Dossier de presse de La fabuleuse histoire d'un royaume

Mission accomplie pour la 30è édition

Stéphane Bouchard, Le Journal de Québec, 19 août 2017

Au lendemain de la dernière représentation de la Fabuleuse histoire d’un royaume qui s’est réinventée cette année avec des projections numériques, l’équipe de production déclare « mission accomplie ».

Pour souligner la 30e édition de la Fabuleuse histoire d’un royaume, la directrice de la programmation et du marketing chez Diffusion Saguenay, Claudine Bourdages, s’était fixé un objectif un peu fou : vendre 30 000 billets.

Le nouveau décor de la Fabuleuse, né d’un grand brassage d’idée de l’équipe qui travaille sur la pièce en coulisse, aura permis de réaliser ce rêve. Au moment de faire l’entrevue, la Fabuleuse avait attiré un peu plus de 35 000 spectateurs.

[ • • • ]

Renouveau

Question de rendre cette saison qui marquait un anniversaire inoubliable, l’équipe de Diffusion Saguenay s’est demandé : « Qu’est-ce qu’on fait pour que cette production-là perdure dans le temps ? » raconte Claudine Bourdages.

Dotée d’un budget de 1,5 million $, la Fabuleuse s’est refait une beauté avec des projections en trois dimensions qui donnent une nouvelle allure et un nouveau rythme aux tableaux de la pièce.

 Les nouveaux décors de la Fabuleuse histoire d’un royaume ont suscité un engouement qui s’est traduit par de bonnes ventes à la billetterie. 

« L’engouement qu’on a connu cet été est lié à cette nouvelle approche. Après les spectacles, on reçoit beaucoup de courriels, on va voir sur Trip Advisor, et on n’a eu aucun commentaire négatif. C’est exceptionnel pour une pièce qui dure depuis tout ce temps », explique avec fierté Mme Bourdages.

Approbation

Ce succès commercial a été reçu comme un sceau d’approbation par l’équipe de Diffusion Saguenay. Mais la pièce n’a pas connu du succès seulement auprès des spectateurs et des touristes. Les anciens comédiens, ceux qui ont assisté aux premiers pas du spectacle, ont apprécié la cure de rajeunissement de la Fabuleuse.

« On a eu l’approbation des gens à l’avant-première. L’assistance était composée uniquement de comédiens qui ont déjà joué dans la Fabuleuse et il y avait des applaudissements monstres à tous les tableaux », raconte Mme Bourdages.

« Déjà, on savait qu’on avait réussi quelque chose », ajoute-t-elle, en précisant que les comédiens ont eu la chance de jouer devant des salles remplies tout l’été pour les 24 représentations de la pièce à grand déploiement.

Autre signe d’une année exceptionnelle, il y a eu 160 acteurs bénévoles qui ont participé à la pièce chaque soir, une dizaine de plus que par les années passées.

Tournée vers l’avenir

Claudine Bourdages espère que la nouvelle approche de la Fabuleuse histoire d’un royaume redonnera au moins cinq ans de vie à la pièce qui a fait la fierté de la région.

Maintenant que la saison officielle est terminée, la deuxième série de représentations, celle pour les touristes provenant des bateaux de croisières, commencera sous peu.

 

Les incontournables de la semaine du 14 au 20 août

Stéphane Bouchard, Le Journal de Québec, 13 août 2017

La dernière chance de l’été: La Fabuleuse histoire d’un royaume
C’est déjà la fin de la trentième saison de la Fabuleuse histoire d’un royaume. On peut d’ores et déjà dire que la cure de rajeunissement du spectacle, qui consiste en des projections virtuelles en trois dimensions qui recréent les décors, a été un franc succès. Cette année, la Fabuleuse a attiré plus de 30 000 visiteurs, atteignant ainsi l’objectif que les artisans du spectacle et les organisateurs s’étaient fixé. Il reste quatre représentations à l’événement tenu au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Ceux qui n’ont pas encore assisté à la nouvelle version ont jusqu’au 19 août pour le faire.

 

Entrevue: épisode du mercredi 2017

Indice UV, ICI Télé Radio-Canada Première, 9 août 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

 

30 000 billets vendus pour La Fabuleuse

Myriam Gauthier, Le Quotidien, 02 août 2017

La Fabuleuse souligne son 30e anniversaire en grand : plus de 30 000 billets ont été vendus jusqu'à maintenant. Un total qui dépasse de loin les ventes de la dernière saison et des dernières années.

L'équipe de La Fabuleuse histoire d'un Royaume a appris samedi que l'objectif espéré devait être atteint au début de cette semaine. À la mi-juillet, plus de 20 000 billets avaient déjà été vendus, et les ventes ne se sont pas essoufflées depuis. Plusieurs soirs, le parterre du Théâtre du Palais municipal, à La Baie, a affiché complet dans la grande salle qui peut accueillir 2300 personnes à chaque représentation.

[ • • • ]

Le virage technologique, grâce à un investissement de près de 1,5 M $ et à un partenariat avec les entreprises LSM Ambiocréateurs et MATIÈRS, semble avoir séduit les spectateurs. Et le compteur continue de tourner pour la saison estivale 2017 de La Fabuleuse, qui a encore neuf représentations à l'horaire, jusqu'au 19 août. 

L'équipe rêvait d'atteindre les 30 000 billets vendus pour la 30e édition. « C'est un rêve réalisé ! s'est réjoui Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing chez Diffusion Saguenay, par voie de communiqué. [...] Nous sommes heureux que le public partage avec nous cette aventure qui met en premier plan des artisans bénévoles d'exception, fiers de leur histoire. » Il n'a pas été possible de s'entretenir avec Mme Bourdages, qui est actuellement en vacances.

En 2016, un peu plus de 22 000 spectateurs avaient assisté à La Fabuleuse. L'édition se situait dans la moyenne des dernières années, alors que les ventes variaient de 20 000 à 23 000 billets vendus.

Le metteur en scène de la fresque historique, Louis Wauthier, était bien sûr aux anges, lorsque contacté mercredi par Le Quotidien. « C'est le désir de tout metteur en scène qu'il y ait le plus de gens possible qui voient le spectacle, a-t-il commenté en soulignant le travail de toute l'équipe de La Fabuleuse. Ça me fait énormément plaisir, je suis émerveillé et... fabuleusement content ! »

75 % de l'extérieur

Une donnée n'a cependant pas changé : environ 75 % des spectateurs proviennent encore cette année de l'extérieur, selon les informations compilées jusqu'à maintenant, soit la même proportion que par les années passées.

Louis Wauthier invite la population régionale à venir assister à cette nouvelle édition « à la fine pointe de la technologie » de La Fabuleuse. « On a quelque chose qui n'existe pas ailleurs. C'est une perle dans le Royaume qui jaillit, a-t-il lancé poétiquement. Mon souhait, c'est que le monde la région vienne voir La Fabuleuse. C'est tellement familial ! »

Le spectacle à grand déploiement en demeure un selon lui d'avant-garde qui impressionnera ceux qui l'ont déjà vu par le passé. « J'ai des gens de la région qui y sont allés, et qui y sont retournés, en amenant des personnes de leur famille », a-t-il raconté.

Cette performance de La Fabuleuse augure certainement bien pour les représentations qui seront données cet automne devant les croisiéristes. Le metteur en scène préfère cependant y aller une étape à la fois, lui qui garde le cap sur les neuf représentations à venir.

 

La Fabuleuse Histoire d'un Royaume: 30 ans, 30 000 billets vendus

néomédia.com, 31 juillet 2017

L’année 2017 sera certainement une année marquante dans l’histoire de La Fabuleuse Histoire d’un Royaume avec la célébration du 30e anniversaire, une grande avancée technologique, une année de ventes exceptionnelle et une médaille d’honneur.

Depuis 1988, La Fabuleuse fait rayonner le Saguenay-Lac-Saint-Jean en offrant un spectacle plus grand que nature.

En cette année de 30e anniversaire d’existence, la production annonce aujourd’hui des ventes de plus de 30 000 billets pour la saison actuelle. La directrice de la programmation et du marketing de Diffusion Saguenay est fière de cet accomplissement.

« C’est un rêve réalisé! 30 000 billets vendus était un objectif souhaité pour le 30e anniversaire de La Fabuleuse! Nous sommes heureux que le public partage avec nous cette aventure qui met en premier plan des artisans bénévoles d’exception, fiers de leur histoire. »

[ • • • ]

Avec une moyenne de 20 à 23 000 billets vendus par saison au cours des dernières années, cette production a reçu une vague d’amour du public qui s’est empressé de vivre ou de revivre l’expérience de La Fabuleuse en 2017.

L’intégration d’un système de projection d’images, qui donne un nouveau souffle à cette grande production, aura été un franc succès.

Médaille de l’Assemblée nationale

Rappelons que le 14 juillet dernier, le metteur en scène de La Fabuleuse Histoire d'un Royaume, Louis Wauthier, s'est vu remettre la Médaille de l'Assemblée nationale. La ministre du Tourisme Julie Boulet, accompagnée du député de Dubuc Serge Simard, s’est rendue sur place afin de rencontrer le metteur en scène qui a accepté la récompense au nom de toute l’équipe de La Fabuleuse.

« Je suis très heureuse de voir une salle bondée de gens. Après 30 ans, le spectacle suscite encore de l'intérêt. C'est un produit touristique extraordinaire et un moteur économique fabuleux pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean », a déclaré la ministre Boulet.

La trentième saison de La Fabuleuse Histoire d’un Royaume se poursuit au Théâtre du Palais municipal jusqu’au 19 août prochain.

 

Entrevue: La Fabuleuse histoire d'un royaume, un été prolongé sur 30 ans

Stéphan Bureau, Médium large, ICI Radio-Canada Première, 28 juillet 2017

« C'était la première fois qu'on voyait des cochons, des moutons, des vaches sur scène. La région s'est tout de suite approprié le spectacle. » Louis Wauthier, directeur artistique, metteur en scène et chorégraphe, explique comment ce spectacle sur l'histoire du Saguenay, qui ne devait être présenté que le temps d'une saison, en 1987, est devenu une attraction permanente de la région. Il parle du 30e anniversaire du spectacle et de sa mise à niveau technologique au micro de Stéphan Bureau.

http://ici.radio-canada.ca/

 

La Fabuleuse, une histoire de famille

Pauline Mourrat, Le Quotidien, 18 juillet 2017

Pour la famille Trottier-Ruest, La Fabuleuse histoire d'un Royaume est une affaire de famille. Le père, la mère et les deux enfants sont sur scène tous les étés depuis maintenant cinq ans, et ils ne comptent pas s'arrêter de si tôt.

En 2011, quand le spectacle de La Fabuleuse est revenu sur scène, Annie Ruest, la mère, a gagné un concours pour aller voir le spectacle en famille. En sortant de la salle, c'est la cadette Marie-Ève Trottier qui a sollicité ses parents pour donner sa candidature en tant que comédienne bénévole. « Je n'avais jamais fait de théâtre avant, j'étais timide, mais j'ai eu envie d'être dans cette aventure », explique l'étudiante, qui avait seulement 12 ans à l'époque. C'est le metteur en scène, Louis Wauthier, qui a souhaité rencontrer la famille complète en entrevue.

[ • • • ]

« La Fabuleuse, c'est un monde. Des fois, on dirait presque une secte, mais on ne regrette pas du tout d'y être en famille », assure le père Stéphane Trottier. Même s'il a accepté d'embarquer dans l'aventure à reculons, le fils aîné Mathieu Trottier ne regrette pas du tout son choix. En plus d'être sur scène chaque été, le père et le fils font aussi les spectacles sur les croisières jusqu'en octobre.

Les pratiques commencent habituellement au mois de février, mais cette année, elles ont exceptionnellement débuté en janvier. « Pour la première fois en six ans, j'ai été stressée lors de la représentation médiatique cette année, mais je ne suis pas capable de dire pourquoi », avoue Marie-Ève Trottier. Son père abonde dans le même sens et attribue le stress aux nouveautés technologiques des 30 ans. « On n'avait jamais vu ce qui se passait derrière nous, pendant les répétitions tout n'était pas en place alors on appréhendait un peu ! », raconte-t-il.

Pas de sacrifices

Depuis six ans, les étés de la famille se ressemblent beaucoup. Du mercredi au samedi, ils sont au Théâtre du Palais Municipal à La Baie, pour les représentations de La Fabuleuse. Même si les spectacles occupent une grosse partie de leur temps, les membres de la famille se considèrent chanceux de faire partie d'une telle aventure. La cadette ne travaille pas pendant l'été pour se consacrer à La Fabuleuse et les parents s'arrangent avec leurs emplois respectifs. « Je pense qu'avec autant de pratiques dans l'année, j'ai appris l'organisation. Mais ça m'a aussi appris à me débarrasser de ma gêne, parce que je fais autant du théâtre que du chant ou de la danse sur scène », remarque Marie-Ève Trottier.

Lorsqu'ils ont pris une année de césure, les parents et la cadette sont tout de même allés voir Mathieu sur scène chaque semaine. « On avait besoin de faire une pause, mais en fait, à la fin de l'été, je l'ai tellement regretté que j'ai fait tous les spectacles sur les croisières pour me rattraper », constate le père. « C'est bien de voir le spectacle de la salle, j'étais fière et ça m'a permis de voir mon fils sur scène parce qu'il n'avait pas arrêté. Mais j'avais quand même hâte de retourner sur les planches », avoue la mère Annie Ruest.

La fierté de faire partie d'une aussi grosse production les pousse à revenir toutes les années. Même si le stress n'est plus présent, l'alchimie entre les comédiens persiste. « On retrouve le même monde chaque année, on crée des liens et c'est la beauté de la chose, remarque le père. À la fin, quand le public est debout et que tout le monde nous félicite, on a qu'une envie et c'est de recommencer. »

Tous les membres de la famille recevront vendredi soir la plaque qui souligne les cinq ans d'implication au sein de La Fabuleuse histoire d'un Royaume.

 

MENTION

Denis Fortin, Rythme FM, 17 juillet 2017

« Un spectacle de très haut calibre, qui n'a rien à envier aux méga production des Cirques du Soleil de ce monde »

http://www.rythmefm.com

 

Surprise pour Louis Wauthier

Pauline Mourrat, Le Quotidien, 15 juillet 2017

Le metteur en scène de La Fabuleuse histoire d'un Royaume Louis Wauthier s'est vu remettre la médaille de l'Assemblée nationale, vendredi soir, des mains de la ministre du Tourisme, Julie Boulet, accompagnée du député de Dubuc, Serge Simard.

Le metteur en scène de La Fabuleuse histoire d'un Royaume Louis Wauthier s'est vu remettre la médaille de l'Assemblée nationale, vendredi soir, des mains de la ministre du Tourisme, Julie Boulet, accompagnée du député de Dubuc, Serge Simard.

La ministre du Tourisme du Québec, Julie Boulet, a rencontré Louis Wauthier en coulisses, vendredi soir.

C'est avec émotion et à sa grande surprise que le metteur en scène est monté sur scène pour récupérer sa récompense. « Je l'accepte, mais pas en mon nom, je la prends au nom de toute l'équipe de La Fabuleuse cette médaille », a lancé Louis Wauthier, incapable de retenir ses larmes face aux nombreux spectateurs qui l'acclamaient. 

[ • • • ]

Venue spécialement pour l'occasion, la ministre de Tourisme a tenu à féliciter le travail acharné de toutes les personnes qui permettent à La Fabuleuse histoire d'un Royaume d'exister depuis 30 ans. « Je suis très heureuse de voir une salle bondée de gens, après 30 ans le spectacle suscite encore de l'intérêt. C'est un produit touristique extraordinaire et un moteur économique fabuleux pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean », a déclaré Julie Goulet.

« Avec cette reconnaissance, tout ce que je sais c'est que j'aurais laissé à plein de gens le goût d'être eux-mêmes sur scène, grâce à l'art. C'est quelque chose qui va marquer », raconte Louis Wauthier avec des sanglots dans la voix. Sa mère lui avait aussi fait la surprise de venir assister à la représentation. Louis Wauthier a soutenu que rien ne serait possible sans l'ensemble de l'équipe technique, des concepteurs, des comédiens bénévoles, des décors, etc. « Toute l'équipe a travaillé fort et c'est magnifique comme récompense, c'est unique », admet-il.

Année marquante

L'année 2017 est sans aucun doute une année marquante dans l'histoire de La Fabuleuse. Des nouvelles technologies vidéo ont été ajoutées à la mise en scène, les places se vendent à un rythme impressionnant et la médaille de l'Assemblée nationale ne vient qu'ajouter une reconnaissance supplémentaire. « Tout ce que je souhaite à La Fabuleuse, c'est que les gens la voient. L'an passé, elle avait 29 et elle était magnifique. L'an prochain, elle sera toute aussi fabuleuse. Mais 30 ans, c'est incroyable et souligné comme ça c'est magique », fait valoir le metteur en scène.

 

Louis Wauthier reçoit la médaille de l'Assemblée nationale

Radio-Canada, 14 juillet 2017

Le metteur en scène et directeur artistique de La Fabuleuse histoire d'un royaume, Louis Wauthier, a été décoré de la médaille de l'Assemblée nationale pour sa contribution aux 30 ans de la fresque historique et pour son dévouement.

La reconnaissance lui a été remise lors de la représentation de La Fabuleuse, vendredi soir, au Théâtre du palais municipal de l’arrondissement de La Baie.

« Cette reconnaissance attribuée à M. Wauthier nous prouve que ce metteur en scène a su, au fil des ans, faire ressortir l’importance d’être rassembleur pour les quelque 150 comédiens bénévoles sur scène et surtout, d’être à l’écoute de chacun », a souligné le député de Dubuc, Serge Simard.

[ • • • ]

Trente ans de travail au niveau culturel, dans une même région, pour un même spectacle, ce n’est pas rien!

Le député de Dubuc a qualifié Louis Wauthier « d’homme d’exception qui a su, pendant 30 ans, canaliser toutes ses énergies et sa passion artistique afin que le succès de La Fabuleuse perdure et demeure un attrait touristique majeur et incontournable pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ».

La médaille de l’Assemblée nationale du Québec est remise par les députés de l’Assemblée nationale en guise de reconnaissance à des personnes ayant contribué par leur engagement auprès de leur communauté.

 

La Fabuleuse histoire d'un Royaume vieillit bien

Patricia Rainville, La Tribune, 11 juillet 2017

(Le Quotidien) CRITIQUE / La Fabuleuse Histoire d'un Royaume célèbre ses 30 ans au Théâtre du Palais municipal de La Baie et elle n'a pas pris une ride. Et le spectacle s'est même payé une cure de jeunesse pour marquer le coup, en incorporant des effets spéciaux et des projections visuelles pour cette nouvelle saison. Une nouvelle mouture à la hauteur de la légende.

Imaginez-vous donc que je n'avais jamais assisté à la Fabuleuse. Même pas une toute petite fois. Jamais. Je sais, je devrais avoir honte. J'étais assise au milieu d'une foule de 700 personnes qui avaient, pour la grande majorité, vu ce spectacle qui a fait, au fil des années, la réputation du Saguenay - Lac-Saint-Jean.

[ • • • ]

En effet, c'était soir de grandes retrouvailles, puisque les spectateurs étaient d'anciens comédiens qui ont un jour ou l'autre foulé les planches du Palais municipal. Certains y étaient du temps où l'ancien aréna de La Baie était transformé en théâtre le temps d'un été. C'était en 1988.

Petite anecdote en passant, le soir de la grande première, le 24 juin 1988, la salle était exclusivement composée de Tremblay. C'était le concept. Et, surtout, le spectacle ne devait durer qu'un été. Mais, depuis, l'aréna a fait place au Palais municipal, fondé expressément pour y présenter la Fabuleuse, année après année. Depuis 30 ans. Assez incroyable, lorsqu'on y pense.

Un pas de géant

L'équipe qui se dresse derrière le spectacle l'avait dit : la nouvelle mouture a fait un pas de géant en avant, en ajoutant des effets visuels assez impressionnants, projetés sur les décors qui entourent la scène. L'été, l'automne, l'hiver et le printemps, la pluie, le feu, la neige : le spectateur plonge dans le décor comme s'il y était. « C'est un spectacle digne des années 3000! » a lancé la responsable des communications, Claudine Bourdages, quelques minutes avant la représentation.

Dès les premières scènes, les spectateurs se sont exclamés, visiblement impressionnés par ce qui se déroulait devant leurs yeux. De mon côté, j'ai regardé, parfois émue, d'autres fois amusée, mais surtout avec un regard absolument nouveau, les 157 artistes bénévoles donner leur meilleur d'eux-mêmes. Si la Fabuleuse a voulu se moderniser, son âme reste la même. Les mêmes textes, les mêmes décors et les mêmes costumes. L'histoire du Saguenay - Lac-Saint-Jean en récit, en musique et en images, racontée en un peu plus de deux heures. Deux siècles qui défilent devant le public.

Des années 1800 au déluge du Saguenay en passant par le défrichage des terres, le grand feu de 1870 et la Seconde Guerre mondiale. D'ailleurs, les tableaux du déluge, du grand feu et de la guerre restent sans doute les plus impressionnants. Surtout lorsque les soldats descendent du plafond à l'aide d'une corde et sous le bruit des explosions. Je ne vous cacherai pas que j'ai sursauté à quelques reprises. Les images projetées sur le décor de la petite maison blanche, où l'on voit la puissance de l'eau et les cicatrices du déluge, replongeront plusieurs spectateurs dans leurs douloureux souvenirs.

Et que dire des tableaux dansants des années 1960 et 1970? Du bonbon pour les yeux. Les dizaines de comédiens et danseurs (bénévoles par-dessus le marché, faut-il le rappeler) auront d'ailleurs réussi à faire lever et danser le public à quelques reprises en ce soir d'avant-première.

Un clin d'oeil

Je me permets ici un clin d'oeil à la jolie petite blondinette, sans doute la plus jeune de la distribution de cette année. Avec ses petites tresses et ses pas de danse parfois hésitants, la petite aura réussi à en faire craquer plus d'un dans la salle.

Nul doute, la Fabuleuse devrait être vue (ou revue) par tous. Le simple fait d'être témoin des enchaînements de comédiens, de voir les costumes et les décors flamboyants, d'admirer les chevaux (oui, ce sont des vrais) vaut le détour. Et, en prime, on vous racontera l'histoire de la région.

 

Un début de saison inespéré

Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, 11 juillet 2017

La saison commence à peine, mais on peut déjà affirmer que l'équipe de La Fabuleuse histoire d'un Royaume a réussi son pari. Plus de 20 000 billets ont été vendus jusqu'à maintenant. Un nombre qui frôle le total atteint pour la saison complète en 2016.

L'équipe de La Fabuleuse espérait marquer un grand coup pour le 30e anniversaire de la production présentée à La Baie. Les résultats obtenus jusqu'à maintenant sont toutefois au-delà des attentes. « C'est inespéré. Au départ, on se disait que ce serait génial de vendre 30 000 billets pour les 30 ans de La Fabuleuse. Le rêve est à portée de mains », affirme Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing.

[ • • • ]

En 2016, 22 070 spectateurs payants ont assisté au spectacle. Cette année, 20 290 billets ont trouvé preneurs après deux représentations publiques et une avant-première seulement. 

À la vitesse où les billets s'envolent, le total de l'an dernier devrait être rapidement dépassé. Le rythme des ventes rappelle les premières années du spectacle. « Lundi, 960 billets ont été vendus en une journée. Mardi, à 14 h, 511 billets avaient trouvé preneur. On vend environ 100 billets à l'heure. Ça ne s'était pas vu depuis des années. Selon des membres de l'équipe, c'était arrivé dans les premières années de La Fabuleuse seulement. »

En investissant dans un virage technologique cette année, l'équipe prenait le pari de renouveler le public. 

« C'était notre rêve. On souhaitait créer un événement assez grand pour amener les gens à venir voir ou revoir le spectacle, explique Claudine Bourdages. L'ajout technologique (voir textes en page 18) rehausse tous les aspects du spectacle. Dès la conférence de presse, on a senti un engouement. »

La directrice de la programmation et du marketing a bon espoir d'atteindre les 30 000 spectateurs. 

« À la vitesse où les choses vont, tous les espoirs sont permis. Ce qui nous fait aussi plaisir, ce sont les retombées économiques que ça engendre pour la région. »

Le spectacle sera présenté à 22 reprises d'ici 19 août. 

« Beaucoup de billets ont été vendus, mais il ne faut pas croire qu'il est difficile de s'en procurer. Le Théâtre du Palais municipal peut accueillir 2300 personnes chaque soir », souligne Claudine Bourdages qui en connaîtra plus d'ici quelques semaines sur la provenance des spectateurs.

 

Un travail d'équipe efficace

Pauline Mourrat, Le Droit, 11 juillet 2017

Saguenay - Pour célébrer ses 30 ans en grand, La Fabuleuse histoire d'un Royaume a décidé de se refaire une beauté et d'intégrer des projections vidéo sur les décors déjà existants. Pour ce faire, l'organisation a sollicité l'aide de LSM Ambiocréateurs pour le prêt d'équipements, et de l'agence MATIERS pour la conception des effets vidéo.

L'idée a germé dans la tête de Serge Lachance, propriétaire de LSM et également concepteur sonore et sonorisateur pour La Fabuleuse depuis maintenant trois ans. « Depuis plusieurs années, il y a eu des renouvellements de costumes, d'accessoires, de scènes, mais rien n'avait été encore fait pour les décors. J'avais envie d'amener ça à un autre niveau », explique celui qui a proposé son idée à l'ensemble de l'équipe de production il y a plus d'un an.

[ • • • ]

Serge Lachance a d'abord réalisé des ébauches du projet sur papier. Avec l'aval de l'équipe de production, il a pu effectuer une démonstration en direct de ce qui pourrait être réalisé à la grandeur de la scène. « La démonstration, c'était seulement sur cinq ou six scènes, on projetait sur une moitié de décor seulement », précise le concepteur sonore.

Pour venir à bout de ce projet, des investissements majeurs ont été nécessaires. LSM Ambiocréateurs a investi plus d'un million $ dans ce projet, notamment pour l'acquisition de nouveaux projecteurs dotés d'une plus forte puissance de diffusion. Par ailleurs, de nouveaux serveurs ont aussi été installés dans les locaux du Théâtre, afin que tout soit prêt lors de la première médiatique, qui avait lieu le 29 juin dernier. Puisqu'il fait partie de l'équipe de La Fabuleuse, Serge Lachance est en contact régulier avec la directrice de production, Marie-Alice Simard, ce qui a grandement facilité la mise en place du projet. 

« C'est un beau travail d'équipe, on a créé un comité et c'est possible grâce à l'implication de tout le monde », remarque Serge Lachance. Pour que le projet soit viable, LSM Ambiocréateurs a signé un contrat de cinq ans avec La Fabuleuse.

Création vidéo

Pour sa part, l'agence MATIERS de Québec a investi beaucoup de temps dans la réalisation des vidéos projetées sur le décor. L'entreprise créée en 2012 a pris part à plusieurs projets partout au Québec. 

Elle participe entre autres à la création de spectacles temporaires, éphémères ou permanents en utilisant les nouvelles technologies et le multimédia. L'agence travaille en collaboration avec LSM depuis plusieurs années et a été approchée par Serge Lachance pour réaliser les vidéos pour La Fabuleuse. « On a déjà travaillé avec LSM, on connaît leur fonctionnement, on a accepté le projet », explique le propriétaire de MATIERS, Ghislain Turcote, qui s'occupe de la direction artistique des vidéos.

Même si son entreprise n'est pas basée au Saguenay-Lac-Saint-Jean, M. Turcotte avait déjà vu des représentations de La Fabuleuse et a donc pu s'atteler au projet rapidement. Il a mis un point d'honneur à respecter le caractère historique de l'histoire et à rendre les décors les plus réalistes possible. « L'objectif, c'est de plonger le spectateur dans une époque, comme s'il était dans l'histoire. On doit respecter les architectures, les reliefs et les détails », analyse Ghislain Turcotte. Pour la scène des légendes amérindiennes, l'entreprise a joui d'une plus grande liberté de création, et M. Turcotte a pu faire appel à son imaginaire.

 

La Fabuleuse et numérique histoire d'un royaume

Benoît Legault, Journal Le Devoir, 08 juillet 2017

Le réputé spectacle retraçant l’histoire de la région présente une nouvelle version multimédia pour souligner son 30e anniversaire

«La fabuleuse», c’est 150 comédiens bénévoles, qui interprètent jusqu’à 12 rôles chacun.

Du 7 juillet au 19 août, La fabuleuse histoire d’un royaume présente sa nouvelle version multimédia à l’occasion du 30e anniversaire de ce spectacle qui est l’attrait touristique numéro 1 au Saguenay. Les préventes de billets ont triplé cette année, alors cette nouvelle mouture est très attendue.

[ • • • ]

« Il était important de rajeunir le spectacle, de le rendre excitant pour la nouvelle génération de spectateurs », a expliqué Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing. Un investissement de 1,5 million procure donc une nouvelle version du spectacle qui sera présenté pour au moins cinq ans. Le spectacle, devenu une marque de commerce régionale, génère des retombées économiques annuelles d’environ 6,5 millions, pour les hôtels et restaurants notamment.

Grands effets

Les grands décors d’arrière-scène ont été remplacés par des projections illusionnistes et des lasers. Les effets, réalistes et éclatants, sont au service de l’histoire qui demeure la même, sauf pour des ajouts comme une magnifique scène sur l’hôtel Roberval. « L’âme du spectacle demeure malgré tout avec cette technologie nouvelle », a dit Pierre Mazurette, président du diffuseur de spectacles Diffusion Saguenay. M. Mazurette synthétise parfaitement le spectacle en trois mots : démesure, émotion et tourisme.

Les projections énormes, derrière la scène démesurée (100 pieds sur 150 pieds), sont également précises et délicates. L’ancien spectacle avait aussi ses points d’orgue inoubliables, mais l’avis général est que la nouvelle version est une amélioration. « Les reconstitutions sont plus esthétiques, plus finies, plus précises », a dit le chanteur Jérôme Couture, originaire de Jonquière.

Le travail de conception visuelle a été réalisé par les entreprises MATIÈRS et LSM Ambiocréateurs. « Le public québécois est réceptif, il aime être étonné. Mais il est exigeant, car il est habitué à des productions grandioses », a expliqué Ghislain Turcotte, président et concepteur de MATIÈRS, une firme basée à Québec. 

La fabuleuse histoire d’un royaume, c’est la reconstitution, en près de deux heures, de l’histoire de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, et ce, par 150 comédiens bénévoles qui pratiquent 2 ou 3 fois par semaine depuis janvier. Ils jouent jusqu’à 12 rôles chacun ! Cet effort colossal, fait avec coeur par quatre générations (les comédiens ont de 4 à 88 ans), donne à ce spectacle une dimension intangible d’une grande puissance émotive. L’apparition de plusieurs chevaux et autres animaux, de même que plusieurs effets scéniques impressionnants en donnent pour son argent au public.

L’engagement communautaire et le don de soi collectif de l’entreprise ont de quoi nous laisser complètement bouche bée. La fabuleuse… est jouée dans un aréna reconverti en salle de spectacles pour les besoins uniques de ce spectacle. Depuis 1988, La fabuleuse… a été jouée devant plus de 1 200 000 spectateurs de partout dans le monde. 

 

La Fabuleuse se refait une beauté

Stéphane Bouchard, Journal de Montréal, 07 juillet 2017

La Fabuleuse histoire d’un royaume, dont c’est le trentième anniversaire, a mis le paquet pour se renouveler, attirer les touristes et reconquérir le public de la région.

C’était soir de première vendredi à La Baie, à l’occasion du lancement de la nouvelle saison estivale de La Fabuleuse histoire d’un royaume. Le spectacle, qui a fait la renommée de la région à l’extérieur de ses frontières, a repris cette année des allures de jeunesse.

Déjà, les membres de la production rencontrés sur place ne cachaient pas leur enthousiasme envers cette nouvelle version de la Fabuleuse. Ils espèrent que cette édition anniversaire sera une édition record et attirera plus de 30 000 visiteurs cet été.

[ • • • ]

NOUVEAU DÉCOR

Si l’histoire reste sensiblement la même, avec ses nombreux tableaux qui se succèdent, ses chorégraphies et ses personnages colorés, on a investi 1,4 million $ pour réinventer les décors avec des projections numériques.

La grande nouveauté se situe dans le système d’éclairage créatif en trois dimensions qui a été mis en place en collaboration avec les compagnies LSM Ambiocréateurs et MATIERS. Grâce à lui, les spectateurs présents à la première ont été transportés d’un endroit à un autre en un clin d’œil.

En quelques secondes, les montagnes qui constituent encore le paysage dans lequel se déroulent les 500 ans d’histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean se transforment. On passe de l’arrivée des Européens sur le territoire de Chicoutimi, à la cour de François 1er, à un champ de bataille. En un instant, la forêt à défricher devient le premier village construit sur la terre de la région.

Ces images numériques projetées sur le décor de l’œuvre imaginée par Ghislain Bouchard éblouissent par leur réalisme et donnent au spectacle un rythme à couper le souffle.

ATTIRER LES SPECTATEURS D’ICI

Avec ces nouveaux effets visuels, l’équipe de La Fabuleuse veut attirer les gens de la région et redonner au minimum cinq autres années de vie à la pièce.

En dehors de son aspect esthétique, on retrouve encore dans La Fabuleuse les mêmes ingrédients qui ont fait son succès à travers le temps.

La fresque historique, avec ses 150 comédiens, son incendie et son déluge, ses animaux de la ferme et ses coups de canon, est toujours plus grande que nature. Le plaisir évident que tous les acteurs, du plus jeune au plus vieux, ont à jouer la pièce est contagieux.

Le spectacle sera présenté jusqu’au 19 août prochain au Théâtre du Palais Municipal de La Baie.

Il y a quatre représentations par semaine, du mercredi au samedi.

 

Le spectacles à voir cet été!

Yannick Bissonnette, Ma famille mon chaos, 07 juillet 2017

Dring! Dring!

– Allo Yanick, j’ai une proposition pour toi comme collaborateur de Ma Famille Mon Chaos. Que dirais-tu d’aller voir la première médiatique de la pièce La Fabuleuse Histoire d’un Royaume avec ta fille puisqu’elle étudie en théâtre?

– Wow! Absolument! C’est dont bien gentil!

– C’est à quelle salle? C’est au Théâtre du Palais Municipal au Saguenay. HEIN? C’est un peu loin, disons. Non, Yanick. Ils t’offrent également le transport en avion. Ben voyons donc… Sérieux là?

En avion? Oui, mais ça doit être un petit avion comme je vois souvent décoller à Saint-Hubert. Le genre d’avion dans lequel j’ai toujours dit que je n’embarquerais jamais. Je sais bien que j’ai toujours dit jamais, mais là, c’est une occasion incroyable. Je viens de lire à propos de la pièce que je ne connaissais pas du tout, et ça m’a l’air vraiment intéressant et grandiose. De plus, la dernière fois que j’ai pris l’avion, c’était pour aller chercher un détenu au Manitoba il y a deux ou trois semaines, alors ce n’était pas de tout repos. Qu’est-ce que je fais? Et ma fille, là‑dedans? Elle étudie en théâtre. C’est une comédienne dans l’âme. Quel cadeau de fin d’année scolaire ce serait!

[ • • • ]

Ok, j’accepte et je me lance. Nous voilà donc à l’aéroport de Saint-Hubert à entrer dans cet avion pas trop gros, mais plus gros que ce que j’avais imaginé. C’est un Beach 1900. En moins de cinquante‑cinq minutes, nous voilà au Saguenay. Première bonne nouvelle, il fait chaud et soleil ici alors que cinquante‑cinq minutes avant à Saint-Hubert, il pleuvait et c’était frais.

En route vers la salle de spectacle, voici ce que Claudine Bourdages, de Diffusion Saguenay, nous apprend sur la pièce : la pièce est jouée par 157 acteurs bénévoles depuis maintenant trente ans. Oui, vous avez bien lu, les acteurs sont bénévoles. Il y a eu à ce jour 628 représentations qui ont étés vues par plus d’un million de spectateurs. Cet été, pour la trentième année, il y aura vingt‑cinq représentations complètes et d’autres représentations raccourcies pour les croisières qui arrêtent dans la magnifique région. On parle ici de retombées économiques de 6,5 millions annuellement pour la région. Et pour rendre cette première médiatique encore plus magique, on nous explique que ce soir‑là, les producteurs ont invité tous ceux et celles qui ont joué dans la pièce dans les trente dernières années. Alors voilà, ça commence. À tantôt.

Ok, Ok, c’est bien beau tout ça. Mais qu’est‑ce que Yanick a pensé de cette pièce de théâtre qui a vu le jour le 24 juin 1988? Après tout, je ne suis qu’un simple policier sans aucune expérience de critique artistique. En même temps, c’est ça qui est agréable. Savoir ce qu’un père de famille bien normal a pensé de la pièce.

LA FABULEUSE HISTOIRE D’UN ROYAUME. Je suis sorti de la pièce complètement ébloui et enchanté. Je disais à qui voulait l’entendre que j’étais sans mots. Mais je ne peux pas être sans mots, il faut que je trouve ces mots qui vous expliqueront à quel point vous devez absolument aller voir cette pièce de théâtre. On parle de pièce de théâtre, mais le terme « spectacle » doit vraiment s’appliquer. Ce spectacle vous fait vivre l’histoire de la région du Saguenay. De la découverte du territoire au déluge de 1996 en passant par la guerre de 39-45, tout y est. On y parle même du Canadien de Montréal et vous verrez un match sur la scène. Moi qui détestais mes cours d’histoire au secondaire, on est vraiment loin de là. Les décors sont à couper le souffle avec l’ajout du multimédia comme je n’en avais jamais vu. Vous verrez des costumes de grande qualité, des effets pyrotechniques impressionnants, des lasers mémorables. J’ai peine à croire que tout cela se retrouve dans le même spectacle. La scène qui montre le déluge de 1996 est excessivement réaliste et émouvante.

Des acteurs bénévoles. Non mais, y pensez‑vous? Ils commencent à répéter début janvier et consacrent leur été à jouer cette pièce sans en retirer un seul dollar. Il y a même un acteur qui joue la pièce chaque année depuis trente ans. En regardant les acteurs à l’œuvre, on ne peut pas croire que tout cela est bénévole tellement ils sont professionnels et talentueux. Du chant, de la danse, des acrobaties, il y en a pour tous les goûts. Il y a des acteurs de tout âge sur scène. De plus, vous verrez sur scène plusieurs animaux, dont six chevaux, des moutons, des chèvres, des dindes, des poules, un chien, des oies, un cochon et même une vache.

Comprenez-moi bien là, ce spectacle de haut calibre est de loin le plus impressionnant et le plus intéressant que j’ai eu la chance de voir. Le genre de spectacle qui pourrait en déclasser plusieurs autres à Montréal ou à New York, dans une salle de spectacle qui n’a absolument rien à envier à nos grandes salles de spectacle de Montréal. Ma fille de quatorze ans a passé la soirée de sa vie et veut absolument que l’on retourne le voir cet été. Elle n’aura pas à me convaincre, car je veux aussi y retourner dès cet été pour le voir à nouveau. J’ai vu des enfants de quatre ou cinq ans dans la salle qui semblaient adorer ce qu’ils voyaient et qui étaient aussi attentifs que devant un film de Disney.

Je sais bien que le Saguenay n’est pas à la porte pour tous. Mais je vais faire la route qu’il faut pour y retourner cet été. La région est magnifique à visiter. Les gens y sont accueillants et très sociables. Autant de personnes qui donnent autant de temps bénévolement pour faire connaître leur région et leur histoire, ça en dit beaucoup sur les gens de la région. CHAPEAU, les gens du Saguenay!

Que ce soit en couple, entre amis ou en famille, c’est un incontournable pour cet été. Écrivez‑moi si vous y allez. J’aimerais connaître vos commentaires.

Yanick Bissonnette

Dates et disponibilités des billets ici

La bande-annonce du spectacle ici

MENTION

Julie St-Pierre, Rythme FM, 6 juillet 2017

http://www.rythmefm.com

 

 

La Fabuleuse histoire d'un royaume vers une saison record

ICI Radio-Canada, 07 juillet 2017

La production de La Fabuleuse histoire d'un royaume se dirige vers une de ses meilleures saisons des dernières années pour son 30e anniversaire.

L’investissement de 1,5 million de dollars pour refaire la facture visuelle du spectacle a permis de relancer l’intérêt de la population régionale pour la fresque historique.

La technologie de cartographie numérique implantée permet de projeter des images en trois dimensions dans le décor afin de le rendre plus vrai que nature.

À lire aussi : La Fabuleuse histoire d'un royaume : 30 ans de démesure

Alors que le spectacle attirait environ 20 000 spectateurs au cours des dernières années, Diffusion Saguenay croit que 30 000 billets pourraient être vendus cette saison.

[ • • • ]

Déjà, 600 billets sont réservés pour chaque représentation.

Le mandat de Diffusion Saguenay cette année était vraiment de reconquérir les gens de la région, de dire aux gens de la région que c’est important de voir ça.

 Claudine Bourdages, Diffusion Saguenay

« La billetterie a une avance considérable sur les dernières années au moment où on se parle, ajoute-t-elle. On est plus qu’heureux. On se disait que 30 ans, 30 000 billets étaient un beau rêve pour nous. On se rapproche de la possibilité de réaliser ce rêve-là très rapidement. »

Le spectacle qui compte 150 comédiens bénévoles est présenté du 7 juillet au 19 août.

D'après les informations de Mélanie Patry

 

Le Saguenay Autrement

Marie-Julie Gagnon, Le Blogue Via Rail, 06 juillet 2017

Se rendre au Saguenay-Lac-Saint-Jean en train est, certes, un long voyage en train, pourtant, je continue de visiter ma région natale une ou deux fois par an en privilégiant cette option. Chaque fois, je retrouve avec le même ravissement ces paysages vierges, souvent loin des routes, qui me transportent hors du temps. Bien que la réception sporadique du téléphone portable peut ne pas sembler avantageuse pour la plupart, pour moi, cela signifie que je suis complètement aspiré par le moment présent.

Une fois arrivé à Jonquière, au Saguenay, il y a tant à voir, à commencer par le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, dont l’accès est gratuit à l’occasion du 150e anniversaire du Canada. C’est l’endroit idéal pour observer des baleines, qui parcourent des milliers de kilomètres pour profiter de la nourriture abondante qu’on trouve dans le secteur. Afin d’explorer à son meilleur la région du Saguenay, prenez note, qu’il est préférable d’avoir accès à un véhicule pour se déplacer.  Car si, à Saguenay, on peut arriver à se débrouiller avec le système d’autobus (et encore), dès qu’on souhaite explorer les environs, on se retrouve bien limité sans automobile.

[ • • • ]

Des anniversaires à souligner

Pendant l’été, plusieurs événements valent le déplacement. Jusqu’au 19 août, La Fabuleuse histoire du Royaume, qui célèbre son 30e anniversaire cette année, raconte l’histoire de la région avec beaucoup plus que tambours et trompettes. Cent-cinquante comédiens bénévoles âgés de 4 à 88 ans partagent la scène avec des animaux. Un spectacle à grand déploiement qui représente bien le goût de la démesure qu’on associe souvent aux gens du coin!

Autre anniversaire important : il y a 40 ans, le propriétaire du Cap Jaseux cédait ses terres à la municipalité de Saint-Fulgence. Peu à peu, le site s’est transformé et est devenu un centre d’activités prisé dans la région. Depuis 2001, le Parc Aventure Cap Jaseux accueille autant les familles actives que les mordus d’adrénaline. En plus de pouvoir y pratiquer différentes activités nautiques, tyrolienne et via ferrata offrent une bonne dose de sensations fortes. Il est même possible de faire certains parcours les soirs de pleine lune!

Des hébergements en tous genres permettent aussi de prolonger le plaisir. J’ai adoré passer la nuit dans l’une des cabanes perchées dans les arbres il y a quelques années, mais je dois dire que depuis ma visite du dôme transparent et des sphères suspendues, je rêve de m’éveiller avec leur splendide vue sur le fjord du Saguenay.

Il n’y a pas de restaurant sur place, mais sur la route qui mène au site, on peut s’arrêter à la Bergerie de La Vieille Ferme et prendre des plats à emporter. Charcuteries, salade, mets chauds… Sans oublier les desserts, comme la tarte aux fruits du verger!

Le fjord dans tous ses états

Un de mes coups de cœur des dernières années est sans contredit le service de navettes maritimes, qui s’arrêtent dans différents villages qui bordent le fjord. J’aime particulièrement les petits bateaux-mouches entièrement vitrés, qui permettent de ne rien manquer pendant la traversée. J’ai beau avoir fait plusieurs croisières pour voir des baleines au fil des ans, c’est à bord d’un de ces petits bateaux que j’ai vu surgir des bélugas à l’horizon la première fois. On est si près de l’eau!

Les amateurs de vélo peuvent en profiter pour rouler dans certaines portions de la Véloroute du fjord du Saguenay, circuit cyclable de 435 kilomètres, puis traverser d’une rive à l’autre à bord de la navette avec leur monture.

À L’Anse-Saint-Jean, l’une des escales possibles, il suffit de traverser le quai et d’emprunter la route principale pour découvrir la boutique Rebelle des bois, qui fait la promotion des artisans et designers québécois. Il faut aussi absolument manger une crêpe bretonne sur la terrasse du Café du quai en regardant les bateaux, juste en bas! Ouvert en 2013 par un Breton installé dans la région, le charmant restaurant mise sur les produits du terroir pour créer le mariage parfait entre les cultures.

Même si l’objectif de ces navettes est de se déplacer, des guides-naturalistes signalent certains points d’intérêts à ne pas manquer sur la rive, comme la fameuse statue du Christ de Rivière-Éternité. La tradition maritime veut que tous les bateaux qui passent devant le monument fassent jouer l’Ave Maria. Frissons garantis!

Autour du fjord

Le fjord fait partie de ces lieux qu’on a envie de découvrir sous tous les angles possibles. Je garde un souvenir mémorable de ma première randonnée en kayak de mer dans ses eaux.

Partie du Village-Vacances Petit-Saguenay, qui s’apparente à une colonie de vacances pour les familles (on peut y camper ou y louer un chalet), j’ai scruté l’anse Saint-Étienne et les environs avec OrganisAction dans l’espoir d’apercevoir des mammifères marins. Je n’ai vu aucune baleine ce jour-là, mais cette excursion reste l’un de mes meilleurs souvenirs dans la région. Peut-on se lasser d’un endroit aussi majestueux? Je ne crois pas.

Kayak fjord1

Juste en face du Village-Vacances Petit-Saguenay, sur l’autre rive, j’ai pu admirer le fjord d’en haut, depuis l’une des magnifiques yourtes tout équipées (il y a même une baignoire!) d’Alfred le voisin d’Oscar, à Sacré-Cœur. Sans contredit l’une de mes plus belles découvertes des dernières années.

Des événements hauts en couleur

S’il me faut vraiment encore plus d’arguments pour vous convaincre d’aller faire une saucette dans la région, sachez qu’en août, le centre-ville de Chicoutimi vibrera aux Rythmes du monde, alors que Jonquière attirera les gourmands à la Fête des saveurs.

Alors, on se croise là-bas?

 

Entrevue avec la porte-parole de «La Fabuleuse histoire d'un royaume»&nbsp

Bryan Audet, Sucré Salé, TVA, 06 Juillet 2017

http://videos.tva.ca/

 

La Fabuleuse histoire d'un Royaume célèbre son 30e anniversaire!

Alex Beausoleil, Blogue ICI ArTV, 06 juillet 2017

Le spectacle à grand déploiement La Fabuleuse Histoire d’un Royaume, présenté à La Baie au Saguenay, célèbre cette année sa trentième saison. Depuis le 24 juin 1988, date de la première représentation, plus d’un million de spectateurs (dont plus de 25 000 croisiéristes des quatre coins de la planète) ont vu cette pièce de théâtre haute en couleur imaginée par Ghislain Bouchard. Véritable attrait touristique au pays des bleuets, la Fabuleuse a permis à la région d’encaisser 6,5 millions de dollars en retombées économiques en 2016. À l’occasion de cet important anniversaire, ce moteur touristique a pu bénéficier d’un investissement technologique de 1,4 million de dollars en 2017. L’équipe du Blogue ICI ARTV a été invitée à découvrir cette mise à jour technologique majeure le 29 juin dernier, lors de la soirée d’avant-première, présentée aux anciens comédiens de la pièce.

[ • • • ]

En plus des journalistes, quelque 650 anciens acteurs de La Fabuleuse étaient présents à cette représentation spéciale. Après tout, qui de mieux placer pour critiquer un spectacle que d’anciens membres d’une troupe? Réunis en famille, ceux-ci ne se gênaient pas pour se rappeler à voix haute leurs beaux souvenirs avant le lever du rideau. Dès les premiers instants, alors que s’illumine le décor grâce au videomapping, les «oh!» et les «ah!» fusaient de partout. Grâce à cette nouvelle technologie, le Théâtre du Palais municipal se métamorphosera en plusieurs paysages saguenéens mythiques tout au long de la représentation. Une solution ingénieuse qui a su impressionner la foule lors des multiples changements de tableaux.

La force de La Fabuleuse Histoire d’un Royaume réside en son immense troupe de comédiens non professionnels. Précisons que les 162 acteurs présents sur scène le sont à titre bénévole. Dès le mois de janvier, ceux-ci enchaînent les répétitions à raison de deux fois par semaine ou plus. La fierté qu’éprouvent ces femmes et ces hommes envers leur histoire et leur communauté est époustouflante et insuffle une dose de magie au spectacle. Ainsi, malgré quelques faiblesses dans la direction artistique, on ne peut en vouloir à cette centaine d’âmes dévouées qui s’appliquent à célébrer l’histoire et le développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pyrotechnies, ballons, lasers : une surprise n’attend pas l’autre. En plus de l’impressionnante troupe de comédiens, s’ajoute sur scène une bande d’animaux de ferme qui viennent pimenter la soirée de quelques apparitions insolites. Des chevaux, une vache, une dinde, des poules… l’étable au complet y fera son apparition! Ce spectacle touchant, aux allures de comédie musicale et rempli de rebondissements rappelant par moment l’énergie broadwayesque, plaira assurément à toute la famille.

Il y a tant à voir dans ce spectacle qu’une seule représentation ne suffit pas. Fort heureusement, avec le plus récent investissement, Diffusion Saguenay prévoit maintenir l’oeuvre à l’affiche pour les cinq prochaines années.  Une bonne raison de planifier une virée au Saguenay, non?

Longue vie à La Fabuleuse et ses artisans!

Pour faire l’achat de billets, c’est ici. 

Merci à Diffusion Saguenay, la Ville de Saguenay et l’agence Nat Corbeil pour le voyage.

 

La Fabuleuse histoire d'un Royaume célèbre son 30e anniversaire! Avez-vous déjà assisté au spectacle?

Sucré Salé, TVA, 06 juillet 2017

Cet été, La Fabuleuse histoire d'un royaume, une fresque monumentale relatant l'histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, sera présentée pour une 30e saison. Pour l'occasion, Radio-Canada propose une incursion au coeur de ce spectacle où la démesure est de mise.

Vidéo

 

Trente ans de démesure - Cahier spécial

Jean-François Villeneuve et Vicky Boutin, ICI Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean, 05 juillet 2017

La Fabuleuse histoire d'un royaume amorce sa 30e saison à Saguenay.

Elle en a fait du chemin la pièce montée par Ghislain Bouchard en 1988. Cet été, La Fabuleuse histoire d’un royaume sera présentée pour une 30e saison. Incursion au coeur d’un spectacle où la démesure est de mise.

La Fabuleuse, c’est quoi?

La pièce relate l’histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Au départ, elle ne devait être présentée qu’une saison, pour le 150e anniversaire de la région. Cette véritable fresque historique n’a toujours pas d’égal ailleurs au Québec.

[ • • • ]

La Fabuleuse, c’est qui?

La distribution de La Fabuleuse est composée de 162 comédiens bénévoles. Certains partent après la saison, d’autres s’ajoutent, mais un important noyau s’est forgé au fil des ans. Les plus passionnés reviennent vivre l’expérience sur les planches à chaque période estivale. La Fabuleuse, c’est aussi une équipe formée d’une cinquantaine d’employés qui travaillent dans l’ombre pour concrétiser la pièce.

LOUIS WAUTHIER: ARCHITECTE D'UN SUCCÈS

Le metteur en scène est toujours aussi passionné, même s’il a passé la majeure partie de sa vie à faire et refaire cette fresque historique.

Louis Wauthier gravite autour de La Fabuleuse depuis ses premiers balbutiements. Après trois décennies, il est toujours aussi passionné par son métier et par cette oeuvre singulière.

En répétition avec les 162 comédiens bénévoles, il devient encore ému devant de nouvelles scènes. C’était encore le cas quelques jours avant la grande première, lorsqu’il a présenté à son équipe le nouvel habillage visuel qui servira de décor aux tableaux de la pièce. Seul sur la scène, le metteur en scène et directeur artistique a dû cesser ses explications, submergé par l’émotion.

Pour cette scène de guerre, des fusils d'époque sont utilisés. La nouvelle facture visuelle donne une ambiance dramatique à la scène.

Ces projections vidéo ont été spécialement conçues par une entreprise québécoise pour le Théâtre du Palais municipal et pour cette 30e édition. Louis Wauthier en rêvait depuis longtemps. Ces images numériques permettront de transporter le spectateur d’un lieu à l’autre, tout en composant avec le décor déjà existant sur scène. Ce nouveau décor virtuel oblige plusieurs remaniements, mais le résultat est époustouflant.

« Je suis emballé par ce que je vois et, à certains moments, je me dis qu’on pourrait aller encore plus loin. Ce sera pour les années à venir! »

– LOUIS WAUTHIER, METTEUR EN SCÈNE

Louis Wauthier est un peu le chef d’orchestre de cette équipe bien rodée. Il considère les comédiens comme sa famille et s’assure que chacun ne manque de rien, dans les coulisses comme sur la scène. Même après 30 ans, il estime toujours avoir sa place au sein de l’équipe.

« Les comédiens sont mon énergie. »

– LOUIS WAUTHIER, METTEUR EN SCÈNE

Pour cette 30e saison, le metteur en scène a ajouté trois tableaux au spectacle. Il est loin de diminuer ses attentes.

« La Fabuleuse se doit d’être à la hauteur de ce qu’elle représente et elle représente toute une culture régionale, indique-t-il. Elle représente toute l’histoire d’un peuple qu’on dit fort, fier et unique dans le monde et c’est ce qu’elle doit représenter. »

UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Toute l’équipe de La Fabuleuse le répète : un véritable lien familial s’est tissé au fil des représentations.

Au-delà du temps investi pour les nombreuses répétitions et les soirs de spectacles, les comédiens bénévoles de La Fabuleuse retirent beaucoup de cette expérience sur les planches. C’est ce qui a poussé Shirley Bouffard et ses trois filles à se lancer dans l’aventure.

Shirley Bouffard accompagnée de ses filles Rosalie, Béatrice et Estelle. PHOTO(S) : RADIO-CANADA/VICKY BOUTIN

L’aînée, Rosalie, est comédienne bénévole dans la pièce depuis trois ans. C’est elle qui a entraîné le reste de la famille.

« De faire partie de la 30e année, c’est une belle fierté. »

– ROSALIE DESJARDINS, COMÉDIENNE BÉNÉVOLE

Pour la première fois cette année, elle joue aux côtés de sa mère et de ses deux jeunes soeurs, Béatrice et Estelle. Jusqu’à maintenant, les sacrifices valent le coup.

Lorsqu’elle habitait sur la Côte-Nord, la famille est venue pendant 10 ans voir la pièce. Rosalie n’avait alors que six ans. « Depuis que j’ai l’âge de Béatrice, je rêve de faire partie de La Fabuleuse », confie-t-elle. Son souhait a été exaucé à la fin de l’adolescence. Elle fait maintenant partie de toutes les scènes où il y a de la danse.

« C’est un plaisir pour toute la famille parce qu’on est toujours emballées de s’en venir, mais ça demande une bonne gymnastique familiale. »

– SHIRLEY BOUFFARD, MÈRE DE ROSALIE, BÉATRICE ET ESTELLE

Shirley Bouffard et ses trois filles réunies sur scène. PHOTO(S) : RADIO-CANADA/VICKY BOUTIN

À quatre ans seulement, la petite Estelle est la plus jeune membre de l’équipe de comédiens. Elle est particulièrement fière de jouer le rôle d’une princesse avec sa robe mauve. Ce qu’elle trouve le plus difficile? « Dans la scène de Joe Maquillon, je suis obligée de courir et de tourner en rond avec les enfants », explique-t-elle.

La petite Estelle aime particulièrement porter la robe mauve qui lui a été confectionnée. PHOTO(S) : RADIO-CANADA/VICKY BOUTIN

Béatrice surveille du coin de l’oeil sa petite soeur lors des répétitions. Elle adore son expérience. « Ma scène préférée, c’est celle des Amérindiens! », dit-elle sans hésitation.

La piqûre de la scène semble déjà donner des idées à leur grande soeur Rosalie. « Je commence un baccalauréat en enseignement à l’automne. Éventuellement, j’aimerais créer une troupe de théâtre au secondaire avec mes élèves et perpétuer cet amour de la scène », explique-t-elle.

UNE FOURMILIÈRE BIEN RODÉE

En coulisses, une équipe travaille d’arrache-pied pour réaliser l’impossible.

Fabuleuse, ce sont des centaines de costumes, des accessoires de toutes sortes, des effets pyrotechniques et même une cavalerie et des animaux de ferme.

Rita Marchand est impliquée dans La Fabuleuse depuis 29 ans. Elle est comédienne, mais elle est aussi couturière.

« C’est plaisant parce que tu peux voir toutes les facettes du spectacle. Moi j’adore ça! »

– RITA MARCHAND, COMÉDIENNE ET COUTURIÈRE

Une chapelière et deux autres couturières s’affairent avec elle dans l’atelier au deuxième étage du Théâtre du Palais municipal. Le travail commence en février. « Il y a beaucoup d’ajustements à faire, mais beaucoup de confection aussi parce que les gens s’en vont et les nouveaux n’ont plus la même taille alors il faut refaire [les costumes]. »

La distribution de La Fabuleuse est composée de 162 comédiens bénévoles. Certains partent après la saison, d’autres s’ajoutent, mais un important noyau s’est forgé au fil des ans. Les plus passionnés reviennent vivre l’expérience sur les planches à chaque période estivale. La Fabuleuse, c’est aussi une équipe formée d’une cinquantaine d’employés qui travaillent dans l’ombre pour concrétiser la pièce.

Cette année, un défi de taille les attendait avec l’ajout de trois nouveaux tableaux à la pièce. Celui portant sur Roberval leur a particulièrement donné du fil à retordre. Elles ont créé 30 robes pour les femmes, une dizaine de complets pour les hommes, des costumes pour les danseuses, sans compter les nouveaux chapeaux et les souliers à remanier.

Des représentations qui se multiplient

Il y a des tonnes de détails à régler avant la première d’un spectacle à grand déploiement comme celui-ci. La Fabuleuse offre 24 représentations pendant l’été, mais elle est également présentée en anglais au plus fort de la saison des croisières dans la baie des Ha! Ha!

Les comédiens personnifiant le roi et la reine portent des costumes flamboyants. 

« La Fabuleuse est devenue une industrie à elle seule. On est passé de 24 représentations à tout près de 90 avec les bateaux. »

– CLAUDINE BOURDAGES, DIRECTRICE DE LA PROGRAMMATION, DIFFUSION SAGUENAY

Les efforts consentis par le personnel et les bénévoles sont de taille. « C’est un investissement important, par contre je suis certaine qu’ils y trouvent leur compte parce qu’ils viennent tous les ans! », conclut Claudine Bourdages.

 

Les couturières derrière La Fabuleuse

Pauline Mourrat, Le Quotidien, 05 juillet 2017

Tissus, boutons, plumes et bobines de fil, on trouve de tout dans l'atelier des quatre couturières de La Fabuleuse histoire d'un Royaume, au Théâtre du Palais municipal à La Baie.

L'ensemble de l'atelier est sous la houlette d'Odette Lavoie, qui oeuvre au sein de La Fabuleuse depuis maintenant 29 ans. « J'ai manqué la première année parce que j'étais enceinte, mais dès que j'ai pu, je suis venue travailler », plaisante la couturière, qui s'occupe des costumes de A à Z. C'est elle qui imagine les costumes, en collaboration avec le metteur en scène Louis Wauthier, elle choisit les tissus, crée les patrons, confectionne les costumes sur mesure pour les comédiens bénévoles et elle apporte même sa touche personnelle aux chapeaux.

[ • • • ]

Dès février

Les petites mains sont à l'oeuvre dès le mois de février. Elles doivent laver l'entièreté des costumes et faire l'inventaire afin de vérifier si des modifications doivent être apportées ou si certaines tenues nécessitent des retouches. « Chaque costume est fait spécialement pour le comédien, ça arrive qu'on fasse le même costume en plusieurs tailles. Un enfant, ça grandit vite entre février, lors des essayages, et l'été pour les représentations », avoue Odette Lavoie, en même temps qu'elle raccommode un morceau de costume.

Rita Marchand crée les costumes du spectacle depuis 27 ans, en plus d'être comédienne. Elle a commencé l'aventure de La Fabuleuse en étant sur la scène. « Je trouve que c'est mieux dans ce sens-là, parce que je peux savoir ce qui est le plus pratique pour les costumes puisque je l'ai déjà vécu sur la scène. Alors je peux m'adapter ensuite », constate Mme Marchand qui n'a cependant jamais confectionné ses propres costumes. Louise Veillette, également couturière abonde dans le même sens, elle qui a vécu l'aventure en étant d'abord derrière une machine à coudre avant d'être sous les projecteurs. « C'est vrai qu'on se rend plus compte de toute la logistique et de l'aspect pratique si on a déjà fait des spectacles avant de faire les costumes », relate cette dernière.

Rita Marchand est couturière depuis 29 ans pour La Fabuleuse histoire d'un Royaume, c'est également elle qui dirige l'atelier.

Sur scène et en coulisses

Lors de chaque représentation, des couturières sont présentes sur scène ou dans les coulisses pour parer à toute éventualité. Si un tissu se déchire, ou qu'une fermeture éclair se découd, il faut être capable d'intervenir rapidement pour que le public ne voit rien. Les répétitions générales leur permettent de remarquer les petits défauts avant les représentations officielles.

La chapelière Marlène Beaudoin met un point d'honneur à confectionner des chapeaux tous différents les uns des autres. « Avec les années, je gagne en rapidité et j'ai toujours de nouvelles idées qui permettent de faire de nouveaux chapeaux. Plus on en fait, plus on a envie d'en faire », constate celle qui est aussi habilleuse lors des représentations. Cette année, avec le retour de la scène de l'hôtel Roberval, la chapelière a dû confectionner ou rafraîchir près de 110 couvre-chefs.

Meilleure qualité

Au cours des années, les petites mains derrière les costumes ont remarqué plusieurs changements, notamment dans la qualité des costumes. « Dans la confection, il y a eu beaucoup d'améliorations. Les matières sont de meilleure qualité, on passe plus de temps sur chaque costume et c'est bénéfique », explique Rita Marchand, qui précise que dans les premières années, les costumes ne duraient qu'un an. L'ensemble des costumes et des accessoires sont rangés au sous-sol du Théâtre, sous des housses de protection. Aucun costume n'est jeté ou revendu, tout est conservé et chaque costume est fait entièrement dans l'atelier de La Fabuleuse histoire d'un Royaume. « On a une grande fierté de voir ça, c'est très beau. Quand on fait un costume, on le visualise avant et on l'imagine tout de suite, mais quand on voit le résultat c'est toujours impressionnant », conclut Rita Marchand.

 

La Fabuleuse: 30 ans de démesure

ICI Radio-Canada, 04 juillet 2017

Cet été, La Fabuleuse histoire d'un royaume, une fresque monumentale relatant l'histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, sera présentée pour une 30e saison. Pour l'occasion, Radio-Canada propose une incursion au coeur de ce spectacle où la démesure est de mise.

 

Les incontournables de la semaine

Stéphane Bouchard, Journal de Québec, 02 juillet 2017

1. Le grand retour : Men Without Hats

 Men Without Hats 

Les plus vieux se souviennent de ce groupe mythique qui a laissé sa marque dans la musique new-wave au Canada et même dans le monde. Men Without Hats s’arrêtera pour deux soirs dans la région la semaine prochaine. Ils seront le 5 juil­let à la salle Le Météore de Dolbeau-Mistassini et le 6 juillet à la Zone portuaire. Formée en 1977, issue du milieu punk de Montréal, la formation d’Ivan Doroschuk a conquis la planète avec des succès aux mélodies simples et entraînantes, telles Safety Dance et Pop Goes the World. Ces spectacles promettent d’être mémorables pour les nostalgiques des années 1980.

[ • • • ]

2. L’aubaine : La Noce

La Fabuleuse histoire d’un royaume

La Noce arrive au Vieux-Port de Chicoutimi avec une programmation diversifiée d’une très grande qualité. Ce festival d’un jour propose un beau mélange de talents locaux (Mordicus, Joël Martel, Le Gros groupe) et de musiciens émergents (Philippe Brach, VioleTT Pi, Gazoline). C’est l’occasion de voir sur une même scène des artistes de tous les horizons. L’événement aura lieu samedi prochain à la Zone portuaire. À seulement 20 $ le billet, c’est une aubaine qu’il faut saisir. Pour les intéressés, un célébrant sera sur le site et les spectateurs pourront se marier pour 10 $...

3. Le spectacle à revoir : La fabuleuse histoire d’un royaume

Plus besoin de présenter cet événement : La fabuleuse histoire d’un royaume célèbre cette année son trentième anniversaire. Le spectacle, qui met en scène 150 comédiens bénévoles, propose un déploiement scénique qui n’a pas d’égal dans la région. Avec des chevaux sur scène, du feu, un déluge et des coups de canon, La fabuleuse a fait la renommée de la région à l’extérieur de ses frontières. À partir du 7 juillet, les spectateurs pourront assister à la naissance du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le spectacle a lieu tout l’été au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Il y aura une vingtaine de représentations.

4. Le théâtre d’été : Le système Ribadier

La Pulperie présente cet été une pièce de théâtre que l’on présente comme férocement amusante et tordue. Elle raconte les aventures de Ribadier, le second mari d’Angèle, veuve de sieur Robineau. Dans la tradition la plus pure du théâtre d’été s’ensuit une suite d’événement où se mêlent jalousie, paranoïa et tromperie. La pièce, une production du Théâtre 100 masques, a été mise en scène par Dario Larouche. Elle met en vedette les comédiens bien connus dans la région Patrick Simard, Mélanie Potvin, Éric Chalifour, Gervais Arcand et Pierre Tremblay. Les billets coûtent 23 $, le spectacle commence le 5 juillet et a lieu tous les mardis et mercredis de l’été.

 

Les 30 ans de «La Fabuleuse» - Mention et Entrevue avec Ève-Marie Lortie

LCN, Le Québec matin Week-end, 02 juillet 2017

 

MENTION

Franco Nuovo et Marie-Christine Blais, Dessine-moi un été, Chronique Culture, ICI Radio-Canada Première, 02 juillet 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

MENTION - Avant-première jeudi soir du nouveau spectacle de La Fabuleuse

Jean-François Coulombe et Doris Larouche, Café, boulot, Dodo, ICI Radio-Canada Première, 30 juin 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

«De toute beauté!»

Laure Gagnon-Tremblay, Le Quotidien, 29 juin 2017

Les personnes qui ont assisté à l'avant-première du nouveau spectacle de La Fabuleuse ont été séduites par le spectacle et ses nouveautés. Le public, majoritairement composé d'anciens comédiens, était également parsemé de personnes qui voyaient la pièce pour la toute première fois.

À la sortie de la pièce, tous les spectateurs avaient le sourire aux lèvres. « C'était complètement hallucinant. C'est la première fois que je viens ! Visuellement, c'est à revoir. C'est de toute beauté ! », mentionne Patrick, qui accompagnait une de ses amies qui a joué dans La Fabuleuse auparavant.

[ • • • ]

« C'était vraiment malade ! C'était vraiment beau ! Je l'ai fait l'année dernière, et c'est encore magnifique. Je pense recommencer, parce que je vais avoir le temps cette année. Il y a beaucoup de tableaux qu'il n'y avait pas avant, et ça fait juste s'embellir », raconte Laëtitia Corbin.

« Moi j'ai vraiment aimé ça. C'était la première fois que je voyais le spectacle et j'ai adoré. J'ai trouvé ça magnifique et divertissant. On ne s'ennuyait pas. C'est certain que j'aimerais le revoir », ajoute l'amie de Laëtitia, Mélanie Lavoie.

Le conseiller municipal Luc Boivin a également assisté à cette avant-première avec ses enfants. Lui aussi a beaucoup apprécié son expérience. « C'est un très beau spectacle. L'année passée, on l'a vu deux fois, et c'est vraiment plaisant de voir les changements qu'il y a eu avec les technologies. C'est très impressionnant. C'est plaisant de voir que le spectacle se renouvelle toujours, et qu'on le voit ou qu'on le revoit, les sourires sont toujours présents à la sortie », mentionne-t-il.

Sa plus jeune fille a également aimé sa soirée, affirmant sans hésitation que c'était très beau.

Les nouveautés technologiques en ont également impressionné plus d'un. « C'est facile à dire, mais j'ai trouvé le spectacle fabuleux ! raconte en riant l'ancienne comédienne Hélène Morin. Je ne l'avais pas vu l'année dernière. Mais cette année, il y a des ajouts très intéressants. Avec les nouveaux effets spéciaux, c'était très beau. Il y avait des effets au laser quand j'étais là, mais ce n'était pas de cette envergure. Je pense qu'ils ont modernisé la pièce, mais le fond, le contenu et le message véhiculé sont restés sensiblement les mêmes. Je pense qu'il faut quand même garder quelques éléments, pour que les gens puissent suivre l'histoire, mais quand même être impressionnés et dire "wow !" »

 

MENTION AU TÉLÉJOURNAL - Les 30 ans de la Fabuleuse

Roger Lemay et Jean-François Coulombe, Téléjournal 18h, ICI Radio-Canada Télé, 29 juin 2017

http://ici.radio-canada.ca/

 

COUVERTURE - La Fabuleuse en images

Rocket Lavoie, La Presse, 29 juin 2017

http://www.lapresse.ca/

 

Une avant-première fabuleuse

CKAJ, 92,5 FM, 29 juin 2017

Le coeur était à la joie hier au Théâtre du Palais municipal de La Baie. 

Le Théâtre accueillait l'avant-première de La Fabuleuse histoire d'un Royaume.

 Une avant-première acclamée par le public ! 

La Fabuleuse célèbre ses 30 ans cette année, au très grand plaisir du directeur artistique, Louis Wauthier. 

Dire qu'à la base, le spectacle ne devait durer qu'un été... 30 ans plus tard, il fait la fierté de la région. 

Les critiques sont unanimes, le spectacle est tout simplement magnifique ! 

Tant par la prestation des comédiens, la beauté des costumes, le décor enchanteur et les effets spéciaux.  

La Fabuleuse prend officiellement son envol le 7 juillet. 

Un spectacle à voir et à revoir ! 

 

ENTREVUE - En direct

Rouge FM 96,9, 29 juin 2017

 C'est ce soir qu'on célèbre les 30 ans de La Fabuleuse histoire d'un royaume ! Venez voir ce magnifique spectacle tout l'été au Théâtre du Palais Municipal de La Baie.

Vidéo

 

Tout aussi fabuleuse

Patricia Rainville, Le Quotidien, 29 juin 2017

CHRONIQUE / Absolument magnifique! La Fabuleuse histoire d'un Royaume célébrait ses 30 ans, jeudi soir, au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Trente ans et pas une ride. Et le spectacle s'est même payé une cure de jeunesse pour marquer le coup, en incorporant des effets spéciaux et des projections visuelles pour cette nouvelle saison qui s'amorce. Une nouvelle mouture à la hauteur de la légende.

Imaginez-vous donc que je n'avais jamais assisté à La Fabuleuse. Même pas une toute petite fois. Jamais. Je sais, je devrais avoir honte. Et, jeudi, j'étais assise au milieu des gens qui avaient, pour la grande majorité, vu ce spectacle qui a fait, au fil des années, la réputation du Saguenay-Lac-Saint-Jean. En effet, c'était soir de grandes retrouvailles, puisque les spectateurs étaient d'anciens comédiens qui ont un jour ou l'autre foulé les planches du Palais municipal. Certains y étaient du temps où l'ancien aréna de La Baie était transformé en théâtre le temps d'un été. C'était en 1988. Petite anecdote en passant, le soir de la grande première, le 24 juin 1988, la salle était exclusivement composée de Tremblay. C'était le concept. Et, surtout, le spectacle ne devait durer qu'un été. Mais, depuis, l'aréna a fait place au Théâtre du Palais municipal, fondé expressément pour y présenter La Fabuleuse, année après année. Depuis 30 ans. Assez incroyable, lorsqu'on y pense. 

[ • • • ]

L'équipe qui se dresse derrière le spectacle l'avait dit: la nouvelle mouture a fait un pas de géant en avant, en ajoutant des effets visuels assez impressionnants, projetés sur les décors qui entourent la scène. L'été, l'automne, l'hiver et le printemps, la pluie, le feu, la neige; le spectateur plonge dans le décor comme s'il y était. «C'est un spectacle digne des années 3000!», a lancé la responsable des communications, Claudine Bourdages, quelques minutes avant la représentation. 

Le metteur en scène Louis Wauthier, émotif et très touché de voir autant d'anciens comédiens s'être présentés au Palais municipal, a toutefois averti le public. «Ça ne rend pas La Fabuleuse plus belle, parce qu'il n'y a rien de plus beau que La Fabuleuse.» 

Sur ces sages paroles, le rideau s'est levé. Et dès les premières scènes, les spectateurs se sont exclamés, visiblement impressionnés par ce qui se déroulait devant leurs yeux. 

De mon côté, j'ai regardé, parfois émue, d'autres fois amusée, mais surtout avec un regard absolument nouveau, les 157 artistes bénévoles donner leur meilleur d'eux même. Si La Fabuleuse a voulu se moderniser, son âme reste la même. Les mêmes textes, les mêmes décors et les mêmes costumes. L'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean en récit, en musique et en images, racontée en un peu plus de deux heures. Deux siècles qui défilent devant le public. 

Des années 1800 au déluge du Saguenay en passant par le défrichage des terres, le grand feu de 1870 et la Seconde Guerre mondiale. D'ailleurs, les tableaux du déluge, du grand feu et de la guerre restent sans doute les plus impressionnants. Surtout lorsque les soldats descendent du plafond à l'aide d'une corde et sous le bruit des explosions. Je ne vous cacherai pas que j'ai sursauté à quelques reprises. Les images projetées sur le décor de la petite maison blanche, où l'on voit la puissance de l'eau et les cicatrices du déluge, replongeront plusieurs spectateurs dans leurs douloureux souvenirs. Et que dire des tableaux dansants des années 60 et 70? Du bonbon pour les yeux. Les dizaines de comédiens et danseurs (bénévoles par-dessus le marché, faut-il le rappeler) auront d'ailleurs réussi à faire lever et danser le public à quelques reprises en ce soir d'avant-première. 

Je me permets ici un clin d'oeil à la jolie petite blondinette, sans doute la plus jeune de la distribution de cette année. Avec ses petites tresses et ses pas de danse parfois hésitants, la petite aura réussi à en faire craquer plus d'un dans la salle. 

Nul doute, La Fabuleuse devrait être vue (ou revue) par tous les Saguenéens et les Jeannois. Le simple fait d'être témoin des enchaînements de comédiens, de voir les costumes et les décors flamboyants, d'admirer les chevaux (oui, ce sont des vrais) vaut le détour. Et, en bonus, on vous racontera l'histoire de la région. 

Avant la représentation, jeudi, le metteur en scène Louis Wauthier a affirmé que personne ne pouvait comprendre le phénomène de La Fabuleuse. Personne, à part ceux et celles qui y prennent part. Il a peut-être raison. Mais ça ne nous empêche pas de la vivre avec eux.

La Fabuleuse, c'est

• 30 ans d'histoire

• Un million de spectateurs au fil des ans

• 160 artistes bénévoles sur scène chaque année

• 1500 artistes bénévoles en 30 ans 

• 1,5 million $ de budget pour incorporer des effets visuels cette année

• Deux siècles racontés sur scène

 

La Fabuleuse histoire d'un royaume célèbre ses 30 ans

Mireille Chayer, MSN et Sympatico, 29 juin 2017

L'avant-première de la Fabuleuse histoire d'un royaume s'est déroulée jeudi soir au Théâtre du palais municipal de l'arrondissement de La Baie. Pour l'occasion, les 1500 comédiens bénévoles qui ont joué dans cette fresque historique au cours des 30 dernières années ont été invités à assister au spectacle.

C’est donc devant une salle bondée que les comédiens de l’édition 2017 ont campé leurs rôles, devant ceux qui les ont précédés sur scène.

[ • • • ]

Les anciens comédiens gardent d’excellents souvenirs de leurs étés au sein de la troupe.

Je pense que la Fabuleuse, c’est une gigantesque famille d’au-dessus de 150 personnes et on joue tous les soirs ensemble, on est dans les mêmes loges, on soupe ensemble. Le lien qui se crée entre les gens ici, c’est formidable, c’est fabuleux!

Anne-Catherine Lavoie, ancienne comédienne

Nouveautés

La soirée a été spéciale pour le metteur en scène et directeur artistique du spectacle, Louis Wauthier. Il a voulu souligner le trentième anniversaire en revisitant plusieurs tableaux et en ajoutant des éléments technologiques pour améliorer l’expérience des spectateurs.

Pour la trentième, il fallait avoir un coup-choc, un choc, pas tant dans les tableaux, mais dans leur présentation.

Louis Wauthier, metteur en scène et directeur artistique

Louis Wauthier soutient que l’œuvre de Ghislain Bouchard est magistrale et que le créateur de la Fabuleuse histoire d’un royaume « a donné quelque chose à la région que personne n’a fait encore nulle part ailleurs ».

La première du spectacle aura lieu le 7 juillet.

Un texte de Mireille Chayer d'après les informations de Jean-François Coulombe

 

La Fabuleuse histoire d'un royaume célèbre ses 30 ans

Mireille Chayer, ICI Radio-Canada, 29 juin 2017

L'avant-première de la Fabuleuse histoire d'un royaume s'est déroulée jeudi soir au Théâtre du palais municipal de l'arrondissement de La Baie. Pour l'occasion, les 1500 comédiens bénévoles qui ont joué dans cette fresque historique au cours des 30 dernières années ont été invités à assister au spectacle.

C’est donc devant une salle bondée que les comédiens de l’édition 2017 ont campé leurs rôles, devant ceux qui les ont précédés sur scène.

Les anciens comédiens gardent d’excellents souvenirs de leurs étés au sein de la troupe.

[ • • • ]

Je pense que la Fabuleuse, c’est une gigantesque famille d’au-dessus de 150 personnes et on joue tous les soirs ensemble, on est dans les mêmes loges, on soupe ensemble. Le lien qui se crée entre les gens ici, c’est formidable, c’est fabuleux!

Anne-Catherine Lavoie, ancienne comédienne

Nouveautés

La soirée a été spéciale pour le metteur en scène et directeur artistique du spectacle, Louis Wauthier. Il a voulu souligner le trentième anniversaire en revisitant plusieurs tableaux et en ajoutant des éléments technologiques pour améliorer l’expérience des spectateurs.

Pour la trentième, il fallait avoir un coup-choc, un choc, pas tant dans les tableaux, mais dans leur présentation.

Louis Wauthier, metteur en scène et directeur artistique

Louis Wauthier soutient que l’œuvre de Ghislain Bouchard est magistrale et que le créateur de la Fabuleuse histoire d’un royaume « a donné quelque chose à la région que personne n’a fait encore nulle part ailleurs ».

La première du spectacle aura lieu le 7 juillet.

Un texte de Mireille Chayer d'après les informations de Jean-François Coulombe

 

La Fabuleuse reçoit un hommage inattendu

Dominique Gobeil, Le Quotidien, 26 juin 2017

Le metteur en scène de la Fabuleuse histoire d'un Royaume, Louis Wauthier, a reçu avec beaucoup de fierté la médaille d'or du lieutenant-gouverneur, dimanche, des mains de l'honorable J. Michel Doyon, au nom de toute l'équipe de la production, sur scène depuis 30 ans.

« Le fait que ce ne soit pas mis en candidature par la population, mais vraiment décidé par le représentant de la Reine, c'est encore plus touchant. C'est une belle surprise après toutes ces années. Nous avons gagné beaucoup de prix à nos débuts, mais un spectacle qui dure aussi longtemps au Québec, c'est du jamais-vu », confie Louis Wauthier.

[ • • • ]

Une cérémonie avait lieu dimanche à la salle Michel-Côté d'Alma. Les quelque 150 comédiens bénévoles ne pouvaient évidemment pas tous se déplacer, sans oublier les membres de l'équipe de production, mais ceux qui se sont présentés arboraient un de leurs costumes du spectacle, de quoi impressionner le lieutenant-gouverneur.

« Il nous a dit qu'il viendrait nous voir en août, mentionne M. Wauthier. La médaille reconnaît notre unicité, l'histoire du spectacle et son caractère innovateur. Il trouve que c'est exceptionnel. »

La Fabuleuse histoire d'un Royaume est présentée du 7 juillet au 19 août au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

 

ENTREVUE - 30 ans de la Fabuleuse histoire d'un royaume: un spectacle où tous vos sens seront transportés

Doris Larouche, Café, boulot, Dodo, ICI Radio-Canada Première, 22 juin 2017

http://ici.radio-canada.ca/

Le 29 juin prochain aura lieu le lancement de la 30e saison de la Fabuleuse histoire d'un royaume.

Le spectacle a été complètement revu. Des éléments technologiques ont été ajoutés.

L’organisation en profite pour inviter toutes les personnes qui ont déjà participé au spectacle ces 30 dernières années pour à venir voir l'avant-première.

L'organisation de la Fabuleuse a aussi reçu une très bonne nouvelle, mardi. Elle recevra la médaille d’or du lieutenant-gouverneur du Québec.

 

La Fabuleuse honorée par le lieutenant-gouverneur

Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, 20 juin 2017

L'équipe de La Fabuleuse histoire d'un Royaume reçoit une belle tape dans le dos à quelques jours du lancement de sa 30e saison. Le spectacle qui entreprend un tournant technologique cette année sera décoré dimanche de la médaille d'or du lieutenant-gouverneur du Québec, un prix qui reconnaît les « accomplissements exceptionnels d'une personne ou d'un organisme ».

Pierre Mazurette, président de Diffusion Saguenay, se réjouit du fait que La Fabuleuse histoire d'un Royaume sera décorée de la médaille d'or du lieutenant-gouverneur du Québec.

LE QUOTIDIEN, YOHANN GASSE

La médaille d'or du lieutenant-gouverneur, la seule qui est attribuée sans appel de candidatures, sera remise aux membres de l'équipe du spectacle dans le cadre d'une cérémonie le dimanche 25 juin, à la Salle Michel-Côté d'Alma. 

[ • • • ]

Le président de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, a appris la nouvelle du lieutenant-gouverneur J. Michel Doyon lui-même il y a deux semaines à peine. « J'ai reçu un appel du lieutenant-gouverneur. Ça impressionne toujours », convient celui qui se réjouit de la nouvelle pour l'équipe du spectacle. 

« C'est la plus haute décoration que le lieutenant-gouverneur remet à une organisation. Ça me rend particulièrement fier pour la gang. Ce sont des gens qui, par pure générosité, travaillent sur le spectacle année après année. Il n'y a pas beaucoup de spectacles qui peuvent se vanter de célébrer leur 30e année de présentation. Il n'y a pas un seul spectacle à Québec ou Montréal qui dure depuis aussi longtemps et qui fidélise sa clientèle. Comme je n'y suis pour rien, je peux l'affirmer modestement, La Fabuleuse est un spectacle qui mérite cette reconnaissance. »

Me Mazurette assure que La Fabuleuse est le fruit de tout un travail d'équipe. Il pense d'abord à Louis Wauthier, directeur artistique, Claude Simard, directeur général, et Marie-Alice Simard, directrice de production et de la logistique. « Ils portent le spectacle depuis des années. » Il pense aussi aux comédiens. 

Une quarantaine d'entre eux monteront d'ailleurs dans un autobus pour se rendre à Alma dans le cadre de la remise de la médaille. 

« Je suis heureux pour ces gens-là. Ça va les rendre heureux. Des gens portent La Fabuleuse depuis 30 ans. Le spectacle a su se renouveler. »

Pour La Fabuleuse, il s'agit d'un premier prix du genre. « On a reçu des prix en tourisme, mais jamais quelque chose comme ça. »

La cérémonie permettra également de remettre des médailles de bronze et d'argent à d'autres organisations de la région. « La Fabuleuse est la seule organisation à recevoir la médaille d'or au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il n'y a pas de mises en candidature pour cette catégorie. C'est le lieutenant-gouverneur et ses conseillers qui choisissent les récipiendaires. »

Pour le président de Diffusion Saguenay, la reconnaissance arrive à un moment opportun, soit quelques jours seulement avant le lancement de la 30e année du spectacle qui effectue un tournant technologique. « Le moment est parfait. Je crois que ça va favoriser la venue du public », estime celui qui a lancé une invitation au lieutenant-gouverneur. 

« Le lieutenant-gouverneur J. Michel Doyon a affirmé avoir vu le spectacle il y a plusieurs années, avant d'être nommé dans ses fonctions. Je l'ai invité à venir au cours de la prochaine saison. J'ai bon espoir qu'il viendra au cours de l'été. »

La 30e saison, qui se déroulera du 7 juillet au 19 août prochain, s'annonce d'ailleurs plutôt bien pour La Fabuleuse. L'investissement de 1 471 000 $ qui a permis d'entreprendre un virage technologique semble déjà porter ses fruits. « Cette année, on bat tous les records en termes de prévisions et l'attribution de la médaille n'a pas encore été annoncée. Date pour date, on a doublé le nombre de billets vendus en prévente et on a bon espoir que ça continue. Ça prouve que le spectacle vieillit bien. On a bon espoir de continuer encore longtemps. »

 

«Je confie mes peines et mes joies au Saguenay» - Ève-Marie Lortie

Francis Bolduc, TVA Nouvelles, 10 juin 2017

Le spectacle «La Fabuleuse Histoire d’un Royaume» célèbre cette année ses 30 ans d’existence, et c’est une fille du coin qui a eu le mandat d’agir comme porte-parole. Entrevue avec Ève-Marie Lortie.

«Je suis une fille du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Je suis née à Alma et, quand j’avais trois ans, ma famille est déménagée au Saguenay, plus précisément à Arvida — ville qui n’existe plus puisqu’elle a été fusionnée. Mais je tiens à dire que je suis une fille d’Arvida, et j’aimerais que vous l’écriviez parce que je suis aussi une ambassadrice d’Arvida», insiste en rigolant Ève-Marie Lortie, qui a accepté d’être porte-parole de la 30e édition de «La Fabuleuse Histoire d’un Royaume».

[ • • • ]

«J’étais dans la région à l’époque, j’avais 12 ans, et j’étais déjà consciente de ce qui se préparait. Il y avait des gens autour de moi qui allaient s’impliquer. Je me souviens, entre autres, d’un ami de mon frère qui aimait bien les arts de la scène, et il avait hâte de faire partie des comédiens bénévoles. Cette ébullition artistique, on la sentait il y a 30 ans. Et après toutes ces années, non seulement le spectacle existe encore, mais il a été revampé pour cette 30e édition.»

En effet, une mise à niveau technologique considérable a été réalisée, apportant ainsi un immense impact sur les scènes du Déluge ou encore du Grand feu, fait savoir la production. «Je suis très fière. Ce spectacle est une carte de visite importante pour nous. Les touristes viennent découvrir les paysages et les autres attractions, et «La Fabuleuse» devient un incontournable.»

Elle ne l’a pas encore vu

Le spectacle a occupé, au cours de ces trois décennies, 1500 comédiens bénévoles. Il y a eu 628 représentations en saison estivale à Saguenay et 146 données dans la langue de Shakespeare pour des croisiéristes de partout dans le monde. En outre, un peu plus de

14 000 spectateurs ont vu «La Fabuleuse» en France à l’occasion de huit représentations.

Enfin, soulignons que 1 045 926 spectateurs ont vu le spectacle. Et Ève-Marie Lortie, combien de fois l’a-t-elle vu? «Êtes-vous prêts à avoir la réponse? Aucune fois. C’est incroyable. Je n’ai jamais vu le spectacle, et c’est pour ça qu’on m’a choisie comme porte-parole. Parce que je suis comme bien des gens de la région, qui pensent que c’est juste pour les touristes. Maintenant que je suis loin de ma région et que je m’en ennuie au quotidien, j’ai besoin de me replonger dans l’histoire de mon coin de pays.»

Ève-Marie Lortie répétera ensuite que l’équipe derrière «La Fabuleuse» savait pertinemment qu’elle n’avait pas vu le spectacle et... «ils sont venus me chercher quand même en me disant que ça prouvait qu’il y avait encore des gens de la région qui ne l’avaient pas vu».

Son Saguenay

Depuis un certain temps, Ève-Marie Lortie et son amoureux possèdent une maison dans le coquet village de L’Anse-Saint-Jean. «J’y vais chaque été et chaque hiver. Aussitôt que j’ai quelques jours de libres, je m’en vais là-bas.»

Sur place, l’animatrice profite évidemment du paysage, des grands espaces et de la quiétude que l’environnement lui procure. «C’est aussi physique, mon affaire. Quand j’arrive là, je respire mieux et je relève les épaules de quelques centimètres.»

Elle confiera ensuite qu’il lui arrive, autant dans les bons moments que dans les moins lumineux, de s’offrir du temps en solitaire sur les berges du fjord du Saguenay. «Je confie des choses au Saguenay. Je lui confie mes peines et mes joies. Souvent, lors de mes vacances en juillet, qui tombent pendant la période de mon anniversaire, je vais faire un bilan. Je m’installe, je regarde l’eau, et je réfléchis à ce que j’ai fait et à ce que je devrais faire.»

Outre une période de vacances, la saison estivale s’inscrit sous le signe du travail pour l’animatrice. «Je prends la relève de Gino Chouinard à «Salut, bonjour» pour quelques semaines.» Ensuite, Georges Pothier prendra la place pour permettre à Ève-Marie Lortie d’avoir des vacances. À l’automne, elle sera de retour à «Salut, bonjour weekend». «Ça sera ma sixième année à la barre de l’émission de fin de semaine, à Québec.»

 

Porte-parole de la 30e édition de La fabuleuse histoire d'un royaume

Francis Bolduc, Échos Vedettes, Vol 55, #23, 01 juin 2017

« Je confie mes peines et mes joies au Saguenay » - Ève-Marie Lortie

LE SPECTACLE LA FABULEUSE HISTOIRE D’UN ROYAUME CÉLÈBRE CETTE ANNÉE SES 30 ANS D’EXISTENCE, ET C’EST UNE FILLE DU COIN QUI A EU LE MANDAT D’AGIR COMME PORTE-PAROLE.

ENTREVUE AVEC ÈVE-MARIE LORTIE.

«Je suis une fille du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Je suis née à Alma et, quand j’avais trois ans, ma famille est déménagée au Saguenay, plus précisément à Arvida — ville qui n’existe plus puisqu’elle a été fusionnée. Mais je tiens à dire que je suis une fille d’Arvida, et j’aimerais que vous l’écriviez parce que je suis aussi une ambassadrice d’Arvida», insiste en rigolant Ève-Marie Lortie, qui a accepté d’être porte-parole de la 30e édition de La fabuleuse histoire d’un royaume.

[ • • • ]

«J’étais dans la région à l’époque, j’avais 12 ans, et j’étais déjà consciente de ce qui se préparait. Il y avait des gens autour de moi qui allaient s’impliquer. Je me souviens, entre autres, d’un ami de mon frère qui aimait bien les arts de la scène, et il avait hâte de faire partie des comédiens bénévoles. Cette ébullition artistique, on la sentait il y a 30 ans. Et après toutes ces années, non seulement le spectacle existe encore, mais il a été revampé pour cette 30e édition.»

En effet, une mise à niveau technologique considérable a été réalisée, apportant ainsi un immense impact sur les scènes du Déluge ou encore du Grand feu, fait savoir la production. «Je suis très fière. Ce spectacle est une carte de visite importante pour nous. Les touristes viennent découvrir les paysages et les autres attractions, et La fabuleuse devient un incontournable.»

ELLE NE L’A PAS ENCORE VU

Le spectacle a occupé, au cours de ces trois décennies, 1500 comédiens bénévoles. Il y a eu 628 représentations en saison estivale à Saguenay et 146 données dans la langue de Shakespeare pour des croisiéristes de partout dans le monde. En outre, un peu plus de 14 000 spectateurs ont vu La fabuleuse en France à l’occasion de huit représentations. Enfin, soulignons que 1 045 926 spectateurs ont vu le spectacle. Et Ève-Marie Lortie, combien de fois l’a-t-elle vu? «Êtes-vous prêts à avoir la réponse? Aucune fois. C’est incroyable. Je n’ai jamais vu le spectacle, et c’est pour ça qu’on m’a choisie comme porte-parole. Parce que je suis comme bien des gens de la région, qui pensent que c’est juste pour les touristes. Maintenant que je suis loin de ma région et que je m’en ennuie au quotidien, j’ai besoin de me replonger dans l’histoire de mon coin de pays.» Ève-Marie Lortie répétera ensuite que l’équipe derrière La fabuleuse savait pertinemment qu’elle n’avait pas vu le spectacle et... «ils sont venus me chercher quand même en me disant que ça prouvait qu’il y avait encore des gens de la région qui ne l’avaient pas vu».

SON SAGUENAY

Depuis un certain temps, Ève-Marie Lortie et son amoureux possèdent une maison dans le coquet village de L’Anse-Saint-Jean. «J’y vais chaque été et chaque hiver. Aussitôt que j’ai quelques jours de libres, je m’en vais là-bas.»

Sur place, l’animatrice profite évidemment du paysage, des grands espaces et de la quiétude que l’environnement lui procure. «C’est aussi physique, mon affaire. Quand j’arrive là, je respire mieux et je relève les épaules de quelques centimètres.» Elle confiera ensuite qu’il lui arrive, autant dans les bons moments que dans les moins lumineux, de s’offrir du temps en solitaire sur les berges du fjord du Saguenay. «Je confie des choses au Saguenay. Je lui confie mes peines et mes joies. Souvent, lors de mes vacances en juillet, qui tombent pendant la période de mon anniversaire, je vais faire un bilan. Je m’installe, je regarde l’eau, et je réfléchis à ce que j’ai fait et à ce que je devrais faire.»

Outre une période de vacances, la saison estivale s’inscrit sous le signe du travail pour l’animatrice. «Je prends la relève de Gino Chouinard à Salut bonjour pour quelques semaines.» Ensuite, Georges Pothier prendra la place pour permettre à Ève-Marie Lortie d’avoir des vacances. À l’automne, elle sera de retour à Salut bonjour weekend. «Ça sera ma sixième année à la barre de l’émission de fin de semaine, à Québec.»

FRANCIS BOLDUC

 

La Fabuleuse histoire d'un royaume, Ève-Marie Lortie célèbre les 30 ans de la production

7Jours, Vol 28, #32, 25 mai 2017

#7 SPECTACLE

Bon an, mal an, depuis trois décennie, l'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean est racontée sur scène dans le spectacle La fabuleuse histoire d'un royaume. « En tant que fière Saguenéenne, je suis heureuse d'être la porte-parole de ce spectacle qui raconte l'histoire de ma région, nous a mentionné Ève-Marie Lortie. Il y a plus d'une centaine de comédiens bénévoles sur scène, de même que de vrais animaux de ferme. En plus, le spectacle a été revampé, et on a ajouté une projection multimédia complète, ce qui en fait un des plus grands événements lumière au Québec! De grands pans de notre histoire sont racontés tels que le déluge, l'incendie du spectaculaire hôtel Roberval en 1908 ou encore la vie du gardien de but des Canadiens de Montréal Georges Vézina. C'est vraiment un spectacle à voir. » Pour plus d'informations, visitez fabuleuse.com.

 

 

La Fabuleuse histoire d'un royaume fait peau neuve!

François Hamel, Actualité, La Semaine, Vol 13, #16, 18 mai 2017

Pour sa 30e édition, qui se tiendra du 7 juillet au 19 août, le célèbre spectacle La Fabuleuse Histoire d’un Royaume o rira une toute nouvelle expérience multimédia aux spec- tateurs. Cette mise à niveau technologique permettra de transformer le décor d’un tableau à l’autre en apportant un e et plus grand que nature aux scènes ainsi qu’un im- pact immense sur les scènes du Déluge, du Grand Feu, du Fjord et, bien entendu, sur le changement des saisons. Grâce à un univers de lumières et d’e ets spéciaux grandioses, l’histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean n’aura jamais eu l’air aussi vraie.

En plus, la production s’est dotée d’une nouvelle porte-parole dynamique, Ève-Marie Lortie. «Je suis moi-même originaire de la région. J’ai passé les trois premières années de ma vie à Isle-Maligne, un secteur de la ville d’Alma. Par la suite, j’ai déménagé avec ma famille à Arvida. J’y ai d’ailleurs toujours un pied-à-terre. Cette région est importante pour mon équilibre et j’en parle toujours avec amour.» Pour de plus amples informa- tions: Fabuleuse.com.

 

La Fabuleuse Histoire d'un Royaume fête son 30e anniversaire

Annie T. Roussel, Québec Spot, 5 mai 2017

Afin de souligner sa trentième saison à Saguenay, La Fabuleuse offrira cet été une expérience multimédia à ses spectateurs. C’est dans un univers de lumières et d’effets spéciaux grandioses que vous serez invités à vivre l’histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean du 7 juillet au 19 août.

Dévoilée lors d’une conférence de presse jeudi dernier, une mise à niveau technologique majeure sera apportée au spectacle qui se tiendra pour la trentième année consécutive cet été.

Ayant toujours été avant-gardiste et à l’affût des nouveautés, l’équipe de production mise sur un partenariat avec les compagnies LSM ambiocréateurs et MATIÈRS pour faire vivre aux spectateurs l’expérience 3D à son maximum. Professionnels des arts visuels scéniques, ceux-ci apporteront la fine pointe des équipements utilisés sur les plus grandes scènes du monde.

[ • • • ]

Cet aspect technique permettra de transformer le décor d’un tableau à l’autre en apportant un effet plus grand que nature aux scènes en général et un impact immense sur les scènes du Déluge, du Grand Feu, du Fjord et, bien entendu, sur le changement des saisons.

C’est rempli d’émotions que le directeur artistique Louis Wauthier a décrit La Fabuleuse comme un tableau, un lieu, une image qui évolue et vit avec son histoire. « On va vous éblouir, vous émouvoir » a-t-il confié, entouré d’un bon nombre de comédiens bénévoles, dont le doyen est âgé de 87 ans.

La Fabuleuse c’est à ce jour :

1 045 926 spectateurs

– 1 500 comédiens bénévoles âgés de 4 à 88 ans

– 628 représentations en saison estivale

– 146 représentations en anglais pour 26 380 croisiéristes de partout à travers le monde

– 8 représentations en France pour 14 101 spectateurs

En bref :

Une soirée normale pour La Fabuleuse, c’est 162 comédiens bénévoles, une équipe technique de 20 personnes, 25 employés de soutien, une cavalerie de 7 chevaux, des animaux de la ferme dont un cochon, une vache et des oies, un gigantesque bassin d’eau, des effets de pyrotechnie impressionnants et des tableaux historiques qui nous font vivre, entre autres, l’arrivée des 21, celle de Jacques-Cartier, la guerre, le grand feu, le déluge ainsi que le passage des saisons.

La Fabuleuse Histoire d’un Royaume fête son 30e anniversaire

Théâtre du Palais municipal du 7 juillet au 19 août 2017

 

Virage technologique pour La Fabuleuse

Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, 28 avril 2017

La Fabuleuse histoire d'un Royaume célèbre son 30e anniversaire avec un virage technologique. Du 7 juillet au 19 août prochain, les spectateurs pourront découvrir ou redécouvrir la production dans un décor 3D créé à partir de technologies à la fine pointe utilisée dans les plus grandes productions grâce à un investissement de 1 471 000 $.

Louis Wauthier, directeur artistique de La Fabuleuse histoire d'un Royaume, a eu du mal à cacher ses émotions en présentant la 30e édition de la production.

Après plus d'un an de travail, l'équipe de La Fabuleuse a dévoilé les couleurs de la prochaine édition du spectacle jeudi matin. 

[ • • • ]

Un partenariat avec LSM Ambiocréateurs et MATIÈRS, une compagnie de Québec spécialisée dans les arts visuels scéniques, permettra de proposer une version transformée au niveau technologique. 

« J'étais convaincu qu'on pouvait amener plus loin le spectacle au plan visuel en ce qui concerne les lieux et les époques, affirme Serge Lachance de LSM Ambiocréateurs, également sonorisateur du spectacle. On va avoir le plus beau ''show'' du Canada, je suis certain. »

Des images seront projetées sur le décor composé de rochers et d'eau de la Fabuleuse, ce qui permettra de transporter les spectateurs dans différents décors. 

« C'est un gros défi de mettre de la vidéo sur le décor, confirme Ghislain Turcotte, président de MATIÈRS. Il fallait d'abord s'imaginer ce qu'on pourrait mettre comme images. »

Une équipe de MATIÈRS travaille sur le projet depuis environ un an. Au total, une douzaine de personnes ont pris part à son élaboration. 

« Les plus grosses technologies sont utilisées. Ce sont les mêmes technologies que celles utilisées aux Jeux olympiques et au Super Bowl, affirme Ghislain Turcotte. On a fait des tests et on a tous été émus par ce qu'on a vu. »

Les personnes rassemblées en conférence de presse ont pu avoir un aperçu de ce à quoi pourra ressembler le spectacle. Les réactions ont été sans équivoques. 

« On a toujours eu en tête d'avoir quelque chose de plus au niveau visuel. Pour moi, cette année, La Fabuleuse c'est un tableau, un lieu, une image. C'est une grande nouveauté qui va nous envelopper, assure Louis Wauthier, directeur artistique de la production. On va vous éblouir, vous émouvoir. Toute la région doit se tourner vers La Baie cette année pour la 30e édition. »

La 30e édition sera également marquée par le retrait de certains de tableaux, mais aussi des retours. La scène de l'hôtel Roberval qui faisait partie des Aventures d'un Flo a été ajoutée au spectacle. La scène du hockey mettant en scène Georges Vézina est aussi de retour. 

« Il y aura un total de 24 tableaux. La Fabuleuse vit à travers l'histoire, elle évolue, a affirmé Louis Wauthier qui avait de la difficulté à retenir ses larmes. Le 24 juin 1988, c'était la première de La Fabuleuse. C'était pour un an. Aujourd'hui, je suis ici pour la 30e. Je suis tellement fier et heureux », a-t-il souligné avant de rendre hommage à toute l'équipe et aux comédiens qui rendent l'expérience possible depuis tant d'années.

Le président de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, se réjouit lui aussi du virage technologique de La Fabuleuse. 

« C'est tout un tour de force de maintenir chez nous un spectacle de grande qualité. Aujourd'hui, on annonce que nous allons poursuivre les activités de La Fabuleuse pour au moins cinq ans et j'espère davantage, a affirmé Pierre Mazurette. Avec 6,5 M $ de retombées économiques en 2016, La Fabuleuse est un véritable moteur économique. »

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a lui aussi salué la mise à niveau technologique de la production. 

« La Ville est heureuse de constater ce qui se fait à La Fabuleuse. C'est l'activité la plus appréciée des croisiéristes. C'est extraordinaire. »

Les billets de la 30e édition de La Fabuleuse histoire d'un Royaume sont actuellement en vente via Diffusion Saguenay.

En chiffres

La Fabuleuse histoire d'un Royaume a été écrite en 1987 par Ghislain Bouchard dans le but d'être jouée une saison dans le cadre du 150e du Saguenay-Lac-Saint-Jean

628 

Représentations en saison estivale

1 045 926 

Spectateurs

Représentations en France pour un total de 14 101 spectateurs 

146

Représentations en anglais vues par 26 380 croisiéristes 

1000 

Comédiens bénévoles au fil des ans 

162

Comédiens bénévoles, 20 techniciens, 25 employés de soutien, 7 chevaux et des animaux de la ferme chaque soir

6,5 M $

De retombées en 2016

Source : Diffusion Saguenay

 

Le 30e anniversaire de la «Fabuleuse histoire d'un royaume» célébré en grand

Kate Tremblay, Journal de Québec, 27 avril 2017

SAGUENAY – Pour souligner en grand la 30e saison de la «Fabuleuse histoire d'un Royaume», les créateurs ont mis le paquet en dotant le spectacle d'un système de projection d'images qui va révolutionner les décors de chacun des 24 tableaux que compte le spectacle cette année.

Les montagnes et le Fjord qui constituent le décor habituel demeureront en place, mais grâce à un ingénieux système d'éclairage et d'effets spéciaux en trois dimensions développé par les compagnies LSM Ambiocréateurs et MATIÉRS, les spectateurs seront littéralement transportés d'un endroit à un autre en un clin d'œil.

[ • • • ]

«C'est un grand défi parce que c'est un décor qui est non seulement très gros et très grand, mais il est aussi inégal, en plus d'avoir des profondeurs de champs différents», a précisé le concepteur de l'environnement multimédia, Ghislain Turcotte.

Le directeur artistique de la «Fabuleuse» n'a pas tari d'éloges sur les changements apportés au spectacle auquel il participe depuis les touts débuts, en 1988.

«La «Fabuleuse», ce n'est pas quelque chose qui a une fin. Ça change tout le temps. Elle évolue et vit avec son histoire. Cette année, nous allons être novateurs et offrir une carte de visite unique [pour la région]. Ce sera un tableau, un lieu, une image», a expliqué le metteur en scène Louis Wauthier, submergé par l'émotion.

Le dévoilement des premières images de ce qu'auront l'air les différents tableaux a suscité des réactions bien audibles dans la salle du Théâtre Banque Nationale où avait lieu la conférence de presse pour lancer la 30e saison de l'œuvre créée par feu Ghislain Bouchard.

Une belle surprise pour les dizaines de comédiens bénévoles présents.

«On est éblouis. On se demande si les gens vont nous regarder ou regarder davantage le décor. C'est tellement beau!», a lancé en riant Robert Maltais, alias Jos Maquillon.

«Ce sera une toute nouvelle fabuleuse», a constaté le doyen des comédiens âgé de 87 ans, Réal Payette.

Avec un investissement de 1,4 million $, Diffusion Saguenay espère prolonger la vie de la «Fabuleuse» au minimum pour un autre cinq ans.

«C'est un véritable moteur économique», a affirmé le président de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, qui croit que si la pièce «Broue» a pu durer 38 ans, la «Fabuleuse» devrait pouvoir surpasser cette marque.

Le maire Jean Tremblay a été encore plus loin en déclarant vouloir fêter le 50e de la «Fabuleuse» un jour. «C'est un spectacle unique au monde», a-t-il mentionné.

La 30e édition de la «Fabuleuse» sera présentée du 7 juillet au 19 août prochain, au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

 

Un décor époustouflant pour la 30e édition de La Fabuleuse

Pierre-Alexandre Maltais, Journal de Québec, 27 avril 2017

L’équipe derrière La Fabuleuse Histoire d’un Royaume ne tenait plus en place hier quelques instants avant de dévoiler la grande nouveauté technique qui promet d’en mettre plein la vue aux spectateurs cet été.L’équipe derrière La Fabuleuse Histoire d’un Royaume ne tenait plus en place hier quelques instants avant de dévoiler la grande nouveauté technique qui promet d’en mettre plein la vue aux spectateurs cet été.

 La Fabuleuse Histoire d’un Royaume se renouvelle une fois encore pour sa 30e édition, qui sera présentée du 7 juillet au 19 août prochain.

[ • • • ]

Question de souligner en grand la 30e saison de la Fabuleuse, les créateurs ont mis le paquet cette année en dotant le spectacle d’un système de projection d’images qui va révolutionner les décors de chacun des 24 tableaux que compte le spectacle cette année.

Les montagnes qui constituent le décor habituel demeureront en place, mais grâce à un ingénieux système d’éclairage en trois dimensions mis en place en partenariat avec les compagnies LSM Ambiocréateurs et MATIERS, les spectateurs assis dans le Théâtre du palais municipal de La Baie seront littéralement transportés d’un endroit à un autre en un clin d’œil, en passant de la cour de François 1er au Fjord du Saguenay.

Concrètement, ces images vont épouser le décor de la Fabuleuse, en long et en large, mais surtout en profondeur.

NOVATEUR

Le directeur artistique de la Fabuleuse n’a pas tari d’éloges à propos de la transformation apportée au spectacle auquel il participe depuis les tout débuts, en 1988.

«La Fabuleuse, ce n’est pas quelque chose qui a une fin. Ça change tout le temps. Elle évolue et vit avec son histoire. Cette année, nous allons être novateurs et offrir une carte de visite unique [pour la région]. Ce sera un tableau, un lieu, une image», a révélé Louis Wauthier, gagné par l’émotion.

Le dévoilement des premières images de ce dont auront l’air les différents tableaux a suscité hier des réactions bien audibles dans la salle du Théâtre Banque Nationale où avait lieu une conférence de presse pour lancer la 30e saison de l’œuvre créée par feu Ghislain Bouchard.

D’ailleurs, des cris d’approbation ont fusé à plusieurs reprises parmi les dizaines de comédiens bénévoles présents pour le dévoilement des images.

1,4 M$ INVESTIS

Avec un investissement de 1,4 M$ pour produire le spectacle cette année, Diffusion Saguenay espère prolonger la vie de la Fabuleuse au minimum pour cinq autres années, si ce n’est plus.

«C’est un véritable moteur économique», affirme le président de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, qui croit que si la pièce Broue a pu durer 38 ans, la Fabuleuse devrait pouvoir surpasser cette marque.

Le maire Jean Tremblay est allé encore plus loin en déclarant vouloir fêter le 50e de la Fabuleuse un jour. «C’est un spectacle unique au monde», affirme le maire.

La 30e édition de la Fabuleuse sera présentée du 7 juillet au 19 août prochain, au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés