Dossier de presse de Laurence Jalbert juin 2015 à février 2016

 

ENTREVUE

Isabelle Maréchal, Isabelle, 98,5, 29 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

CRITIQUE

Benoît Bilodeau, Journal L'éveil, 26 février 2016

Laurence Jalbert: Ma route (Musicor) – [www.laurencejalbert.com] – Il est étonnant de constater que l’auteure-compositrice et interprète Laurence Jalbert compte déjà 40 ans de carrière. Mais pas si étonnant que cela quand on sait que celle-ci a commencé à se produire en spectacle à l’âge de 16 ans dans des pianos-bars au sein de différents groupes, donc en 1975. Et c’est finalement en 1990 qu’elle sort ce premier album qui devait la faire connaître de tous. Quarante ans après le début de cette carrière qu’elle a commencé toute jeune, la native de Rivière-au-Renard, en Gaspésie, poursuit sa route en lançant un nouvel album, son premier constitué de matériel original depuis près d’une décennie. Réalisé par un complice de longue date, Rick Haworth, celle-ci propose donc 11 nouveaux titres, dont trois qu’elle a composés. Les huit autres pièces sont signées par des auteurs aussi différents que Bourbon Gauthier, Catherine Durand, Dany Bédard, Pol Sareault et Sophie Bédard. Du nombre des chansons qui ont, toutes, une facture pop-country, mentionnons Une minute à moi, qu’elle chante en duo, au son du banjo, avec Guylaine Tanguay. Après nous avoir offert, l’an dernier, un livre autobiographique intitulé À la vie, à la mer, Laurence Jalbert se fait non seulement plaisir avec ce nouvel album, mais aussi à son public avec lequel elle a tissé de solides liens au fil des années.

 

Laurence Jalbert : Ma route

Anne Bourguoin, 7 Jours, 26 février 2016

Country. La chanteuse fête ses 40 ans de carrière en grand avec la sortie de son nouvel album, Ma route, qui est aussi le titre du premier extrait. Catherine Durand en a signé les paroles et la musique. C’est en attendant l’une des chansons de Yoan, gagnant de La Voix en 2014, qu’elle a eu le déclic. Elle a ainsi découvert que derrière l’album de Yoan se cachait le talent de Rick Haworth. « J’ai attendu longtemps avant de trouver Rick » dit Laurence. Ma route, ce sont 11 chansons, dont 4 écrites par elle, qui sentent les chemins à l’automne « où les couleurs m’inspirent et me grisent ». C’est également un duo lumineux avec Guylaine Tanguay, la reine du country, intitulé Une minute à moi, pièce-hommage à Guy Rajotte écrite par Dany Bédar, qui honore son amitié avec lui, et L’élue, une première création de Pol Sareault, auteur peu connu aux textes d’une grande maturité. Laurence Jalbert a lancé sa tournée début février et sera sur les routes jusque début juin. Pour connaître les dates : facebook.com/pageofficielle.laurencejalbert

 

 

L'appel de Laurence Jalbert

Véronick Talbot, Journal La Revue, 23 février 2016

MA ROUTE

Une décennie. C’est le temps qu’aura pris Laurence Jalbert avant de sortir un nouvel album original. Elle n’en ressentait pas l’appel... Jusqu’à ce qu’elle découvre un univers musical, «une bulle sonore», qui l’emballe et lui donne envie de vous en envelopper, vous aussi.

«J’ai attendu longtemps, admet d’emblée l’auteure-compositrice-interprète, qui vient de célébrer 40 années de carrière dans l’arène musicale d’ici et d’ailleurs. Je n’avais pas encore réuni tout ce que ça me prend pour me sentir honnête de sortir un nouvel opus. Quand on fait un album, il faut l’aimer de tout son cœur et en être convaincu, parce qu’on va le chanter, le produire en spectacle et en parler dans les médias. Et il me manquait quelque chose… Je ne ressentais pas l’appel.» 

Cet appel, elle l’a ressenti en entendant le nouvel album de Yoan Garneau. «J’écoute beaucoup de musique. Je cherche des sonorités, des bulles sonores qui me plaisent. Et lorsque je suis tombée sur l’album de Yoan, je me suis dit que c’est la texture sonore que je recherchais. J’ai donc regardé qui l’avait réalisé et à ma grande surprise, il s’agissait de mon ami Rick Haworth. Je lui ai tout de suite écrit en lui demandant de réaliser mon prochain album, et il m’a répondu par l’affirmative dans les minutes suivantes.»

Un choix naturel

Au cours des dernières années, la belle Gaspésienne avoue n’avoir pas beaucoup écrit. Mais plusieurs l’ont fait pour elle. «Des amis m’envoyaient des chansons sans même que je n’aie à le demander! Je pense à Dany Bédar, Pol Sareault, Catherine Durand, Dany Boudreau, Bourbon Gauthier... J’ai fait des choix parmi ces morceaux. Pour moi, un album, c’est une bulle, un univers sonore. On ne fait pas qu’enligner des chansons... Et le choix s’est fait naturellement. Quoique je dois admettre que si je ne m’étais pas retenue, j’aurais fait un album hommage à Bourbon Gauthier! (rires) J’ai gardé quatre de ses chansons, mais j’en aurais pris plus!»

Quant à elle, elle a signé trois des pièces de ce nouvel opus. «Nous avons réuni le tout en un temps record! Notre idée était tellement claire, et Rick et moi étions sur la même longueur d’onde. Nous aimons la même musique, nous avons la même culture musicale folk-country. Nous n’avions pas besoin de passer par mille chemins pour nous comprendre.»

Il en ressort un album simple, une musique country tout simplement enveloppante, et un millier d’émotions pures et dures. «Cet album, c’est un tournant pour moi. Je l’ai attendu longtemps.» Avec 40 années de carrière derrière elle, le titre de l’opus, Ma Route, est d’ailleurs empreint de significations. Comme si sa feuille de route, ses expériences passées, ses bons moments et les instants les plus difficiles l’avaient menée ici, maintenant.

Entre nouveautés et classiques

À l’image de son album, le nouveau spectacle de Laurence Jalbert sera simple et teinté de chaleur.

«Je présente toutes les pièces de mon nouvel album, mais je sais comment bien les placer à travers mes grands succès afin de plaire au public. Parce que c’est évident que je fais toujours les pièces que les spectateurs veulent entendre, par exemple Au nom de la raison, Corridors ou Encore et encore.»

Un public qui se distingue

Elle a d’ailleurs hâte de renouer avec le public moulinois, le 11 mars, dans l’enceinte du Théâtre du Vieux-Terrebonne.

«Terrebonne est une ville très spéciale pour moi. J’y ai notamment fait mon quatrième album avec Claude Champagne. Et chaque fois que j’y vais, je sens que le monde m’aime, qu’il a le goût d’être là. Il y a quelques salles comme ça, au Québec, où je n’ai pas l’impression d’avoir à convaincre qui que ce soit. À Gatineau par exemple, c’est pareil! Les gens s’assoient, ils sont prêts à m’écouter, et moi, je suis prête pour eux aussi. C’est tellement plus facile dans ce temps-là.»

Laurence Jalbert sera au Théâtre du Vieux-Terrebonne le 11 mars à 20 h. Pour réserver vos billets : 450 492-4777.

 

Laurence Jalbert à la Salle André-Gagnon

Journal Le Placoteux, 23 février 2016

LA POCATIÈRE — La Corporation régionale de la SALLE André-Gagnon, Iris et Hydro – Québec présentent Laurence Jalbert, le samedi 5 mars à 20 h.

C’est plus de 40 ans de carrière que Laurence Jalbert offrira sur scène suite à la sortie de son album. Musicienne, auteure, compositrice et interprète, Laurence Jalbert nous transmettra dans son nouveau spectacle toute sa fougue et sa tendresse. Accompagnée de musiciens de talents, elle présentera des chansons de son nouvel opus sans oublier ses plus grands succès.

 

ENTREVUE

Joanie Charron, Que l'Outaouais se lève, 104,7 FM, 22 février 2016

http://www.fm1047.ca/

 

ENTREVUE

Annie-Claude Brisson, Debout la planète, Planète 104,5, 22 février 2016

 

ENTREVUE

Marina Orsini, Marina, Ici Radio-Canada Télé, 22 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

ENTREVUE

Claudia Lalancette, Claudia Reçoit, MaTV Lanaudière, 22 février 2016

http://tvrm.ca/

 

ENTREVUE

Monique Giroux, Chants libres à Monique, Ici Musique, 21 février 2016

http://www.icimusique.ca/

 

 

Sorties de la semaine

Emmanuelle Plante, Journal de Montréal, 21 février 2016

Elle nous revient avec des chansons originales et lumineuses, dont Juste là et Viendra le jour, qu’on entend déjà à la radio, et Ma route, écrite par Catherine Durand. Une réalisation du complice Rick Haworth.

 

Laurence Jalbert : Ma route ***

Danielle Desbiens, Échos Vedettes, 20 février 2016

Laurence Jalbert poursuit la célébration, amorcée en 2015, de ses 40 ans de carrière. Après le livre À la vie, à la mer et pendant la tournée de conférences Encore et encore, voici un nouveau disque. Laurence a collaboré avec plusieurs auteurs et compositeurs, dont Bourbon Gautier. À l’exception des deux premières chansons, Ma route et Viendra le jour, plus dynamique, les neuf autres pièces de cet album sont des ballades qui sonnent étonnamment semblables, avec la réalisation de Rick Haworth. C’est beau... et tranquille.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Normand Brathwaite, Belle et Bum, Télé-Québec, 20 février 2016

http://www.telequebec.tv/

 

 

Rester debout et poursuivre sa route

Bruno Lapointe, Le Journal de Montréal, 20 février 2016

Avec la parution de son album Ma route, Laurence Jalbert jette un regard dans son rétroviseur sur tout le chemin parcouru en 40 ans de carrière. Bons ou moins bons, tous ces moments ont contribué à un même but: renforcer sa passion pour le métier. Rencontre avec une battante.

Ma route. Vraiment, Laurence Jalbert a choisi un titre plutôt évocateur pour le onzième album de sa carrière.

En effet, la chanteuse levait le voile sur son passé difficile l’année dernière dans les pages de À la vie, à la mer, une biographie réalisée avec la collaboration de Claude André. Problèmes de santé, dépression, tragédie familiale... la chanteuse s’y révèle sans gêne ni détour.

«La vie est une montagne russe pour tout le monde. Ça m’a permis d’aller vers les gens et de faire des rencontres extraordinaires qui m’en ont appris beaucoup sur moi-même. Quoi que je fasse dans mon métier, je le fais toujours pour la même raison: pour aller vers les gens», explique-t-elle.

Rencontrée dans un café de la Rive-Sud de Montréal, Laurence Jalbert a tout d’une battante. Elle se raconte avec toute la fougue et la passion qu’on lui connaît, ­abordant autant les moments plus difficiles que ses grands bonheurs. Son seul regret?

«J’aurais aimé donner une meilleure vie à ma fille. Enceinte, je devais me strapper la bedaine pour donner des spectacles, parce qu’une chanteuse enceinte ne faisait pas sonner la caisse. Et quand je l’ai eue, je ­devais la faire garder durant quelques ­semaines, ou l’emmener sur la route avec moi. Ce n’était pas une vie pour un enfant», témoigne-t-elle.

«Mais aujourd’hui, elle est une mère extraordinaire avec ses quatre enfants. Elle est la preuve qu’on peut arriver à donner ce qu’on n’a jamais reçu», ajoute Laurence Jalbert, tout sourire.

Attendre le bon moment

Il y a déjà plusieurs années que Laurence Jalbert n’a pas proposé un album de chansons originales. Son entourage et ses fans le lui réclamaient sans cesse, mais la chanteuse a préféré attendre le bon moment, les bons textes, mais surtout le bon son. C’est en écoutant l’album de Yoan Garneau (La Voix) qu’elle a enfin trouvé «la bulle sonore» qui lui convenait, gracieuseté du réalisateur Rick Haworth. Un «texto» et quatre minutes plus tard, l’entente était conclue.

«Dans l’état actuel de l’industrie, il faut vraiment être motivé pour se lancer dans un projet d’album. Et pour ce faire, j’avais besoin d’avoir tous les éléments parfaits. Je connais Rick depuis tellement longtemps et je savais qu’il était celui qui pouvait m’aider à aller jusqu’au bout», explique-t-elle.

Dans les bacs depuis hier, Ma route ­témoigne du parcours de Laurence Jalbert en quelque 40 ans de carrière. Pour ce faire, elle a pu compter sur la plume et les ­accords de différents collaborateurs, dont Catherine Durand, Bourbon Gauthier et Dany Bédar.

Respecter ses fans

Le public pourra découvrir les morceaux sur scène au cours des prochaines semaines, puisque Laurence Jalbert sillonne présentement la province avec son tout nouveau concert. Les fans de la première heure peuvent tout de même être rassurés: la chanteuse promet de revisiter ses plus grands succès.

«Je respecte beaucoup trop les gens pour écarter des titres comme Au nom de la ­raison, Corridor, ou Encore et encore. Ils viennent m’applaudir depuis tant d’années; sans eux, je ne serais pas encore là aujourd’hui», explique-t-elle.

Si la route qui a mené Laurence Jalbert là où elle est aujourd’hui a été sinueuse et parsemée d’embûches, celle sur laquelle ­elle navigue aujourd’hui est belle. «Très belle, même», nous confie-t-elle.

«Dans la vie, tout arrive pour une raison. Et j’ai appris que nous sommes tous ­résilients, nous finissons toujours par ­passer au travers des épreuves», explique la chanteuse.

On risque donc d’entendre ses mélodies sur disque et sur scène pendant plusieurs années. Encore et encore.

♦ Ma route de Laurence Jalbert est présentement en vente. Elle sera en spectacle au Centre d’art La Chapelle de Québec le 12 mars.

 

ENTREVUE

Martin Labrosse, RDI matin Week-end, Ici RDI, 20 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/rdi/

 

Laurence Jalbert : un air de changement

Jean-François Brassard, Échos Vedettes, 20 février 2016

Elle a 56 ans et cumule plus de 40 ans de carrière. Laurence Jalbert en a fait du chemin! Sur son nouvel album, Ma route, elle emprunte de nouveaux sentiers. Comme dans sa vie. 

Laurence est au coeur d’une belle période de sa vie. Elle apprécie d’autant cette étape qu’elle ne tient rien pour acquis. En précisant d’emblée qu’elle n’est pas fataliste, elle pose un constat: « Quand je reçois quelque chose d’heureux, il y a toujours quelque chose de sombre qui suit. C’est épuisant et dur pour le système nerveux, mais en même temps, je suis consciente que la vie est fragile que je passe mon temps à l’apprécier.» 

Il y a un an, Laurence divorçait de l’homme qui avait partagé sa vie durant 11 ans. La décision n’a pas été facile à prendre, mais elle vit cette étape avec toute la sérénité du monde. « J’ai récupéré ma vie. Je tourne la page et je vois une page blanche en face de moi. Ça me donne une légèreté. Tout est nouveau! » 

Elle dit avoir une personne dans sa vie, mais se considère toujours comme célibataire. « C’est quelqu’un d’excessivement gentil que je connais depuis longtemps. Mais je ne suis pas faite pour vivre en couple. Le sentiment amoureux est quelque chose d’extraordinaire, mais, dans le quotidien, j’ai de la misère.» Pas une once de regret ou d’amertume devant ce constat. Elle ajoute en riant: « L’amour avec un grand A, j’ai déjà donné!»

Lorsqu’elle regarde dans le rétroviseur la route parcourue, elle est en paix. Et repue de tout ce qu’elle a vécu. « Dans ma vie, j’ai fait tout ce que je voulais faire. Ce que je voulais voir, je l’ai vu. Ce que je voulais vivre, je l’ai vécu. Il  me reste simplement à profiter du talent que j’ai reçu et continuer à voyager dans le coeur du monde.»

Nouvelle équipe

Avec Ma route, elle nous propose un nouveau périple. Pour l’écriture, elle s’est entourée de divers collaborateurs, dont Bourbon Gautier, Dany Bédar et Catherine Durand, qui signe la pièce-titre. 

Ce disque, elle ne songeait même pas à le faire, il y a un an. « Je donnais des shows et des conférences. Pendant ce temps, quand l’album de Yoan est paru, j’ai tripé sur le son. Rick Haworth l’avait réalisé et je lui ai demandé s’il était intéressé à travailler avec moi. Il n’a même pas pris le temps de vérifier ses disponibilités! (rires) » Cette orientation musicale plus «roots», avec force guitare, pedal steel mandoline et autre banjo, l’a amenée à changer de musiciens. « Ça faisait 15 ans que je travaillais avec eux. » Une autre page s’est tournée... 

Laurence, qui était jusqu’à récemment sa propre productrice, a également changé sa façon de faire à ce chapitre. « Quand je produisais mes choses, j’avais tout le temps 28 dossiers en tête. Les sous me revenaient directement, mais le pris à payer était trop élevé. » Aussi, elle a signé avec la maison Musicor d’abord et avant tout pour retrouver le directeur Richard Pelletier, qu’elle avait connu à ses débuts chez Audiogram. 

C’est le genre de décisions, importantes, que Laurence prend en écoutant son coeur. « Je travaille avec le talent de la personne, mais je travaille surtout avec sa façon d’être et sa façon de penser. Je ne stresse plus avec des gens qui manquent de respect. Je veux garder ma santé mentale. Il y a des choses que  je n’accepte plus. Quand c’est compliqué, tu me perds. »

Humilité et doute

En présentant Ma route, son auteure se dit fébrile. Comme chaque fois qu’elle propose quelque chose de nouveau. Et, toujours, son public l’attend à bras ouverts. Malgré tous les succès que l’artiste cumule, la femme demeure humble. « Je ne reviens pas du fait que certaines personnes m’ont vu 20, 40 ou 60 fois en spectacle. Ça ne m’entre pas dans la tête parce que je manque d’estime de moi. Je remercie tout le temps le Ciel pour ce que j’ai, parce que je ne comprends pas. Je fais mon épicerie et les gens me serrent, m’embrassent, me collent... C’est comme si je ne méritait pas ça. » Et elle espère conserver cette capacité d’émerveillement toute sa vie. 

Plusieurs spectacles sont déjà inscrits è son itinéraire. Pour en connaître les dates, on consulte sur Facebook: Laurence Jalbert - Page officielle. 

 

« Ma route » : Laurence Jalbert propose son 11e opus

Agence QMI, TV Hebdo, 19 février 2016

Laurence Jalbert lancera ce vendredi son 11e album, qui s’intitule «Ma route», un titre évocateur et hautement symbolique pour l’artiste gaspésienne qui chante depuis 40 ans.

L’album mariant pop et country, le premier proposant du matériel original en près de 10 ans pour Laurence Jalbert, a été enregistré sous la supervision de Rick Haworth.

Trois pièces ont été écrites et composées par l'auteure-compositrice-interprète. Les autres titres sont le fruit de l’imaginaire de Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

«Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète», a dit Laurence Jalbert, qui poursuit sa tournée au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les dates sont disponibles sur son site internet.

 

Laurence Jalbert - Ma route 7/10

Frédéric Bussières, Poste d'écoute, 20 février 2016

11e album pour Laurence qui durant toutes ses années s’est rarement égarée… sur disque. Épaulée par Rick Haworth à la réalisation et de talentueux auteur/compositeur (Catherine Durand et Bourbon Gautier), Mme Jalbert offre un album Country/Pop convenues, mais fort honorables de par leur sincérité. D’ailleurs elle y co-signe l’une des plus réussies (Toi et moi). Laurence suit ici [S]a route comme elle l’entend dans le respect et la beauté.

 

CRITIQUE

André Péloquin, L'échelle à Péloquin, Le Journal de Montréal, 20 février 2016

Laurence Jalbert: Ma route

La grande dame souligne son 40e anniversaire de carrière (déjà!?) avec ce 11e album folk pop fort lumineux. Épaulée par le réalisateur Rick Haworth et de précieux collaborateurs de la trempe de Catherine Durand et Bourbon Gautier, Mme Jalbert propose un disque aux musiques convenues, mais honorables, à l’interprétation juste (évidemment!) et aux textes magnifiquement ciselés.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Gino Chouinard, Salut Bonjour, TVA, 19 février 2016

Partie 1

Partie 2

 

MENTION

Émilie Perreault, Puisqu'il faut se lever, 98,5 FM, 19 février 2016

http://www.985fm.ca/

 

ENTREVUE

Isabelle Lévesque, Bon pied, bonne heure!, Ici Radio-Canada Première Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine, 19 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

MENTION

Charles Bergeron et Isabelle Harvey, Rythmez vos matins, Rythme FM Abitibi, 19 février 2016

http://www.rythmefm.com/

 

Je sors ou je reste?

Camille Dufétel, Journal 24h, 19 février 2016

Album: Ma route de Laurence Jalbert

La Gaspésienne Laurence Jalbert propose un album pop-country intitulé Ma route et réalisé par Rick Haworth. Elle a composé trois pièces dans cet opus, les autres textes étant signés par Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault, Sophie Naud et Bourbon Gautier.

 

ENTREVUE et performance

Marina Orsini, Le 5@7 de Marina, Rouge FM, 18 février 2016

http://montreal.rougefm.ca

 

« Ma route » : Laurence Jalbert propose son 11e opus

Agence QMI, Le Journal de Montréal, 18 février 2016

Laurence Jalbert lancera ce vendredi son 11e album, qui s’intitule «Ma route», un titre évocateur et hautement symbolique pour l’artiste gaspésienne qui chante depuis 40 ans.

L’album mariant pop et country, le premier proposant du matériel original en près de 10 ans pour Laurence Jalbert, a été enregistré sous la supervision de Rick Haworth.

Trois pièces ont été écrites et composées par l'auteure-compositrice-interprète. Les autres titres sont le fruit de l’imaginaire de Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

«Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète», a dit Laurence Jalbert, qui poursuit sa tournée au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les dates sont disponibles sur son site internet.

 

Laurence Jalbert lance un nouvel album

Josée Beaulieu, Rythme FM, 19 février 2016

Laurence Jalbert présente Ma route, son premier album de matériel original depuis près d'une décennie.

Ce 11e album de la chanteuse prend le nom de la pièce titre Ma route, une lumineuse représentation de la feuille de «route» de ses 40 ans de carrière.

L’album pop-country est réalisé par Rick Haworth. Laurence Jalbert y a écrit et composé trois pièces, alors que les autres textes de l’album sont signés Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

Pour marquer la sortie de ce nouvel opus, Laurence Jalbert effectue actuellement une tournée à travers le Québec et au Nouveau-Brunswick.

Surveillez ici quelques dates de ses spectacles à venir. Vous pouvez également vous procurer l'album sur iTunes.

 

Laurence Jalbert nous présente sa route

Valérie Roberts, En vedette, 18 février 2016

Surprise! C'est cette semaine que Laurence Jalbert nous offrira son 11e disque en carrière. L'album qui sonnera country-pop est «une lumineuse représentation de la feuille de route des 40 ans de carrière de Laurence Jalbert,» peut-on lire avec l'annonce de la sortie du disque.

Je vous avoue que j'ai hâte d'entendre Ma route puisque Laurence Jalbert a tout de même marqué de nombreuses générations, dont la mienne. Je me rappelle très bien d'avoir chanté ça à tue-tête... 

Ce onzième disque a été réalisé par Rick Haworth et il nous permettra d'entendre le premier disque de matériel original de Laurence Jalbert depuis près d'une décennie! Elle a écrit trois des chansons sur Ma route, alors que les autres pièces sont signées par Dany Bédar et Catherine Durand, pour ne nommer que ceux-là.

«Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète,» a expliqué l’auteur-compositrice-interprète. Le disque sera disponible demain, le 19 février. 

Laurence Jalbert est actuellement sur la route donc, si vous avez le goût de la croiser, c'est le temps. Elle sera à Maniwaki le 24 février, à Malartic le 25, à La Pocatière le 5 mars, à Terrebonne le 11 et à Québec le 12. Tous les détails sont sur sa page officielle.

 

« Ma route » : Laurence Jalbert propose son 11e opus

Agence QMI, TVA Nouvelles, 18 février 2016

Laurence Jalbert lancera ce vendredi son 11e album, qui s’intitule «Ma route», un titre évocateur et hautement symbolique pour l’artiste gaspésienne qui chante depuis 40 ans.

L’album mariant pop et country, le premier proposant du matériel original en près de 10 ans pour Laurence Jalbert, a été enregistré sous la supervision de Rick Haworth.

Trois pièces ont été écrites et composées par l'auteure-compositrice-interprète. Les autres titres sont le fruit de l’imaginaire de Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

«Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète», a dit Laurence Jalbert, qui poursuit sa tournée au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les dates sont disponibles sur son site internet.

 

Ma route: Nouvel album pour Laurence Jalbert

Stéphanie Nolin, Showbizz.net, 18 février 2016

Laurence Jalbert présentera son 11e album en carrière, Ma route, ce vendredi 19 février.

Réalisé par Rick Haworth, l’album pop-country prend le nom de la pièce-titre « Ma route », une lumineuse représentation de la feuille de route des 40 ans de carrière de Laurence Jalbert.

Laurence Jalbert offre ainsi son premier album de matériel original depuis près d’une décennie.

La Gaspésienne a écrit et composé trois des pièces de l’album, alors que les autres textes sont signés Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

« Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète », explique l’auteur-compositrice-interprète.

En soutien à ce nouvel album, Laurence est actuellement en tournée afin de présenter une série de spectacles aux publics québécois et néo-brunswickois.

Vous pouvez en savoir plus sur les lieux et dates des spectacle et écouter trois extraits de ce nouvel album ici.

 

Ma route : Laurence Jalbert propose son 11e opus

Agence QMI, Canoe Divertissement, 18 février 2016

Laurence Jalbert lancera ce vendredi son 11e album, qui s’intitule «Ma route», un titre évocateur et hautement symbolique pour l’artiste gaspésienne qui chante depuis 40 ans.

L’album mariant pop et country, le premier proposant du matériel original en près de 10 ans pour Laurence Jalbert, a été enregistré sous la supervision de Rick Haworth.

Trois pièces ont été écrites et composées par l'auteure-compositrice-interprète. Les autres titres sont le fruit de l’imaginaire de Bourbon Gautier, Catherine Durand, Dany Bédar, Pol Sareault et Sophie Naud.

«Depuis un certain temps, je suis prête à prendre les chansons des autres. Ça me fait du bien comme interprète», a dit Laurence Jalbert, qui poursuit sa tournée au Québec et au Nouveau-Brunswick. Les dates sont disponibles sur son site internet.

 

ENTREVUE

Martin Desrosiers, Musique à Butch, CILE, 18 février 2016

http://www.cilemf.com

 

ENTREVUE

Sébastien Plouffe, Terminus, CHGA, 18 février 2016

http://www.chga.fm

 

 

Laurence Jalbert : 40 ans de carrière célébrés

Journal La Gatineau, 17 février 2016

MANIWAKI - Après son passage l’été dernier à Gracefield pour le festival La Vieille Grange, Laurence Jalbert sera de retour dans la région, mercredi 24 février, dans le cadre de la programmation de la Maison de la culture Vallée-de-la-Gatineau. Elle présentera son nouvel album «Ma route», qui doit sortir le 19 février, à l’auditorium de la Cité étudiante.

Afin de souligner ses 40 ans de carrière, la chanteuse à la chevelure de feu a sorti une autobiographie qui s’appelle «À la vie à la mer». Elle y parle notamment de ses embuches, des moments difficiles, en se basant sur douze de ses principaux succès. 

En ce mois de février, Laurence Jalbert reprend la route pour une tournée afin de présenter son nouvel album. Musicienne, auteure, compositrice et interprète, elle promet de superbes retrouvailles avec, au rendez-vous, sa voix abrasive et sa fougue légendaire. 

Renseignements : www.mcvg.org ; sur Facebook «Laurence Jalbert - Page officielle»

 

Laurence Jalbert : Le temps file

Olivier Boisvert-Magnen, Voir, 16 février 2016

Laurence Jalbert évoque son long et tortueux parcours sur Ma route, un septième album studio qui mène à bien son 40e anniversaire de carrière. Retour sur quatre décennies de musique.

Le cheminement de Laurence Jalbert sur la scène musicale québécoise n’a rien de bien commun. Découverte «sur le tard», la chanteuse avait 30 ans lorsqu’elle a fait paraître son premier album solo en 1990, trois ans après avoir gagné l’Empire des futures stars.

«Y’a des choses que tu ne peux pas bousculer dans la vie… La Gaspésienne a appris assez tôt qu’on ne peut pas tirer sur une fleur pour la faire pousser plus vite», image la chanteuse, rejointe dans un café de Longueuil – un «bon compromis» entre sa Gaspésie et Montréal.

Si le succès a effectivement mis du temps avant de se pointer le bout du nez, la persévérance, elle, a été mise à l’épreuve à plusieurs reprises.

Propulsée sur les scènes des bars gaspésiens dès l’âge de 15 ans, la musicienne apprend rapidement les rudiments de la scène. Elle met toutefois un bon moment avant de se faire confiance. «Je faisais du piano-bar, mais je ne chantais pas parce que j’étais trop gênée. J’avais engagé une chanteuse», se souvient-elle. «Ça a pas pris de temps que j’ai rencontré un groupe à Gaspé. Il cherchait une claviériste pour partir en tournée, et je suis parti avec eux à l’âge de 16 ans. J’ai failli faire mourir mes parents! Moi aussi, j’avais très peur, mais avec le recul, je m’aperçois que j’ai eu le courage de ces mêmes peurs-là.»

Ainsi, la musicienne fait ses armes à la dure dès le milieu des années 1970, en parcourant les bars du Québec à un âge où, normalement, elle n’aurait même pas dû y mettre les pieds. Ce qui la motive par-dessus tout à l’époque, c’est l’idée d’avoir un «band» et de «former une entité», sans égard aux concessions qu’elle doit faire sur sa vie.

«J’aimais ça être avec mon band, même si, la plupart du temps, c’était pourri ce qu’on faisait», admet-elle, le sourire aux lèvres. «Les conditions non plus n’étaient pas fameuses. La belle époque des bars où tous les musiciens pouvaient travailler, c’était pas mal fini. Quand on nous promettait d’être «logés et nourris», fallait s’attendre à un bouilli de patates avec un bout de viande dans le milieu. Sinon, c’était un pot de Cheez Whiz avec un pain… Disons que ça a mis ma passion à l’épreuve. Je me suis rendu compte que j’avais pas d’autres options dans la vie que de faire de la musique.»

Histoire de bars et de hard rock

À la toute fin des années 1970, Laurence Jalbert empoigne le micro avec le groupe hard rock The Kids. C’est là qu’elle se découvre une voix rauque particulièrement fougueuse. «J’étais très rock, pour ne pas dire métal, à cette époque-là. On faisait de la musique inspirée par Judas Priest», raconte-t-elle, spécifiant qu’il n’y a plus vraiment de traces du seul 45 tours que le groupe ait enregistré en 1981. «Le matin où on partait pour enregistrer un album à Toronto, on a appris que la compagnie avec laquelle on venait de signer avait fait faillite.»

Entretemps, l’aventure rock de Laurence, alors enceinte, se poursuit à travers les bars. «Je travaillais avec la bedaine cachée pour pas montrer que j’étais enceinte. C’était vraiment pas évident», se rappelle-t-elle. «C’était une époque assez mouvementée, faut dire. Chaque soir ou presque, je devais ramasser des gars de mon groupe en dessous des tables du bar. Y’avait pas mal de batailles aussi. Quand ça revolait, on allait se cacher dans le grenier de la place.»

Plus ou moins stimulée par la «surabondance de claviers avec des sons weirds» et les «solos de sax à n’en plus finir» typiques du milieu des années 1980, la musicienne continue son chemin, notamment avec le groupe Volt.

«Je ne gagnais pas bien ma vie avec ça, mais au moins, on avait commencé à faire des chansons originales dans nos shows, ce que les proprios de bars ne toléraient absolument pas dans mes précédentes tournées», relate-t-elle. «On a gagné le concours de l’Empire des futures stars en 1987. C’est quatre maisons de disques qui choisissaient les finalistes, et nous, c’est Audiogram qui nous a repérés par l’entremise de Michel Bélanger, qui avait «spotté» mon talent d’auteure-compositrice. Ça m’a pris du temps à accepter l’offre. Je ne voulais pas laisser tomber ma sécurité de groupe.»

Le succès instantané 

En 1989, à l’aube de ses 30 ans, Laurence Jalbert ose faire le saut. Le succès de son premier album homonyme, paru en 1990, est instantané, notamment grâce à l’extrait Tomber, lancé quelques mois avant. «Ça a été une très grosse surprise pour moi», confie-t-elle. «D’un jour à l’autre, je suis passé d’être pauvre comme job à avoir plein de sous qui rentrent. Six mois plus tôt, j’avais pas les moyens d’acheter un jus à ma fille et, là, le proprio de l’épicerie me reconnaissait et ne me chargeait pas les taxes.»

À la Saint-Jean de 1990, la chanteuse gaspésienne est choisie pour représenter «la génération montante» aux côtés de Diane Dufresne et Gilles Vigneault. Quelques mois plus tard, elle reçoit sept nominations au Gala de l’ADISQ et remporte notamment le trophée de la Découverte de l’année, coiffant au passage Marc Gabriel, Kashtin, Les Parfaits Salauds et Vilain Pingouin. Au total, son album est vendu à plus de 100 000 exemplaires. «Après tout ce succès-là, j’ai simplement décidé de suivre mon instinct», dit-elle. «C’est la musique qui a mené ma vie.»

Suivent ensuite le succès de Corridors en 1993, vendu à plus de 100 000 exemplaires, et celui, plus modeste, mais tout aussi valable, d’Avant le squall en 1998.

Son quatrième album, …et j’espère, paraît en 2001. Ses accents country plus prononcés lui ferment la porte pour la toute première fois aux radios commerciales. «La chanson Jeter un sort était particulièrement western, et les radios de Montréal et Québec ne voulaient pas qu’elle joue», se remémore-t-elle. «Mais l’affaire, c’est que c’était devenu un gros succès sur toutes les radios en région… Face à ça, les radios des grandes villes n’ont pas eu le choix d’embarquer quelques mois après.»

Préférant par-dessus tout la tournée à l’enregistrement, Laurence Jalbert prend une pause d’écriture pendant plusieurs années. En 2004, Audiogram lui propose de sortir une compilation de ses plus grands succès.

«Au début, j’en voulais vraiment pas. Je trouvais que ça servait à rien, mais j’ai compris le concept ensuite», admet-elle. «C’est qu’en mettant une nouvelle chanson dessus, Évidemment, on a réussi à en vendre plus de 80 000 exemplaires. Ça m’a aidé à avoir un nouveau public qui, 15 ans plus tard, n’avait pas nécessairement fait le lien entre moi et mes anciennes chansons.»

Un tournant country pas adopté par les radios

Entre de très longues tournées, la musicienne prend le temps d’enregistrer deux albums au tournant de la décennie 2010. Ce n’est toutefois qu’avec son septième album studio Ma route, qui paraîtra le 19 février prochain sous Musicor, qu’elle sent réellement «un tournant» dans sa carrière : «Mon album de 2011, Une lettre, c’était plus pour les fans. J’avais rien écrit. Pour celui-ci, je voulais vraiment attendre de trouver un son en particulier avant de commencer à créer.»

Et ce son, elle l’aura finalement trouvé grâce au guitariste et réalisateur étoile Rick Haworth, l’un de ses fidèles alliés. «Étrangement, c’est en écoutant l’album de Yoan sur la route que j’ai compris ce que je voulais. Ça sonnait exactement comme j’aimais», raconte-t-elle. «J’ai regardé qui l’avait réalisé et j’ai vu que c’était Rick. Je l’ai texté pour savoir s’il voulait réaliser mon prochain disque, et il m’a répondu par l’affirmative 3-4 minutes après.»

En découle une musique country à la chaleur enveloppante, qui n’est pas sans rappeler celle des derniers Éric Goulet et Renée Martel. Sans surprise, la proposition musicale ne plait pas aux radios commerciales, qui ont récemment fermé la porte au premier extrait.

«Elles ne veulent pas passer la toune… Pour elles, le banjo, ça ne passe pas», confie-t-elle, sans amertume. «C’est un peu la même affaire qu’avec Jeter un sort il y a 15 ans, mais disons que là, ça ne me tente pas de me battre. J’ai 56 ans et je suis consciente de l’importance de tout ça. S’il faut enlever le banjo pour que les radios passent ma toune et que le plus de gens possible l’entendent, je peux le faire. Y’a une limite à ce que j’accepterais de faire pour ça, mais en l’écoutant, sans banjo, avec Rick, on a trouvé ça bon aussi.»

En attendant le résultat, la chanteuse reste fière de son album, notamment en raison des textes «lumineux et pleins d’espoir», notamment écrits par Catherine Durand, Bourbon Gauthier et elle-même.

«C’est un album qui souligne toute la trail que je décris depuis tantôt», résume-t-elle. «C’est autant la route de la boîte de trucks que celle des bars. Cette route-là, elle mène au cœur du monde, au cœur des fans à qui je fais oublier, le temps d’un show ou d’une chanson, que la vie, c’est pas toujours facile. Ce sont les mêmes raisons qui me poussent à continuer à faire de la musique depuis mes tout débuts.»

Ma route, disponible le 19 février.

 

ENTREVUE

Xavier Lacroix, Téléjournal, Ici Radio-Canada télé Est du Québec, 12 février 2016

http://ici.radio-canada.ca/

 

Laurence Jalbert : reine de coeur

Marie Hélène Poitras, Paroles & musiques, Socan, 3 février 2016

La voix souple de Laurence Jalbert nous accompagne depuis le début des années 90 et même un peu avant pour ceux qui l’ont connue avec le groupe Volt. Un timbre feutré pour véhiculer toute la gamme des émotions, une voix pour dire la rage, les déchirures et coups encaissés, pour célébrer la chaleur humaine, l’amour et les liens qui nous unissent à nos semblables. La chanteuse de Rivière-au-Renard a toujours eu le don d’interpréter des chansons qui remuent et réconfortent, parfois signées de sa patte, ou reçues en cadeau, comme c’est le cas sur son nouvel album, Ma route, qui paraît le 19 février.

Sur sa page Facebook, la principale intéressée décrit son nouvel album ainsi : « Album de sourires, d’espoir, de vraie vie, de vrai monde! Album de toutes sortes de sortes de guitares, de pedal steel, de mandoline… ». Le 11e album de Laurence Jalbert a vu le jour dans une sorte d’état de grâce : « Tout coulait de source, aucun engrenage ne résistait. Je me levais le matin et j’avais le sourire. C’est un album d’une grande simplicité, je n’avais jamais connu ça avant. Mais j’ai attendu longtemps avant de trouver Rick… »

CALLER L’ORIGNAL

Ma route a pour origine la recherche d’un son précis. Laurence Jalbert écoute beaucoup de musique. Depuis quelques années, elle n’a plus de copies physiques d’albums chez elle, mais se rend chaque semaine sur iTunes et remplit son iPhone et son iPad de nouvelles chansons qu’elle écoute en voiture. « Je replonge aussi dans le répertoire d’artistes qui m’inspirent : Daniel Lanois, Emmylou Harris, T-Bone Burnett ont su créer des environnements qui sont très « racine », proches à mes yeux d’une certaine vérité. Depuis quelques années, j’avais un son précis en tête et je cherchais le réalisateur qui allait pouvoir m’emmener là où je voulais. Certaines enveloppes sonores me font léviter, je me demandais: qui pourrait bien me donner ça? » Un jour, elle entend ce son, précisément, et s’informe; c’est Rick Haworth. Elle lui envoie aussitôt un texto pour savoir s’il veut travailler avec elle… Quatre minutes plus tard, il répond par l’affirmative. « C’est là que j’ai su que j’allais avoir un nouvel album. L’appel de l’album, c’est un peu comme caller l’orignal! Il faut savoir être patient; les choses arrivent au moment opportun. »

L’automne semble tomber sur l’album, onze titres qui sentent la terre et les feuilles mortes. « Ces routes, l’automne, où les couleurs m’inspirent et me grisent, l’hiver dans le froid qui fige les images et le temps », écrit-elle dans le livret. « La chaleur des guitares, ce son de bois, de feu de camp, va très bien avec l’hiver aussi, ajoute Laurence. Avec tout ce qui se passe dans le monde, je pense qu’on a besoin de chaleur humaine. » Tout au long de l’entretien, cette idée de faire du bien aux gens reviendra comme un leitmotiv. Laurence Jalbert lance un album empreint de sérénité comme d’autres tricotent un chandail de laine pour tenir au chaud ceux qui comptent.

RETOUR AUX SOURCES

 Ma route : c’est le titre de l’album et du premier extrait, dont Catherine Durand signe les paroles et la musique. « Quand j’ai commencé à la chanter, j’ai revu mes années de routes à la dure, à me geler les pieds dans le truck à m’en donner des pierres aux reins, à chanter avec une broncho-pneumonie parce qu’il pleuvait dans ma chambre d’hôtel… Je ne travaille plus dans mêmes conditions, mais je suis passée à travers ça, je l’ai fait pendant longtemps, parce que j’avais tellement besoin de la musique – et j’ai encore besoin d’elle. Si j’ai enduré des choses comme ça, c’était pour aller à la rencontre des gens et c’est ce que dit la chanson. »

 Au bout de la route, dans l’autre sens, il y a l’idée du retour à la maison. Deux chansons du nouvel album parlent d’enracinement. À travers les mots et la musique de Bourbon Gauthier, et la mandoline de Rick Haworth, Nid d’amour célèbre la petite maison qu’a Laurence en Gaspésie, un coin de paradis où se réfugier de temps en temps. Au printemps, ce sera la Provence / À l’hiver, la Suisse blanche, chante-t-elle. Le retour au lieu des origines, ce moment précis où l’on rentre chez soi, elle le chante aussi sur Je rentre à la maison. « Les gens qui vivent en région connaissent bien ce sentiment-là. »

Et tout à coup, une éclaircie en plein cœur de l’album prend la forme d’un duo avec la chanteuse et reine des festivals de musique country Guylaine Tanguay. Ça s’intitule Une minute à moi, c’est plein de charme, ancré dans le quotidien des femmes qui n’arrêtent jamais une minute, « celles qui, comme Guylaine et moi, sont tout le temps sur une patte à courir d’un bord et de l’autre du matin au soir, de la broue dans le toupet, entre les devoirs, le souper, les courriels, le chien, les poubelles à sortir… »

La route, la maison, les petits détails du quotidien et le chien qui passe dans une chanson pour ressortir dans une autre… Le nouveau cru de Laurence Jalbert flirte avec le country sans cacher son jeu. « Je viens de là et j’aime ça. Quand j’ai commencé, Tomber, Au nom de la raison, Corridor, pour moi c’était des chansons westerns et j’étais certaine que j’allais me faire tirer des tomates! Plus je vieillis, plus j’assume que c’est mon école. Je retourne là d’où je viens. »

LES TEMPS CHANGENT

Depuis le premier album de Laurence Jalbert à son nom lancé en 1990, l’industrie de la musique s’est transformée. L’âge d’or de la vente d’album est révolu, les règles ont changé. Difficile de composer avec ces nouveaux paramètres qui ne sont pas toujours à l’avantage des créateurs? « J’essaie de continuer à faire ce que je fais du mieux que je peux. Je fais partie de cette industrie alors je dois m’adapter. Reste qu’on nous demande de faire sonner des albums et de monter des shows d’envergure avec des moyens restreints, mais ça nous coûte aussi cher, on n’a pas de rabais parce qu’on est au Québec. Parfois je dis à mon agent : « Là, ça va faire », mais il faut savoir se réinventer. Je continue à faire mes shows et à remplir mes salles. Le business, je laisse ça à mon équipe en gardant tout de même un œil sur ce qui se passe. Tant que le public est au rendez-vous, je ne m’arrêterai pas. »

La voix, elle, s’est bonifiée avec le temps. Laurence nous laisse un peu plus sereins quand les dernières notes de la chanson se font entendre. La voix est connectée au cœur, la vie l’a forgée comme l’eau du fleuve polit les aspérités d’un rocher. « J’ai la voix d’une femme de 56 ans qui a vécu, qui a reçu des coups de couteau dans ventre et dans le dos, qui a connu son lot de bonnes et de mauvaises nouvelles, à qui la vie a donné deux enfants et quatre petits-enfants. Je ne chante plus comme au début; ce serait comme si je m’obstinais à porter les mêmes pantalons en fortrelle depuis 40 ans. La voix est le miroir de l’âme, de ce qu’on vit. Je suis encore une femme de caractère et de tempérament, mais les coups de tête se sont mués en force tranquille et je pense que ça se reflète aussi dans ma voix. »

Cette voix unique et reconnaissable qui nous accompagne depuis un quart de siècle, on se plaît à la retrouver comme un chemin au cœur de la forêt, une route qui mène jusqu’à une petite maison chaleureuse et accueillante.

 

 

Laurence Jalbert à L'Entrepôt: « Ma route » fait ses premiers pas à Lachine

Vicky Michaud, Journal Le Messager, 2 février 2016

La chanteuse Laurence Jalbert a choisi de débuter la tournée de son nouvel album devant le public de Lachine. Ma route sera présenté en primeur le 5 février, à l’Entrepôt.

« Les premiers shows, je ne les oublie jamais, je les ai dans mes cellules. C’est comme une rencontre avec un nouvel amoureux », nous dit Laurence Jalbert, qui vit des premières à répétition depuis quatre décennies de carrière.

Entre les tournées et ses devoirs de mamie pour ses quatre petits-enfants, la chanteuse était en constante quête de l’enveloppe sonore qui lui procurerait le désir d’enregistrer du nouveau matériel.

L’inspiration lui est venue l’an passé, lorsqu’elle a entendu une de chansons de Yoan, qui a emporté l’édition 2014 de La voix grâce à ses notes graveleuses.

« J’ai tout de suite voulu savoir qui était derrière l’album. Quand j’ai vu que c’était Rick Haworth, je me suis dit ‘Voilà! C’est l’heure d’un nouvel album’. Quatre minutes plus tard, je lui envoyais un texto. »

Fragilité

Avant cette épiphanie, l’interprète de 56 ans avait refusé toutes les supplications de son entourage pour du nouveau matériel. Consciente que cet album était un point tournant de sa carrière, elle voulait attendre le bon moment pour se lancer dans une nouvelle aventure.

« Ce qu’on pourra découvrir de moi cette fois-ci, c’est ma connaissance de la fragilité. Mon habituelle intensité est devenue une sorte de force tranquille, je sais maintenant que la meilleure façon d’être entendue, c’est de poser le ton, poser la voix. »

Le public de l’Entrepôt peut donc s’attendre à plusieurs primeurs. La sortie de Ma route, prévue l’automne passé, a dû être retardée au 19 février. Cela signifie que l’album sera officiellement dévoilé le soir du 5 février.

« Pour la première fois, je vais jouer l’album dans son intégralité. Les nouvelles chansons seront tricotées avec les hits que le monde attend, Bella, Tomber, Au nom de la raison… Ce sera 2h15 de plaisir et de sourire, de fun », confie la chanteuse réputée pour sa voix rauque.

Collaborations

Outre quatre de ses propres compositions, plusieurs artistes ont signé les chansons de Ma route, dont Catherine Durand qui a offert les paroles de la pièce-titre de l’opus.

« Lorsque je me suis appropriée la création de Catherine, qui l’interprète pleine de douceur, j’ai décidé de la jouer à la dure, au diapason des 40 années que j’ai vécues dans toutes sortes de conditions, à me geler les pieds en tournée avec mes musiciens dans des boîtes de truck, pour aller à la rencontre du monde. »

Laurence Jalbert avoue tout de même que sa vie s’est beaucoup améliorée depuis cette époque.

Un hommage à Guy Rajotte, co-compositeur de Tomber et Les yeux noirs, décédé il y a deux ans, a été écrit par Dany Bédar. La chanson honore l’amitié qui le liait à Laurence.

« Celle-là, c’est à propos de ce que tu ressens quand tu perds ton petit frère, mais c’est fait avec joie, ça me rappelle nos beaux souvenirs », révèle-t-elle.

La chanteuse nous offre un autre cadeau. Le prochain extrait, L’élu, est une première création d’un auteur presque inconnu, Paul Sarrau. Elle espère que le Québec tombera en amour avec la grande maturité de ses textes, leur spiritualité ainsi que leur rythme fou.

Avec ces nouvelles sonorités folks et endiablées, Laurence Jalbert espère partir en tournée pour encore longtemps.

 

Laurence Jalbert poursuit sa route

Pat White, Patwhite, 30 janvier 2016

Laurence Jalbert présente l’extrait Ma route, première pièce de l’album du même titre qui verra le jour le 19 février prochain.

Écrite et composée par Catherine Durand, Ma route représente la feuille de « route » des 40 ans de carrière de Laurence Jalbert. Empreinte d’une forte énergie, d’une assurance palpable, elle chante la fierté de toujours faire le plus beau métier du monde.

 

Laurence Jalbert est de retour avec l'énergique pièce Ma route

Valérie Thérien, Voir, 29 janvier 2016

La chanteuse québécoise Laurence Jalbert célébre ses 40 ans de carrière cette année avec la sortie d’un nouvel album. Ma route, pièce écrite et composée par Catherine Durand, est le premier extrait de l’album du même titre qui sortira le 19 février chez Musicor.

Énergique pièce aux accents country à écouter!

 

Un nouvel album pour Laurence Jalbert à l'hiver 2016

Fréquence plaisir, 10 décembre 2015

Laurence Jalbert annonce la sortie d’un tout nouvel album de compositions originales à l'hiver 2016.

Elle met présentement la touche finale à ses nouvelles chansons avec l’aide de son précieux collaborateur, Rick Haworth à la réalisation. Ce disque comprendra, entre autres, son plus récent extrait "Juste là".

En 2015, les 40 ans de carrière de Laurence Jalbert ont été soulignés par la publication de son livre À la vie, à la mer ainsi que la sortie de l’album numérique du même titre. Laurence a plongé dans cet essai biographique en compagnie du journaliste et ami Claude André. Cette aventure l’a menée à offrir la conférence Encore et encore, un message d’amour et d’espoir présenté dans plusieurs villes de la belle province. Pendant que d’autres dates pour cette dernière s’ajoutent au calendrier, une série de spectacles produite par Go-Musique en collaboration avec Productions Pelletier sera aussi offerte en 2016.

 

Laurence Jalbert prépare son prochain album

Maxime Allaire, Rythme FM 105,7, 2 décembre 2015

Les disques Musicor sont fiers d'annoncer la sortie d'un tout nouvel album de compositions originales de Laurence Jalbert à l'hiver 2016.

Laurence Jalbert met présentement la touche finale à ses nouvelles chansons avec l’aide de son précieux collaborateur, Rick Haworth à la réalisation. Ce disque comprendra, entre autres, son plus récent extrait radio Juste là.

 

ENTREVUE ET PERFORMANCE

Sébastien Diaz, Formule Diaz, Télé-Québec, 8 octobre 2015

http://www.telequebec.tv/

 

PERFORMANCE

Pop de Jam, MusiquePlus, 2 octobre 2015

http://www.musiqueplus.com/

 

Épisode 69 : Entrevue

Francisco Randez, Sucré Salé, TVA, 6 août 2015

Pour célébrer es 40 ans de carrière, on fait un retour dans le passé de la chanteuse Laurence Jalbert en visitant le Studio LaMajeure où elle a enristré son tout premier album.

 

Entrevue: animatrice, chanteuse et aussi conférencières

Pénélope McQuade, Pénélope, ICI Radio-Canada Télé, 29 juillet 2015

Josée Boudreault et Laurence Jalbert font partie de cette nouvelle vague de personnalités connues qui deviennent conférencières. Elles parlent d'épanouissement personnel, de bien-être, d'amour et d'espoir. Une entrevue qui fait du bien.

Entrevue
Prestation - Si Dieu existe

 

  

Laurence Jalbert et plusieurs étincelles pour célébrer le Québec

Pénélope Clermont, La Revue, 2 juin 2015

FÊTE NATIONALE À MASCOUCHE

C’est dans une ambiance festive et teintée de bleu que le comité organisateur de la fête nationale du Québec à Mascouche a dévoilé la programmation du 24 juin, qui prendra place dans différents lieux de la municipalité. Si on savait déjà que la tête d’affiche des festivités allait être Laurence Jalbert, plusieurs autres activités ont été annoncées le 28 mai.

Organisée en collaboration avec la Ville de Mascouche, les Chevaliers de Colomb, le Club Optimiste et la paroisse St-Henri de Mascouche, la fête nationale du Québec à Mascouche, comme ailleurs dans la Belle Province, se déroulera sous la thématique «8 millions d’étincelles». Le comité espère que les 46 000 lueurs mascouchoises y prendront part.

Trois volets composeront la journée d’activités. Le premier se tiendra à l’église St-Henri, dès 10 h, où une messe en plein air avec la chorale Tutti dominical ainsi qu’un dîner hot-dogs des Chevaliers de Colomb seront offerts. On y présentera aussi le président d’honneur de l’événement, René Turcotte. Impliqué dans de nombreuses causes, dont la fête nationale, la Rose bleue, la guignolée et le Centre d’entraide de Mascouche, M. Turcotte a été décrit comme un homme de cœur, dévoué et généreux en conférence de presse. Un hommage qui a certes touché le principal intéressé.

Pétanque et vélo

En seconde partie, les gens seront invités à choisir entre deux activités. D’abord le tournoi de pétanque avec le club Mascouche-Centre sera présenté au parc Gérard-Pesant. Les inscriptions seront possibles dès midi et il en coûtera 10 $ par participant. Un maximum de 102 joueurs se partageront cinq bourses et des prix à gagner.

Par ailleurs, les familles seront attendues au Pavillon du Grand-Coteau pour une sortie à vélo gratuite. La sécurité sur route se tiendra à 11 h, alors qu’à 12 h 30, ce sera au tour du vélo famille, chapeauté par le Club Optimiste. Après la randonnée pendant laquelle des rafraîchissements et des prix de présence seront offerts, Souris Bouquine et son spectacle «Une aventure au Far West» attendra les plus jeunes à l’intérieur du Pavillon à 15 h 30.

Une soirée de musique

Dès 17 h 30, un souper champêtre en musique sous chapiteau sera proposé au coût de 10 $ (5 $ pour les 8 ans et moins) au parc Gilles-Forest. L’auteur-compositeur-interprète gagnant du prix «Coup de coeur de la SODAM» du concours MusiQualité, Antoine Mainville, fera entendre son talent.

La musique se poursuivra à 19 h 30 avec le groupe SENS, alors que Laurence Jalbert prendra le relais pour le reste de la soirée. Le spectacle sera suivi, à 22 h 45, des traditionnels feux d’artifices.

La programmation complète de la fête nationale à Mascouche, dont le journal La Revue est l’un des fiers partenaires, est disponible au www.ville.mascouche.qc.ca.

 

Laurence Jalbert à Montmagny pour la Fête nationale

Le Placoteux, 1er juin 2015

Montmagny est l’une des trois villes de la Chaudière-Appalaches à avoir été choisie pour des festivités d’ampleur régionale pour la Fête nationale du Québec. Il n’y aura pas de feu de la Saint-Jean, mais l’on promet que les spectacles allumeront la population avec, en vedette, Laurence Jalbert, le mardi 23 juin, à 21 h 30, au Parc Saint-Nicolas.

Le point central de la Fête sera le Parc Saint-Nicolas, les 23 et 24 juin, où il y  aura des spectacles et des divertissements pour petits et grands. En cas de pluie, les spectacles du 23 juin seront présentés à la salle Edwin-Bélanger. Toutes les activités sont gratuites. 

Le président de la Société nationale des Québécoises et Québécois, section Chaudière-Appalaches, M. Pierre-Paul Sénéchal, ainsi que le maire de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers, ont pris la parole, souhaitant tous deux une belle et active participation aux festivités qui se déroulent cette année sous le thème « 8 millions d’étincelles ». 

Le maire s’est par ailleurs réjoui du fait que Montmagny ait été choisie pour la tenue de la fête régionale; une première depuis l’instigation du concept, en 2002. Le budget est de l’ordre de 30 000 $, la moitié venant du gouvernement provincial et l’autre de la Ville, en argent ou en services. 

D’autres activités se dérouleront également dans la région. Mentionnons, entre autres, des festivités à Cap-Saint-Ignace, L’Islet et Berthier-sur-Mer, avec son renommé feu d’artifice du 24 juin qui clôture la fête. On pourra avoir plus d’informations en appelant aux mairies, en consultant les sites internet municipaux ou en appelant les bureaux d’information touristique. 

Un 23 juin en musique 

Le mardi 23 juin, le coup d’envoi de la fête se fera à 17 h (au Parc Saint-Nicolas) avec le duo Bélanger-Veillette, « des chansonniers de la région au style varié et énergique », mentionne-t-on. 

Vers 19 h 30, le chanteur Philippe Berghella montera sur scène pour présenter son nouvel album Ma liberté! Cet artiste s’est fait connaître en interprétant le rôle de Raphaël, dans la comédie musicale Don Juan. Il a également fat parti de l’équipe d’Isabelle Boulay, à l’émission La Voix, en 2014.

À 21 h 30, « la flamboyante Laurence Jalbert enflammera la scène du parc Saint-Nicolas avec la fougue et la tendresse qu’on lui connaît, en compagnie de ses talentueux musiciens », nous promet-on. Laurence Jalbert compte 40 années de carrière à son actif.

Journée familiale

Le mercredi 24 juin s’adresse aux familles. Dès 10 h, tous sont invités au Parc Saint-Nicolas pour profiter de l’animation. On pourra alors faire de la randonnée en canot, s’amuser dans les structures gonflables, les jeux d’eau, et se déhancher au hula hoop. Les amuseurs publics, maquilleurs et lecteurs de conte seront aussi de la partie. Il y aura un party hotdogs, mais on peut également apporter son lunch pour pique-niquer au parc. 

Il est fortement recommandé de stationner à l’école Saint-Nicolas ou à l’église Saint-Mathieu. Pour de plus amples informations, composez le 418 248-6022. Informations générales sur la Saint-Jean-Baptiste, questionnaire amusant et concours pour gagner des prix alléchants se trouvent aussi au www. fetenationale.quebec. (R.L.)

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés