Dossier de presse de Jérôme Couture

Août - Octobre 2015
Mars - Juillet 2015
Janvier - Février 2015
Juillet - Décembre 2014
Mai 2014
Avril 2014
Janvier-Mars 2014

 

Suggestions week-end dans Lanaudière

Élise Brouillette, L'Express Montcalm, 1er décembre 2017

[...]

Jérôme Couture en spectacle

Jérôme Couture sera en spectacle le 1er décembre prochain à la Salle Rolland-Brunelle de Joliette afin de promouvoir son dernier album Gagner sa place. Sur ce nouvel album, où s'allient pop, rock et une bonne dose d'influences sixties, Jérôme chante son amour pour sa copine (My Sweetest Thing, Rendez-vous) et pour sa famille (Entre nous) et le travail constant nécessaire pour récolter le fruit de ses efforts (Gagner sa place, Plus fort que tout, Je suis là). Informations : 450-759-6202.

[...]

 

 

PARTICIPATION

Les dieux de la danse, ICI Radio-Canada Télé, Saison présentée à l'automne 2017

http://ici.radio-canada.ca

 

PARTICIPATION

Projet BAM!, Yoopa, 3 novembre 2017

http://yoopa.ca/

 

ENTREVUE

Marie-Ève Dupré, M105 104,9, 11 octobre 2017

 

L'invasion britannique à la mode du jour

Bruno Lapointe, Journal de Montréal, 8 octobre 2017

Il a écouté en boucle les Rolling Stones et Oasis, puis s’est déhanché sur du Tom Jones alors qu’il était adolescent, avant d’être happé par la folie Ed Sheeran. Aujourd’hui, Jérôme Couture rend, à son tour, hommage à la musique venue directement du pays de Big Ben, dans le cadre du spectacle Britishow.

« J’ai réalisé que je connaissais plus le répertoire britannique que je ­pensais. Mais j’ai aussi réalisé que leur ­musique était beaucoup plus complexe. Les Anglais ont longtemps été avant-­gardistes », confie Jérôme Couture.

Il aura tout de même eu peu de temps pour répéter avec la troupe de ­Britishow avant le début de la tournée, en juillet dernier. Le chanteur a été appelé en ­renfort pour prendre la place de Marc-André Fortin lorsque celui-ci a quitté l’équipe du spectacle pour se consacrer à d’autres projets.

« Je ne connaissais pas personnellement Pascal Dufour, mais Renee [Wilkin] et Yvan [Pedneault] sont de très bons amis. Alors je savais que je pouvais m’appuyer sur eux. Ça a été un atout majeur qui m’a aidé énormément. Je ne sais pas si j’aurais accepté s’ils n’avaient pas été sur le show », atteste-t-il.

Jérôme Couture et Philippe ­Berghella se partagent le rôle du quatrième chanteur, en alternance, pour toute la tournée.

100 % British

Ensemble, les quatre chanteurs font revivre l’encyclopédie (presque) ­complète de la musique britannique, du « A » d’Adele au « Z » de Led Zeppelin. Dans Britishow, une centaine de titres sont revisités, sous forme de medley pour la majorité, en formule solo, duo, trio ou encore en groupe. Et en se mettant en bouche les mots d’Elton John, Tom Jones et Oasis, pour n’en nommer que quelques-uns, Jérôme Couture se remémore de nombreux souvenirs.

« C’est fou à quel point des images me reviennent aussi clairement. Avec Wonderwall, je revois le parcours en autobus pour aller à l’école. Quand c’est du Tom Jones, je me rappelle avoir fait Sex Bomb avec ma chorale quand j’étais adolescent », avance-t-il.

« On n’était pas une chorale conventionnelle », justifie-t-il rapidement, en riant.

« Rien n’est gagné d’avance »

Jérôme Couture sait donc que les ­spectateurs, inévitablement, seront eux aussi submergés dans leurs propres souvenirs. Une familiarité avec ces chansons est peut-être à la fois une bonne, comme une mauvaise chose, estime-t-il.

« D’un côté, on n’a pas la pression de se demander s’ils aiment une nouvelle chanson qu’on vient tout juste d’écrire. Mais d’un autre côté, on sait que les gens ont des attentes en entendant les premières notes de leurs ­chansons ­préférées. Alors rien n’est gagné d’avance », avise-t-il.

► Le spectacle Britishow est présenté au Théâtre St-Denis de Montréal du 12 au 14 octobre, puis les 3 et 4 novembre au Capitole de Québec. Des dates sont prévues dans toute la ­province jusqu’à l’été 2018.

 

Jérôme Couture: bête de scène

Courrier Frontenac, 22 septembre 2017

L’auteur-compositeur-interprète Jérôme Couture sera de passage à Thetford Mines et enflammera les planches de la salle Dussault, le vendredi 6 octobre, à 20 h.

L’artiste issu de la première saison de La Voix cumule les nominations, les prix et numéros un en radios. Il revient cette fois-ci avec un nouvel album, «Gagner sa place», prêt à repartir sur la route. Un spectacle de Jérôme, c’est un party qui lève dès la première note et qui tient en haleine jusqu’au bout.

Un homme généreux qui contamine le public de sa passion. Le bonheur, l’énergie et le plaisir sont palpables autant dans les salles que sur la scène.

 

PERFORMANCE

Les Échangistes, 29 août 2017

ici.radio-canada.ca

 

La générosité de Jérôme Couture

Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, 18 août 2017

Jérôme Couture a mis son expérience et sa passion au profit des participants du Festival de la chanson de Saint-Ambroise jeudi après-midi. « Trouvez votre X. » « Soyez authentiques. » « Mettez-vous en danger. » En plus d'expliquer les rouages du métier, le parrain de la 26e édition y est allé de quelques conseils qu'il met lui-même en pratique.

Jérôme Couture fait partie de ces porte-parole dont le festival conservera certainement de bons souvenirs. Arrivé mardi, soit deux jours plus tôt que prévu, l'auteur-compositeur-interprète accomplit son rôle avec sérieux et bonheur.

En plus d'offrir le souper spectacle vendredi soir, il animera la grande finale de samedi en compagnie de Isabelle Cyr. Jeudi après-midi, il a proposé le traditionnel atelier destiné aux participants. Il a fait preuve d'une grande générosité, à l'image de son implication dans la présente édition de l'événement.

L'artiste a d'abord raconté son histoire, sans négliger les portions plus difficiles de son parcours, aux quelque 40 participants réunis. Il a aussi parlé des rouages du métier. Il a ensuite pris le temps de discuter avec les candidats et posé avec plaisir en compagnie de chacun.

En plus d'être disponible, Jérôme Couture est un parrain d'autant plus à propos qu'il y a quelques années à peine, il se retrouvait à la même place que les participants. Il vient aussi tout juste de passer par les étapes que plusieurs des participants s'apprêtent à vivre.

Contrairement à ce que certains pourraient croire, Jérôme Couture ne l'a pas toujours eu facile. Il a travaillé d'arrache-pied pour arriver à ses fins et a dû faire preuve de persévérance, d'humilité et d'ouverture à maintes reprises.

« Pour vivre du métier et perdurer, il faut travailler plus fort que tout le monde. Parce que la seule constante qu'il y a dans le milieu, c'est qu'il n'y a pas de constante. »

Dans la région, celui qui a commencé à jouer de la guitare et à chanter à huit ans a fait partie de divers spectacles.

« J'ai eu mon premier contrat avec Ecce Mundo. Je chantais et je dansais », raconte celui qui, à l'époque, était loin de se douter que c'est le mélange de ces deux aptitudes qui ferait sa popularité.

Jérôme Couture a abordé son passage difficile au Cégep en musique. Maintes fois, il s'est fait reprocher sa voix « trop nasillarde ». C'était devenu son complexe.

Après un baccalauréat en jazz à Québec, il a décroché divers contrats. Il a été choriste sur Elvis Story, a obtenu un rôle dans Les Misérables, puis dans une revue musicale au Casino de Montréal. C'est là que France Castel l'a remarqué, puis invité à plusieurs reprises sur son émission Pour le plaisir. Au fil des rencontres, il s'est fait promettre un contrat de disque, puis du jour au lendemain, l'offre a été retirée.

Il a fait des compositions plus introspectives qu'il présentait installé sur un tabouret. « Ça ne fonctionnait pas. J'aimais ça, mais je n'étais pas wow. »

Les contrats se sont faits plus rares. « Je me suis demandé quoi faire. Il y avait les auditions de La Voix. J'étais un peu contre ça. J'avais étudié le jazz », dit-il en souriant. « Mais je me suis dit que ce que je voulais le plus, c'était une carrière. Comme les auditions étaient à l'aveugle, je saurais enfin s'il y avait quelque chose à faire avec cette voix nasillarde. »

Il a été appelé pour les auditions à l'aveugle puisque quelqu'un s'était désisté.

Le reste de l'histoire est connu.

« À La Voix, j'ai rencontré la personne qui me manquait. Marc Dupré m'a aidé à trouver mon X. Ça prenait quelqu'un pour me dire que c'est quand je chante et que je danse que je brille. Il faut trouver le croisement entre ce qu'on est le meilleur pour faire et ce qu'on aime le plus faire. »

Jérôme Couture a conseillé aux participants d'essayer des choses, d'être curieux, de rester ouverts et authentiques.

Aujourd'hui, il profite de ce que la vie lui offre sans jamais cesser de travailler. Il écrit notamment des chansons pour d'autres artistes. Il développe aussi des projets afin de créer des occasions.

« J'ai aussi reçu le plus beau des commentaires de Marc Dupré et de mon gérant. Ils m'ont dit que ma voix qui est un peu nasillarde, c'est ce qui me démarque. Le truc que j'ai combattu pendant des années, c'est mon salut à moi. »

LES FINALISTES

Interprètes 13 à 17 ans

• Héloïse Yelle

• Sophie Morin-de-Moor

• Emma Lépine

• Sarah-Kim Munger

Interprètes 18 ans et plus

• Joanie Harvey,

• St.Mars

• Sarah-Ève Tremblay

• Louna Gagnon-Tremblay

Auteurs-compositeurs-interprètes

• Antoine Mainville

• Alexandre Larouche

• Guillaume Lecompte

• Frédérick Tremblay

 

Le rendez-vous des nouvelles voix

Jeannot Lévesque, Le Quotidien, 15 août 2017

Le talent s'est donné rendez-vous à Saint-Ambroise cette semaine. Depuis lundi, la 26e édition du Festival de la chanson bat son plein, permettant aux chanteurs et aux auteurs-compositeurs-interprètes de démontrer leur savoir-faire et au public de découvrir les artistes de la relève.

Le travail des juges sera difficile cette année encore. Mardi soir, des artistes aux univers variés, mais qui partagent la même passion pour la musique, se sont succédé sur la scène de l'Amphithéâtre Marcel-Claveau, au grand plaisir des spectateurs.

La soirée a débuté avec les plus jeunes participants, issus de la catégorie Interprètes 7 à 12 ans. Jolianne Duguay, Florence Tremblay-Harvey, Dylan Bergeron et Marie-Laurence Fillion ont tous bien fait. Au final, c'est Jolianne Duguay qui a été nommé Coup de coeur de la catégorie grâce à son interprétation de C'est le sucre.

Le public a eu droit à un spectacle coloré des Interprètes 13 à 17 ans. Camille Tremblay a amorcé sa prestation en douceur avec Dormir comme un ange, avant de montrer son côté plus givré avec Réseaux antisociaux. Sarah-Kim Munger a ensuite offert deux belles interprétations de Relève-toi et N'attends pas demain. Finalement, Miranda Tremblay-Girard, véritable bête de scène de 15 ans à peine, a montré l'étendue de son talent avec Ailleurs et Dans un autre monde.

Les auteurs-compositeurs-interprètes ont ensuite pu montrer un aperçu de qui ils sont grâce à leurs chansons. D'abord, Rose Bouche est apparue avec son accordéon et sa longue robe pour présenter une parcelle de son univers. Pour se faire, elle a proposé En attente de toi et L.A. Tombée.

Alysson Pétrin a chanté son coeur et sa tête accompagnée de sa guitare avec une touchante composition intitulée Sans toé puis son Blues du perchoir qui permettait d'apprécier ses capacités vocales.

Fil, candidat heureux d'être de retour à Saint-Ambroise, a proposé Libérer les ombres et Feu, des pièces qui traduisent son plaisir de partager avec le public.

Les interprètes de plus de 18 ans ont aussi présenté des pièces allant dans des directions variées. Valéry Boivin a offert Sans toi, puis La vie en rose. Chantale Gauthier a entraîné le public dans un univers différent avec La mer et Hijo de la luna. Finalement, Fanny Lessard a opté pour L'écrivain et T'es pas game.

Il faudra attendre à jeudi soir avant de connaître l'identité des candidats qui se rendront en finale. Les participants sélectionnés monteront sur la scène samedi soir. 

En attendant, les demi-finales se poursuivent mercredi et jeudi, à 19h30, à l'Amphithéâtre Marcel-Claveau.

En coulisses

Le porte-parole de la 26e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, Jérôme Couture, a fait une surprise aux participants et aux organisateurs de l'événement mardi soir. Celui qui était attendu jeudi seulement s'est présenté à l'Amphithéâtre Marcel-Claveau pour rencontrer les candidats avant le début de la soirée. « Je ne pouvais pas être en région et ne pas être ici ce soir», a-t-il lancé lorsqu'il est monté sur scène pour saluer le public. Le Festival de la chanson de Saint-Ambroise n'aurait pu souhaiter porte-parole plus impliqué. 

Les cinq musiciens, sous la direction musicale du batteur Guillaume Côté, ont préparé plus d'une centaine de pièces pour accompagner les participants sur scène tout au long du festival. La quantité de pièces est impressionnante, mais tout de même un peu moins imposante que par les années passées, puisque le nombre de candidats retenus a été revu à la baisse cette année afin d'améliorer l'expérience de chacun.

 

Jérôme Couture veut transmettre sa passion de la chanson

Jacques La Haye, Le Lac St-Jean, 10 août 2017

CHANSONS.  Auteur-compositeur de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jérôme Couture sera le porte-parole du Festival de la chanson de Saint-Ambroise qui se tiendra du 14 au 19 août. Le Festival de la chanson aura été la première scène où Jérôme Couture a présenté ses compositions.

«L'organisation du Festival me rappelait que j'avais remporté de concours en 2002, mais qu'à plusieurs reprises j'avais participé à cet événement. Quelques années plus tard, j'ai participé également au concours de Cabaret de la relève qui se déroulait au Château de Roberval. En 2006, j'ai gagné ce concours dans la même catégorie que le Festival de la chanson de Saint-Ambroise, soit la catégorie Interprète, 18 ans et plus», rappelle Jérôme Couture.

« Lorsque j'ai rencontré Rémi Tremblay, un professeur de l'Université Laval venu un professeur régulier, celui-ci m'a amené ailleurs en transformant toute ma façon de chanter.»

Jérôme Couture

Quelque 59 participants sont inscrits dans l'édition 2017 du Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Ces participants sont regroupés dans quatre catégories, soit 7 à 12 ans, 13 à 17 ans, 18 ans et plus, et finalement, dans la catégorie autres.

«C'est un concours pour la relève de tous les âges. Ce qui est fascinant dans ce concours, c'est que les participants sont accompagnés par un immense band formé par les meilleurs musiciens de la région. Qui plus est, durant toute la semaine les participants peuvent participer à des ateliers de tous genres, en écriture notamment. Personnellement, je vais faire un atelier dans lequel je vais partager mon parcours de carrière.»

«Grosso modo, j'ai envie de leur dire que s'ils veulent faire ce métier, ils doivent se donner toutes les chances, en étant les plus curieux et passionnés. Il faut qu'ils apprennent le plus d'instruments possible. Il faut qu'ils développent également une fibre entrepreneuriale, il faut créer ses projets soi-même et ne pas attendre que l'on t'appelle. Personnellement, je n'ai jamais eu de plan B. C'est ce que je voulais faire, et c'était ma passion.»

Études à Alma

Jérôme Couture a fait ses études au Collège d'Alma, pour ensuite parfaire son développement à l'Université Laval, de Québec. Lors de son passage à Alma, le professeur Rémi Tremblay fut pour lui un mentor.

«Lors de mon passage au Cégep, j'ai eu de la misère avec ma voix. Lorsque j'ai rencontré Rémi Tremblay, un professeur de l'Université Laval venu un professeur régulier, celui-ci m'a amené ailleurs en transformant toute ma façon de chanter. Cette collaboration avec Rémi Tremblay s'est poursuivie à l'université.  De fait, au lieu de m'imposer une technique vocale, Rémi Tremblay m'a aidé à trouver ma propre voix. Et c'est comme ça que j'ai pu conserver mon timbre de voix qui était différent. Ç’a été une superbe rencontre.»

Jérôme Couture est présentement en tournée pour présenter son deuxième album, Gagner sa place, avant d'entreprendre une série de spectacles dont celui présenté à la Zone portuaire de Chicoutimi samedi dernier. Jérôme Couture sera également dans les spectacles présentés par Marc Dupré en plus de prendre pou à la comédie musicale Britishow, en remplacement de Marc-André Fortin.

Jérôme Couture est également porte-parole du Mois de l'archéologie. «C'est une passion qui m'anime depuis déjà quelques années, une cause qui me tient à cœur. J'adore me promener dans les musées pour découvrir notre histoire et d'écouter tous les commentaires sur l'histoire des premiers hommes. Je veux amener ça jusqu'aux jeunes et leurs dire qu'il faut qu'ils soient curieux et non apprendre seulement des dates que l'on retrouve dans des livres. Je ne suis pas un connaisseur, mais un grand passionné».

Pour son premier album, Jérôme Couture a obtenu deux nominations au Gala de l'Adisq. Vingt mille copies de cet album ont été produites. «Le deuxième album est un peu la continuité de ce premier album fait l'éloge du travail. Il faut travailler plus fort pour réussir», de conclure Jérôme Couture.

 

ENTREVUE

TVSR, 7 août 2017

http://www.tvrs.ca

 

«Je n’ai jamais eu d’autres plans que la musique» - Jérôme Couture

Marie-Hélène Goulet, Agence QMI, 5 août 2017

Jérôme Couture est un travaillant. Avant de briller sous les projecteurs de «La Voix» en 2013, le chanteur n’a pas cessé de mettre les efforts nécessaires pour faire grandir son rêve. Aujourd’hui, avec deux albums à son actif et plusieurs succès radio, il fait le point avec nous.

Jérôme, à 32 ans, êtes-vous où vous croyiez être quand vous pensiez à votre carrière à 20 ans?

Oui! À 20 ans, quand on me demandait où je voulais être dans 10 ans, je répondais que je souhaitais toujours faire de la musique, mais à plus grande échelle. J’y suis arrivé! Je n’ai jamais eu d’autres plans que la musique. Mes plans B, C et D y étaient tous reliés, comme enseigner ou composer pour d’autres.De quoi êtes-vous le plus fier dans votre parcours?

On ne m’a rien donné facilement, j’ai toujours dû travailler d’arrache-pied pour avancer. Quand j’ai passé des auditions pour des comédies musicales, on m’a dit «non» des tonnes de fois, mais jamais je n’ai baissé les bras.Quelles épreuves ont été les plus difficiles à surmonter?

Enfant, j’étais un timide maladif. J’arrivais à l’école et je rougissais tellement j’étais gêné. Jamais je n’osais poser de questions en classe parce que j’avais peur d’attirer l’attention sur moi. Mais plus j’ai fait des spectacles, plus ma timidité s’est effacée. Pour moi, la scène a été une véritable thérapie.Et quel refus, dans les auditions, a été le plus dur à encaisser?

C’est sans contredit le rôle de Marius dans «Les Misérables», à Toronto. On m’a fait auditionner 11 fois, dont une devant tous les producteurs. À la toute fin, ils ont hésité entre moi et un autre, et ils ne m’ont pas choisi. Que voulez-vous, je suis petit! Dans les comédies musicales, les héros sont de grands gaillards aux cheveux noirs bouclés, et moi, je mesure 5 pi 6 po... Je n’y peux rien! Mais je ne me suis pas refermé sur moi. Je ne suis pas du genre à m’apitoyer sur mon sort. À Montréal, je me suis produit au Casino, et c’est là, durant un spectacle, que France Castel m’a remarqué et que je suis devenu chanteur maison de l’émission «Pour le plaisir».Vous avez fait preuve d’une belle persévérance. Je ne suis pas de ceux qui croient que les bonnes choses dans la vie se concrétisent sans qu’on ait travaillé.

J’ai donné quelques conférences à des jeunes dans les écoles et je trouvais important de leur raconter mon parcours, qui m’a permis d’arriver où je suis. Avant «La Voix», j’ai fait des comédies musicales, j’ai chanté avec des groupes, j’ai composé de la musique d’événements, dont le défilé du Carnaval de Québec. Quand je me suis présenté à «La Voix», j’étais prêt. L’émission a été une étape importante qui a influencé l’artiste que je suis aujourd’hui.Avez-vous hésité à l’époque avant de vous associer à une émission qui a une telle notoriété?

Pas du tout! Quand j’ai su que «La Voix» serait produite ici, je n’ai pas hésité une seconde: je devais embarquer dans le train.Vous êtes encore très proche de votre mentor, Marc Dupré, mais aussi des candidats qu’il a recrutés au fil des autres éditions de l’émission. Avez-vous l’impression d’être un peu le grand frère du clan Dupré?

Oui, et je trouve ça très beau! Quand un nouveau arrive, nous lui tapons dans la main et nous l’accueillons. C’est complètement à l’image de Marc, qui s’investit auprès de nous. Je sais que son plus grand drame est de ne pas pouvoir aider tout le monde autant qu’il le voudrait, faute de temps, parce que lorsqu’il aime, il aime pour vrai.Cette année, c’est Michaël Girard le petit nouveau. Quel est votre lien avec lui?

Michaël est un grand ami! Je le connais depuis mes débuts avec Québec Issime. Il a même été mon professeur de chant au Saguenay. Il m’a demandé d’écrire une chanson avec lui pour son prochain album, j’en ai été honoré. Je pense que cette composition pourrait se rendre loin! Elle parle de sa passion de la musique.Avez-vous envie de fonder une famille, tout comme Marc et Michaël?

Je me suis questionné là-dessus ces derniers mois et j’en ai conclu que ce n’était pas le bon moment pour ça. Je veux continuer de pousser mes rêves musicaux. Je veux écrire en anglais et essayer de percer en Europe. Si j’avais un enfant maintenant, je devrais abandonner certaines ambitions, et je ne suis pas prêt encore...Vous êtes porte-parole du Mois de l’archéologie depuis trois ans, Qu’est-ce qui vous passionne dans l’histoire?

Plus j’étudie l’histoire et l’archéologie, plus je me ressource dans le passé des hommes. L’histoire de nos ancêtres me donne foi en l’humain.

Le mois de l’archéologie: du plaisir pour tous les âges

Nous avons demandé au fier porte-parole du Mois de l’archéologie, qui se tient tout le mois d’août, de nous proposer trois activités parmi la centaine au programme.

Avec des jeunes enfants

Site archéologique Cartier-Roberval, à Québec

En 1540, le roi François 1er décide d’étendre son royaume jusqu’au Nouveau Monde. C’est au cap Rouge que sera établie la première colonie française d’Amérique. En compagnie de guides, découvrez l’épopée méconnue de ces centaines d’hommes et de femmes qui ont fait battre le coeur de la France de ce côté-ci de l’Atlantique, entre 1541 et 1543.Avec des ados Défi géocaching: Cache 3929, au Musée canadien de la Guerre froide, à Ottawa

Partez à la recherche de géocaches top secrètes sur les terrains du Musée canadien de la Guerre froide. Ce défi unique garantit du plaisir aux amateurs de géocaching de tous les âges!

En couple

Pointe-du-Buisson à Beauharnois

Participez à de véritables fouilles archéologiques, sous la supervision de professionnels. L’activité dure trois heures et inclut également la visite du site et des expositions pour la journée.

L’album «Gagner sa place» est en magasin.

 

ENTREVUE

Julie St-Pierre, Puisqu'il faut se lever, 98,5 FM, 2 août 2017

http://www.985fm.ca/

 

ENTREVUE

Barbara Leroux, Facteur matinal, ICI Radio-Canada Première, 1er août 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Éric Gagnon, Info-Réveil, ICI Radio-Canada Première, 1er août 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

La 13e édition du Mois de l’archéologie: un événement unique au Canada

Yves Leclerc, Journal de Québec, 31 juillet 2017

La 13e édition du Mois de l’archéologie, qui débute mardi, un peu partout au Québec, est une année record avec 75 lieux participants, une vingtaine de bibliothèques et une centaine d’activités organisées.

Organisé par le réseau Archéo-Québec, le Mois de l’archéologie est un événement unique au Canada avec des fouilles publiques, des activités ludiques pour les enfants, des entretiens et des expositions permanentes et temporaires, dans les musées, qui traitent d’archéologie.

Deux activités-vedettes se déroulent dans la région de Québec. Les visiteurs pourront effectuer une visite guidée du site archéologique Cartier-Roberval, sur le chemin Saint-Louis, où s’est établie, en 1541, la première colonie française d’Amérique.

Ces visites, d’une durée d’une heure, auront lieu les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, jusqu’au lundi de la fête du Travail, à la demi-heure, de midi trente à 15 h 30.

Des visites sont aussi organisées tous les dimanches du mois d’août, à 13 h, à l’Auberge Saint-Antoine, où l’on retrouve des centaines d’artéfacts et un héritage historique mis en valeur. Il est préférable de communiquer avec l’établissement, afin de réserver sa place, pour cette visite qui dure une heure.

Un investissement

Porte-parole de la 13e édition du Mois de l’archéologie, l’auteur-compositeur et interprète Jérôme Couture est fasciné par cette discipline et par l’aspect humain qu’on y retrouve.

« L’archéologie nous permet de retracer la vie quotidienne de nos prédécesseurs et nous permet ainsi de revivre des siècles, voir des millénaires de rencontres, d’échanges, de métissages et d’ancrages, qui ont eu lieu ici même, au Québec. C’est émouvant et fascinant », a-t-il indiqué, dans un communiqué de presse.

Pour Caroline Nantel, présidente d’Archéo-Québec, l’archéologie est un investissement à très long terme.

« Le patrimoine nous appartient à chacun. On le porte, on le transmet et on le sauvegarde. Ça nous survit au fil des générations et ça fait en sorte qu’on a une identité et une appartenance qu’on partage », a précisé Caroline Nantel, lors du lancement, à Québec, du Mois de l’archéologie.

Toutes les informations concernant les activités du Mois de l’archéologie sont en ligne à l’adresse archeoquebec.com.

 

Jérôme Couture, comme un poisson dans l'eau

Jonathan Hudon, Le Quotidien, 29 juillet 2017

Jérôme Couture était de retour chez lui, samedi soir, sur la scène de la Zone portuaire de Chicoutimi. Le Jonquiérois posait le pied dans sa cour dans le cadre de la tournée afin de présenter son deuxième album, Gagner sa place.

Jérôme Couture était en spectacle à la Zone portuaire de Chicoutimi.

L'artiste était visiblement heureux de pouvoir renouer avec son public et il n'a pas tardé à leur faire savoir, quelques minutes après son arrivée sur scène.

«Je suis dangereusement en forme parce que enfin, je suis à la maison, a-t-il lancé. Ça fait du bien. Les gens qui me connaissent le savent, lorsque je viens donner un spectacle chez nous, je ne dors pas la semaine précédente!»

Jérôme Couture a tenu parole dès les premiers instants de sa performance. Énergique sur scène en compagnie de ses trois musiciens, il demandait régulièrement à ses fans de taper dans les mains. Quoique peu réceptif, le public semblait tout de même passer un bon moment.

Le directeur général de la Zone portuaire, Fabien Hovington, a estimé le nombre de spectateurs à près de 4000 pour se spectacle gratuit. Il faut dire que le site grouille d'activités par les temps qui courent. Jeudi, les artistes de la Voix 5 étaient sur place, suivi par l'humoriste Stéphane Rousseau le lendemain.

Éric Lapointe s'amène à Chicoutimi le 9 août, dans le cadre du Festival international des rythmes du monde. Une semaine plus tard, Robby Johnson et Paul Daraîche se produiront sur la grande scène à l'occasion du Week-end country.

 

Un retour aux sources pour Jérôme Couture

Stéphane Bouchard, Le Journal de Québec, 29 juillet 2017

Le chanteur agira comme porte-parole du festival

En plus d’être en spectacle dimanche soir sur la Zone portuaire de Chicoutimi, Jérôme Couture sera le président d’honneur de la 26e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, concours qu’il a gagné alors qu’il avait à peine 18 ans. Le Journal l’a rencontré pour discuter de cette étape importante de sa carrière.

Comment ta carrière a-t-elle débuté ?

« Comme bien des chanteurs de la région et de partout au Québec, je faisais la tournée des concours pour faire de la scène le plus souvent possible. Je chantais dans beaucoup de chorales. Les concours, c’était la façon de faire des chansons solos. À l’époque, le Festival de la chanson de Saint-Ambroise avait le plus gros band, ça m’avait permis de faire des chansons qui brassent et qui “rockent”. »

Tu as gagné le festival en 2002. Qu’est-ce que cette victoire t’a apporté ?

« C’était la première fois que je gagnais. Ça m’a fait un peu de bien, mais le sentiment de victoire s’estompe rapidement. Gagner, c’est bien, mais c’est l’expérience de la scène qui est la plus importante. Pour faire de la musique, il faut travailler fort. J’avais gagné parce que j’ai réussi à me détacher de la pression de chanter et j’avais du fun sur la scène. »

Comment vois-tu ton rôle de président d’honneur ?

« Mon rôle, c’est surtout de répondre aux questions des chanteurs. J’ai envie de déboulonner certains mythes. Comment faire pour lancer une chanson à la radio ? A-t-on besoin d’une maison de disques ? Quelles sont les redevances de la musique en ligne ? Les jeunes ont beaucoup de questionnement par rapport à ça. Je veux parler de l’industrie que j’ai décortiquée et que je commence à connaître pour les aider à faire des choix. »

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui vont participer au Festival de la chanson de Saint-Ambroise ?

« Les concours, c’est un stress plus grand qu’un spectacle normal. C’est là qu’on apprend à être constant. On est jugé par le public et par des professionnels qui sont là pour noter une prestation. Ce qui est bien, c’est que les juges donnent des notes, mais aussi des trucs à travailler. J’ai encore les carnets avec les commentaires des juges. C’est formateur. »

Quels sont tes rituels quand tu reviens dans la région ?

« Je passe toujours par le chalet familial qui n’est pas loin de Saint-Ambroise. C’est le fun parce que c’est là que j’ai “jammé” pour la première fois autour du feu avec mon frère et mes cousins. Aller au chalet, c’est bien ressourçant pour moi. Sinon, je vais manger une poutine chez Pauline. J’ai même amené Marc Dupré la dernière fois. »

 

ENTREVUE

Claude Bergeron, Debout la Planète, Planète 104,5 FM, 28 juillet 2017

http://www.alma.planeteradio.ca/

 

ENTREVUE et Performance

Alex Tremblay, Marie-Ève Jean et Julie Bergeron, Rouge Café, Rouge FM 96,9, 28 juillet 2017

Vidéo Facebook

 

ENTREVUE

Simon Roy-Martel, L'ÉNERGIE le matin, Énergie 94,5 FM, 28 juillet 2017

http://www.iheartradio.ca/

 

Découvrir les vestiges de La Prairie durant le mois de l'archéologie

Martine Veillette, Le Reflet, 27 juillet 2017

À l’occasion du mois de l’archéologie, il sera possible de visiter la réserve du Musée de l’archéologie de Roussillon ou de participer à une simulation de fouilles.

Pour la 13e édition, l’événement mettant en vedette l’archéologie au Québec se déroulera sous le thème Découvrez-vous.

De plus, les activités qui se tiendront du 1er au 31 août au musée de La Prairie seront teintées des 350 ans de la municipalité.

Le musée propose aux citoyens de se transformer en archéologues pour «percer les mystères de la fondation de la ville» en participant à des simulations de fouilles toutes les fins de semaine d’août.

Deux samedis, l’archéologue Frédéric Hottin fera visiter la collection des objets située dans la réserve. Les places étant limitées, la réservation est obligatoire pour y participer.

Durant tout le mois, les citoyens pourront voir gratuitement l’exposition Clovis – peuple chasseur de caribous. Elle trace le mode de vie des premiers humains en sol québécois il y a plus de 12 000 ans.

Finalement, seule activité payante, la fabrication d’outils en pierre avec un archéologue. Elle est proposée aux adultes et enfants de plus de 12 ans au coût de 20$. Les personnes intéressées doivent réserver leur place.

Mois de l’archéologie

Plus de 100 activités en lien avec le mois de l’archéologie se dérouleront dans plus de 75 lieux partout au Québec. Le thème de cette année évoque que l’archéologie est en chacun de nous, peu importe notre histoire. Le porte-parole de 2017 est le chanteur Jérôme Couture, qui se dit passionné de cette discipline.

 

ENTREVUE

Alexandra, Le Retour de Courchesne, KYK 95,7 FM, 27 juillet 2017

https://kykradiox.com/

 

ENTREVUE

Julie Larouche, Téléjournal Saguenay, ICI Radio-Canada Télé, 27 juillet 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Andrée-Anna Blais, Rythmez vos matins, Rythme FM 101,1, 27 juillet 2017

http://www.rythmefm.com/

 

Des découvertes à faire dans la région durant le Mois de l'archéologie

Mario Pitre, Le Journal Saint-François, 27 juillet 2017

Plusieurs lieux touristiques de la région sont en vedette au mois d’août à l’occasion du Mois de l’archéologie, dont les activités se déroulent partout au Québec pour une 13 année de suite.

Deux des plus importants sites archéologiques amérindiens se trouvent d’ailleurs dans le Suroît, le site Droulers-Tsiionhiakwatha de Saint-Anicet, de même que Pointe-du-Buisson, Musée québécois d’archéologie.

À Saint-Anicet, le village iroquoien fait l’objet de fouilles archéologiques menées par une dizaine d’archéologues de l’École de fouilles de l’Université de Montréal, dirigée par Claude Chapdelaine. Des fouilles ouvertes au public débutent les 29 et 30 juillet et se poursuivent chaque week-end jusqu’au 20 août. Il est recommandé de réserver en appelant au 450-264-3030.

 Des découvertes à faire dans la région durant le Mois de l’archéologie

Durant le Mois de l’archéologie, Archéo-Québec offre la chance de gagner un séjour familial dans une des maisons longues du site Droulers-Tsiionhiakwatha.

Site Droulers-Tsiionhiakwatha

D’ailleurs, durant le Mois de l’archéologie, l’organisme Archéo-Québec offre la chance de gagner un séjour familial dans une des maisons longues du site. (www.moisdelarcheo.com). Le site Droulers-Tsiionhiakwatha est classé Bien patrimonial depuis l’an dernier par le ministère de la Culture et il est déclaré Lieu historique national du Canada depuis 2007.

Des fouilles archéologiques sont aussi accessibles à la Pointe-du-Buisson, à Beauharnois, du mardi au dimanche, du 1er au 31 août, sur réservation au 450-429-7857. Le site témoigne de l’occupation de ce secteur depuis la Préhistoire, grâce notamment à ses différentes collections de nature archéologique, ethnologique (histoire régionale) et paléontologique (fossiles).

À Salaberry-de-Valleyfield, le MUSO offre aussi des visites pédestres du Quartier des Anglais les samedis 5, 12 et 19 août à 14 h. De plus, la croisière Valleyfield et son patrimoine industriel – Les secrets de la Baie Saint-François se déroule les dimanches 20 et 27 août à 18h avec départ au quai du parc Delpha-Sauvé. Réservation obligatoire pour la croisière : 450 370-4855 (228) / reservation@lemuso.com.

Des visites, ateliers et simulations de fouilles sont aussi au programme du Lieu historique du Fort de Coteau-du-Lac.

«Découvrez-vous»

C’est là le thème retenu cette année par Archéo-Québec pour le Mois de l’archéologie, dans plus de 75 lieux historiques du Québec.

« Que nous soyons petits ou grands, hommes ou femmes, enracinés depuis longtemps ou nouveaux arrivants, nous pouvons tous nous intéresser à l’archéologie. L’archéologie en révèle tant sur nos ancêtres, qui avaient des modes de vie, des origines, des cultures, des croyances et des horizons souvent tellement différents! Elle est inscrite sous nos pieds, dans la chimie du sol! », souligne Marie-Jacinthe Roberge, directrice générale d’Archéo-Québec.

C’est toujours l’auteur-compositeur-interprète Jérôme Couture qui agit à titre de porte-parole de l’événement.

 

Entrevue et prestation

Marie-Pier Lafleur et Philippe Brown, CFLO 104,7 FM, 26 juillet 2017

Performance

 

Suggestions week-end dans Lanaudière

Élise Brouillette, L'Action, 21 juillet 2017

Jérôme Couture à Repentigny

Le 21 juillet, à 20 h, Jérôme Couture sera en spectacle au parc Charles-De Gaulle de Repentigny dans le cadre de La Boîte à musique Desjardins.

Commémoration du 50e anniversaire du passage du général de Gaulle

Le 23 juillet, au parc Charles-De Gaulle de Repentigny, à 10 h, il y aura une commémoration du 50e anniversaire du passage du général de Gaulle à Repentigny. Une commémoration similaire aura lieu le 24 juillet, à 15 h, au parc Sainte-Geneviève de Berthierville.

Le WAG débarque au Musée d’art de Joliette

Le projet ART EXPRIMÉ du Winnipeg Art Gallery (WAG) élira domicile au MAJ du 21 au 25 juillet à l’occasion du 150e du Canada. Le public est invité à participer à cette activité gratuite afin de collaborer à ce grand projet collectif sur l’identité culturelle.  L'activité se tient le vendredi 21 juillet de 12 h à 17 h, le samedi 22 juillet de 10 h à 17 h, le dimanche 23 juillet de 10 h à 17 h, le lundi 24 juillet de 12 h à 17 h et le mardi 25 juillet de 12 h à 17 h.

Les Trois Accords et Yelo Molo débarquent à Saint-Gabriel

Deux spectacles d'envergure marqueront le début des vacances de la construction à Saint-Gabriel. Le groupe Les Trois Accords et la formation Yelo Molo seront sur la scène du festival d'été de l'endroit, au cours de la soirée du 22 juillet. L'événement s'amorcera à 20 h à la plage municipale. Informations www.festivaldete.info.

Dédé Fortin reprend vie le temps d'une soirée à Lavaltrie

Un hommage haut en couleur à Dédé Fortin, ex-leader du groupe Les Colocs, occupera la scène de la Place Desjardins du parc Gérard-Lavallée de Lavaltrie, le vendredi 21 juillet. Le groupe «Passe-moé la puck» fera revivre l'ambiance électrisante du temps où Dédé Fortin était parmi nous. Le spectacle s'amorcera à 20 h 30. Les gens sont invités à se présenter dès 19 h. Des camions de cuisine de rue sont sur place. Un service de bar est disponible. Il y a une animation circassienne pour les plus jeunes.

6 à 8 avec l'Orchestre Pic-Bois

Le vendredi 21 juillet, le CRAPO présente un 6 à 8 avec l’Orchestre Pic-Bois, un groupe de trad québécois où les instruments à cordes sont à l’honneur. Au son du violon, du banjo, de la mandoline, de la guitare, de la contrebasse et encore plus, l’Orchestre Pic-bois propose un spectacle de chansons traditionnelles et de pièces instrumentales. L'entrée est à contribution volontaire et il est possible de réserver une table pour souper. Informations et réservations 450 886-1515 ou crapo.qc.ca.

Marc-André Hamelin, Orchestre Métropolitain et Virtuose Orchestra au Festival de Lanaudière

Le pianiste Marc-André Hamelin visite l'Amphithéâtre cette fin de semaine.  Le 21 juillet, à 20 h, il convie le public à une soirée tout en douceur et en couleur avec des œuvres d'Haydn, Beethoven, Feinberg et Schumann. Le samedi 22 juillet, à 20 h, toujours à l'Amphithéâtre, l'Orchestre Métropolitain, sous la direction de Mathieu Lussier, présentera en première partie l'Ouverture de la Flûte enchantée et la Symphonie no 41 de Mozart. En deuxième partie, le public retrouvera Marc-André Hamelin qui se joint à l'Orchestre pour interpréter le dernier et le plus grand des concertos de Beethoven, le Concerto pour piano no 5. Le dimanche 23 juillet, à 14 h, c'est le Virtuose Orchestra avec Gregory Charles, d'ailleurs nouveau directeur artistique du Festival, qui prendra d'assaut l'Amphithéâtre. Informations : lanaudiere.org.

Invitation au parc des Chutes-Monte-à-Peine-et-des-Dalles

Place à l'événement Août dans le parc. Pour la quatrième saison, à la porte de Sainte-Béatrix (561, rang des Dalles), aura lieu l'exposition d'œuvres d'art en pleine nature dont le thème est « Mouvement dans le parc ». Il y aura aussi une exposition d'oiseaux artisanaux à la porte de Sainte-Mélanie (60, de la Champs-Vallon), avec la participation des jeunes du camp de jour.

 

ENTREVUE

Alex Trudel, Lanaudière sans détour, M103,5 FM, 20 juillet 2017

http://www.m1035fm.com/

 

Entrevue

Antoine de la Durantaye, CHOX 97,5 FM, 20 juillet 2017

Page Facebook

 

ENTREVUE

Gabrielle Brisebois, À la Bonne franquette, 20 juillet 2017

http://www.cflo.ca/

 

Un bon volet spectacles pour les 79es Régates de Valleyfield

INFOSuroit.com, 17 juillet 2017

(Adèle Major) – La 79e édition des Régates de Valleyfield a pris fin dimanche (16 juillet) avec le couronnement des champions des courses d’hydroplanes. Pour les amateurs de musique, la dernière soirée a été celle du 15 juillet. En bilan global, malgré la pluie et beaucoup trop de temps incertain, les spectacles ont connu du succès.

Cette année, des artistes tels que Patrice Michaud, les Trois accords, DJ Tizi, 2 Frères et Marc Dupré ont pris d’assaut la scène du parc Delpha-Sauvé lors des deux weekends de soirées-spectacles.

Le samedi 15 juillet, avant le traditionnel feu d’artifice qui annonce le dernier spectacle de la fin de semaine, les festivaliers ont eu droit à une prestation de Jonathan Roy.

Le chanteur a interprété les pièces de son plus récent album Mr. Optimist Blues, paru plus tôt cette année, ainsi que quelques reprises de ses chansons favorites.

Un feu d’artifice magnifique

L’édition 2017 du feu d’artifice des Régates a été exceptionnelle. Les commentaires sont unanimes : Très beau !

Après le très populaire feu d’artifice qui attire de nombreuses familles sur le site et tout autour de la baie, ce fut au tour de Marc Dupré, un habitué des Régates, de fouler les planches de la scène. Une foule dense et enjouée l’attendait avec impatience.

Marc Dupré réservait quelques surprises au public déjà conquis. En effet, Raphaël Dolan-Bachand (La Voix Junior), Rebecca Noelle (La Voix 2017), Jérôme Couture (La Voix 2013) et sa fille Stella Dupré sont montés sur scène avec lui pour interpréter, à tour de rôle, divers morceaux de leur répertoire.

C’est sous une pluie de confettis qu’a pris fin le dernier spectacle de l’édition 2017 des Régates de Valleyfield.

Le vendredi 14 juillet, après une première journée de courses d’hydroplanes dans la baie du lac Saint-François marqué par de nombreux arrêts du mauvais temps, Rudy Caya a présenté, en duo acoustique, les plus grands succès du groupe Vilain Pingouin. Par la suite, les 2 Frères sont montés sur scène en compagnie de leurs nombreux musiciens. Les artistes folk-rock ont interprété des succès de leur premier album Nous autres, paru en 2015, dont M’aimerais-tu pareil? et Maudite promesse.

Travis Cormier, finaliste de La Voix 2016, a clôturé la soirée en interprétant les plus grands succès rock, dont Dream On d’Aerosmith, la pièce qui l’a fait connaitre du grand public. Le jeune artiste a donné une solide performance. La foule a pris plaisir à chanter avec lui jusqu’à 1 h du matin.

Le jeudi 13 juillet, la « Soirée Dance » a attiré une foule immense, composée majoritairement de jeunes amateurs de musique EDM (electronic dance music).

Tous ont pris plaisir à danser sur la musique de DJ Kingdom, originaire de la région, Quintino, faisant partie du Top 60 de DJ Magazine, et Tizi, DJ résidente du BeachClub de Pointe-Calumet. Comme à son habitude, DJ Tizi en a fait rire plus d’un en lançant des cheeseburgers à son public.

Le samedi 8 juillet, la soirée s’est ouverte avec une performance de Patrice Michaud. L’auteur-compositeur-interprète natif de Cap-Chat a fait sourire les gens présents avec sa bonne humeur contagieuse. Après avoir joué Mécaniques générales, son plus grand succès, Patrice Michaud et les membres de son band ont revêtu vestes à paillettes et lunettes de soleil le temps de reprendre, à leur manière, des morceaux chouchous du public.

La foule est devenue plus nombreuse une fois la nuit tombée afin d’accueillir les Trois accords, un groupe habitué des Régates de Valleyfield. Les quatre membres du band ont interprété avec humour et presque sans relâche, leurs plus grands succès, passant de J’aime ta grand-mère à Dans mon corps, puis de Bamboula à Tout nu sur la plage, sans oublier Grand champion et Saskatchewan.

Enfin, le vendredi 7 juillet, après le traditionnel souper spaghetti, cette année au profit de la Cité des Arts et des Sports, c’est Sylvain Leduc avec son spectacle Best of 70’s du légendaire King du rock n’ roll, Elvis Presley, qui a lancé les festivités de la 79e édition des Régates. La pluie a cependant eu un impact sur l’assistance lors de cette première soirée qui a aussi mis en vedette le groupe Volume 10, dont les membres sont originaires de Salaberry-de-Valleyfield et des environs. La jeune formation a pris plaisir à reprendre des succès d’ici adaptés à sa sauce avec des arrangements uniques.

En terminant, mention spéciale à la nouvelle disposition du site! En effet, la scène, faisant maintenant dos à la baie du lac Saint-François, était beaucoup plus visible et ce, peu importe de quel côté on entrait sur le site des Régates. De plus, la section Lounge VIP avait été quelque peu reculée et placée devant les toilettes, contrairement à l’an passé où elle coupait carrément l’espace en deux, empêchant plusieurs spectateurs de bien voir leurs artistes favoris performer. Ce nouvel aménagement permettait d’avoir plus d’ambiance dans le parc Delpha-Sauvé et aux alentours.

Au plaisir de remettre cela en 2018 lors du 80e anniversaire des fameuses Régates de Valleyfield! Déjà, les organisateurs laissent entrevoir le retour d’Éric Lapointe pour l’une des soirées spectacles.

 

Jérôme Couture donne au suivant

Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, 13 juillet 2017

Six jours, 49 artistes de la relève québécoise, 50 000 $ en prix et bourses. La 26e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise est à nos portes. Du 14 au 19 août prochain, 49 jeunes feront entendre leur voix dans le cadre du concours qui promet d'en mettre plein les oreilles au public.

Cette année, les festivaliers comme les participants pourront profiter de la présence de Jérôme Couture, parrain de l'événement, qui promet de s'impliquer pleinement dans l'expérience. « Jérôme est un bel exemple. Il a une belle carrière. C'est un gars de chez nous, quelqu'un qu'on a vu naître sur scène à Saint-Ambroise », affirme Barbara Savard, directrice générale du festival. 

Plus fort que tout, une de ses pièces, a d'ailleurs été choisie comme chanson thème pour la 26e édition.

« Je suis tellement content d'être là cette année. C'est un concours qui a été super important dans mon parcours. Je l'ai fait plusieurs fois », a affirmé Jérôme Couture dans une vidéo présentée lors de la conférence de presse. 

Le parrain passera beaucoup de temps au festival. En plus d'offrir une prestation dans le cadre du souper-spectacle le 18 août, il rencontrera les participants. Il animera aussi la finale en compagnie d'Isabelle Cyr qui agit à titre de formatrice dans le cadre du festival depuis quelques années. 

« Ça va être une finale plus chantée. On innove pour la finale cette année », assure Barbara Savard. 

La directrice générale insiste sur l'importance de la formation dans le cadre du Festival de la chanson de Saint-Ambroise. C'est d'ailleurs dans le but d'offrir une expérience encore plus enrichissante que le nombre de concurrents a été revu à la baisse, passant de 60 à 49 cette année.

« On veut permettre aux participants de vivre l'expérience plus intensément. Chaque catégorie passe de 16 à 12 participants. Ce sera plus dynamique pour eux. 

Les participants viennent passer une semaine ici. Ils doivent s'impliquer. »

Demi-finales

Les demi-finales seront jugées par Marc-André Fortin, Sandie Letendre et Dominick Trudeau. 

Mélissa Bédard, Simon Robitaille, Céleste Lévis, Marie-Noëlle Claveau et Dominick Trudeau agiront à titre de juges lors de la finale. 

« Avec 50 000 $ en prix et bourses, on est classé comme le deuxième concours le plus généreux », affirme Barbara Savard qui, en plus des quatre demi-finales, de la finale et du souper-spectacle, souligne le retour de plusieurs des activités. 

Les dîners chantants, tenus dans le parc adjacent au pavillon de la culture, permettront cette année encore d'entendre quatre participants chaque midi. Le public est invité à apporter son repas afin de profiter de ces spectacles intimistes. « Ce sont des moments privilégiés qui permettent de connaître davantage l'univers des auteurs-compositeurs et des interprètes. »

Avant chaque soirée de spectacles, les vitrines de la MRC du Fjord-du-Saguenay permettront de profiter de petites prestations dans le hall. « Ça vaut la peine d'arriver plus tôt pour découvrir ces beaux artistes-là », assure Barbara Savard. 

Le Cabaret Saint-Ambroise sera également de retour. Après chaque demi-finale, les participants de la 26e édition reprendront des succès de la francophonie. 

Après la grande finale, ce sera au tour d'Allan Hurd, gagnant de la catégorie auteur-compositeur-interprète 2016, d'animer le cabaret.

 

Une année record pour le mois d'archéologie

Charles Lalande, Québec Hebdo, 11 juillet 2017

Parole de Marie-Jacinthe Roberge, directrice générale d’Archéo-Québec : la popularité de l’archéologie ne cesse de croître dans la Belle Province. Preuve à l’appui, la 13e édition du Mois de l’archéologie se dirige tout droit vers un record de participation.

L’événement, dont le thème est Découvrez-vous, se tiendra du 1er au 31 août. Plusieurs activités sont organisées dans près de 75 lieux où des dizaines d’archéologues, interprètes et spécialistes partageront leurs recherches et leurs interrogations aux visiteurs. Des fouilles publiques et simulées sont également à l’horaire.

«L’archéologie en révèle tant sur nos ancêtres, qui avaient des modes de vie, des origines, des cultures, des croyances et des horizons très différents», a lancé Mme Roberge.

Caroline Nantel, directrice générale à Pointe du Buisson, le musée québécois d’archéologie, affirme quant à elle qu’il s’agit d’un «symbole important dans notre histoire».

Un porte-parole

Jérôme Couture vient de lancer un nouvel album de sorte qu’il est très occupé par sa tournée aux quatre coins du Québec. Malgré cela, il n’a pas hésité à accepter, pour une troisième année de suite, le titre de porte-parole de ce mois mettant en vedette l’étude des civilisations anciennes.

«L’archéologie nous permet de retracer la vie quotidienne de nos prédécesseurs et nous permet ainsi de revivre des siècles, voire des millénaires de rencontres, d’échanges, de métissages et d’ancrages, qui ont eu lieu ici même, au Québec», a dit le chanteur par voie de communiqué, étant donné qu’il était absent à la conférence de presse.

Il est plutôt rare de voir un porte-parole avec un agenda aussi rempli poursuivre son association avec le même événement au fil des années. À écouter Mme Roberge, nul doute que Jérôme Couture ne donne pas le choix aux organisateurs : «Dans ses temps libres, il visite des musées, écoute des documentaires et lit des livres sur le sujet. Il est un véritable passionné.»

 

Week-ends chauds: Jérôme Couture et Annie Blanchard en spectacle

Marie-Claude Boileau, Le Carrefour de Québec, 10 juillet 2017

Charlesbourg — Le parc de la Commune vibrera sous les rythmes des Week-ends chauds du Trait-Carré du 13 juillet au 11 août. En tout, 10 spectacles y seront présentés.

Parmi les artistes qui monteront sur la scène, on retrouvera JÉRÔME COUTURE, finaliste de La Voix en 2013 et ANNIE BLANCHARD qui chantera les pièces de son plus récent album, Those were the days.

Autrement, la programmation comprend des prestations festives où la musique de Joe Dassin et les rythmes mexicains seront à l’honneur. La relève musicale de Québec sera aussi bien représentée.

L’accès aux spectacles est gratuit. On recommande de consulter la page Facebook de l’événement s’il pleut.

Info.: www.weekendstraitcarre.com

Photo: Frédérick Duschene

 

ENTREVUE

Joanie Charron, TVA Nouvelles, TVA Gatineau, 10 juillet 2017

Vidéo

 

MENTION ET ENTREVUE

Marie-Lou Lamontagne, Le Téléjournal Ottawa-Gatineau, Radio-Canada, 10 juillet 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

La Fabuleuse et numérique histoire d'un royaume

Benoît Legault, Journal Le Devoir, 08 juillet 2017

Le réputé spectacle retraçant l’histoire de la région présente une nouvelle version multimédia pour souligner son 30e anniversaire

«La fabuleuse», c’est 150 comédiens bénévoles, qui interprètent jusqu’à 12 rôles chacun.

Du 7 juillet au 19 août, La fabuleuse histoire d’un royaume présente sa nouvelle version multimédia à l’occasion du 30e anniversaire de ce spectacle qui est l’attrait touristique numéro 1 au Saguenay. Les préventes de billets ont triplé cette année, alors cette nouvelle mouture est très attendue.

« Il était important de rajeunir le spectacle, de le rendre excitant pour la nouvelle génération de spectateurs », a expliqué Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing. Un investissement de 1,5 million procure donc une nouvelle version du spectacle qui sera présenté pour au moins cinq ans. Le spectacle, devenu une marque de commerce régionale, génère des retombées économiques annuelles d’environ 6,5 millions, pour les hôtels et restaurants notamment.

Grands effets

Les grands décors d’arrière-scène ont été remplacés par des projections illusionnistes et des lasers. Les effets, réalistes et éclatants, sont au service de l’histoire qui demeure la même, sauf pour des ajouts comme une magnifique scène sur l’hôtel Roberval. « L’âme du spectacle demeure malgré tout avec cette technologie nouvelle », a dit Pierre Mazurette, président du diffuseur de spectacles Diffusion Saguenay. M. Mazurette synthétise parfaitement le spectacle en trois mots : démesure, émotion et tourisme.

Les projections énormes, derrière la scène démesurée (100 pieds sur 150 pieds), sont également précises et délicates. L’ancien spectacle avait aussi ses points d’orgue inoubliables, mais l’avis général est que la nouvelle version est une amélioration. « Les reconstitutions sont plus esthétiques, plus finies, plus précises », a dit le chanteur Jérôme Couture, originaire de Jonquière.

Le travail de conception visuelle a été réalisé par les entreprises MATIÈRS et LSM Ambiocréateurs. « Le public québécois est réceptif, il aime être étonné. Mais il est exigeant, car il est habitué à des productions grandioses », a expliqué Ghislain Turcotte, président et concepteur de MATIÈRS, une firme basée à Québec. 

La fabuleuse histoire d’un royaume, c’est la reconstitution, en près de deux heures, de l’histoire de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, et ce, par 150 comédiens bénévoles qui pratiquent 2 ou 3 fois par semaine depuis janvier. Ils jouent jusqu’à 12 rôles chacun ! Cet effort colossal, fait avec coeur par quatre générations (les comédiens ont de 4 à 88 ans), donne à ce spectacle une dimension intangible d’une grande puissance émotive. L’apparition de plusieurs chevaux et autres animaux, de même que plusieurs effets scéniques impressionnants en donnent pour son argent au public.

L’engagement communautaire et le don de soi collectif de l’entreprise ont de quoi nous laisser complètement bouche bée. La fabuleuse… est jouée dans un aréna reconverti en salle de spectacles pour les besoins uniques de ce spectacle. Depuis 1988, La fabuleuse… a été jouée devant plus de 1 200 000 spectateurs de partout dans le monde. 

 

ENTREVUE

Élodie Roy, L'Outaouais maintenant, Outaouais 104,7 FM, 06 juillet 2017

http://www.fm1047.ca/

 

ENTREVUE

Marie-Claude Morin, Rouge Café, Rouge FM 94,9, 06 juillet 2017

http://www.rougefm.ca/

 

ENTREVUE

Salut bonjour, TVA, 05 juillet 2017

http://tva.canoe.ca/

 

Gatineau, à l'assaut des micros

Maud Cucchi, Le Droit, 05 juillet 2017

Un rappeur d'origine camerounaise, un groupe formé de quatre pères de famille mélomanes, un autre d'amis d'enfance du même quartier.

Leurs styles ne se ressemblent pas mais tous se retrouvent depuis fin mai aux ateliers de formations musicales de Gatineau prend la scène. Ils ont été sélectionnés parmi une quinzaine de candidats et font partie de la cohorte 2017 de ce programme financé par la Maison de la culture de Gatineau. À la clé ? Des cours thématiques pour les outiller dans leur future carrière professionnelle et l'occasion de se faire connaître en se produisant sur une scène d'envergure, place de la Cité, en juillet. Tous les concerts sont gratuits. 

Le rappeur Hopiho, artiste le plus expérimenté du groupe, y chantera le premier, en ouverture de la prestation de Jérôme Couture, le 10 juillet.

« Ce programme de mentorat m'intéressait parce qu'il me permet de progresser dans tous les domaines, » reconnaît le participant entre deux ateliers.

Écriture, arrangements, mise en scène, droit d'auteur, coaching vocal... les 30 heures d'ateliers concoctées par la professeure musicale Claire Duguay concentrent de nombreux aspects de la profession.

Cette année encore, le programme bénéficie du mentorat d'une marraine, France d'Amour, ravie de partager son expérience auprès de la relève outaouaise.

« J'aurais aimé pouvoir bénéficier de conseils avisés en début de carrière, en sachant notamment qu'il ne faut pas signer un contrat à l'aveuglette, illustre-t-elle. Mais je suis heureuse de leur faire partager mon expérience et c'est toujours agréable de côtoyer des gens qui ont de l'espoir. »

Dans un marché en pleine redéfinition où les ventes de musique enregistrée poursuivent leur dégringolade tandis que le modèle du streaming prospère, « l'essence, c'est la persévérance », résume avec lucidité France d'Amour.

Certains participants ont déjà produit un album (Hopiho) ou un EP (Bonhomme Sept Heures), d'autres en sont encore à la recherche de leur style, à l'instar de Spectra, groupe né il y a un an et demi à Gatineau.

« Avant de passer l'audition, ils n'étaient guère sortis de leur sous-sol », présente sans ambages la responsable de la formation, Claire Duguay. 

La maturité de leurs chansons convainc le jury qui donne une chance à ce groupe formé d'amis voisins du secteur Touraine, à Gatineau. Leur toute première prestation sur une scène, en public, aura lieu le 24 juillet en première partie de l'hommage à l'Expo 67 avec Les Requins. 

« Ces ateliers nous forcent à mieux nous définir », analyse la chanteuse Virginie Gauthier baptisée, en un jour, à l'enchaînement des entrevues journalistiques. 

Troisième participant du programme, Bonhomme Sept Heures n'est pas le moins atypique. Formé de quatre pères de famille, « avec des jobs à temps plein et des blondes compréhensives », il se réunit pour quatre heures de répétitions hebdomadaires et cathartiques. « C'est un baume sur nos semaines », résume le bassiste Simon Carrière. Leur prestation est prévue le 17 juillet, en première partie des Respectables. 

Le chanteur et guitariste Normand Veillette reconnaît que cet atelier leur offre « un miroir plus juste » sur leur musique : « Nous sommes habitués aux commentaires toujours positifs de nos amis après les concerts, reconnaît-il. La formation de Gatineau prend la scène propose un regard objectif sur notre travail. » Sauf que...

Au détour de la conversation, l'un des participants nous confiera qu'il n'ose pas commenter le travail de ses confrères, sous prétexte que « les artistes peuvent être très susceptibles. » Atelier sur la critique au prochain numéro.

 

Marc Dupré et Gregory Charles s'amusent à Saguenay

Jonathan Hudon, Le Quotidien, 01 juillet 2017

En cette fête du Canada, ça grouillait fort à Jonquière et Chicoutimi, samedi soir, pour les spectacles de Marc Dupré et Gregory Charles, respectivement. L'un a attiré plus de 10 000 personnes sur le site de la rivières-aux-sables dans le cadre de Jonquière en musique, l'autre a aimanté environ 5000 amateurs de musique aux abords de la scène sur la Zone portuaire.

Marc Dupré s'est permis quelques bains de foule à Jonquière en musique, au grand plaisir de ses fans.

Marc Dupré était l'invité de Jonquière en musique samedi.

Le coach de La Voix était en grande forme. «On est venu mettre le bordel dans la place, on va se coucher tard!», a lancé le chanteur. Il a entonné les pièces de son plus récent album, en plus de reprendre quelques pièces populaires.

Il a notamment fait lever le party en reprenant Can't stop the feeling, de Justin Timberlake, pluie de confettis inclus. Parlant de précipitations, ce ne fut pas de tout repos encore une fois pour les festivaliers. S'ils ont été épargnés dans les premiers instants du spectacle, on ne peut en dire autant par la suite. La pluie et les vents ont tenté de miner le moral des spectateurs, en vain. Au cours de la dernière semaine, on aura appris que dame Nature n'est ni souverainiste ni fédéraliste. À chacune des deux fêtes, elle a exprimé sa grande colère. Il en faudra bien plus pour empêcher les Saguenéens de s'amuser.

Fidèle à son habitude, Marc Dupré avait apporté un invité surprise avec lui. Cette fois, c'est Jérôme Couture qui se trouvait dans la valise de son ancien coach à La Voix! Les deux hommes ont eu bien du plaisir sur scène, affichant une belle complicité. Couture, comblé, avait la chance de se produire devant son monde.

Gregory Charles n'a plus besoin de présentation. Il n'a pas manqué de démontrer l'étendue de tout son talent au public chicoutimien.

Grégory Charles, tel un feu roulant

À Chicoutimi, Gregory Charles et ses six musiciens ont fait danser le public campé à la Zone portuaire. L'artiste accompli n'a pas arrêté une seconde, enchaînant les chansons au même rythme qu'un glouton enfile les hamburgers. La plupart du temps installé derrière son clavier, celui qui vient tout juste de lancer l'Académie Gregory a fait danser et bouger une foule enthousiaste.

Gregory Charles a touché à tous les styles musicaux, étant tantôt plus posé, tantôt très rythmé. Il a laissé une grande place aux grands succès québécois en traversant les époques, histoire de plaire à tous. D'ailleurs, la foule était plutôt diversifiée, passant de jeunes adultes aux personnes d'âge un peu plus mûr.

En attendant le feu d'artifice, prévu sous le coup de 23h au-dessus du pont de Sainte-Anne, le site de la Zone portuaire était fortement achalandé, malgré un temps incertain. Directeur des communications du site, David Pilote a évalué à 15 000 le nombre de personnes présentes.

 

JÉrÔME COUTURE À CHARLESBOURG LE 13 JUILLET

Charles Lalande, Charlesbourg Express, 21 juin 2017

Les Week-ends chauds du Trait-Carré offriront, du 13 juillet au 11 août, dix spectacles gratuits. 

Les organisateurs promettent une diversité de styles et d’ambiances au kiosque à musique du parc de la Commune.

Les spectacles se tiendront tous les jeudis et vendredis sur le coup de 20 heures dans un décor bucolique.

Jérôme Couture sera sur la scène lors de la soirée d’ouverture. 

 

Trois anciens chanteurs de La Voix se joindront à Marc Dupré

Normand Poulin, Passion FM, 15 juin 2017

(10:59) Festival d’été des Etchemins ce week-end

Trois anciens chanteurs de la populaire émission télévisée La Voix,  Jérôme Couture, Yvan Pedneault et Renée Wilkin rejoindront Marc Dupré sur scène ce samedi dès 21 h, à l’occasion du Festival d’été des Etchemins.

Rappelons que Laurence Castera et Émilie Bouchard combleront les premières parties du spectacle, alors que DJ Max Stapf terminera la soirée au son de la musique électronique.

Demain (vendredi), les humoristes P-A Méthot et Max Leblanc animeront la soirée sur le site de l’Éco-Parc des Etchemins, supportés par l’auteur-compositeur-interprète de Ste-Justine, Vincent Dupont en ouverture, et le groupe festif Les Cajuns en fin de soirée.

En raison de la météo incertaine, l'organisation du Festival tient à informer ses festivaliers de la possibilité de déplacer les spectacles de demain à l'Aréna de Lac-Etchemin. Le cas échéant, des mesures seront prises afin que les festivaliers soient dirigés au bon endroit avec les informations qui seront disponibles sur la page Facebook et le site web du festival.

Des billets sont toujours disponibles en ligne, dans les marchés Metro de Lac-Etchemin et de St-Georges, ou directement à la porte le jour même.

 

Jérôme Couture, recherché par les policiers

Dany Turcotte, La petite séduction, ICI Radio-Canada Télé, 14 juin 2017

Extrait

 

JÉrÔME COUTURE À RIVIÈRE-BLEUE

Dany Turcotte, La petite séduction, ICI Radio-Canada Télé, 14 juin 2017

Situé dans la MRC de Témiscouata, Rivière-Bleue est le point de rencontre de trois frontières : celles du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l'État du Maine, aux États-Unis. Cette municipalité est traversée par d’importants cours d’eau : à l’ouest par la rivière Saint-François et le lac Beau, et à l’est par le lac Long. Sa riche histoire est passionnante et pique la curiosité à coup sûr. Un petit coin de paradis à découvrir!

Dès son arrivée, Jérôme Couture est accueilli en grande pompe par la population de Rivière-Bleue, réunie sur le site historique de la Vieille Gare. Comme il existe de nombreuses similitudes entre Jérôme et son village d’adoption, Dany l’invite à jouer à un jeu qui met en lumière quelques-unes de leurs ressemblances. Pour conclure, les résidents de Rivière-Bleue lui interprètent La ballade des gens heureux, une des premières chansons qu’il a interprétées en public.

Grand passionné d’histoire, Jérôme est invité à se plonger au cœur même des années 20, alors que Rivière-Bleue était une plaque tournante du trafic d’alcool. Dany et lui tentent, entre autres, d’élucider le mystère du tunnel d’Alfred Lévesque, un célèbre contrebandier qui a marqué l’imaginaire collectif du village. Finalement, au grand bonheur des artistes, leurs recherches les mènent au Festival du bootlegger (contrebandier) dans une version spécialement organisée pour Jérôme.

Après avoir assisté au Défi de Dany mettant en vedette des patenteux de Rivière-Bleue, Jérôme est invité à rencontrer des gens qui ont choisi de ne plus remettre à demain la réalisation de leur rêve. Ces rencontres culminent sur une touchante prestation musicale, soit À l’encre de tes yeux, de Francis Cabrel, qui rappelle à Jérome de précieux moments passés autour du feu avec son père. Un moment riche en émotion pour cet homme au grand cœur!

 

«Une expérience inoubliable» pour Jérôme Couture

Marc-Antoine Paquin, InfoDimanche.com, 24 mai 2017

L’auteur, compositeur et interprète, Jérôme Couture, redescend à peine du nuage sur lequel l’ont porté les citoyens de Rivière-Bleue, cette fin de semaine, dans le cadre du tournage de l’émission La Petite Séduction de Radio-Canada.

Arrivé dans la région vendredi, l’artiste a rapidement été ébloui par l’accueil chaleureux et sympathique des Riverains. Dès le samedi matin, de nombreux citoyens l’attendaient devant la Vieille Gare pour un mot de bienvenue sincère. «Ç’a été, dès le début, un grand moment d’émotion et d’adrénaline. Cela donnait le ton à une fin de semaine magique, de surprise en surprise, avec des gens beaux et bons», a-t-il partagé, mardi.

Jérôme Couture raconte avoir vécu une expérience magique, dont il restera à jamais reconnaissant. Il affirme même avoir trouvé dans ce coin de pays des similarités intéressantes avec son Saguenay natal. «J’ai été vraiment charmé, conquis. Les gens me ressemblaient, ils étaient trippants, spontanés, bref je m’y sentais vraiment à l’aise.»

Pendant deux jours, le chanteur a découvert Rivière-Bleue sous toutes ses formes. Grand amateur d’histoire, il a été accroché par celle du tunnel souterrain d’Alfred et par la beauté architecturale de la Vielle Gare. «Tout était parfait pour moi. Je ne voudrais rien changer», a-t-il déclaré. Il ne cache pas non plus avoir pleuré quand le chanteur local David Pelletier a interprété «L’Encre de tes yeux», une chanson fétiche de Francis Cabrel qui lui rappelle son père, guitare à la main, autour du feu. «C’est sans contredit l’un des moments marquants des deux jours.»

Chose certaine, les citoyens de Rivière-Bleue ont frappé un grand coup. Jérôme Couture a tellement aimé son expérience qu’il souhaite y revenir rapidement. «Ce n’est pas que de belles paroles», assure-t-il. «J’ai adoré la région et ses gens. C’est tellement beau et ça me rejoint. Je souhaite y revenir vite avec ma blonde pour des vacances. Peut-être que je pourrai aussi aller pêcher plus longuement», a-t-il ajouté, sourire dans la voix, faisant référence à une activité de l’émission.

Il profitera également de son retour pour remercier tous ceux et celles qui ont contribué à faire de cette fin de semaine une expérience dont il est marqué. «Je veux vraiment prendre le temps de remercier tout le monde. Ils ont été extraordinaires», a-t-il conclu.

UN SUCCÈS

Pour Rivière-Bleue, le tournage de la 225e émission de La Petite Séduction a été un marathon, mais surtout une expérience enrichissante. «Les citoyens ont répondu à grand nombre lors des rassemblements et ils ont été eux-mêmes. De son côté, Jérôme a été d’une générosité et d’une authenticité exemplaire. Je crois que nous sommes tous très fiers de cette expérience», a indiqué la présidente du comité organisateur, Marie-Jo Cormier.

Selon elle, toute la préparation et le tournage auront assurément rapproché la population riveraine, mobilisée ensemble vers un but commun. «Pour Rivière-Bleue, on ne connaît pas encore les retombées, mais c’est certain que ce sera juste du positif.»

L’émission sera diffusée sur les ondes de Radio-Canada le mercredi 14 juin dès 20 h. Parions que de nombreuses personnes seront à l’écoute, dont Jérôme Couture qui voudra revivre une 2e fois son moment à Rivière-Bleue. 

 

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Claudia Fortier, Journal Courrier Frontenac, 19 mai 2017

Le Comité de spectacles de Thetford Mines (Spect-Art) a procédé, le jeudi 18 mai, au lancement de sa programmation 2017-2018. Ce sont plus de 40 spectacles en chanson, en musique, en humour et en théâtre qui seront offerts pour cette 30e saison. 

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Travis Cormier

Photo tirée de Facebook

En chanson, Spect-Art inaugure sa saison en septembre avec Yvan Pedneault qui fera vibrer les spectateurs avec sa voix puissante, alors que Travis Cormier fera vivre la Travismania aux gens de Thetford. En octobre, Jérôme Couture mettra le feu aux planches de la salle Dussault et Geneviève Leclerc fera découvrir son talent unique d'interprète. En novembre, Spect-Art propose une soirée de jazz avec Karen Young et Coral Egan qui offriront leur spectacle «Mère et fille». En décembre, Rick Hughes présente un spectacle des plus grandes chansons du rock, et Tocadéo viendra présenter son plus récent concert de Noël, offert en formule souper-spectacle. En janvier, Marc Hervieux en mettra plein les oreilles avec son spectacle «Nos chansons», dont le répertoire a été choisi par le public.

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Guylaine Tanguay

gracieuseté

En février, le grand gagnant de la dernière édition de La Voix, Ludovick Bourgeois, sera de passage. En mars, le groupe Kaïn sera de retour pour présenter son plus récent album ainsi que ses nombreux succès et la chanteuse Guylaine Tanguay sera à la salle Dussault en compagnie de sept musiciens afin de’offrir le spectacle «La fièvre du country». Finalement, en avril, la Maison de la culture résonnera au son du blues d'Adam Karch, tandis que La Caravane Country, mettant en vedette Laurence Jalbert, Paul Daraîche et Annie Blanchard débarquera à la salle Dussault.

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

La violoniste Angèle Dubeau.

(Photo gracieuseté – Luc Robitaille)

En musique, le concert d'adieu d'Angèle Dubeau et La Pietà sera présenté en novembre et présentera les pièces les plus aimées du répertoire de l’artiste avant qu’elle tire sa révérence. Puis, en février, les gens pourront découvrir Mélisande[Électrotrad] qui les fera chanter et danser. Enfin, les Thetfordois vibreront au son de l'Orchestre symphonique de Québec qui est de retour en mai pour présenter le concert «L'apothéose de la danse».

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Mariana Mazza

Mario Beauregard

En humour, plusieurs artistes seront présents pour faire rire. Tout d'abord, en octobre, Mariana Mazza présentera «Femme ta gueule», son premier spectacle solo. En décembre, Jérémy Demay revient avec son nouveau spectacle «Vivant». En janvier, les gens pourront découvrir l'humoriste Martin Perizzolo pour la toute première fois à Thetford. En février, Laurent Paquin, sera de retour pour présenter «Déplaire». En mars, Claudine Mercier offrira son cinquième spectacle en carrière.

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Joël Legendre

(Photo: Tirée de Facebook)

En avril, Guy Nantel fera réfléchir et François Massicotte plongera les spectateurs dans la réalité de sa nouvelle vie de famille. En mai, Spect-Art accueillera pour la première fois l'humoriste montante Katherine Levac. Enfin, en juin, Joël Legendre présentera son spectacle de variétés «Showtime», et Louis-José Houde sera de passage avec «Préfère novembre».

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Geneviève Rochette, Marilyse Bourke, Brigitte Lafleur et Anne Casabonne dans La Galère sur scène.

Gracieuseté –Martin Ouellet

En théâtre, les filles de La Galère plongeront les spectateurs au cœur de leur univers. Cette représentation aura lieu en octobre. En novembre, la pièce très connue «Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu» saura divertir grâce à une distribution de talent, dont Rémy Girard. En janvier, l'excellente Pauline Martin fera rire les gens et saura les émouvoir dans la pièce Irène sur Mars. Puis, le classique Pygmalion, l'œuvre qui a donné My Fair Lady, sera présenté. Pour finir, Fred Pellerin sera de retour en avril avec son plus récent conte «Un village en trois dés».

En raison du succès connu lors des dernières saisons, Spect-Art a décidé d'offrir un film de plus dans la série des Grands Explorateurs, pour un total de quatre représentations proposées. En octobre, «Bem Vindo A Portugal» plongera les gens dans un univers exotique. En novembre, tous pourront découvrir la destination mythique Compostelle, sur le chemin de Saint-Jacques. En février, il sera possible de partir en safari avec Afrique du Sud, au pays Arc-en-ciel. Finalement, en mars, Londres propose un tour du monde en une ville.

Spect-Art s'offre du talent pour ses 30 ans

Arthur L’aventurier (Photo gracieuseté)

Les enfants aussi auront droit à de belles découvertes puisque Spect-Art présentera cinq spectacles pour le jeune public. En novembre, Arthur L'aventurier fera découvrir les Rocheuses aux enfants. En janvier, à l'occasion du congé pédagogique, une représentation de «Drôle de Petit Chaperon rouge» aura lieu. En février, Thetford accueillera le tout nouveau spectacle d'Annie Brocoli. Puis, en mars, pour la semaine de relâche, les enfants pourront voir les prouesses des artistes du cirque de Terzetto, et plus tard les tout-petits pourront chanter et danser en compagnie de Brimbelle.

Tous les détails des abonnements et de la vente des billets sont disponibles sur le site Web de Spect-Art.

 

Les rassemblements pour séduire Jérôme Couture à Rivière-Bleue

Journal Infodimanche, 16 mai 2017

La populaire émission La Petite Séduction sera de passage à Rivière-Bleue les 19, 20 et 21 mai prochains avec Jérôme Couture comme artiste invité. L’opération charme demandera la participation de nombreuses foules. Vous êtes donc invités à vous joindre aux rassemblements pour un ou des moments de tournage.

L’accueil et la première rencontre avec Jérôme se fera le 20 mai à 8 h 45 à la Vieille Gare. Suivra, en après-midi un moment pour revivre le fameux festival à 12 h 50 dans la rue des Pins Est. Le 21 mai, vous êtes conviés à la Chapelle du Pied-du-Lac, dès 8 h 30 pour un moment de grande émotion. Ensuite, vous pourrez assister au Défi de Dany dès 11 h 35 au Parc Simard et le tournage se terminera par la fête finale prévue à 15 h 20 dans le stationnement de l’église.

Un moment pour rencontrer l’animateur Dany Turcotte et l’artiste invité Jérôme Couture est prévu à la fin de chacun des moments de tournage. Profitez-en pour prendre des photos ou faire signer des autographes.

Afin d’assurer la sécurité de tous et de faciliter le travail de l’équipe de production, certaines rues devront être fermées à la circulation. Des voies de contournement ainsi que des stationnements sont prévus. Toutes les informations se retrouvent au www.riviere-bleue.ca. Prière de bien vouloir respecter les consignes afin d’assurer le bon déroulement du tournage.

 

Les incontournables de la semaine

Pierre-Alexandre Maltais, Le Journal de Québec (Édition Sag-Lac-St-Jean), 7 mai 2017

4. Le spectacle festif : Jérôme Couture

Avec un peu de chance, le passage de celui qui interprète Comme on attend le printemps à Saguenay cette semaine coïncidera peut-être avec l’arrivée du beau temps. Chose certaine, c’est que Jérôme Couture, finaliste de l’émission La Voix en 2013, a prouvé plus d’une fois qu’il pouvait «faire lever le party» avec ses nombreux succès, tels qu’Amoureux ou Pardonnez-moi. C’est ce qu’il compte faire en fin de semaine, dès 20 h, sur la scène du Théâtre Banque Nationale.

 

Le tournage de La Petite Séduction à Rivière-Bleue arrive à grands pas

Journal Infodimanche, 5 mai 2017

Les 20 et 21 mai, Rivière-Bleue tentera de charmer Jérôme Couture à la populaire émission La Petite Séduction diffusée à Ici Radio-Canada. La Municipalité invite toute la population à se présenter pour le tournage.

Le samedi aura lieu le traditionnel souper homard du Service incendie. Les fonds amassés serviront à acheter des équipements supplémentaires pour la brigade.

Toutes les informations incluant les heures et les lieux de tournage seront diffusées dans les prochaines semaines, le scénario étant présentement en rédaction. Les artistes Dany Turcotte et Jérôme Couture seront également disponibles à certains moments. Lors du tournage, la population sera invitée à se costumer dans le style des années 1920. Pour ce segment, les gens costumés seront mis à l’avant. Les hommes sont invités à porter chemise, bretelles et chapeau tandis que les femmes pourront porter une robe «charleston», un boa, des plumes ou encore adopter le look garçonne.

Comme le tournage d’une telle émission se déroule sur deux jours, il s’agit d’un véritable marathon. Il est recommandé d’apporter le nécessaire pour être à l’aise : de l’eau, une chaise, des collations, etc. Ce sera aussi l’occasion de montrer Rivière-Bleue sous son meilleur jour. L’organisation est toujours à la recherche de personnes souhaitant s’impliquer devant la caméra, derrière la caméra, pour la confection de costumes, le montage de sites, la préparation de décor, etc. Contactez Marie-Jo Cormier ou Roxanne Morin pour donner votre nom.

L’émission sera diffusée le 14 juin sur les ondes d’Ici Radio-Canada.

 

Voici ce que sont devenus les ex-candidats de La Voix

Mélodie Lamoureux, Le Sac de chip, Le Journal de Montréal, 24 avril 2017

Le 7 mai prochain, 6 ex-candidats qui ont marqué le célèbre concours présenteront un concert intime et privilégié.

La soirée mettra en vedette Kevin Bazinet, Travis Cormier, Genevieve Leclerc, Alexe Gaudreault, Jérôme Couture et Rémi Chassé.

Avec Maripier Morin à l’animation, on ne pourrait faire mieux pour un spectacle mémorable. Celle qui a servi de grand soeur auprès des jeunes candidats et candidates de La Voix Junior saura certainement ajouter sa touche unique d’humour et d’énergie.

Pour ne rien manquer de l'événement présenté gratuitement en ligne, visitez la page Facebook de l’Avant-Scène Vidéotron.

2. Jérôme Couture

Depuis son passage à La Voix, Jérôme Couture a réussi à se forger une place de choix sur la scène québécoise. Sa chanson Comme on attend le printemps, écrite par Marc Dupré durant La Voix, joue en boucle dans les stations de radio. Il a même lancé deux albums.

 

La joie de vivre de Jérôme Couture

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 13 avril 2017

L’auteur, compositeur et interprète a offert une soirée émouvante, jeudi soir, au Capitole de Québec

De retour sur la scène où il a fait ses débuts professionnels comme choriste aux côtés de Martin Fontaine dans Elvis Story, Jérôme Couture a savouré avec un plaisir évident cette visite sur les planches du Capitole de Québec en tant qu’artiste vedette.

Armé d’une pop entraînante et de reprises bien sélectionnées, le finaliste de la première édition de l’émission La Voix a vécu une soirée très émouvante.

«Un jour, ça va être mon show à moi», s’était-il dit, à cette époque, alors que le Saguenéen d’origine étudiait en musique dans la Vieille Capitale et qu’il vivait dans un un et demi à Sainte-Foy.

«C’est très touchant d’être ici», a-t-il lancé après Je reviens chez moi, qui a pris fin sur quelques mesures de Hound Dog du King.

Plaisir évident

Sur la route avec son deuxième album intitulé Gagner sa place, lancé l’automne dernier, l’auteur-compositeur et interprète de 32 ans a un plaisir évident sur scène. Il chante, joue de la guitare, sautille et exécute quelques pas de danse qui, comme il le dit, sont loin d’être chorégraphiés. Il est très énergique.

«Les jambes n’écoutent pas la tête», a-t-il laissé tomber, après une reprise solide de Kiss, de Prince, entremêlés par des passages de Want to Want Me de Jason Derulo, où sa voix était presque aussi aiguë que celles des chanteurs des Bee Gees.

Accompagné par trois musiciens, qui chantent et qui font plusieurs «ho, ho, ho», Jérôme Couture se débrouille fort bien vocalement.

Devant un public un peu hétéroclite, constitué d’enfants, de jeunes ados et d’adultes, qui remplissait 75 % du parterre de la salle de spectacle, l’auteur-compositeur et interprète a puisé dans ses deux premiers albums et livré plusieurs reprises bien choisies.

Reprises abondantes

Des reprises, il y en a plusieurs dans le spectacle de Jérôme Couture, avec des passages, entre autres, de Take me to Your Loving Arms (Ed Sheeran), I Won’t Give Up (Jason Mraz), I Want Yout to Want me (Cheap Trick), Livin’ La Vida Loca (Ricky Martin), Can’t Stop the Feeling (Justin Timberlake), Locked Out of Heaven (Bruno Mars) et À l’enfant que j’aurai (Okoumé).

Des reprises efficaces et sympathiques, mais qui prennent un petit peu trop de place.

La pop de Jérôme Couture, avec des refrains accrocheurs et des «ho, ho, ho» est un tantinet générique par moments, mais elle est superbement livrée. Quelques passages plus rock étaient présents avec Je reviens chez moi et Regarde-moi. Dommage que la très bonne Danser sans toi n’était pas du programme.

Avec des chansons plus assumées, tel le titre de son deuxième album, Jérôme Couture a de bonnes chances de la gagner, sa place.

En première partie, la Saguenéenne Sara Dufour s’est bien tirée d’affaire. Accompagnée d’un guitariste, la jeune auteure-compositrice a bien défendu les chansons «folk-banjo et un peu hillbilly» de son album Dépanneur Pierrette, réalisé par Dany Placard.

Carburant sur ce qu’elle a appelé du «gaz d’avion», elle a chanté son amour pour les «Ski-Doo», les «guns» à patates et Teepee, une superbe chanson de rupture. Intéressant et à suivre.

 

Une soirée électrisante avec Jérôme Couture

Lyne LaRoche, Destination ville de Québec, 13 avril 2017

Hier soir, l'énergique Jérôme Couture était de passage au Capitole de Québec afin de présenter son spectacle Gagner sa place titre de son deuxième opus. 

Entouré de ses trois musiciens qu'il se permet de taquiner à plusieurs reprises, l'auteur-compositeur-interprète a débuté la soirée avec son hit radiophonique de l'été 2016 My Sweetest Thing. Visiblement à l'aise et en pleine confiance, celui qui a la réputation de mettre le party partout où il passe, n'a pas fait d'exception à la règle car tout au long de la soirée, le public était debout, dansait, chantait et frappait des mains.

« Bonjour Québec, est-ce que ça va bien? Je suis tellement heureux d'être avec vous ce soir, êtes-vous prêts à faire le party? Moi oui», a-t-il lancé avec un large sourire. Il a enchaîné avec Avant l'aube, Plus fort que tout, Entre nous, Pardonnez-moi, Goodbye Girl, Dis-le-moi, mélangeant ainsi les titres de ses deux albums.

Très communicateur, Jérôme a raconté, entre ses chansons quelques anecdotes et certains souvenirs d'enfance. On y apprend que c'est son père qui lui a montré à jouer de la guitare et sa mère qui lui a appris à croire en ses rêves. Qu'avant son passage à l'émission La Voix, il avait déjà fait partie de la distribution du spectacle Elvis Story (Martin Fontaine). Alors aujourd'hui, de présenter son spectacle solo sur cette même scène, c'était très important pour lui car il réalisait un grand rêve. Surtout devant un public conquis d'avance prêt à le suivre en se faisant aller le popotin et a fredonner avec lui toutes ses chansons. Il faut dire que c'est pratiquement impossible de rester assis, il est une vraie bête de scène, il met le party pas à peu près. Son répertoire est rempli de mélodies accrocheuses, on reconnaît facilement la touche de Marc Dupré.

Le showman a aussi fait un survol de ses préférences musicales et de succès pop dont Can't Stop The Feeling, Hound Dog, I Wan't You to Want me, Livin La Vida Loca, I Won't Give Up, Thinking ut Loud... encore là, tout pour donner le goût de se lever. 

Pour clore cette soirée haute en couleur, il a interprété son tout dernier succès, Gagner sa place. Au rappel Uptown funk (de Mark Ronson / Bruno Mars) et son incontournable Comme on attend le printemps pour le plus grand plaisir de ses fans. Tout au long de la soirée Jérôme a eu droit à plusieurs ovations bien méritées. 

Bilan

Grâce à son charisme, ses choix de chansons, ses déhanchements et sa voix puissante, dès les premières minutes, Jérôme Couture réussi à mettre une ambiance survoltée. Il livre avec brio une performance sans faille.

Un spectacle à voir absolument!

 

La dernière fois

Patrick Delisle-Crevier, 7 Jours, 7 avril 2017

... que j'ai lu un livre

« Je suis en train de lire Artéfacts, une série de libres illustrés d'aquarelles. C'est ma petite-cousine, une aquarelliste, qui les a faits. Ils ont un lien avec les premiers arrivants du Lac-Saint-Jean, et comme je suis un passionné d'archéologie, ça me fascine.»

... que j'ai fait une folie

« Je me suis acheté une guitare Stratocaster et un ampli. C'est une vraiment grosse folie! J'ai pris mon temps avant de faite cet achat, mais c'est quand même toute une folie. Avoir une nouvelle guitare me connecte encore plus avec la musique.»

... que j'ai pris l'avion

« Quand je suis parti en tournée avec Marc Dupré, c'était en Abitibi.»

... que j'ai vu un film

« Je suis allé au cinéma avec ma blonde; nous sommes allés voir le film Votez Bougon. J'ai bien aimé, mais j'ai trouvé ça plus sombre que la série.»

... que j'ai envoyé un texto

« C'était à ma blonde: elle s'occupait de mes parents et les amenait voir mon spectacle. »

... que j'ai fait un achat

« J'ai acheté un wireless de guitare. Je suis vraiment en mode dépense pour ma guitare, ces-temps-ci. »  

... que j'ai écrit une chanson

« C'est plus fort que tout, la nouvelle chanson que l'on peut entendre à la radio en ce moment. »

... que j'ai acheté un disque

« J'ai plein de disque sur ma liste d'achats. Je compte bien aller chercher le dernier de Patrice Michaud. Mon coup de coeur des derniers mois, c'est Fuso, un gars d'ici qui fait de l'excellente musique.»

... que j'ai été fâché

« Je ne me fâche que très rarement. Mais il m'est arrivé, en montant le spectacle, d'être un peu impatient, parfois, car les choses n'allaient pas toujours comme je voulais. Je suis aussi bougon le matin.»

Son album Gagner sa place est en vente partout. Pour connaître les dates de sa tournée: jeromecouture.net

 

Agenda culturel

Sabin Desmeules, Échos vedettes, 7 avril 2017

Ses deux premiers extraits , Plus fort que tout et My Sweetest Thing, connaissent beaucoup de succès. Jérôme Couture présentera son nouveau spectacle, dans lesquels il interprète des pièces de son album Gagner sa place, au Capitole de Québec le 13 avril, puis au Théâtre du Cégep de Trois-Rivières le lendemain.

 

PRESTATION

Éric Salvail, En mode Salvail, V, 4 avril 2017

http://noovo.ca

 

 

Réussir sa carrière après La Voix

Samuel Pradier, Le Journal de Montréal, 25 mars 2017

Participer à La Voix n’est pas une fin en soi. Tous les candidats espèrent que l’émission, et la visibilité qu’elle apporte, va leur permettre de commencer ou de poursuivre une carrière en devenir. Mais seuls quelques-uns arrivent à tisser durablement un lien entre leur voix et le public.

Outre le gagnant de la saison, aucun des autres participants de La Voix n’est ­assuré de pouvoir faire un album. La ­plupart le font donc pour la visibilité que l’émission offre, avec ses cotes d’écoute de plus de 2 millions de téléspectateurs.

«Je n’allais pas à La Voix pour gagner, ­explique Jérôme Couture. Je travaillais ­déjà dans le milieu de la musique, je ­faisais un peu de télé, j’ai surtout voulu ­faire l’émission pour l’expérience que cela allait me donner.»

Il ne pensait pas non plus y trouver un ami, en la personne de Marc Dupré, qui l’a pris sous son aile.

«Dans ce métier, il faut travailler fort, comme dans n’importe quel emploi. Si on veut progresser dans une entreprise comme actuaire, par exemple, il faut travailler, avoir du ­rendement, proposer des choses. C’est pareil dans la musique.»

Un travail quotidien

Selon Stéphane Laporte, producteur associé de l’émission, il n’y a pas de recette pour valoriser sa participation à La Voix.

«Il n’y a pas une façon de faire carrière. C’est toujours l’originalité que l’on recherche. Quand on livre quelque chose de personnel, qu’on est soi-même, on devient plus universel, il faut aller dans ce sens. Le travail des coachs est de mettre en valeur le meilleur des candidats. Les candidats doivent donc s’ouvrir et donner le meilleur d’eux-mêmes pour se démarquer.»

Et il insiste sur le fait qu’une carrière ­demande un travail permanent, pendant, mais aussi après l’émission.

Andie Duquette, par exemple, s’était préparée. «Je savais que dès que j’allais être éliminée, il fallait que je travaille fort et que je ne devais pas ­attendre que quelque chose tombe du ciel. Il faut être proactif.»

Elle a quand même eu la chance que Marc Dupré lui propose de partir en tournée avec lui pendant deux ans. ­Ensuite, elle a décidé de produire elle-même son premier album.

«Cinq ans plus tard, je dirais que La Voix m’a donné l’envolée dont j’avais besoin. Mais c’est vraiment un combat ­quotidien de rester vivante dans les yeux du public, de rester ­actif, de montrer qu’on est là.»

Andie Duquette s’attaque ­actuellement au marché ­canadien anglophone avec un nouvel extrait en anglais.

Les coachs ne jouent pas un rôle important uniquement durant l’émission, ils restent aussi présents pour accompagner certains de leurs ­protégés après l’extinction des caméras.

«Ils s’impliquent davantage que les treize semaines qu’ils passent dans l’émission, a confirmé Stéphane Laporte. On l’a vu avec Marc Dupré, avec Isabelle qui a suivi Yoan, ou encore avec Ariane Moffatt qui a travaillé sur le premier album de Valérie Carpentier.»

La visibilité

Le milieu de la musique est aussi très attentif à ce qui se passe dans l’émission. Deux jours après son ­élimination de la saison 4, Soran Dussaigne recevait un appel de la maison de disques Audiogram qui voulait le ­rencontrer.

«Au début, je n’étais pas certain de ­vouloir signer un contrat, car je voulais rester libre de faire exactement ce que je veux, mais Audiogram me laisse ­totalement libre, dit-il. Je voulais ­aussi avoir mon été pour faire des spectacles avec mon ami. C’était une façon de prendre du temps pour moi, de voir à quel point j’avais besoin ­d’aide pour continuer dans la musique. J’ai vite réalisé que j’en avais ­vraiment besoin!»

Céleste Lévis et Geneviève ­Leclerc ont aussi été ­approchées par des maisons de disques à la suite de leurs ­prestations dans l’émission.

«En juillet, après La Voix, j’ai signé avec Tandem Musique, explique la chanteuse franco-­ontarienne. Mais mon plus grand défi était d’écrire de bonnes chansons. Je suis auteure-compositrice, je ne voulais pas être juste une voix.»

Céleste reconnaît que le plus difficile est surtout de continuer à exister dans l’esprit des gens lorsqu’une nouvelle saison débute. «Il y a de nouveaux artistes qui arrivent et il faut se battre pour dire qu’on est encore là. Il faut constamment se faire voir.»

De son côté, c’est pendant les directs que Geneviève Leclerc a senti quelques ­opportunités.

«Anne Vivien, directrice artistique des Productions J, m’avait dit: on va se voir après. Deux jours après la finale, je l’ai ­appelée pour lui donner mes disponibilités. J’ai quand même poussé pour ne pas ­tomber dans l’oubli.»

Lors de leur rencontre, elles ont jeté les bases de ce qui allait être un ­premier album.

«La Voix est un tremplin de visibilité, mais si tu sautes dans les airs sans bouger, ça ne sert à rien. Il faut faire une vrille. Moi, je crois à 90 % de travail et 10 % de talent. C’est comme n’importe quel job.»

 

ENTREVUE et PRESTATION

Marie-Élaine Proulx et Stéphane Richard, Rouge Café, Rouge FM 107,3, 22 mars 2017

http://www.iheartradio.ca/

 

Les choix du 7 Jours

Marie-Josée Roy, 7 Jours, 17 mars 2017

Jérôme Couture Gagner la route #7

Spectacle: Après avoir lancé son deuxième album, Gagner sa place, au cours de l'automne, Jérome Couture prend la route pour une nouvelle tournée de spectacles. L'artiste énergique foulera de nombreuses scènes un peu partout dans la province. Il sera notamment au Capitole de Québec le 13 avril et chez lui, au Théâtre Banque nationale de Saguenay, le 13 mai. À ne pas manquer! 

 

Show Review - Jérôme Couture

Dutch Bickell, Canadian Beats, 14 mars 2017

Jérôme Couture has become one of Quebec’s premier artists and sought after performer. With catchy rhythms and infectious vocals, Couture has carved a major mark in the Francophone/Canadian music market. With his self-titled debut album Jérôme Couture (2014), and October 2016’s follow-up album Gagner sa place becoming major hits with fans, Couture has embarked on a string of 2017 tour dates to serve his music front and center to his fans.

When it comes to performing on stage, it takes a talented artist to perform a 90+ minute set from start to finish flawlessly and with ease. It takes an even more talented artist to carry the weight of a show on their shoulders when you have a major technical fail one song into your packed set list. For Couture, that is exactly what happened when he took the stage at Montreal’s L’Astral theatre on Thursday night. One song into his packed set list there was a technical malfunction that cancelled out part of the evening’s musical elements. Couture had just performed his first song when one of his band members let him know that there was a technical problem and that they were trying to remedy the issue right away. Instantly Couture started to talk and joke with the audience. After a few minutes of talking Couture broke into his second song acoustically and carried on with the rest of the show.

With the one minor flaw, Couture performed high energy the entire night. Mentored by Marc Dupré, Couture explained how much he enjoyed working with Dupré on their song “Goodbye Girl” before pairing it up in a medley with Cheap Trick’s “I Want You to Want Me.” During the medley Dupré ran from the audience and jumped on stage and started performing with a very surprised Couture. It was a great moment that showed some great comradery amongst fellow artists.

Though he takes the time to create upbeat and well-crafted originals, Couture is also a huge fan of music and has no problem performing some of his own favorites as well. Covering everything from Ricky Martin to Maroon 5, Couture sang some great hits that got the crowed moving as he danced clear across the stage in a way only Couture can electrify and dazzle an audience.

Couture has shows scheduled well into the early part of the summer concert season, and you would be doing yourself a favor to catch Couture live on stage. Couture is a very high energy performer and makes sure that everyone in the crowd is enjoying the show. Couture takes the time to interact and share stories with the audience taking them on a musical journey throughout his life and career.

Couture’s set list included; “My Sweetest Thing,” “Avant l’aube,” “Oublions tout,” “Plus fort que tout,” George Michael’s “Kiss” and Jason Derulo’s “Want To Want Me,” “Entre nous,” “Plus froid que l’hiver,” “Pardonnez-moi,” “Je reviens chez moi,” “Regarde-moi,” “Je suis là,” “Rendez-vous,” “Amoureux,” Justin Timberlake’s “ Can’t Stop the Feeling!,” Maroon 5’s “Moves Like Jagger,” “On s’en fout,” “Dis-le-moi,” “Gagner sa place,” Bruno Mars’ “UpTown Funk!,” Ricky Martin’s “Livin’ La Vida Loca,” and “S’il le faut.”

 

Jérôme Couture réchauffe L'Astral

Marie-Hélène Amyot, MatTV, 11 mars 2017

C’est à L’Astral que j’avais rendez-vous avec Jérôme Couture, avant le début de son spectacle, présenté dans le cadre de Montréal en lumière. En ce frisquet jeudi, les chansons de l’artiste étaient les bienvenues. Ensoleillées, qui donnent le goût de bouger, elles ne pouvaient pas mieux tomber.

L’ouverture des portes se faisant à 19 h, c’est à la course que les admiratrices se sont précipitées aux abords de la scène, prêtes à l’arrivée du chanteur, qui avait d’ailleurs mentionné en entrevue que les chansons pop étaient en majorité dans l’horaire de la soirée. Le tout a débuté au son de My sweetest thing, pour poursuivre avec la pièce Avant l’aube avant qu’un problème technique majeur ne survienne.

Pendant ce temps, l’artiste a bien occupé le temps en s’adressant à la foule, s’excusant de cet imprévu et tout en faisant preuve d’humour alors qu’il s’exclama : « Y’a des tomates qui me poussent en dessous des bras! », faisant référence à la chaude température à l’intérieur. The show must go on, comme on dit! Malgré cet imprévu, le chanteur n’a rien perdu de son entrain et a poursuivi le spectacle, devant des spectateurs qui continuaient de s’amuser au son des chansons Oublions tout, Pardonnez-moi, Je reviens chez moi, Goodbye Girl qu’il a interprété en compagnie de Marc Dupré, et a fait un mashup avec la très populaire chanson de Cheap Trick, I want you to want me. Beau numéro au cours duquel la complicité du duo était palpable.

C’est dans une ambiance de party que s’est déroulée le spectacle de l’artiste dont le dernier album s’intitule Gagner sa place. Pour vous réchauffer et vous amuser au son des chansons de Jérôme Couture, n’hésitez pas à consulter l’horaire de ses spectacles à venir.

 

ENTREVUE

Charlie Rousseau, Ça commence ici, CKVL 100,1 FM, 10 mars 2017

http://www.100-1fm.com/

 

Que de plaisir avec Jérôme Couture à l'Astral

Frédéric Lebeuf, Alternative Rock Press, 10 mars 2017

Le jeudi 9 mars, le beau Jérôme Couture a convié ses fans chéris à un mémorable spectacle à L’Astral lors de Montréal en Lumière. On a chanté, on a dansé, on a rigolé … Bref, on a passé une belle soirée en agréable compagnie.

Après avoir commencé sa prestation d’une façon étincelante avec My Sweetest Thing, Jérôme Couture a malheureusement essuyé des problèmes techniques très tôt en début de spectacle. Passionné de rythme, le chanteur devait se passer de la présence de son clavier durant la première partie de son spectacle. Ce fut surement un moment très difficile pour son moral. Malgré tout, il demeurait toujours heureux sur la scène et il désirait mettre le party dans la place.

Tandis que Plus fort que tout a frappé « fort » dans notre esprit, le chanteur de Boucherville s’est fait plaisir en interprétant des classiques touchants tels que Hound Dog (d’Elvis Presley) et Kiss (de Prince).

Afin de clore le premier set en beauté, le chanteur de 32 ans a concocté une petite surprise à ses admirateurs! Nul autre que Marc Dupré s’est présenté sur la scène afin d’interpréter en duo Goodbye Girl. Sans surprise, l’adrénaline à L’Astral a atteint son paroxysme!  Ce fut un moment de pur délice pour nos oreilles et … pour nos yeux.

Jérôme fait des covers à la tonne en deuxième partie!

À son retour, Jérôme a livré une collection de succès pop tels que Thinking Out Loud (de Ed Sheeran), Locked Out of Heaven (de Bruno Mars), Moves Like Jagger (de Maroon 5) et Can’t Stop The Feeling (de Justin Timberlake). En bonus, on a eu droit à Livin La Vida (de Ricky Martin) en format acoustique.

En présentant un beau mélange de compositions originales et de succès souvenirs, l’énergique chanteur a mis le public – composé très majoritairement de demoiselles – dans sa poche. On pouvait sentir qu’il savourait ce moment ainsi que de voir l’étendue de sa passion musicale. En plus de faire des mouvements de danse, il souriait et il s’amusait sur la scène. L’objectif était clair : il voulait que ses fans passent une soirée mémorable … et ce fut le cas!

En rappel, Jérôme Couture a conclu avec une réinterprétation de Uptown Funk (de Mark Ronson/Bruno Mars) qui lui coule à la peau ainsi que sa formidable Comme on attend le printemps. Pour une dernière fois, on s’est laissé aller le popotin, puisé nos dernières énergies et chanté avec lui.

Liste de chansons (non officielle):

Sweetest Thing

Avant L’aube

Oublions tout

Plus fort que tout

Kiss (de Prince)

Entre nous

Pardonnez-moi

Je reviens chez moi

Hound Dog (de Elvis Presley)

Regarde-moi

Goodbye Girl / I Want You To Want Me (avec Marc Dupré)

Deuxième set:

Thinking Out Loud (de Ed Sheeran)

À l’enfant que j’aurai (d’Okoumé)

I Won’t Give Up (de Jason Mraz)

Livin La Vida Loca (de Ricky Martin)

Chicken Fried (de Zac Brown Band)

Rude (de MAGIC!)

Locked Out of Heaven (de Bruno Mars)

Je Suis Là

S’il le faut

Rendez-vous

Amoureux

Can’t Stop the Feeling (de Justin Timberlake)

Moves Like Jagger (de Maroon 5)

On s’en fout

Dis-le-moi

Gagner sa place

En rappel :

Uptown Funk (de Mark Ronson/Bruno Mars)

Comme On Attend Le Printemps

 

Jérôme Couture - Montréal en Lumière

Annie Roy, Flash Québec, 10 mars 2017

C’est hier soir que Jérôme Couture est venu présenter son deuxième spectacle, Gagner sa place, à la salle l’Astral de Montréal. Celui qui a touché le cœur des Québécois lors de son passage à La Voix, a offert une performance électrique, mise en scène par Marc Dupré. En effet, le jeune homme a fait partie de la première mouture de La Voix et il a su se tailler une place de choix dans la relève de l’industrie musicale au Québec. D’ailleurs, le jeune chanteur pop se pose encore la question, à savoir s’il a gagné sa place. En réponse à ce questionnement, il s’est vu offrir une vague d’amour, hier soir, par ses fans et les gens qui étaient présents au spectacle. Il n’y a pas de doute, Jérôme Couture fait vibrer les cœurs et a ce talent incroyable de toucher les gens avec sa musique vivante, sensible et colorée. La foule était en feu malgré les petits problèmes techniques survenus dès le début du spectacle. Heureusement, le chanteur a su faire preuve de courage et de résilience et a continué sa prestation jusqu’à l’entracte, où le problème a été réglé pour le retour à la deuxième partie. Au final, c’est une soirée remplie de joie de vivre que nous avons eu le plaisir de vivre hier soir. On ne peut pas le nier, qu'on aime sa musique ou non, Jérôme Couture est une véritable bête de scène!

Il a commencé la fête avec sa célèbre chanson My sweetest things qui a su réchauffer la salle puisqu’en une simple note, la foule était déjà en train de chanter avec lui! Il n’y a pas à dire, ce jeune homme sait comment faire lever une foule. Ayant quelques problèmes techniques, le chanteur nous a offert ses meilleurs succès a cappella. Nous avons eu la joie d’entendre Avant l'aube, Je reviens chez moi et plusieurs autres. C’est au son de Goodbye girl que Marc Dupré est monté sur scène et a mixé la chanson avec I want you to want me, en duo avec Jérôme. Quel moment mémorable! Les fans de Marc ne savaient plus où donner de la tête et les fans de Jérôme criaient à en perdre la voix. On se serait cru dans un show rock des Beatles.

Après l’entracte, Jérôme Couture a ouvert la deuxième partie avec une énergie débordante! Il s'est livré à quelques confidences sur sa famille et son enfance. Il a chanté de belles balades, mais ce sont ses chansons happy pop qui ont eu la cote. Jérôme Couture ne s'en cache pas: il adore la musique populaire. Boudé par certains, ce genre est tout de même le plus prisé des radios au Québec. À l'avant de la scène, Jérôme avait son fan-club qui chantait l'intégralité de ses chansons. De quoi en faire sourire plus d'un! Il a conclu la soirée avec Comme on attend le printemps, chanson qui lui a permis de se faire connaître du grand public. C'est le coeur léger que nous avons quitté l'Astral, hier soir vers 21h45. Si vous cherchez un spectacle vivant qui vous fera passer une soirée mémorable, on vous conseille fortement d'aller voir Jérôme Couture puisqu'il répondra à coup sûr à vos attentes. Non seulement il chante ses propres chansons, mais il interprète avec brio quelques chansons pop de l'heure.

 

Jérôme Couture en met plein la vue

Karianne Nepton-Philippe, Journal Haute-Côte-Nord, 10 mars 2017

Les Escoumins – Jérôme Couture était de passage aux Escoumins le 24 février dernier et a offert un spectacle énergique à souhait au Centre multifonctionnel des Escoumins devant près de 200 spectateurs.

Il s’agissait en fait de la toute première représentation de la nouvelle tournée « Gagner sa place » du chanteur. Celui-ci, que les gens ont connu grâce à la populaire émission La Voix, était d’ailleurs très nerveux face à cette première représentation de son tout nouveau spectacle. Pour sa deuxième tournée, Jérôme Couture a donné une nouvelle formule à son spectacle en mélangeant des succès radio de son premier album, des nouvelles chansons, mais aussi des reprises avec lesquelles il voulait se faire plaisir. « Je suis nerveux, mais excité parce que je suis confiant de ce que nous avons monté comme spectacle », explique le chanteur entre deux tests de son. « J’ai tout simplement le goût de m’amuser et de voir la réaction des gens pour savoir quoi changer et quoi garder », ajoute-t-il mentionnant que le spectacle allait se placer avec la réaction du public. D’ailleurs, le public a été très réceptif! Réservés au début, les gens ont chanté haut et fort les paroles qu’ils connaissaient, tapé des mains et dansé sur les chansons plus rythmées. De plus, un moment magique s’est produit à la fin du spectacle. Jérôme a invité des jeunes à monter sur la scène. Cela a donné lieu à un moment mémorable autant pour ces jeunes que pour leurs parents. Le chant, la musique, la danse, et même les anecdotes, tout y était. « Tout a été parfait, je suis très content et très fier du spectacle. En plus, avec les jeunes sur la scène, c’était incroyable », a déclaré le chanteur à sa sortie de scène.

À découvrir : Sara Dufour

Quelques semaines avant le spectacle, Jérôme Couture avait annoncé, par le biais d’une vidéo Facebook, la présence de Sara Dufour pour la plupart de ses spectacles ce printemps. D’ailleurs, cela commençait le 24 février dernier aux Escoumins. C’est la chanteuse, originaire de Dolbeau-Mistassini, qui a assuré la première partie du spectacle. Avec des pièces tirées de son premier album « Dépanneur Pierrette », Sara Dufour a su donner le coup d’envoi à la soirée de brillante façon.

Rencontre avec les fans

Comme Jérôme l’avait promis lors de son entrevue avant le spectacle, il est bel et bien allé voir les fans afin de prendre des photos, des selfies et signer des autographes. Même si le spectacle s’est terminé très peu avant vingt-trois heures, une vingtaine d’admiratrices ont patienté pour discuter avec l’artiste, qui en était à sa troisième prestation en Haute- Côte-Nord, après un spectacle à Sacré-Cœur et son passage au Pow-Wow d’Essipit.

 

JÉrôme Couture a gagné sa place

Marie-Josée Roy, Le Huffington Post, 9 mars 2017

La roue tourne. Alors que La voix couronnera prochainement un(e) cinquième gagnant(e) à TVA, certains candidats de la première cuvée, eux, proposent déjà un deuxième album, preuve qu’ils se sont véritablement taillé une place dans le cœur du public. Ce fut le cas, à l’automne, de Valérie Carpentier. Et aussi de Jérôme Couture.

Celui qui avait été finaliste dans l’équipe de Marc Dupré en 2013 lançait en octobre dernier l’opus à juste titre intitulé Gagner sa place, deux ans après son premier effort éponyme, lequel suivait sa sortie de La voix.

Bien avant sa mise en vente officielle, Gagner sa place faisait du bruit : le premier extrait, My Sweetest Thing, a roulé en boucle dans les radios pendant tout l’été, et Couture a même foulé les planches du Centre Bell auprès de son mentor Dupré, en juin, pour y offrir cette nouveauté et deux autres succès de son répertoire, Goodbye Girl et Comme on attend le printemps. Le jeune chanteur avait causé une joyeuse frénésie lors de son passage dans l’amphithéâtre, preuve que sa pop bien ficelée trouve écho dans plusieurs oreilles. Le deuxième échantillon de Gagner sa place, Plus fort que tout, connaît sensiblement le même sort que les autres airs tirés de ses deux disques en se laissant entendre abondamment et en faisant bonne figure aux palmarès.

Aujourd’hui, c’est dans les salles de spectacles de partout en province que Jérôme Couture s’amuse. Car, dit-il, la scène, c’est son «terrain de jeu», la raison pour laquelle il mord dans son métier. Après sa prestation à L’Astral, à Montréal en lumière, ce jeudi 9 mars, il s’arrêtera au Capitole de Québec le 13 avril, avant de poursuivre son chemin à Trois-Rivières, Brossard, Terrebonne, Saguenay, Granby, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke et Joliette d’ici la fin de l’année (jeromecouture.net pour toutes les dates).

«Pour moi, le deuxième album, c’est le premier pas vers une carrière à long terme, explique Jérôme. La voix m’a aidé beaucoup, l’émission m’a donné une exposure immense et rapide, les gens m’ont suivi, c’a été trippant, j’en suis très content. Le deuxième album, c’est la vraie game qui commence, et j’en suis fier. J’ai une équipe de feu qui m’a aidé énormément. Moi, j’ai envie de bâtir quelque chose à long terme. Mon but n’a jamais été d’être connu rapidement. J’ai toujours voulu faire ça de ma vie, et je travaille pour ça.»

Assumer la pop

Petit à petit, l’artiste sent qu’il se détache de l’étiquette de La voix qui, de toute façon, estime-t-il, ne lui a pas collé à la peau trop longtemps.

«Je pense que je surfe de plus en plus sur ma propre vague, illustre-t-il. Déjà, le premier album a attiré dans mes spectacles des gens qui ne m’avaient pas vu à La voix. C’est ce que certaines personnes me disent. Et j’en suis heureux. J’ai l’impression que La voix m’a aidé, mais j’ai fait mon petit bonhomme de chemin, ce qui fait que le public et les médias me suivent encore. J’ai du fun!»

Ce fun, Jérôme Couture le trouve pleinement dans son style pop, très rassembleur, un genre snobé par plusieurs, mais dans lequel lui évolue comme un poisson dans l’eau.

«J’aime la pop, argue-t-il. Dans la bouche de certaines personnes, ça sonne parfois négatif, mais moi, j’adore la pop. J’ai étudié en jazz, j’ai fait du classique, je connais ma musique, je joue de plein d’instruments. Je suis capable de faire du dodécaphonisme, mais ce n’est pas ce que j’ai envie de faire. Moi, ce qui me parle, c’est la musique pop. J’aime danser, je suis un gars de bonne humeur, et je pense que faire de la bonne pop, c’est un art qui n’est pas aussi facile qu’on le croit.»

Jérôme Couture ne ferme pas la porte à tenter sa chance en Europe éventuellement et, pourquoi pas, à risquer un album en anglais dans quelques années. Mais ce ne sont là que des rêves pour l’instant. En ce moment, le garçon souhaite simplement conserver intact son plaisir de chanter.

«Je veux seulement continuer comme ça, et que mon projet continue de grandir. Que des gens me suivent, aiment ma musique, m’aiment pour ce que je fais, achètent mes trucs parce que ça leur fait du bien. Avoir une belle complicité avec le public et faire le plus de spectacles possible. Les shows, c’est ma vie! Je veux avancer, tout en continuant de bien travailler mes chansons, pour moi comme pour d’autres», termine Jérôme Couture.

À voir également :

 

Rivière-Bleue recevra Jérôme Couture à la Petite Séduction

Info Dimanche, 6 mars 2017

Rivière-Bleue a finalement connu l’identité de l’artiste qu’elle aura à charmer dans le cadre de l’émission La Petite Séduction. Il s’agit du chanteur Jérôme Couture.

Protégé de Marc Dupré lors de la première saison de La Voix où il s’en rendu en finale, Jérôme a depuis réalisé deux albums. Amateur de musique et de danse et passionné d’histoire et d’archéologie, l’artiste originaire du Saguenay tombera sans aucun doute sous le charme du patrimoine et de l’histoire singulière de Rivière-Bleue.

Rappelons aux gens que le tournage de l’émission aura lieu les 20 et 21 mai et que la diffusion sera le 14 juin. D’ici là, venez rencontrer l’équipe de La Petite Séduction le 29 mars à 19 h au gymnase du Complexe sportif Rosaire-Bélanger. Vous saurez tout des dessous de la production et de la façon dont Rivière-Bleue séduira Jérôme Couture.

 

ENTREVUE ET PRESTATION

François Fortin, Souper de famille, CKOI 96,9 FM, 5 mars 2017

http://www.ckoi.com/

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Jean-François Baril et Annie-Soleil Proteau, Rouge FM 107,3, 3 mars 2017

http://www.rythmefm.com/

 

 

Le chic selon... Jérôme Couture

Olivia Lévy, La Presse +, 3 mars 2017

Jérôme Couture, protégé de Marc Dupré, son coach à La voix, où il a été finaliste en 2013, vient d’entreprendre une nouvelle tournée au cours de laquelle il présentera notamment son plus récent album Gagner sa place. Il sera en spectacle dans le cadre de Montréal en lumière le 9 mars, à l’Astral.

Le matin, mon rituel beauté : 

Je saute dans la douche à la seconde où je me réveille ! Ensuite, je l’avoue, j’utilise une petite crème de visage, quelques « pouisht » de parfum et une petite pommade dans les cheveux. Et pour terminer, je prends un bon café ! Ça me redonne le sourire !

Ma trouvaille beauté ou mode: 

La pommade Layrite Superhold. Elle tient toute la journée et s’enlève très facilement au lavage sans laisser les cheveux collants ou graisseux.

Une bonne adresse à faire partager (mode-beauté) : 

Je suis un grand admirateur de Zara et de Topman. Mais il reste que l’endroit parfait pour les gars, c’est vraiment La Baie d’Hudson, au centre-ville, où on trouve toutes les marques intéressantes au même endroit. C’est génial !

Mon modèle et inspiration: 

Justin Timberlake. Il est toujours bien habillé, peu importe la situation. Il est à la fois chic et cool !

Un incontournable dans ma garde-robe: 

C’est assez simple, mais c’est toujours pratique et passe-partout d’avoir de beaux t-shirts blancs et noirs ainsi qu’un skinny jeans noir.

Ma tenue gagnante pour me sentir bien: 

Ma tenue parfaite combine un skinny jeans, un t-shirt et une veste un peu plus chic. J’y ajoute des bottillons noirs ou des baskets blanches… ce qui danse le mieux !

Une folie ou extravagance mode ou beauté dont je rêve: 

J’aimerais me procurer quelques paires de lunettes de soleil de grandes marques et je rêve de porter des complets faits sur mesure pour les grandes occasions ! Je trouve toujours difficile d’avoir à m’habiller plus chic et de devoir chercher partout. Avec deux ou trois complets de feu dans la garde-robe, l’affaire serait ketchup !

Une petite confidence: 

Je ne sais pas d’où ça vient, mais l’odeur est pour moi quelque chose de très important. C’est pratiquement impossible que je sorte sans déodorant ou parfum sur moi. 

 

ENTREVUE

Nathalie St-Pierre et Marjorie Vallée, Rouge FM 107,3, 2 mars 2017

http://www.iheartradio.ca/rouge-fm

 

ENTREVUE

Caroline Legault, C'est l'heure du 4 à 6, FM 103,3, 27 février 2017

 

Jérôme Couture announces tour dates dor 2017

Dutch Bickell, Canadian Beats, 24 février 2017

Jérôme Couture has been busy since the fall 2016 release of his latest album,Gagner sa place (October 14, 2016). With multiple performance dates in support of the new album already under this charismatic performer’s belt, Couture has announced a first round of tour dates to kick off 2017 and continue to bring his new songs to the stage.

Bringing fans new releases and some of his favorite covers, Couture will perform tracks from his latest album Gagner sa place, as well as his self-titled debut Jérôme Couture. “I cannot wait to perform my new songs live and evolve on stage. There is always a nice rediscovery between the album and the live shows. A couple of dances related to my journey and others that I dreamed of doing for a long time! Well I’ll leave you with this; I’ll wax my dance shoes!” Couture explains about his new live shows. Released last October, you can find Couture’s latest album Gagner sa place online and in stores at major music retailers.

Upcoming Tour Dates:

24 February 2017 – Les Escoumins – Salle Multifonctionnelle

9 March 2017 – Montréal – L’Astral

13 April 2017 – Québec – Le Capitole

14 April 2017 – Trois-Rivières – Théâtre du Cegep de Trois-Rivières

21 April 2017 – Brossard – Le Club DIX30

11 May 2017 – Terrebonne – Théâtre du Vieux-Terrebonne

13 May 2017 – Saguenay – Théâtre Banque Nationale

14 October 2017 – Granby – Le Palace

9 November 2017 – Saint-Hyacinthe – Centre des arts Juliette-Lassonde

30 November 2017 – Sherbrooke – Salle Maurice-O’Bready

1 December 2017 – Joliette – Salle Rolland-Brunelle

 

Copiez le look de Jérôme Couture

Marie-France Pellerin, 7 Jours, 23 février 2017

La combinaison clé du rockeur: jean noir, t-shirt et blouson de cuir! On s'est inspiré du look de Jérôme Couture pour proposer quelques trouvailles qui donneront un look d'enfer à qui les portera!

 

Jérôme Couture, porte-parole du Festival de la chanson de Saint-Ambroise

Cindy Girard, Le Courrier de Saguenay, 23 février 2017

ÉVÉNEMENT. Le Festival de la chanson de Saint-Ambroise a levé le voile sur la personnalité qui agira à titre de porte-parole pour la 26e édition. Le chanteur originaire de la région, Jérôme Couture, assumera cette fonction.

L'événement, qui aura lieu du 14 au 19 août, est l'un des plus célèbres concours de chant francophone. Pendant le festival, les participants auront la chance de côtoyer Jérôme Couture.

De plus, il sera l'artiste invité lors du traditionnel souper spectacle du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, qui se tiendra le 18 août, sous la présidence d'honneur de Martine Tremblay, la directrice générale de Place centre-ville Jonquière.

C'est l'heure de s'inscrire

Qui plus est, la période d'inscription est maintenant ouverte. Les personnes intéressées à soumettre leur candidature peuvent le faire via le site internet du festival, au www.chansonsaintambroise.com. Pour que leur dossier soit valide, une captation vidéo maison doit être réalisée par les candidats afin de passer l'audition. Les inscriptions sont acceptées jusqu'au 20 avril.

Ensuite, un jury sélectionnera la crème de la crème, soit les 48 personnes qui se produiront sur scène lors du festival. Les gagnants se partageront plus de 50 000$ en prix, bourses et ateliers.

Rappelons que les participants seront classés dans les différentes catégories, dont interprète 7-12 ans, interprète 13-17 ans, interprète 18 ans et plus et auteur-compositeur-interprète de 15 ans et plus.

Bonne chance à tous!

 

ENTREVUE

Nicolas Gagnon et Anne-Sophie Paquet, CHME 94,9 FM, 14 février 2017

https://chme949.jimdo.com/

 

ENTREVUE

Luc Denoncourt, À deux c'est mieux, CJSO, 101,7 FM, 6 février 2017

http://www.cjso.ca

 

 

Jérôme Couture est de retour en Haute-Côte-Nord

Karianne Nepton-Philippe, Journal Haute-Côte-Nord, 29 janvier 2017

Les Escoumins – Le vendredi 24 février prochain, Jérôme Couture sera de passage aux Escoumins. Lancé par La Voix, le chanteur en sera à sa troisième prestation en Haute-Côte-Nord. Cette fois-ci, il présentera un spectacle dont plusieurs titres sont issus de son deuxième album.

Jérôme, tu es déjà venu dans la région, soit au POW-WOW en 2015 et l’an passé à Sacré-Cœur. J’imagine que tes dernières visites se sont bien déroulées si tu reviens?

Au POW-WOW, j’étais avec Marc Dupré et à Sacré-Cœur, c’était pour la fibrose kystique. En plus, j’avais de la famille là-bas, c’était toute une soirée! C’est toujours agréable de bouger et de danser avec le monde et j’ai hâte de venir aux Escoumins avec un deuxième spectacle qui est tiré de mon deuxième album.

Sens-tu que tu as plus d’expérience maintenant rendu à la deuxième tournée?

Certainement. Je me sens vraiment d’attaque après la première tournée solo que j’ai faite. Le plus gros défi sera les nouvelles chansons et comment je vais les adapter. Je veux qu’elles sonnent différemment pour les adapter à la scène, mais je veux garder le même son que sur l’album. J’espère aussi réussir à combiner les nouvelles chansons, celles qui ont bien fonctionné sur le premier album et des reprises. Il me reste à monter tout ça, mais effectivement d’avoir déjà fait une tournée ça aide, surtout pour la confiance.

En plus, aux Escoumins, tu en seras au tout début de cette tournée?

En fait, ce sera la toute première pratique du spectacle. Vous allez avoir la primeur! Donc, cela ajoute encore de la fébrilité dans l’air. Je dois dire que, pour un artiste, de faire des spectacles dans des salles comme ça, c’est un cadeau. Il y a quelque chose qui se passe, une proximité avec le public tellement extraordinaire. Juste d’avoir du plaisir avec les gens, de leur parler et de rire avec eux, ça laisse place à l’improvisation. J’ai très hâte parce que, même si le spectacle ne sera pas rodé à cent pour cent, j’ai confiance que l’énergie du public sera au rendez-vous.

Quelle est la plus grande différence entre faire un spectacle collectif, comme tu le faisais avec Marc Dupré et la gang de La Voix, et faire une tournée solo?

En fait, on a le temps de s’installer, mon groupe et moi, et je peux faire tout ce que je veux. Je fais de tout en musique, j’ai des chansons qui rappellent les comédies musicales, les années 60, mais il y a aussi du pop et du rock. J’aime pouvoir faire tout ça en plus d’intégrer plein de reprises. En plus, je peux interagir avec le public. Il y a un exercice d’échange d’énergie avec le public.

Le 24 février prochain, vu que ce sera ton premier spectacle, invites-tu les gens à te donner leurs commentaires par après?

Oui, oui, oui! Après mes spectacles, j’invite toujours les gens à rester. Évidemment, je prends une quinzaine de minutes de pause tout de suite après le spectacle, mais j’espère toujours que les gens restent pour leur parler. J’aime tout simplement leur jaser, mais j’aime avoir un feedback de leur part pour savoir si ce que j’ai fait avait de l’allure. Donc, oui j’espère vraiment que les gens me donneront des commentaires en personne, mais ils peuvent aussi m’écrire sur mon Facebook. J’ai donc très hâte à ce spectacle!

 

Un concours de chant pour tout le monde

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 27 janvier 2017

Compétition qui existe depuis 2014, Caisse qu’on chante? permet à des chanteurs de faire leurs premiers pas dans la chanson ou de réaliser un rêve.

Jean-François Breau et Jérôme Couture, porte-parole de Caisse qu’on chante?, ont dans leur jeune carrière participé à plusieurs concours. Ils apprécient la grande ouverture et les qualités de cette compétition provinciale. Il n’y a pas de frais d’inscription ni de limite d’âge.

«Ce concours permet de découvrir des trésors et des gens qui ont chanté toute leur vie et qui l’ont fait à titre de passe-temps. Je me souviens, lors de la première édition, d’un chanteur qui avait plus de 50 ans, qui était dans le style de Claude Léveillé, qui était impressionnant et magnifique. Ça démocratise la musique et cette tranche d’âge élargie démontre que ça n’appartient pas seulement aux jeunes», a-t-il indiqué, lors d’un entretien.

Le concours Caisse qu’on chante?, supporté par les Caisses Desjardins de Québec, offre un total de 40 000 $ en prix, avec 15 000 $ en bourses et 20 000 $ pour la réalisation d’un vidéoclip.

«Ce 20 000 $, c’est plus que la plupart des clips qui sont faits en ce moment», a précisé Jean-François Breau.

50 candidats retenus

Les participants ont jusqu’au 31 janvier pour faire parvenir leur démo, les paroles de leur chanson, qui doit être en français et durer moins de quatre minutes, et une photo.

Cinquante candidats seront retenus et dix seront sélectionnés pour un spectacle qui se déroulera le 19 avril au Grand Théâtre de Québec.

«Ils se produiront sur scène avec un groupe de musiciens, des choristes, de la sonorisation, des éclairages et devant une salle remplie. C’est un contexte hypertripant. Et rendu à cette étape, ce n’est plus un concours. L’objectif est de faire un bon show», a fait remarquer Jean-François Breau.

 

 

Tendances : Jérôme Couture

Marie-France Pellerin, 7 Jours, 30 décembre 2016

«J'aimerais un jour créer des vêtements»

Bien qu'il décrive son look comme étant décontracté, Jérôme Couture aime toujours lui apporter une touche habillée. Jasette stylée avec un chanteur passionné de mode.

De quoi la mode est-elle synonyme pour toi?

C'est signe de confiance en soi, de plaisir. J'aime la mode. C'est agréable de chercher de nouvelles tendances, de se mettre en valeur. Personnellement, le fait de m'habiller comme ça me plaît me rend confiant. 

Comment décris-tu ton look au quotidien?

J'aime porter un veston de cuir avec un t-shirt, des jeans un peu usés et de beaux souliers propres, qui vont faire en sorte que je sois prêt pour à peu près n'importe quelle situation. Je n'aime pas les trucs trop habillés et trop chic, comme les complets veston-cravate. J'en porte parfois, mais je ne me sens pas à l'aise. Je résumerais donc mon look ainsi: «smart casual».

Quels sont les incontournables de ta garde-robe?

Les petits vestion en cuir et les t-shirts blancs au col long et un peu lâche. J'aime aussi les t-shirts qui ont une belle coupe. Je ne cherche pas l'excentricité en ce qui a trait aux couleurs, mais plutôt en ce qui concerne les coupes.

Quelle est la tendance mode qui te branche le plus en ce moment?

J'aime bien les t-shirt plus longs, les souliers blancs et les sneakers. J'aimerais un jour créer des vêtements, ne serait-ce que pour moi, pour certains événements. Ça fait partie de mon plan de carrière à long terme.

As-tu une obsession mode?

Les jeans noirs: je n'arrête plus d'en acheter, car la teinture ne dure pas. Ils sont vite délavés. Je suis un gars de jeans. Je n'ai que ça dans mon garde-robe.

À quoi ressemble ta routine beauté?

Je me lève, je prends ma douche et je me coiffe. Je mets un peu de parfum, et je suis prêt à tout affronter!

Ses icônes

Justin Timberlake est toujours bien habillé. Il a ce côté à fois chic et un peu négligé. Même s'il porte un habit, il aura un style un peu «skater» ou surfer, et il a une belle coupe de cheveux. J'aime aussi Adam Levine, qui fait des choix vestimentaires plutôt éclectiques.

Ses looks coups de coeur

«Je suis très fier de mon look du dernier gala de l'ADISQ. NICO, le designer avec qui j'ai travaillé, avait conçu une espèce de chemise-veston. J'aime beaucoup la mode, et je suis très difficile à satisfaire. Je sais ce que j'aime et je sais aussi comment j'aime me percevoir. J'ai adoré cette pièce. J'étais bien là-dedans.»

Son essentiel beauté

«Le parfum, ça fait partie de la culture de ma famille. Je tripe sur tous les parfums Burberry, ils sont géniaux.»

Son nouvel album, Gagner sa place, est offert en magasin. Pour toutes les dates de ses spectaclesL jeromecouture.net.

 

ENTREVUE

Sabrina Cournoyer, Salut bonjour, TVA, 17 décembre 2016

http://tva.canoe.ca/

 

 

PARTICIPATION

Guy Jodoin, Le Tricheur, TVA, 12 au 16 décembre 2016

http://tva.canoe.ca/

 

Marc Dupré fait lever le party

Sandra Godin, Le Journal de Québec, 14 décembre 2016

Marc Dupré est maître dans l’art de divertir un public. Son party musical, qui dure tout le mois de décembre au Capitole, en est une autre preuve. Entouré d’Alex Nevsky, Yvan Pedneault, Geneviève Leclerc et Jérôme Couture, il a déversé mercredi un cocktail explosif de succès avec un seul but en tête: faire lever le party.

Une boule disco, des coups de canon de confettis trois fois plutôt qu’une, des danseurs, une chorale gospel: tout ça et on n’était à la 3e chanson. «Je suis brûlé», a lancé Marc Dupré à la blague après Can’t Stop The Feeling, le récent succès de Justin Timberlake.

Même s’il fait carrière dans la chanson depuis plusieurs années, Dupré n’a rien perdu de son talent d’imitateur et d’humoriste. Le roi des palmarès a ponctué son spectacle de monologues, en nous expliquant d’abord qu’il avait mis le paquet pour cette deuxième résidence au Capitole, et que la boule disco sur scène était celle de Céline. «Savez-vous comment ça coûte une boule de Céline?».

Mario Pelchat, Yoan, Bryan Adams, et Éric Lapointe figuraient au nombre des imitations à s’y méprendre que Marc Dupré nous a offert.

Brasser la cage

Revenons à la portion musicale. Avec cinq musiciens, Dupré et ses invités ont brassé la cage de la salle mythique du Vieux-Québec avec ses propres succès radios - il a l’embarras du choix - et une panoplie d’autres pour faire danser, de Footloose à Cake By The Ocean.

Sur les airs d’Uptown Funk, la fougue et les pas de danse de Jérôme Couture ont fait monter l’énergie d’un cran, alors que le public était déjà debout à la 4e chanson. Yvan Pedneault y était avec toute la puissance de sa voix pour du Queen.

Geneviève Leclerc a elle-même avoué avoir cassé un peu le party avec Je suis malade, mais sa voix était si puissante qu’elle aurait pu casser tous les verres de vin des spectateurs. L’ovation l’a émue.

Le collègue coach de La Voix Junior, Alex Nevsky, a fait chanter la foule avec Polaroid, Les coloriés et On leur a fait croire. Après quoi tout ce beau monde s’est mélangé pour les derniers numéros.

Signe de la popularité incontestable de Dupré, le Capitole était bondé un mercredi soir.

David Paradis

Un autre chanteur issu de La Voix, 3e cuvée, avait le mandat de dégourdir les spectateurs en première partie. David Paradis, un gars de Québec, a accompli la tâche.

Même s’il était seul avec sa guitare, il a réussi à délier les cordes vocales d’une foule timide avec un répertoire constitué que de succès, comme son successeur, passant aisément de Sia à Patrice Michaud, en passant par Charlebois et Marjo.

Marc Dupré est en spectacle du mercredi au samedi au Capitole, jusqu’au 31 décembre. Il sera en supplémentaire les 5 et 6 janvier.

 

Au Capitole pour des spectacles festifs

Sandra Godin, Le Journal de Québec, 3 décembre 2016

Après avoir séduit 12 000 spectateurs l’an passé, Marc Dupré est de retour au Capitole de Québec, mercredi, avec une deuxième série de spectacles des Fêtes, mis en scène par nul autre qu’Yves Aucoin, qu’il a emprunté à Céline Dion. «On a vraiment mis le paquet», confie Marc Dupré, qui partagera la scène avec Jérôme Couture, Yvan Pedneault, Geneviève Leclerc et Alex Nevsky.

Avec La Voix Junior, les enregistrements de La Voix 5 qui ont débutés, la préparation de sa résidence au Capitole et la famille, Marc Dupré ne chôme pas cet automne. Son horaire est à ce point chargé qu’il considère le mois de spectacles qui s’en vient au Capitole presque «comme un répit», dit-il en riant.

Un répit, oui, mais sauf le 10 décembre. Marc Dupré est probablement le seul artiste qui pourra dire qu’il s’est produit au Centre Vidéotron et au Capitole la même journée, puisqu’à 15 h, il sera du spectacle de La Voix Junior.

Un spectacle dynamique

«Ce samedi-là, ce sera mon 4e soir en ligne au Capitole. Et honnêtement, le spectacle n’est pas facile. Ça brasse et l’énergie est à son maximum. Il y a beaucoup de chansons, beaucoup de medleys, beaucoup d’invités. Ça se peut que le lendemain, la canne d’énergie soit vide», a-t-il dit. 

Marc Dupré répète souvent, pendant notre entretien, à quel point c’est un spectacle festif: il en a fait son principal objectif. Pas de temps mort, pas de blabla, sauf peut-être pour quelques-unes de ses meilleures imitations.

C’est une production pour le temps des Fêtes, mais pas un spectacle de Noël précise-t-il, quoiqu’on y retrouvera un medley de grands classiques, auquel tout le monde participe sur scène. «Pour moi, Noël, ce n’est pas juste de la musique de Noël», affirme le chanteur.

Un album écrit à Québec

Marc Dupré, qui entretient une belle histoire d’amour avec le Capitole — il y a déjà assuré les premières parties de La Bottine souriante —, semble adorer la formule en résidence.

«J’habite dans le Capitole. Ma famille vient me rejoindre les weekends. C’est comme si je faisais un show chez nous. Je connais tout le monde là-bas. J’adore Québec. C’est comme un mois de vacances, je prends mes habitudes», a-t-il confié.

On pourra dire qu’une bonne partie du prochain album de Marc Dupré aura été écrite... dans une chambre d’hôtel de Québec.

L’auteur-compositeur-interprète a confirmé qu’il jetait les bases de son prochain opus, qui sera possiblement lancé au printemps prochain. Il a d’ailleurs lancé le premier extrait, Du bonheur dans les étoiles, en octobre dernier, après que Ton départ eut raflé le titre de chanson de l’année à l’ADISQ.

«Je vais travailler mon album de ma chambre tout le mois de décembre, a-t-il confié. J’ai pris une petite suite où je vais m’installer. J’ai déjà quelques chansons de composées, mais je veux prendre le temps. Je suis tellement bien dans cet environnement-là. C’est un mois de spectacles, mais aussi d’écriture et de finalisation d’album».

Marc Dupré sera en spectacle au Capitole de Québec du 7 au 31 décembre.

DES INVITÉS BIEN CHOISIS

Marc Dupré est la tête d'affiche du spectacle, mais il ne montera pas seul sur scène. Il sait s'entourer d'artistes qui lui permettent d'aller ailleurs, qui font autre chose que ce qu'il est capable de faire, et qui permettent aussi de satisfaire le plus large public possible.

Le chanteur promet un feu roulant de «hits» pendant deux heures, où on entendra autant ses succès à lui que des reprises de Justin Timberlake, Coldplay, Queen et Céline Dion.

Chacun aura son propre moment sous les projecteurs. «C'est une brochette d'invités qui ont chacun leur style. Mon but ultime, c'est de créer quelque chose de différent chaque année, mais toujours avec la même perspective que ce sont des gens de partout qui viennent. Je me paie un trip personnel, mais il faut que le spectacle soit accessible à tous».

« Énergie similaire »

On y retrouvera d'abord Jérôme Couture, son «partenaire de toujours». «On aime ça être ensemble sur scène. On a une énergie similaire. C'est un artiste avec qui je m'entends bien, autant personnellement que professionnellement.

L'année passée, ç'a tellement levé quand il était là.»Yvan Pedneault, le finaliste de son équipe de la dernière saison de La Voix, sera aussi de la fête.

«C'est un gars qui est dans un autre registre musical que moi. Il va faire du Queen et plein d'autres choses intéressantes.»

Dans le cas de Geneviève Leclerc, elle y est pour interpréter «de grandes chansons», dont Je suis malade, qu'elle a faite à La Voix. «Elle va faire du Céline, aussi», promet Dupré.

Le public aura aussi l'occasion d'entendre quelques succès d'Alex Nevsky qui a côtoyé Marc Dupré sur les plateaux de La Voix et qui vient tout juste de sortir son 3e album, Nos eldorados.

 

ENTREVUE

Mathieu Caron, Studio M, CKVL 100,1 FM, 2 décembre 2016

http://www.100-1fm.com/

 

La culture en cadeau

Laurie Dupont, Magazine Véro, décembre 2016

L'équipe de rédaction étant passionnée par la musique, les livres et les spectacles, on a préparé pour vous un dossier cadeaux exclusivement composé de productions culturelles québécoises. Il ne vous reste plus qu'à faire votre propre sélection. 

À s’offrir en famille:

Des moments où on est tous réunis, on en veut toujours plus! Alors, on sort, on danse, on lit... pourvu qu’on le fasse ensemble!

 

ENTREVUE

Karo Laurendeau, Aller-Retour Country, MAtv Saguenay, 24 novembre 2016

http://matv.ca/saguenay-lac-saint-jean

 

La face cachée de Jérôme Couture

Yves Boudreau, Magazine Allô Vedettes, 17 novembre 2016

Jérôme Couture a toujours voulu faire de la musique. Plus jeune, il s’est adonné au rock, mais la musique pop qui fait bouger l’attirait. Cet hyperactif réalise son rêve depuis trois ans.

On ne connaît pas tellement Jérôme Couture. On sait qu’il a joué dans des comédies musicales qui lui ont permis de bien gagner sa vie, mais il rêvait de composer ses propres chansons, sa propre musique et de réaliser un album. Il s’est donc inscrit à La Voix et il a trouvé son protecteur en Marc Dupré, qui l’a pris dans son équipe. Depuis 2012, le chanteur a vraiment trouvé sa place. Dès la sortie de son premier album, Comme on attend le printemps, il atteint la première place du palmarès. Il n’aura même pas à attendre la sortie de son deuxième disque, Gagner sa place, pour voir un premier extrait, My Sweetest Thing, se hisser au sommet du palmarès cet été.

Avec plus de 150 spectacles derrière la cravate depuis 2013, l'artiste fait maintenant partie des chanteurs populaires incontournables au Québec.

Des études en jazz

Mais le parcours de Jérôme n’a pas toujours été facile, même s’il a pu vivre de la musique depuis plusieurs années: «Comme je voulais faire de la musique, je me suis inscrit à un baccalauréat en interprétation jazz à l’Université Laval. Cette formation m’a donné la chance d’apprendre la musique et surtout les arrangements. Aujourd’hui, je peux travailler sur les arrangements des chansons avec les réalisateurs, dont mon ami Marc Dupré. J’écris aussi mes textes. J’avais suivi des ateliers avec Gregory Charles, il y a quelques années, et on avait formé un petit club, Le cercle des auteurs, où on apprenait à écrire des chansons. Mais je rêvais de faire mon album. J’ai réalisé plusieurs démos, des EP que je présentais à des producteurs, mais ça ne fonctionnait pas. Entre-temps, je travaillais quand même beaucoup dans les comédies musicales comme elvis story et Les Misérables. Auparavant, j’avais participé à des spectacles de QuébécIssime et Ecce Mundo.» Mais son album solo tardait à venir. Finalement, son passage à La Voix a été l’élément déclencheur.

Un hyperactif

Jérôme Couture est un travailleur acharné; il ne lâche jamais. Pour ce deuxième album, il a écrit une vingtaine de chansons, souvent en collaboration avec Marc Dupré, Nelson Minville et Frédérick Baron, entre autres. «Je travaille sur cet album depuis deux ans. Quand j’ai lancé mon premier disque, j’avais déjà des chansons prêtes pour ce deuxième opus. J’aurais même voulu y mettre 20 chansons, mais il a fallu qu’on me calme, dit-il en souriant. Il avoue être un hyperactif qui n’arrête jamais: «C’est pour cette raison que j’aime faire de la musique pop. Ça me donne l’occasion de bouger sur scène, de danser. Les chansons de l’album sont toutes assez courtes, moins de trois minutes, mais je garde des versions plus longues pour les spectacles où je peux m’éclater.»

Un jour, le chanteur a réalisé qu’il n’avait que la musique dans sa vie. Comme il est un oiseau de nuit, il s’est passionné pour l’archéologie, surtout en regardant des émissions télévisées qui le passionnaient: «Je ne suis pas expert en archéologie, mais toutes les découvertes que nous pouvons effectuer sur notre passé me fascinent. Un concours de circonstances m’a fait rencontrer un archéologue qui m’a proposé d’être porte-parole du mois de l’archéologie, qui a lieu chaque année au mois d’août. Alors, la nuit, comme je ne suis jamais capable de m’arrêter, je m’informe et je regarde des émissions, au grand désespoir de ma blonde.»

un gars De famille

On connaît peu de choses de la vie privée de Jérôme Couture. Il est originaire de Jonquière et vit depuis neuf ans avec sa blonde, Audrey, qui vient de Jonquière, elle aussi. C’est à elle qu’il a dédié la chanson My Sweetest Thing. Il est aussi très proche de ses deux filleules, Mia et Juju, à qui il dédie la chanson Entre nous, qu’on retrouve sur son album: «C’est vrai que je suis très proche de ma famille, mais je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à mes  filleules. Quand on se voit, on essaie de passer le plus de temps de qualité ensemble. Comme je n’ai pas encore d’enfants, mes deux  filleules sont importantes dans ma vie.»

Pour la suite des choses, Jérôme va participer au spectacle du temps des Fêtes de Marc Dupré au Capitole de Québec, du 7 au 31 décembre, avec Geneviève Leclerc, Alex Nevsky et Yvan Pedneault. Puis, en 2017, il partira avec son groupe de quatre musiciens pour une nouvelle tournée: «Pour moi, comme la musique et les spectacles sont ma grande passion, je n’ai qu’un désir, c’est de durer le plus longtemps possible. Je sais qu’il faut toujours travailler très fort pour être toujours présent.»

 

ENTREVUE

Alex Trudel, Lanaudière sans détour, M103,5 FM, 17 novembre 2016

http://www.m1035fm.com/

 

Jérôme Couture au rythme de son coeur

Danielle Goyette, La Semaine, 11 novembre 2016

Pour son deuxième album, l'auteur-compositeur-interprète a posé fièrement sa griffe sur la majorité des pièces de l'album, composées dans une ambiance de bonheur sur la route pendant sa dernière tournée. 

Jérôme, il y a des gens qui ont été importants dans votre cheminement musical?

Il y en a eu plusieurs! Je pourrais d'abord parler de mon professeur de chant, Rémi Tremblay, un personnage fascinant. quand je l'ai eu comme prof au CÉGEP à Québec, ça a complètement transformé ma vision des études en musique. Grâce à lui, mon registre vocal a explosé. C'est un multi-instrumentiste chevronné qui m'a tans appris! Il y a aussi Geneviève Dorion-Coupal, chorégraphe et directrice artistique d'Elvis Story, notamment, qui m'a souvent sollicité pour faire partie de différentes productions au Capitole de Québec. Puis, Grégory Charles, qui est venu me chercher pour un projet d'auteurs-compositeurs-interprètes dans le cadre du Mondial Loto-Québec. Ça m'a permis de m'assumer comme auteur. Enfin, il y a eu La Voix où je me suis retrouvé parmi les quatre finalistes en 2012. Ma rencontre avec Marc Dupré y fut déterminante. J'ai enfin trouvé le mentor que je cherchais, cette personne qu'on attend et qui va croire plus en nous que nous-même!

Quel est le ton de cet album-ci?

Encore une fois, je voulais un album énergique, qui bouge. Nous sommes donc encore dans le sourire, dans le positivisme.

Qu'avez-vous appris avec ce deuxième album?

On a mis presque deux ans pour créer ce deuxième album. D'avoir pu me permettre d'avoir du recul face aux chansons et d'avoir le luxe de choisir parmi les meilleures selon mes goûts et celles de mon équipe, ç'a été très précieux. Et j'ai travaillé sans relâche avec mes collaborateurs Marc Dupré, Nelson Minville, Amélie Larocque, Gauthier Marinof et rous les autres... Je signe ou cosigne 11 des 12 chansons et j'en suis bien fier. Cet album-là me ressemble totalement.

Y-a-t-il une chanson qui est liée à quelque chose en particulier?

Je suis bien fier d'entre nous. Je voulais écrire une chanson pour mes filleules, que j'aime beaucoup, sans que ce soit maladroit, mais plutôt subtil. J'avais en tête une belle chanson d'amour entre un parrain et ses filleules. Je voulais leur dire que je serai toujours-là pour elles, parce que je sais à quel point il est important d'avoir quelqu'un à qui on peut pouvoir parler parfois. 

Que vous apporte la musique dans votre vie?

Je dis souvent qu'il est difficile de prendre des vacances quand on fait de la musique, car pour moi, la musique, c'Est mon travail, mon passe-temps et un moyen d'évasion immense. Quand je reviens à la maison après un mois de spectacle, je suis complètement galvanisé! C'est fou ce que ça m'apporte!

Qu'espérez-vous que les gens trouveront dans cet album?

J'espère qu'ils auront encore envie de danser et de s'amuser sur ma musique. J'aime que mes chansons soient remplies d'espoir et que les gens aient envie de les chanter, de sourire, de partir en vacances et de voir les petits tracas de la vie plus légèrement!

L'album gagner sa place est offert en magasin.

 

ENTREVUE

Benoît Gagnon, Truc et cie, V, 5 novembre 2016

http://noovo.ca/

 

 

CRITIQUE

Virginie Landry, Journal Métro, 4 novembre 2016

Efficace

Jérôme Couture

Gagner sa place

Note: ***

Cet ancien de La Voix lance un deuxième album fidèle à ce à quoi il nous a habitués : une pop joyeuse, colorée, simple et efficace. On sent très bien l’influence musicale de son coach et ami Marc Dupré qui assure la direction artistique. Ceux qui ont aimé l’extrait Sweetest Thing, qui a roulé tout l’été sur les ondes radiophoniques, apprécieront l’album. Bémol : c’est dommage que Jérôme Couture ne s’éloigne pas plus souvent de sa pop énergique afin d’offrir quelques ballades. Plus froide que l’hiver est très réussie. 

 

RETOUR SUR LA GALA DE L'ADISQ

Échos Vedettes, 3 novembre 2016

Soirée entre amis

C'est en compagnie de Renee Wilkin que Jérôme Couture, qui a lancé il y a quelques semaines son disque Gagner sa place, est venu au gala. «On est de bons amis. Il nous reste d'ailleurs quelques spectacles à faire ensemble. Sinon, ma tournée en solo débute en 2017. Je suis venur encourager mon grand ami Marc Dupré qui est en nomination pour la chanson de l'année.» Sa blonde Audrey, ne pouvait pas être présente à cette soirée. «Elle est dans l'avion. Elle revient de Dubaï, où elle travaillait pour le Cirque du Soleil.» Elle est maquilleuse au sei de cette entreprise.

 

ENTREVUE

Tanya Beaumont, Jamais comme tout le monde, CKRL, 89,1 FM, 2 novembre 2016

http://www.ckrl.qc.ca/

 

ENTREVUE

Catherine Lachaussée, Radio-Canada cet après-midi, ICI Radio-Canada Première Québec, 2 novembre 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Claude Bernatchez, Première heure, ICI Radio-Canada Première Québec, 2 novembre 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Julie Boulanger, La scène WKND, WKND 91,9 FM, 2 novembre 2016

http://wknd.fm/

 

tapis rouge du gala de l'adisq

7Jours, 3 novembre 2016

Jérôme Couture affichait un air décontracté sur le tapis rouge. «Comme je ne suis pas en nomination ce soir, je vais pouvoir savourer pleinement le gala sans être trop nerveux.»

 

Jérôme Couture: poussé par une passion dévorante

François Houde, Le Nouvelliste, 28 octobre 2016

(Trois-Rivières) À ceux qui vous diront qu'être finaliste à l'émission La voix ne change pas une vie, parlez-leur de Jérôme Couture. En cette période qui suit la sortie de son second album, la sienne est devenue un maelström aussi fou qu'étourdissant dont il s'accommode pourtant avec grâce.

Quand il a rencontré Le Nouvelliste en ce vendredi après-midi, l'auteur, compositeur et interprète a d'abord tenu à s'informer du temps prévu. Non pas qu'il n'en avait pas envie, mais comme il se devait d'être à Beloeil en fin d'après-midi pour faire le test de son du spectacle qu'il y offrait en soirée, il voulait s'assurer que nous aurions le temps suffisant. Cette journée-là, il avait participé à l'enregistrement d'une émission de radio nationale à l'heure du midi et avait fait quelques entrevues dans différentes stations trifluviennes depuis tôt le matin. Auparavant dans la semaine, au lendemain de la soirée de lancement montréalais de son nouvel album, il a donné vingt-sept entrevues à différents médias.

Le jeune homme ne se formalise même pas de cet emploi du temps complètement dingue. «C'est loin d'être un supplice: j'ai toujours aimé donner des entrevues même si je suis un gars timide. Il y a une demande: je ne vais certainement pas m'en plaindre! J'ai toujours été très exigeant envers moi-même et je suis un gars très discipliné alors j'arrive à suivre le rythme sans problème.»

Timide? Peut-être, mais il le cache à la perfection. Le chanteur prend même les devants et se dévoile sans apparents faux-fuyants avec aplomb et une éloquence pas si fréquente parmi les artistes de scène. «C'est particulier: à l'école, je ne parlais pratiquement pas. Et quand il y avait un exposé oral, alors là, j'arrivais en avant et c'est comme si j'explosais. Je devenais presque quelqu'un d'autre, en prenant le contrôle de la situation.»

«Aujourd'hui, j'ai mon truc: quand je rencontre des fans, je prends toujours les devants en allant leur serrer la main et de cette façon, je suis à l'aise pour jaser avec eux. C'est important: tu ne peux pas refuser de parler à des gens qui t'aiment simplement parce que tu es timide.»

La bulle d'écrire

La bulle dans laquelle il s'enferme, c'est dans les moments d'écriture qu'elle se referme sur lui dans un processus qui s'apparente presque à un dédoublement de personnalité. Gagner sa place, son album, il l'a écrit pendant la tournée qui a suivi le lancement de son prier disque, en 2012. «La vie de tournée, c'est particulier: tu chantes devant des centaines de personnes mais tu finis toujours par te retrouver seul dans ta chambre d'hôtel. J'ai atténué ce choc en écrivant. Ça tombe bien parce que j'écris mieux en étant isolé. Je retombe alors dans un état particulier d'innocence et de simple passion: c'est l'amour de la musique.»

Certains artistes sont très jeunes catapultés dans la popularité à défaut de parler de gloire. Lui, ça lui est arrivé à la fin de la vingtaine. Quelques années supplémentaires lui ont probablement permis un recul salvateur. «Je suis conscient qu'il faut être fait fort pour vivre sainement et heureux dans ce métier. Il est primordial de relativiser ce qu'on vit. Un soir le public t'applaudit à tout rompre mais ça se peut bien qu'il t'ignore complètement quelques mois plus tard. J'ai compris que les applaudissements ne sont pas une mesure de l'homme que je suis mais une appréciation de la musique que je leur présente. Si à un moment donné, les gens cessent d'aimer ma musique, ça n'enlèvera rien à ma valeur en tant qu'individu.»

L'illusion est décuplé par un mystérieux effet de la télévision, peut-être la plus trompeuse des lunettes. «Il y a une profonde distorsion provoquée par la télé, commente Jérôme Couture chez qui le succès a manifestement suscité une réflexion. Que tu le veuilles ou non, quand tu passes au petit écran, tu entres inconsciemment dans la vie des gens. À travers La Voix, les gens s'attachent aux participants comme s'ils avaient un lien intime avec eux.»

«Je me souviens, tout juste après La Voix, d'une femme que je ne connaissais pas qui, en me voyant dans un endroit public, m'avait littéralement sauté dans les bras en pleurant. C'était beau, bien sûr mais quand même surréaliste.»

Jérôme Couture a bien saisi une évidence qui semble pourtant échapper à certains: «Le but, dit-il, ce n'est pas d'être connu, mais bien de chanter.»

Preuve qu'il n'a pas perdu pied, il demeure un indéfectible défenseur du travail acharné et de la discipline, des vertus, comme la modestie dont il est difficile d'entendre la voix sous les cris d'amour des fans. «Je suis très conscient que pour moi, la passion est bien plus grande que le talent. Est-ce que je suis un bon chanteur? Pas tant que ça. Je me débrouille et je travaille fort Ce qui m'arrive aujourd'hui, je le dois à mon travail. J'ai vu tellement de musiciens bien plus talentueux que moi qui n'ont pas eu de succès. Je pense seulement à mon frère, un super musicien qui a toujours eu une facilité avec la musique que je n'aurai jamais, mais lui ne fait pas carrière.»

«L'avantage que moi j'ai, par contre, c'est que j'aime tellement la musique que je ne m'en lasse jamais.»

Être bon tout le temps

«Je me suis beaucoup plus impliqué cette fois que pour le premier album», dit Jérôme Couture pour identifier ce qui différencie Gagner sa place de son premier opus. «Je savais de quoi je voulais parler, comment le faire et je devais m'assurer que ça demeure clair jusque sur l'album.» 

Le musicien a sans doute aussi gagné en assurance si bien que pour les paroles de ses chansons, même s'il a fait appel à des paroliers pour l'épauler, il est demeuré maître du processus. «J'avais de bons filons, je le sentais. J'ai eu besoin de Marc (Dupré, son mentor et ami) pour me mettre au défi, m'amener un peu plus loin. Si bien que même si la musique me vient plus facilement, que j'ai toujours dès le départ une idée très claire des arrangements musicaux de mes chansons, je peux assumer aussi bien chaque parole que chaque note de cet album. Il n'était pas question que je laisse les paroliers partir avec un thème pour écrire les textes. Ça a toujours été une partie de ping-pong où on se relançait constamment jusqu'à ce que je sois complètement satisfait.»

À 32 ans, Jérôme Couture est encore jeune, mais assez vieux pour savoir ce qu'il veut et ne veut plus. Il assume ses envies, ses goûts, sa personnalité. «J'ai compris qu'il me fallait arrêter de m'en faire pour un tas de choses que je ne contrôle pas et qui ne sont pas si importantes en bout de ligne. Dans la vie, moi, je choisis le bonheur et l'album en témoigne. Je ne dis pas que les choses sont toujours faciles, pas du tout, mais c'est là une raison de plus pour profiter au maximum du bonheur qui passe.»

Ce bonheur, son bonheur, il passe par la musique mais aussi par les gens qu'il aime. C'est pourquoi Gagner sa place parle de sa vie de couple (My Sweetest Thing) mais également d'autres personnes importantes dans sa vie: ses deux filleules, dans Entre nous. «Elles sont super importantes pour moi et j'ai eu moins de temps à partager avec elles ces derniers mois alors, je tenais à parler d'elles parce qu'elles comptent beaucoup à mes yeux et que c'est un album plus personnel.»

Par ailleurs, le créateur est forcément conscient du poids qui pèse présentement sur une industrie en profond bouleversement. «La business est plus difficile, c'est certain, mais c'est particulièrement vrai pour ceux qui n'ont pas une grosse équipe autour d'eux. Moi, je suis privilégié d'avoir des gens comme Marc Dupré et plusieurs autres qui m'accompagnent. Par contre, j'ai foi en la musique et je me dis qu'il y a des adaptations qui vont se faire pour qu'elle soit diffusée de façon plus équitable et profitable pour tous.»

«J'ai l'impression que les albums sont en train de redevenir ce qu'ils étaient à l'origine: quelque chose qui nous accompagne au quotidien et qui nous fait patienter jusqu'au prochain spectacle de notre artiste préféré. Dans mon cas, le vrai produit, celui où on peut le mieux me retrouver, c'est la scène. C'est là où je m'exprime le mieux. Et dans une industrie où il y a tant d'artistes super talentueux, la seule façon de s'en sortir, c'est de travailler toujours plus fort et être bon tout le temps. Tu ne peux pas te permettre le luxe d'être simplement ordinaire pour un soir ou pour un album. Tu dois être toujours à ton meilleur.»

«La seule certitude qu'on a par rapport à l'industrie de la musique présentement, c'est qu'il n'y en a pas, de certitude. Par contre, je crois qu'on peut encore vendre des albums. On n'a qu'à regarder ce qui s'est passé avec 2Frères: ils sont restés eux-même et le public a suivi. C'est vrai aussi pour Fred Pellerin. Je trouve ça magnifique ce qu'il fait. Il a conservé son originalité, sa personnalité et le public a été au rendez-vous.»

 

CRITIQUE

Hélène-Lise Trudeau, Magazine TV Hebdo, 28 octobre 2016

Gagner sa place

Jérôme Couture le chanteur, bien connu depuis sa participation à l'émission La Voix, nous séduit une fois de plus grâce à ses chansons aux effluves pop rock. Il présente des mélodies accrocheuses qui charmeront un très vaste public. Cet album est fait sur mesure pour cette bête de scène, l'un des chanteurs les plus talentueux de sa génération.

 

CRITIQUE

Richard Dion, Magazine La Semaine, 28 octobre 2016

Gagner sa place - Jérôme Couture

Deux ans après la sortie d'un premier album à succès, le dynamique participant à La Voix revient avec un disque de 12 titres. Le protégé de Marc Dupré - le directeur musical de l'opus - propose à nouveau de la pop-rock énergique, un style fait sur mesure pour les radios commerciales. L-A be

 

CRITIQUE

André Péloquin, Journal 24h, 28 octobre 2016

Jérôme Couture - Gagner sa place

Bien qu’il soit diablement tentant de lever le nez sur le second album du fameux­­ participant de La Voix, rendons à Couture ce qui lui revient: dans son genre de prédilection – la pop fabriquée­­ pour les ondes FM, mettons – le chanteur et son entourage livrent un produit bien foutu et en phase avec son époque (les fans de Maroon 5, Mika­­, voire de Meghan Trainor devraient­­ apprécier).

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Marie-Claude Barette, Contact, Rouge FM 107,3, 26 octobre 2016

http://www.rougefm.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Stéphane Beaulac et Séléna Prévost, Rouge Café, Rouge FM 97,4, 24 octobre 2016

http://www.rougefm.ca/

 

ENTREVUE

Louis-Amik Lalonde, Fréquence Plaisir, 24 octobre 2016

http://www.frequence-plaisir.com/

 

 

Toujours «sur son X»

Bruno Lapointe, Le Journal de Montréal, 22 octobre 2016

Après avoir fait danser le Centre Bell cet été en compagnie de Marc Dupré et connu un succès sur les ondes radio avec son plus récent extrait My Sweetest Thing, Jérôme Couture avoue se sentir «sur son X», juste à temps pour la sortie de son deuxième album.

Ce nouvel opus, dans les bacs depuis une semaine, est l’aboutissement de deux années de travail et d’écriture. Jérôme Couture tenait à s’impliquer davantage cette fois-ci, allant jusqu’à élaborer (jusqu’à différents degrés) près de 30 chansons. Finalement, 12 pièces ont été sélectionnées, dont 11 signées de sa plume.

«J’ai écrit énormément de chansons. C’était important pour moi afin d’avoir plus de choix pour trouver les meilleures pièces pour ce deuxième album», explique­­-t-il.

Et il semble que les nouvelles pièces aient été reçues avec beaucoup d’enthousiasme par ses fans: le premier extrait, My Sweetest Thing, a connu un succès considérable sur les ondes radiophoniques de la province au cours de l’été dernier.

Déjà, les fans ont pu découvrir un Jérôme­­ Couture plus assumé dans ses références­­ et inspirations musicales.

«Le premier avait un côté années 1960 un peu plus discret, mais j’ai voulu aller plus loin dans cette direction avec Gagner sa place. J’avais envie de faire un album avec lequel je pourrais m’éclater sur scène­­», avance-t-il.

L’Europe avant les États-Unis

Malgré les clins d’œil à la langue de Shakespeare­­ qu’il multiplie tant sur son premier que sur son deuxième opus, avec des titres tels que My Sweetest Thing et Goodbye Girl, Jérôme Couture n’a pas pour autant l’intention de tenter sa chance­­ chez nos voisins américains. Du moins, pas pour l’instant.

«Je ne ferme pas la porte et je ne dis pas que je ne le ferai jamais. Mais pour l’instant, je suis plus tenté par le marché francophone de l’Europe. Rien n’est encore fait, par contre», précise-t-il.

Des Fêtes Avec Marc Dupré

D’ici là, la scène occupera Jérôme Couture­­ au cours des prochains mois. En plus de ses propres spectacles (dont des dates sont prévues jusqu’en décembre 2017), le chanteur partagera la scène du Capitole de Québec avec Geneviève Leclerc­­, Alex Nevsky et Yvan Pedneault en décembre pour le Party des fêtes de Marc Dupré tout le mois de décembre.

«Cette salle-là, c’est un peu comme ma deuxième maison. C’est là que j’ai fait mes premiers gros spectacles comme Elvis Story et Les Misérables», dit-il en riant.

♦ L’album Gagner sa place de Jérôme Couture est maintenant en vente.

 

La liste de Jérôme Couture

Véronique Lauzon, La Presse +, 22 octobre 2016

Jérôme Couture le dit d’emblée : « Je n’ai pas de plan B. La musique, c’est ma passion. Je suis là pour rester dans ce milieu, et ce sera d’une manière ou d’une autre. » Le finaliste de la première édition de La voix (dans l’équipe de Marc Dupré) a écrit la majorité des chansons de son deuxième album, Gagner sa place, et espère pouvoir donner le plus de spectacles possible avec son nouveau répertoire.

MUSIQUE : THE BROOKS

« Tous les mercredis au Diese Onze, il y a The Brooks. C’est la meilleure section rythmique de Montréal, avec Alexandre Lapointe à la basse et Maxime Bellavance à la batterie. Juste pour apprécier le groove dans son expression la plus pure, c’est là que ça se passe. Et il y a toujours de bons chanteurs qui les accompagnent. »

MUSIQUE : FUSO

« Fuso a sorti son premier album en août et c’est ce que j’aurais aimé faire comme premier album à son âge. C’est un peu surfeur, live donc pas parfait, il joue avec l’anglais et le français, les textes sont bons. Il a réussi à marier le québécois avec l’anglais international. Il a une belle franchise dans ses textes, un peu à la Jason Mraz. C’est tout ce que j’aime, en fait ! »

EXPOSITION : FRAGMENTS D’HUMANITÉ AU MUSÉE POINTE-À-CALLIÈRE

« Ça retrace les découvertes marquantes en archéologie des 50 dernières années au Québec. On voit l’arrivée des hommes au Québec, il y a 12 000 ans. C’est capoté ! Il y a des vestiges de navires, des objets du XVIe siècle, du XVIIe siècle… Depuis plusieurs années, c’est l’archéologie et les musées qui me sortent de ma bulle musicale ; ça me fait du bien, ça me recentre avec l’humanité. »

FILM : THE REVENANT D’ALEJANDRO GONZÁLEZ IÑÁRRITU

« C’est une fresque relativement réaliste, même si des archéologues ne sont pas d’accord ! Je tripe sur l’histoire du Québec, les coureurs des bois et la dureté de la vie à cette époque-là. Je l’ai écouté deux fois tellement j’ai tripé, et ce, même si c’est hollywoodien. Et je trouve qu’au Québec, nous n’avons pas tant présenté ça à la télévision et au cinéma de manière sérieuse. »

MUSIQUE : MAGIC !

« C’est un groupe canadien. Tout le monde a entendu au moins une fois Rude, avec une sonorité reggae. La désinvolture et le delivery du chanteur sont écœurants. L’album est pop, mais ça sonne bien, il a été bien travaillé, ça me parle. Et, bien sûr, je suis un gars de pop. »

 

CRITIQUE

Victor Léon Cardinal, Échos Vedettes, 22 octobre 2016

Jérôme Couture: Gagner sa place

Deux ans après la sortie de son premier album, Jérôme Couture nous revient avec son second opus intitulé Gagner sa place, comprenant notamment son récent succès My Sweetest Thing. Il a collaboré avec Marc Dupré et Nelson Minville, mais notez que l’artiste a lui-même écrit ou composé une bonne partie des pièces de son nouvel album. Une chose est certaine, ce disque très énergique saura assurément mettre du soleil dans votre automne. ****

 

 

Jérôme Couture: pop radio et inspiration rétro

Geneviève Bouchard, Le Soleil, 22 octobre 2016

(Québec) Près de quatre ans après avoir bénéficié du tremplin télévisuel de La voix - où il s'était illustré dans l'équipe de Marc Dupré -, Jérôme Couture pose une deuxième pierre à sa discographie en dévoilant l'album Gagner sa place.

Continuant de creuser son sillon dans un créneau pop radiophonique, le chanteur saguenéen y assume davantage sa plume (il cosigne la majorité des titres avec des collaborateurs comme Nelson Minville et son ex-coach Dupré) et son attrait pour les accents rétro, alors qu'un vent sixties souffle sur ces nouvelles chansons. Voulu rassembleur - il est souvent question d'amour et de persévérance -, ce second album vise aussi à titiller la fibre dansante des fans. Et on peut présumer qu'il touchera la cible.

On ne croule pas ici sous l'originalité, mais l'aspect pimpant de l'ensemble sied bien au timbre souple et haut perché de son interprète. Jérôme Couture présentera son nouveau concert au Capitole le 13 avril. D'ici là, il participera à la résidence de spectacles qu'offrira Marc Dupré sur la même scène en décembre.

 

CRITIQUE

André Péloquin, Le Journal de Montréal, 22 octobre 2016

Jérôme Couture - Gagner sa place

Bien qu’il soit diablement tentant de lever le nez sur le second album du fameux­­ participant de La Voix, rendons à Couture ce qui lui revient: dans son genre de prédilection – la pop fabriquée­­ pour les ondes FM, mettons – le chanteur et son entourage livrent un produit bien foutu et en phase avec son époque (les fans de Maroon 5, Mika­­, voire de Meghan Trainor devraient­­ apprécier).

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Mitsou Gélinas et Sébastien Benoit, Mitsou & Sébastien, Rythme FM, 21 octobre 2016

http://www.rythmefm.com/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Pascal Guité Myriam Fugère et Jean-Claude Gélinas, C'est l'fun de bonne heure, Énergie 102,3 FM, 21 octobre 2016

http://www.radioenergie.ca

 

Les choix 7 Jours

7 Jours, 21 octobre 2016

#1 Jérôme Couture : Gagner sa place

Il y a trois ans, Jérôme Couture a vu sa vie basculer lorsque Marc Dupré a tourné sa chaise de La Voix dans sa direction. Depuis, le chanteur originaire de Jonquière a su se faire une place dans l'univers de la musique, ne laissant aucun doute sur le travail effectué pour lancer son deuxième album, le 14 octobre. Avec plus de 200 représentations sur scène depuis trois ans et un premier album qui lui a valu deux nominations au Gala de l'ADISQ et qui a laissé dans son sillage quatre succès radio, ce nouvel opus est grandement attendu des fans.

C'est sur la route que l'auteur-compositeur-interprète a peaufiné 12 nouvelles chansons, dont 11 ont bénéficié de sa plume et de son talent musical. Le premier extrait, My Sweetest Thing, que l'artiste a composé pour sa tendre Audrey, a su redoubler l'impatience des fans en restant au top du palmarès francophone pop adulte durant trois semaines, l'été dernier. Collaborant toujours avec son ancien coach, Marc Dupré, qui fait office de directeur musical sur l'album, Jérôme a un message particulièrement touchant pour lui sur sa pochette: «Un incommensurable merci à mon ami et collaborateur de s'être retourné il y a trois ans. Jamais je n'aurais pu imaginer qu'une amitié et une complicité créative si grande naîtraient de ce moment clé. Marc Dupré, merci pour tout, VRAIMENT!»

 

PARTICIPATION

Nicolas Ouellet, Play, Vrak, 20 octobre 2016

http://www.vrak.tv/

 

ENTREVUE

Geneviève Hébert-Dumont et Alain Cyr, Retour et cie, CIME 103,9 FM, 20 octobre 2016

http://www.cime.fm/

 

Le beat de Valérie

Valérie Roberts, Cool, Novembre 2016

On le voit souvent en spectacle, notamment avec ses amis Marc Dupré et Renee Wilkin, mais ça fait un petit bout que nous n’avons pas eu de nouvelles chansons de la part de celui que nous avons découvert à l'émission La Voix en 2013. Il nous a offert plusieurs pièces qui se sont hissées au sommet des palmarès (de véritables vers d’oreille!), mais là, on attend impatiemment son nouvel album, Gagner sa place, qui sera disponible dans quelques jours!

 

Jérôme Couture a gagné sa place au National!

Serge Larivière, Alternative Rock Press, 20 octobre 2016

Avec ce deuxième album, on se demandait si Jérôme Couture aurait gagné sa place dans le cœur du public. À voir le nombre de personnes qui s’étaient déplacées au National, il y a lieu de croire que oui…

Car c’était plein ! Tellement qu’on avait de la difficulté à se mouvoir. La grande famille, soit admirateurs, médias et parenté, s’était donné le mot pour venir écouter quelques chansons de Gagner sa place. Encore une fois, le sympathique chanteur a réussi où plusieurs se sont cassés les dents.

Sans dire qu’il a réinventé le genre, soulignons qu’il l’a mieux fait que certains de ses confrères. C’est sûr qu’à la première écoute, on a senti la vibe Justin Timberlake –  même lui ne l’a pas nié -, mais il l’a twisté d’une belle manière comme il l’a prouvé lors de son lancement.

Son matériel, c’était de la musique pop bien construite, bien travaillée et qui s’écoutait très bien. Sur scène, il s’est donné à fond pour ses fans et on a ressenti beaucoup de sincérité lorsqu’il a pris la parole.

La scène est vraiment son péché mignon et ça paraissait ! Il a bougé partout, a souri à ses musiciens et avait une joie de jouer qui débordait. C’est avec My Sweestest Thing, son premier succès radio, qu’il a commencé sa prestation. Avouons que c’était la pièce idéale pour ouvrir le spectacle. Il a suivi avec d’autres amuse-gueules musicaux comme Plus fort que tout ou Dis-le moi.

C’était des compositions pop et légères, juste assez sucrées pour ne pas donner mal au cœur, qui mettaient un sourire dans le visage. La chimie était très perceptible avec les autres musiciens. On les sentait partie prenante et non seulement comme parure.

C’était une soirée bien sympathique à laquelle le public était convié. Et il l’a démontré d’une belle façon ! Avec tous les cris et les applaudissement, Jérôme Couture peut se dire maintenant mission accomplie.

 

ENTREVUE

Katrine Dandeneau, Le monde de Katrine, CFID 103,7, 19 octobre 2016

http://www.radio-acton.com

 

ENTREVUE

Caroline Lavertu, Tel qu'entendu à la radio, CFVD 95,5 FM, 19 octobre 2016

 

ENTREVUE

Dominick Sigouin, Jessica Lesage et Audrey Folliot, La Faune, Énergie 99,1 FM, 19 octobre 2016

www.radioenergie.ca

 

ENTREVUE

Eric Lachapelle, CKBN 90,5 FM, 19 octobre 2016

http://www.ckbn.ca/

 

ENTREVUE

Marino, Marino, M 102,9 FM, 19 octobre 2016

http://www.m1029.com/

 

ENTREVUE

Carolanne Giroux, Plaisir au travail, Plaisir 105,3 FM, 19 octobre 2016

http://www.plaisir1053.com/

 

ENTREVUE

Pierre Aucoin, L'oreille hardie, CFIM 92,7 FM, 19 octobre 2016

 

ENTREVUE

Jocelyne Lambert, Lambert Café, CJSO 101,7 FM, 19 octobre 2016

http://www.cjso.ca/

 

CRITIQUE

Dutch Bickell, Canadian Beats, 19 octobre 2016

Jérôme Couture has released his latest album titled, Gagner sa place on October 14th. Gagner sa place is the follow up to Couture’s self-titled debut album released in 2014 which features the single “My Sweetest Thing.”Couture celebrated the release of the new album on October 17th in downtown Montréal by performing selections from his new album to a packed house and star studded audience at the National theatre. The album launch was a huge success and gave fans a taste of what the great album has instore from the young artist.

When it comes down to Couture’s music, what you see is what you get. On stage Couture delivers high energy and crowd pleasing entertainment, and in the studio Couture creates music that he is passionate about and knows his fans will adore. Couture made sure he had creative input from start to finish with his new album. Using more than just his solid vocal skills, Couture wrote or co-wrote eleven out of the twelve tracks on the album. Under the artistic direction of Marc Dupré the album boasts fun, upbeat, and catchy tracks.

The album opens up with “Plus fort que tout” and you’re instantly hooked with its toe tapping tempo and catchy whistling. “My Sweetest Thing,” the albums debut single comes up next and keeps the momentum going strong. Couture slows things down with the heartfelt ballad “S’il le faut,” but picks right back up with “Dis-le-moi.” Each track on the album has something that you can find your place with. From heartbreak to dancing around lip-syncing in your bedroom mirror, Couture has created a song just for you.

Gagner sa place is an excellent follow-up to Couture’s debut album. From high quality studio production, to fantastic songwriting from both Couture and his co-writers, the album is a great piece of musical consistency. It is fresh, and you can tell that Couture is passionate about his tunes, and making great music that not only his fans will love, but that everyone can listen to. With Gagner sa place available in store and online with most major musical retailers now, expect to see him hit the radio and tour circuit in the near future to promote his new disc.

Full Track List:

Plus fort que tout

My Sweetest Thing

Rendez-vous

S’il le faut

Dis-le-moi

On s’en fout

Regarde-moi

Oublions tout

Plus froid que l’hiver

Entre nous

Je suis là

Gagner sa place

Upcoming Tour Dates:

21 Oct 2016   Centre Culturel De Beloeil  – Beloeil, QC,

18 Feb 2017   Salle Pierre Legault – Rosemère, QC

09 Mar 2017   Montréal en lumières 2017 –  Montreal, QC

13 Apr 2017    Le Capitole – Québec, QC

14 Apr 2017    Théâtre du Cegep de Trois-rivieres – Trois-Rivières, QC

21 Apr 2017    Le Club Quartier Dix30 – Brossard, QC

11 May 2017   Théâtre du Vieux Terrebonne – Terrebonne, QC

13 May 2017   Théâtre Banque Nationale – Saguenay, QC

14 Oct 2017   Théâtre le Palace – Granby, QC

09 Nov 2017  Centre des Arts Juliette-Lassonde – Saint-Hyacinthe, QC

30 Nov 2017  Salle Maurice O’Bready – Sherbrooke, QC

01 Dec 2017   Salle Rolland-Brunelle – Joliette, QC

 

Jérôme Couture enflamme le National

Marie-Hélène Amyot, MatTV, 19 octobre 2016

« Gagner sa place » dans le cœur des spectateurs

C’est bien entouré que Jérôme Couture a présenté son tout dernier album, Gagner sa place. Pour l’occasion, Le National était plein à craquer. Personnalités artistiques, admirateurs et médias se sont donné le mot pour être de la partie et découvrir le résultat de deux ans de dur labeur, représenté par 12 titres.

Confiant et souriant, Jérôme avait un plaisir contagieux à se produire sur scène, qui semble être pour lui, un véritable terrain de jeu. Toujours aussi dynamique, le chanteur a fait preuve d’aisance et de confiance tout au long de sa performance. Tout sourire, il s’est fait un plaisir d’offrir quelques pièces – et quelques pas de danse – aux gens présents.

Ravi, le public a pu le voir interpréter son tout dernier extrait radio Plus fort que tout, mais également le succès My Sweetest Thing ainsi que Dis-le-moi, la balade S’il le faut, Rendez-vous, Oublions tout et la pièce titre de l’album. Sa prestation a donné un bon aperçu du contenu et du plaisir que les gens auront à l’écouter.

Disponible depuis le 14 octobre, Gagner sa place de Jérôme Couture égayera la trame sonore de votre vie, avec ses chansons rythmées et entrainantes, et grâce auquel vous vous délierez assurément les jambes. Plaisir assuré !

 

Galerie Photo

Mélodie Guay, Tempo Mag, 19 octobre 2016

Galerie photo

 

ENTREVUE

Nathalie St-Pierre, Une soirée avec..., Rouge FM 107,3, 18 octobre 2016

www.rougefm.ca

 

ENTREVUE et PERFORMANCE

Philo Lirette, Peter McLeod et Kim Rusk, Les poids lourds du retour, CKOI 96,9 FM, 18 octobre 2016

http://www.ckoi.com/

 

 

Jérôme Couture lance un deuxième album

Agence QMI, Le Journal de Montréal, 18 octobre 2016

Depuis sa participation à la toute première édition de La Voix, Jérôme Couture en a parcouru du chemin et présentait lundi soir sur la scène du National son deuxième opus, Gagner sa place.

Parmi les 12 nouvelles pièces, le premier extrait, My Sweetest Thing, composé pour Audrey, la conjointe de l’artiste originaire de Jonquière, a trôné au palmarès pendant trois semaines à sa sortie l’été dernier.Le protégé de Marc Dupré a pu compter sur l’expertise de son ancien coach, qui a assuré la direction musicale du nouvel album.

 

 

Jérôme Couture: «la seule chose à laquelle je crois, c'est le travail»

Anne-Marie Gravel, Journal Le Soleil, 18 octobre 2016

(Saguenay) Le public de Saguenay a été le premier à entendre la semaine dernière les nouvelles pièces du deuxième album de Jérôme Couture, intitulé Gagner sa place. Jérôme Couture tenait à lancer son album, sorti partout ailleurs le 14 octobre, dans la région qui l'a vu grandir, comme il l'avait fait pour son premier disque.

«Le Saguenay veut dire beaucoup pour moi. J'y ai vécu jusqu'à l'âge de 18 ans. J'y ai fait énormément de spectacles. Plein de gens ont payé pour me voir dans différentes productions. J'ai une dette morale envers les gens de Saguenay qui m'ont soutenu les premiers. J'ai envie qu'ils découvrent les chansons les premiers», affirme-t-il au cours d'un entretien téléphonique.

Le titre de l'album où s'allient pop, rock et influences sixties évoque le chemin parcouru et à parcourir.

«Cet album signifie pour moi un pas vers une carrière à long terme. C'est ce que j'ai toujours visé. J'ai voulu avoir une carrière en tant que chanteur solo, en tant qu'auteur-compositeur-interprète. Pour moi, La voix, ce n'était pas une fin en soi, c'était une étape», affirme-t-il.

«Je ne crois pas à la chance et au hasard dans ce métier-là. Même le talent est relatif. Avec un talent de base et du travail, on peut se dépasser. La seule chose à laquelle je crois, c'est le travail. Avec un travail constant, on continue de gagner sa place chaque jour. La journée où on tient ça pour acquis, c'est peut-être un pas vers le déclin», estime-t-il.

Jérôme Couture affirme que le nouvel album s'inscrit dans la continuité de son album éponyme paru en 2014. «On est encore dans cette énergie positive. Je veux faire sourire le monde, j'ai envie encore plus de danser sur scène. Il y a des pièces folk, rock et rockabilly comme le premier, mais je fais aussi quelques détours plus électro. Je me suis amusé. Je n'ai pas envie de faire une seule chose», explique-t-il.

Nouvelles aventures

My Sweetest Thing, premier extrait de l'album, est sorti au printemps. La pièce a été numéro un de la radio pop adulte francophone à deux reprises depuis.

«Ça me fait vraiment plaisir, j'adore cette chanson-là», souligne Jérôme Couture qui convient que le succès de la pièce ajoute à sa confiance en l'album.

«Ça me donne du vent dans les ailes et à l'équipe qui travaille avec moi aussi. On ne sait jamais si les gens vont nous suivre dans nos nouvelles aventures. My Sweetest Thing a un nouveau son. Le fait que ça fonctionne bien, ça nous encourage et on pense que les gens vont aimer l'album.»

Avec Gagner sa place, Jérôme Couture confirme son statut d'auteur-compositeur-interprète. Sur son premier album, il avait participé à 6 des 11 pièces. Cette fois, il signe 11 des 12 chansons.

La pièce-titre de l'album, Gagner sa place, est la seule sur laquelle il n'a pas mis sa signature. Marc-André Sauvageau en a écrit la musique et Amélie Larocque, les paroles.

«J'assume plus le côté auteur-compositeur et je me fais confiance. C'est important pour moi de signer le plus de matériel possible parce que ça me ressemble plus, mais aussi parce que pour moi, c'est un défi supplémentaire, donc ça me rend très fier. Cet album-là, j'ai pris deux ans pour l'écrire, j'ai travaillé fort jusqu'à la dernière seconde, j'ai fait toute la musique, mais j'ai eu des collaborateurs pour les textes», souligne-t-il.

Jérôme Couture a pu compter sur Marc Dupré, Nelson Mainville, Amélie Larocque et Mariane Cossette-Bacon.

«On a parfois l'impression qu'il faut tout faire soi-même. Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas nécessairement être bon dans tout. Pour certaines chansons, les paroles et la musique sortent rapidement. Pour d'autres, j'ai besoin d'aide. Moi, je veux que ce soit le meilleur possible. Quand j'ai besoin d'aide, je vais en quérir.»

Comme pour le premier album, Jérôme Couture a travaillé avec Gautier Marinof à la réalisation. Il a aussi fait appel à John Nathaniel (Alexe Gaudreault) pour la coréalisation et la coécriture de deux pièces, dont Plus fort que tout, le nouvel extrait radio lancé plus tôt cette semaine.

Marc Dupré

L-Abe est toujours sa maison de disque. Marc Dupré assume également la direction artistique du disque. Jamais Jérôme Couture n'aurait pu croire que celui qui a été son coach à La voix lui serait si fidèle. «On a eu un coup de foudre amical. Dès le lendemain de La voix, il m'a téléphoné. Depuis, il ne m'a jamais laissé tomber.»

Travailler avec Marc Dupré lui apporte beaucoup. «Il me permet de trouver le milieu entre ce que j'aime le plus et où je suis le meilleur. Marc a su m'enligner sur mon X. Pour moi, c'est une délivrance. Il m'aide à trouver ma ligne et à ne pas trop me perdre. J'aime beaucoup de styles de musique et je fais plein de choses éclatées. Sans lui, j'irais dans toutes les directions.»

Une feuille de route déjà bien remplie

Plusieurs ont découvert Jérôme Couture à La voix. Pourtant, nombreux sont ceux qui l'avaient déjà entendu dans la région du Saguenay et même au-delà, peut-être même sans le savoir.

Jérôme Couture a fait ses premières armes avec la Troupe arc-en-sons vers l'âge de 10 ans. Il a ensuite participé à plusieurs concours de chant dans la région. Il a notamment remporté la 11e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise dans la catégorie Interprète 18 ans et plus en 2002.

Il s'est produit avec la troupe Québec Issime pendant une saison, puis s'est joint à la famille d'Ecce Mundo pendant plus de deux ans.

Il s'est installé à Québec où il a réussi un baccalauréat en musique jazz.

Dans la Vieille Capitale, il a participé aux productions Elvis Story de 2007 à 2009 et Les misérables en 2008.

Il a aussi coécrit les chansons et fait les arrangements du spectacle À jamais présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie en 2011.

Une fois emménagé à Montréal, il s'est produit au Casino, où il a été remarqué par France Castel. Cette dernière l'a invité à se joindre à l'équipe de l'émission Pour le plaisir à titre de chanteur maison.

Jérôme Couture a aussi chanté dans des publicités à la télévision et à la radio. Il a également travaillé avec Grégory Charles. Ce dernier demandait à des auteurs-compositeurs d'écrire des chansons sur cinq thèmes établis.

Juste avant l'aventure de La voix, il a pris part au spectacle Cow-boys de Québec Issime.

La voix est arrivée comme un tremplin dans sa carrière. Depuis, il a fait quelque 150 spectacles.

Il a été no 1 des ventes francophones à la sortie de son premier album. Il a aussi eu deux nominations au dernier Gala de l'ADISQ.

Il a reçu un prix de la SOCAN à titre d'auteur pour Goodbye Girl puisque la pièce a été numéro un à la radio. Quatre de ses titres se sont hissés dans le top 20 francophone.

En plus de sa tournée de spectacles qui l'amènera au Théâtre Capitole le 13 avril, il montera sur les planches du Capitole de Québec dans le cadre du Party musical de Marc Dupré en décembre prochain.

 

Jérôme Couture lance Gagner sa place

Agence QMI, Canoe divertissement, 18 octobre 2016

Depuis sa participation à la toute première édition de La Voix, Jérôme Couture en a parcouru du chemin et présentait lundi soir sur la scène du National son deuxième opus, Gagner sa place.

Parmi les 12 nouvelles pièces, le premier extrait - My Sweetest Thing -, composé pour Audrey, la conjointe de l'artiste originaire de Jonquière, a trôné au palmarès pendant trois semaines à sa sortie l'été dernier.

Le protégé de Marc Dupré a pu compter sur l'expertise de son ancien coach, qui a assuré la direction musicale du nouvel album. Un mot de remerciement lui est d'ailleurs adressé dans le livret: «Un incommensurable merci à mon ami et collaborateur de s'être retourné il y a trois ans. Jamais je n'aurais pu imaginer qu'une amitié et une complicité créative si grande naîtraient de ce moment clé. Marc Dupré, merci pour tout. VRAIMENT!»

 

Jérôme Couture lance en grande pompe son album Gagner sa place au National

Sandrine Vincent, Hollywood PQ, 18 octobre 2016

Jérôme Couture lance en grande pompe son album « Gagner sa place » au National.

C’est dans une ambiance survoltée que Jérôme Couture, finaliste de Marc Dupré à La Voix en 2013, a lancé son deuxième album en carrière, intitulé Gagner sa place. À l’image du chanteur, le lancement était éclatant et énergique et le parterre plein à craquer de gens qui dansaient au rythme de My Sweetest Thing, première toune du setlist de l’artiste et le tout premier extrait radio de son album Gagner sa place. Vous avez certainement entendu l’air sur les ondes radio québécoises cet été!

Plusieurs vedettes et membres du showbiz québécois étaient sur place pour écouter et encourager l’auteur-compositeur-interprète qui était à la fois fier et fébrile de présenter ses deux années de labeur sous forme de disque. L’album Gagner sa place est présentement en ligne sur iTunes et chez tous les bons disquaires.

Le photographe Éric Carrière était sur place pour prendre quelques clichés des gens qui se sont déplacés pour l’occasion, incluant l’ancien coach de Jérôme Couture, Marc Dupré, Jonas, Hugo Lapointe, Valérie Carpentier, Suzie Villeneuve et bien, bien plus! Voyez tout ce beau monde dans la galerie située au bas de l’article!

 

Jérôme Couture présente son nouvel album: Gagner sa place

Leigh-Anne Pinos, Québec Spot Média, 18 octobre 2016

C’est devant une salle comble au National de Montréal que Jérôme Couture lançait son deuxième opus Gagner sa place le 17 octobre dernier.

Le fruit de deux ans et demi de travail, rempli de chansons qui bougent et quelques ballades aux sons pop-rock, semblait plaire beaucoup public présent lors du lancement.

Jérôme Couture a offert une prestation haut en énergie avec sept chansons tirées du disque avec entre autres My Sweetest Thing, Plus fort que tout, Gagner sa place et la très touchante ballade S’il le faut.

Plusieurs des ses plus jeunes fans, âgés de 5-12 ans, se trouvaient très près de la scène au grand plaisir de l’artiste qui semblait très touché par l’amour reçu de son public.

Jérôme Couture a écrit et composé plusieurs des chansons sur la route durant sa dernière tournée, ses efforts ont également été appuyés entre autres par Marc Dupré, qui assure aussi la direction musicale du disque, Nelson Minville ainsi que Frédérick Baron aux textes.

Pour connaître les dates de spectacles : www.jeromecouture.net

Photos disponibles dans notre Galerie photos et sur Facebook.

 

ENTREVUE

Marie-Andrée Poulin, TVA Nouvelles, TVA, 17 octobre 2016

http://www.tvanouvelles.ca/

 

Lancement du 2e album de Jérôme Couture: Gagner sa place

Cynthia Sauro, Flash Québec Info, 17 octobre 2016

Festif lundi soir au National pour le lancement du 2e album de Jérôme Couture : Gagner sa place. Les amis et membres de la famille, une panoplie d’artistes musicaux, les médias et bien sur une tonne de fans, étaient fidèles au rendez-vous. C’est donc devant une salle bondée, que le charmant et talentueux chanteur a performé 7 des 12 chansons de son album (Plus fort que tout, Dis-le-moi, S’il le faut, Rendez-vous, My sweetest thing, Oublions tout et gagner sa place) jumelant mouvements de pieds et coups de bassin, pour le plus grand plaisir de ses fidèles fans.  C’est Un Jérôme fier et épanoui qui s’est adressé à quelques reprises à la foule avec humour, émotion et sincérité, pour présenter ses chansons, ses musiciens, remercier ses collaborateurs et ses supporteurs. Il a mis le feu à la scène, il faisait chaud dans la salle et une chose est certaine, il a bel et bien gagné sa place… sur scène et dans notre cœur.

Tu es passé de Jérôme Couture, album éponyme à Gagner sa place. En quoi est-il différent du premier ?

Niveau significatif, pour moi c’est le premier pas vers une carrière qui, je l’espère, va être à long terme. J’ai travaillé super fort, encore plus que sur le premier. Le premier s’est fait vite et cette fois j’ai vraiment pris le temps de mettre mon empreinte sur chaque chanson, j’ai écrit 11 des 12 chansons avec des supers collaborateurs. J’ai mis ma griffe sur chaque chanson et tous les arrangements. Ça me rend fier, j’ai l’impression d’avoir pris plus mon temps et cet album-là me ressemble un petit peu plus. 

C’est vraiment La Voix qui t’a propulsé de l’avant dans le monde artistique. Tu as travaillé fort, où en es-tu depuis, quel impact sur ta vie, depuis La Voix ?

Ce qui est intéressant avec La Voix, ça m’a permis d’avoir ma carrière solo. Avant je faisais des spectacles de groupes que j’adorais, j’ai fait beaucoup de trucs que j’aimais beaucoup (Québec issime, Elvis Story, Les Misérables) mais c’est certain qu’en dedans de moi mon plus grand rêve c’était d’avoir ma carrière solo et La voix ça a vraiment été la porte d’entrée vers cette carrière solo. Je capote c’est vraiment ce que j’aime le plus. Merci la vie, merci La Voix. C’est vraiment ce qui a le plus changé dans ma vie je te dirais. 

La Voix t’a aussi apporté Marc Dupré, ton ami, ton mentor, ton coach. Il a collaboré à plusieurs de tes chansons, est-ce une crainte que ton album sonne comme du Marc Dupré et non comme du Jérôme Couture ? 

Non, jamais. Tu vois Marc, je lui fais confiance, c’est vraiment mon mentor, il a été le directeur artistique de mon album et c’est grâce à lui que j’ai trouvé ce « X » là, mon son à moi. Avant j’écrivais des chansons un peu plus folks et je jouais toujours assis sur musicales où je dansais beaucoup, je me démarquais du lot. Marc m’a aidé à écrire dans mon « X », sur ce que j’étais meilleur sur scène. Alors non, au contraire, Marc c’est mon rempart, une assise. Il a cette intelligence-là, il sait qu’il faut que ça sonne comme du Jérôme Couture et il me connaît, je n’ai aucunement cette crainte-là.

Parlons de tes chansons, Avec la chanson Rendez-vous, à qui toi, voudrais tu donner rendez-vous ?

Ce que j’aime avec cette chanson, oui cette une histoire de « Cruise » un peu, mais l’idée c’était aussi que ça parle aux fans. Avec ce 2<sup>e</sup> album-là qui arrive, je me dis tout le temps « Est-ce que les gens vont être au rendez-vous, est-ce qu’ils vont venir si je leur donne rendez-vous ? » Ça peut avoir l’air quétaine dit comme ça, Mais je trouve ça le fun. Vont-ils être là encore, c’est une vraie crainte que j’avais et cette chanson là, ça veut aussi dire ça pour moi. 

Tu as une chanson qui s’appelle Dis-le moi, une autre Regarde-moi et une autre Oublions tout. Est-ce que tu aimes donner des ordres dans la vie Jérôme 😉 ?

(Rires) Non, en plus…Je ne suis tellement pas comme ça, ça a adonné comme ça. Mais tu vois, ça me permet, les chansons, d’être un peu quelqu’un d’autre, c’est ça qui est intéressant. Moi je suis super timide, je suis un gars « smooth », je suis bien relax, je ne suis pas caractériel « pentoute », alors je pense que quand je peux l’être dans les chansons, ça me fait du bien.

Blagues à part, ta chanson Regarde-moi est un message de soutien, d’espoir. Tu dis de te regarder pour « passer à travers » T’écouter peut surement aider aussi, est-ce la mission de cette chanson ? 

Oui, la musique de cette chanson-là était écrite depuis longtemps, mais on n’avait pas réussi à trouver un texte qui était aussi fort que la musique et un moment donné Marc et moi on est arrivé avec Regarde-moi et on a eu envie de parler de dépression, des gens qui ne feelent pas autour de nous, c’est le mal de notre siècle la dépression (…) J’avais envie de dire par ma chanson : « Si vous ne feelez pas, écoutez ma musique, ça va bien aller. » Si tu savais le nombre de messages que j’ai eu de gens en détresse qui me disent, « quand j’écoute ta chanson, ça me redonne du pep ». C’est… wow…j’en parle et j’ai des frissons.

La chanson On s’en fout vient un peu contrer ça avec des paroles comme « Il faut réapprendre à rire de tout »

Oui, j’avais envie de dire aux gens d’être heureux, d’arrêter de s’en faire, de ne pas déprimer avec l’hiver qui s’en vient par exemple, de juste rire et avoir du fun, que le bonheur c’est un choix. 

Personnellement, je trouve que la chanson qui te représente le mieux est Je suis là. Dans cette chanson, tu parles de courir partout et de faire ta destinée et on n’a qu’à se souvenir de ton passage à La Voix, de toi qui prend possession de la scène et de tes mouvements de pieds pour savoir que tu es bien là, tu es encore là!

Tu vois cette chanson-là est importante pour moi. Ça fait longtemps qu’elle est écrite et ça a été une des premières qu’on a peaufiné au complet. J’aimais le texte. Je voulais m’adresser directement aux fans, leur dire « regardez, je suis là, avant de faire comme si je n’existais plus, que je ne suis plus là, attendez, écoutez-moi encore, j’ai encore quelque chose à dire, j’ai encore envie d’être pertinent, alors suivez-moi et on va avoir du fun. 

Je ne peux passer sous silence My Sweetest thing qui a été le succès de l’été.

Ouiiiii, je suis content !!

Alors si on fait des prédictions, quelle chanson sera le prochain grand succès de ton album ?  

C’est une bonne question ! Là, il y a Plus fort que tout qui entre dans le cœur des gens de plus en plus et que j’adore… C’est dur à dire ça ! Il y a Rendez-vous que j’aime beaucoup, j’ai l’impression que celle-là peut parler beaucoup aux gens et elle a quelque chose de dansant qui me ressemble beaucoup aussi. Je pense que ça pourrait faire « swigner » le monde l’été prochain.

Pour conclure, en rafale :

Ta chanson coup de cœur que tu peux écouter en boucle ? 

Plus froid que l’hiver 

Celle que tu chanterais en date ou pour chanter la pomme ?

S’il le faut

La plus difficile à chanter ?

Oh, je dois t’avouer qu’elles sont toutes difficiles à chanter, je ne me suis pas donner ça facile, mais LA plus difficile à chanter c’est Plus fort que tout. 

Album accrocheur à fredonner ou à chanter à tue-tête, que je qualifierais d’hymne aux petits bonheurs et au « lâcher prise ». Un album qui fait du bien.

Mes coups de cœur : S’il le faut (la seule balade de l’album), Plus froid que l’hiver et On s’en fout

 

ENTREVUE

Mathieu Pedneault, Monde de star, 17 octobre 2016

http://www.mondedestars.com/

 

Jérôme Couture: Gagner sa place

Jocelyn Legault, Alternative Rock Press, 17 octobre 2016

Déjà un deuxième album pour Jérôme Couture! Il revient avec toute la fougue qu’il possède et qu’on lui connaît.

Avec ce deuxième effort, l’artiste de 32 ans originaire du Saguenay-Lac-St-Jean propose 12 pièces qui surfent dans un pop rock scintillant, dansant et soûl. C’est énergique à souhait.

Avec ses fidèles collaborateurs Marc Dupré (direction artistique), John Nathaniel, Nelson Minville, Frédérick Barron, Marianne Cosette-Bacon, Amélie Laroque et plusieurs autres, Jérôme Couture reste authentique comme sur son premier opus et nous livre rien de moins de ce à quoi on s’attendait de lui.

Gagner sa place, c’est du groove qui donne envie de chanter et danser pour dégriser notre quotidien. Galvanisant et éclatant !

Chansons coup de cœur :

Plus fort que tout

My Sweetest thing

S’il le faut

Dis-le-moi

On s’en fout

Plus froid que l’hiver

 

CRITIQUE

Julie-Jasmine Boudreau, Le RDI Matin, RDI, 17 octobre 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Jérôme Couture : Une place ancrée dans l'univers de la pop

Marie-Ève Archambault, TempoMag, 17 octobre 2016

« Gagner sa place » est le titre du deuxième album en carrière de Jérôme Couture qui est sorti le 14 octobre dernier. Personnellement, je crois qu’il n’a plus besoin de gagner sa place puisqu’il s’est déjà très bien implanté dans le monde culturel québécois dès son tout premier album. Ce projet consiste à un travail de dur labeur échelonné sur 2 ans où il a bâti la notoriété qu’il connaît maintenant aujourd’hui. Ce travail d’arrache-pied constant transpire à travers l’album avec des pièces telles que « Gagner sa place », « Plus fort que tout » et « Je suis là ». Sincèrement, c’est tout en son honneur!

Alors que Jérôme peut à nouveau compter sur ses fidèles collaborateurs, Marc Dupré à la direction musicale et Gautier Marinof à la réalisation, il ajoute un autre gros morceau pour le pousser encore une fois vers le succès : le réalisateur John Nathaniel (Alexe Gaudreault, Final States et Andie Duquette). Bien qu’il soit entouré d’une équipe gagnante, Jérôme Couture signe la plupart des chansons autant lyriquement que musicalement.

Si vous avez apprécié le premier album, vous ne serez pas déçus encore une fois. Jérôme Couture garde la même signature qui l’a mené au sommet des palmarès : une mélodie qui veut nous faire danser, des Ouh-ouh que l’on veut chanter et des refrains qui sont gravés dans notre tête pendant une bonne heure au moins. C’est simple, mais tellement efficace puisqu’entre les pièces je fredonnais déjà la chanson que je venais d’entendre. J’irais même à dire que je tentais déjà de chanter des parcelles de paroles. Prenez l’exemple du succès «My Sweetest Thing », multiplié par 12 chansons. Cela se résume à du bonbon à mes oreilles!

Bien que la majorité des chansons soient dans les mêmes teintes colorées et vives, Jérôme nous propose deux chansons qui sont plus sereines, plus douces tout en gardant le son pop. Croyez-le ou non, encore une fois, il réussit le mandat haut la main. À mon avis, «S’il le faut » et « Plus froid que l’hiver » viennent doser l’album. Elles sont un délice musical.

Si vous voulez d’ores et déjà goûter à la saveur pop de Jérôme Couture en concert, sachez que son lancement à Montréal aura lieu ce 17 octobre au National au coût de 10$. Si toutefois vous ne pouvez pas être des siens cette journée, n’ayez crainte, plusieurs dates sont déjà affichées dans plusieurs villes du Québec.

SPECTACLES:

17 octobre 2016 – Montréal • Lancement au National

21 octobre 2016 – Beloeil • Centre Culturel de Beloeil*

18 février 2017 – Rosemère • Salle Pierre Legault*

09 mars 2017 – Montréal • L’Astral

13 avril 2017 – Québec • Le Capitole

14 avril 2017 – Trois-Rivières • Théâtre du Cegep de Trois-Rivières

21 avril 2017 – Brossard • Le Club DIX30

11 mai 2017 – Terrebonne • Théâtre du Vieux-Terrebonne

13 mai 2017 – Saguenay • Théâtre Banque Nationale

14 octobre 2017 – Granby • Le Palace

09 novembre 2017 – Saint-Hyacinthe • Centre des arts Juliette-Lassonde

30 novembre 2017– Sherbrooke • Salle Maurice-O’Bready

01 décembre 2017 – Joliette • Salle Rolland-Brunelle

* avec Renee Wilkin

Gagner sa place est maintenant disponible partout en magasin au Québec.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Caroline Legault, C'est l'heure du 4 à 6, FM 103,3, 14 octobre 2016

http://www.fm1033.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Saskia Thuot et Jean-François Baril, Rythmez vos matins, Rythme FM 105,7 FM, 14 octobre 2016

http://www.rythmefm.com/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Seb Lozon, Tapis rouge, Rouge FM 107,5 FM, 14 octobre 2016

http://www.rougefm.ca

 

Le questionnaire 7 Jours avec Jérôme Couture

Patrick Delisle-Crevier, 7 Jours, 14 octobre 2016

Chaque semaine l’un des invités de Ça finit bien la semaine prends le temps de répondre à nos questions!

Si tu pouvais faire un voyage dans le temps, à quelle époque retournerais-tu?

J’aimerais retourner au secondaire. J’étais timide et anxieux et disons que je n’ai pas eu le fun que j’aurais aimé avoir. J’étais sérieux et discipliné. J’oubliais un peu de m’amuser. J’aimerais bien reprendre cette époque de ma vie. 

Si tu pouvais ajouter une heure à ta journée, que ferais-tu avec ce temps?

J’écrirais une chanson. C’est ce que j’aime faire quand j’ai du temps.

Tu prends toujours trop de temps pour…

Je passe un temps fou à flâner sur Facebook. J’y passe un peu trop de temps.

Raconte-nous une journée marquante de ton école primaire.

Un jour, un musicien est venu dans notre classe. Il était aveugle et accompagné de son chien. Il était venu nous parler du bonheur qu’il vivait malgré son handicap, et je me souviens que j’avais été ému et impressionné. Il écrivait des chansons, ça me fascinait.

Qu’est-ce que tu remets toujours au lendemain?

Tondre le gazon. Je me dis toujours qu’il n’est pas assez long et que cela peut attendre. C’est le seul inconvénient au fait d’habiter en banlieue

Tu manques toujours de temps pour…

Voir mes amis. C’est à un point tel que parfois j’ai l’impression d’être un mauvais ami.

As-tu un rituel avant d’aller au lit?

Oui, je me lève à plusieurs pour toutes sortes de raisons. J’ai oublié de me brosser les dents, de prendre ma pilule contre les allergies… Il y a toujours quelque chose qui me fait sortir du lit. 

 

Jérôme Couture, le guérisseur de l'âme!

Frédéric Lebeuf, Alternative Rock Press, 14 octobre 2016

Après nous avoir fait chanter et danser avec son premier album éponyme, Jérôme Couture revient dans le paysage musical. Disponible dès aujourd’hui, Gagner sa place fera fondre bien des cœurs. Le National ouvrira ses portes, le lundi 17 octobre, au charismatique chanteur pour qu’il présente au public son deuxième disque en formule 5 à 7.

« Gagner sa place pour moi, c’est de parler de ce métier-là qui n’est pas toujours évident. C’est ma plus grande passion depuis toujours et j’ai envie d’être dans la tête des gens pour longtemps. Alors, je travaille fort pour y parvenir et j’ai envie de leur dire que je veux la gagner. Je suis heureux que les fans me suivent encore. Ensemble, on va la gagner cette place-là », m’avoue le chanteur qui a travaillé d’arrache-pied ces deux dernières années sur son nouveau bébé.

Quand il a commencé à écrire la suite de son très réussi premier album, c’était évident pour Jérôme Couture qu’il fallait qu’il parle de sa perception du milieu artistique ainsi que de sa passion pour chanter et de faire des spectacles : « En ayant vécu en tournée ses trois dernières années, je suis rendu à un moment de ma vie que j’ai envie de dire et de chanter qu’il faut s’amuser simplement, avoir le bonheur facile et arrêter de s’en faire avec des choses qui ont plus ou moins de sens ainsi que des caprices. Il faut juste s’amuser et être heureux. Je suis rendu à 32 ans quand même, j’ai envie de foncer à fond, de réaliser mes rêves, de faire tout ce qu’il faut pour que ma carrière m’amène là où je suis le plus heureux, soit sur la scène le plus souvent possible ».

L’interprète du grand succès estival My Sweetest Thing ajoute : « Ce qui me rend le plus fier de ce nouvel album, c’est d’avoir signé 11 des 12 pièces. J’ai travaillé fort et j’ai tellement écrit de chansons afin de livrer le meilleur album possible. Plusieurs de mes compositions ont su plaire à mon mentor et directeur artistique Marc Dupré. Venant d’un auteur chevronné, ça me rend très fier. Ce qui en résulte que Gagner sa place me ressemble vraiment ».

« J’ai reçu un message comme quoi une de mes fans n’allait pas bien et vivait un moment difficile. Elle a retrouvé foi en la vie grâce à mes chansons et s’est sortie de sa déprime »

Comment se sent notre chère bête nationale à l’aube de partir à la rencontre de son public chéri ? « Ça me fait capoter. Je le dis depuis le début, je suis un gars de shows. Il n’a rien qui me rend plus euphorique que de faire des spectacles solos, aller rencontrer mon public, d’être devant lui, de le faire rire, pleurer et danser. Durant mes prestations, on dirait que le temps s’arrête et que je m’amuse comme un petit fou complètement ! ».

Jérôme Couture, s’amuser comme un petit fou

Pour ceux ayant déjà assisté à une des prestations de l’ancien finaliste de La Voix, vous avez certainement remarqué tout son dynamisme sur la scène. Quel est sa recette soir après soir pour y parvenir ? « Je me mets la barre haute, et mes chansons me demandent beaucoup d’énergie. En tournée, j’essaie de boire le moins de café possible, pratiquement pas d’alcool et de me reposer le plus souvent. Au final, ça vaut tellement le coup car, quand je suis en pleine possession de mes moyens, je m’amuse comme un petit fou ! ».

Après chaque spectacle, l’interprète du grand succès Comme on attend le printemps aime beaucoup rencontrer ses fidèles admirateurs et de pouvoir discuter avec eux : « De voir une personne qui vient à mon show par hasard, qui se procure ton album et qui vient te dire : “Wow ! Tu m’as fait du bien, je ne te connaissais pas, mais on va revenir te voir, c’est sûr”. C’est tellement touchant comme sentiment »

Jérôme Couture, qui vient de lancer Plus fort que tout qui tournera en boucle partout au Québec, me lance une confidence : « J’ai reçu un message comme quoi une de mes fans n’allait pas bien et vivait un moment difficile. Elle a retrouvé foi en la vie grâce à mes chansons et s’est sortie de sa déprime. Je trouve ça magnifique, car ça montre que, dans le fond, on ne sauve pas des vies. Mais des fois, on peut faire plus de bien qu’on oserait espérer. Ça prouve que nos chansons ne vont pas seulement dans la tête des gens, mais aussi dans leurs cœurs ».

Pour assister au lancement de Gagner sa place de Jérôme Couture, rendez-vous au National le 17 octobre dès 17h30.

 

Je sors ou je reste

Ariane Labrèche, Journal 24h, 14 octobre 2016

Album: Gagner sa place

On a découvert Jérôme Couture à La Voix. Depuis, le chanteur a sorti un premier album et nous propose un deuxième opus, Gagner sa place. Le musicien y a composé la majorité de ses nouvelles pièces, dont une rédigée dans la langue de Shakespeare, My Sweetest Thing. Ce nouvel album s'inscrit parfaitement dans le parcours de Jérôme Couture et plaira certainement à ses fans de la première heure.

 

Jérôme Couture présente Gagner sa place, un 2e album qui vous laissera des vers d'oreilles

Marie-Josée Boucher, Info-Culture, 14 octobre 2016

Le lancement à Montréal aura lieu le 17 octobre au National. Les billets sont en vente au coût de 10$.

Mardi dernier, Jérôme a offert un premier lancement dans son patelin du Saguenay. Devant famille, amis et admirateurs rassemblés pour l’occasion, Jérôme a offert une performance électrisante, au grand plaisir de la foule enthousiaste.

Toujours aussi entrainant et dansant, l’album de Jérôme Couture est une incontournable pour tous ceux qui aiment bouger et vibrer. Un album optimiste, rempli d’espoir et d’amour, une vraie vitamine pour le bonheur.

Sur ce nouvel album, où s’allient pop, rock et une bonne dose d’influences sixties, Jérôme chante son amour pour sa copine (My Sweetest Thing, Rendez-vous) et le travail constant nécessaire pour récolter le fruit de ses efforts (Gagner sa place, Plus fort que tout, Je suis là).

Les extraits My Sweetest Thing et Plus fort que tout, déjà en rotation sur les ondes radio à travers la province, offrent un excellent aperçu de cet énergique second opus disponible en ligne et en magasin le 14 octobre.

L’album est accompagné d’un livret avec les paroles et de superbes photos en couleur. Voici les 12 pièces de l’album :

Plus fort que tout 02. My Sweetest Thing 03. Rendez-vous 04. S’il le faut 05. Dis-le-moi 06. On s’en fout 07. Regarde-moi 08. Oublions tout 09. Plus froid que l’hiver 10. Entre nous 11. Je suis là 12. Gagner sa place

L’auteur-compositeur-interprète pose fièrement sa griffe sur la majorité des pièces écrites et composées sur la route lors de sa dernière tournée. Nelson Minville, Marc Dupré, John Nathaniel, Mariane Cossette-Bacon, Frédérick Baron et Amélie Larocque cosignent les paroles de ce second opus. Avec cette collaboration, et l’énergie de Jérôme, cet album est voué à un succès assuré.

Direction musicale : Marc Dupé

Réalisation : Gautier Marinof + réalisateur John Nathaniel (Alexe Gaudreault, Final State, Andie Duquette) le temps de 2 chansons (Plus fort que tout, Entre nous).

Dès 2017, Jérôme prendra la route pour présenter les pièces de Gagner sa place.  D’ici là, vous pourrez le voir et l’entendre au party de Marc Dupré au Capitole de Québec du 7 au 31 décembre

SPECTACLES:

17 octobre 2016 Montréal • Lancement au National

21 octobre 2016 Beloeil • Centre Culturel de Beloeil*

18 février 2017 Rosemère • Salle Pierre Legault*

09 mars 2017 Montréal • L’Astral

13 avril 2017 Québec • Le Capitole

14 avril 2017 Trois-Rivières • Théâtre du Cegep de Trois-Rivières

21 avril 2017 Brossard • Le Club DIX30

11 mai 2017 Terrebonne • Théâtre du Vieux-Terrebonne

13 mai 2017 Saguenay • Théâtre Banque Nationale

14 octobre 2017 Granby • Le Palace

09 novembre 2017 Saint-Hyacinthe • Centre des arts Juliette-Lassonde

30 novembre 2017 Sherbrooke • Salle Maurice-O’Bready

01 décembre 2017 Joliette • Salle Rolland-Brunelle

 

ENTREVUE

Doris Larouche, Café boulot, Dodo, ICI Radio-Canada Première Saguenay, 12 octobre 2016

http://ici.radio-canada.ca

 

 

ENTREVUE

Julie Larouche, Le Téléjournal, ICI Radio-Canada Télé, 11 octobre 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Vincent Desautels, En première classe, Rouge FM 96,9, 11 octobre 2016

http://www.rougefm.ca

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Annick Bilodeau, Bilodeau 2.0, CKAJ 92,5 FM, 11 octobre 2016

http://www.ckaj.org/

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Simon Roy-Martel, L'Énergie du matin, Énergie 94,5 FM, 11 octobre 2016

http://www.radioenergie.ca

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Mathieu Beauregard, Marie-Christine Bernard et Jean-François Desbiens, Rythmez vos matins, Rythme FM 105,5, 11 octobre 2016

http://www.rythmefm.com

 

 

Saguenay avant Montréal

Anne-Marie Gravel, Journal Progrès-Dimanche, 8 octobre 2016

Le public de Saguenay sera le premier à entendre les nouvelles pièces de Jérôme Couture. L'auteur-compositeur-interprète présentera son deuxième album intitulé Gagner sa place au Théâtre Banque Nationale le 11 octobre, une façon de remercier les spectateurs de la région qui le suivent depuis ses tout débuts.

Jérôme Coutre tenait à lancer son album dans la région qui l'a vu grandir, comme il l'avait fait pour son premier disque. C'est pourquoi un lancement en formule 5 à 7 auquel il convie gratuitement les fans de la région a été planifié.

«J'ai poussé pour organiser un lancement à Saguenay avant celui de Montréal. J'ai hâte de voir tout le monde. Ce sera le baptême de mes chansons sur scène», affirme-t-il au cours d'un entretien téléphonique.

«Le Saguenay veut dire beaucoup pour moi. J'y ai vécu jusqu'à l'âge de 18 ans. J'y ai fait énormément de spectacles. Plein de gens ont payé pour me voir dans différentes productions. J'ai une dette morale envers les gens de Saguenay qui m'ont soutenu les premiers. J'ai envie qu'ils découvrent les chansons les premiers.»

Gagner sa place sera en magasin à compter du 14 octobre. Il sera ensuite lancé à Montréal le 17 octobre.

Le titre de l'album où s'allient pop, rock et influences sixties, évoque le chemin parcouru et à parcourir.

«Cet album signifie pour moi un pas vers une carrière à long terme. C'est ce que j'ai toujours visé. J'ai voulu avoir une carrière en tant que chanteur solo, en tant qu'auteur-compositeur-interprète. Pour moi La Voix, ce n'était pas une fin en soi, c'était une étape», affirme-t-il.

«Je ne crois pas à la chance et au hasard dans ce métier-là. Même le talent est relatif. Avec un talent de base et du travail, on peut se dépasser. La seule chose à laquelle je crois, c'est le travail. Avec un travail constant, on continue de gagner sa place chaque jour. La journée où on tient ça pour acquis, c'est peut-être un pas vers le déclin», estime-t-il.

Jérôme Couture affirme que le nouvel album s'inscrit dans la continuité de son album éponyme paru en 2014. «On est encore dans cette énergie positive. Je veux faire sourire le monde, j'ai envie encore plus de danser sur scène. Il y a des pièces folk, rock et rockabilly comme le premier, mais je fais aussi quelques détours plus électros. Je me suis amusé. Je n'ai pas envie de faire une seule chose», explique-t-il.

My Sweetest Thing, premier extrait de l'album, est sorti au printemps. La pièce a été numéro un de la radio pop adulte francophone à deux reprises depuis.

«Ça me fait vraiment plaisir, j'adore cette chanson-là», souligne Jérôme Couture qui convient que le succès de la pièce ajoute à sa confiance en l'album.

«Ça me donne du vent dans les ailes et à l'équipe qui travaille avec moi aussi. On ne sait jamais si les gens vont nous suivre dans nos nouvelles aventures. My Sweetest Thing a un nouveau son. Le fait que ça fonctionne bien, ça nous encourage et on pense que les gens vont aimer l'album.»

À quelques jours du lancement, il est à la fois excité et relax.

«Vers la fin de l'album, j'étais épuisé. J'ai travaillé très fort. Le fait que l'album soit terminé et que l'équipe l'aime, c'est un gros soulagement. Le stress est un peu passé. J'espère que les gens vont aimer les chansons. Une chose est sure, moi j'en suis fier et j'ai juste hâte de les livrer. J'ai l'impression d'avoir donné tout ce que je pouvais.»

Sur scène, Jérôme Couture promet un spectacle festif.

Il est possible d'obtenir un laissez-passer pour assister gratuitement au lancement du deuxième album de Jérôme Couture en téléphonant au 438-380-0536 ou en visitant le jeromecouture.net.

«Ça me rend très fier»

Avec Gagner sa place, Jérôme Couture confirme son statut d'auteur-compositeur-interprète. Sur son premier album, il avait participé à six des 11 pièces. Cette fois, il signe 11 des 12 chansons.

La pièce titre de l'album, Gagner sa place, est la seule sur laquelle il n'a pas mis sa signature. Marc-André Sauvageau en a écrit la musique et Amélie Larocque les paroles.

«J'assume plus le côté auteur-compositeur et je me fais confiance. C'est important pour moi de signer le plus de matériel possible parce que ça me ressemble plus, mais aussi parce que pour moi, c'est un défi supplémentaire, donc ça me rend très fier. Cet album-là, j'ai pris deux ans pour l'écrire, j'ai travaillé fort jusqu'à la dernière seconde, j'ai fait toute la musique, mais j'ai eu des collaborateurs pour les textes», souligne-t-il.

Jérôme Couture a pu compter sur Marc Dupré, Nelson Mainville, Amélie Larocque et Mariane Cossette-Bacon.

«On a parfois l'impression qu'il faut tout faire soi-même. Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas nécessairement être bon dans tout. Pour certaines chansons, les paroles et la musique sortent rapidement. Pour d'autres, j'ai besoin d'aide. Moi, je veux que ce soit le meilleur possible. Quand j'ai besoin d'aide, je vais en quérir.»

Comme pour le premier album, Jérôme Couture a travaillé avec Gautier Marinof à la réalisation. Il a aussi fait appel à John Nathaniel (Alexe Gaudreault) pour la coréalisation et la coécriture de deux pièces dont Plus fort que tout, le nouvel extrait radio lancé plus tôt cette semaine.

L-Abe est toujours sa maison de disque.

Marc Dupré assume également la direction artistique du disque.

Jamais Jérôme Couture n'aurait pu croire que celui qui a été son coach à La Voix lui serait si fidèle.

«On a eu un coup de foudre amical. Dès le lendemain de La Voix, il m'a téléphoné. Depuis, il ne m'a jamais laissé tomber.»

Travailler avec Marc Dupré lui apporte beaucoup. «Il me permet de trouver le milieu entre ce que j'aime le plus et ce que je suis le meilleur pour faire. Marc a su m'enligner sur mon X, pour moi c'est une délivrance. Il m'aide à trouver ma ligne et à ne pas trop me perdre. J'aime beaucoup de styles de musique et je fais plein de choses éclatées. Sans lui, j'irais dans toutes les directions.»

Une feuille de route déjà bien remplie

Plusieurs ont découvert Jérôme Couture à La Voix. Pourtant, nombreux sont ceux qui l'avaient déjà entendu dans la région et même au-delà, peut-être même sans le savoir.

Jérôme Couture a fait ses premières armes avec la Troupe arc-en-sons vers l'âge de 10 ans. Il a ensuite participé à plusieurs concours de chant dans la région. Il a notamment remporté la 11e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise dans la catégorie Interprète 18 ans et plus en 2002.

Il s'est produit avec la troupe Québec Issime pour une saison, puis a joint la famille d'Ecce Mundo pendant plus de deux ans.

Il s'est installé à Québec où il a complété un baccalauréat en musique jazz.

Dans la Vielle Capitale, il a participé aux productions Elvis Story de 2007 à 2009 et les Misérables en 2008.

Il a aussi coécrit les chansons et fait les arrangements du spectacle À jamais présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie en 2011.

Une fois emménagé à Montréal, il s'est produit au Casino, où il a été remarqué par France Castel. Cette dernière l'a invité à se joindre à l'équipe de l'émission Pour le plaisir à titre de chanteur maison.

Jérôme Couture a aussi chanté dans des publicités à la télévision et à la radio.

Il a également travaillé avec Grégory Charles. Ce dernier demandait à des auteurs-compositeurs d'écrire des chansons sur cinq thèmes établis.

Juste avant l'aventure de La Voix, il a pris part au spectacle Cow-boys de Québec Issime.

La Voix est arrivée comme un tremplin dans sa carrière.

Depuis, il a fait quelque 150 spectacles.

Il a été #1 des ventes francophones à la sortie de son premier album. Il a aussi eu deux nominations au dernier Gala de l'ADISQ.

Il a reçu un prix de la Socan à titre d'auteur pour Goodbye girl puisque la pièce a été numéro un à la radio. Quatre de ses titres se sont hissés dans le top 20 francophone.

En plus de sa tournée de spectacles, en décembre prochain, il montera sur les planches du Capitole de Québec dans le cadre du Party musical de Marc Dupré.

 

Entrevue et performance

Ça finit bien la semaine, TVA, 7 octobre 2016

http://tva.canoe.ca/

Inédit

 

ENTREVUE

Gino Chouinard, Salut bonjour, TVA, 6 octobre 2016

http://tva.canoe.ca/

 

ENTREVUE

Valérie Girard et Sébastien Bouchard, Rythmez vos matins, Rythme FM 93,1, 4 octobre 2016

http://www.rythmefm.com

 

Jérôme Couture: travailleur acharné

Nicolas Pelletier, Paroles & Musique, Socan, 4 octobre 2016

14 avril 2013, Jérôme Couture est en grande finale de La Voix, populaire émission suivie par des millions de téléspectateurs. Celui que Marc Dupré a pris sous son aile ne remportera pas la palme, mais il aura conquis le cœur de centaines de milliers de Québécois lors de son parcours. Et surtout, il aura acquis une solide expérience qui lui sert encore aujourd’hui, alors qu’il cumule les succès dans les palmarès québécois. Ce que peu savent est que Jérôme Couture ne s’est pas rendu là sur un coup de chance. Le dynamique auteur-compositeur-interprète saguenéen a trimé dur pendant plus de dix ans avant d’atteindre les sommets et compte bien continuer à faire sa place dans le cœur des auditeurs.

Gagner sa place est d’ailleurs le titre de son deuxième album, lancé cet automne. Le premier extrait, My Sweetest Thing, était installé au plus haut rang des palmarès radiophoniques au moment de notre rencontre. C’est une chanson très accrocheuse, un verre d’oreille, qui donne le goût de bouger, qui met un sourire sur les visages. « On s’est fait plaisir sur cet album en explorant différents styles comme le soul, des sons rétro et même des accents pop électroniques, presque disco ! », confie Couture, ravi du résultat.

Pour mieux saisir les étapes qui ont formé la jeune vedette, il faut retourner presque 15 ans en arrière et réaliser le travail acharné que Jérôme Couture abat dans son studio ou sur la scène. Parallèlement à un exigent parcours académique en chant jazz à l’Université Laval, le jeune homme saisit toutes les occasions qui s’offrent à lui. Il fait partie des productions QuébecIssime, puis Elvis Story, participe aux Misérables, à la revue Oh Boy, et ce faisant, se fait remarquer par Matt Laurent, Martin Léon et France Castel qui lui prodiguent de précieux conseils. « Je ne crois pas en la chance. Tout ce qui m’arrive est dû au travail. Je m’investis complètement dans chacun de mes projets. »

Si son passage à La Voix lui a amené une visibilité rêvée, il y est arrivé préparé. Sans prétention, il explique que toutes ces années à chanter sur scène, à travailler son art et à croire en lui ont rendu le défi accessible lorsque l’opportunité s’est présentée. « C’est certain que ça donne le vertige quand le régisseur de plateau te demande si tu es prêt à chanter devant trois millions de téléspectateurs, mais j’avais pris l’approche d’avoir du fun, de rester centré sur moi-même et d’y aller à fond, pour être fier de moi, peu importe ce qui allait se passer. » Ce faisant, il a gagné des dizaines de milliers de fans qui ont été charmés par son authenticité et son positivisme.

Depuis qu’il écrit des chansons qui lui ressemblent, le succès lui colle à la peau. « Je suis un gars positif, qui a envie de bouger, et ça parait dans ma musique. Je compose beaucoup en pensant à la scène : je veux pouvoir me faire danser ! » Son nouvel album transmet son enthousiasme et son entrain.

Travailleur acharné, il s’astreint à une discipline rigoureuse. Tous les matins au réveil, Jérôme Couture empoigne sa guitare avec son premier café et il compose, puis enregistre. « Si la chanson passe le test du lendemain, je la garde et l’améliorerai. »

Le jeune musicien reconnaît l’influence des gens qu’il a rencontrés, mais il ne cesse d’encenser celui qu’il considère aujourd’hui comme son mentor, Marc Dupré. « J’ai trouvé celui qui m’a emmené plus loin. C’est un auteur et un compositeur extraordinaire. Ses conseils sont précieux. Il n’hésite pas à m’indiquer des améliorations à apporter. Un couplet à réécrire, un arrangement à modifier, un vers à chanter différemment… Comme moi, il est très minutieux et ne se satisfait pas d’une chanson qui n’est pas tout ce qu’elle pourrait être. C’est un rêve de travailler avec lui. »

Jérôme Couture est fier d’avoir écrit et composé (parfois en collaboration) onze des douze chansons de son deuxième album, démontrant de façon éloquente le progrès accompli. Il a cette fois travaillé avec le réalisateur John Nathaniel (Alexe Gaudreault, Final State), nouvel élément à sa solide équipe composée de l’auteur-compositeur Nelson Minville, de Marc Dupré à la direction musicale et Gautier Marinof à la réalisation. Couture est également très impliqué dans les arrangements de ses chansons, un art dont il a eu la piqûre dès ses années d’études en musique, au Cégep.

Ce jeune auteur-compositeur-interprète espère briller sur les grandes scènes, en Europe, et pourquoi pas en anglais ? « Je n’ai pas de limites : si d’autres l’ont fait, pourquoi pas moi ! » Vous pouvez gager qu’il est déjà en train d’y travailler.

 

Jérôme Couture lance son deuxième album

Johanne DeLaSablonnière, Le courrier du Saguenay, 3 octobre 2016

travail investi et l'équipe hors pair qui l'entoure lui confèrent l'assurance et la fierté d'avoir réalisé un nouvel opus qui réjouira ses fans. Lancé en primeur le 11 octobre, au Théâtre Banque Nationale (TBN) de Chicoutimi, l'album Gagner sa place, s'inscrit parfaitement dans la suite des choses.

« Je suis particulièrement fier d'avoir écrit 11 des 12 chansons avec mes collaborateurs. Mon l'équipe est extraordinaire et elle a un recul que je n'avais pas. Ça m'amène plus loin », explique Jérôme.

Des chansons en français, avec quelques clins d'œil à la langue de Shakespeare, dont le premier extrait   My Sweetest Thing, l'auteur-compositeur-interprète ne ferme aucune porte pour la suite des choses.

« La France, les États-Unis, oui, j'aimerais ça. Je ne me mets pas de barrières. Mais, ce n'est pas pour tout de suite », énonce l'auteur-compositeur-interprète.

Pour le moment, ce deuxième album permet d'aspirer à la place du premier qui a valu à l'artiste, des nominations et des positions enviables sur le palmarès des stations radiophoniques.

Le chanteur originaire de Jonquière souligne qu'il tenait mordicus à faire le lancement dans la région.

« C'était très important pour moi. Les gens du Saguenay ont toujours été derrière moi. Alors, c'est la moindre des choses. Le lancement est gratuit et j'y serai full band », affirme celui qui consentira volontiers une prestation pour l'occasion.

L'émission La Voix

D'autre part, si La Voix (2013) s'est avéré un véritable tremplin pour Jérôme Couture, l'auteur-compositeur-interprète ne s'y est pas présenté sans bagages. Des études en musique au Collège d'Alma et à l'Université Laval, des prestations à Québecissime, Ecce Mundo, le Casino de Montréal, Les Misérables et Elvis Story, Jérôme Couture avait fait son bout chemin.

Publicité - Lire la suite de l'article ci-dessous 

« Mes parents étaient d'accord avec mes choix, mais à la condition que je sois bien outillé », raconte celui-ci.

Même s'il avait toujours fait ses devoirs, après huit ans, Jérôme Couture s'est retrouvé pour la première fois sans contrat.

« Je n'avais rien devant moi, alors je me suis dit que La Voix, était la seule chose que je n'avais pas encore essayée », évoque celui qui s'est depuis lié d'amitié avec son coach et mentor, Marc Dupré.

Cette aventure lui a permis de sortir du lot et de trouver sa place.

« Avec Marc, j'ai trouvé mon style, j'ai réussi à définir ma zone », conclut le jeune homme, visiblement comblé de poursuivre sur cette belle lancée.

 

Jérôme Couture: Gagner sa place

Samuel Pradier, Échos Vedettes, 1 octobre 2016

Après le succès estival de son premier extrait, My Sweetest Thing, qu’il a composé pour son amoureuse, Jérôme Couture sortira le 14 octobre son deuxième album, Gagner sa place. «J’ai beaucoup travaillé avec Marc Dupré; on a passé l’année ensemble. Il m’a invité à presque tous ses spectacles. On a pu écrire en tournée, que ce soit en voiture, en avion ou dans les coulisses. C’était vraiment tripant! Marc est un mentor exceptionnel pour moi.» Jérôme Couture a écrit les paroles et composé la musique de la plupart des chansons, avec la volonté de prendre une tangente différente sur le plan du son. «Il y en a qui sont très électros, d’autres plus rock ou même d’inspiration sixties. J’avais le goût de m’éclater. Je parle de la mi-trentaine, où je suis rendu, de la vie de tournée, de l’amour...»

Parlant d’amour, le chanteur est en couple avec Audrey Toulouse depuis près de huit ans. «Il faut toujours renou- veler l’amour. On a parfois des hauts et des bas, mais je trouve qu’être en couple sur une longue période est inté- ressant. J’ai voulu écrire là-dessus. Parfois, ma blonde me revenait avec des bouts de phrases que j’avais écrites; c’est comme si on exorcisait nos petites bibittes.» Par contre, le couple n’a pas de projet de mariage ou d’enfants pour le moment. «Ma blonde et moi, on est vraiment concentrés sur nos carrières. On n’est pas rendu à avoir

des enfants. On essaie de passer du temps avec nos filleuls, et c’est déjà difficile.» Les deux amoureux vivent en effet un peu l’amour à distance. Jérôme est souvent sur la route pour la musique, et Audrey, maquilleuse pour le Cirque du Soleil, est aussi souvent partie. «Elle fait la tournée partout dans le monde, et moi, je fais la tournée du Québec.»

 

Les invités du party des fêtes de Marc Dupré au Capitole de Québec

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 22 septembre 2016

Jérôme Couture, Geneviève Leclerc, Alex Nevsky et Yvan Pedneault participeront au party des fêtes de Marc Dupré, du 7 au 31 décembre, au Capitole de Québec.

La première édition de cette formule, présentée l’hiver dernier, avait attiré plus de 12 000 spectateurs.

Les billets pour cette série de 15 représentations sont présentement en vente à la billetterie du Capitole, sur le capitole.com et au 418-694-4444.

 

Sorties d'albums

Full Filles, septembre 2016

Parmi les albums à surveiller et qui sortiront prochainement, on parle de celui de Jérôme Couture, qui livrera son deuxième opus cet automne. Malgré des mélodies pop, le chanteur désire également explorer différents styles musicaux. On a hâte d'écouter ça! sinon, tu as probablement entendu la mélodie accrocheuse de Polaroïd d'Alex Nevsky. Ce véritable ver d'oreille se retrouvera sur le prochain album du coach de La Voix Junior, mais la date de sortie n'est toujours pas déterminée.

 

Les choix 7 jours

7 Jours, 9 septembre 2016

On note également à l'agenda la sortie du deuxième album de Jérôme Couture le 14 octobre. C'est Marc Dupré qui a assuré la direction artistique de l'opus sur lequel on peut retrouver My Sweetest Thing.

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Isabelle Gauthier, Sucré Salé, TVA, 31 août 2016

http://tva.canoe.ca/

 

 

My Sweetest Thing, un des hits de l'été

Marie-Héléne Goulet, Le Journal de Montréal, 20 août 2016

Jérôme Couture n’est pas de ceux qui craignent de parler d’amour. Sa chanson My Sweetest Thing, qu’il a composée pour son amoureuse, fait d’ailleurs fureur sur les ondes radio. Entrevue avec un chanteur plein d’énergie qui nourrit une passion pour l’histoire tout autant que pour la musique.

Jérôme, votre chanson My Sweetest Thing est un des gros hits de l’été. ­Comment réagissez-vous à sa ­popularité?

Ça me remplit de joie, parce que cette pièce est différente de ce que j’avais fait auparavant, même si on peut y reconnaître ma signature. Le côté personnel de ce succès rajoute au plaisir, car j’ai écrit cette chanson pour ma blonde, ­Audrey.

Qu’aviez-vous envie de lui dire avec cette chanson?

J’avais envie de créer notre Stand by Me, à Audrey et moi. My Sweetest Thing, c’est ce que je ressens quand je suis loin d’elle durant une tournée. C’est comme si je lui chantais – avec un peu trop de pudeur pour lui dire simplement que je l’aime – qu’elle est mon trésor et que j’ai hâte de la revoir.

Comment votre amoureuse a-t-elle reçu ce cadeau?

Bien, mais elle en a été assez surprise. Sa réserve lui a fait dire: «Tu es sûr que c’est pour moi?» Elle ne se vante pas que c’est sa toune, disons.

Ce n’est pas le genre de fille qui aime être sous les projecteurs, n’est-ce pas? Nous la voyons très peu dans les médias.

En effet, Audrey préfère l’ombre aux projecteurs, et je respecte sa décision. Elle est aussi une artiste comme moi, mais elle a décidé de travailler dans les coulisses.

Elle est maquilleuse au Cirque du Soleil. Ça l’intimide lorsque l’attention est sur elle, elle ne sait pas trop comment ­réagir quand ça arrive.

Quelle est son influence sur votre ­carrière?

Elle est très importante! Audrey est à la fois mon premier et mon meilleur public. Elle est toujours là pour me guider et me rassurer à travers les insécurités du métier. Elle me soutient dans tout ce que je fais et vient régulièrement me voir en spectacle. Quand ça arrive d’ailleurs, elle observe tout et prend des notes mentalement, car elle sait que je vais la bombarder de questions sur ce qui était bon ou non dans ma prestation.

Depuis combien de temps êtes-vous amoureux?

Ça fait neuf ans! Nous avons vécu des moments complètement fous avec des déménagements et des opportunités de travail ici et là, en plus de La Voix, qui a tout bouleversé. En ce moment, nous sommes dans une période super où ça fonctionne bien, autant pour moi que pour elle, qui se promène dans une ­douzaine d’endroits par année pour le Cirque du Soleil et Moment Factory.

Quel est le secret de la longévité de votre union?

Notre force est que nous sommes les meilleurs amis avant d’être des amoureux. Nous nous soutenons, nous nous écoutons et nous nous conseillons. ­Audrey est la personne qui m’a le plus fait évoluer dans la vie, et j’espère que c’est la même chose pour elle.

Vous avez dans votre vie un bel exemple de couple qui dure malgré les tempêtes: votre ami Marc Dupré et sa femme, ­Anne-Marie Angélil...

Oui! D’ailleurs, il nous arrive d’en ­parler, Marc et moi. Nous ne sommes pas des gars qui ont peur de discuter de ces choses-là. C’est même important de le faire.

Quelle relation avez-vous développée avec Marc depuis La Voix?

Marc s’implique complètement dans ma carrière. C’est mon mentor, mon gérant, mon ami, mon grand frère, même! C’est grâce à lui que j’ai trouvé ma voie. Ayant fait de la pop, du jazz, du classique, je ne savais plus trop vers quoi me garrocher, pour être honnête. Heureusement que Marc sait reconnaître l’étincelle qui brille en chacun.

Il est tellement généreux en plus! C’est un homme dévoué, voilà un bon mot pour le définir.

Votre deuxième album doit être lancé à l’automne. Le processus de création est-il bien différent de la première fois?

Le début du processus a été assez insécurisant. Comme le succès du premier disque a permis de lancer cinq singles à la radio, j’ai senti plus de pression cette fois-ci; les gens attendent le deuxième ­album avec impatience. Je ne veux tellement pas les décevoir! Pour être certain de leur offrir les meilleures chansons possible, je m’y suis pris d’avance; j’ai commencé à écrire au printemps 2015, en me disant que plus grand serait mon choix de chansons, meilleur serait mon album.

Où en êtes-vous dans sa production?

Marc, Nelson Minville et moi peaufinons encore les chansons. Nous enregistrons des choses, tout en continuant d’écrire. Mais nous venons tout juste de trouver la ligne directrice du disque grâce au succès de My Sweetest Thing.

Jérôme, vous êtes porte-parole du Mois de l’archéologie. Comment est né votre intérêt pour l’histoire?

Depuis mes huit ans, je suis des cours de guitare et de chant. J’ai fait de la danse et participé à différents concours. À un moment donné, j’ai réalisé que ma vie était orientée seulement sur la musique. Écouter de la musique, c’était mon travail, mes loisirs et même mon truc pour me remonter le moral quand ça n’allait pas. C’était trop, alors j’ai cherché un autre champ d’intérêt. C’est comme ça que mon goût pour l’histoire s’est développé.

Et comment cette passion se ­manifeste-t-elle?

Étant un peu hyperactif, j’ai l’esprit qui tourne constamment, ça me donne du fil à retordre quand vient le temps de dormir. Je me suis donc créé un rituel; ainsi pour me détendre, j’écoute chaque soir des documentaires sur l’histoire, parfois au désespoir de ma blonde! J’aime en apprendre sur l’Antiquité ou les origines de l’homme.

Et comment s’est bâtie votre association avec Archéo-Québec?

En cherchant des documentaires historiques sur le Québec, qui sont rares, je me suis mis à parler avec des archéologues d’ici. J’ai découvert qu’il existe ici des vestiges datant de 12 000 ans, mais qu’ils sont très peu documentés. Il fallait donc que j’embarque dans l’aventure du Mois de l’archéologie! Je voulais aider à faire connaître les différents pans de notre histoire.

Qu’est-ce que le Mois de ­l’archéologie?

C’est plus de 100 activités organisées dans 13 régions. L’an dernier, j’ai fait des fouilles archéologiques à Pointe-du-Buisson, à Beauharnois, avec un vrai archéologue. ­Plusieurs établissements ouvrent leurs portes gratuitement, c’est le cas notamment du Musée de ­Lachine qui nous a gentiment accueillis aujourd’hui.

Le Mois de l’archéologie se déroule jusqu’au 31 août. Pour suivre les ­activités de Jérôme Couture, ­consultez son site jeromecouture.net.

 

My Sweetest Thing, un des hits de l'été

Marie-Héléne Goulet, TVA nouvelles, 20 août 2016

Jérôme Couture n’est pas de ceux qui craignent de parler d’amour. Sa chanson My Sweetest Thing, qu’il a composée pour son amoureuse, fait d’ailleurs fureur sur les ondes radio. Entrevue avec un chanteur plein d’énergie qui nourrit une passion pour l’histoire tout autant que pour la musique.

Jérôme, votre chanson My Sweetest Thing est un des gros hits de l’été. ­Comment réagissez-vous à sa ­popularité?

Ça me remplit de joie, parce que cette pièce est différente de ce que j’avais fait auparavant, même si on peut y reconnaître ma signature. Le côté personnel de ce succès rajoute au plaisir, car j’ai écrit cette chanson pour ma blonde, ­Audrey.

Qu’aviez-vous envie de lui dire avec cette chanson?

J’avais envie de créer notre Stand by Me, à Audrey et moi. My Sweetest Thing, c’est ce que je ressens quand je suis loin d’elle durant une tournée. C’est comme si je lui chantais – avec un peu trop de pudeur pour lui dire simplement que je l’aime – qu’elle est mon trésor et que j’ai hâte de la revoir.

Comment votre amoureuse a-t-elle reçu ce cadeau?

Bien, mais elle en a été assez surprise. Sa réserve lui a fait dire: «Tu es sûr que c’est pour moi?» Elle ne se vante pas que c’est sa toune, disons.

Ce n’est pas le genre de fille qui aime être sous les projecteurs, n’est-ce pas? Nous la voyons très peu dans les médias.

En effet, Audrey préfère l’ombre aux projecteurs, et je respecte sa décision. Elle est aussi une artiste comme moi, mais elle a décidé de travailler dans les coulisses.

Elle est maquilleuse au Cirque du Soleil. Ça l’intimide lorsque l’attention est sur elle, elle ne sait pas trop comment ­réagir quand ça arrive.

Quelle est son influence sur votre ­carrière?

Elle est très importante! Audrey est à la fois mon premier et mon meilleur public. Elle est toujours là pour me guider et me rassurer à travers les insécurités du métier. Elle me soutient dans tout ce que je fais et vient régulièrement me voir en spectacle. Quand ça arrive d’ailleurs, elle observe tout et prend des notes mentalement, car elle sait que je vais la bombarder de questions sur ce qui était bon ou non dans ma prestation.

Depuis combien de temps êtes-vous amoureux?

Ça fait neuf ans! Nous avons vécu des moments complètement fous avec des déménagements et des opportunités de travail ici et là, en plus de La Voix, qui a tout bouleversé. En ce moment, nous sommes dans une période super où ça fonctionne bien, autant pour moi que pour elle, qui se promène dans une ­douzaine d’endroits par année pour le Cirque du Soleil et Moment Factory.

Quel est le secret de la longévité de votre union?

Notre force est que nous sommes les meilleurs amis avant d’être des amoureux. Nous nous soutenons, nous nous écoutons et nous nous conseillons. ­Audrey est la personne qui m’a le plus fait évoluer dans la vie, et j’espère que c’est la même chose pour elle.

Vous avez dans votre vie un bel exemple de couple qui dure malgré les tempêtes: votre ami Marc Dupré et sa femme, ­Anne-Marie Angélil...

Oui! D’ailleurs, il nous arrive d’en ­parler, Marc et moi. Nous ne sommes pas des gars qui ont peur de discuter de ces choses-là. C’est même important de le faire.

Quelle relation avez-vous développée avec Marc depuis La Voix?

Marc s’implique complètement dans ma carrière. C’est mon mentor, mon gérant, mon ami, mon grand frère, même! C’est grâce à lui que j’ai trouvé ma voie. Ayant fait de la pop, du jazz, du classique, je ne savais plus trop vers quoi me garrocher, pour être honnête. Heureusement que Marc sait reconnaître l’étincelle qui brille en chacun.

Il est tellement généreux en plus! C’est un homme dévoué, voilà un bon mot pour le définir.

Votre deuxième album doit être lancé à l’automne. Le processus de création est-il bien différent de la première fois?

Le début du processus a été assez insécurisant. Comme le succès du premier disque a permis de lancer cinq singles à la radio, j’ai senti plus de pression cette fois-ci; les gens attendent le deuxième ­album avec impatience. Je ne veux tellement pas les décevoir! Pour être certain de leur offrir les meilleures chansons possible, je m’y suis pris d’avance; j’ai commencé à écrire au printemps 2015, en me disant que plus grand serait mon choix de chansons, meilleur serait mon album.

Où en êtes-vous dans sa production?

Marc, Nelson Minville et moi peaufinons encore les chansons. Nous enregistrons des choses, tout en continuant d’écrire. Mais nous venons tout juste de trouver la ligne directrice du disque grâce au succès de My Sweetest Thing.

Jérôme, vous êtes porte-parole du Mois de l’archéologie. Comment est né votre intérêt pour l’histoire?

Depuis mes huit ans, je suis des cours de guitare et de chant. J’ai fait de la danse et participé à différents concours. À un moment donné, j’ai réalisé que ma vie était orientée seulement sur la musique. Écouter de la musique, c’était mon travail, mes loisirs et même mon truc pour me remonter le moral quand ça n’allait pas. C’était trop, alors j’ai cherché un autre champ d’intérêt. C’est comme ça que mon goût pour l’histoire s’est développé.

Et comment cette passion se ­manifeste-t-elle?

Étant un peu hyperactif, j’ai l’esprit qui tourne constamment, ça me donne du fil à retordre quand vient le temps de dormir. Je me suis donc créé un rituel; ainsi pour me détendre, j’écoute chaque soir des documentaires sur l’histoire, parfois au désespoir de ma blonde! J’aime en apprendre sur l’Antiquité ou les origines de l’homme.

Et comment s’est bâtie votre association avec Archéo-Québec?

En cherchant des documentaires historiques sur le Québec, qui sont rares, je me suis mis à parler avec des archéologues d’ici. J’ai découvert qu’il existe ici des vestiges datant de 12 000 ans, mais qu’ils sont très peu documentés. Il fallait donc que j’embarque dans l’aventure du Mois de l’archéologie! Je voulais aider à faire connaître les différents pans de notre histoire.

Qu’est-ce que le Mois de ­l’archéologie?

C’est plus de 100 activités organisées dans 13 régions. L’an dernier, j’ai fait des fouilles archéologiques à Pointe-du-Buisson, à Beauharnois, avec un vrai archéologue. ­Plusieurs établissements ouvrent leurs portes gratuitement, c’est le cas notamment du Musée de ­Lachine qui nous a gentiment accueillis aujourd’hui.

Le Mois de l’archéologie se déroule jusqu’au 31 août. Pour suivre les ­activités de Jérôme Couture, ­consultez son site jeromecouture.net.

 

Mordu d'archéologie

Agence QMI, Canoëe Divertissement, 18 août 2016

Jérôme, vous êtes porte-parole du mois de l'archéologie. Comment est né votre intérêt de l'histoire?

Depuis mes 8 ans, je suis des cours de guitare et de chant. J'ai fait de la danse et participé à différents concours. À un moment donné, j'ai réalisé que ma vie était orientée seulement sur la musique. Écouter de la musique, c'était mon travail, mes loisirs et même mon truc pour me remonter le moral quand ça n'allait pas. C'était trop, alors j'ai cherché un autre champ d'intérêt. C'est comme ça que mon goût pour l'histoire s'est développé.

Et comment cette passion se manifeste-t-elle?

Étant un peu hyperactif, j'ai l'esprit qui tourne constamment, ça me donne du fil à retordre quand vient le temps de dormir. Je me suis donc créé un rituel; ainsi pour me détendre, j'écoute chaque soir des documentaires sur l'histoire, parfois au désespoir de ma blonde! J'aime en apprendre sur l'Antiquité ou les origines de l'Homme.

Comment s'est bâtie votre association avec archéo-québec?

En cherchant des documentaires historiques sur le Québec, qui sont rares, je me suis mis à parler avec des archéologues d'ici. J'ai découvert qu'il existe ici des vestiges datant de 12 000 ans, mais qu'ils sont très peu documentés. Il fallait donc que j'embarque dans l'aventure du Mois de l'archéologie! Je voulais aider à faire connaître les différents pans de notre histoire.

Qu'est-ce que le mois de l'archéologie?

C'est plus de 100 activités organisées dans 13 régions. L'an dernier, j'ai fait des fouilles archéologiques à Pointe-du-Buisson, à Beauharnois, avec un vrai archéologue. Plusieurs établissements ouvrent leurs portes gratuitement, c'est le cas notamment du Musée de

Lachine qui nous a gentiment accueillis aujourd'hui.

Le Mois de l'archéoLogie se déroule jusqu'au 31 août. Pour en savoir plus sur sa programmation, rendez-vous sur archeoquebec.com. Pour suivre les activités de Jérôme Couture, consultez son site jeromecouture.net.

 

Jérôme Couture À la découverte de trésors anciens

Victor Léon Cardinal, Échos vedettes, 4 août 2016

Passionné par les sites historiques, Jérôme Couture reprend, pour une deuxième année consécutive, son rôle de porte-parole du mois de l'archéologie, rencontré au musée Pointe-à-Callière, à Montréal, l'artiste, qui a encore quelques spectacles prévus à son agenda, nous parle de sa passion et de son deuxième album à venir. 

De prime abord, Jérôme Couture ne cache pas avoir toujours eu un grand intérêt pour l'histoire et l'archéologie. «Au fil des ans, j'ai écouté des dizaines de documentaires portant sur les anciennes civilisations et les premiers hommes. Je trouve fascinant de voir comment les gens vivaient à d'autres époques. Lors de mon passage à l'émission Ménage à trois, à V, un archéologue, qui se trouvait sur le plateau, m'a proposé de devenir porte-parole pour le Mois de l'archéologie. J'ai saisi l'occasion sans hésiter. Depuis ce temps, j'ai appris notamment qu'il y avait plus de 10 000 sites de fouilles au Québec et que certains vestiges trouvés chez nous avaient près de 12 000 ans d'existence», souligne-t-il.

Le chanteur a eu l'occasion de visiter bien des endroits et de mettre lui-même la main à la pâte.

«Je suis allé faire des fouilles au site archéologique de la Pointe-au-Buisson, près de Beauharnois. J'ai aussi eu la chance de visiter le Monastère des Augustines, à Québec, ainsi que la vieille pulperie de Chicoutimi. Dans le cadre du Mois de l'Archéologie, des archéologues seront présents sur des sites partout au Québec pour parler de leur métier. De plus, de nombreuses activités gratuites pour la famille seront organisées dans toutes les régions de la province ainsi qu'à Ottawa», précise-t-il.

Un deuxième album à venir

En marge de son implication comme porte-parole, Jérôme Couture continue de travailler fort à la réalisation de son deuxième album, dont la sortie est prévue pour la mi-septembre. «Il s'agira d'un disque de nouvelles chansons qui porteront sur les thèmes de l'amour et de l'éloignement. J'y parle aussi des inquiétudes qu'un chanteur peut avoir. Je veux ainsi faire passer le message que je suis là pour rester et que j'espère bien vivre encore longtemps de ma passion pour la musique», dit-il.

De plus, l'interprète de My Sweetest Thing travaille actuellement à la réalisation de son album avec des collaborateurs d'expérience. «Au cours de la dernière année, j'ai écrit près de 25 chansons avec Marc Dupré, qui est aussi mon directeur artistique. Nous travaillons en collaboration avec Nelson Minville à l'écriture des textes ainsi qu'avec les artistes Amélie Larocque et Frédérick Baron. Je veux que mon album soit le meilleur possible!» s'exclame-t-il.

Un pilier dans sa vie

En dehors de son travail, Jérôme Couture peut toujours compter sur le soutien de sa conjointe, Audrey, avec qui il partage sa vie depuis huit ans. «Ma blonde est un pilier pour moi. Elle est toujours là pour me donner son avis sur ce que je fais. Nous étions ensemble depuis quelques années avant que je fasse La Voix. Elle sait qui je suis et elle est là pour me ramener à l'essentiel. Nous sommes cependant souvent éloignés l'un de l'autre. J'ai souvent été sur la route ces dernières années alors que ma blonde travaillait à l'étranger pour le Cirque du Soleil. Elle se trouve présentement en Turquie, où elle prévoit rester près d'un mois. On se parle le plus souvent possible, et elle m'assure qu'elle est en sécurité là-bas», dit-il. Le couple n'envisage toutefois pas de fonder une famille à court terme. «Ce n'est pas dans nos plans pour l'instant. Possiblement, mais nous ne sommes vraiment pas là-dedans en ce moment», conclut l'artiste. 

Le 23 septembre, Jérôme Couture donnera un spectacle au Bistro le Rossignol à Laval et, le 21 octobre, il sera au Centre culturel de Beloeil. Pour plus d'informations sur toutes les activités entourant le Mois de l'archéologie, visitez le www.archeoquebec.com

 

ENTREVUE

Julie St-Pierre, Puisqu'il faut se lever, 98,5 FM, 3 août 2016

http://www.985fm.ca/

 

Le 29e Téléthon Opération Enfant Soleil : Un record de dons et d'émotions

Victor Léon Cardinal, Échos Vedettes, 10 juin 2016

C'est à Québec, au pavillon de la jeunesse d'expocité, qu'avait lieum les 4 et 5 juin, le 29e téléthon Opération Enfant Soleil. L'évènement a fracassé tous les records en amassant plus de 18 millions de dollars pour les enfants malades. Voici un aperçu des coulisses de cette édition historique.

Après avoir lancé son premier extrait, My Sweetest Thing, Jérôme Couture travaille fort à la réalisation de son deuxième album, dont la sortie est attendue pour l'automne. Lartiste profitera peut-être de l'été pour passer quelques jours de vacances à l'étranger avec Audrey, sa conjointe des neufs dernières années qui travaille pour le Cirque du Soleil.

 

Andie Duquette et Jérôme Couture : un duo complice

Frédéric Lebeuf, Alternative Rock Press, 16 juin 2016

Après avoir rempli le Centre Bell avec Marc Dupré vendredi 10 juin et samedi 11 juin, le duo choc Andie Duquette et Jérôme Couture sont tout feu tout flamme.

Tandis qu’Andie vivra ses premières FrancoFolies le 17 juin, Jérôme, pour sa part, vient de présenter son premier extrait et il travaille fort afin de faire paraître un nouveau disque à l’automne prochain.

En spectacle vendredi 17 juin aux FrancoFolies, c’est un rêve qui se réalise  pour la belle Andie Duquette : « C’est mon bonbon de mes festivals de l’été 2016. Être en première partie de Galaxie et Marie-Pierre Arthur, c’est comme irréel pour moi. C’est un beau match et je suis super excitée. Faire les FrancoFolies, c’est comme faire partie de la famille de la musique québécoise et de pouvoir la défendre ».

Récemment, la bête de scène Jérôme Couture est revenu dans le portrait musical québécois avec la sortie d’un premier extrait : « My Sweetest Thing a quelque chose de l’fun, une belle énergie estivale ainsi qu’un son différent de ce que j’ai proposé sur mon premier album. Je l’ai composé en tournée et raconte ma vie loin de ma blonde. Je voulais créer un genre de Stand By Me – pièce originale de Ben E. King ».

« Tranquillement, je travaillais sur cette chanson et un soir que j’étais en prestation avec Marc Dupré au Capitole de Québec, je lui en ai chanté un extrait. Excité par ce qu’il a entendu, Marc a travaillé les couplets avec moi et il m’a dit que c’était de la bombe cette toune-là », avoue-t-il avec la passion dans les yeux.

Si vous cherchez Jérôme Couture cet été, vous pourrez le retrouver dans un studio afin de compléter l’enregistrement de son deuxième disque qui devrait sortir à l’automne : « La réalisation de mon nouvel opus avance très bien, on a plusieurs chansons à différents niveaux de travail. Présentement, on est rendu à travailler avec le band en studio et on se garde de la place pour intégrer de nouvelles compositions. Notre objectif est de lancer notre album vers la mi-fin septembre »

De son côté, Andie Duquette vient de proposer son quatrième extrait de son premier album Ton Problème : « C’est drôle car la pièce Contraire est la dernière chanson de notre disque. Habituellement, une pièce aussi loin dans un album ne devient pas un extrait radiophonique. Toutefois, on avait tellement de belles réactions qu’on se devait de la sortir. De plus, Contraire se retrouve à être l’élément rassembleur de mon projet. On m’a souvent dit quoi faire et quoi dire, mais j’ai décidé de le faire à ma façon. Dans un sens, c’était comme mon pied-à-terre ».

Questions en toute douceur

Quelle est la chose que tu apprécies le plus dans la personnalité musicale de l’autre ?  

Andie Duquette : « Ce qui me fait le plus tripper du projet de Jérôme, c’est son groove et son funk. Quand j’écoute une de ses pièces, je sens son groove m’emporter. Sur scène, on a des énergies similaires mais dans des aspects différents. ».

Jérôme Couture : « Ce que j’aime chez Andie, c’est son côté rock que j’aimerais avoir. Elle a une voix et un registre vocal super étendus. C’est tellement efficace quand elle chante avec son énergie rock ».

Quel est votre coup de cœur musical dans le répertoire musical de l’autre ?

Andie Duquette : « La première fois que j’ai entendu la pièce Amoureux, j’ai vraiment capoté sérieux. Sans oublier, l’excellente pièce Avant L’aube ».

Jérôme Couture : « Je ne sais pas pourquoi mais sa toune que j’ai toujours dans la tête, c’est Pourquoi c’est toi. Tout le côté rock d’Andie se retrouve là-dedans. De plus, c’est un beau mélange de ses inspirations. De pouvoir livrer cette chanson en français, c’est aussi fort que de l’entendre faire une reprise qui la servirait autant ».

Merci à Crêpe Café 349 rue St Charles ouest Longueuil de nous avoir si gentiment accueilli pour faire cette entrevue!

 

Jérôme Couture attirera les foules à St-Adrien-d'Irlande

Journal Courrier Frontenac, 27 mai 2016

FESTIVAL. Le finaliste de l'édition 2013 de l'émission La Voix, Jérôme Couture, participera à la troisième édition du festival St-Adrien en Fête qui se tiendra les 2 et 3 juillet.

Ce dernier montera sur scène le samedi afin de présenter les chansons de son tout premier album qu'il a coécrit et composé avec Marc Dupré. Les pièces «Comme on attend le printemps» et «Goodbye girl» sont déjà d'énormes succès qui ont trôné au sommet des palmarès durant de nombreuses semaines.

Spectacles musicaux, expositions de voitures antiques et d'artisanat, méchoui, brunch et animation pour les enfants, dont la Cachette à contes, ainsi que des jeux gonflables, sont quelques‐unes des nombreuses autres activités au programme. (JHS)

 

Jérôme Couture présente un avant-goût de son nouvel album

Karine P., Hollywood PQ, 25 mai 2016

Jérôme Couture présente un avant-goût de son nouvel album.

En préparation de son second album à paraître cet automne, Jérôme Couture présente

My Sweetest Thing. L’auteur-compositeur-interprète poursuit sa route dans l’univers pop qui lui colle si bien à la peau tout en explorant davantage différents styles plus soul, plus rock aux influences sixties.

« J’avais envie d’avoir mon Stand By Me, ma chanson pour penser à elle. Un petit mot pour lui dire qu’elle est ma “sweetest thing”. » confie Jérôme Couture.

Jérôme ne chômera pas d’ici la sortie de son second album, prévue pour le début de la saison automnale. À la fin du mois, Jérôme participera au Relais pour la vie de Brossard qui aura lieu au Quartier DIX30 le 28 mai prochain en tant que porte-parole.

En juin, il agira en tant que parrain du concours Jeunes Espoirs dans le cadre du Téléthon Opération Enfant Soleil diffusé sur les ondes de TVA les 4 et 5 juin.

Quelques jours plus tard, Jérôme assurera la première partie de Marc Dupré au Centre Bell les 10 et 11 juin prochains dans le cadre des FrancoFolies de Montréal, en compagnie d’Andie Duquette et Alexe Gaudreault.

My Sweetest Thing est disponible sur iTunes. Vous pouvez entendre un extrait juste ICI.

 

Jérôme Couture lance My Sweetest Thing

Audrey-Anne Maltais, Journal Le Courrier du Saguenay, 24 mai 2016

MUSIQUE. Ce sont tous les moments passés sur la route loin de sa douce qui ont énormément inspiré Jérôme Couture pour la création de sa nouvelle chanson My Sweetest Thing.

«J'avais envie d'avoir mon Stand by me, ma chanson pour penser à elle. Un petit mot pour lui dire qu'elle est ma sweetest thing», a affirmé Jérôme Couture.

C'est en vue de la sortie de son deuxième album, prévu pour le début de la saison automnale que l'auteur-compositeur-interprète lance cette nouvelle pièce.

Jérôme Couture souhaitait offrir un avant-goût de son second opus à ses admirateurs, qui se retrouvera encore dans l'univers pop, mais en explorant davantage le soul et le rock aux influences des années 60.

Rappelons que depuis la sortie de son premier album, Jérôme Couture n'a pas chômé avec plus de 200 spectacles et deux nominations au Gala de l'ADISQ, dont Révélation de l'année.

Un été occupé

À la fin du mois, le Jonquiérois participera en tant que porte-parole au Relais pour la vie de Brossard, qui se tiendra au Quartier DIX30, le 28 mai.

Qui plus est, il agira à titre de parrain au concours Jeunes Espoirs, dans le cadre du Téléthon Opération Enfant Soleil, les 4 et 5 juin.

À peine quelques jours plus tard, le finaliste de la première saison de La Voix, se retrouvera au Centre Bell alors qu'il assurera la première partie du spectacle de Marc Dupré, en compagnie d'Andie Duquette et d'Alexe Gaudreault, également originaire de la région, plus précisément de Dolbeau-Mistassini.

Finalement, Jérôme Couture, mordu d'histoire et d'archéologie sera, pour une deuxième année consécutive, porte-parole du Mois de l'archéologie.

 

Marc Dupré au Centre Bell : Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture en 1ère partie

QuébecSpot Média, 30 avril 2016

Les spectacles tant attendus de Marc Dupré auront lieu les 10 et 11 juin, et grande nouvelle, trois des anciens candidats de La Voix se partageront la scène en première partie ! Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture, qui se sont démarqués par leur talent et leurs succès au cours de la dernière année, viendront réchauffer l’atmosphère avant que Marc débarque sur la grande scène du Centre Bell.

Alexe Gaudreault a réussi à se hisser au top du palmarès durant 7 semaines avec sa chanson Placebo; elle vient d’ailleurs de signer avec Musicor pour son premier album. La rockeuse Andie Duquette a dernièrement présenté aux radios du Québec, trois succès tirés de son plus récent album, dont Trop pour moi et On n’se dit pas qu’on s’aime. Quant à Jérôme Couture, il a pour sa part reçu 2 nominations au dernier gala de l’ADISQ, 3 prix dans le cadre des Rencontres de l’ADISQ, ainsi que 2 prix SOCAN, un pour Goodbye girl à titre d’auteur, et un second pour la chanson Comme on attend le printemps, la chanson plus téléchargée au cours des dernières années.

Afin de mieux répondre à la grande demande de billets, Productions Dama et evenko, ont pu remanier la configuration de la salle pour permettre l’ajout d’une nouvelle série de billets pour les spectacles du 10 et 11 juin ! Billets en vente dès maintenant sur evenko.ca.

 

D'anciens candidats de La Voix en première partie de Marc Dupré au Centre Bell

Elizabeth Lepage-Boily, Showbizz.net, 27 avril 2016

L’interprète de « Nous sommes les mêmes » se produira sur la scène du Centre Bell les 10 et 11 juin prochains avec une pléiade d’invités.

Pour mettre un point final à sa tournée Là dans ma tête, l’auteur-compositeur-interprète Marc Dupré s’offre le Centre Bell de Montréal pour deux soirs consécutifs en juin prochain. Accompagné de cinq musiciens, Dupré promet un spectacle pour tous publics, très accessible. Sur scène, il sera accompagné notamment de Alex Nevsky, Marie-Mai et Kevin Bazinet, gagnant de la troisième saison de La voix aux côtés de Dupré.

Les trois chanteurs choisis pour brûler les planches avant l’entrée du principal intéressé sont désormais connus. C’est Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture, trois anciens candidats de La voix, qui auront la chance de s’exécuter devant les 15 000 fans de Marc Dupré. Ce dernier en a d’ailleurs profité pour annoncer que le plan de la salle avait été revu afin de libérer de nouveaux billets. Des billets aux prix de 52,50 $ à 78,50 $ sont en vente dès maintenant sur evenko.ca.

Précisons que la pièce « Placebo » d’Alexe Gaudreault  a trôné au numéro un du top 100 BDS pendant sept semaines consécutives à l’automne. Vous pouvez l’écouter ci-dessous :

Andie Duquette, pour sa part, a présenté son premier album solo Ton problème, dont le premier extrait, « On n’se dit pas qu’on s’aime », a attiré l’attention de plusieurs.

La pièce « Goodbye Girl » de Jérôme Couture a aussi beaucoup tourné dans les radios en 2014 et que dire de « Comme on attend le printemps », chanson composée par Marc Dupré pour son poulain en finale de La voix.

 

Premières parties dévoilées

Le Journal de Montréal, 26 avril 2016

On en sait davantage sur les spectacles qui seront offerts par Marc Dupré au Centre Bell, les 10 et 11 juin prochains, dans le cadre de sa tournée Là dans ma tête.

Ce sont les chanteurs Alexe Gaudreault (Placebo), Andie Duquette (Trop pour moi, On n’se dit pas qu’on s’aime) et Jérôme Couture (Comme on attend le printemps, Goodbye Girl) qui en assureront les premières parties.

En plus de leur passion pour la musique et de leur énergie contagieuse, ces artistes ont un autre point en commun. Au cours des dernières années, ils ont tous été candidats à La Voix, émission qui met en vedette Marc Dupré à titre de coach depuis sa première saison.

On a également profité de l’occasion pour annoncer que le plan de la salle avait été revu afin de libérer de nouveaux billets pour les deux concerts présentés dans l’amphithéâtre montréalais. Tous les détails se trouvent au evenko.ca.

 

Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture au Centre Bell

Valérie Roberts, En vedette, 26 avril 2016

Les spectacles de Marc Dupré au Centre Bell approchent à grand pas! Les fans de l'émission La Voix ont vraiment hâte de voir le coach avec ses invités (allô Marie-Mai) et ils auront encore plus hâte de le voir suite à cette annonce...

L'équipe derrière la production de ces grands spectacles a annoncé aujourd'hui que trois anciens candidats de La Voix se partageront la scène du Centre Bell en première partie de Marc Dupré. Il s'agit de Jérôme Couture, Andie Duquette et Alexe Gaudreault! 

Donc oui, ce sera hit après hit pour ces grandes soirées musicales. Nous entendrons sûrement Alexe Gaudreault chanter sa pièce Placebo, qui a trônée sept semaines au sommet des palmarès. Andie Duquette devrait aussi interpréter ses succès radio Trop pour moi et On n'se dit pas qu'on s'aime, tandis que Jérôme Couture pourra nous bombarder de ses pièces qui lui ont valu deux nominations au dernier gala de l'ADISQ et deux prix SOCAN. Comme on attend le printemps, la chanson la plus téléchargée au cours des dernières années, ça vous dit quelque chose? 

Aussi, bonne nouvelle, Productions Dama et evenko ont remanié le plan de salle et une nouvelle série de billets est maintenant en vente! Les concerts auront lieu les 10 et 11 juin.

 

Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture en première partie de Marc Dupré au Centre Bell

Karine P., Hollywood PQ, 26 avril 2016

Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture en première partie de Marc Dupré au Centre Bell.

Ouin, ouin, ouin, ce show au Centre Bell risque d’être épique!

Les spectacles tant attendus de Marc Dupré auront lieu les 10 et 11 juin, et grande nouvelle, trois des anciens candidats de La Voix se partageront la scène en première partie! Alexe Gaudreault, Andie Duquette et Jérôme Couture, qui se sont démarqués par leur talent et leurs succès au cours de la dernière année, viendront réchauffer l’atmosphère avant que Marc débarque sur la grande scène du Centre Bell.

Pendant la soirée haute en couleurs, Marc Dupré partagera la scène avec Marie-Mai, Kevin Bazinet et Alex Nevsky! Ça va déménager comme soirée!

 

L'agenda de la semaine : Saguenay-Lac-Saint-Jean

Pierre-Alexandre Maltais, Journal de Québec, 7 février 2016

Originaire de Jonquière, le chanteur Jérôme Couture, révélé par l’émission La Voix en 2012, viendra conclure sa tournée chez lui samedi soir. L’interprète du succès Comme on attend le printemps tentera de charmer la foule du Théâtre Banque Nationale grâce aux titres de son dernier album, coécrit avec son coach à l’écran, Marc Dupré.

 

Jérôme Couture termine devant les siens

Roger Blackburn, Journal Le Quotidien, 2 février 2016

L'auteur-compositeur-interprète originaire de Jonquière, Jérôme Couture, viendra boucler la boucle de sa récente tournée de spectacles, le 13 février, avec un concert présenté au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Sur la route, à travers différentes salles partout au Québec depuis la sortie de son premier album en avril 2014, Jérôme Couture met fin à sa tournée après une centaine de représentations. « Je suis content de finir ça dans ma région. Des parents et des amis seront là et on risque de s'amuser et de déraper un peu », laisse tomber celui dont la carrière a connu un véritable envol depuis son passage à l'émission de télévision La Voix, diffusée à TVA en 2012.

« Cette tournée fut une véritable expérience. On jouit d'une liberté extrême quand on présente notre propre matériel. Ça m'a permis de rencontrer différents publics et de découvrir des régions du Québec que je connaissais moins. Ça m'a permis de réaliser que nos régions à l'extérieur de Montréal ont tout ce qu'il faut pour une belle qualité de vie. Chaque endroit possède de belles surprises dans différents domaines comme la restauration. Je suis un amateur de café Expresso et je réussis toujours à trouver un commerce spécialisé pour boire un café comme je l'aime », raconte l'artiste.

Jérôme Couture s'est laissé inspirer sur la route pour la réalisation d'un deuxième album qu'il aimerait bien sortir au printemps. « Je suis présentement en écriture avec Marc Dupré qui collabore à ce deuxième album. Je sens le besoin d'inviter les gens à danser et à s'amuser. Je me laisse guider par Marc Dupré et il y a moyen de composer des chansons entraînantes, dansantes et rocks sans négliger la beauté des textes qui ne sont pas vides de sens », fait valoir Jérôme Couture qui n'écarte pas la possibilité de travailler avec Alex Nevsky.

Le prochain album devrait tourner autour des émotions que l'artiste a vécues en présentant ses spectacles au cours de la dernière année. « La tournée me parle beaucoup. Les gens de mon entourage ont vécu différentes épreuves ou de belles aventures. La séparation des couples, on ne peut pas y échapper, ça fait partie de notre vie et il y a des sentiments qu'on veut exprimer en chanson », confie l'auteur.

Entre la musique et la poésie, Jérôme Couture continue à s'intéresser à une de ses passions qu'est l'archéologie. Il sera pour une seconde année porte-parole du mois de l'archéologie, en août, et a l'intention d'organiser une activité sur le site du poste de traite de Chicoutimi. « Je m'intéresse beaucoup à l'histoire des Premières Nations, à leur présence sur le territoire. Ça fait partie de l'histoire, comme tous les objets anciens qui témoignent et racontent notre passé », exprime l'artiste, qui fera quelques représentations en formule trio avec ses complices Étienne Joly à la guitare et le pianiste Étienne Chagnon.

 

 

Marc Dupré & cie enflamment le Capitole de Québec

Elizabeth Lepage-Boily, Showbizz.net, 3 décembre 2015

L’auteur-compositeur-interprète avait convié ses fans de Québec à un méga party au Capitole. C’est définitivement – et c’est pour le moins qu’on puisse dire – ce à quoi ils ont eu droit.

Marc Dupré sait mettre de l’ambiance, ça, c’est sûr! Sa présence sur scène, son énergie, son charisme, ses rythmes entraînants, sa fougue et celle de ses invités font de son spectacle en résidence pour un mois au Capitole de Québec, un incontournable du temps des fêtes.

Le chanteur y interprète certains de ses plus grands succès, dont « Là dans ma tête », « Un coup sur mon coeur », « Voyager Vers Toi » et, évidemment, « Nous sommes les mêmes », en plus de se livrer à quelques imitations, dont l’une de ses plus célèbres; Bryan Adams. Dupré ose aussi quelques reprises de chansons populaires, comme « Footloose », « Uptown Funk » de Mark Ronson et Bruno Mars » ainsi que « That’s Alright (Mama) » d’Elvis et « Home » de Phillip Phillips.

Le juge de La voix laisse une grande place à ses trois poulains; Renée Wilkin, qui ouvre le spectacle de belle façon en interprétant certaines pièces de son nouvel album et des reprises audacieuses, dont la puissante « River Deep, Mountain High » de Tina Turner, Jérôme Coutume et Kevin Bazinet, qui a remporté la dernière édition de l’émission de téléréalité musicale. Les trois anciens candidats de La voix apportent du carburant au spectacle, le rendant d’autant plus dynamique et convivial.

Comme La voix tient une place bien spéciale dans le coeur de Marc Dupré, ce dernier en profite sur scène pour se moquer gentiment de quelques-uns des participants, du concept de l’émission et des juges. Ces apartés lui permettent d’ailleurs d’introduire son imitation époustouflante d’Éric Lapointe et d’interpréter la chanson « Moman » du rockeur québécois. Il y va aussi d’un court monologue (hilarant!) sur Yoan en parodiant sa pièce « T’aimer trop » par un refrain sur la chaîne de supermarché « Métro ». L’humour prend une place prépondérante dans les spectacles de Marc Dupré, et celui-ci ne fait pas exception.

Impossible de rester tranquillement assis sur son siège, l’énergie débordante du chanteur en résidence et de ses invités est bien trop contagieuse pour résister à l’envie d’enflammer la piste de danse. Un show sympathique, chaleureux et divertissant, qui vous mettra irrémédiablement un sourire aux lèvres pour passer à travers les fêtes.

Voici le setlist complet de la soirée du 2 décembre 2015 :

Là dans ma tête

Un coup sur mon coeur

La moitié de tes secrets

Heaven (cover de Bryan Adams)

Summer of 69′ (cover de Bryan Adams)

Voyager vers toi

Être à toi

S’aimer comme on est

Moman (cover d’Éric Lapointe)

T’aimer trop

Comme on attend (Jérôme Couture)

Goodbye Girl (Jérôme Couture)

Footloose (cover de Kenny Loggins)

Si pour te plaire

Ton départ

Home (cover de Phillip Phillips)

Y’a pas grand chose dans l’ciel à soir (cover de Paul Piché)

Bamboleo (cover des Gipsy Kings)

Happy Christmas

Hold Back the River (cover de James Bay)

Jusqu’où tu m’aimes (Kevin Bazinet)

Talk to Me (Kevin Bazinet)

That’s all Right Mama (cover d’Elvis Presley)

Proud Mary (Renee Wilkin)

Uptown Funk

Rien ne finit jamais

Rappel

Nous sommes les mêmes

 

Jérôme Couture célèbre le temps des Fêtes avec Sous le gui

Maxime Allaire, Rythme FM 105,7, 16 novembre 2015

La frénésie du temps des Fêtes s'installe dès maintenant sous un rythme de rockabilly avec Sous le gui, une chanson surprise de Jérôme Couture.

C’est entre quelques séances d’écriture et d’enregistrement pour son prochain album en 2016 et sa tournée de spectacles que l’auteur-compositeur-interprète a eu envie d’offrir un cadeau au public. Sous le gui nous entraîne dans un jeu de séduction où il tente de conquérir sababy.

En plus d’avoir composé la musique, Jérôme a coécrit le texte avec sa fidèle acolyte Amélie Larocque et a coréalisé aux côtés de Gautier Marinof, qui s’est d’ailleurs chargé des arrangements. Pour ajouter une pincée de féérie, il a aussi fait appel aux Soeurs Riverin pour les choeurs.

L’année est loin d’être terminée pour Jérôme puisqu’il sera du spectacle Mon party musical de Marc Dupré en compagnie de Renee Wilkin et Kevin Bazinet présenté auCapitole de Québec tout au long du mois de décembre.

 

ENTREVUE

Diane Lafrance et Guyaume Cadieux, Studio 117, CIME FM, 16 novembre 2015

www.cime.fm

 

Jérôme Couture célèbre le temps des Fêtes avec Sous le gui

Karine P., Hollywood PQ, 16 novembre 2015

C’est le temps de magasiner les bûches de Noël, sortir les décos et placer les branches de gui au-dessus des portes!

La frénésie du temps des Fêtes s’installe dès maintenant sous un rythme de rockabilly avec Sous le gui, une chanson surprise de Jérôme Couture. C’est entre quelques séances d’écriture et d’enregistrement pour son prochain album en 2016 et sa tournée de spectacles que l’auteur-compositeur-interprète a eu envie d’offrir un cadeau au public. L’année est loin d’être terminée pour Jérôme puisqu’il sera du spectacle Mon party musical de Marc Dupré en compagnie de Renee Wilkin et Kevin Bazinet présenté au Capitole de Québec tout au long du mois de décembre.

Même pas besoin d’attendre le Père Noël: Sous le gui de Jérôme Couture est disponible sur iTunes dès maintenant!

 

 

«Party de Grenier» avec Jérôme Couture

Geneviève Beaulieu-Veilleux, Journal l'écho de Maskinongé, 11 novembre 2015

L'artiste Jérôme Couture convie les spectateurs à un véritable «party de grenier» le 28 novembre prochain du côté du Magasin général Lebrun de Maskinongé en formule trio.

«Je propose mon spectacle en version adapté et plus courte. Je serai sur scène en compagnie de mon guitariste Étienne Joly et de mon pianiste Étienne Chagnon», explique Jérôme Couture, dont la carrière a décollé grâce à l'émission télévisée La Voix.

Le protégé de Marc Dupré propose un voyage à travers son premier album et ses succès radio Comme on attend le printemps et Goodbye girl, mais aussi diverses influences de l'artiste comme le vieux disco, le rock ou encore des mélodies de… Patrick Normand.

«L'un de mes bons moments est d'interpréter la pièce Kiss de Prince. Les gens sont surpris de me voir chanter en voix de tête et me déhancher, mais j'ai un malin plaisir à livrer cette chanson!», précise l'homme de 31 ans.

Énergique et complice avec ses musiciens, Jérôme soutient vouloir connecter avec son public. «J'ai fait beaucoup de festivals cet été, mais en salle c'est une atmosphère différente. J'aime discuter avec les gens, je ris beaucoup aussi. C'est important pour moi», précise celui qui a étudié en Musique, majeure en Interprétation jazz et mineure en Musique populaire à l'Université Laval.

Le mois de décembre arrivé, Jérôme Couture prendra d'assaut la scène du Capitole de Québec avec le spectacle «Party Musical» en compagnie de ses amis, les chanteurs Renée Wilkin et Kevin Bazinet, ainsi que de son mentor, Marc Dupré.

«Avant La Voix, j'avais un certain bagage, mais il me manquait le petit plus. C'est Marc qui a été cette personne pour moi. Il me donne le recul nécessaire et les conseils pour mieux croire en moi et me dépasser!», soutient l'artiste.

En rafale Tes loisirs préférés?

«La cuisine et l'archéologie. Cuisiner me détend et me rend dans un état méditatif. Quand je peux, j'aime aussi aller dans les musées pour visiter et m'instruire. Je suis quelqu'un de très curieux.»

Un artiste avec qui tu aimerais chanter?

«Bruno Pelletier ou Fred Pellerin»

Un endroit où tu aimerais chanter dans le monde?

«L'Égypte!»

Un défi professionnel ou un rêve?

«Traverser l'océan avec ma plume et ma musique. Composer en français et en anglais!»

 

«Party de Grenier» avec Jérôme Couture

Geneviève Beaulieu-Veilleux, L'Hebdo Journal, 11 novembre 2015

L'artiste Jérôme Couture convie les spectateurs à un véritable «party de grenier» le 28 novembre prochain du côté du Magasin général Lebrun de Maskinongé en formule trio.

«Je propose mon spectacle en version adapté et plus courte. Je serai sur scène en compagnie de mon guitariste Étienne Joly et de mon pianiste Étienne Chagnon», explique Jérôme Couture, dont la carrière a décollé grâce à l'émission télévisée La Voix.

Le protégé de Marc Dupré propose un voyage à travers son premier album et ses succès radio Comme on attend le printemps et Goodbye girl, mais aussi diverses influences de l'artiste comme le vieux disco, le rock ou encore des mélodies de… Patrick Normand.

«L'un de mes bons moments est d'interpréter la pièce Kiss de Prince. Les gens sont surpris de me voir chanter en voix de tête et me déhancher, mais j'ai un malin plaisir à livrer cette chanson!», précise l'homme de 31 ans.

Énergique et complice avec ses musiciens, Jérôme soutient vouloir connecter avec son public. «J'ai fait beaucoup de festivals cet été, mais en salle c'est une atmosphère différente. J'aime discuter avec les gens, je ris beaucoup aussi. C'est important pour moi», précise celui qui a étudié en Musique, majeure en Interprétation jazz et mineure en Musique populaire à l'Université Laval.

Le mois de décembre arrivé, Jérôme Couture prendra d'assaut la scène du Capitole de Québec avec le spectacle «Party Musical» en compagnie de ses amis, les chanteurs Renée Wilkin et Kevin Bazinet, ainsi que de son mentor, Marc Dupré.

«Avant La Voix, j'avais un certain bagage, mais il me manquait le petit plus. C'est Marc qui a été cette personne pour moi. Il me donne le recul nécessaire et les conseils pour mieux croire en moi et me dépasser!», soutient l'artiste.

En rafale Tes loisirs préférés?

«La cuisine et l'archéologie. Cuisiner me détend et me rend dans un état méditatif. Quand je peux, j'aime aussi aller dans les musées pour visiter et m'instruire. Je suis quelqu'un de très curieux.»

Un artiste avec qui tu aimerais chanter?

«Bruno Pelletier ou Fred Pellerin»

Un endroit où tu aimerais chanter dans le monde?

«L'Égypte!»

Un défi professionnel ou un rêve?

«Traverser l'océan avec ma plume et ma musique. Composer en français et en anglais!»

 

Les Félix échappent à Jérôme Couture

Isabelle Laramée, Journal Le Lac-St-Jean, 9 novembre 2015

Jérôme Couture n'a pas remporté les honneurs lors de la 37e édition du Gala de l'ADISQ, le 8 novembre. Le Saguenéen d'origine qui était en nomination comme Révélation de l'année et pour le meilleur album pop en a profité pour s'amuser un peu à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal.

L'interprète de Comme on attend le printemps n'a donc pas réussi un doublé à l'ADISQ cette année, lui qui avait remporter les prix pour l’album le plus joué sur les ondes des radios BDS ainsi que celui pour 1er album sur les ondes des radios correspondantes aux Rencontres de l'ADISQ au printemps dernier. Toutefois, le seul fait d'être en nomination lui permet de constater que ses confrères aiment bien ce qu'il fait également.

«Pour moi, ça vaut beaucoup, confie-t-il. Avoir un succès commercial est important, car on fait ça pour les gens au départ. Ensuite, je fais ça pour moi, car c'est mon métier et c'est ce que je veux faire. De savoir que l'ADISQ est là pour nous supporter et souligner mon travail dans deux catégories c'est flatteur.»

 

ENTREVUE

Herby Moreau et Claudine Prévost, Ici Radio-Canada Télé, 8 novembre 2015

http://ici.tou.tv/

 

ENTREVUE

SiriusXM Franco, 8 novembre 2015

SiriusXM

 

ENTREVUE

Pierre-Olivier Beaudoin, Flip TFO, 8 novembre 2015

Flip TFO

 

ENTREVUE

Justine Lacasse, EstriePlus, 6 novembre 2015

http://www.estrieplus.com/

 

Je sors ou je reste?

Anne-Lovely Etienne, Journal 24h, 6 novembre 2015

Concert: Jérôme Couture

Dévoilé à l'émission de téléréalité La Voix, Jérôme Couture poursuit sa carrière de chanteur et d'arrête à Montréal, dans le cadre de sa tournée à travers le Québec. Surnommé le Justin Timberlake du Québec, il occupe la scène avec tant d'énergie, qu'il est impossible de ne pas taper des pieds ou des mains.

Débute demain soir à 20h, à la Maison de la culture Maisonneuve

 

Jérôme Couture rencontre des élèves de l'école Maisonneuve

Annie Gaudreau, QuartierHochelaga, 5 novembre 2015

L’auteur-compositeur-interprète Jérôme Couture était convié à une entrevue particulière en cette matinée de novembre. Les 19 élèves de la classe de 6e année de Véronique Bergeron se sont préparés à la venue de l’artiste révélé à l’émission La Voix à leur école. À tour de rôle, chaque élève a pu jouer les intervieweurs.

On s’attendait à une attitude de star, il est tout le contraire. Alexandra s’attendait à un personnage « plus sérieux ». Alfred et plusieurs autres l’ont trouvé gentil et amical : « il nous a tapé dans les mains ! ».  Généreux aussi, car Jérôme « a pris le temps de répondre », commente Andréa. « Il était ouvert à nos questions », ajoute Lily. Anne-Zoé a, quant à elle, été frappée par l’enthousiasme de Jérôme, son énergie. Accessible et attentif aux enfants, l’interprète de Comme on attend le printemps et de Goodbye Girl a séduit ses jeunes fans.

Un modèle de persévérance

S’il y a un endroit où les modèles de persévérance sont convoités, c’est bien à l’école. Jérôme Couture représente un modèle inspirant car il a fait preuve de persévérance à de multiples occasions dans son parcours scolaire et professionnel.

A l’école, il avoue avoir été un enfant timide et studieux. « J’avais des bonnes notes, mais je travaillais beaucoup. » Plusieurs, comme Daphnée, ont été surpris d’apprendre qu’il était timide quand il était plus jeune.  Il explique que la musique lui a permis de vaincre sa timidité. Mais à chacun de « trouver sa façon de prendre sa place ». « Je fais un métier qui m’a permis d’éclore», raconte-t-il en toute candeur.

Lorsqu’on lui demande quel a été le moment le plus difficile au cours de sa carrière, Jérôme Couture se remémore la période qui a précédé sa participation à La Voix. Il bûchait fort, poursuivait des démarches auprès d’une maison de disque, avait passé des auditions pour trois gros spectacles – sans résultat, sans contrat, « rien ne fonctionnait », confie-t-il. Dans ce cas, pourquoi ne pas essayer quelque chose de nouveau ? « Je me suis mis en danger, et je suis allé à La Voix. »

Du métier derrière la cravate

Lorsqu’il se présente aux auditions à l’aveugle de La Voix, « le moment le plus stressant de ma vie », dira-t-il, il a déjà une dizaine d’années d’expérience dans le monde de la musique et du spectacle. Il a chanté dans plusieurs chorales, participé à des concours de chant régionaux où il remporte certains honneurs au fil des ans. Il a joué dans des revues musicales et des productions à grand déploiement, dont Québec Issime, Elvis Story (dès 2007) et Les Misérables.

Son aplomb musical ne lui est pas tombé du ciel non plus. Jérôme a obtenu son diplôme d’études collégiales en musique du Collège d’Al