Dossier de presse de Kain

Kaïn: un sixiè album plus mature selon Éric Maheu

Sébastien Roy, L'Éclaireur Progrès, 7 novembre 2017

Le groupe Kaïn vient de lancer un sixième album, «Welcome bonheur», un disque que le bassiste du groupe, Éric Maheu, qualifie de plus mature que les précédents.

Une maturité qui se ressent au niveau des thèmes abordés dans les paroles, notamment dans «Dollaraman Blues» où le quatuor y fait une critique de la société et dans «La vie à mort» qui, malgré ce que le titre laisse sous-entendre, est un appel à vivre. «Le texte est à l’opposé du titre. Ce qu’il dit, c’est de mordre dans la vie à mort.

Cette pièce conclut l’album de 11 chansons. Elle met l’accent sur les paroles du chanteur Steve Veilleux alors que seule une musique au piano l’accompagne. «Nous n’aurions jamais fait ça avant, une chanson juste au piano et la voix. C’est Éloi Painchaud [le réalisateur] qui nous a amenés à le faire et je trouve que ça fait mature de terminer le disque avec elle», mentionne le Georgien.

[ • • • ]

Kaïn n’a toutefois pas abandonné ce qui a fait son succès par le passé. Plusieurs des œuvres ont un rythme entraînant, dont le premier extrait «Comme un bum», dont les paroles ont été écrites par Éric Maheu, tandis que Steve Veilleux a composé la musique. «J’ai écrit les paroles alors que j’étais dans le stationnement d’un garage au Lac-Saint-Jean. Je les ai envoyées à Steve en lui disant que ça pourrait faire une bonne chanson pour Kaïn. Au bout de 20 minutes, il m’a envoyé la musique et on a décidé de la mettre sur l’album et d’en faire le premier extrait», raconte le bassiste.

Le lancement de cet album survient quatre ans après la parution de «Pleurer pour rire». «Nous voulions prendre le temps de bien faire les choses et de bien s’entourer. Nous souhaitions aussi prendre du temps pour nos familles et nous. J’ai aussi amené la sobriété dans ma vie depuis deux ans et ces deux années ont servi à bon escient pour ce nouveau processus qu’est Welcome bonheur».

Au Cabaret des amants

C’est avec une version intime et acoustique de «Laisse-toi exister» que le spectacle de Kaïn prévu le 17 novembre au Cabaret des amants commencera. «Nous voulons que les gens comprennent le message que le spectacle, tout comme l’album, est un voyage vers le bonheur», précise-t-il, ajoutant que les spectateurs retrouveront le Kaïn festif et rassembleur des précédents spectacles

Les billets sont en vente au coût de 35 $. Un groupe devrait jouer en première partie de Kaïn. Toutefois, M. Maheu n’a pas pu confirmer l’identité du groupe lorsque rencontré par le Journal.

 

ENTREVUE

Marie-Christine Bernard, Téléjournal, TVA, 6 octobre 2017

http://tva.canoe.ca/

 

ENTREVUE

Simon Roy-Marel, Énergie du matin, Énergie 94,5, 6 octobre 2017

http://www.iheartradio.ca

 

ENTREVUE

Marie-Christine Bernard et Mathieu Beauregard, Bonjour Saguenay, Rythme FM 98,3, 6 octobre 2017

http://saguenay.rythmefm.com

 

ENTREVUE

Marie Gionet, CHIP FM, 4 octobre 2017

http://chipfm.com

 

PERFORMANCE

Maxim Marin et Marie-Claude Savard, Chez Max!, Énergie, 29 septembre 2017

 

Entrevue

Sophie Bernier, TJ Extra, Radio-Canada ICI Télé, 29 septembre 2017

http://ici.radio.canada.ca/tele.com

 

L’album « Welcome Bonheur » de Kaïn se hisse en première position des ventes au Québec

Lien Multimédia, 28 septembre 2017

Après six lancements à travers le Québec (Drummondville, Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke), les ventes ne cessent de grimper et les critiques élogieuses fusent de partout.

L’album « Welcome Bonheur » de Kaïn se hisse en première position des ventes au QuébecKaïn.Photo: Courtoisie

Le groupe entame une tournée cet automne et s’arrêtera entre autres au Club Dix30 de Brossard le 3 novembre prochain et à la Salle J-Antonio-Thompson de Trois-Rivières le 23 novembre 2017.

Pour connaître toutes les dates de la tournée : kain.ca/spectacles.

Source : Musicor

 

Le mur du son

La Concorde, 27 septembre 2017

Mine de rien, le groupe Kaïn compte déjà 17 années d’existence et cinq albums en carrière. En voilà un sixième à son actif, et cela, quatre ans après la parution de Pleurer de rire. Loin de délaisser ce qui a fait son succès, la bande de Steve Veilleux et d’Éric Maheu récidive avec un cocktail de nouvelles pièces rock et plus rythmées, comme Welcome bonheur, chanson-titre de l’album, et Comme un bus, premier extrait, et de ballades. En tout, pas moins de 11 titres se retrouvent sur ce nouvel opus, toujours à la sonorité rassembleuse, qui feront le bonheur des nombreux fans de Kaïn.

 

Le mur du son avec... Kaïn, Bruce Cockburn et Sunfields

Benoit Bilodeau, Le Nord Info, 27 septembre 2017

Kaïn: Welcome bonheur (Musicor) – [http://kain.ca] – Mine de rien, le groupe Kaïn compte déjà 17 années d’existence et cinq albums en carrière. En voilà un sixième à son actif, et cela, quatre ans après la parution de Pleurer de rire. Loin de délaisser ce qui a fait son succès, la bande de Steve Veilleux et d’Éric Maheu récidive avec un cocktail de nouvelles pièces rock et plus rythmées, comme Welcome bonheur, chanson-titre de l’album, et Comme un bum, premier extrait, et de ballades. En tout, pas moins de 11 titres se retrouvent sur ce nouvel opus, toujours à la sonorité rassembleuse, qui feront le bonheur des nombreux fans de Kaïn.

[...]

 

Welcome bonheur de Kaïn, le retour de la machine à succès

CHOQ FM 105,1, 26 septembre 2017

choqfm.ca

Le célèbre groupe de Drummondville Kaïn lance depuis quelques jours son, déjà – 6ème album, l’excellent Welcome Bonheur, dont le premier extrait est déjà dans notre Palmarès.

Et de bonheur il est question au micro de Guillaume Lorin, puisque le chanteur et guitariste Steve Veilleux, auteur de la plupart des titres de ce nouvel opus, nous raconte comment il a vu le jour après 4 années de réflexion et de recentrage, pour arriver à ce nouvel équilibre musical, pour le moins réjouissant!

Musique!

 

Kaïn au N. 1 des ventes!

L'Écho de Lévis, 26 septembre 2017

Après six lancements à travers le Québec (Drummondville, Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke), les ventes ne cessent de grimper et les critiques élogieuses fusent de partout.

Le groupe entame une tournée cet automne et s’arrêtera entre autres au Club Dix30 de Brossard le 3 novembre prochain et à la Salle J-Antonio-Thompson de Trois-Rivières le 23 novembre 2017. Pour connaître toutes les dates de la tournée: http://kain.ca/spectacles/

Ce qu’ils en ont dit

«On a attendu 4 ans avant de pouvoir entendre le nouvel album de Kaïn qui est disponible en magasin depuis vendredi passé. L’attente valait le coup! L’album s’écoute comme du bonbon. Un délice pour les oreilles!»

[ • • • ]

Karina Dionne, L’Écho de Lévis

«Tsé quand tu vises au plein milieu de ta cible, ça sonne comme ça!! […] L’honnêteté étant là, tu ne peux qu’adhérer!»

Sylvain Ménard, Puisqu’il faut se lever, 98,5

«Entre les pièces rock, plus rythmées et les ballades, les membres de Kaïn arrivent à faire bouger, à toucher et à faire sourire. Nous sommes en terrain connu, mais force est d’admettre que la recette de leur succès est bien dosée, éprouvée, et qu’elle fera encore le bonheur de ceux et celles qui les suivent depuis plus de quinze ans.»

François Marchesseault, Ici Musique

«[…] musicalement parlant, le quatuor se fait coquinet et opte pour une direction plus rock… sans toutefois perdre ses points de repère folk et country ainsi que ses inclinaisons pop, bien sûr. […] réalisation incroyable d’Éloi Painchaud […]»

André Péloquin, L’échelle à Péloquin, Journal de Montréal

«C’est l’antidote idéal pour les jours moroses fait avec beaucoup de cœur au ventre. […]

Welcome bonheur, c’est un aller-simple pour une belle ride touchante et spontanée.»

Jocelyn Legault, Alt. Rock Press

«[…] fans de Kaïn, rassurez-vous. Le son de votre groupe favori n’a pas changé. Le folk rock fédérateur qui vise le coeur des auditeurs demeure le pain et le beurre du groupe.»

Raphaël Gendron-Martin, Journal de Montréal

«[…] on y trouve aussi une réalisation efficace à la Mumford and Sons et des chansons parfaites pour jouer à la radio commerciale.»

Benoit Valois-Nadeau, Métro

«Les fans seront heureux de retrouver le son folk rock qu’ils connaissent et apprécient, et ils découvriront qu’un nouveau souffle est apporté; la présence de John, une sagesse affirmée et assumée et une ouverture au bonheur, le confirme. (Welcome bonheur, welcome Kaïn!)»

Marie-Hélène Amyo, MatTv.ca

 

Kaïn de retour en force avec un nouvel album!

Alexane Drolet, La Clicq, 23 septembre 2017

Le groupe Kaïn revient plus heureux que jamais avec un tout nouvel album rafraichissant et touchant nommé Welcome Bonheur. Jai eu le plaisir de m’entretenir avec la formation quelques minutes avant leur grande entrée montréalaise.

Welcome Bonheur est l’aboutissement de plusieurs mois de travaille. Après 4 ans de silence, où le groupe jouait des spectacles, les fans avaient très hâte d’entendre ce qu’est maintenant le 5eim album en 17 ans de carrière pour Kaïn.

« Pour nous, c’est important de toujours garder en tête le désir de rendre les gens heureux. C’est notre mission et c’est aussi ce qui a guidé notre dernier album ainsi que tous les autres. Ceci etant dit, quelques chansons un peu plus touchantes sont aussi essentielles afin de preserver l’identité du groupe et ce qu’on sait le mieux faire » m’a confié Steve Veilleux, chanteur du groupe. Pour Kaïn, le but ultime est d’amenner une ambiance de party peu importe où ils sont.

[ • • • ]

Le processus d’écriture a été plutôt long mais l’attente en vaut la peine. J’ai l’impression que les gars ont pris leur temps afin de remettre un produit vraiment à la hauteur! Le public du club soda était visiblement très heureux de retrouver Kain. Le groupe semblait très satisfait sur scène. Même s’ils ont seulement joué que 5 petites chansons, les fans étaient ravis. « Ce soir cest simplement pour teaser nos fans et aussi leur montrer que nous sommes  toujours présents, on va revenir c’est certain! » Le bassiste, Eric Maheu, tenait a mentionner son enthousiame à remettre les pieds sur scène.

L’album est un succès sur toute la ligne. Chaque chanson rend justice à l’attente. L’album Welcome Bonheur est disponible dès maintenant sur Itunes!

 

Le nouvel équilibre de Kaïn

Josée Lapointe, La Presse, 23 septembre 2017

Welcome bonheur, leur cinquième album en 17 ans, arrive après quatre ans de silence. Quatre années où les membres de Kaïn ont continué à faire des spectacles, mais ont aussi pris le temps de se ressourcer. Discussion à bâtons rompus avec le chanteur et principal parolier du groupe, Steve Veilleux, et le bassiste Éric Maheu.

POURQUOI WELCOME BONHEUR ?

« Ça allait de soi, dit Steve Veilleux. On s’est installés enfin, on aspire à plus de calme et de sérénité. On a apporté cet équilibre sur le disque et dans nos familles. On touche enfin à ce bonheur dans toute sa simplicité. » Quatre ans séparent leur précédent album de Welcome bonheur, ce qui leur a permis d’essayer différents projets chacun de leur côté. Mais c’est le disque que Steve Veilleux a consacré aux poèmes de Gérald Godin en 2016 qui a eu le plus d’influence sur eux. « C’est un projet qui nous a allumés, confirme Éric Maheu. Ça nous a donné de l’ouverture d’esprit et une nouvelle approche pour les textes. » Steve Veilleux opine. « Tu ne rentres pas en studio si tu n’as pas quelque chose de nouveau à dire, si tu ne penses pas être meilleur. Ce détour qui n’en est pas un, il fallait le faire, parce que plusieurs chansons de cet album n’auraient pas pu être écrites. »

[ • • • ]

POURQUOI VIEILLIR ?

On le sent dans les nouvelles chansons de Kaïn : la vie rock and roll, qui fut trépidante et joyeuse, est terminée pour eux. Vieillir, dit Éric Maheu, leur a permis d’atteindre une certaine sagesse, et de prendre du recul. « On n’a jamais été aussi en forme », dit le bassiste, qui ne regrette pas ses années de party, mais qui est content d’être passé à une autre étape. « J’ai eu du fun noir, mais j’en ai encore ! Plus que jamais, même. Ces gestions émotionnelles de lendemain de veille, ça complique la vie. » « On l’a fait naïvement, comme on rêvait de le faire, sans demi-mesure, ajoute Steve Veilleux. À l’époque, tu nous aurais parlé d’équilibre dans une entrevue et on serait partis ! Ma phrase typique, c’était : le juste milieu me lève le cœur. Si je trouve ça drôle, c’est parce qu’on a réussi à tourner la page. »

POURQUOI ÊTRE DANS UN GROUPE ?

« Il y a une force dans le groupe, avance Steve Veilleux. Les victoires sont multipliées par quatre, les défaites, absorbées et réparties. » Éric Maheu est d’accord. « C’est drette ce que j’allais dire. On prend et on donne des coups ensemble, on fait des mauvais coups ensemble. Et puis, sans sortir la théorie des kids dans le carré de sable… » Steve : « Ça y est, tu l’as dit ! » (rires). Éric Maheu continue. « Mais tu sais, j’ai essayé de faire des affaires en solo. Je joue avec les trois quarts du bottin de l’Union, mais je reviens toujours à Kaïn, ma famille. C’est comme si j’allais dans un orphelinat chaque fois que je joue avec quelqu’un d’autre… »

POURQUOI FAIRE ENCORE DES DISQUES ?

« Nous, ce qu’on aime, c’est faire des shows, dit Steve Veilleux. C’est pour ça qu’on fait une tournée de lancement avant même de partir en tournée ! Mais il me semble que ce serait effronté de ne pas avoir un nouvel album avec nous. Ce serait paresseux et égoïste de ne pas vouloir se jeter dans des zones dangereuses de création, de proposer juste une ou deux chansons et de se servir de ça comme prétexte pour faire une nouvelle tournée. Ce serait gênant. »

POURQUOI VOS CHANSONS FONCTIONNENT-ELLES PLUS EN RÉGION QU’EN VILLE ?

« C’est souvent une question de perception médiatique », dit Steve Veilleux, qui affirme que Kaïn remplit ses salles autant à Montréal qu’ailleurs au Québec. « Mais c’est vrai que la portée rassembleuse de notre musique nous permet de jouer partout, tout le temps. On est conscients de ça, on ne le nie pas. Les gens de toutes ces belles régions s’associent et s’identifient à nous. » C’est clair, Kaïn n’attend ni après les radios ni après les critiques. « On a une belle place dans le portrait musical québécois, dit Steve Veilleux. La place qu’on s’est travaillée, parce qu’on n’a certainement rien gagné avec Kaïn, on est fiers de l’avoir et les gens nous le rendent bien. »

POURQUOI UN NOUVEAU KAÏN ?

Si Welcome bonheur a été enregistré par le noyau original du groupe, formé de Steve Veilleux, Éric Maheu, Yanick Blanchette (batterie) et Patrick Lemieux (guitare), ce dernier a quitté le bateau à la fin du processus. « L’enregistrement d’un album, c’est un gros partage d’intimité, dit Steve Veilleux. En voyant la tournée qui s’en venait, Pat a eu moins le goût de s’impliquer. Ç’a été le bout de la route. » Les trois membres restants ont vite pensé à John-Anthony Gagnon-Robinette, un jeune guitariste de 26 ans, pour le remplacer. « J’aime son énergie, sa vibe, sa transparence, dit Éric Maheu. Il a du vécu et, même s’il est plus jeune, il nous rattrape en âge. C’est un gars d’équipe, il est toujours on, il a de l’âme et son rire est tout à fait contagieux. »

 

CRITIQUE

Benoit Valois-Nadeau, Journal Metro, 22-24 septembre 2017

Premier constat de quelqu’un qui ne connaissait Kaïn que par les clichés ambiants: ce n’est pas siiiiii pire. Ça sent la formule, mais mes oreilles ne saignent pas. J’ai trouvé dans ce cinquième album des bardes de Drummondville ce à quoi je m’attendais: un enrobage folk-rock mur à mur, des textes improbables et des mélodies qu’on oublie deux minutes après les avoir écoutées. Mais on y trouve aussi une réalisation efficace à la Mumford and Sons et chansons parfaites pour jouer à la radio commerciale. Pour fans avertis.

 

« Il a fallu brailler avant de rire »

Cédric Bélanger, 24heures Montréal, 22 - 24 septembre 2017

Les dernières années n’ont pas été de tout repos pour Kaïn. « Dans nos vies personnelles et collectives, on a pris des claques sur la gueule », confie Steve Veilleux. Mais le groupe de Drummondville s’est accroché et est resté fidèle à ses racines musicales sur son nouvel album judicieusement nommé.

À voir Steve Veilleux, Éric Maheu, Yannick Blanchette et le nouveau venu John-Anthony Gagnon-Robinette rire aux éclats et évoquer par des sous-entendus leurs frasques nocturnes, assis autour d’une table du restaurant qui leur sert de quartier général à Drummondville, on peine à imaginer que le ciel de Kaïn se soit obscure au cours des dernières années.

[ • • • ]

Sans entrer dans les détails, Veilleux, principal parolier et le plus bavard du band, évoque des moments troubles et des remises en questions.

« L’album d’avant s’appelait Pleurer pour rire (sorti en 2013) et ça représentait bien cette époque. Oui, il a fallu brailler avant de rire. Pour sa part, Welcome bonheur est évocateur de l’époque actuelle. Au cours des quinze dernières années, on a vécu des épreuves, on a pris des détours. Mais en bout de ligne, ces détours ont été payants. On peut enfin espérer toucher à l’équilibre dans tous les aspects de notre vie », analyse-t-il.

Preuve tangible qu’une sérénité nouvelle enveloppe Kaïn, tous les membres du groupe se sont fait tatouer le nom de l’album.

« Pour moi, ça veut dire beaucoup », lance John-Anthony Gagnon-Robinette, qui a rejoint ses idoles d’enfance après le départ du guitariste Patrick Lemieux, pour cause de différends d’ordre professionnel.

« La première toune que j’ai apprise, c’était Parle-moi d’toi », se souvient le cadet du groupe, à 26 ans.

Rassembleur

Cela dit, fans de Kaïn, rassurez-vous. Le son de votre groupe favori n’a pas changé. Le folk rock fédérateur qui vise le coeur des auditeurs demeure le pain et le beurre du groupe. En témoignent des siècles comme la pièce-titre, Une dernière pour la route ou Comme un bum.

« La mission rassembleuse et festive de Kaïn va rester la même, jusqu’au bout. Avec humilité, on considère que le paysage musical québécois en a encore grandement besoin. On a besoin de taper du pied, de monter le volume. Les arrangements, l’enrobage musical, le fait que la livraison soit plus introspective par moments sur l’album sont les points où on a évolué et changé. Mais le mandat qu’on s’est donné ne change pas », soupèse Steve Veilleux.

Fidèle au rock

Persister dans le rock à l’ère où la musique urbaine, que ce soit l’électro, le hip-hop ou le R&B, prend beaucoup de place n’empêche pas les quatre musiciens de dormir. « C’était la même chose à nos débuts, on sortait d’une solide phase électro avec Daniel Bélanger, Ariane Moffatt et Marc Déry. On n’a jamais adhéré à ça parce que ça ne nous ressemble pas », affirme Veilleux.

C’est en partie pourquoi Éloi Painchaud était de retour derrière la console pour Welcome bonheur. Presque un cinquième membre du groupe, il connaît très bien Kaïn et n’est pas du genre à vouloir ajouter des arrangements sophistiqués. 

« C’est une artiste complet et un bel être humain. Il sait comment composer avec chacune de nos personnalités », ajoute-t-il.

Kaïn sera en concert le 19 avril 2018 au Club Soda de Montréal.

 

CRITIQUE

André Péloquin, 24heures Montréal, 22 - 24 septembre 2017

Il y a quelques mois, un groupe canadien qui ne laisse personne indifférent - soit on s’en moque, soit on le défend bec et ongles - lançait son neuvième album. Cette semaine un groupe québécois qui ne laisse personne indifférent - soit on le niaise, soit on attend ses détracteurs au « rack à bécyks » - proposait son septième LP en carrière. - André Péloquin, collaboration spéciale.

WELCOME BONHEUR - KAÏN

La différence entre Nickelback et Kaïn (parce qu’il était question d’eux, évidemment): le premier y est allé d’un disque mou et paresseux. Le second, lui, s’est « mis en danger » et ça s’entend.

[ • • • ]

« Mise en danger »

Entre guillemets, car ça demeure tout de même du Kaïn, pour le plus grand plaisir des inconditionnels, j’imagine.

N’empêche que, musicalement parlant, le quatuor se fait coquines et opte pour une direction assurément plus rock… sans toutefois perdre ses points de repère folk et country ainsi que ses inclinaisons pop, bien sûr. La réalisation, incroyablement léchée, d’Éloi Painchaud le souligne à trop gros traits, d’ailleurs. Un coup de manivelle ou deux de moins aurait sûrement aidé l’encanaillement du projet.

Plus Veilleux que Kaïn

L’année dernière, le chanteur et principal parolier de Kaïn, Steve Veilleux, dévoilait un projet audacieux pour sa carrière solo: adapter en chansons la poésie de Gérald Godin. Est-ce que l’aventure aurait inspiré sa propre plume?

On pourrait croire que oui à l’écoute de ces nouveaux textes plus ciselés et - surtout - versant moins dans le pathos et la nostalgie qu’à l’habitude. C’est surtout là, en fait, que Welcome bonheur se distingue du reste de la discographie du groupe.

Ceci n’est pas une révolution

Mais comme « album de transition », Kaïn laisse entrevoir une suite quand même intéressante. Et s’il n’est pas question ici de « se retourner sur un dix cannes », le groupe aura au moins surpris un de ses détracteurs.

3/5

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Sylvie Bergeron, Arts d'Oeuvres, CFLX, 22 septembre 2017

 

Entrevue

Renée Dumais-Beaudoin et Marie-Claude Veilleux, Par ici l'info, Ici Radio-Canada Première 101,1, 22 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Isabelle Perron, Bonjour l'Estrie, Rythme FM 93,7, 22 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Christine Manzo, On est tous debout, Rouge FM 102,7, 22 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Max Lalonde et Valérie St-Jean, Le Boost!, Énergie 106,1, 22 septembre 2017

 

Entrevue

Steve Roy, Que l'Estrie se lève, Cogeco 107,7, 22 septembre 2017

 

Entrevue

Julie Rhéaume, Qulture, CKIA, 21 septembre 2017

 

Ils sont de retour!

Luc Denoncourt, Allô Vedettes, 21 septembre 2017

Depuis quelques semaines, la chanson Comme un bum résonne dans plusieurs stations de radio de la province, donnant ainsi le ton au retour du groupe Kaïn. La formation drummondviloise est allée puiser dans ses influences folk des années années 1970 et en a profité pour contacter un maître en la matière, Éloi Painchaud, qui a réalisé le projet. Dans les propos des chansons, on peut constater l'évolution du groupe au fil des années.

Kaïn - Welcome bonheur

 

Entrevue et performance

Renée Germain, Martin Tremblay et Cynthia Plamondon, J'aime ça l'matin, Énergie 104,1, 20 septembre 2017

 

Entrevue

Marie-Ève Du Sablon, Téléjournal Radio-Canada, 20 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Marie-Lou St-Onge, Sur le vif, CBOF ICI Radio-Canada Première 97,5, 20 septembre 2017

 

Entrevue

Denis Ménard, Pastiche, CHUO FM 89,1, 20 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Joanie Charron,Week-end country, 104,7 Gatineau, 20 septembre 2017

 

Entrevue

Stéphanie Méthé, Le TVA 18h, TVA Gatineau, 20 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Geneviève Gagné et Frédéric Bisson, Fred et Gen le matin, WOW Fm 97,1, 20 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Marie-Claude Morin et Annie Lachance, On est tous debout, Rouge 94,9, 20 septembre 2017

 

Entrevue

Barbara Leroux, Facteur matinal, ICI Radio-Canada première, 19 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Christine Plamondon, Maxime Roberge et Marc-Antoine Nunez, Bonjour la Mauricie, Rythme Fm 100,1, 19 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Joanie Duquette et Stéphane Beaulac, On est tous debout, Rouge 94,7, 19 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Myriam Fugère, Fred Beaulieu et Pascal Guité, C'est l'fun de bonne heure, Énergie 102,3, 19 septembre 2017

 

Entrevue

Catherine Gaudreault, Que la Mauricie se lève, 106,9 FM Mauricie, 19 septembre 2017

 

Entrevue et performance

Éric Lachapelle, Éric PM, CKBN 90,5, 19 septembre 2017

 

Un 6e album pour le groupe Kaïn

Karina Dionne, L'écho de Lévis, 19 septembre 2017

On a attendu 4 ans avant de pouvoir entendre le nouvel album de Kaïn qui est disponible en magasin depuis vendredi passé. L’attente valait le coup! L’album s’écoute comme du bonbon. Un délice pour les oreilles! Le quatuor lançait leur 6e album en carrière lundi au District St-Joseph de Québec.

Le groupe adopte une direction manifestement plus rock, sans toutefois perdre ses attraits folk et country ainsi que son penchant pop, bien sûr. La co-réalisation du disque et les arrangements ont été confiés au productif musicien Éloi Painchaud. La plupart des textes et des musiques sont signés Steve Veilleux, à l’exception des pièces Comme un bum et Une dernière pour la route, dont les paroles sont du bassiste Éric Maheu. Au 5 à 7, les gars nous ont fait découvrir 5 chansons de leur nouvel album. Laisse-toi exister, Welcome bonheur, La sainte paix, La nuit gronde et Comme un bum.

[ • • • ]

6 QUESTIONS, 6 RÉPONSES…POUR LE 6e ALBUM!

Écho de Lévis: Pourquoi choisir un tournant plus rock pour votre 6e album?

Steve: Tu as vu beaucoup de show de Kaïn, sur scène ça l’est beaucoup plus, cette énergie là qui nous caractérise…C’est important, enfin dans le tournant, parce que s’en ai un, que ce soit par l’arrivé de John-Anthony dans le groupe, par l’âge, l’expérience derrière tout ça ces 17 années là…C’était important d’effectuer ce virage là et d’amener cette énergie là qui nous caractérise autant comme personne que comme band sur un album enfin qui nous ressemble dans la continuité.

Écho de Lévis: Pourquoi faire 6 lancements? Est-ce que ça fait référence à votre 6e album?

Eric: Ahhh….on l’avait jamais vu de même!

Steve: Tu viens de nous ouvrir une porte incroyable d’entrevues!

Eric: En fait on avait déjà fait ça avec l’album Nul part ailleurs. Des lancements en région, on était aller se promener pour prôner le nouvel album et on avait trouver l’idée cool d’aller s’installer et parler aussi du spectacle dans chaque région pis le fait est aussi que les magasins ont de moins en moins d’album donc, on amène des disques avec nous autres, des posters et des souvenirs comme on dit par chez nous puis, aller dans chaque place pis dire on sort un album on fait un spectacle. Je pense que ça vaut la peine de ne jamais négliger les régions.

Écho de Lévis: Vous avez un nouveau guitariste depuis quelques mois déjà, vous êtes allé le chercher où et pourquoi?

John-Anthony: J’ai fais la 1ère partie l’été passé quelques fois avec des artistes que j’accompagnais et j’ai fais des houseband à St-Tite avec Laurence Jalbert, Mario Pelchat, Annie Blanchard, Guylaine Tanguay, Véronique Labbé. Ils sont venu me repêcher, j’pense que c’est au Lac aux Saumons, ils m’avaient vu jouer…Je suis multi-instrumentiste donc je joue beaucoup d’instruments comme le banjo, la mandoline, pedal steel aussi pis j’pense que ça les avait interpellé et je suis arrêté leur jaser après le show pis on s’est bien entendu et ça a cliqué donc quand est venu l’idée d’avoir un autre guitariste, j’étais dans leur mire.

Écho de Lévis: John-Anthony, qu’est-ce que ça te fait de jouer avec tes idoles de jeunesse?

John-Anthony: C’est vraiment l’fun en fait parce que comme je dit souvent, ils me laisse la place qu’un guitariste doit avoir pis moi j’ai repiqué mes premières chansons que j’ai écouté et que j’ai joué à la guitare…c’était du Kaïn…Parle-moi d’toi…Encore aujourd’hui quand je joue Parle-moi d’toi avec eux autres ça me fais toujours un p’tit pincement au coeur, c’est un plaisir!

Écho de Lévis: Quel est votre pièce préférée sur le nouvel album et pourquoi?

John-Anthony: Welcome bonheur…ça veut dire beaucoup pour moi, c’est une entrée en matière dans le band, pour tout ce que ça représente, avec ces mon’oncle là!

Eric: En fait, moi ma chanson c’est Laisse-toi exister. Pis j’pense que ce sujet que Steve a écrit, que j’ose penser, je m’attribue en fait…il a assez écrit de chansons de filles, c’était le temps qui pense à ses chums pis qu’il écrive une chanson pour un de ses chums!

Steve: Je l’ai écrit en voulant…cette toune là, c’est ce que j’aurais aimé me faire dire par un chum. Voici, dans les moments où j’en aurait tellement eu de besoin, voici ce que j’aurais aimé me faire dire clac clac clac positivement de A à Z.

Eric: Ben en fait, c’est ce qu’il m’a dit, un jour…Steve a été d’une aide incroyable quand j’ai décidé de me prendre en main pis les mots de cette chanson là c’est à peu près ce qui m’a dit à ce moment là donc c’est une chanson que je me suis accaparé depuis la première fois que je l’ai entendu juste guitare voix.

Steve: Moi, c’est La sainte paix. Pour l’ensemble de l’oeuvre, le texte veut dire beaucoup dans ma vie, la musicalité, la mélodie ben ben forte, rassembleuse, le côté organique. Le texte a été écrit dans un moment ben significatif de ma vie. J’ai des enfants, écrire des chansons, la tournée, avoir du temps de qualité pour écrire des chansons…quand j’ai écrit La sainte paix j’avais mon gars qui me montait dans le dos pis ma blonde qui me demandait c’est quoi qu’on fait aujourd’hui, y a pas juste la musique dans vie…C’est ça que j’aurais voulu ce jour là…

Yanick: La Sainte paix moi aussi!

Écho de Lévis: Que signifie pour vous que vous vous êtes tous fait tatouer Welcome Bonheur et qui est l’instigateur du projet?

Steve: Ah mon Dieu! C’est un gros tournant! La chanson Welcome bonheur est arrivé en premier sur l’album et ça fait déjà 2 ans qu’elle a été écrit. On aimait le titre et déjà, on a rester accrocher après ça pour écrire les autres chansons. Ça sonne, c’est beau, c’est accrocheur, ça montre un virage pis c’est prémonitoire parce que honnêtement, en toute honnêteté, et tu mérite la totale honnêteté, quand j’ai écrit cette chanson j’étais pas du tout comment je suis présentement, pis le band non plus. On se cherchait et y avait comme un p’tit peu de friction à l’interne et dans nos vies personnelles ont avait des choses a régler. C’est un peu une prémonition parce que présentement cet album là a une portée dans nos vies et on vit vraiment une sérénité et une reconnaissance, un bel de l’esprit, une place qu’on envie pas à personne et on peu regarder sans aucune prétention le portrait musical québécois pis j’pense qu’on choisirait tout Kaïn plus que jamais là, je trouve ça bon et plus que jamais de faire parti de ce band là! Pis on est reconnaissant, on est bien dans notre peau et les détours qu’on a prit on été fort utile et à tous les niveau payant. Welcome bonheur on l’a tous tatouer dans le coeur pis c’est le nouveau qui a donné l’idée!

Kaïn sera en concert le 19 avril 2018 au Club Soda de Montréal. Le ­lendemain, le groupe montera sur la scène de l’Impérial Bell, à Québec.

 

Musicor sort « Welcome bonheur », un album pivot pour Kaïn

Lien Multimédia, 18 septembre 2017

Après dix-sept années d’existence et cinq albums en carrière, le groupe Kaïn présente un tout nouvel album lumineux au titre évocateur : « Welcome bonheur ». L’opus, réalisé par Éloi Painchaud, sera en magasin et en ligne dès demain.

Musicor sort « Welcome bonheur », un album pivot pour KaïnKaïn.Photo: Courtoisie

Nourris par la scène, qu’ils désignent comme une seconde maison, les membres de Kaïn qualifient Welcome bonheur d’album pivot dans leur carrière. Les membres du groupe ont atteint un nouveau degré de sagesse musicale, un regard plus serein sur la vie, qui leur a permis d’écrire les chansons qui composent ce nouvel album.

[ • • • ]

« Enfin, il semble poindre à l’horizon, souligne Kaïn. Il fait beau en avant ! Les détours furent nombreux, les erreurs aussi. Tant mieux. Nous y sommes enfin. Bienvenue dans ce tournant avec l’espérance d’embellir les pages de votre quotidien. »

Toujours aussi authentique, le groupe a gardé la sonorité folk rock qui le définit. D’ailleurs, le premier extrait, « Comme un bum », coécrit par Steve Veilleux et Éric Maheu, se hisse dans le top trois des chansons les plus jouées à la radio. Réalisant le temps qui passe, les membres du groupe ont envie de profiter de la vie sans regarder en arrière. On retrouve ces idées dans plusieurs de leurs nouvelles chansons, telles que « La nuit gronde », « La vie à mort » et « Piastre Palace » :

(Extrait de Piastre Palace) J’attendrai pas de pu être capable, non J’rêve pas à mes vieux jours J’attendrai pas de gagner le million Encore moins d’invitation

Avec « Welcome bonheur », les membres de Kaïn sont enfin prêts à laisser entrer le bonheur dans leur vie et dans celles de leur fans les plus fidèles !

Avec dix-sept nominations à l’ADISQ en autant d’années de carrière, Kaïn s’impose comme l’un des groupes les plus appréciés de sa génération. Cumulant les succès en radio et les spectacles affichant salle comble, le groupe revient avec l’énergie et la fougue qu’on lui connaît.

Le premier extrait « Comme un bum » se hisse dans le top 10 des chansons francophones les plus tournées au Québec. Le vidéoclip témoigne de leur plaisir et de leur bonheur d’être sur scène devant leurs fans, une histoire d’amour qui dure depuis maintenant plus de 17 ans.

 

Entrevue et prestation

Seb Lozon, Tapis Rouge, Rouge 107,5, 18 septembre 2017

 

Entrevue et prestation

Mathieu Marcotte, La Scène WKND, WKND, 18 septembre 2017

 

 

MENTION

TV Hebdo, 18 septembre 2017

Le quatuor originaire de Drummondville lance son sixième album en studio, inspiré par le folk rock des années 1970. Une oeuvre de 11 titres réalisée par Éloi Painchaud, qui inclut l’extrait radio Comme un bum. Parmi les influences du groupe, on souligne Tom Petty et The Eagles. La pochette à l’ancienne donne le ton!

 

Entrevue

Bruno Savard, Téléjournal Québec,Bulletin de nouvelles du lundi 18 septembre, 18 septembre 2017

 

Entrevue

Vanessa Lisabelle, Le bazar des arts, Alliance des radios communautaires du Canada, 18 septembre 2017

 

Welcome bonheur, un album pivot pour Kaïn et un lancement pour les fans au Club Soda à Montréal

Patrick Lamarche, FlashQuébec.info, 16 septembre 2017

Après dix-sept années d’existence et cinq albums en carrière, le groupe Kaïn nous présente un tout nouvel album lumineux au titre évocateur: Welcome bonheur. L’opus, réalisé par Éloi Painchaud, sera en magasin et en ligne le 15 septembre prochain.

Nourris par la scène, qu’ils désignent comme une seconde maison, les membres de Kaïn qualifient Welcome bonheur d’album pivot dans leur carrière. En effet, les membres du groupe ont atteint un nouveau degré de sagesse musicale et un regard plus serein sur la vie qui leur a permis d’écrire les chansons qui composent ce nouvel album.

[ • • • ]

«Enfin, il semble poindre à l’horizon. Il fait beau en avant! Les détours furent nombreux, les erreurs aussi. Tant mieux. Nous y sommes enfin. Bienvenue dans ce tournant avec l’espérance d'embellir les pages de votre quotidien.» -Kaïn

Toujours aussi authentique, le groupe a gardé la sonorité folk rock qui le définit. D’ailleurs, le premier extrait, Comme un bum, co-écrit par Steve Veilleux et Éric Maheu, se hisse dans le top trois des chansons les plus jouées à la radio. Réalisant le temps qui passe, les membres du groupe ont envie de profiter de la vie sans regarder en arrière. On retrouve ces idées dans plusieurs de leurs nouvelles chansons, telles que La nuit gronde, La vie à mort et 

 

J’attendrai pas de pu être capable, non

J’rêve pas à mes vieux jours

J’attendrai pas de gagner le million

Encore moins d‘invitation

 

Avec Welcome bonheur , les membres de Kaïn sont enfin prêts à laisser entrer le bonheur dans leur vie et dans celles de leur fans les plus fidèles!

Avec dix-sept nominations à l’ADISQ en autant d’années de carrière, Kaïn s’impose comme l’un des groupes les plus appréciés de sa génération. Cumulant les succès en radio et les spectacles affichant salle comble, le groupe revient avec l’énergie et la fougue qu’on lui connaît.

 

ENTREVUE

Claudie Théberge, NousTV, 16 septembre 2017

https://www.Youtube.com/Watchtime

 

« Il a fallu brailler avant de rire »

Cédric Bélanger, Le Journal de Québec, 16 septembre 2017

Les dernières années n’ont pas été de tout repos pour Kaïn. « Dans nos vies personnelles et collectives, on a pris des claques sur la gueule », confie Steve Veilleux. Mais le groupe de Drummondville s’est accroché et est resté fidèle à ses racines musicales sur son nouvel album, judicieusement nommé.

À voir Steve Veilleux, Éric Maheu, Yannick Blanchette et le nouveau venu John-Anthony Gagnon-Robinette rire aux éclats et évoquer par des sous-entendus leurs frasques nocturnes, assis autour d’une table du restaurant qui leur sert de quartier général à Drummondville, on peine à imaginer que le ciel de Kaïn se soit obscurci au cours des dernières années. 

[ • • • ]

Sans entrer dans les détails, Veilleux, principal parolier et le plus bavard du band, évoque des moments troubles et des remises en question. « L’album d’avant s’appelait Pleurer pour rire (sorti en 2013) et ça représentait bien cette époque. Oui, il a fallu brailler avant de rire. Pour sa part, Welcome bonheur est évocateur de l’époque actuelle. Au cours des quinze dernières années, on a vécu des épreuves, on a pris des détours. Mais en bout de ligne, ces détours ont été payants. On peut enfin espérer toucher à l’équilibre dans tous les niveaux de notre vie », analyse-t-il.

Preuve tangible qu’une sérénité nouvelle enveloppe Kaïn, tous les membres du groupe se sont fait tatouer le nom de l’album.

« Pour moi, ça veut dire beaucoup », lance John-Anthony Gagnon-Robinette, qui a rejoint ses idoles d’enfance après le départ du guitariste Patrick Lemieux, pour cause de différends d’ordre professionnel.

« La premier toune que j’ai apprise, c’était Parle-moi d’toi », se souvient le cadet du groupe, à 26 ans.

Rassembleur jusqu’au bout

Cela dit, fans de Kaïn, rassurez-vous. Le son de votre groupe favori n’a pas changé. Le folk rock fédérateur qui vise le coeur des auditeurs demeure le pain et le beurre du groupe. En témoignent des chansons comme la pièce-titre, Une dernière pour la route ou Comme un bum.

« La mission rassembleuse et festive de Kaïn va rester la même, jusqu’au bout. Avec humilité, on considère que le paysage musical québécois en a encore grandement besoin. On a besoin de taper du pied, de monter le volume. Les arrangements, l’enrobage musical, le fait que la livraison soit plus introspective par moments sur l’album sont les points où on a évolué et changé. Mais le mandat qu’on s’est donné ne change pas », soupèse Steve Veilleux.

Fidèle au rock

Persister dans le rock à l’ère où la musique urbaine, que ce soit l’électro, le hip-hop, ou le R&B, prend beaucoup de place n’empêche pas les quatre musiciens de dormir. « C’était la même chose à nos débuts, on sortait d’une solide phase électro avec Daniel Bélanger, Ariane Moffatt et Marc Déry. On n’a jamais adhéré à ça parce que ça ne nous ressemble pas », affirme Veilleux.

C’est en partie pourquoi Éloi Painchaud était de retour derrière la console pour Welcome bonheur. Presque un cinquième membre du groupe, il connait très bien Kaïn et n’est pas du genre à vouloir ajouter des arrangements sophistiqués. Des petits « pious pious », comme le dit Éric Maheu avec un sourire en coin. 

« C’est un artiste complet et un bel être humain. Il sait comment composer avec chacune de nos personnalités », ajoute—t-il.

Ça aussi, ça fait le bonheur des gars de Kaïn.

L’album Welcome bonheur est en vente depuis vendredi.

Kaïn sera en concert le 19 avril 2018 au Club Soda de Montréal. Le lendemain, le groupe montera sur la scène de l’Impérial Bell, à Québec.

 

Le bonheur, il est à Drummondville

Cédric Bélanger, Le Journal de Québec, 16 septembre 2017

Ils ont essayé Montréal. En vain. Pour les gars de Kaïn, c’est à Drummondville et nulle part ailleurs que ça se passe.

« On fait partie des meubles », s’exclame Steve Veilleux.

Cette déclaration n’est pas complètement une métaphore. Au restaurant La Muse, sur la rue Hériot, où le groupe a donné rendez-vous au Journal, une déclaration de Kaïn orne le mur au pied duquel se trouve la banquette où les musiciens tiennent presque toutes leurs réunions. 

« Ironiquement j’ai acheté ma maison des propriétaires du resto. On est donc devenus amis par la bande », raconte Veilleux.

[ • • • ]

« C’est ici, ajoute-t-il, que John est entré dans le band et qu’on a accouché tranquillement dans nos têtes de Welcome bonheur, en prenant un café. C’est une place qu’on aime pour les choses sérieuses. Il y a d’autres types de places pour d’autres genres de choses… » 

On devine lesquelles.

Pas pour nous

Kaïn a quand même eu un pied-à-terre dans la métropole pendant quelques années. « Au début, quand Yannick et moi étions colocs, on croyait qu’il fallait aller à Montréal. Mais notre premier gérant avait tellement raison. Il nous avait dit: « vous êtes mieux d’investir dans un bon char, rouler dedans et faire du kilométrage pour garder votre qualité de vie » », indique Steve Veilleux.

« De toute façon, ce n’est pas une ville qui était faite pour nous », lance Éric Maheu, en se remémorant des nuits folles à Montréal. 

« Si on était resté à Montréal, on jouerait probablement dans un métro près de chez vous », rigole Veilleux.

Bref, la quiétude drummondvilloise leur convient davantage.

« L’environnement est sain, nous sommes des gars de famille, de coeur et de souche. Ça favorise la coupure avec la vie de fous, la vie musicale. Qu’on le veuille ou non, cette petite ville contient beaucoup de souvenirs. Ce sont nos début, autant de tapes dans le dos que de claques sur la gueule. C’est notre point de rassemblement, là où notre histoire est née. »

Ma chanson préférée sur l’album est…

Steve Veilleux: La sainte paix

« Avec des enfants et une vraie vie à travers la musique, c’est difficile de trouver du temps de qualité pour écrire, pour te réfugier dans la composition. Étrangement, quand j’ai écrit La sainte paix, j’avais mon gars qui me grimpait dans le dos et je voulais juste avoir la cr… de paix (rires). Mon plus beau projet, ce sont mes enfants. Mais partir deux semaines dans un chalet pour écrire des tonnes, jamais je n’ai pu faire ça. »

Yannick Blanchette: Une dernière pour la route

« Il se passe quelque chose d’intense dans cette chanson. C’est plus une question de feeling que dans les paroles. Éloi [Painchaud, le réalisateur] a réussi à trouver les bons moods. »

Éric Maheu: Laisse-toi exister

« J’ai changé ma vie complètement en prenant des décisions incroyables et bénéfiques pour moi. J’ai l’impression que Steve a écrit cette chanson pour moi. Elle vient me chercher dans ce que j’ai vécu. »

John-Anthony Gagnon-Robinette: Welcome bonheur

« Pour moi, cette chanson représente l’entrée dans le band, le début d’une nouvelle vie. Je suis un Kaïn et je le vis à 200%. »

 

Welcome bonheur, welcome Kaïn!

Marie-Hélène Amyot, MatTv.ca, 16 septembre 2017

C’est au Club Soda, en ce mercredi ensoleillé que Kaïn avait donné rendez-vous au public pour la sortie de son 6e album Welcome Bonheur, réalisé par Éloi Painchaud. Pour l’occasion, le quatuor a réservé une prestation musicale de cinq pièces aux fans ravis de retrouver le son et l’énergie du groupe.

Les notes de la pièce Laisse-toi exister ont ouvert la soirée. Éclairage intime, un son acoustique, accompagné de l’harmonica du réalisateur de l’album, c’est debout, droits devant leur public que les membres de Kaïn se sont présentés aux spectateurs, attentifs. Cette entrée leur a valu un accueil très chaleureux. La pièce-titre de l’album a ensuite été jouée avec une énergie contagieuse, avant de faire place à La sainte paix, en compagnie de la claviériste Marine Lacoste. La nuit gronde, une pièce accrocheuse grâce à son rythme entraînant, a précédé l’habituelle allocution de remerciements, au cours de laquelle Steve a remercié les gens sur sa liste, le public, ainsi que Pat Lemieux, premier guitariste de la formation, parti pour accomplir d’autres projets. Pour clore le lancement, le quatuor a interprété le premier extrait de l’album, Comme un bum, co-écrit par Steve et Éric, et qui s’est hissé dans le top 3 des chansons les plus jouées à la radio.

[ • • • ]

Énergiques, Steve, Éric et Yanick n’ont rien perdu de leur aisance sur scène. Quant à John-Anthony, le p’tit nouveau, il semble faire partie du groupe depuis plus longtemps que quelques mois, tant la complicité avec les autres membres est présente. Les fans seront heureux de retrouver le son folk rock qu’ils connaissent et apprécient Kaïn, et ils découvriront qu’un nouveau souffle est apporté. La présence de John, une sagesse affirmée et assumée et une ouverture au bonheur, le confirme.

Sachez que l’album Welcome Bonheur est maintenant disponible et qu’une tournée amènera Steve, Yanick, Éric et John-Anthony près de chez vous. Pour connaître les dates à inscrire à votre agenda, consultez le site Internet officiel ou la page Facebook du groupe.

 

Kaïn : Vent de changement

Jean-François Brassard, Échos Vedettes , 16 septembre 2017

Toujours en poste: Steve Veilleux, Éric, Maheu et Yanick Blanchet. Quant à Patrick Lemieux, autre membre de la formation originale, on entend ses guitares sur Welcome bonheur, mais il a quitté le groupe depuis l’enregistrement de l’album. C’est à une jeune recrue de 25 ans, John-Anthony Gagnon-Robinette, que l’on a confi é le poste. Et la tournée est déjà amorcée. Voilà l’image qu’on retrouve sur la boîte du casse-tête. Mais comment les pièces se sont elles mises en place? Avec Steve, auteur, compositeur, chanteur et guitariste, on remonte un peu en arrière. «À la base, on est une famille qui a 17 ans de musique dans le corps. On a toujours été une gang de chums. Avec Patrick, une distance avait commencé à se créer au cours des dernières années. Pour mille et une raisons, et dans tous les contextes, on était souvent Éric, Yanick et moi d’un côté, et Patrick, de l’autre. C’était difficile pour nous d’être bien là-dedans. Il y avait constamment un malaise.» Des rencontres pour tenter de replacer les choses ont eu lieu. En vain. Steve reprend: «On espérait toujours que ça revienne. On a eu des meetings de chambre de hockey à tout se dire avec franchise, mais ça n’a pas eu l’effet escompté. Au contraire. Kaïn est le projet qui me tient le plus à cœur, et je n’arrivais plus à avoir autant de plaisir qu’ailleurs. J’aime faire des projets solos, mais je suis fondamentalement un gars de band.» Personne ne souhaitait en venir là mais, après 17 ans, le temps était venu de commencer à écrire un nouveau chapitre. Avec quelques mois de recul, le leader du groupe fait valoir: «Tant professionnellement que personnellement, je suis convaincu que c’était la meilleure chose à faire pour lui comme pour nous. Mais, dans l’émotivité, ça ne s’est pas très bien terminé...»

[ • • • ]

DU SANG NEUF

Le départ de Patrick Lemieux ouvrait la porte à un nouveau joueur de six cordes et autres cordes à gogo. Les gars n’ont pas cherché longtemps. Un nom est vite sorti du lot. Et un nom qu’on n’oublie pas: John-Anthony Gagnon-Robinette. Un fort sympathique et dynamique garçon qui n’en est pas à ses premières armes. «J’ai accompagné beaucoup d’artistes qui ont fait la première partie de Kaïn. On s’est souvent retrouvés sur les mêmes scènes. L’été dernier, à Lac-au-Saumon, je pense que j’ai attiré l’attention des gars parce que je jouais de la mandoline, du banjo... On s’est vus après le show et on s’est bien entendus.» Steve conclut par une image: «C’est comme quand tu trouves une fille de ton goût, mais que tu ne peux pas lui dire parce que tu as les mains liées. Éventuellement, la vie fait que ça redevient possible.»

FACE A, FACE B

Si c’est Lemieux qui tient les guitares sur Welcome bonheur, c’est que l’album a été enregistré... il y a près d’un an! Plutôt inusité. C’est que, tenant à travailler avec le réalisateur Éloi Painchaud, on a dû s’ajuster à ses disponibilités. Ainsi, l’album a été mis en boîte en septembre et en octobre 2016. Ils s’entendent: «On voulait avoir un son ’70s, plus râpeux. Éloi était celui qu’il nous fallait.» Le batteur Yanick Blanchette enchaîne: «Il nous a amenés dans des zones où on n’était pas nécessairement confortables. On a essayé des choses. On a travaillé fort et on est hyper contents.» Le titre du disque laisse présager un recueil de chansons «hop la vie». C’est à moitié vrai. Selon Steve: «Il faut qu’un album ait plusieurs couleurs. Il y a un côté très touchant dans les textes. Il fallait aussi que les chansons aient du carburant pour s’accorder avec le titre. Dans certaines pièces, on a le goût de “crinquer” le volume.» Éric Maheu, le coloré bassiste, poursuit: «Sur chaque album, on a montré les deux côtés de Kaïn. Cette fois, on a même pensé faire une espèce de Face A et Face B avec un côté plus beat et un côté plus introspectif. On reste pareil des gars pas égaux; on n’est pas toujours de bonne humeur ou toujours tristes. L’album est juste bien dosé.»

QUAND MAHEU DONNE L’EXEMPLE

Comme à l’accoutumée, Veilleux a écrit à lui seul les chansons. Une seule exception, Comme un bum, le premier extrait, où sa musique croise les mots de Maheu. Mais c’est la pièce-titre de Welcome bonheur qui est la plus éloquente quant à l’évolution des membres du groupe. Des gars qui continuent de faire le party, mais qui n’enfi lent plus les lendemains de veille comme avant. C’est Éric qui a été le premier à prendre ce virage voilà presque deux ans. «C’est moins de gestion émotionnelle de se réveiller et d’être sur la même longueur d’onde que soi-même. Ça m’a fait du bien. J’ai même l’impression que Steve a écrit Laisse-toi exister pour moi, mais il ne le dira jamais. Tu écoutes le texte et c’est moi d’un bout à l’autre. C’est Steve, d’ailleurs, qui m’a ramassé il y a deux ans. Il était moins 5; j’ai eu un wakeup call. J’étais rendu à L.A. dans ma tête!» Éric est un bassiste particulièrement sollicité. Outre Kaïn, il monte aussi sur scène avec La Chicane et Brigitte Boisjoli. «J’ai peut-être fait un transfert de dépendance dans le travail. La seule place où je me sens bien, c’est quand je fais de la musique. Avec le travail que j’ai fait sur moi, c’est une belle récompense.» Kaïn a déjà amorcé sa tournée et, selon les trois membres originaux, c’est la plus belle de leur carrière. Éric mentionne: «On a fait les Îlesde-la-Madeleine, la Gaspésie, puis la Beauce.On a pu prendre le temps d’apprécier chaque endroit sans avoir mal à la tête le lendemain.» Steve enchaîne: «Ensuite, on est retournés chez nous en mode attaque et non pas en mode... dialyse! Ça change tout: la patience, la créativité, l’humeur... J’avais commencé le processus de me mettre en forme depuis quelques années et ça m’a juste encouragé. Éric a eu une infl uence directe sur nous. En plus, JohnAnthony amène une nouvelle énergie. Il est allumé et de bonne humeur.» Ce sang neuf a revitalisé les gars. Maheu y va d’un exemple: «Un jour, John est arrivé chez nous pour une répétition et il m’a dit, tout enthousiaste: “Man! Ch’t’un Kaïn!” On n’a jamais eu de prétention, mais il nous fait réaliser qu’on est encore là après toutes ces années. On en est reconnaissants.» Pour sa part, le nouveau co-équipier fait remarquer: «J’arrive dans une roue qui tourne et j’ai vu aller le band pendant toute mon adolescence. Quand les gars m’ont appelé, je connaissais déjà les tounes. J’ai de l’énergie à revendre, mais ils m’en redonnent autant. Ils sont contents d’être encore sur scène et c’est un cadeau qu’ils partagent avec moi.»

ET LA CRITIQUE?

Malgré son extraordinaire succès populaire, Kaïn s’est toujours fait écorcher par la critique. Et les honneurs n’ont jamais plu sur le groupe. La suite et la conclusion de notre entretien prennent la forme d’une partie de ping-pong entre chums. 

YANICK: «Il faut quand même dire qu’on a toujours eu de bonnes critiques en spectacle.»

STEVE: «J’ai appris à vivre avec ça. C’est encore tough de lire ou d’entendre des commentaires plates quand c’est gratuit, mais je me suis fait une carapace.»

ÉRIC: «C’est comme si on disait que le demimillion de personnes qui ont acheté nos albums sont des imbéciles. En même temps, on fait de la musique; on ne sauve pas des vies.»

STEVE: «N’empêche, sur les réseaux sociaux, si on a un seul mauvais commentaire sur 100, ça fait quand même ch... Tu te retournes, tu joues devant 5000 ou 10 000 personnes et tu n’y penses plus. Si on voulait avoir la paix du jugement de tout le monde, on s’ouvrirait une cantine.

ÉRIC: «Même si on avait les meilleures frites au monde, il y en a toujours un qui trouverait que nos hot-dogs sont pas mangeables.»

 

ENTREVUE

Sébastien Parent, Unique FM, 15 septembre 2017

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Philo Lirette, Julie Boulanger et Jonathan Roberge, Énergie 94,3, 15 septembre 2017

 

ENTREVUE

Anne-Soleil Proteau, Salut Bonjour Week-end, 15 septembre 2017

https://www.Tva.Canoe.ca

 

 

Un souffle nouveau!

Patrick Delisle-Crevier, 7 Jours, 15 septembre 2017

Steve, ce nouvel album porte un titre plutôt joyeux! 

C’est justement ce que nous voulions. C’est un titre évocateur qui représente bien nos vies. Chacun des membres du groupe est à beau tournant, et nous en sommes heureux. Cela n’a pas toujours été le cas: il y eu des haut et des bas, mais c’est parfois la claques vitale qu’il faut pour accéder au bonheur. Nous voilà avec un nouvel album de chansons festives et nous avons très hâte de les présenter au public. Comme un bum, le premier extrait tourne d’ailleurs déjà. 

[ • • • ]

Parlez-moi de ce premier extrait. 

C’est drôle à dire, mais Comme un bum marque une première collaboration entre Éric Maheu et moi. Un jour, alors qu’il était en vacance au Lac-Saint-Jean, il m’a envoyé ce texte qui parle de la vie sur la route. Quelques minutes après, je lui ai envoyé la musique; ça été une belle collaboration téléphonique. On retrouve quelques saveurs du Lac-Saint-Jean dans les paroles. 

Ce disque est-il bien différent de ce que vous présenté dans le passé? 

C’est certain que même si ce sont de nouvelles chansons, il y a toujours un côté très “Kaïn”. Mais cette fois-ci, on crinque le volume un peu avec des chansons qui bougent, comme La nuit gronde, La vie à mort et Welcome bonheur. Je pense que nous avons gagné en sagesse, ce qui fait que ce disque a un côté à la fois intime et vulnérable.

Votre public semble-t-il toujours au rendez-vous en 2017? 

On a présenté quelques spectacles cet été, et bien que nous revenions d’une pause, le public était au rendez-vous et a chanté nos chansons. C’est un beau privilège, et nous vions et savourons cela pleinement en étant bien conscients de la chance que nous avons. Ce nouvel album est en fait un disque porté par la reconnaissance. 

Il y a eu du changement dans le groupe, notamment avec le départ d’un des membres. Comment avez-vous vécu cela? 

Disons que de voir un des membre du groupe partir, ça brasse, c’est certain. Patrick Lemieux, notre guitariste, était avec nous depuis le début; c’est un gros morceaux qui est parti. Il fallait lui trouver un remplacement rapidement, et nous avions déjà un nom en tête, celui de John-Anthony Gagnon-Robinette. 

Comment l’avez-vous rencontré? 

Nous faisons un spectacle en Gaspésie, et il faisait la première partie de notre spectacle. On a vite cliqué avec lui dans la loge, après le spectacle. C’est un excellent musicien. Quand on a su qu’il nous fallait un nouveau guitariste, son nom était en haut de notre liste. Il apporte un souffle de jeunesse au groupe.

Sur la scène, sentez-vous que sa présence fait une différence? 

Oui, John a une palette musicale assez incroyable et impressionnante, et cela permet de pousser nos chansons un peu plus loins musicalement et d’arriver sur scène avec des arrangements différents. C’est vraiment un souffle nouveau, mais tout en gardant l’essence même du groupe. 

Pour ce sixième album, vous avez travaillé avec Éloi Painchaud à la réalisation. Pourquoi? 

C’était un rendez-vous que nous espérions, et il a réussi à nous faire une petite place dans son horaire. On a même devancé l’enregistrement de l’album pour pouvoir travailler avec lui. On revient un peu à la base en quelque sorte, avec des influences comme Tom Petty et les Beatles. 

Après le lancement du disque, en septembre, vous allez entamer une tournée. Est-ce difficile de concilier la route et la vie de famille? 

C’est certain qu’il faut faire des sacrifices et, parfois, quitter le famille pour plusieurs jours, mais ça fait partie du métier. Heureusement, on s’entend mieux que jamais et on a beaucoup de plaisir à voyager ensemble, dans notre petite caravane. 

 

Les nouveautés disques du 15 septembre

MENTION

Antoine Pekoe, Énergie 94.3, 15 septembre 2017

Ce sixième album a des allures de nouveau départ pour Kaïn. On y retrouve des morceaux un peu plus rock que par le passé. La faute à John-Anthony Gagnon-Robinette, nouveau guitariste de la formation ?

 

Un band qui carbure à la fidélité de son public!

Jocelyn Legault, Alt. Rock Press, 15 septembre 2017

Le groupe de Drummondville Kaïn a vécu quelques chambardements et changements en avril dernier. Le guitariste Patrick Lemieux a annoncé son départ après 17 ans de grosse musique et de loyauté au sein de la formation. 

Steve Veilleux et ses comparses se sont retroussés les manches et ont travaillé sur un nouveau disque. Comme un chat, la formation est retombée sur ses pattes et accouche aujourd’hui de Welcome bonheur qui propose 11 pièces nageant dans un folk-rock festif à l’image de la bande.

Ce sixième album en carrière est réalisé d’une main de maître par Éloi Painchaud (Jonathan Painchaud, Jorane, David Jalbert et Ian kelly). La plume de Steve Veilleux, en plus de celle d’Éric Maheu, continue de briller dans une poésie engagée dans l’authenticité et le thème venant du cœur, entre la quête du bonheur pour soi-même et les rêves de ti-cul qui perdurent. Le résultat tient la route.

[ • • • ]

Kaïn continue de faire des pièces enivrantes pour le peuple et retrouve cette fougue qu’il avait à ses débuts. J’ai même l’impression, par moments, d’entendre des bribes de Mumrford & Sons et Blue Rodeo.

C’est l’antidote idéal pour les jours moroses fait avec beaucoup de cœur au ventre. Beaucoup de plaisir lors de l’écoute de ce nouvel effort qui ne m’a aucunement déçu. Que tu aimes ou que tu n’aimes pas  Kaïn, reste que c’est un band qui carbure à la fidélité de son public.

Welcome bonheur, c’est un aller-simple pour une belle ride touchante et spontanée.

Chansons coup de cœur :

Welcome bonheur

La vie à mort

La nuit gronde

Piastre palace

Je resterai la

La sainte paix

Comme un bum

De mon côté

 

Les trois virages de Kaïn

Yves Bergeras, Le Droit, 15 septembre 2017

Pour Kaïn, aller à la rencontre de son public, ce n'est pas seulement un pas respectueux : c'est une étape fondamentale de la vie du band.

« C'est la base du projet de Kaïn, c'est dans son embryon, parce que toute notre inspiration vient des gens, vient de la route et des belles rencontres que nous y faisons depuis ces 16 dernières années. c'est vraiment ça notre école de musique. Et quelle meilleure raison que ces rencontres [existe-t-il] pour s'entêter encore à faire des albums ensemble ? », lance le chanteur Steve Veilleux.

Les membres de Kaïn s'apprêtent à lancer leur nouvel album - Welcome Bonheur, le 6e de la bande - mercredi 20 septembre à Gatineau, après avoir fait la même chose à Drummondville (leur fief), Montréal, Québec puis Trois-Rivières, et juste avant de s'enligner pour Sherbrooke deux jours plus tard. 

[ • • • ]

Ce qui fascine Steve Veilleux, c'est « la loyauté particulièrement touchante » de leurs admirateurs. « Et Gatineau fait partie depuis le début de notre petite et longue histoire à la fois. On y a eu de très beaux moments en festivals, que ce soit aux Montgolfières ou dans les environs, d'Aylmer à Buckingham. Je crois que c'est [en Outaouais] qu'on est montés sur nos premières grandes scènes. Et puis nos concerts à la salle Odyssée [quelques années plus tard] sont restés gravés dans notre disque dur collectif », précise le chanteur, pour qui « ça allait de soi que la belle région de Gatineau allait être de la fête », incluse dans cette série de lancements au cours desquels la bande joue le disque dans son intégralité.

Prévu au Minotaure, ce lancement gatinois affiche déjà complet... signe que la fièvre Kaïn a instantanément repris, sitôt la mise en marché estivale du premier extrait, Comme un bum - « qui a reçu un bel accueil » constate Veilleux.

Nouveau réalisateur

Il faut dire que le quatuor a un peu forcé les fans à travailler sur leur patience : le disque est prêt depuis presque un an. L'album a été réalisé par Éloi Painchaud - qui est pratiquement « devenu le cinquième » larron du quatuor, observe Steve Veilleux en s'excusant du « cliché ». 

« Éloi, c'est vraiment un gars de bande, et on tenait absolument à travailler avec lui. C'est pour ça qu'on est rentrés si tôt en studio », seule façon d'accommoder les horaires chargés des uns et de l'autre. 

Nouveau son

« Éloi nous a permis de rapper notre son », estime Veilleux, en mentionnant leur grande appréciation commune  pour les sonorités des années 70. 

« En studio, on a écouté beaucoup de Tom Petty et de Eagles, mais l'idée, c'était pas de reproduire ou recopier textuellement les arrangements vocaux - de toute façon, qui oserait ? - mais de retrouver l'esprit de l'époque, la façon de faire des prises de son, les craquements, l'écho des B-3 [orgues Hammond, NDLR], les [ajouts de choeurs] dans les refrains, le côté tantôt un peu plus rock 'n' roll, tantôt plus touchant, introspectif  ou épuré... Tout ça, c'était des avenues  qu'on avait peu explorées, et où Éloi nous a amenés. »

Welcome Bonheur a été enregistré en octobre 2016. « On s'est encabanés, on s'est payé la traite : ç'a été un gros party musical, fait dans une belle sérénité. » Laquelle a d'ailleurs « donné le titre de l'album ».

Car après avoir pris le parti de Pleurer pour rire (son dernier album, paru en 2013), Kaïn affiche aujourd'hui sa volonté d'accueillir à bras ouverts une sérénité qui n'a pas toujours fait partie de son ADN, malgré les chansons festives. La bande a accepté qu'il ne servait à rien de se battre contre « le bien-être et la reconnaissance qu'on vit en ce moment, tant à titre personnel que collectivement, en tant que band ».  

« Le mixage a été achevé un mois plus tard, retrace le chanteur. «Mais ça fait des mois qu'on se le réapproprie et qu'on fait des retouches. En fait, on retouche tout, sans arrêt : les photos, les pistes, les mix... Ça ne sert à rien de se mentir, des musiciens réunis ensemble, avec beaucoup trop de temps sur les bras, c'est ça que ça donne, poursuit-il en s'esclaffant de rire. Le peaufinage est toutefois mesuré : «On fait attention de ne pas se perdre», ajoute-t-il en reprenant son sérieux.

Les quatre gars ont «profité de ces quelques mois pour amener l'album exactement là où on le voulait». Reste qu'«il était temps qu'on le sorte. On a très hâte de le partager avec le monde !»

Nouveau membre

La fébrilité de Veilleux vient aussi du fait que Kaïn est à un «tournant» de son existence. Le quatuor a changé de profil. 

En avril dernier, le guitariste Patrick Lemieux a quitté le navire. Pas en claquant la porte, mais tout de même pour des raisons de divergences de perspectives quant à l'avenir de la bande, au niveau d'implication et de sacrifices que cela allait représenter, laisse entendre Steve Veilleux, en soulignant que l'ex-collègue a tout de même participé «en totalité» à l'enregistrement du disque. En «condensant» les sources de friction, les semaines passées ensemble en studio ont constitué «le point culminant» qui a permis à tous de réaliser qu'«il fallait prendre une décision».  

Les trois anciens - Eric Maheu à la basse, Yanick Blanchette derrière la batterie et Steve Veilleux à la guitare et au micro - se sont donc adjoint une nouvelle recrue, John Anthony Gagnon Robinette, qui s'est emparé de la deuxième guitare. «John Anthony était notre premier choix, sur notre courte liste. On l'avait vu jouer dans un festival en Gaspésie, avec un super band country et une énergie contagieuse.» 

En le rencontrant en personne, par après, les gars de Kaïn avaient instantanément apprécié «la personnalité, le contact humain et l'échange musical» du jeune guitariste, ainsi que «son vécu, assez exceptionnel pour un jeune de 26 ans». La transition s'est donc faite en douceur, «avec un naturel assez déconcertant», s'étonne encore Steve Veilleux. 

«Il reste très humble et très groundé, alors qu'il pourrait s'enfler la tête, en étant parachuté là. Et ce qui nous fait du bien, à nous autres, c'est le coup de pied aux fesses qu'il amène, avec sa drive. Il nous rappelle la reconnaissance et la fougue de nos débuts. C'est un vent de fraîcheur, un regard extérieur qui nous fait vraiment du bien, tant dans le camion de tournée que quand on prend un café ensemble.»

Pour y aller

Quand ? Mercredi 20 septembre, 18 h (à guichets fermés)

Où ? Minotaure (3, rue Kent)

Renseignements : 819-600-6466 ; minotaure.ca

 

 

MENTION

Anne-Lovely Etienne, 24heures Montréal, 14 septembre 2017

Kaïn et lancement de l’album Welcome bonheur

Le quatuor de musiciens Kaïn lance son nouvel album Welcome bonheur. Dans ce sixième opus, on retrouve des chansons rock inspirées des années 1970. Ce soir, on nous promet une prestation toujours aussi festive, colorée et vivante.

Ce soir à 17h au Club Soda

 

Kaïn et sa recette du bonheur

François Marchesseault, Ici Musique, 14 septembre 2017

Près de quatre ans se sont écoulés depuis Pleurer pour rire, le dernier album de la bande de Kaïn. Durant cette pause, Steve Veilleux, chanteur et guitariste du groupe, en a profité pour lancer un solide deuxième album solo, T’en souviens-tu encore, Godin?, inspiré de l’oeuvre du poète et homme politique Gérald Godin. La formation de Drummondville, championne des palmarès, s’est retrouvée depuis et revient aujourd’hui avec Welcome bonheur.

Le nouvel album est dans la lignée de ce à quoi le groupe nous a habitués depuis sa création à la fin des années 90. On y trouve des airs pop, accrocheurs, comme ceux qui ont permis à Kaïn de remporter de nombreux prix, dont celui du Groupe de l’année au Gala de l’ADISQ en 2006, et de vendre près de 400 000 albums.La coréalisation du disque et les arrangements ont été confiés au prolifique musicien Éloi Painchaud (réalisateur invité pour l’album 5 x 15, directeur musical à l’émission Prise de son). La plupart des textes et des musiques sont signés Steve Veilleux, à l’exception des pièces Comme un bum et Une dernière pour la route, dont les paroles sont du bassiste Éric Maheu.

[ • • • ]

Les mélodies et les mots sont souvent rassembleurs, festifs et accessibles. Le son folk, mais surtout pop, n’est jamais bien loin des plus grands succès de la formation (Adam et Ève, Mexico, Embarque ma belle, etc).

« Quand la nuit gronde / À des milles à la ronde / On a tout’ vingt ans / On lève nos verres aux vivants / On fait tout’ simple de même / Quand la nuit gronde / À des milles à la ronde » - La nuit gronde

Entre les pièces rock, plus rythmées (Welcome bonheur, Comme un bum, La nuit gronde) et les ballades (La sainte paix, Laisse-toi exister, La vie à mort), les membres de Kaïn arrivent à faire bouger, à toucher et à faire sourire. Nous sommes en terrain connu, mais force est d’admettre que la recette de leur succès est bien dosée, éprouvée, et qu’elle fera encore le bonheur de ceux et celles qui les suivent depuis plus de 15 ans.

 

Kaïn présente Welcome Bonheur

Agence QMI, Le Journal de Montréal, 14 septembre 2017

Quatre ans après la sortie de Pleurer pour rire, les gars de Kaïn ont lancé, jeudi soir devant de nombreux admirateurs au Club Soda à Montréal, «Welcome Bonheur», leur sixième album studio en carrière.

Steve Veilleux et sa bande sont venus y présenter certaines de leurs nouvelles pièces, dont Comme un bum qui connaît actuellement un vif succès à la radio.

Attendu vendredi sur iTunes et en magasin, le plus récent disque de la formation originaire de Drummondville comprend 11 créations aux sonorités folk et rock. L’opus a été réalisé par Éloi Painchaud.

Après Drummondville mardi et Montréal jeudi, Kaïn a prévu quatre autres lancements dans la province pour «Welcome Bonheur», soit à Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke.

Le groupe a prévu donner plusieurs spectacles au Québec à compter de novembre.

 

ENTREVUE

Catherine Richer, Le 15-18, ICI Radio-Canada Première, 13 septembre 2017

 

ENTREVUE

Marie-Andrée Poulin, TVA Nouvelles, 13 septembre 2017

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Caroline Dubois, Le show du soir, CKOI, 13 septembre 2017

 

ENTREVUE

Stéphanie Belzil, TVA Nouvelles-RNC, Média Abitibi-Témiscamingue, 13 septembre 2017

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Maxime Coulombe, On est tous debouts, Rouge Fm, 105,3, 12 septembre 2017

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Gabriel Palardy, Le Drummond matin, Énergie 92,1, 12 septembre 2017

 

Six lancements à travers le Québec pour "Welcome Bonheur" de Kaïn

Lien multimédia, 11 septembre 2017

Pour souligner la sortie chez Musicor de leur sixième album studio, « Welcome bonheur », les membres de Kaïn dévoileront leur nouveau matériel dans le cadre de six lancements à travers le Québec.

Le groupe débutera les festivités à Drummondville, leur patelin d’origine, le mardi 12 septembre, avant de s’arrêter à Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke.

L’album « Welcome bonheur » est disponible en pré-vente sur iTunes.

Lancements à travers le Québec :

Drummondville : mardi 12 septembre à L’Établi Brasserie Urbaine

[ • • • ]

Montréal : jeudi 14 septembre au Club Soda

Québec : lundi 18 septembre au District Saint-Joseph

Trois-Rivières : mardi 19 septembre à Le Trèfle

Gatineau : Mercredi 20 septembre au Minotaure

Sherbrooke : vendredi 22 septembre à La P’tite Grenouille

 

ENTREVUE

Patricia Paquin, Flash le Tapis rouge, Rouge FM, 7 septembre 2017

 

ENTREVUE

Marie-Noëlle Gagnon, M102,9 Québec, 6 septembre 2017

 

MENTION

Raphael Gendron-Martin, Journal de Montréal, 2 septembre 2017

Le groupe de Drummondville a vécu quelques chambardements, le printemps dernier, alors que le guitariste Patrick Lemieux annonçait son départ après 17 ans au sein de la formation. Malgré tout, ça n’a pas empêché Steve Veilleux et ses comparses de travailler sur un nouveau disque, Welcome bonheur. Pour fêter l’événement, le groupe proposera six lancements dans la province. Allez au kain.ca pour les détails.

Welcome bonheur paraîtra le 15 septembre.

 

Kaïn fera découvrir son album le 12 septmbre

Cynthia Giguere-Martel, L'Express, 29 août 2017

CHANSON. Pour souligner la sortie de leur sixième album, les membres de Kaïn dévoileront leur nouveau matériel devant public, et c'est dans leur patelin, à Drummondville, qu'ils débuteront les festivités le 12 septembre.

De fait, Drummondville figure parmi les six villes sélectionnées pour une soirée lancement.

«C'est évidemment important, comme toujours, de venir présenter l'album chez nous et de jaser avec les gens. Chaque fois, on cherche à faire quelque chose de spécial, donc le 12, on va vendre les 50 premiers albums physiques avant tout le monde», affirme Steve Veilleux, chanteur et guitariste.

Ce fameux lancement se tiendra au bar L'Établi brasserie urbaine à 18 h. Trois jours plus tard, soit le 15 septembre, Welcome Bonheur sortira en magasin. Ce titre évoque exactement là où les membres du groupe se situent dans leur carrière et leur vie personnelle. Ils posent un regard serein, apaisé et lumineux sur leur vie.

[ • • • ]

«Cet album a un côté très introspectif, souligne Steve. Je pense à la chanson À la vie, à la mort qui est une sorte de reconnaissance de tout ce qu'on vit chacun de nous dans nos vies personnelles et collectives. Dans quelques pièces, se pointe aussi une certaine sagesse qui est, je pense, perceptible. De plus, mon projet solo T'en souviens-tu encore, Godin? m'a amené des couleurs claires, ça m'a défini davantage, ça m'a précisé encore une fois le goût d'écrire, de m'approprier les couleurs de notre belle langue québécoise et je pense bien qu'on l'entend sur l'album.»

Le côté rassembleur qu'on connaît bien de Kaïn est encore présent, comme en fait foi le premier extrait de l'album, Comme un bum.

«C'est très présent, on ne peut pas se dénaturer.»

Cette pièce très colorée évoque bien des choses pour les membres. Elle est une chansons écrite et inspirée des kilomètres d'asphalte que parcourent Kaïn depuis maintenant plus de 15 ans, avec coeur, passion et fierté de souche.

«Éric Maheux m'avait envoyé le texte pendant un voyage au Lac-Saint-Jean. Rapidement, j'ai composé la musique. C'est le fun, car c'est notre première collaboration», expose le chanteur et guitariste.

Welcome bonheur est composé de 11 chansons originales. L'opus, réalisé par Éloi Painchaud, est inspiré par les sonorités folk rock des années 1970 (Tom Petty et The Eagles). Cette collaboration marque un tournant dans la carrière du quatuor.

«Éloi est un homme de cœur et complètement un gars de band. On partage la même école musicale et une grosse partie de ses influences sont les nôtres aussi (…) ç'a été un bel échange, un bel apprentissage. (…) Éloi s'est rapidement collé la fierté du band et de nos racines dans le front. Donc on n'a pas travaillé, pas collaboré, on a juste joué avec un cinquième membre pour cet album. Enfin, on a marqué le tournant et on a pris les chances qu'on s'était promises», expose Steve.

L'album est enregistré depuis le mois de novembre 2016. Pas besoin de dire que les gars ont extrêmement hâte de le partager à ses fans.

«C'est vrai que ça fait longtemps, mais ça nous a permis de brasser plein d'idées pour le show. Mais là, il est temps qu'il sorte, on ne se peut plus.

 

MENTION

Kaïn lance son nouvel album dans six villes

Journal de Montréal, 25 août 2017

Pour lancer son sixième opus, « Welcome bonheur », le groupe Kaïn ira à la rencontre de son public dans six villes du Québec.

Originaire de Drummondville, la bande formée de Steve Veilleux, Yanick Blanchette, John-Anthony Gagnon-Robinette et Éric Maheu y amorcera naturellement sa tournée le 12 septembre, avant de s’embarquer vers Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke.

Il s’agit de son deuxième opus paru sous l’étiquette Musicor en cinq ans, après « Pleurer pour rire » en 2013, et est disponible en pré-vente sur iTunes.

 

MENTION

Rentrée 2017 : 30 albums qui rythmeront votre automne

Claudine Beaumont, Ici Musique, 25 août 2017

La formation drummondvilloise lancera un sixième album, inspiré du rock des années 1970. Des artistes tels que Tom Petty et The Eagles ont influencé la création de ses nouvelles chansons, réalisées par Éloi Painchaud. Voilà qui fera sûrement le bonheur des admirateurs de Kaïn, en plus de rallier quelques nostalgiques.

 

ENTREVUE

Émy Fournier, 12 août 2017

https://www.youtube.com/watch?v=PVIpEfkDIlM

 

Un achalandage record aux Festivités Western de St-Victor, où Kaïn jouera ce soir

Stéphane Quintin, Enbeauce.com, 29 juillet 2017

Alors qu’un achalandage record a été enregistré à Saint-Victor pour la journée d’hier, la venue du groupe Kaïn durant la soirée devrait attirer de nouveau une foule nombreuse qui réjouit les organisateurs des Festivités Western.

Le beau temps a été au rendez-vous à Saint-Victor pour accompagner la 39e édition des Festivités Western, événement incontournable de l’été beauceron. L’achalandage jusqu’à aujourd’hui a réservé de belles surprises aux organisateurs, notamment la journée du vendredi 28 juillet, durant laquelle près de 10 000 personnes se sont retrouvées sur le site, un record battu qui laisse présager un beau bilan à l’issue du festival. Avec la visite du groupe Kaïn, un dernier rodéo dimanche et une grande parade à travers les rues de la ville, les festivités réservent encore de belles surprises aux passionnés de country.

[ • • • ]

« La température est de notre côté, ainsi qu’une belle programmation qui nous a permis de battre un record d’achalandage vendredi avec la venue de 10 000 personnes sur le site. Ce soir, notre objectif serait d’atteindre les 15 000 visiteurs, notamment grâce au spectacle du groupe Kaïn et la grande tire de chevaux », a commenté Caroline Gilbert, coordonnatrice de l’événement. Selon elle, le magasin général, nouveauté de cette 39e édition, a aussi été très apprécié par les visiteurs. Né en 1978, le festival Western de Saint-Victor attire près de 50 000 personnes, une trentaine de spectacles et environ 400 compétiteurs qui plongent chaque été le village dans une ambiance effrénée de Far West.

 

Les nouvelles couleurs de Kaïn

Daniel Coté, La Presse, 28 juillet 2017

Si vous aimez Kain, le spectacle qu'il donnera le 11 août, à l'occasion du Festival international des Rythmes du Monde, devrait figurer à votre agenda. Il fait partie d'une tournée estivale regroupant une douzaine de rendez-vous, dont un seul dans la région. Le programme comprend des pièces qu'on découvrira sur le prochain album, Welcome bonheur, et il y aura un petit nouveau sur la scène, le guitariste John-Anthony Gagnon-Robinette.

Il a succédé à Patrick Lemieux en mars et tout de suite, ses camarades ont réalisé que cet homme plus jeune qu'eux - il est âgé de 25 ans - constituait une recrue de choix.

« Il a l'énergie d'un gars de son âge et en plus de la guitare, il joue du banjo, de la pedal steel et de la mandoline. Sa palette musicale est colorée, ce qui nous donne plein d'idées », a souligné le chanteur Steve Veilleux jeudi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

[ • • • ]

Miser sur les succès

Puisque c'est l'été, les succès du groupe seront livrés dans un enrobage rock aux accents festifs, les musiciens ayant pour objectif de faire lever le party sur la rue Racine.

Ceux qui souhaitent entendre Embarque ma belle, La maison est grande et La bonne franquette, entre autres perles, ne seront pas déçus. Ce sera l'occasion de célébrer plus de 15 ans de complicité.

« Ne pas jouer ces chansons que tout le monde connaît irait à l'encontre de notre désir de rester fidèles à ce que nous sommes. En même temps, nous profitons de cette tournée pour présenter deux extraits du nouvel album, qui sortira en septembre. L'un d'eux a pour titre Comme un bum et il a été inspiré par un voyage que notre bassiste, Éric Maheu, a fait au Lac-Saint-Jean. L'asphalte a toujours été la muse de ce groupe », décrit joliment Steeve Veilleux.

Nouveautés

Jusqu'ici, le public réagit favorablement aux nouveautés qu'on lui jette en pâture. Enregistrées l'automne dernier, ce qui a représenté le chant du cygne pour Patrick Lemieux, ces pièces demeurent fidèles à la manière des gars de Drummondville, tout en laissant voir une mutation dans leur approche.

« C'est inspiré de la musique des années 1980, de ce que faisaient des gens comme Tom Petty ou les Eagles. On a beaucoup misé sur les harmonies vocales. On voulait toucher aux textures », révèle le chanteur. C'est avec le concours d'Éloi Painchaud que Welcome bonheur a pris forme. Le réalisateur a recouru à l'approche du « live en studio » pour conférer un supplément de fraîcheur aux interprétations, dont le pendant scénique sera défini prochainement. « Sur le disque, il y a du banjo, du piano, des choeurs et des textes râpeux. On a voulu éviter les demi-mesures », fait observer Steeve Veilleux, qui ajoute que la tournée des salles débutera en novembre.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Patricia Paquin, Manuel Hurtubise et Jessica Barker, Le 4 à 6 de l'été, ROUGE FM 107,3, 06 juillet 2017

Extrait de l'entrevue et de la performance

 

ENTREVUE

Luc Cauchon, 100 000 matins, O97,3 FM, 04 juillet 2017

http://www.o973.ca/

 

Kaïn fait un malheur

Jean Joubert, L'Express Montcalm, 28 juin 2017

SPECTACLE. Malgré un ciel et des nuages menaçants, la foule a répondu à l'appel en grand nombre pour assister au spectacle de Kaïn à Saint-Lin-Laurentides.

Historiquement, à Saint-Lin-Laurentides, la participation de la population à la Fête nationale était toujours très bonne.  Cette année, assurément à cause de la présence du groupe invité, cette foule était très impressionnante.  Les organisateurs estiment que plusieurs milliers de personnes se sont rendues sur le site.

Discours

Lors de son discours patriotique, le député de Rousseau, Nicolas Marceau a rappelé que l'apport des Québécois à travers le monde est notable.  « Le Québec produit des ingénieurs, des artistes internationaux, des sportifs de haut niveau, bref, nous sommes un grand peuple et le meilleur est à venir », a dit en substance M. Marceau.  De son côté, le député du Bloc québécois du comté de Montcalm, Luc Thériault, y est allé de façon plus poétique.  « Nous sommes une nation… nous sommes à fleur de peau, nous sommes à fleur de lys et nous sommes à fleur d'un pays. »  Fidèle à son habitude,  le maire de Saint-Lin-Laurentides, Patrick Massé a rendu hommage au comité organisateur de la fête.

[ • • • ]

Ailleurs…

Plusieurs municipalités de la MRC de Montcalm ont aussi offert à la population des spectacles de la St-Jean.  À Saint-Esprit, les Alcoolytes étaient sur scène pour lancer la soirée de la Saint-Jean au terrain des loisirs.  Les maires Michel Brisson et Mario  Racette ont pris la parole pour souligner l'importance de cette fête.  Du côté de Saint-Roch-de-l'Achigan, les organisateurs avaient choisi de présenter les festivités le samedi 24 juin.  Bonne foule aussi pour les spectacles au terrain de balle.

 

Un nouveau souffle pour Kaïn

François Houde, Le Nouvelliste, 27 juin 2017

Le cap des 15 ans d'existence en aura été un mouvementé pour le populaire groupe Kaïn mais le quatuor en ressort quelque peu transformé et prêt comme jamais à aborder le prochain tronçon de route la pédale au plancher.

La transformation la plus évidente sautera aux yeux des fans dès cet été puisque le groupe n'est plus le même dans sa composition. Le guitariste Patrick Lemieux, un des membres fondateurs, a quitté le bateau officiellement en avril dernier, remplacé par John Anthony Gagnon Robinette. 

La rupture avec Lemieux, un Trifluvien d'adoption, s'est faite d'un commun accord. «Évidemment, ç'a été un épisode très émotif pour nous tous, reconnaît le chanteur du groupe Steve Veilleux. Ç'a été une décision commune. On a convenu qu'on n'arriverait pas à reprendre la vie de tournée comme on l'a fait depuis les débuts du groupe dans les circonstances actuelles.

[ • • • ]

Il arrive dans n'importe quelle association qu'il faille prendre des chemins séparés pour le bien de tout le monde et ç'a été le cas avec Pat. Nous avions des visions d'avenir qui divergeaient et Pat mène d'autres projets dans sa vie.»

La séparation arrive à un curieux moment puisque les quatre musiciens originaux ont enregistré ensemble le nouvel album qui sortira en septembre prochain et c'est au terme de cet épisode qu'une remise en question s'est produite.

«On a trippé à faire l'album ensemble mais quand est venu le temps de l'arranger et de préparer la tournée qui va suivre, c'est là que les divergences de vue se sont manifestées de façon plus claire.» 

«L'attitude que nous avons, Steve, Yannick (Blanchette, le batteur) et moi, est basée sur la simplicité, d'ajouter Éric Maheu, le bassiste. John est plus jeune que nous et il apporte une attitude nouvelle qui va très bien avec notre état d'esprit. Il a comme une vieille âme qui nous rejoint tout en conservant une énergie qui nous stimule énormément. Je pense qu'on a été meilleurs que Marc Bergevin quand a été le temps de repêcher un p'tit nouveau au sein de notre équipe!»

Ce que cet événement vient marquer, c'est la relance du groupe qui a pris une longue et bénéfique pause après près de quinze ans à rouler à fond de train.

«C'était nécessaire de se ressourcer un peu, de replanter nos racines chacun de notre côté avec nos familles pour mieux repartir. C'est comme ça qu'on en est arrivé à faire un nouvel album inspiré. Maintenant, on est prêt à repartir en tournée dès l'automne prochain sur la base de ce nouveau matériel.»

Entre temps, le groupe se produira dans son environnement de prédilection, celui des festivals d'été, pour une dizaine de représentations au cours des prochaines semaines.

«Avec le nouvel album on aborde ce qu'on pourrait appeler la troisième phase de l'évolution du groupe, poursuit Steve Veilleux. Veux, veux pas, on a une quinzaine d'années d'expérience dans le corps et on n'a plus l'âge de nos débuts. Je ne dirais pas que ça change notre musique mais ça change un peu notre façon de la présenter.

En plus, le travail en studio fait avec Éloi Painchaud comme réalisateur a été extrêmement fructueux. Il est devenu un cinquième membre du groupe en apportant une vision nouvelle. On a très hâte de présenter ce nouveau matériel dans lequel les fans vont reconnaître une musique à 100 % Kaïn, mais renouvelée.»

«Il reste, d'ajouter Éric, qu'on est depuis toujours un groupe de scène. C'est encore là qu'on est à notre meilleur. Avec la maturité qu'on a gagnée, l'arrivée d'un nouveau guitariste et une vision plus claire que jamais de la musique qu'on veut faire ensemble, on est extrêmement enthousiastes devant ce qui s'en vient pour nous.»

On ne verra pas le Kaïn renouvelé sur la scène du FestiVoix en 2017 mais le groupe sera au Festival de la galette de Louiseville le 7 octobre et sur la scène de la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture le 23 novembre prochain.

 

12 000 personnes pour Kaïn à la fête nationale à Saint-Constant

David Penven, Le Reflet, 25 juin 2017

La formation Kaïn a fait vibrer les Constantins réunis au Centre municipal dans le cadre des festivités de la Fête nationale, le 24 juin.

Plus de 12 000 personnes ont assisté à leur spectacle, selon la Ville.

C’est le groupe Hors-Système qui a assuré la première partie de cette prestation qui s’est terminée par un traditionnel feu d’artifice. Auparavant, les citoyens pouvaient festoyer sous un chapiteau en compagnie du chansonnier Alexis Arbour.

Le groupe Kaïn était l’un des événements majeurs des festivités de la Fête nationale à Saint-Constant.

Les activités de cette journée ont commencé avec une messe en hommage aux patriotes à l’église de Saint-Constant. Animation, piste de vélo-kart, balades en pédalos, jeux gonflables, mur d’escalade, spectacle pour enfants et dîner communautaire figuraient au programme.

 

Suggestions week-end dans Lanaudière

Élise Brouillette, L'Action, 23 juin 2017

SORTIES. Voici plusieurs activités prévues au cours de la fin de semaine pour égayer votre long congé.

Loco Locass à Joliette

Pour la fête Nationale, Joliette aura le plaisir de recevoir Loco Locass, le 23 juin, au parc Louis-Querbes. Dès 18 h, place au duo Les Bordéliques. Ensuite, à 20 h, ce sera le Duo Grenier/Miron et à 21 h Loco Locass. La soirée se terminera par des feux d'artifice à 22 h.

Kaïn s'amène à Saint-Lin

Le 23 juin, au coeur de Saint-Lin-Laurentides, Kaïn saura ravir ses fans. La soirée débutera par Les gars du coin à 20 h, suivi de Kaïn à 20 h 30 et des feux d'artifice à 22 h 45. Des chansonniers clôtureront le tout. De l'animation comme des manèges pour les enfants agrémente le tout.

[ • • • ]

Alex Nevsky et King Melrose à Repentigny

À Repentigny, le 24 juin, des activités familiales sont prévues dès 16 h, suivies de King Melrose à 19 h, Alex Nevsky à 20 h 30, des feux d'artifice à 22 h. Bodh'aktan clôturera la soirée.

Exposition de Jean-Claude Poitras au Centre d'art Diane Dufresne

La mode et la beauté sont à l'honneur au Centre d'art Diane Dufresne à l'occasion de l'exposition Jean-Claude Poitras: sur le chemin du Roy, au fil de mes escales qui continuera de faire rayonner la Ville de Repentigny tout l'été, jusqu'au 15 octobre. Si cette exposition est la manifestation phare de l’été à Repentigny, il faut souligner qu’elle s’accompagne d’un éventail d’activités complémentaires, tel que la participation du designer lors de l’événement littéraire Au fil de l’eau, au fil des mots le 3 juillet, une visite commentée de l’exposition par l’artiste lui-même le 23 juillet ainsi qu'une animation et un spectacle coup de cœur à la Boîte à musique Desjardins en présence du créateur, le 3 août.

Place au Cowboy Fest à Berthierville

Entraînante et rassembleuse, la musique country prend possession de Berthierville. Du 22 au 25 juin, le Cowboy Fest offre l'occasion de taper des mains et du pied lors des spectacles d'artistes de renom. Vingt-cinq spectacles sont présentés. Vendredi (23 juin), en après-midi, dès 13 h, François Laliberté, Pierre Guillemette, Stéphane Charbonneau et Andy Bouchard se succéderont sur la scène, d'heure en heure. En soirée, Serge Massé sera en spectacle, dès 19 h. JC Harrisson lui succédera à 20 h. Rhéal Leblanc et Steeve Desmarais présenteront respectivement leurs spectacles à 21 et 22 h. Samedi, en après-midi, les spectacles débuteront aussi à 13 h. Patricia Caron, Réal et Manon, Alex et Caro et Lany Richard seront tour à tour sur scène. En soirée, à compter de 19 h, le public pourra successivement entendre Denis Boudreau, Carol Renaud, Kenneth Saulnier ainsi que Nancy Blanchard et Kevin Arsenault du groupe Réveil. Dimanche, une messe country est inscrite pour 10 h 30. Dès 13 h, Gilles Salvas et cie, Réjean et Chantal Massé, Régis Gagné et Jerry Cormier présenteront tour à tour leurs spectacles.

Messe de la Saint-Jean-Baptiste

La traditionnelle messe de la Saint-Jean-Baptiste aura lieu le samedi 24 juin, à 10 h, à la Cathédrale de Joliette. Musique et chants puisés du répertoire québécois et interprétés par les Chanteurs de la Place Bourget, accompagnés à l’orgue par Jacques Giroux,  seront au programme de cette célébration.

« Motetan Mamo » à Joliette

Motetan Mamo de Nation à Nation procédait dernièrement au lancement de sa campagne annuelle de financement en soutien aux Autochtones qui doivent quitter leur communauté pour des raisons de santé. La 5e édition de la marche, d'une distance de 200 kilomètres, aura lieu du 29 juillet au 5 août. Dans le cadre de cet événement, le dimanche 25 juin, à la Cathédrale de Joliette, toute la population est invitée à participer à une marche symbolique dont le départ s’effectuera à 9 h 30, du Centre d’amitié autochtone de Joliette, situé coin Sainte-Anne et Papineau. Les marcheurs se dirigeront à la Cathédrale de Joliette pour une messe à 10 h 30. Suivront la bénédiction des marcheurs et une animation autochtone sur le parvis de la Cathédrale.

 

Un samedi musclé avec Kaïn, Alain-François et Jean-François Mercier

La Nouvelle, 16 juin 2017

Pour la première fois de son histoire, le Festival hommes forts de Warwick mettra le paquet en offrant un programme triple au cours de la soirée du 8 juillet. Kaïn et Alain-François en chanson et Jean-François Mercier en humour en mettront plein la vue afin de rendre la soirée inoubliable.

On n’en est pas à la première combinaison Kaïn-Alain-François à Warwick. Ces bêtes de scène ont fait leurs preuves et sont responsables de quelques-unes des meilleures foules de l’histoire du Festival. Que demander de mieux pour souligner les belles journées de l’été trop court que de vibrer au rythme des meilleures chansons populaires et néo-traditionnelles québécoises.

[ • • • ]

La fierté drummondvilloise Kaïn fera un arrêt attendu dans les Bois-Francs (à une cinquantaine de kilomètres de leur domicile) afin d’offrir l’un de leur douzaine de concerts prévus cet été. Les boys interpréteront 90 minutes de leurs grands succès, en plus de présenter quelques extraits de Welcome bonheur, le prochain album du groupe, qui doit voir le jour en septembre.

«On a présenté quelques extraits de Welcome bonheur lors de notre tournée ce printemps et la réponse est bonne. On va se concentrer sur les chansons plus rythmées qui vont accrocher le monde, annonce le bassiste Éric Maheu. Les gens auront droit à un spectacle rassembleur et énergique, à l’image de Kaïn.»

Le spectacle du 8 juillet sera une première occasion pour le public warwickois de voir à l’œuvre le nouveau guitariste du quatuor, John-Anthony. Ce dernier a remplacé Patrick Lemieux ce printemps.

«Il a une drive incroyable. Il nous rend tous meilleurs, la chimie est super bonne. Ce sera une belle soirée pour profiter de notre lune de miel», continue Éric Maheu.

Les billets sont toujours disponibles sur le site https://divertissimo.ca/festivalhommesforts-2017

 

Steve Veilleux, porte-parole de la 10e édition des Jeudis en chansons de la SSJBCQ

La Nouvelle, 16 juin 2017

La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ) annonce le retour, pour une 10e année, de sa populaire série de spectacles gratuits et 100 % francophones, les Jeudis en chansons! Et pour marquer le coup de cette décennie de succès, la Société s’est associée au populaire chanteur du groupe Kaïn, Steve Veilleux qui a accepté d’emblée ce rôle en territoire centricois.

«Quelle formidable initiative que de semer des spectacles gratuits aux quatre coins de notre belle région» s'est empressé de dire Steve Veilleux en acceptant de promouvoir ces soirées offrant une exceptionnelle tribune aux artistes centricois.

[ • • • ]

Ces spectacles tout à fait gratuits et 100 % francophones sont en effet l'occasion de découvrir de nombreux talents de chez nous aux styles musicaux variés : chansons françaises, pop-rock, blues, traditionnel, country. De plus, les spectateurs pourront entendre d’impressionnantes interprétations du grand répertoire francophone. Trente-huit (38) prestations artistiques seront offertes les jeudis soirs à compter du 6 juillet jusqu'au 25 août prochain, dans autant de municipalités rurales des cinq MRC du Centre-du-Québec.

D'une durée de 90 minutes, les prestations artistiques débuteront à 19 h 30 et seront présentées sur des scènes extérieures. Les parvis d’églises et autres parterres communautaires seront fort occupés, mais en cas de mauvais temps, un lieu intérieur est prévu pour chacun des événements.

Promouvoir la culture québécoise, les arts et la langue française tout en soutenant le dynamisme culturel des milieux ruraux, voilà un exemple d'intervention concrète de la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec sur son territoire. La SSJBCQ a d'ailleurs reconduit son programme d'assistance financière invitant les municipalités et les organismes intéressés à demander une subvention pour tenir un spectacle extérieur dans le cadre des Jeudis en chansons. Pour l'édition 2017, la Société a investi près de 25 000 $ en plus d'assurer la coordination du programme, d'offrir un soutien aux comités organisateurs et de voir à la promotion des événements. Quelque 35 000 dépliants seront d'ailleurs dispersés un peu partout au Centre-du-Québec.

«Le concept des Jeudis en chansons, à la fois simple et original, a fait ses preuves et jouit d'une incessante popularité. Au fil des ans, près de 300 spectacles gratuits ont été présentés dans les petits villages du Centre-du-Québec et plus de 30 0000 personnes y ont assisté au cours des neuf premières éditions», précise Gisèle Denoncourt, directrice générale de la SSJBCQ et coordonnatrice de ces soirées musicales.

«En vous rendant à l'un ou plusieurs de ces spectacles, vous pourrez découvrir le cachet unique de nos municipalités centricoises. Grâce à la précieuse collaboration de nos partenaires, 6 spectacles seront présentés dans la MRC de Nicolet-Yamaska, 9 dans Bécancour, 9 dans Arthabaska, 6 dans l'Érable et 8 dans la MRC de Drummond», précise-t-elle avant d'ajouter qu'avec une telle programmation, un record d'assistance pourrait bien être établi.

Cet été, Gaith Boucher, Légende, Julie Lauzon, Amélie Boisclair et Pascal Allard seront notamment de ceux qui feront vibrer le Centre-du-Québec les jeudis soirs, sans parler du spectacle «Hommage à Ginette Reno» présenté par Katherine Plante. La population est de nouveau conviée à sillonner la route des jeudis en chansons, chaise de parterre à la main, à la recherche d'un parc, d'un terrain communautaire ou d'un perron d'église où se tiendra l'une ou l'autre de ces conviviales et sympathiques soirées musicales.

Et pour ceux et celles qui voudraient croiser le porte-parole Steve Veilleux, prenez note qu'il sera présent à Sainte-Sophie-de-Lévrard le 13 juillet lors de la prestation de NOVA (rock/populaire), ainsi que le 24 août à l'Avenir où se produira Pascal Allard (populaire/country).

Pour connaître la programmation détaillée, consultez le www.ssjbcq.quebec/la-societe/jeudis-en-chansons et suivez-nous sur www.facebook.com/SSJBCQ.

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Gino Chouinard, Salut Bonjour, TVA, 12 juin 2017

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour

 

Le renouveau de Kaïn

Marie-Ève Lambert, La Voix de l'Est, 10 juin 2017

Kaïn s’est fait discret ces derniers temps. Les mauvaises langues parlaient même de la mort du groupe. Des rumeurs en ce sens circulaient d’ailleurs depuis quelques années. Mais ce n’ est qu’ une petite pause— une première en quinze ans d’existence !— que les gars se sont octroyée. Ils en ont profité pour faire le point, explorer d’ autres a venues, et se ré inventer. Et ils nous reviennent avec un nouveau guitariste, un premier extrait d’un sixième album à voir le jour à l’automne et «un peu plus de sagesse» , prêts à prouver qu’ils ont encore leur place sur la scène musicale québécoise. « Ce n’est pas la fin de Kaïn, loin de là ! » , assure le chanteur Steve Veilleux. On est comme des gamins en ce moment avec notre nouvelle tournée qui s’amorce. On a de nouvelles chansons à présenter, un nouvel esprit sur scène qui nous fait triper complètement, et on est réellement reconnaissant d’être encore là, 16 ans plus tard. On est conscient de la chance qu’on a.»

[ • • • ]

Cette tournée s’arrêtera ce samedi, à Sainte-Cécile-de-Milton, lors du premier festival Milton en fête. Un événement coproduit par le chanteur, avec Jean-Louis Daigle. «Durant notre pause, chacun en a profité pour faire d’autres projets chacun de son côté. J’ai sorti un album solo, mais j’ai aussi commencé à produire des événements, et j’ai vraiment eu la piqûre» , raconte-t-il.

Quand M. Daigle l’a approché pour ce nouvel événement, il n’a pas su refuser. «Jean-Louis, c’est lui qui m’a donné ma première chance. C’est dans son bar à Granby que j’ai eu mes premiers publics qui n’étaient pas composés de mes amis. Puis, il y a eu le Festival de la chanson [en 2001; Kaïn avait remporté le Prix du public]. Granby, c’est vraiment là que tout a commencé.»

CHANGEMENT DANS LES RANGS

Cinq albums et dix-sept nominations à l’ADISQ plus tard, la formation originaire de Drummondville avait besoin de renouveau. Le guitariste Patrick Lemieux a quitté, et John Anthony Gagnon Robinette a intégré les rangs. «Le départ de Patrick s’est décidé d’ un commun accord. Depuis quelque temps, on avait beaucoup de divergences musicales. Il était réticent à aller toucher d’autres textures. Mais on travaillait ensemble depuis tellement longtemps qu’on ne le voyait probablement pas. C’est quand on est entré en studio que tout le monde l’a vraiment réalisé. On s’est assis, on en a discuté, et on en est venu à la conclusion qu’il valait mieux mettre fin à notre collaboration. Quand j’ai fondé le band avec Yannick (Blanchette) au début des années 2000, c’était pour avoir du fun. Quand le fun n’est plus là, il est temps de se recentrer, et c’est ce qu’on a fait.»

Les gars avaient rencontré John Anthony dans un festival l’été dernier, et ils étaient tombés amoureux de son style, poursuit Veilleux.

« Il a une drive contagieuse, une énergie, un enthousiasme débordant... il apporte ce qui nous a longtemps manqué.»

Au quatuor de musiciens se joint également un pianiste sur scène (en la personne de Guillaume Marchand), laisse savoir l’interprète d’Embarque ma belle. WELCOMEBONHEUR

Après avoir souhaité la bienvenue à leur nouveau guitariste, les gars de Kaïn lanceront Welcome Bonheur, le titre de leur sixième album, dont le premier extrait, Comme un bum, a été dévoilé la semaine dernière. « Welcome Bonheur, ça traduit exactement l’esprit dans lequel on se trouve, explique l’artiste de 38 ans. On est probablement les adolescents qui ont eu l’existence la plus longue, mais dernièrement, on a acquis une certaine forme de sagesse. C’est facile de se perdre dans ce métier-là. Mais je crois qu’on a réussi à revenir à l’essentiel: la famille, les bonnes valeurs... »

« On a évolué sur tous les plans : personnel, en tant que band, dans notre plume, dans notre musique... Et là, on est juste bien » , ajoute-t-il du même souffle.

Réalisé par Éloi Painchaud, l’opus, qui sortira le 15 septembre, a été influencé par des artistes comme Tom Petty et The Eagles, de sorte que le folk rock qui définit le groupe est teinté des années 70, laisse-t-on entendre dans un communiqué.

Malgré tous ces changements dont il parle, Steve Veilleux assure que les gens vont reconnaître leur bon vieux Kaïn. «Le noyau est là. Notre enrobage est plus musclé, plus appuyé, notre musique a pris un tournant, mais on ne l’a pas dénaturée complètement.»

 

ENTREVUE ET PRESTATION

Alex Trudel, Lanaudière sans détour, M103,4 FM, 01 juin 2017

http://www.m1035fm.com/

 

Kaïn dévoile un premier extrait

L'Express, 31 mai 2017

MUSIQUE. Les fans de Kaïn peuvent aujourd'hui avoir un avant-goût de l’album Welcome bonheur, alors que le groupe drummondvillois dévoile le premier extrait, Comme un bum.

Publicité 

Dotée de l’emballage folk rock qui définit le groupe, Comme un bum est à l’image d’un nouvel album qui marque un tournant dans la carrière du quatuor, lequel a d'ailleurs accueilli un nouveau guitariste, John-Anthony Gagnon-Robinette, à la suite du départ de Patrick Lemieux, en avril.

Inspiré du folk rock des années 1970, le processus créatif de cet opus a été influencé par des artistes comme Tom Petty et The Eagles.

Comme un bum est un morceau écrit et inspiré des kilomètres d'asphalte que parcourent les membres du groupe depuis maintenant plus de 15 ans, avec coeur, passion et fierté de souche. La chanson prend racine sur le chemin du Lac-Saint-Jean et est le croisement des mots du bassiste Éric Maheu et de la musique du chanteur Steve Veilleux. Une collaboration bien rythmée et rassembleuse, typique du groupe.

Réalisé par Éloi Painchaud, Welcome bonheur sera disponibles chez les disquaires le 15 septembre. (CGM)

Pour écouter l'extrait : www.kain.ca

 

ENTREVUE - Chronique culturelle: du nouveau pour Kaïn

Linda Corbo et Yves Larouche, 360 PM, ICI Radio-Canada Premiére, 31 mai 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

Kaïn revient en force

Constance Cazzaniga, Hollywood PQ, 12 mai 2017

Quatre ans après leur dernier album, Pleurer pour rire, les membres de Kaïn reprennent du service! Patrick Lemieux, le guitariste des 16 dernières années, a été remplacé par John Anthony Gagnon Robinette ce printemps, un changement qui coïncide avec le retour en force du groupe. On le rencontrera donc en redécouvrant Steve Veilleux, Yanick Blanchette et Éric Maheu, également de La Chicane, dès cet été puisque le band lancera sous peu un nouveau single, Comme un bum.

C'est à Salut Bonjour qu'ils sont allés jouer leur nouvelle pièce pour la première fois, ce matin. Et si vous en redemandez, sachez que Kaïn partira en tournée de rodage cet été avant de lancer leur nouvel album, Welcome Bonheur, le 15 septembre prochain. Pour voir leur performance dans le studio de Gino Chouinard et ainsi découvrir leur nouvelle toune, c'est ici!

Pour acheter des billets et connaître toutes les dates de spectacles, c'est ici.

 

Kaïn de retour sur disque le 15 septembre

Cynthia Giguère-Martel, L'Express, 9 mai 2017

CHANSON. Depuis quelques jours, Kaïn publie sur sa page Facebook des photos annonçant la date de sortie de son sixième album tant attendu. Ce sera le 15 septembre prochain.

Publicité 

On connaît également le titre, soit Welcome bonheur.

La formation drummondvilloise a trouvé une façon bien originale de partager la nouvelle à ses fans. Elle a demandé à des artistes, comme Brigitte Boisjoli, Travis Cormier, Véronique Cloutier et 2Frères de prendre la pose avec une affiche sur laquelle il est écrit «Kaïn, Welcome bonheur, 15/09/17».

Pour ce nouvel opus, le quatuor a collaboré, à son plus grand bonheur, avec le réalisateur et musicien de renom Éloi Painchaud.

[ • • • ]

«Ce sera des chansons très, très festives, de A à Z», avait indiqué en novembre dernier le chanteur et guitariste Steve Veilleux.

Une nouvelle ère s'amorce également avec cet album alors qu'un nouveau guitariste, John-Anthony Gagnon-Robinette, s'est joint à la formation à la suite du départ de Patrick Lemieux, en avril. 

D'ici là, le groupe a un agenda bien rempli avec la tournée des festivals.

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés