Beaubien, dans l'est de Montréal. Ce restaurant mexicain typique doit son ambiance chaleureuse et sa convivialité aux membres de la famille de ses propriétaires, les Figueroa. "Des amis m'ont ait découvrir l'endroit et, depuis, je m'y rends régulièrement", explique Jérôme Couture. En plus d'un menu présentant des plats de différentes régions du Mexique - dont les délicieuses enchiladas au poulet que Jérôme recommande sans hésiter -, l'endroit est reconnu pour ses mariachis, présents du vendredi au dimanche. "Ce sont des membres de la famille Figueroa et ils chantent tous vraiment bien. Une référence en matière de mariachis !" assure le chanteur.

3217, rue Beaubien Est, casafigueroa.ca

2. Viandal charcuterie

"Ma copine et moi aimons beaucoup la fondue, en particulier celle de type shabu-shabu. en nous proposant d'utiliser un faux-filet non gradé pour ce plat, le propriétaire de Viandal a complètement changé nos vies ! Depuis, nous faisons le détour par sa boutique chaque fois que nous mangeons de la fondue et nous ne reviendrons pas à notre ancienne recette!" raconte Jérôme Couture. Située à Verdum, un quartier où le chanteur a vécu quelques temps, la boucherie-charcuterie propose une grande variété de produits de qualité, incluant des plats préparés et plusieurs sortes de viande apprêtées sur place. "Le service est excellent, le personnel est passionné. C'est un endroit que j'aime beaucoup" confie-t-il.

550, avenue de l'Église, Verdun.

3. Musée Pointe-à-Callière

"Depuis deux ans, j'ai entrepris de faire la tournée des musées montréalais et le Musée Pointe-à-Callières fait partie de ceux que je préfère", confie le chanteur. Amateur d'archéologie, Jérôme Couture s'avoue fasciné par l'exposition principale, Ici naquit Montréal, et le spectacle multimédia Signé Montréal, à travers lesquels les visiteurs peuvent découvrir les vestiges des premières rues et des fondations de la ville. "En plus des expositions permanentes, plusieurs expositions temporaires s'ajoutent chqaue année et agrémentent la visite." Autre élément positif du lieu : le restaurant L'Arrivage, sitié au deuxième étage du musée, qui propose un menu gastronomique et offre une très belle vue sur le Vieux-Port de Montréal. 

350, place Royale, pacmusee.qc.ca

 

Jérôme Couture, amateur de ruines !

Marjolaine Simard, Frédéric Auclair et Patrick Séguin, La Semaine, 20 avril 2015

Jérôme Couture est le nouveau porte-parole du Mois de l'archéologie, qui aura lieu en août. "C'est une de mes passions depuis toujours. Très jeune, j'avais visité le musée consacré à la bataille de Restigouche, et ça m'avait fasciné. J'étais scout, j'avais 13 ans. (sourire) Depuis, je ne compte pas les fois où je me suis rendu au musée Pointe-à-Callières. C,est fascinant d'y découvrir les ruines du premier Parlement canadien, entre autres."

 

Entrevue et prestation

Justine Vachon et François Maranda, CIME 103.9 FM, 17 avril 2015

www.cime.fm

Goodbye Girl

 

Une voix qui résonne

Véronique Lauzon, La Presse, 12 avril 2015

Depuis leur passage à La voix, tous les finalistes des deux saisons précédentes affirment qu'ils peuvent vivre de leur musique, ce qui n'était pas le cas avant leur passage à l'émission phare de TVA.

Yoan. Rémi. Les deux Valérie. Charlotte. Jérôme. Renée. Étienne.

Avant de mettre les pieds sur le plus gros plateau de télévision en divertissement au Québec, les huit chanteurs espéraient un jour faire de la musique une carrière. Valérie Lahaie et Jérôme Couture étaient les seuls à y arriver, surtout grâce à des événements d'entreprise. Pas les autres, dont Valérie Carpentier qui était boulangère ou Yoan qui travaillait à l'épicerie de ses parents.

«Pour moi, c'est le plus beau côté de tout ça, avance Rémi Chassé de l'équipe de Louis-Jean Cormier. J'ai toujours eu l'intention de faire ça dans la vie et ça vient de se concrétiser.»

La moitié des finalistes des deux premières saisons a déjà sorti un album, alors que l'autre moitié y travaille activement.

Le coach, après La voix

Renée Wilkin et Jérôme Couture ont gardé un lien très étroit avec leur coach, Marc Dupré. Ce dernier s'investit activement dans la conception de leurs albums et il les invite régulièrement à monter sur scène avec eux.

«Je sais que je suis très chanceuse à ce niveau-là, confie Renée, qui vient tout juste de faire paraître un extrait, dont la musique est signée Marc Dupré. Et des fois, les autres candidats me le disent: "Mon Dieu, tu es bien entourée, tu as été prise en charge."»

Jérôme ajoute: «C'est la personne inespérée, en fait. Dans ce métier-là, il y a un moment où ça prend un mentor. Quelqu'un qui va t'ouvrir la porte de quelque chose qui est plus grand que toi et qui va t'aiguiller.»

Éric Lapointe travaille aussi de près avec sa finaliste, Valérie Lahaie, qui vient de faire paraître son premier album, Vertige. «Éric et moi, ça a cliqué dès le départ. Déjà, le lendemain de la finale de La voix, nous étions ensemble dans son salon et on "jammait" de nouvelles tounes. On a commencé à écrire ensemble très rapidement. Il n'était pas du tout obligé de faire ça pour moi», dit Valérie, dont Éric Lapointe a coréalisé l'album.

Puisqu'il réside à Rimouski, Étienne Cotton est beaucoup moins sous les projecteurs que ses comparses. Reste qu'il commencera sous peu à travailler à un premier album, avec l'aide de son coach, Jean-Pierre Ferland, et qu'il fera partie de la distribution de la comédie musicale de ce dernier.

«Devant un gin, on se raconte de belles choses, Jean-Pierre et moi. Et puis, il y a de beaux projets qui s'en viennent.»

Tout comme lui, Charlotte prend son temps pour écrire et composer son premier album. Le mannequin de 20 ans, qui termine son diplôme d'études collégiales en arts et lettres (ce qui l'a empêchée de participer à notre séance photo), commencera à enregistrer des chansons au cours des prochains mois.

Même si elle parle de temps à autre avec sa coach, Marie-Mai, il n'est pas question de collaboration: «Et ce n'est pas décevant du tout. Elle m'a tellement donné, notamment en m'apprenant comment voler de mes propres ailes. Et je sais qu'elle serait là pour moi n'importe quand. Elle ne m'a pas abandonnée.»

Elle n'est pas la seule à ne pas collaborer étroitement avec sa coach. C'est aussi le cas de Yoan, Rémi Chassé et Valérie Carpentier.

«Je pense qu'il y a plusieurs façons d'être coach, dit Valérie, la protégée d'Ariane Moffatt. C'est sûr que si on prend Marc Dupré, je trouve qu'il est très, très actif. Après La voix, il invite ses finalistes à chanter avec lui sur scène, pendant les festivals. Ariane ne fait pas ça, mais je le savais dès le début. Elle avait choisi de séparer sa musique et son travail à La voix.»

Quant à Yoan, qui a lui aussi lancé un album dans les dernières semaines, il explique: «Isabelle [Boulay] n'était pas réellement là en studio d'enregistrement. Mais c'était bien comme ça, puisque j'avais des idées précises de ce que je voulais faire. Et Isabelle m'a toujours dit: "Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu m'appelles." C'est ce que j'ai fait, quelques fois.» Il chante d'ailleurs une chanson en duo avec son ancienne coach sur son nouvel album.

Après la finale, Rémi Chassé a signé un contrat de disque avec Musicor et sortira donc un opus prochainement. L'auteur-compositeur-interprète ne pouvait demander mieux.

«Et quand j'ai su qu'il [Louis-Jean Cormier] ne revenait pas comme coach pour sortir un nouvel album, j'ai vite compris qu'on n'aurait pas le temps d'écrire ensemble, de collaborer pour la création de l'album. J'ai donc décidé de me retrousser les manches et de n'attendre après personne. Je vais composer mes tounes et je vais prendre le lead.»

Loin de craindre que les nouveaux finalistes leur volent leur place, les huit chanteurs espèrent que Kevin Bazinet, Mathieu Holubowski, Angelike Falbo et Rosa Laricchiuta réussiront eux aussi à vivre de leur art.

«Je pense que pour l'instant, La voix, c'est encore le plus gros tremplin au Québec», conclut Rémi Chassé.

 

  

Jérôme Couture : comme arrive le printemps

Amilie Chalifoux, Le Courrier de Saint-Hyacinthe, 9 avril 2015

La chance a bien tourné pour Jérôme Couture depuis sa participation à ­l’émission La Voix, comme l’évoque d’ailleurs sa dernière pièce ­radiophonique Pardonnez-moi. Il sera de passage à Saint-Hyacinthe pour ­présenter son premier album ­éponyme et chasser ­l’hiver.

Jérôme Couture connaît une carrière musicale intéressante depuis son ­premier succès Comme on attend le printemps que lui a composé son ­mentor Marc Dupré à l’occasion des ­finales de la populaire émission ­télévisée.

Le 28 février, l’auteur-compositeur et interprète a fait sa grande rentrée ­montréalaise et a lancé sa propre ­tournée solo à travers le Québec, un an après la sortie de son premier opus. Bref, les choses vont bon train pour l’artiste.

« Je suis vraiment content de la ­direction que prend ma carrière et je me considère choyé d’avoir déjà ma propre tournée solo pour un premier album. Je le dis depuis mes débuts à La Voix, être sur scène et livrer un ­spectacle est l’art ultime, selon moi, dans ce métier. Pouvoir décider de mon propre spectacle et rencontrer le public est une joie énorme », exprime Jérôme Couture en entrevue avec LE COURRIER.

Il faut le dire, ce dernier a vite fait tourner les têtes et il a hérité des ­judicieux conseils de Marc Dupré qui signe d’ailleurs la coréalisation de son album. « Sincèrement, tout le mérite revient à Marc [Dupré], dit-il. Il m’a supporté et a eu le recul nécessaire pour me guider à travers tout le processus de création de l’album. Ce n’est pas facile de trouver quelqu’un qui va nous éclairer dans ce métier et Marc est le meilleur ­complément que j’aurais pu avoir. Il est devenu un ami pour moi. »Le travail d’équipe est ce qui décrit le mieux son premier album, selon lui. Nelson Minville, Amélie Larocque et Gauthier Marinoff figurent entre autres parmi les collaborateurs qui se sont joints au projet. Résultat? Le chanteur livre un album dynamique et ­authentique, idéal à transposer sur scène.« Je voulais offrir un album avec de la musique positive et pour faire danser les gens. Je voulais en fait apporter un peu de printemps dans la vie des gens. »En spectacle, Jérôme Couture ­présentera, dans une version un peu plus rock, les pièces tirées de son ­premier album. Il interprètera également quelques reprises qui ont marqué son parcours musical.

« Sincèrement, tout le mérite revient à Marc [Dupré], dit-il. Il m’a supporté et a eu le recul nécessaire pour me guider à travers tout le processus de création de l’album. Ce n’est pas facile de trouver quelqu’un qui va nous éclairer dans ce métier et Marc est le meilleur ­complément que j’aurais pu avoir. Il est devenu un ami pour moi. »

Le travail d’équipe est ce qui décrit le mieux son premier album, selon lui. Nelson Minville, Amélie Larocque et Gauthier Marinoff figurent entre autres parmi les collaborateurs qui se sont joints au projet. Résultat? Le chanteur livre un album dynamique et ­authentique, idéal à transposer sur scène.

« Je voulais offrir un album avec de la musique positive et pour faire danser les gens. Je voulais en fait apporter un peu de printemps dans la vie des gens. »

En spectacle, Jérôme Couture ­présentera, dans une version un peu plus rock, les pièces tirées de son ­premier album. Il interprètera également quelques reprises qui ont marqué son parcours musical.

 

  

Comment tirer profit des services d'écoute en ligne?

Émilie Côté, La Presse, 3 avril 2015

Jérôme Couture, Alex Nevsky et Les Hay Babies ont reçu des prix de l'ADISQ.

Non seulement l'aide publique représente « un levier essentiel » pour l'industrie musicale du Québec, mais le gouvernement doit agir afin de protéger le contenu québécois à l'ère de l'écoute en ligne. Il doit aussi pousser les fournisseurs de services de télécommunications à investir dans la création.

Voilà ce qui s'est notamment dégagé des Rencontres de l'ADISQ, qui se déroulaient hier au Marché Bonsecours.

Commençons par la bonne nouvelle, qui a été dévoilée en début de journée. Selon une étude de la SODEC, les revenus des entreprises québécoises reliées à l'industrie de la musique et du spectacle ont augmenté de 3,8 % par année depuis cinq ans, malgré la chute des ventes d'albums. « Surtout les entreprises diversifiées (gérance, spectacle, enregistrement sonore) », a souligné la directrice générale Solange Drouin.

Dans l'année financière 2013-2014, 16 % des revenus des 108 entreprises provenaient de l'aide publique, et 73 d'entre elles étaient rentables. Sans cet apport, trois fois moins d'entreprises feraient des profits (26 contre 73). « L'aide publique est un levier essentiel », plaide Solange Drouin.

Pour plusieurs représentants de l'industrie, les différents ordres de gouvernement ont toutefois un plus grand rôle à jouer.

Créer des prescripteurs de goût

Lors de l'atelier sur les redevances pour l'écoute de musique en ligne (à la fois sur YouTube et sur les Rdio, Deezer et Spotify), des panélistes ont déploré le manque d'engagement politique pour améliorer la rémunération des artistes québécois à l'ère du numérique. « Il n'y a pas de volonté politique. Le droit du consommateur prime », a lancé Daniel Lafrance, directeur d'Éditorial Avenue.

Présent, le député du NPD Pierre Nantel a invité notamment YouTube - représenté hier par Romain Becker - à être « un bon citoyen corporatif ».

« Le gouvernement canadien s'est couché à terre devant Netflix », a dénoncé le député qui a travaillé pendant 20 ans dans l'industrie de la musique, notamment chez Audiogram.

Si le gouvernement français a réussi à convaincre Netflix d'investir dans la production d'oeuvres et de contenu, le gouvernement canadien pourrait aussi le faire dans le domaine de la musique, plaide-t-il.

Selon Dorothée Parent-Roy, de Believe Digital, l'industrie musicale québécoise doit quant à elle mieux se vendre aux différents services et plateformes d'écoute en ligne, en plus d'y promouvoir la présence de ses artistes. Notamment en créant des listes d'écoute. « Il manque de prescripteurs de goût du Québec », a-t-elle souligné.

Pour Stéphanie Moffatt (qui assure la gérance de sa soeur Ariane), les Deezer, Songza et compagnie sont devenus « un joueur incontournable », mais elle les considère comme « un partenaire de visibilité et pas de contenu ».

Si les Moffatt ont décidé que l'album 22h22 ne serait pas disponible sur les services d'écoute en ligne, c'est dans l'optique de « rentabiliser l'investissement initial » au lieu « d'aller chercher de nouveaux fans ». « Une fois que tu as fait le front de tous les journaux et Tout le monde en parle [...], t'as pas besoin d'offrir ta musique en streaming », a lancé Stéphanie Moffatt. Il faut plutôt multiplier les revenus pour rembourser les artisans de l'album, des musiciens au graphiste de la pochette.

Spotify et Deezer offrent différents forfaits (payants ou non). Pour Georges Tremblay de Believe Digital, les gens doivent oublier l'ancien modèle économique de l'industrie et penser à long terme. Au nombre de fois où il a écouté l'album Dark Side of the Moon de Pink Floyd, il croit que le groupe aurait eu, en fin de compte, plus de redevances de streaming que de droits d'auteur découlant de la vente traditionnelle de l'album.

« Il faut reconstruire des logiques de promotion sur les réseaux sociaux. », affirme Romain Becker, gestionnaire de partenariats musicaux chez YouTube.

« La vérité des prix »

L'économiste Marcel Boyer estime que les redevances versées aux musiciens sont trop faibles, notamment par rapport aux salaires des animateurs des radios musicales commerciales.

Grâce à un savant calcul de prix par minute et de ratio de temps d'antenne « musical/parlé », il estime que les musiciens devraient empocher annuellement des redevances de 440 millions au lieu des 178 millions (chiffres les plus récents).

« Ce n'est pas mon opinion, mais mon point de vue d'économiste qui croit en la vérité des prix », a conclu le professeur à l'Université de Montréal.

En après-midi, l'ADISQ dévoilait sa nouvelle plateforme numérique, dont La Presse a fait état hier.

 

En route avec Jérôme Couture

Seb Lozon, La Scène WKND, WKND 91.9 FM, 3 avril 2015

www.wknd.fm

 

Serge Fiori et Jérôme Couture récompensés par l’ADISQ

Valérie Roberts, En Vedette.ca, 3 avril 2015

Les Rencontres de l’ADISQ avaient lieu hier et plusieurs artistes ont été récompensés. Serge Fiori, Louis-Jean Cormier et Jérôme Couture sont repartis avec une distinction artistique tandis que l’ADISQ récompensait aussi plusieurs intervenants de l’industrie.

Louis-Jean Cormier et Lisa Leblanc sont tous les deux repartis avec le prix reconnaissance, puisque leur disque respectif a figuré plus de 100 semaines au Top Ventes du Palmarès. Serge Fiori a remporté le prix du disque francophone ayant obtenu le plus de ventes numériques et Alex Nevsky a remporté le prix de la chanson francophone ayant obtenu le plus de ventes numériques.

Jérôme Couture est pour sa part reparti avec deux prix, soit celui du premier album francophone d’un artiste québécois s’étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios BDS et le prix du premier album francophone d’un artiste québécois s’étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios correspondantes. Dans le fond, ça veut juste dire que ses chansons ont BEAUCOUP joué à la radio!

Le disque Mon Homesick Heart de la formation Les Hay Babies a pour sa part reçu le prix du premier album francophone d’un artiste québécois s’étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios amplifiées, c’est-à-dire un nouveau palmarès réalisé à partir des données des palmarès des radios telles que Stingray Musique, Sirius XM, ARCQ, CIBL et CISM. Ce prix était accompagné d’une bourse étoile Stingray Musique de 1000$.

Félicitations à tous les gagnants!

 

Jérôme Couture se démarque aux Rencontres de l’ADISQ

Virginie, Hollywood PQ, 3 avril 2015

Toute une récolte!  C’est hier qu’avaient lieu les Rencontres de l’ADISQ, où sont récompensés les artistes qui se sont démarqués dans les palmarès des ventes et les palmarès radio. Jérôme Couture est reparti « gagnant », avec deux récompenses!

Il est reparti avec les prix pour 1er album sur les ondes des radios BDS ainsi que celui pour 1er album sur les ondes des radios correspondantes. Ces prix sont remis au premier album francophone d’un artiste québécois s’étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes radio au cours de l’année 2014. Bravo, Jérôme!

Autres artistes qui sont partis avec des distinctions, nommons Alex Nevsky avec sa chanson On leur a faire croire, qui a été la chanson francophone ayant obtenu le plus de ventes numériques et Serge Fiori pour l’album francophone avec le plus de ventes numériques, entre autres récompensés.

Louis-Jean Cormier et Lisa Leblanc ont les deux reçu un prix Reconnaissance, qui est remis aux albums ayant figuré pendant plus de 100 semaines au Top ventes du palmarès. Wow!

On fait de la bien belle musique ici, n’est-ce pas? Allez, on s’offre un peu de Jérôme Couture!

 

«Je sais c’est quoi bûcher»

Cédric Bélanger, Le Journal de Montréal, 2 avril 2015

Jérôme Couture n’a pas craint de recommencer en bas de l’échelle après s’être retrouvé en finale de La Voix

Après l’euphorie de sa participation à La Voix et l’adulation de millions de téléspectateurs, Jérôme Couture joue maintenant dans des salles de spectacle de petite ou moyenne dimension. Le retour à la réalité, assure-t-il, n’a pas été brutal.

«J’estime que j’étais prêt à faire La Voix car je connaissais les enjeux avant et après l’émission. J’ai des amis qui avaient fait Star Académie et j’avais déjà une dizaine d’année d’expérience dans le milieu en tant que chanteur, comme choriste ou dans des revues musicales. Jai fait beaucoup de chemin et je sais c’est quoi bûcher, faire des petites salles et tout faire soi-même», lance Couture, qui s’est entretenu avec Le Journal en marge de son concert qu’il donnera au Centre d’art La Chapelle vendredi soir.

«Pour moi, retomber dans le bas de l’échelle, c’était naturel. Je savais que ça allait arriver et j’étais préparé. Ça explique en bonne partie pourquoi la transition a été moins difficile psychologiquement», enchaîne-t-il.

Couture, qui a lancé son album en avril 2014, un an après avoir plié l’échine devant Valérie Carpentier en grande finale de la première saison de La Voix, souhaite que «les plus jeunes qui font l’émission sont suivis et ont des gens solides autour d’eux pour les guider parce que le vertige peut nous prendre quand on passe de la lumière à l’ombre».

Dupré encore dans l’équation

Parlant de La Voix, Jérôme Couture demeure en contact constant avec son coach et producteur Marc Dupré, qui est aussi devenu au fil du temps un ami. D’ailleurs, Couture a déjà commencé à travailler sur un second album et, assure-t-il, «Marc fera encore partie de l’équation».

«On est en écriture. Par contre, nous n’avons pas de date de sortie. C’est un projet à long terme. Mais pour moi, c’est important de garder la machine de composition en marche. Je suis là-dedans pas mal tous les jours. Je suis inspiré ces temps-ci», dit-il.

Sa fidélité envers Dupré l’incite même à identifier deux de ses poulains comme favoris de la troisième saison de La Voix.

«Son équipe se démarque. Alicia Moffet et Kevin Bazinet sont vraiment talentueux. Je pense qu’ils ont tous les deux de bonnes chances de gagner et que c’est Marc qui, dans les coachs, va l’emporter cette année», prédit-il.

Jérôme Couture aura un été occupé. Plusieurs dates de concerts au Québec seront annoncées bientôt.

L’artiste de Saguenay caresse l’ambition de sortir du Québec. «Je veux aller en Europe et faire un album en anglais.»

 

ADISQ: des prix pour Louis-Jean Cormier, Serge Fiori et Alex Nevsky

Agence QMI, Canoë, 2 avril 2015

MONTRÉAL - Louis-Jean Cormier, Jérôme Couture, Serge Fiori, Les Hay Babies, Lisa LeBlanc et Alex Nevsky ont reçu des prix artistiques, jeudi, à l'occasion des Rencontres de l'ADISQ.

L'industrie a ainsi salué le travail de ces artistes, dont le matériel a caracolé sur les palmarès des ventes et ceux des stations de radio.

Louis-Jean Cormier pour son album Le treizième étage et Lisa LeBlanc pour son album éponyme ont obtenu chacun le prix reconnaissance, qui est attribué aux albums ayant figuré plus de 100 semaines dans le palmarès des ventes.

Serge Fiori pour Serge Fiori a reçu le prix de l'album francophone ayant obtenu le plus de ventes numériques, Alex Nevsky pour On leur a fait croire a accepté le prix de la chanson francophone ayant obtenu le plus de ventes numériques et Jérôme Couture pour Jérôme Couture a triomphé avec les prix du premier album francophone d'un artiste québécois s'étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios BDS et le prix du premier album francophone d'un artiste québécois s'étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios correspondantes.

Enfin, le groupe Les Hay Babies pour Mon Homesick Heart a mérité le prix du premier album francophone d'un artiste québécois s'étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes des radios amplifiées, assorti d'une bourse de 1000 $.

Douze intervenants de l'industrie ont été salués pour leur mérite, dont HMV (chaîne de magasins de disques de l'année), Archambault Berri - Montréal (magasin de disques de l'année appartenant à une chaîne de magasins) et iTunes (détaillant internet de musique de l'année).

 

Jérôme Couture se démarque aux Rencontres de l’ADISQ

Luc Bertrand, Info Culture.Biz, 2 avril 2015

Un an après avoir remporté le prix de la chanson ayant obtenu le plus de ventes numériques au Québec pour la chanson Comme on attend le printemps, Jérôme Couture se démarque de nouveau aux Rencontres de l’ADISQ en remportant deux distinctions! Il s’agit du prix pour 1er album sur les ondes des radios BDS ainsi que celui pour 1er album sur les ondes des radios correspondantes. Ces prix sont remis au premier album francophone d’un artiste québécois s’étant démarqué avec un ou des extraits sur les ondes radio au cours de l’année 2014.

En plus d’avoir une belle présence sur les ondes radio, Jérôme épate sur scène! Doté de son énergie contagieuse et d’un groove exceptionnel, il propose au public un étonnant mélange de ses propres chansons et de celles qui l’ont influencé à ce jour, dont les succès de Patrick Norman, Prince, Les BB, Elvis et Jason Mraz. Plusieurs nouvelles dates se dessinent pour l’été et l’automne. Gardez l’oeil ouvert sur son site JeromeCouture.net.

Porte-parole du Mois de l’archéologie

Bien que Jérôme soit un passionné de musique et de mots, il est aussi un grand amateur d’archéologie. Il ajoute donc une corde à son arc en devenant le nouveau porte-parole pour le Mois de l’archéologie organisé par le réseau Archéo-Québec. Le Mois de l’archéologie aura lieu du 1er au 31 août 2015. Près de 50 lieux à travers tout le Québec proposeront à tous des activités faites sur mesure pour séduire un public de novices et d’amateurs, de petits et de grands.

SPECTACLES: JeromeCouture.net

 

Dans le Ipod de Jérôme Couture

Sylvie Goulet, WKND 91.9 FM, 31 mars 2015

Partie 1

Partie 2

 

Retour sur le Match des Célébrités

Pierre-Olivier Beaudoin, Flip, TFO, 30 mars 2015

À partir de 8:00

 

Jérôme Couture: «J'apprivoise le succès, un spectacle à la fois»

Jean-François Guillet, La Voix de l'Est, 21 mars 2015

(Granby) Jérôme Couture a le bonheur facile. Pourtant, depuis que le finaliste de la première cuvée de La Voix a lancé son tout nouveau spectacle, il y a moins d'un an, il a accentué sa principale dépendance. Loin de se défiler, l'artiste dévoile ce qui le plonge dans cet état d'ivresse soir après soir. «C'est comme une drogue. Je suis vraiment accro à la scène.» Le jeune auteur-compositeur-interprète compte bien partager cette «euphorie musicale» en foulant les planches du Palace de Granby le 28 mars.

Il y a de ces artistes prévisibles au possible qui ne souhaitent pour rien au monde sortir des sentiers battus. Jérôme Couture se positionne à l'autre bout du spectre. Son plaisir: amener son auditoire ailleurs. «Souvent, les gens se font une idée de mon spectacle parce qu'ils m'ont connu à La Voix ou qu'ils ont entendu une de mes chansons à la radio. J'aime surprendre le public en offrant une performance diversifiée. En le faisant entrer dans mon univers.»

Cet univers, l'artiste originaire de Jonquière a commencé à le modeler dès son tout jeune âge. Bien vite, il a compris que la musique prendrait une place prépondérante dans sa vie. «Dès mes huit ans, j'ai commencé à suivre des cours de guitare et de chant, puis à faire des shows. J'étais un peu timide, confie le trentenaire, mais il n'y avait aucune place où je me sentais mieux que sur scène.»

De Jamiroquai à Marvin Gaye

Détenteur d'un baccalauréat en chant jazz-pop, Jérôme Couture s'est imprégné d'influences musicales allant dans tous les sens. Du soul au disco, en passant par les succès des années 90 à aujourd'hui, le jeune homme ne s'impose aucune limite. «Sincèrement, je crois qu'il y a quelque chose à découvrir dans chaque style, dans chaque artiste même. J'aime autant écouter du Jamiroquai que du Marvin Gaye, fait-il remarquer. Je suis comme une éponge parce que j'adore le monde musical. C'est ma vie.»

C'est toutefois Jason Mraz qui a été sa muse côté écriture. «Quand j'ai découvert ce gars-là, ça a été une véritable révélation. C'était évident que je voulais suivre ses traces et composer mes propres trucs. Autant il fait des chansons très disco, très rythmées. Puis aussi d'autres ballades plus country. Il va même jusqu'à mélanger ça avec du rap à l'occasion.»

Nouveau départ

Au cours de la dernière décennie, Jérôme Couture a connu tout un parcours. Il a notamment pris part aux productions Québec Issime, Elvis Story et Les Misérables. L'auteur-compositeur-interprète était à la croisée des chemins. Un nouveau départ s'imposait. «Le trip de gang, je l'ai vécu et je carbure volontiers à ça, concède-t-il. Mais en travaillant avec Marc Dupré à La Voix, j'ai compris que j'ai ce qu'il faut pour que ma carrière prenne une autre tangente. Maintenant, je me sens davantage à ma place en solo.»

C'est de ce nouvel élan qu'est né son premier album éponyme en avril 2014, coécrit avec son mentor, ainsi que Nelson Mainville et Amélie Larocque.

Intarissable

Bien qu'il se considère davantage un «banlieusard» qu'un «gars de la métropole», Jérôme Couture a besoin d'un brin d'effervescence pour créer. D'ailleurs, son inspiration semble intarissable. Le syndrome de la page blanche, ce n'est pas sa tasse de thé. «Je suis toujours à l'affût d'une idée pour écrire une chanson. Ça peut arriver à tout moment de la journée. Avec un horaire chargé, c'est aussi une question de rentabiliser son temps. Un moment donné, je deviens saturé, alors je m'évade dans mon coin, dans le bois. Puis on efface et on recommence.»

D'ailleurs, sa deuxième galette serait en voie d'être enfournée. «Je travaille là-dessus. Marc [Dupré] m'aide beaucoup. J'ai déjà quelques chansons en banque, mais je ne veux pas simplement sortir un album parce que je me mets de la pression. D'ailleurs, ce n'est pas le cas. Il faut que le produit fini me ressemble. Alors il reste encore du chemin à faire, mais ça avance.»

Encore une fois, la majorité du matériel de son prochain disque sera en français. L'artiste ne ferme toutefois pas la porte à une percée dans la langue de Shakespeare. «J'adore le français et c'est très important de chanter dans ma langue maternelle. Mais c'est évident que la consonance de l'anglais est totalement différente. Tant que ma musique me permet de faire bouger les gens, j'aurai atteint un de mes buts. Pour ce qui est de percer le marché américain ou ailleurs dans le monde, pourquoi pas? En attendant, j'apprivoise le succès, un spectacle à la fois.»

 

Soirée de filles "Bulles et talons hauts" 2015

Rouge FM 96.9, 19 mars 2015

www.saguenay.rougefm.ca

 

Jérôme Couture prêt à enflammer les planches

Audrey Clément-Robert, L'Hebdo Rive-Nord, 19 mars 2015

SPECTACLE. Le chanteur Jérôme Couture sera de passage au Théâtre Hector Charland pour présenter son premier spectacle solo, le vendredi 27 mars. Sa rentrée montréalaise qui avait lieu le 25 février a été couronnée de succès selon les critiques. L'ancien finaliste à La Voix 2012 s'est entretenu avec l'Hebdo Rive-Nord pour discuter de son nouveau spectacle.

Depuis les derniers mois, les extraits du premier album de Jérôme Couture réalisé en collaboration avec Marc Dupré, n'ont cessé d'inonder les stations radios du Québec. Récemment, sa dernière chanson Pardonnez-moi a fait son entrée sur plusieurs réseaux tels Rythme FM, Rouge FM et CKOI Québec.

La mise en scène du spectacle de Jérôme Couture est signée par Jean-Nicolas Verreault et le chanteur est accompagné de quatre musiciens. C'est la chanteuse Amélie Larocque qui assure sa première partie.

Selon les critiques vous offrez un spectacle au contenu très diversifié. Vous présentez des pièces de votre premier album ainsi que quelques reprises très connues. À quoi les fans peuvent-ils s'attendre le 27 mars prochain ?

Ce qu'on voulait offrir avec ce spectacle et le premier album c'est de faire danser les gens. Je suis connu avec une certaine énergie et on voulait faire des chansons que les gens ont envie d'écouter pour faire un « road trip » en voiture et sur lesquelles ils ont envie de danser. Je pense que pour le premier spectacle on voulait aussi raconter mon passé et d'où je viens musicalement parlant. Chaque chanson reprise dans le spectacle a été choisie en conséquence. J'ai appris de nouvelles choses aussi et ça m'a donné envie de danser et d'écrire.

Il y a plusieurs chansons que j'adore interpréter dans ce spectacle, mais celle que j'ai toujours du plaisir est une chanson de Prince, Kiss. J'adore la faire, je m'éclate complètement et je danse. Elle m'a beaucoup inspiré dans le passé et c'est avec ça que j'ai découvert que j'avais la patte dansante.

Pourquoi avoir choisi la chanteuse Amélie Larocque pour assurer votre première partie ?

Amélie et moi ça remonte à loin déjà. On s'était perdu de vue et on s'est retrouvé lors d'un atelier d'écriture donné par Gregory Charles. J'ai eu un coup de foudre musical pour cette fille. Je me suis rappelé à quel point elle était talentueuse. Quand il fût le temps de choisir mon band pour mon spectacle, j'ai pris dans mon équipe son chum comme claviériste et il m'a envoyé la chanson Amoureux écrite par Amélie. Elle écrit tellement bien ! Nous avons donc commencé à collaborer sur mon premier album et tout s'est emboité par la suite. Amélie est désormais choriste pour mon spectacle et en fait la première partie aussi.

Ce fut une grosse année pour vous avec entres autres, votre nomination à l'automne 2014 au 36e Gala de l'ADISQ dans la catégorie Chanson populaire de l'année. Qu'est-ce qui a fait selon vous le succès de Comme on attend le printemps ?

Souvent les chansons comme ça sont une rencontre avec le public, c'est une question de « timing ». Cette chanson était parfaite pour moi vocalement et tout part de l'amitié qui s'est développée entre Marc Dupré et moi durant La Voix. Il y a aussi le fait qu'à cette période de l'année, tout le monde a hâte que le printemps arrive et les gens attendent le soleil. C'est une chanson en français qui bougeait et ça été un coup de foudre musical et tout le monde l'a adopté.

Votre dernier extrait Pardonnez-moi est écrit par Amélie Larocque et la musique est de Marc Dupré. Où avez-vous puisé l'inspiration pour cette chanson ?

On avait le goût de faire quelque chose de « Rock à Billy » un peu et de parler aux fans. Devenir connu rapidement c'est quelque chose d'intense. C'était une façon pour moi de leur dire excusez-moi si je ne vous réponds pas assez vite, ou si je ne suis pas habillé comme vous pensez quand vous me croiser ou encore que je ne fais pas la bonne affaire. J'ai reçu des critiques du public, pas trop dures, mais du genre tu n'as pas mis ta tuque ou je t'aimais mieux avec les cheveux plus longs. Je dis dans cette chanson que je suis comme je suis et je remercie mes fans de m'aimer tel quel.

Quels sont futurs projets ?

Je travaille sur un nouvel album, mais je ne peux pas dire à quel moment il va sortir. J'ai commencé l'écriture des chansons l'été dernier et j'essaie d'en faire le plus possible pour sortir les meilleurs pour les fans. Je veux arriver avec quelque chose rapidement pour montrer aux gens que j'en ai d'autres chansons en tête et que je veux rester dans l'univers de la musique au Québec. 

 

"Je ne veux pas être un one-hit wonder" - Jérôme Couture

Victor-Léon Cardinal, Échos Vedettes, 6 mars 2015

Près de deux ans après la finale de la première saison de La Voix, Jérôme Couture a de quoi être fier du chemin parcouru. Rencontré le soir de sa première montréalaise au Club Soda, l'artiste s'est confié à nous sur ses projets et sur la belle amitié qu'il entretient avec Marc Dupré. 

Heureux de présenter sur scène les chansons de son premier album paru en avril 2014, Jérôme Couture était plutôt fébrile lorsque nous l'avons rencontré dans la salle du Club Soda peu avant sa prestation. "J'ai passé une bonne partie des derniers mois à préparer ce spectacle. Tout ce que je veux, c'est avoir du plaisir et faire la fête avec le public. De plus, mon principal objctif est de poursuivre cette tournée le plus longtemps possible. Je ne veux pas être un one-hit wonder. Au contraire, je compte bien tout faire pour durer dans le milieu de la musique et avoir la chance de travailler à plusieurs projets diversifiés", déclare-t-il. 

Une belle complicité avec Marc Dupré

Le jeune chanteur peut aussi compter sur l'aide de Marc Dupré, avec qui il a tissé une belle complicité. "Marc et moi, on est vraiment devenus de bons amis. Je crois d'ailleurs que c'est grâce à cette amitié qui nous unit que nous entrenons une si belle relation professionnelle. C,est toujours un bonheur de travailler avec lui. Nous avons commencé à travailler ensemble à mon deuxième album, qui est présentement dans sa période d'écriture. Marc s'implique beaucoup auprès de moi, et j'espère que nous aurons la chance de travailler ensemble encore longtemps. On se parle très souvent et on s'envoie parfois des messages avec des bouts de chansons à retravailler. On ne se met toutefois pas de pression en s'imposant une date de sortie pour l'album, même si je ne ferme pas la porte à la possibilité de le lancer cette année."

Sept ans d'amour

Par ailleurs, Jérôme Couture peut aussi compter sur le soutien de sa conjointe, Audrey, dans tous ses projets. "Ça fait sept ans que nous sommes ensemble, et ça va très bien. Nous n'avons toutefois pas l'intention de nous marier ou d'avoir des enfants à court terme, car nos carrières avancent très rapidement ces dernières années. Ma blonde est maquilleuse professionnelle pour le Cirque du Soleil et est amenée à voyager pour son travail pendant que moi, je suis sur la route. Nous sommes donc souvent partis chacun de notre côté. Par contre, quand elle le peut, elle se fait un plaisir de m'accompagner dans mes déplacements", affirme l'artiste, qui consacrera la prochaine année à sa nouvelle série de spectacles.

Pour en savoir plus sur les dates de tournée de Jérôme Couture, visitez jeromecouture.net. 

Une soirée électrisante

Étant à la fois un excellent danseur et un chanteur d'expérience, Jérôme Couture peut se targuer d'offrir un excellent divertissement sur scène. C'est en effet avec l'aisance déconcertante d'un vieux routier que l'interprète de Comme on attend le printemps donne un spectacle des plus électrisants, ainsi qu'on a pu l'observer lors de sa rentrée montréalaise la semaine dernière. L'artiste possède une voix polyvalente qui lui permet d'interpréter avec facilité des chansons tirées de répertoires très différents. C'est donc avec les pièces de son premier album et des reprises de tubes dansants que le jeune homme vous fera passer une soirée endiablée. Il est à noter que le finaliste de La Voix, qui profite d'une mise en scène signée par Jean-Nicolas Verreault, est accompagné de quatre musiciens, dont la chanteuse Amélie Larocque, qui assure également sa première partie. Il s'agit là d'un spectacle à voir qui fera bien des heureux !

 

Jérôme Couture : Vacances de rêve à Hawaii

François Hamel, La Semaine, 6 mars 2015

Pour la rentrée montréalaise de son tout premier spectacle solo dans le cadre du récent Festival Montréal en lumière, Jérôme Couture avait très bonne mine, et pour cause. Du 1er au 10 février, il a séjourné à Hawaii - le chanceux ! - avec sa copine, Audrey. "Nous ne voulions pas aller dans un tout compris, mais plutôt nous réserver une part d'aventure. Alors, nous avons séjourné dans deux hôtels différents, et nous avons loué une jeep. Nous avons fait le tour de l'île de Maui ; c'était merveilleux !"

Ce voyage de rêve leur a permis d'assister à tout un spectacle marin. "Audrey et moi, on capote sur les baleines, et c'était là-bas leur période de reproduction, alors on a été gâtés. Tu regardes l'océan et tu vois des baleines sauter au loin et battre de la queue. C'est fou ! On a fait une expédition d'observation."

 

  

Prestations

France Baudouin, En direct de l'univers, ICI Radio-Canada, 7 mars 2015

www.endirectdelunivers.radio-canada.ca

 

  

Entrevue

Patrick Langlois et Maripier Morin, Ménage à trois, V télé, 5 mars 2015

www.vtele.ca/menage-a-trois

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés