Dossier de presse de Jipé Dalpé

Après un grave accident d'automobile, Jipé Dalpé remonte sur scène

ICI Radio-Canada Info, 19 mai 2016

Le Sherbrookois Jipé Dalpé revient de loin. Après un accident d'automobile survenu l'été dernier et qui l'a forcé à tout arrêter, l'auteur-compositeur-interprète remonte sur scène le 27 mai à La Petite Boîte Noire de Sherbrooke avec ses musiciens.

« C'est un accident bête de voiture, mais qui m'a quand même causé une fracture au sternum, une commotion cérébrale et j'en passe. J'ai été obligé d'annuler tous mes spectacles et toutes mes activités artistiques pour me concentrer sur de la rééducation : ergo, physio, osthéo, chiro, amenez-les, je les ai tous vus! », raconte-t-il en riant. 

À cause de ces blessures, il a dû renoncer à une tournée de deux mois en Europe, entre autres. « Ça faisait longtemps qu'on travaillait là-dessus. J'avais hâte au bout! Je me suis rendu jusqu'à la limite en pensant que je serais guéri, mais un moment donné, j'ai été obligé de déclarer forfait. C'était assez frustrant et décevant de ne pas pouvoir le faire », dit le Sherbrookois de 36 ans.  

Une première

C'était la première fois que l'artiste s'est retrouvé dans l'obligation d'annuler des spectacles. « Même grippé, même malade, même avec la gastro, j'ai toujours joué quand même. Le show doit continuer. Dans ce cas-çi, j'étais incapable de me déplacer. J'ai dû refaire le plein. Là, je suis en forme. Ça m'a donné une petite pause pour prendre du recul sur ce que j'ai fait. Ça va me donner un élan pour repartir », analyse-t-il.

Reste qu'en plus de la douleur, Jipé Dalpé a eu peur de ne plus jamais pouvoir gratter la guitare sur scène. « C'est un peu cliché de le dire, mais ça nous rappelle à quel point la vie est fragile. J'ai réalisé que ça se pourrait que je ne puisse plus jamais faire le truc que j'aime le plus au monde. »

Au-delà des douleurs physiques, Jipé Dalpé a dû faire face à une nouvelle réalité. « Être malade, c'est quelque chose qui isole beaucoup aussi. Une commotion cérébrale, ça cause beaucoup de problèmes au niveau de la concentration, de la mémoire. Pendant plusieurs mois, je ne voulais pas sortir. J'étais trop mal en point. Ça me faisait tourner la tête, ça me donnait la nausée. C'est un peu étrange, mais ça donne beaucoup de temps pour réfléchir aussi. Ça m'a repositionné tant au niveau musical qu'au niveau humain. J'ai pris position par rapport à ce que j'aime et aime moins. »

De retour bien en selle

« J'ai annulé deux spectacles en Estrie et, quelque part, j'en devais une à Sherbrooke. Je m'en devais une aussi. J'ai tellement manqué de scène, de shows aussi. Je m'en suis booké deux ou trois. C'est un peu un exercice pour voir où j'en suis dans tout ça. J'en ai fait un la semaine dernière et ça s'est super bien passé. Même si je ne suis pas encore revenu à 100 %, je vois que je n'en suis pas trop loin. »

Le calendrier musical de Jipé Dalpé est vierge pour les prochaines semaines. « Étant donné que mon état était incertain, j'ai choisi de ne rien booker pour l'été. Je suis comme Carey Price. On se reverra la saison prochaine question de me remettre en forme. Ça me donne beaucoup de temps pour écrire le prochain album. »

Sinon, il a quelques contrats de mise en scène pour différents artistes ou événements comme Sophie Pelletier, La Nuit blanche de Montréal en lumière et L'Open Country.

Jipé Dalpé partagera la scène avec la formation sherbrookoise Lily K.O. lors de ce spectacle. « C'est un duo que je connais bien parce que j'ai joué de la trompette sur deux chansons de leur album. C'est comme un mariage naturel avec eux. »

 

Jipé Dalpé : « L'homme allumette »

Journal l'Hebdo Rive-Nord, 2 mai 2016

Après plus de deux ans de tournée et plus de 100 spectacles de son deuxième album, Jipé Dalpé remontera sur scène à L'Assomption, le 6 mai, à La Boîte à chansons.

Accompagné de ses musiciens, il présentera les chansons de ses deux premiers albums La tête en bois et Les préliminaires en plus de proposer les chansons de son nouvel EP L’homme allumette.

Du 100% humain et organique, des histoires et du groove. Le meilleur des deux mondes entre un spectacle intime et un show qui déménage.

Son dernier mini-album se veut un pont entre l’univers de La tête en bois et le prochain disque ou encore une parenthèse, un point de chute, un laboratoire créatif, une bougie d’allumage avant de mettre le feu à une nouvelle page musicale.

Le dernier album avait un son folk épuré, chaleureux, avec des textes personnels et intimistes. L’homme allumette est plus énergique avec une touche plus rock et des petits emprunts à l’électro, des textes poétiques imagés, mais directs, caractéristiques de la plume de Jipé Dalpé. Un album avec ce qu’il faut d’audace, de punch, de pétillant, de sensibilité, mais sans jamais perdre en chemin la force des mélodies accroche-cœurs et des refrains fédérateurs. (ON)

Pour information:www.jipedalpe.com

 

  

Jipé Dalpé : L'homme allumette !

Elise Tremblay, Studio Direct 2014-2015, TVC-VM Télévision de Charlevoix, 17 avril 2015

Jipé Dalpé a lancé récemment un mini-album intitulé "L'Homme allumette".

Notre journaliste culturelle Elise Tremblay a voulu en savoir plus et elle s'est entretenu avec l'auteur-compositeur-interprète -ami de Charlevoix- par téléphone...

www.tvc-vm.com

 

  

Entrevue et peformance

Salon Rendez-vous Commerce, M103.5 FM - Radio de Lanaudière, 13 mars 2015

www.m1035fm.com

 

L’art de faire naître un musicien

Noémie Verhoef, La Nouvelle, 11 mars 2015

Jipé Dalpé a appris dès l’école primaire à jouer de plusieurs instruments de musique. Ce ne sera par contre qu’une fois inscrit en interprétation jazz au Cégep de Sherbrooke, et grâce à deux profs hors du commun, qu’il apprendra à être musicien.

Devenir musicien, ça ne passe pas juste par la maîtrise d’un instrument. Ca nécessite aussi développer des habiletés communicationnelles et une maturité émotive que Jipé Dalpé un peu hyperactif et parfois trouble-fête du primaire et du secondaire n’avais évidemment pas.

“Disons qu’au secondaire , j’étais assez compétitif. J’ai joué de la trompette dans l’harmonie de l’école en secondaire 1 et 2, puis ensuite dans le stage band en 3-4-5 à Montcalm et j’étais toujours à vouloir jouer plus vite, plus haut, plus fort”, se remémore l’ex-Sherbrookois.

Le hasard – qui fait parfois très bien les choses – a toutefois mis un trompettiste de grand talent mais plutôt introverti à la barre du stage band où Jipé s’époumonait avec brio.

“Jean Gervais est venu remplacer le professeur régulier qui s’occupait du stage band, et à un moment donné, je lui ai demandé des trucs pour pouvoir jouer plus haut. Il m’a bien conseillé pour j’atteigne mon but, mais a ajouté : ‘Parfois, jouer haut et fort, ce n’est pas ça le plus important’.”

Au fil des ans, Jipé a eu l’occasion d’observer et de s’inspirer de la façon très intérieure qu’avais M. Gervais de jouer de la trompette et du flugelhorne [un genre de grosse trompette qui donne un son plus grave et plus feutré] puisqu’il est ensuite devenu son professeur d’instrument au Cégep de Sherbrooke.

En savoir davantage pour être meilleur

Spécialistes dans leur domaine et souvent chercheurs accomplis, les profs de cégep et d’université se contentent parfois de condescendre à vulgariser deux ou trois théories au bénéfice de leurs étudiants, qui vont et qui viennent au gré des sessions. Pas René Béchard.

“Toutes matières et tous niveaux d’études confondus, René Béchard est le meilleur pédagogue que j’ai vu, affirme Jipé à propos de son ancien professeur d’harmonie et d’arrangements au Cégep de Sherbrooke. C’est quelqu’un qui avait le don de faire passer de la matière difficile comme si de rien n’était et qui avait une sorte de coolness qui faisait en sorte que tu ne voulais pas être en retard dans son cours ou ne pas avoir fait ton devoir. Tu voulais être le meilleur de toi-même, parce que lui, il était toujours le meilleur de lui-même. C’était imposant et impressionnant en même temps.”

S’il y a une chose qui a subtilement mais durablement marqué le jeune esprit de Jipé, c’est la façon dont M. Béchard commençait ses cours.

“Il était toujours assis au piano, et il improvisait. Quand le cours commençait, il nous demandait de lui dire ce qu’on avait pensé et de le justifier. Il disait toujours qu’il fait savoir écouter. Et qu’après avoir écouté, il faut se faire une opinion. Savoir pourquoi on aime ou on n’aime pas. Encore aujourd’hui, c’st probablement ce réflexe d’introspection qui m’aide le plus, surtout quand j’écris mes chansons”, conclut l’auteur-compositeur-interprète qui vient tout juste de lancer un mini-album intitulé L’homme allumette.

 

Trois activités majeures pour souligner le 30e de CFLX

Christian Caron, Le Sherbrooke Express, 10 mars 2015

SHERBROOKE - CFLX a 30 ans cette année. Trente ans déjà ! Un anniversaire qui ne passera pas sous silence à cette radio communautaire alors que trois activités majeures ont été concoctées et lesquelles auront lieu au cours des prochains mois.

Dirigeants et animateurs de la radio communautaire étaient heureux d’annoncer la nouvelle, ces jours derniers, dans les locaux de la rue Wellington Nord.

Le 95,5 donnera le coup d’envoi aux festivités du 30e, le 28 mars prochain, avec un radiothon qui s’échelonnera sur une durée de 15 heures.

Comme l’a signalé Éric G. Langlois, coordonnateur du 30e, cette activité occupera les ondes de 7 h AM à 22 h PM. Tout au cours de ce radiothon, animateurs et artisans vont se succéder dans le but de solliciter les auditeurs afin qu’ils appuient financièrement leur radio locale.

«Les auditeurs seront également invités à passer dans nos locaux pour remettre des dons et assister à des prestations artistiques», précise Éric G. Langlois.

Seconde activité majeure à la programmation : le lancement de la saison estivale, le mardi 23 juin. Dès 18 h, les principaux collaborateurs vont se pointer au Loubard de la rue Frontenac pour enregistrer cette émission spéciale dans le cadre de l’émission Arts d’œuvres. Belle opportunité de lever le voile sur la grille estivale des émissions du 95,5. «Ça va être festif», promet le coordonnateur de ce 30e.

Finalement, les festivités du 30e vont prendre fin avec le spectacle-bénéfice, le 24 octobre, à la Salle Alfred-Desrochers du Cégep de Sherbrooke. «Une dizaine d’artistes, dont certains ont bénéficié d’un coup de pouce de la station pour se faire connaître, viendront chanter, tout en témoignant leur affection pour CLFX», ajoute Éric G. Langlois.

Les places sont limitées à 430 personnes.

Par ailleurs, les artistes Amélie Larocque et Jipé Dalpé ont accepté d’agir à titre de porte-parole des festivités du 30e. Présents à la conférence de presse, les deux chanteurs bien connus en Estrie, ont eu de bons mots pour CFLX. «Quand je suis arrivé à Sherbrooke il y a huit ans, je ne connaissais personne. La radio CFLX fut parmi les premiers médias que j’ai contactés pour présenter mon matériel. Les radios communautaires ont leur raison d’être et celle de CFLX est spécialement dans mon cœur», d’émettre celle qui estime que CFLX n’existe pas que pour les artistes émergents.

Quant à Jipé Dalpé, il a insisté sur le fait que les radios communautaires sont parmi «les audacieuses qui nous font jouer à la radio.»

Commentaires

«C’est important la diversité», a tenu à dire le député Luc Fortin lors de son bref message.

«CFLX constitue une excellente tribune pour nos organismes. Ça permet de faire rayonner Sherbrooke. On a ici des émissions originales et des animateurs… originaux», a pour sa part mentionné le député Luc Dusseault.

Représentant de la Ville, Robert Pouliot a rappelé que la radio communautaire s’avère «une très bonne école» pour ceux qui désirent emprunter la voie de la radio. «CFLX a aussi lancé des carrières et a permis à des artistes de se faire connaître. C’est un formidable laboratoire», a joyeusement affirmé le conseiller municipal.

 

CFLX: 30 ans fort animés

Laura Martin, La Tribune, 5 mars 2015

(SHERBROOKE) La dernière chanson de Jipé Dalpé a beau tourner sur plusieurs radios commerciales, la première station à avoir fait jouer sa première chanson, c'était CFLX.

« C'est ici que mes chansons ont été lâchées lousses pour la première fois, qu'elles ont pu se rendre à des gens qui n'étaient pas à côté de moi et qui n'étaient pas membres de ma famille. CFLX était là au début, et j'ai la mémoire longue. »

L'auteur-compositeur-interprète sherbrookois n'a pas oublié le coup de pouce. Avec sa consoeur Amélie Larocque, qui a aussi trouvé une oreille attentive à CFLX dès son arrivée dans sa région d'adoption, Jipé Dalpé a accepté de saisir le micro de porte-parole des activités du 30e anniversaire de la radio communautaire de l'Estrie.

Objectif de 30 000 $

Pour ce bel âge rond, le 95,5 ne veut pas de cadeaux. Mais un peu de sous. L'équipe d'une quarantaine de passionnés, qui colorent cette fréquence bénévolement, a donné hier le coup d'envoi à la campagne de financement par laquelle elle souhaite recueillir 30 000 $.

Le montant servira à acheter des gâteries, de celles qui ne sont pas du luxe pour cet organisme sans but lucratif, dont les locaux sur la rue Wellington ont grand besoin d'un gallon ou deux de peinture.

« Les subventions servent à couvrir nos frais de fonctionnement et à payer le loyer, mais cet argent nous ouvrira plusieurs possibilités. Nous en avons besoin pour mieux aménager nos locaux, développer notre site web, avoir un journaliste sur le terrain, notamment », énumère Éric G. Langlois, animateur de l'émission du retour à la maison et coordonnateur de la campagne, inscrite depuis hier sur le site de sociofinancement Indiegogo.

La station, entendue dans un rayon de 60 kilomètres autour de Sherbrooke, souhaite en outre profiter de cette année pour renforcer ses liens avec la population, en vendant des cartes de membres. CFLX, qui a été fondée par des étudiants de l'Université de Sherbrooke, compte présentement sur une base de 200 fidèles, ce qui est trois fois moins qu'à sa belle époque.

Radiothon et spectacle

Le coup d'envoi des festivités sera officiellement donné le samedi 28 mars, avec un radiothon de 15 heures, pendant lesquelles les auditeurs seront invités à aller rencontrer les animateurs dans les studios, à y assister à des prestations d'artistes régionaux.

En juin, un lancement de saison spécial aura lieu dans le cadre de l'émission Arts d'oeuvres, qu'anime Sylvie L. Bergeron devant public depuis 15 ans, alors qu'en octobre, un spectacle-bénéfice réunira à la salle Alfred-DesRochers une dizaine d'artistes, dont le chemin a été ouvert par la radio populaire.

En ondes 24 heures par jour, CFLX, dont les lettres d'appel sont un hommage à Félix Leclerc, diffuse une vingtaine d'émissions aux styles variés, qui traitent autant de littérature et de sport que de musique country et métal.

 

Entrevue

Au Microphone, 4 mars 2015

www.aumicrophone.com

 

Entrevue

Alex Trudel, Le Party Musical, CIME FM, 3 mars 2015

www.cime.fm

 

Entrevue

Frédéric Bussières, Frédéric Bussière Poste d'écoute, FM 103.7, 4 mars 2015

www.fredericbussieres.com

 

Un mini EP pour Jipé Dalpé

Cassandre Caron, 7 Jours, 13 mars 2015

Pour patienter avant la sortie de son premier album, prévue pour 2016, Jipé Dalpé présente un PEP de cinq titres réalisé avec l'aide d'Éloi Painchaud, de François Lafontaine et de Pierre Fortin. À écouter !

 

Critique

Monique Giroux, Chants Libres, ICI Musique, 1 mars 2015

www.icimusique.ca

 

Un mini EP pour Jilpé Dalpé

Christine Emond, patwhite.com, 26 février 2015

Le lancement du mini EP de Jipé Dalpé, «L’homme allumette», a eu lieu au Verre Bouteille. «Je me sens paquet de nerfs, un peu nerveux, mais c’est un bon stress et j’ai hâte d’aller jouer», a-t-il dit avant de présenter ses dernières chansons.

Jipé Dalpé, multi-instrumentaliste talentueux, gagne à être connu. Sympathique, amusant et à l’aise sur la scène, ce n’est pas pour rien qu’il a assuré pendant deux ans les premières parties de Vincent Vallières et de Daniel Bélanger. Accompagné à la voix et au piano par Chloé Lacasse, Jipé Dalpé à ouvert le bal avec sa trompette.

Après avoir joué dans de grandes salles, il était heureux de présenter son mini EP dans un endroit plus chaleureux, comme à la maison. «Les plus grosses scènes, l’adrénaline que ça vient chercher, c’est incroyable, mais d’un autre côté, dans les plus petites salles, la proximité avec les gens c’est vraiment cool et il y a quelque chose qui me ressemble beaucoup là-dedans. C’est comme deux types de shows différents», souligne l’auteur-compositeur-interprète.

Son album «La tête en bois», sorti en 2012, l’a tenu bien occupé sur scène pendant deux ans et demi. «C’était un album plus introspectif, plus folk et relax. En réaction à ça, j’ai eu envie de faire quelque chose de plus musclé, de plus énergique. Mon mini EP, c’est une parenthèse entre mon dernier album et celui que je vais sortir en 2016. C’est un laboratoire.»

Le jeune homme s’inspire de ses observations pour écrire ses chansons. «Je suis super observateur dans la vie, ça fait partie du travail d’auteur-compositeur-interprète. J’observe énormément ce qui se passe en dedans de moi, mais aussi ce qui se passe autour. J’emmagasine tout ça, et quand j’ai le goût de coucher tout ça sur papier, il y a des choses plus fortes qui ressortent, une histoire qui a envie d’être racontée.»

Il est heureux de faire des premières parties mais évidemment, il aimerait que sa carrière aille plus loin. «Assurer les premières parties me donne un véhicule extraordinaire pour gagner un public qui ne me connaissait pas. C’est généreux de la part de ceux qui me font faire leur première partie, et c’est un beau cycle. Je le rends aussi en prenant des artistes en première partie ensuite. C’est un bel équilibre.»

L'opus «L’homme allumette» est co-réalisé avec Éloi Painchaud, François Lafontaine et Pierre Fortin.

Son premier extrait, «Ne craque pas pour un homme», obtient jusqu’à maintenant de très belles réactions en radio. Son mini EP est disponible en format numérique seulement.

 

Entrevue

Geneviève Proulx, Le Téléjournal Estrie, ICI Radio Canada, 25 février 2015

www.ici.radio-canada.com/estrie

 

Le souffle d'inspiration de Jipé Dalpé

Cynthia Dubé, Le Journal de Sherbrooke, 25 février 2015

CHANSONS - En plein processus de création pour un troisième album, Jipé Dalpé était tout simplement trop impatient d'offrir à son public  de nouvelles chansons. Du coup, il lance '"L'Homme allumette", un EP comprenant cinq chansons. Très attaché à sa ville natale, le Sherbrookois d'origine tenait d'abord à présenter ses nouvelles pièces aux gens d'ici. 

C'est à la taverne O'Chevreuil, mardi, que l'auteur-compositeur-interprète a lancé son EP "L'Homme allumette". Les cinq  chansons sont en quelque sorte la continuité de son précédent album "La tête en bois" et une parenthèse en attendant le suivant. 

"La plupart des chansons qui se retrouvent sur mon nouvel EP ont été écrites pendant la tournée de "La tête en bois", qui a duré deux ans. Je m'enlignais pour écrire un nouvel album complet, mais j'ai vite réalisé que je n'avais pas la patience  d'attendre que tout soit fini pour présenter mes chansons. J'ai donc eu l'idée de sortir un EP. Mais les chansons ne se retrouveront pas sur le prochain album. C,est une parenthèse. J'ai plein d'autres chansons en chemin", indique Jipé Dalpé.

Contrairement à "La tête en bois", très intimiste, "L'Homme allumette" propose une musique plus énergique . "Même s'il y a des balades, l'essence de ce EP est plus musclée. Musicalement, j'avais envie d'explorer quelque chose de plus rock et énergique."

Parcours musical

Jipé Dalpé a découvert la musique très tôt dans sa vie. Il fait partie des musiciens sherbrookois à avoir fait le parcours scolaire Sacré-Coeur-Mitchell-Montcalm, ainsi que le DEC en jazz au Cégep de Sherbrooke. 

"Je ne savais pas  à ce moment-là, mais c'est le plus cadeau que je me suis fait ! Dans la vie je rencontre plein de musiciens sur la route et je vois à quel point la formation Sacré-Coeur-Mitchell-Montcalm et le programme en musique du Cégep de Sherbrooke sont solides et très en avance sur plusieurs écoles de concentration musique du Québec", souligne le chanteur, avant de raconter une anecdote pour appuyer ses dires.

"Lorsque j'ai commencé mes cours en jazz à l'Université de Montréal, je me suis rendu compte que je savais beaucoup plus de choses que les autres étudiants. J'aurais pu passer l'examen final au premier jour parce que j'avais déjà tout appris au Cégep de Sherbrooke !".

Le nouvel EP "L'Homme allumette est disponible sur I-tunes et sur les différentes  plates-formes numériques. Pour plus de  détails sur cet artistes, visitez le www.jipedalpe.com.

 

"L'Homme allumette" : Le nouveau CD de jipé Dalpé

Actualités Sympatico, 25 février 2015

Dans une formule éclatée de « chansons et breuvages récréatifs », le Sherbrookois Jipé Dalpé a fait le lancement de son nouveau CD, mardi soir, au restaurant Ô Chevreuil. Chaque chanson présentée de « L’homme allumette » était assortie à un alcool spécifique.

C’était important pour l’auteur-compositeur-interprète de procéder au lancement de ce mini-album de cinq chansons à Sherbrooke. « Parce que je viens d’ici. J’ai la mémoire longue. J’ai fait l’école ici. J’ai fait les bars ici. Je suis attaché à mon monde. Je ferai toujours ça, commencer par Sherbrooke », dit-il. 

Plus énergique, plus rock, « L’homme allumette » va dans des contrées jusqu’ici inexploitées par l’artiste. « Mon précédent album était plus intime, plus introspectif. Ma musique allait plus avec ça. C’était un album plus tranquille. C’est peut-être en réaction à ça. À force de faire de la tournée, j’ai eu envie de faire quelque chose de plus rock, de plus « dans ta face! ». Avec « L’homme allumette », on fout le feu! C’est un laboratoire. C’est embryonnaire. Ça va faire le pont entre le dernier album et celui qui sortira dans un an », explique-t-il.

Eloi Painchaud, François Lafontaine, Gaële et Yann Perreau ont collaboré à l’album. 

 

La liberté de créer sans attente

Alice Côté-Dupuis, La Bible Urbaine, 25 février 2015

L'auteur-compositeur-interprète Jipé Dalpé lance le EP "L'Homme allumette". 

En pleine création de son troisième album et trois ans après la sortie de son second, l’auteur-compositeur-interprète Jipé Dalpé a décidé de se faire plaisir et de ressortir cinq de ses compositions qui n’étaient pourtant pas destinées à un album sur un EP intitulé L’homme allumette. Le fait de ne pas créer pour un opus concret et homogène semble avoir donné à l’artiste une plus grande liberté de s’ouvrir et de tester de nouvelles sonorités avant le prochain gros projet.

Un dynamisme nouveau, des envolées vocales plus poussées et des trompettes et autres cuivres en quantité appréciable, voilà ce qui étonne mais ravit sur L’homme allumette. Co-réalisé par Éloi Painchaud (Jorane, Elisapie), François Lafontaine (Marie-Pierre Arthur, Karkwa), Pierre Fortin (Mara Tremblay, Galaxie) et lui-même, le mini-album possède de nombreuses couleurs et influences, glanées ici et là au fil des collaborations, et majoritairement festives.

Le premier extrait «Ne craque pas pour un homme», effectivement très radiophonique, montre des solos de trompette dynamiques entre les couplets plutôt que la traditionnelle guitare, pendant que Dalpé chante sa passion pour une fille, qui ne joue pourtant pas dans son équipe (un texte imagé, issu d’une plume aguerrie).

«Attends pas», quant à elle, se révèle également plus pop avec ses sonorités électroniques, mais démontre aussi une belle touche de piano en plus de la trompette, instrument de prédilection du musicien. C’est ce morceau qui laisse entendre toute la puissance et la maîtrise vocale de l’artiste, qui a complètement réarrangé à sa façon cette chanson dont les paroles de Yann Perreau avaient d’abord été écrites pour l’artiste française Gaële.

Les ambiances énergiques et les envolées de Dalpé plaisent tout au long de L’homme allumette, mais ses pièces plus introspectives, dans l’émotion, comme «On ne se rappelle pas», amènent aussi une sensibilité nouvelle au EP. Reconnaissant les problèmes d’une relation qui bat de l’aile, il se demande de jolie façon si «le bonheur flou / c’tu la faute à la corde au cou?».

La mélodieuse «Dans les vapes» vient clore ce mini-album plutôt hétéroclite et étonnant, mais empreint d’une belle liberté créatrice et sympa, même s’il n’est pas enlevant et qu’il demeurera sans doute simplement un projet de transition entre deux albums qui sera probablement vite mis de côté.

Le EP L’homme allumette de Jipé Dalpé est paru sous l’étiquette Tapamal le 17 février 2015. L'avis de la rédaction : ***1/2

 

À faire aujourd'hui : Jipé Dalpé

Journal Métro, 25 février 2015

L'énergique multi-instrumentiste, qu'on a vu aux côtés de multiples artistes de la scène musicale québécoise, dont les trois accords, et qui a agit à titre de réalisateur, notamment pour Vincent Vallières, lance ce soir son tout nouveau EP, L'Homme allumette. Ce mini-album, aux accents plus rock et électro, a été coréalisé par un collectif formé d'Éloi Painchaud, François Lafontaine et Pierre Fortin.

Verre Bouteille - 2112, av. du Mont-Royal Est - infos : 514 521-9409

En formule 5 à 7 - Prestation à 18h

 

Nouveau ! Jipé Dalpé, L'Homme allumette

Alexandre Turcotte, BRBR TFO, 24 février 2015

Il est très facile de tomber sous le charme de Jipé Dalpé, et encore plus facile de tomber en amour avec son œuvre. L’auteur-compositeur-interprète originaire de Sherbrooke, qui a fait paraître son deuxième album en 2012 (La tête en bois), revient cet hiver avec un EP fort divertissant et bien roulé. Intitulé L’homme allumette, cette œuvre-feu d’artifice beaucoup trop courte, tangue entre l’amour et la fête. Alors que son troisième album est prévu pour 2016, les cinq titres tout feu tout flamme parus le 17 février sauront faire patienter les plus empressés.

Coréalisé avec Eloi Painchaud (Jorane, Elisapie Isaac), François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur) et Pierre Fortin (Galaxie, Mara Tremblay), L’homme allumette est réjouissant d’un bout à l’autre.

La trompette nous accueille; un peu, beaucoup, passionnément… Ce sont les cuivres, et particulièrement  la trompette, qui happent l’auditeur après une écoute. Il y a aussi beaucoup d’emphase, d’emportement, de joie et d’amour.

D’abord, le beat ouvre la porte bien tranquillement et, ensuite, la voix de Jipé enfle et s’étend avec fraîcheur. Cette voix qui gonfle et s’exalte rappelle d’emblée l’intonation de Yann Perreault; chose curieuse, car l’auteur signe justement le texte de la chanson. La poésie de Perreault accueille donc l’auditeur sur Attends pas, pièce où Jipé déploie sa voix avec brio et avec passion. Il se donne une liberté rafraîchissante.

Ne craque pas pour un homme est terriblement pop. Il s’agit d’une magnifique petite ode à l’amour avec un brin d’humour. La piste s’emploie à nous faire taper du pied. Son rythme très jazzé est enivrant et la trompette se fait aller bien facilement un peu partout entre les refrains.

« Ne mélange pas orange et pomme », prévient-il en nous racontant avec emphase cette jolie histoire. Cette fille « si belle » fait perdre la tête à plusieurs jeunes coqs et s’avère plutôt intéressée à la gent féminine qu’aux hommes. Jipé Dalpé a concocté une piste très dansante qui fait autant plaisir aux radios qu’à votre dévoué serviteur. Au contraire, la richesse, la simplicité et l’élégance de sa piste nous font monter le sourire aux lèvres. C’est avec humour et sur un ton bonenfant qu’il déploie son histoire avec un rythme soutenu et entraînant.

Le travail de Jipé Dalpé n’aurait pas cette couleur flamboyante et divertissante sans ses arrangements riches et l’emblématique son de la trompette.

Bon à rien est une chanson un peu plus douloureuse où l’auteur se complaît avec contrition et un brin d’amertume. « Je fais tout de travers / j’ai le cœur à l’envers / elle est partie trop loin / je suis bon à rien / quand elle a besoin de moi / ça fait juste un mal de chien / quand elle me glisse entre les mains.»

Le mini-album se clôt avec la douce chanson Dans les vapes où l’auteur y raconte sa nouvelle condition d’ancien toxicomane. « Pour toi reprendre ma vie / reprendre soin de toi aussi / ne plus te laisser tomber / pour planer dans l’ébriété ». Un beau finale un peu mélancolique, mais bien traité, avec toujours le même rythme et le même entrain appuyé par la trompette.

Il ne s’agit certainement pas du meilleur album de la saison, mais il saura à coup sûr vous réchauffer et vous faire passer un bon moment.

 

Entrevue

Valérie Girard, Le matin tout est possible, Rythme FM Estrie, 24 février 2015

www.rythmefm.com\estrie

 

Jipé Dalpé lance L'Homme allumette

Québec Spot Média, 24 février 2015

Durant sa dernière tournée de près de 100 spectacles de son album La tête en bois, en bon hyperactif artistique et en infatigable créateur qu’il est, Jipé Dalpé nous a concocté un mini-album (EP) de 5 chansons : L’homme allumette. Il l’a co-réalisé avec un collectif de réalisateurs-arrangeurs chevronnés: Éloi Painchaud (Jorane, Elisapie Isaac, musiques de films), François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur, Arthur H) et Pierre Fortin (Galaxie, Dale Hawerchuk, Mara Tremblay).

En plus de ce collectif, on retrouve deux belles collaborations artistiques sur l’album. La première étant la chanson Attends pas pour laquelle Jipé a apposé la musique sur des paroles de Yann Perreau. La deuxième collaboration concerne la chanson Bon à rien, dont Jipé Dalpé cosigne le texte avec Gaële, une collaboratrice et une complice de longue date.

L’album L’homme allumette est disponible depuis le 17 février 2015 via iTunes, Amazon, Zik et autres plateformes numériques. Le premier extrait radio Ne craque pas pour un homme tourne sur les ondes de plusieurs stations de radio à travers la province dont CKOI Montréal et Québec, WKND, NRJ Québec et ICI Musique.

Un mini-album qui se veut un pont entre l’univers de La tête en bois et le prochain disque. Une parenthèse, un point de chute, un laboratoire créatif, une bougie d’allumage avant de mettre le feu à une nouvelle page musicale.

Le dernier album avait un son folk épuré, chaleureux, avec des textes personnels et intimistes. L’homme allumette est plus énergique avec une touche plus rock et des petits emprunts à l’électro, des textes poétiques imagés, mais directs, caractéristiques de la plume de Jipé Dalpé. Un album avec ce qu’il faut d’audace, de punch, de pétillant, de sensibilité, mais sans jamais perdre en chemin la force des mélodies accroche-cœurs et des refrains fédérateurs.

La trompette et les arrangements de cuivres signés Dalpé sont plus présents que jamais et viennent enrichir le tout, faisant planer ou donnant du muscle aux « chansons-étincelles » de L’homme allumette.

Plusieurs spectacles sont à prévoir dont une tournée en Europe à l’automne 2015 (France, Suisse et Belgique). De plus, encore cette année, Jipé est à nouveau à la direction artistique et à la mise en scène du Cabaret de la nuit blanche au Monument national dans le cadre du festival Montréal en Lumière qui aura lieu le samedi 28 février de 21h à 3h.

Et question que la création ne prenne pas de relâche, il terminera l’écriture et l’enregistrement de son 4e album, dont la sortie est prévue pour 2016 !

 

 

Enflammée, avec Jipé Dalpé

Laura Martin, La Tribune, 21 février 2015

EN 2012, Jipé Dalpé bûchait son deuxième album, La tête en bois. Cette semaine, son EP L'homme allumette craquait sur le web. Même si ses cinq pièces toutes chaudes ont été allumées avec les vieilles branches de son oeuvre, l'auteur-compositeur-interprète n'annonce pas d'autodafé. Il manifeste plutôt la fureur de brasser les tisons, de cultiver sur les brulis de ses chants passés. Lors d'un 5 à 7 de lancement, mardi à la taverne Ô Chevreuil, le Sherbrookois partagera son rock incandescent, avec sa trompette étiquette en guise d'accélérant. 

Quel est le lien émotif entre ces deux albums, dont les titres se répondent ?

La plupart des chansons du minialbum ont été composées vers la fin de la tournée de La tête en bois, qui a duré un an de plus que prévu. Pendant que quelque chose s'éteignait, autre chose s'allumait. En spectacle, je chantais des pièces plus introspectives, plus personnelles, alors que j'avais envie que ça craque, que ça rocke. Cet album, je l'ai donc fait en réaction au précédent. Je le vois comme un point de chute, une marque de la direction que je souhaite prendre. Comme une petite étincelle dans l'attente du prochain album. 

Quatre réalisateurs (Éloi Painchaud, François Lafontaine, Pierre Fortin et toi) pour cinq chansons, ça fait beaucoup de monde autour du feu de camp...

Je n'ai jamais décidé de faire un disque. Il m'a pris par surprise quand j'ai réalisé que mes nouvelles pièces formaient une petite famille. Je n'ai donc jamais choisi de réalisateur. J'avais déjà travaillé certaines des chansons avec les gars pendant l'enregistrement de La tête en bois, mais je suis retourné les pimper.

La petite histoire derrière l'extrait radio Ne craque pas pour un homme, sur une romance impossible, se raconte-t-elle ?

Dans un cabaret à Montréal, on m'a imposé l'exercice ultime de composer une chanson à partir d'une liste de mots choisi par le public. DE mémoire, il y avait "pomme" et "testostérone", entre autres. J'en ai fait ma toune lesbienne ! J'aime son côté juvénile et échevelé. J'ai beaucoup d'amies gaies. Il m'est déjà arrivé de tripper sur une fille extraordinairement belle et autour de qui tous les gars tournaient. Ça m'avait pris beaucoup trop de temps avant de réaliser que nous n'avions pas exactement la même quête, elle et moi...

Bon à rien et On ne se rappelle pas évoquent la flamme des amoureux qui vacille avant de s'éteindre. Ta séparation d'avec Gaële, complice et copine depuis des années, a-t-elle allumé ta mèche créative ?

Étrangement, ces chansons existaient avant que surviennent "les grands changements". Cette réflexion prémonitoire sur l'usure du couple était aussi déjà présente sur La tête en bois. Mon travail d'auteur est d'emmagasiner les bad lucks comme les bons coups. Quand je m'assois avec mon crayon, il y a des choses qui poussent pour plus fort pour sortir.

Puisque tu as conçu cet album pour une combustion rapide, on suppose qu'il n'y aura pas de tournée...

On dirait que ce disque veut vivre fort, malgré moi. Quelques dates de festivals seront donc annoncées et une tournée en Europe s'organise. Entre des contrats de réalisation et de mise en scène, je remplis tranquillement le sac à idées de mon prochain album. Le slameur David Goudreault, dont j'ai réalisé l'album, m'a déjà proposé deux textes.

 

Entrevue

Martine Blanchard, L'heure de pointe Acadie, ICI Radio Canada, 20 février 2015

www.ici.radio-canada.ca/l_heure_de_pointe_acadie

 

Le souffle d’inspiration de Jipé Dalpé

Cynthia Dubé, Le Sherbrooke Express, 19 février 2015

SHERBROOKE - En plein processus de création pour un troisième album, Jipé Dalpé était tout simplement trop impatient d’offrir à son public de nouvelles chansons. Du coup, il lance «L’homme allumette», un EP comprenant cinq chansons. Très attaché à sa ville natale, le Sherbrookois d’origine tenait d’abord à présenter ses nouvelles pièces aux gens d’ici…

C’est à la taverne O’Chevreuil, mardi prochain, que l’auteur-compositeur-interprète lancera son EP «L’homme allumette». Les cinq chansons sont en quelque sorte la continuité de son précédent album «La tête en bois» et une parenthèse en attendant le suivant.

«La plupart des chansons qui se retrouvent sur mon nouvel EP ont été écrites pendant la tournée de «La tête en bois», qui a duré deux ans. Je m’enlignais pour écrire un nouvel album complet, mais j’ai vite réalisé que je n’avais pas la patience d’attendre que tout soit fini pour présenter mes chansons. J’ai donc eu l’idée de sortir un EP. Mais les chansons qui sont sur ce EP ne se retrouveront pas sur le prochain album. C’est une parenthèse. J’ai plein d’autres chansons en chemin!», indique Jipé Dalpé.

Contrairement à «La tête en bois», très intimiste, «L’homme allumette» propose une musique plus énergique. « Même s’il y a des balades, l’essence de ce EP est plus musclée. Musicalement, j’avais envie d’explorer quelque chose de plus rock et énergique.»

Parcours musical

Jipé Dalpé a découvert la musique très tôt dans sa vie. Il fait partie des musiciens sherbrookois à avoir fait le parcours scolaire Sacré-Cœur-Mitchell-Montcalm, ainsi que le DEC en jazz au Cégep de Sherbrooke.

«Je ne le savais pas à ce moment-là, mais c’est le plus beau cadeau que je me suis fait! Dans la vie, je rencontre plein de musiciens sur la route et je vois à quel point la formation Sacré-Cœur-Mitchell-Montcalm et le programme en musique du Cégep de Sherbrooke sont solides et très en avance sur plusieurs écoles de concentration musique du Québec», souligne le chanteur, avant de raconter une anecdote pour appuyer ses dires.

«Lorsque j’ai commencé mes cours en jazz à l’Université de Montréal, je me suis rendu compte que je savais beaucoup plus de choses que les autres étudiants. J’aurais pu passer l’examen final au premier jour, parce que j’avais déjà tout appris au Cégep de Sherbrooke!»

Le nouvel EP «L’homme allumette» est disponible sur I-Tunes et sur les différentes plates-formes numériques. Pour plus de détails sur cet artiste, visitez le www.jipedalpe.com.

 

 

Entrevue et prestations

Pierre Borduas, Zik.ca, 19 février 2015

Partie 1

Partie 2

Partie 3

 

Entrevue

Véronique Saumure, La Vie en estrie, TVA, 18 février 2015

www.tvasherbrooke.com

 

@jipedalpe - L'homme allumette 7.5/10

Frédéric Bussières, Frédéric Bussière Poste d'Écoute, 17 février 2015

Petit virage Pop rappelant beaucoup l’univers d’Antoine Gratton. De bonnes mélodies efficaces et accrocheuses. Les cuivres sont toujours présents et agréable au travers ce passage du Folk à la Pop habillée de façon fort jolie. Sur ce trop court EP, la prose de Jipé surprend à nouveau avec bon nombre de belles trouvailles et sa poésie reste tout aussi imagée.

 

Jipé Dalpé : nourrir le feu

Dominic Tardif, La Tribune, La Presse, 4 février 2015

Jipé Dalpé a eu raison de faire sa tête dure. L'homme allumette, EP de cinq titres à paraître le 17 février, jette une nouvelle bûche dans le feu allumé en 2012 par son deuxième album.

Quelqu'un de plus ésotérique que Jipé Dalpé y lirait sans doute un message de l'univers, qui finit toujours par exaucer vos voeux juste au moment où vous cessez de le harceler. En 2012, le Sherbrookois d'origine se réconciliait sur son deuxième disque, La tête en bois, avec le chemin de traverse que sa carrière avait emprunté. Album du lâcher-prise et de la belle obstination, sur lequel le chanteur répétait ne pas vouloir lancer la serviette, tout en admettant humblement que sa vie d'artiste ne serait pas couverte des tapis rouges dont il avait rêvé à ses débuts. « Ce disque-là m'a bizarrement apporté beaucoup plus de succès alors que je n'espérais pas forcément les grands honneurs », observe-t-il aujourd'hui. La douce ironie.

Son nouveau EP L'homme allumette, à la fois appendice de La tête en bois et mise en bouche d'un prochain album complet à paraître en 2016, avance toujours dans la direction d'une assurance et d'une liberté accrues. Mais alors que l'abandon se manifestait surtout en 2012 dans ses textes aux allures de professions de foi envers la musique, les cinq nouvelles chansons de Dalpé respirent d'un désir de se prévaloir de toutes les couleurs à sa disposition. À commencer par Attends pas, sur laquelle Jipé déploie sa voix comme on ne l'en savait pas capable pendant que derrière, sa trompette et d'autres cuivres flamboient comme d'oniriques feux de Bengale.

« Je me suis battu avec la trompette à l'école », se rappelle-t-il au sujet de son instrument fétiche, qui avait pourtant peu été entendu sur ses enregistrements à lui. « La trompette, c'est terriblement exigeant, tu dois pratiquer quatre ou cinq heures par jour et pour moi qui voulais surtout écrire des tounes, ça ne fonctionnait pas. Je voulais mettre mon côté auteur-compositeur de l'avant. J'ai essayé d'arrêter d'en jouer, sauf que tout m'a ramené à la trompette. Je m'en fais énormément parler après les spectacles, mais on me faisait souvent remarquer qu'il n'y en a pas beaucoup sur mes albums. Là, j'en ai mis en masse. »

Éloge de la sobriété

L'homme allumette, on le disait, s'inscrit dans la même lignée que La tête en bois, qui contenait son lot de chansons-constats, mais aussi quelques titres plus guillerets dans le genre de Ne craque pas pour un homme, premier extrait de ce EP racontant l'histoire d'une fille qui fait flancher tous les gars, mais qui préfère les demoiselles.

Quant à Dans les vapes, confession d'un abonné aux paradis artificiels, la pièce pourrait indiquer une tempérance nouvelle chez celui qui chantait en 2008 son plaisir d'être Défoncé.

« Je n'ai pas de problème de consommation, assure Dalpé en rigolant [ouf!], mais comme j'aime beaucoup prendre un verre, je me soumets parfois à un exercice de prise de conscience et je me demande : "Est-ce que je bois trop?" J'ai adopté pour cette chanson-là l'angle du personnage pour qui c'est difficile et qui dit à sa blonde : "Pour toi, je ne boirai plus jamais, parce que je suis en train de me détruire." »

Nous lui rappelons qu'il avait décliné la bière que nous lui avions offerte en avril dernier lors du lancement de l'album La faute au silence de David Goudreault (dont il signe la réalisation). « Je suis un déséquilibré, il n'y a pas beaucoup de zones de gris dans ma vie. Alors parfois, juste pour me souvenir que c'est moi qui ai le contrôle, j'aime ça tout arrêter pendant quelques semaines. Ça me grounde et je me réveille de bonne humeur. C'est plus le fun que de se réveiller scrap, surtout que je suis un bourreau de travail. Être totalement sobre, terre à terre, ne pas pouvoir se mentir, ça m'ouvre des portes merveilleuses pour créer. La sobriété totale, c'est étonnement un super moteur. »

D'un moteur fiable, Dalpé en a particulièrement besoin à l'heure où ses services de réalisateur et de musicien accompagnateur sont de plus en plus sollicités et que ses chansons séduisent sans cesse de nouveaux adhérents. Il retournera cet automne en Europe, sa deuxième maison, pour une énième tournée - il compte parmi les artistes québécois qui jouent le plus souvent de l'autre côté de la flaque.

« Je n'ai jamais été aussi heureux quand je fais de la musique qu'aujourd'hui », dit-il. La phrase résonnerait comme un gros cliché dans la bouche de n'importe qui d'autre, ou presque, mais pas dans la sienne. « J'ai mis de côté toutes les petites patentes qui m'éloignent de l'essentiel et j'ai arrêté de m'attarder à tout ce qui n'a pas rapport. Ça doit être une pas pire méthode, parce ça donne des résultats. » On prend des notes.

 

Jipé Dalpé présente Ne craque pas pour un homme et annonce un EP pour février

Québec Spot Média, 21 janvier 2014

L’auteur-compositeur-interprète Jipé Dalpé présente Ne craque pas pour un homme, le premier extrait tiré de son prochain opus, L’Homme allumette.

Ne craque pas pour un homme aborde avec humour et légèreté, le sujet délicat d’un amour impossible entre un homme et une femme aux goûts…différents! Un rythme soutenu et mordant, des arrangements riches et, bien entendu, l’emblématique son de la trompette de Jipé Dalpé apportent au morceau une séduisante touche vintage. À peine lancée, la chanson tourne déjà sur les ondes de CKOI Montréal, NRJ Québec, ICI Musique ainsi que sur les ondes de plusieurs radios à l’échelle de la province.

En attendant la sortie de son troisième album prévue pour 2016, l’artiste a trouvé le temps de composer les 5 titres inédits qui composent L’Homme allumette. Cet EP, co-réalisé avec Eloi Painchaud (Jorane, Elisapie Isaac), François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur) et Pierre Fortin (Galaxie, Mara Tremblay), est déjà disponible en prévente sur iTunes. À titre de bonus à l’achat, la chanson Attends pas (texte signé Yann Perreau) nous est révélée pour notre plus grand bonheur.

Jipé Dalpé sera en spectacle à Sherbrooke le 24 janvier prochain. Pour toutes les autres dates, consultez son tout nouveau site: JipeDalpe.com.

À propos de Jipé Dalpé

Depuis la sortie de son album « Les préliminaires » en 2008, Jipé Dalpé s’est taillé une place de choix dans le paysage musical. Il a promené ses chansons à travers le Québec et sur les routes d’Europe, en plus d’assurer pendant deux ans, toutes les premières parties de Vincent Vallières ainsi que celles du spectacle Nous, de Daniel Bélanger. Multi-instrumentiste incroyablement versatile, il a agit à titre de musicien accompagnateur – collaborant sur scène comme sur disque – et de réalisateur (Vincent Vallières, Les Trois accords, Yann Perreau, Gaële, Sylvie Paquette, Edgar Bori, Tricot Machine, 3 gars su’l sofa, David Goudreault, etc.).

 

Jipé Dalpé présente Ne craque pas pour un homme et annonce un EP pour février

Marie-José Boucher, Info-Culture.biz, 21 janvier 2014

L’auteur-compositeur-interprète Jipé Dalpé présente Ne craque pas pour un homme, le premier extrait tiré de son prochain opus, L’Homme allumette.

Ne craque pas pour un homme aborde avec humour et légèreté, le sujet délicat d’un amour impossible entre un homme et une femme aux goûts…différents! Un rythme soutenu et mordant, des arrangements riches et, bien entendu, l’emblématique son de la trompette de Jipé Dalpé apportent au morceau une séduisante touche vintage. À peine lancée, la chanson tourne déjà sur les ondes de CKOI Montréal, NRJ Québec, ICI Musique ainsi que sur les ondes de plusieurs radios à l’échelle de la province.

En attendant la sortie de son troisième album prévue pour 2016, l’artiste a trouvé le temps de composer les 5 titres inédits qui composent L’Homme allumette. Cet EP, co-réalisé avec Eloi Painchaud (Jorane, Elisapie Isaac), François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur) et Pierre Fortin (Galaxie, Mara Tremblay), est déjà disponible en prévente sur iTunes. À titre de bonus à l’achat, la chanson Attends pas (texte signé Yann Perreau) nous est révélée pour notre plus grand bonheur.

Jipé Dalpé sera en spectacle à Sherbrooke le 24 janvier prochain. Pour toutes les autres dates, consultez son tout nouveau site: JipeDalpe.com

À propos de Jipé Dalpé

Depuis la sortie de son album « Les préliminaires » en 2008, Jipé Dalpé s’est taillé une place de choix dans le paysage musical. Il a promené ses chansons à travers le Québec et sur les routes d’Europe, en plus d’assurer pendant deux ans, toutes les premières parties de Vincent Vallières ainsi que celles du spectacle Nous, de Daniel Bélanger. Multi-instrumentiste incroyablement versatile, il a agit à titre de musicien accompagnateur – collaborant sur scène comme sur disque – et de réalisateur (Vincent Vallières, Les Trois accords, Yann Perreau, Gaële, Sylvie Paquette, Edgar Bori, Tricot Machine, 3 gars su’l sofa, David Goudreault, etc.)

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés