Dossier de presse de Martha Wainwright - Janvier - Avril 2013

Plus récent
Août 2013
Mai - Juillet 2013
Novembre - Décembre 2012
Octobre 2012
Août - Septembre 2012

 

La reine de la soul Aretha Franklin au Festival de jazz de Montréal 2013

Jean-François Cyr, Huffington Post Québec, 30 avril 2013

MONTRÉAL - Le Festival international de jazz de Montréal (FIJM) a dévoilé mardi sa programmation en salle [...]

Au même endroit, notons les concerts de Boz Scaggs, le 30 juin, ou encore de la chanteuse folk Martha Wainwright, le 4 juillet, qui réside depuis peu à Montréal[...]

 

Festival de Jazz de Montréal 2013 | Xavier Rudd, Wanda Jackson, Bettye Lavette, Martha Wainwright ajoutés

Marc-André Mongrain, Sors-tu.ca, 30 avril 2013 

Les organisateurs du Festival de Jazz de Montréal dévoilaient ce matin l'entière programmation en salle pour l'édition 2013 [...]

Les « Grands spectacles » du Théâtre Maisonneuve ont de quoi faire saliver avec Chucho Valdés (28 juin), Boz Scaggs (30 juin), Martha Wainwright (4 juillet), Madeleine Peyroux (6 juillet)[...]

 

Dévoilement de la programmation de la 34e édition du Festival international de Jazz de Montréal: Feist, She & Him, Oliver Jones, Woodkid, Rhye et plus encore!

Éric Dumais, Bible Urbaine, 30 avril 2013

Après le dévoilement des FrancoFolies de Montréal, les mélomanes étaient impatients de connaître le dévoilement de la programmation de la 34e édition du Festival international de Jazz de Montréal, qui se tiendra du 28 juin au 7 juillet 2013 [...]

Voilà qu’à 11h ce matin les organisateurs du festival organisaient une conférence de presse durant laquelle ils en profitaient pour dévoiler la programmation complète, qui comprend Hollie Cole, Rhye, Elizabeth Shepherd, Serena Ryder, Thus:Owl, Austra, Martha Wainwright, Fitz and the Tantrums, Leif Vollebekk, Xavier Rudd, Mother Mother, Champion et ses G-Strings avec I Musici, The Specials, The Virgins, Gregory Porter, The Bad Plus, Helen Mirrell, Alain Caron, A Tribe Called Red et Suuns, notamment.

Pour plus d’information, pour consulter la programmation complète ou pour connaître l’horaire du festival, visitez le www.montrealjazzfest.com.

 

Le disque de la semaine: Martha Wainwright, Trauma: Chansons de la série télé saison 4 ***1/2 - Intense

Alain De Repentigny, La Presse, 16 mars 2013

Quelques mois à peine après l'étonnant Come Home To Mama, Martha Wainwright livre ici son album le plus sobre, presque folk, où sa voix prend toute la place.

À l'invitation de Fabienne Larouche, elle reprend en français des classiques et des choses moins connues dans des versions souvent très différentes de celles d'origine. Des chansons sombres -la télésérie Trauma n'est pas une comédie -, refaites de façon très dépouillée, y compris trois de son cru qui datent de 2005.

Martha-la-passionnée a déjà chanté Piaf et Barbara, mais quand elle mord enfin dans la chanson québécoise (Ayoye d'Offenbach, T'es jamais partie de Mara Tremblay), on croirait entendre sa mère Kate McGarrigle dont elle reprend d'ailleurs la fort belle Dans le silence avec la tante Anna et les cousins Lilly et Sylvan. Intense.

À écouter: Me glisser sous ta peau

 

Disque - Martha Wainwright, Trauma saison 4

Sylvain Cormier, Le Devoir, 15 mars 2013

Ariane Moffatt en Ronnie Spector languissante ? Le Pascale Picard Band égratignant Farewell Angelina ? Jusqu’ici, le volet chansons de la série télé Trauma était, disons, traumatisant. Choix contre nature, chocs de styles sans doute voulus mais rebutants, un curieux parti pris pour un répertoire anglo des années 1960, ce qui fonctionnait dans le contexte dramatique ne passait pas du tout l’épreuve du disque. On a ici l’exacte impression contraire. Tout simplement parce que c’est Martha Wainwright, et parce que Martha chantant Ayoye d’Offenbach n’est pas du tout étrange, pas plus que T’es jamais partie de Mara Tremblay : c’est sa québécitude qu’elle embrasse, l’héritage McGarrigle. Qu’elle donne en français ses propres chansons, revisite Dubois, Bélanger, voire La nuit n’en finit plus de Petula Clark (Needles and Pins, 1963, l’exception !), tout lui va, tout lui appartient. Martha n’a pas seulement servi une série : elle a fait un disque. Son disque.

 

Critique: Martha Wainwright - Trauma: chansons de la série télé saison #4 - Audacieux ***1/2

Rachelle McDuff, Journal Métro, 8 mars 2013

La meilleure chose qui ressort de la série Trauma, c'est assurément sa trame sonore! Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est au tour de Martha Wainwright de se prêter au jeu. Et en français cette fois. L'artiste se réapproprie de façon surprenante des pièces d'un répertoire hétéroclite québécois. Ses version de Si Dieu existe (Claude Dubois), Le monde est stone (Luc Plamondon) ou Ayoye (Gerry Boulet) n'ont rien à voir avec les originales. Elles sont inédites, voire déstabilisantes. L'entendre chanter avec l'accent de Gerrrrrrry ou celui plus country de Mara Tremblay est surprenant. Cet album vous fera probablement sortir de votre zone de confort.

 

Critique: Martha Wainwright - Trauma: chansons de la série télé saison #4 ***

André Péloquin, Voir, 7 mars 2013

En plus de son pedigree particulier, la cadette Wainwright nous avait déjà jetés sur le cul en 2009 avec Sans fusils, ni souliers, à Paris, un hommage – capté en concert de surcroît! – à la Môme. Malheureusement, ni sa feuille de route ni son expérience en interprétation ne viennent appuyer cette nouvelle compilation de reprises produite pour la série dramatique Trauma, qui s’avère cruellement inégale. Tout d’abord, les fleurs: les adaptations francophones des pièces de la dame et des membres de son clan sont généralement réussies (l’émouvante Dans le silence des sœurs McGarrigle en témoigne). Puis, le pot: certaines reprises semblent imposées – ou davantage au service de l’émission qu’elles accompagnent? – tant elles détonnent parmi l’ensemble (T’es jamais partie de Mara Tremblay, notamment). Un exercice de style relevé, certes, mais qui aurait pu être emmieuté si l’on se fie à la discographie de l’artiste. 

 

Dans la langue de Molière pour Trauma

Vanessa Guimond, Journal de Montréal - Week-end, 2 mars 2013

Pour Fabienne Larouche, Ariane Moffatt et le Pascale Picard Band ont repris des chansons de Leonard Cohen, James Brown, R.E.M., Bob Dylan et Johnny Cash. Aujourd’hui, c’est au tour de Martha Wainwright d’interpréter les oeuvres présentées dans le cadre de la série Trauma, diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

Pour les besoins de sa quatrième saison, la prolifique auteure dramatique savait ce qu’elle voulait: des chansons en français interprétées par une artiste anglophone.

Un jour, alors qu’elle se trouvait chez elle, à Saint-Sauveur, Martha Wainwright a reçu la visite de celle à qui l’on doit la populaire série.

«Elle habite à une rue de chez moi, à Saint-Sauveur. Quand elle est venue me voir, je ne savais pas qui elle était. Je ne regarde pas la télévision, alors je ne connaissais pas ses nombreuses réalisations, a affirmé l’artiste. J’ai été séduite par le fait qu’on avait demandé à des francophones de chanter en anglais, dans le passé, et qu’on avait choisi de renverser le concept. Je trouvais ça amusant.»

Ce n’était pas la première fois que Martha se retrouvait nez à nez avec un projet francophone. En juin 2010, elle a lancé Sans fusils ni souliers à Paris, album enregistré lors d’une représentation de son spectacle entièrement dédié à l’oeuvre d’Édith Piaf.

«J’avais déjà chanté en français, mais ce que je trouvais intéressant, à propos de ce projet, c’est qu’il me permettait de faire des recherches au niveau de la musique québécoise. Je dois admettre que je ne connais pas tous les artistes québécois. Fabienne m’en a fait découvrir plusieurs.»

UN TRAVAIL D’ÉQUIPE

C’est donc ensemble que Martha et Fabienne ont choisi les pièces qui allaient se retrouver sur cette trame sonore. Il faut dire que l’auteure avait une idée très précise de ses besoins pour les différents épisodes de la série.

«J’avais pensé à plusieurs artistes, mais mes goûts étaient parfois trop underground. Je voulais chanter des chansons de ma mère et de ma tante (Kate et Anna McGarrigle), et de Lhasa de Sela. Malheureusement, elles ne collaient pas aux épisodes, a-t-elle expliqué. Finalement, nous avons trouvé le juste milieu pour que le disque soit à mon image tout en répondant aux besoins de la série.»

Sur le disque, on trouve des reprises de chansons comme Si Dieu existe (Claude Dubois), La nuit n’en finit plus (Petula Clark), Mon corps (Ariane Moffatt), Tu peux partir (Daniel Bélanger) et Ayoye (Offenbach).

«Fabienne m’a laissée faire mes propres choix artistiques. J’ai eu beaucoup de liberté, a dit celle qui ne s’est pas gênée pour se réapproprier les titres. J’espère seulement que les artistes ne seront pas choqués de voir que je suis allée ailleurs. Je suis une auteurecompositrice-interprète, alors je me devais de retravailler les morceaux. C’est ce que je fais. Je crois, malgré tout, que j’ai été très respectueuse envers les oeuvres des artistes.»

Seulement 10 des 12 pièces qui composent le disque figurent dans les épisodes présentés à l’écran. Parmi les ajouts, on compte Dans le silence, une chanson signée par sa défunte mère et par sa tante.

«Pour moi, c’était hyperimportant que cette chanson se retrouve sur mon album. C’était très généreux de la part de Fabienne de laisser cette pièce sur le disque malgré tout.»

UNE DOSE DE MARTHA

À notre grande surprise, la trame sonore de Trauma comprend également trois adaptations françaises de chansons composées par Martha.

On y trouve J’intérioriserai, Cette vie et Quand le jour est court, originalement intitulées I Will Internalize, This Life et When The Day Is Short. Ces pièces se retrouvent sur le EP I Will Internalize et sur l’album Martha Wainwright, tous deux parus en 2005.

«Ce n’était pas mon idée, a admis Martha, un sourire en coin. C’est Fabienne qui voulait que ces chansons se retrouvent sur le disque. Je pense qu’elle voulait que j’apporte une touche plus personnelle à l’album. Elle connaissait ces chansons et je crois qu’elle savait qu’elles allaient coller à son scénario.»

L’artiste, qui poursuit en ce moment sa tournée nord-américaine, sera de retour au Québec à temps pour le Festival de jazz de Montréal. Elle compte également se lancer dans une tournée provinciale qui lui permettra de présenter les chansons de ce nouvel album sur scène cet été.

 

Martha Wainwright lance la trame sonore Trauma (PHOTOS)

Jean-François Cyr, Huffington Post, 2 mars 2013

Martha Wainwright, qui a signé la trame sonore de la quatrième saison de la série télé québécoise Trauma, était au Robin des bois de Montréal, jeudi soir, pour interpréter quelques pièces de cet album en compagnie de sa tante Anna McGarrigle, au piano. Rencontrée lors de l'événement, la chanteuse et guitariste explique qu'elle a toujours voulu réaliser de tels projets.

L'auteure et productrice Fabienne Larouche ainsi que de nombreux acteurs de la série étaient présents pour entendre les cinq pièces (dont J'intériorisera, Dans le silence et Cette vie) offertes par Martha Wainwright, vers 18h. Sur l'opus, elle propose également des reprises d'Offenbach (Ayoye), Daniel Bélanger (Tu peux partir), Claude Dubois (Si Dieu existe), Ariane Moffatt (Mon corps) et Mara Tremblay (T'es jamais partie).

En plus de s'approprier les pièces tirées du répertoire québécois, elle a adapté (c'est une amie française qui vit à Los Angeles, Bernadette Colomine, qui s'est chargée de la traduction) en français trois de ses propres chansons ainsi qu'une pièce des soeurs McGarrigle.

L'album est émotif et assez lent. La raison est simple : Fabienne Larouche, qui adore le travail de l'auteure-compositrice-interprète depuis des années, cherchait une musique atmosphérique et dramatique qui collerait parfaitement aux scènes et aux personnages de la série diffusée à Radio-Canada.

« À l'écriture, j'avais déjà de sa musique en tête, raconte avec enthousiasme Fabienne Larouche en entrevue. Martha est un objet d'art. Je trouve que c'est une belle artiste, mais aussi une belle femme. Il fallait seulement que son talent s'adapte à l'univers de la série. Pour moi, c'était presque indispensable que ce soit elle qui soit responsable de la musique de la quatrième saison. Je suis vraiment heureuse de cette collaboration. En plus, le fait d'avoir choisi une interprète anglophone pour livrer des chansons en français plait énormément au public. Je reçois beaucoup de messages des téléspectateurs qui apprécient beaucoup sa fragilité et son bel accent. »

Un nouvel univers

Martha Wainwright ne pourra visionner les épisodes de la série avant de se lancer. « Je devais donc me laisser guider par les explications de Fabienne, raconte la principale intéressée, en français. J'ai fait seule la grande majorité de ce disque, en essayant de me mettre un peu dans la peau des personnages. Un collègue guitariste est venu néanmoins jouer les passages d'une pièce trop complexe. Anna a aussi participé à quelques morceaux, au piano. Pour le reste, c'était beaucoup de travail dans l'intimité. »

« C'est très intéressant ces projets télé ou cinéma, confie ensuite la chanteuse. J'ai toujours espéré pouvoir collaborer à des initiatives du genre. J'aimerais bien en faire d'autres dans l'avenir. Surtout que c'est stimulant. C'était une façon de me dépasser. Les gens ne m'associent pas naturellement à des projets, disons, populaires. Je suis plutôt dans la marge. »

Du côté du comédien James Hyndman, acteur principal dans la série, la musique a selon lui une grande responsabilité dans un tel projet : « C'est un contre-point. Elle crée parfois un climat plus fort ou encore différent du jeu des comédiens. La musique accompagne et donne un trait supplémentaire aux personnages. Elle ajoute aussi une couleur à la scène, d'autant plus que Trauma mise sur les ambiances. Je suis honoré de retrouver Martha Wainwright sur cette série. Elle a une voix si particulière et profonde. »

Pour cette quatrième saison, Martha Wainwright prenait la relève d'Ariane Moffatt (1ère et 2e années) et de Pascale Picard.

Le disque de douze morceaux, qui a été enregistré au studio maison de la chanteuse à New York (lieu de résidence principale de Wainwright avant son éventuel déménagement à Montréal) et au studio de Pierre Marchand, est disponible depuis le 26 février.

 

Sorties CD / Notre choix: Martha Wainwright - Trauma: Chanson de la série télé Saison #4

Véronique Harvey, 24 heures, 1er-3 mars 2013

Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est au tour de Martha Wainwright de prêter sa voix à la trame sonore de la série télévisée écrite et produite par Fabienne Larouche, Trauma. Sur ce troisième album-compilation, tiré de la quatriéme saison de Trauma, Martha Wainwright interprète des succès tirés du répertoire d'artistes québécois comme Daniel Bélanger (Tu peux partir), Claude Dubois (Si Dieu existe), Offenbach (Ayoye) et Ariane Moffatt (Mon corps). La Montréalaise d'adoption reprend également trois de ses prorpes succès, ainsi qu'une chanson des soeurs McGarrigle, qu'elle a, pour l'occasion, judicieusement traduite en français. Les amateurs de la télésérie profiteront ainsi cette saison d'une bande sonore riche et intense en émotions.

 

Arts et spectacles: Martha Wainwright au Robin des Bois hier

Ça commence bien, V, 1er mars 2013

http://vtele.ca/videos/ca-commence-bien/vendredi-1er-mars-2013-arts-et-spectacles-martha-wainwright-au-robin-des-bois-hier_57920_57918.php

 

Intense en émotions - Martha Wainwright - Trauma: chansons de la série télé saison #4

Véronique Harvey, Canoë Divertissement, 1er mars 2013

Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est au tour de Martha Wainwright de prêter sa voix à la trame sonore de la série télévisée écrite et produite par Fabienne Larouche, Trauma.

Sur ce troisième album-compilation, tiré de la quatrième saison de Trauma, Martha Wainwright interprète des succès tirés du répertoire d'artistes québécois comme Daniel Bélanger (Tu peux partir), Claude Dubois (Si Dieu existe), Offenbach (Ayoye) et Ariane Moffatt (Mon corps). La Montréalaise d'adoption reprend également trois de ses propres succès, ainsi qu'une chanson des sœurs McGarrigle, qu'elle a, pour l'occasion, judicieusement traduite en français.

Les amateurs de la télésérie profiteront ainsi cette saison d’une bande sonore riche et intense en émotions.

 

Le Trauma de Martha Wainwright

C'est bien meilleur le matin, Ici Radio-Canada Première, 28 février 2013

http://www.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2012-2013/chronique.asp?idChronique=277170

 

Martha Wainwright en solo

Médium large, Ici Radio-Canada Première, 28 février 2013

http://www.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2012-2013/chronique.asp?idChronique=277170

 

La chronique culturelle du 28 février

Claude Deschênes, Ici Radio-Canada Télé, 28 février 2013

http://www.radio-canada.ca/emissions/telejournal_18h/2012-2013/Reportage.asp?idDoc=277336#leplayer

 

Martha Wainwright Lancement de l'album «Trauma 4» de la série Trauma

Webpresse (Repris par LaPresse.com - Canoë TV ), 28 février 2013

http://www.webpresse.ca/#!/video/512ffddc1c2c8/martha-wainwright

 

Entrevue avec Martha Wainwright (Capsule)

Jessika Brazeau, Chroniques Culturelles, Rythme FM, 28 février 2013

http://www.rythmefm.com/montreal/audioplayer.php?mp3=166181

 

Entrevue avec Martha Wainwright (Intégrale)

Jessika Brazeau, Chroniques Culturelles, Rythme FM, 28 février 2013

http://www.rythmefm.com/montreal/audioplayer.php?mp3=166102

 

Sorties de la semaine

Émilie Côté, La Presse, 26 février 2013

Le festival Montréal en lumière bat son plein, et Gaële et Pierre Lapointe en profitent pour s’y produire et lancer leur nouvel album. Cette semaine, le trio montréalais We Are Wolves atteint le statut de vétéran de la scène indie avec un quatrième album. Parmi les autres sorties de disques, retenez le nomdu groupe britannique Palma Violets.

[...] BO de Trauma
Martha Wainwright

Après avoir chanté Édith Piaf, Martha Wainwright poursuit son aventure musicale en français. Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est à elle que la productrice Fabienne Larouche a confié la trame sonore de la quatrième saison de l'émission Trauma. Entre des classiques d'Offenbach, Claude Dubois et Fabienne Thibault, Martha Wainwright reprend des pièces de Moffatt, Mara Tremblay et Daniel Bélanger. Elle a également traduit en français trois de ses compositions et revisité la chanson Dans le silence des soeurs McGarrigle.

 

  

Trame sonore de Trauma 4: Au tour de Martha Wainwright

Agence QMI, 26 février 2013

MONTRÉAL – La trame sonore de la quatrième saison de la série Trauma, qui comprend 12 pièces revisitées par Martha Wainwright, est disponible depuis mardi.

Sur Trauma : chansons de la série télé saison #4, l’auteure-compositrice-interprète originaire de Montréal chante des pièces comme Ayoye (Offenbach), Si Dieu existe (Claude Dubois) et Le monde est stone (Starmania).

Elle a aussi adapté une pièce de Daniel Bélanger (Tu peux partir) et des sœurs McGarrigle (Dans le silence), duo qui réunissait sa défunte mère et sa tante.

Martha Wainwright prend ainsi la relève d’Ariane Moffatt (saisons 1 et 2) et de Pascale Picard (saison 3). L’auteure et productrice Fabienne Larouche a fait appel successivement à ces trois artistes pour donner une touche musicale aux intrigues touchant aux chirurgiens et au personnel de l’Hôpital Saint-Arsène.

L’opus, qui a été enregistré chez Martha Wainwright à New York et au studio de Pierre Marchand, fera l’objet d’un lancement officiel au restaurant Robin des bois, à Montréal, ce jeudi, lors d’un 5 à 7. Une prestation de Martha Wainwright est prévue en présence de Mme Larouche et de plusieurs comédiens.

 

Martha Wainwright: L'album de Trauma 4 en écoute intégrale

Ralph Boncy, Espace.mu, 21 février 2013

 Écoutez les chansons interprétées par Martha Wainwright pour la 4e saison de Trauma. 

C’est Fabienne Larouche qui est venue chercher Martha dans sa maison de Saint-Sauveur. La chanteuse, occupée à tondre son gazon, n’avait aucune idée préconçue, n’ayant même jamais regardé un seul épisode de la série Trauma. Mais devant l’insistance de l’auteure et avec la belle carte blanche qu’elle se voyait offrir, l’artiste n’a pas tardé à dire oui au milieu hospitalier!

Après Arianne Moffatt et Pascale Picard, qui ont enregistré des ventes catégorie platine avec les trames sonores en anglais pour les précédentes saisons, c’est donc Martha Wainwright qui endosse les chansons entièrement en français dans un univers de fiction où la douleur et l’émotion prennent toute la place. Des reprises dénudées et décapantes de Gerry Boulet, de Claude Dubois, de Fabienne Thibault et de Mara Tremblay, où Martha tient la guitare et change même les mélodies. Des choix assez inattendus, en vérité. Certains autres sont plus contemporains, comme Mon corps du dernier l’album de Moffatt, MA.

Autre particularité : la chanteuse propose aussi plusieurs de ses propres titres traduits en français par Bernadette Colomine et deux adaptations :Tu peux partir de Daniel Bélanger et Dans le silence des sœurs McGarrigle, qui parlent de l’imminence de la mort.

À écouter en urgence!

 

 

Martha Wainwright signe la nouvelle trame sonore de Trauma

QuébecSpot Média - Info-Culture, 21 février 2013

Martha Wainwright signe la nouvelle trame sonore de Trauma : lancement le 28 février

Les passionnés des intrigues de la quatrième saison de Trauma auront droit à une bande sonore riche en intensité et en émotions signée Martha Wainwright. Trauma: Chansons de la série télé Saison #4 est maintenant disponible en format digital et sera en magasin le 26 février prochain.

Lors de cet événement, Martha Wainwright interprétera quelques pièces de l’album et accordera des entrevues. L’auteure et productrice Fabienne Larouche ainsi que plusieurs comédiens de la série seront aussi présents.

Enregistré chez Martha Wainwright, à New York, ainsi qu’au studio de Pierre Marchand, Trauma: Chansons de la série télé Saison #4 propose des reprises d’Offenbach, Daniel Bélanger, Claude Dubois, Ariane Moffatt et Mara Tremblay. En plus de s’approprier les pièces tirées du répertoire québécois, elle a adapté en français trois de ses propres chansons ainsi qu’une pièce des soeurs McGarrigle.

 

L'anglophone chante en québécois sur l'album de Trauma «Je veux que mon fils étudie en français» -Martha Wainwright-

Sabin Desmeules, Échos Vedettes, 2-8 février 2013

Elle vient de passer en coup de vent, question de lancer la trame sonore de la saison 4 de Trauma, sur laquelle elle reprend des classiques québécois francophones. en pleine tournée, Martha Wainwright a pris le temps de s'arrêter dans le Montréal ou elle a grandi, entre deux spectacles et des obligations familiales. Elle promet de s'y poser un peu plus longtemps quand son fils aura l'âge d'aller à l'école. 

Qui aurait cru qu'on l'entendrait un jour chanter Ayoye, de Gerry Boulet, ou Le monde est stone, tirée de Starmania? Martha Wainwright aime les défis. Ceux-là, refaire de grands classiques québécois francophones et voir trois de ses pièces traduites en français pour une série, Iui ont été lancés par la productrice et auteure de l'émission Trauma, Fabienne Larouche. Cette dernière aime ce que fait la chanteuse. Et les deux femmes ont été voisines à Saint- Sauveur. Ce n'est donc pas par téléphone que s'est faite "la grande demande". "Fabienne est venue chez moi et elle m'a demandé de faire ce disque."

L'artiste anglophone et francophile n'avait jamais parlé à la productrice. Elle a vite appris à la connaître. "Je ne sais pas si je suis aussi lntense que Fabienne Larouche." Martha voulait mettre son grain de sel dans le choix des 6 pièces sur l'album. Ça n'a pas été chose facile. Fabienne lui a tenu tête. "ll y avait des chansons que je voulais interpréter. J'en ai mis sur le disque qui ne font pas partie de l'émission, comme Dans le silence, de ma mère et ma tante. Mais j'ai vite compris, quand j'ai vu la série, ce que Fabienne voulait faire des chansons: il fallait que ça soit complètement connecté au sujet de chaque épisode."

Sa famille l'aide

Depuis I'automne, Ia musicienne est en tournée d'une ville à I'autre, de pays en contrée... Récemment, elle a séjourné à Berlin pour prendre part au concert d'anniversaire de Yoko Ono. Et son passage à Montréal a été de courte durée puisque, le lendemain du lancement du disque de la quatrième saison de Trauma, Martha partait conquérir l'Ouest canadien. Pas facile pour la mère d'un garçon de trois ans! "C'est ma famille qui m'aide, parce que mon mari (le musicien et producteur Brad Albetta) est très bon avec Arcangelo, mais il travaille avec moi. Quand je viens à Montréal, c'est le fils de ma tante Anna qui prend soin du petit. Je suis très chanceuse d'avoir une grande famille tricotée serré!"

Entre Brooklyn et Outremont

Entre deux spectacles, la petite famille de Martha se partage entre deux foyers: l'un à Brooklyn, l'autre à Outremont. D'ailleurs, elle entend bien poser un peu ses pénates à Montréal quand fiston aura l'âge d'aller à l'école."Je veux qu'il étudie en français. C'est ce que j'ai fait quand j'étais jeune, et ça m'a beaucoup aidée dans ma vie."

Hommage à sa mère

Un film documentaire concert-hommage à sa mère, Kate McGarrigle, fauchée par le cancer le 18 janvier 2010, devrait être offert sur DVD cet été. "Mon frère Rufus et moi avons fait ce film avec la cinéaste qui a réalisé celui sur Leonard Cohen, l'm Your Man, explique la chanteuse. C'est un peu dans le même genre: on y verra un des concerts qu'on a donnés en hommage à notre mère, avec d'autres artistes. Et le film parle aussi de son décès prématuré, parce qu'elle était très jeune (63 ans). ll y a eu beaucoup de larmes quand on a fait ce documentaire. C'est très émouvant." Et le nom de Kate McGarrigle sera immortalisé à Outremont. Au coin des avenues Laurier et Querbes, il y aura bientôt la place Kate-McGarrigle.

 

Entrevue Martha Wainwright

Capsule web, Ici Radio-Canada Télé, 24 janvier 2013

http://trauma.radio-canada.ca/musique

 

 

Martha Wainwright, nouvelle voix de la série Trauma

Radio-Canada - Yahoo Québec, 22 janvier 2013

Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est à Martha Wainwright qu'a été confiée la trame musicale de la nouvelle saison de la série télé Trauma.

Les pièces interprétées par la chanteuse montréalaise sont tirées principalement du répertoire musical québécois. En plus des Offenbach, Claude Dubois et Daniel Bélanger, Martha Wainwright adapte en français trois de ses propres chansons ainsi qu'une des soeurs McGarrigle.

Les téléspectateurs pourront suivre la quatrième saison de Trauma, écrite et produite par Fabienne Larouche, à compter du 23 janvier à 21 h. La série met notamment en vedette Laurence Leboeuf, Luc Guérin, Pacale Montpetit, Isabel Richer, James Hyndman, Gilbert Sicotte et Christian Bégin.

Le lendemain de chaque diffusion, une chanson de la trame sonore sera téléchargeable sur iTunes.

Par ailleurs, Martha Wainwright entreprendra à la fin de l'hiver une tournée canadienne. Elle s'arrêtera entre autres à Winnipeg (2 mars), à Calgary (5 mars) et à Vancouver (11 mars).

 

 

Martha Wainwright: De retour chez maman

Nathalie Petrowski, La Presse, 19 janvier 2013

Trois ans. Hier, cela a fait exactement trois ans que Kate Mcgarrigle nous a quittés. Pour sa fille Martha Wainwright, ce triste anniversaire marque un retour à Montréal dans la maison de sa mère, où elle veut s’installer pour faire son deuil, mais aussi entamer un nouveau chapitre de sa vie. Au programme dans l'immédiat, la sortie d'un CD des chansons que Martha a enregistrées en français pour la série Trauma.

La date prévue par le médecin était le 18 janvier 2010. C’est ce jourlà que Martha Wainwright devait accoucher de son fils Arcangelo. Mais le destin lui a joué un vilain tour. Alors qu’elle était encore à Londres, l’enfant est né avec deux mois d’avance. Or, pendant que le bébé de Martha et de Brad Albetta grandissait lentement dans son incubateur, Kate, sa mère, rapetissait dans son lit à Montréal, son corps rongé par une forme rare de cancer. Kate a fini par rendre l’âme deux mois plus tard, à 63 ans.

Kate n’a pas choisi l’heure ni la date de sa mort, mais le destin l’a fait pour elle. Elle est morte le 18 janvier 2010, date prévue pour la naissance de son petit-fils...

Martha Wainwright raconte cette triste et incroyable coïncidence sans trémolo dans la voix, mais avec une conscience douloureuse qui voile son regard moqueur. Comme elle le dit si bien: «Je suis encore dans la mort de ma mère. Le chapitre n’est pas fini.»

Pendant que bébé Arc dort au deuxième, nous nous sommes réfugiées au dernier étage du triplex de l’avenue Querbes acheté par Kate. Martha y a vécu jusqu’à son départ pour New York, il y a 15 ans.

Dans le salon meublé par son frère Rufus, un immense piano à queue voisine un faux foyer qui flambe artificiellement. Ici, des livres par dizaines, là, des affiches, des peintures, des bibelots, un bric-à-brac bohème et baroque qui transpire la vie d’artiste. Martha n’a pas touché au décor ni aux murs, mais elle prévoit d’ici peu rénover et s’approprier les lieux.

« J’avais envie de revenir dans cette ville que j’ai quittée à 21 ans parce que la vie y est plus douce, plus facile et le pain du Pain doré, meilleur. À Brooklyn, Brad et moi avons une maison à Bedford-Stuyvesant, qui est un quartier assez dur et pas idéal pour élever un enfant. Et puis, je veux que mon fils apprenne le français comme moi je l’ai fait à l’école Saint-Léon, puis au Collège Rachel, où je me souviens avoir participé à une production mémorable des Belles-Soeurs. »

Martha Wainwright, qui mène une carrière internationale peut-être pas aussi flamboyante que celle de son frère, mais néanmoins fort honorable, ne revient pas à Montréal uniquement pour le français de son fils. Elle revient aussi dire adieu à sa mère.

«C’est clair que ni moi ni Rufus n’avons complètement digéré la mort de notre mère qui est partie trop vite et qui a été une force, une présence et une influence déterminantes dans notre vie. C’est pour ça qu’on continue de chanter ses chansons, de lui rendre hommage dans des spectacles et de garder la plaie ouverte, en somme. Mais en même temps qu’on fait ça, on est ailleurs, en tournée, en voyage, à des milles de Montréal. On fuit en quelque sorte. En m’installant ici dans les affaires de ma mère, je vais devoir vivre avec son absence, comprendre une fois pour toutes qu’elle ne reviendra plus et commencer à faire mon deuil.»

En revenant à Montréal, Martha Wainwright ne prévoyait pas nécessairement y travailler. Comment auraitelle pu le faire? Elle a quitté la ville il y a trop longtemps pour être au fait de ce qui se passe dans le milieu de la musique. Un jour pourtant, son agent l’a appelée pour lui annoncer qu’une certaine Fabienne Larouche voulait lui proposer un projet.

«Je n’avais aucune idée qui était Fabienne. Je l’ai su par la suite, rigole-t-elle. Mais l’idée de chanter des chansons en français pour une série télé québécoise m’intéressait. Je me souviendrai toujours de ma première rencontre avec Fabienne. Elle est apparue l’été dernier dans le driveway de notre maison, à Saint-Sauveur. Elle était venue à pied parce qu’elle habite à exactement deux rues de notre maison familiale. On s’est serré la main et c’était réglé.»

Même si Martha a grandi à Westmount dans un univers plutôt anglophone, les écoles françaises qu’elle a fréquentées lui ont ouvert les portes de la culture québécoise. Les chansons de Robert Charlebois comme celles de Félix Leclerc lui sont vite devenues aussi familières que celles des soeurs McGarrigle. C’est pourquoi, dans un premier temps, elle a voulu faire elle-même la sélection des chansons pour Trauma.

«Mais très vite, j’ai compris que la marge de manoeuvre était très mince et les contraintes techniques, nombreuses. Il fallait qu’il y ait un lien très étroit entre la chanson, l’image et l’intrigue, que les paroles soient réduites à un minimum. Bref, mes choix personnels ne cadraient pas, alors j’ai laissé Fabienne me proposer des chansons que je ne connaissais pas toujours, mais que j’ai découvertes avec plaisir.»

Lentement, mais sûrement, dans la maison de Saint-Sauveur ou dans celle de Brooklyn, Martha Wainwright s’est mise à enregistrer une chanson de Daniel Bélanger ( Tu peux partir), une autre d’Ariane Moffatt ( Mon corps), T’es jamais parti de Mara Tremblay, ou Si dieu existe de Claude Dubois. Et puis, est arrivé le moment fatidique où elle a dû attaquer Ayoye, immortalisée par Gerry Boulet.

« On ne peut pas chanter du Gerry Boulet et surtout une chanson comme Ayoye en faisant une reproduction bête et banale. On chante un monument et il faut que ça se sente.»

Le CD de Trauma chanté par Martha Wainwright sortira le 26 février. Entre-temps, Martha poursuivra la tournée mondiale pour son CD Come Home to Mama, en Irlande, en Écosse et au Festival du film de Berlin, où elle présentera avec son frère Rufus le documentaire Sing Me the Songs That Say I Love You. Il s’agit de la captation d’un concert hommage à Kate McGarrigle, à New York, en 2011, réalisée par l’Australienne Lian Lunson qui a déjà signé un film semblable sur Leonard Cohen. Après quoi, Martha repartira en tournée.

«Mon grand défi ces joursci, dit-elle en conclusion, c’est d’arriver à concilier la mère et la chanteuse, sans sacrifier ni l’une ni l’autre comme trop de femmes dans mon métier ont dû le faire. À cet égard, ma mère a eu plus de chance que moi. D’abord, elle a eu plus de succès et puis, tellement de gens connus ont repris ses chansons que ses droits d’auteur lui ont permis de vivre sa vie de gitane canadienne sans trop s’inquiéter pour sa carrière. Moi, je dois travailler plus fort, mais ça va, je m’amuse. De toute façon, qu’est-ce que je pourrais bien faire d’autre?»

Hier, cela a fait trois ans que Kate McGarrigle nous a quittés. Sa fille Martha espère garder ses chansons et son souvenir vivants longtemps. Pour le reste, elle apprivoise doucement l’idée de faire la paix avec la mort de sa mère et d’enfin laisser celle-ci partir se reposer.

 

Quand Martha recontre Fabienne

Marc-André Lemieux, Journal de MOntréal, 12 janvier 2013

Martha Wainwright n’a pu cacher son étonnement quand Fabienne Larouche l’a contactée l’automne dernier pour créer la bande sonore de Trauma. L’auteure voulait qu’elle succède à Pascale Picard et Ariane Moffatt, qui s’étaient toutes deux pliées à l’exercice lors des trois premières saisons de l'émission. «J'étais surprise parce que je n'avais aucune expérience en télévision... et ma musique n'est pas très commerciale, raconte la chanteuse en entrevue au Journal de Montréal. Mais j'ai vite compris que c'était une belle opportunité pour moi.»

Le défi était de taille : trouver des chansons francophones qui correspondraient aux thématiques soulevées dans chacun des 10 épisodes de cette quatrième saison. Car, contrairement à ses prédécesseures, Martha pousserait la note en français. Une décision prise par Fabienne Larouche après consultation avec ses fidèles téléspectateurs.

«Je voulais faire plaisir aux fans de Trauma, déclare l’auteure et productrice. Je voulais faire quelque chose de différent. Je me suis dit : “Pourquoi on n’essaierait pas?” J’avais envie d’un challenge.»

L’aventure s’est avérée plus compliquée que prévu. Fabienne Larouche admet avoir peiné à trouver des morceaux qui répondaient aux critères qu’elle s’était imposés. «C’était plus facile quand c’était des chansons en anglais, dit-elle. Parce que c’est notre langue, on porte plus attention aux paroles. Ça donnait parfois des résultats étranges.»

D’ARIANE MOFFATT À OFFENBACH

Parmi les chansons que Martha Wainwright reprendra dans la quatrième saison de Trauma, citons Tu peux partir de Daniel Bélanger, Mon corps d’Ariane Moffatt, T’es jamais partie de Mara Tremblay et Ayoye d’Offenbach. L’enregistrement de cette dernière chanson a beaucoup angoissé l’auteure- compositrice- interprète. « Gerry Boulet, c’est un bon chanteur, déclare- t- elle. Sa voix est puissante. Je devais accoter sa performance.»

Martha Wainwright avoue aussi avoir trimé dur pour saisir le sens des paroles du classique des années 1970. «Il parle d’une marmotte dans un des couplets. J’avais du mal à comprendre pourquoi au début!» s’exclame-t-elle en riant.

Également au menu, Si Dieu existe de Claude Dubois et Dans le silence des soeurs McGarrigle, duo dont faisait partie son illustre mère, Kate McGarrigle.

Martha est aussi allée piger dans son propre répertoire durant le processus de création, traduisant trois compositions originales avec l’aide d’une amie française sur Skype. Résultat : Quand le jour est court ( When The Day Is Short), J’intérioriserai ( I Will Internalize) et Cette vie ( This Life) apparaîtront aussi sur l’album de l’émission, qui devrait paraître en magasin le 26 février. Les chansons seront quant à elles offertes individuellement sur iTunes après la diffusion des épisodes les mettant en vedette.

UNE BELLE EXPÉRIENCE

Malgré quelques accrochages, Martha Wainwright a beaucoup apprécié son expérience… qui n’est d’ailleurs pas terminée. La semaine prochaine, elle doit retourner en studio pour enregistrer d’autres chansons dans la langue de Molière.

«Travailler avec Fabienne, c’était intéressant. Je voulais telle chanson ; elle ne voulait pas. Elle voulait telle chanson ; je ne voulais pas. On a beaucoup négocié. C’était un processus démocratique!»

La Montréalaise d’adoption a d’ailleurs bien failli refuser l’invitation de l’auteure, car quelques jours plus tard, son nouvel album paraissait en magasin.

«Avec la sortie de Come Home To Mama, je n’avais pas beaucoup de temps, racontet-elle. Le timing était serré. Je devais apprendre les chansons et changer certains airs parce que je voulais vraiment mettre ma touche personnelle. Je voulais les faire à ma manière, sans compromettre mon identité artistique.»

De son propre aveu, Martha Wainwright n’avait jamais regardé Trauma d’accepter l’offre de Fabienne Larouche. Elle a toutefois regardé les nouveaux épisodes qui seront présentés à Radio-Canada à compter du mercredi 23 janvier.

«J’ai beaucoup aimé, dit-elle. C’est rythmé et bien réalisé. C’est beaucoup mieux qu’E. R. Et les comédiens jouent très bien. Je suis franchement impressionnée.» Trauma revient à l’antenne de RadioCanada le mercredi 23 janvier à 21 h. La nouvelle bande sonore de Trauma sera offerte en magasin et sur iTunes à compter du 26 février

 

Découvrez la reprise d'«Ayoye» d'Offenbach par Martha Wainwright

Julie Ledoux, Voir, 10 janvier 2013

Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c’est au tour de Martha Wainwright de se lancer dans les reprises de classiques de la chanson pour créer la trame sonore de la quatrième saison de la série télévisée Trauma. 

Diffusée sur les ondes de Radio-Canada et créée par Fabienne Larouche, la série a su, au fil des saisons, créer un certain engouement pour ses trames sonores composées de reprises de chansons anglophones et francophones à succès, par des artistes locaux. Les chansons de cette quatrième saison, interprétées en français par Martha Wainwright, sont tirées du répertoire d’artistes québécois de renom dont Offenbach, Daniel Bélanger, Claude Dubois, Ariane Moffatt et Mara Tremblay. Martha Wainwright reprend aussi trois pièces de son propre répertoire ainsi qu’une chanson des soeurs McGarrigle qu’elle a, dans ces cas, toutes adaptées à la langue de Molière.

Le premier extrait du nouvel album de la série est une reprise bien connue d’Offenbach, «Ayoye». Faites-vous l’oreille à cette nouvelle version qu’a créée Martha Wainwright :

Ayoye sera disponible sur iTunes dès le 24 janvier 2013, au lendemain de la diffusion du premier épisode.

L’album Trauma: Chansons de la série télé #4 de Martha Wainwright sera disponible en ligne et en magasin dès le 26 février 2013.

 

 

Show-Business - Martha Wainwright, voix de TRAUMA 4

Herby Moreau, La Presse - Herby.TV, 10 janvier 2013

Hier matin, Fabienne Larouche a réuni à Radio-Canada une partie de la distribution de la série Trauma pour présenter les trois premiers épisodes de cette nouvelle saison. Isabel Richer, James Hyndman, Gilbert Sicotte, Christian Bégin, Isabelle Blais et Luc Guérin avaient très de lancer cette quatrième saison. Après Ariane Moffatt et Pascale Picard, c'est Martha Wainwright qui interprète, en français, la trame sonore de la série.

 

Chronique de Thérèse Parisien

Thérèse Parisien, 98,5, 9 janvier 2013

Audio non-disponible

 

Martha Wainwright prête sa voix à la trame sonore de Trauma

Patwhite.com, 9 janvier 2013

La Montréalaise d’adoption succède à Ariane Moffatt et à Pascale Picard pour la création de la trame sonore de cette populaire série télévisée écrite et produite par Fabienne Larouche et diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

C’est à compter du mercredi 23 janvier 2013 que vous pourrez plonger dans l’univers TRAUMA vu par Martha Wainwright en regardant le premier épisode de la quatrième saison. L’interprétation d’Ayoye (Offenbach), premier extrait de l’album à paraître le mardi 26 février 2013, sera rendu disponible au lendemain de la diffusion du premier épisode. Cette méthode de mise en ligne sera adoptée pour toute la durée de la saison, chaque jeudi, vous pourrez vous procurer l’extrait entendu la veille dans l’épisode TRAUMA diffusé à 21h00 sur les ondes de Radio-Canada.

Aujourd’hui s’est tenu le visionnement de presse des 3 premiers épisodes de TRAUMA en compagnie de Fabienne Larouche, Martha Wainwright ainsi que plusieurs comédiens de la série.

Les chansons de cette quatrième saison, interprétées en français par Martha Wainwright, sont tirées du répertoire d’artistes québécois de renom dont Offenbach, Daniel Bélanger, Claude Dubois, Ariane Moffatt et Mara Tremblay. Martha Wainwright reprend aussi trois pièces de son propre répertoire ainsi qu’une chanson des soeurs McGarrigle qu’elle a, dans ces cas, toutes adaptées à la langue de Molière. Tous les passionnés des intrigues de TRAUMA apprécieront ainsi le choix judicieux des chansons qui vibrent aux émotions de chacun des épisodes.

Martha Wainwright - Ayoye - Disponible le 24 janvier 2013 sur iTunes

Martha Wainwright - Trauma: Chansons de la série télé #4 - Disponible le 26 février 2013 en magasin et sur iTunes

La nouvelle année s’annonce fort chargée pour Martha Wainwright. Elle, qui s’est retrouvée au premier rang des palmarès avec son album Come Home To Mama dès sa sortie en octobre 2012, débutera une série de spectacles à travers le Canada qui la mènera dans l’Ouest canadien en mars 2013. Le Québec accueillera de nouveau celle qui a littéralement séduit la critique québécoise avec son dernier album. Plusieurs dates seront bientôt annoncées.

 

Trauma: disparition, cas de conscience et... Eyeballing

Marie-Josée Roy, Huffington Post, 9 janvier 2013

« Aujourd’hui, on va vous présenter trois épisodes, mais, si on avait pu, on vous en aurait présenté cinq ! » C’est une Fabienne Larouche visiblement très fière qui a accueilli les journalistes, mercredi matin, au visionnement de presse des trois premières heures de la quatrième saison de Trauma. Et l’auteure et productrice a effectivement de quoi pavoiser : maintenant que la série est bien établie et que les téléspectateurs connaissent les personnages, elle peut se permettre d’exploiter à fond les zones d’ombre de chacun d’eux. Et c’est sans compter les cas médicaux, qui gagnent à chaque année en complexité et en originalité.

Celui traité au troisième épisode risque d’ailleurs de susciter beaucoup d’émoi, particulièrement chez les parents d’adolescents. Le personnel de l’hôpital Saint-Arsène accueillera deux jeunes femmes qui se sont adonnées à de bien étranges pratiques au cours d’une fête entre amis. Désirant ressentir les effets de l’alcool sans avoir besoin de boire et ainsi se rendre malades, Sabrina (Shanelle Guérin) et Camille (Gabrielle Fontaine) ont testé des méthodes peu orthodoxes; alors que la première a imbibé de vodka un tampon hygiénique avant de se l’insérer, l’autre s’est jeté le puissant liquide en plein dans les yeux. Ce dernier phénomène, appelé Eyeballing, a semble-t-il déjà été véritablement observé dans des établissements médicaux, et ses conséquences peuvent être ravageuses chez ceux qui l’expérimentent.

Aussi, Julie Lemieux (Isabel Richer) et ses collègues devront se pencher sur le lit d’un homme dont le visage a été sérieusement amoché par un berger allemand; une sombre et illégale histoire pourrait être à l’origine de l’attaque. Puis, Christine, une infirmière de la salle d’opération, se retrouvera elle-même à l’urgence après avoir été renversée par la voiture d’une personne que les habitués de Trauma connaissent très bien. Le dilemme de conscience qui suivra l’accident occupera une partie des intrigues de cette nouvelle saison.

Où est Sophie ?

Parallèlement aux maux qui affligent leurs patients, les protagonistes de la série devront encore une fois jongler avec leurs propres démons une fois leurs heures de travail complétées. Un an après la disparition de Sophie Léveillée (Laurence Leboeuf, qui avait demandé à être moins présente dans ce nouveau volet afin d’être disponible pour aller passer des auditions aux États-Unis), ses camarades sont encore sur les dents et se perdent en conjectures sur le sort de la jeune résidente. Sa mère, Diane Hevey (Pascale Montpetit), refusant de concéder que sa fille pourrait être morte, secoue mer et monde pour faire avancer les recherches, quitte à fréquenter des individus peu recommandables. La directrice de Saint-Arsène joue-t-elle avec le feu en négociant avec les frères Martel, qui sont peut-être à l’origine du départ de Sophie? Elle devrait peut-être se tourner plutôt du côté de Gilles Laprade (Luc Guérin), qui affirme détenir la clé de l’énigme. Et si Sophie était plus en sécurité que tout le monde l’imagine?

En filigrane, on fera aussi la connaissance de la mère de Pierre Meilleur (James Hyndman), interprétée par Louisette Dussault. Véronique (Isabelle Blais), sensible au sort de la femme atteinte d’alzheimer, se dévouera auprès d’elle, au grand dam du chirurgien, qui préférerait garder ses distances devant la souffrance de sa maman. Et Julie Lemieux verra encore planer autour d’elle le spectre de l’amant de sa défunte mère. Heureusement pour elle, sa vie de couple et de famille avec Mathieu Darveau (Jean-François Pichette) se portera à merveille… mais les déboires de son entourage professionnel pèseront lourd sur ses épaules. Enfin, une neurochirurgienne de nationalité italienne fera son entrée un peu plus tard cet hiver et émoustillera la gent masculine, les médecins comme les malades, avec sa silhouette de rêve.

En ce qui a trait à la trame sonore, c’est au tour de Martha Wainwright de prêter sa voix aux musiques qui accompagnent les scènes les plus puissantes de Trauma. Comme Ariane Moffatt et Pascale Picard avant elle, l’artiste offrira une relecture bien personnelle de morceaux déjà connus. Des pièces de Daniel Bélanger, Offenbach, Ariane Moffatt, Claude Dubois et des sœurs Kate et Anna McGarrigle, entre autres, seront ainsi réarrangées.

Ce quatrième tour de piste de Trauma, qui compte 10 épisodes, s’enclenchera le mercredi 23 janvier, à 21h, sur les ondes de Radio-Canada. La société d’état a déjà donné son aval à la production d’une cinquième saison.

 

Martha Wainwright prête sa voix à la bande sonore de Trauma

QuébecSpot Média, 9 janvier 2013

La Montréalaise d’adoption succède à Ariane Moffatt et à Pascale Picard pour la création de la trame sonore de cette populaire série télévisée écrite et produite par Fabienne Larouche et diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

C’est à compter du mercredi 23 janvier 2013 que vous pourrez plonger dans l’univers TRAUMA vu par Martha Wainwright en regardant le premier épisode de la quatrième saison. L’interprétation d’Ayoye (Offenbach), premier extrait de l’album à paraître le mardi 26 février 2013, sera rendu disponible au lendemain de la diffusion du premier épisode. Cette méthode de mise en ligne sera adoptée pour toute la durée de la saison, chaque jeudi, vous pourrez vous procurer l’extrait entendu la veille dans l’épisode TRAUMA diffusé à 21h00 sur les ondes de Radio-Canada.

Les chansons de cette quatrième saison, interprétées en français par Martha Wainwright, sont tirées du répertoire d’artistes québécois de renom dont Offenbach, Daniel Bélanger, Claude Dubois, Ariane Moffatt et Mara Tremblay. Martha Wainwright reprend aussi trois pièces de son propre répertoire ainsi qu’une chanson des soeurs McGarrigle qu’elle a, dans ces cas, toutes adaptées à la langue de Molière. Tous les passionnés des intrigues de TRAUMA apprécieront ainsi le choix judicieux des chansons qui vibrent aux émotions de chacun des épisodes.

Martha Wainwright – Ayoye – Disponible le 24 janvier 2013 sur iTunes

Martha Wainwright – Trauma: Chansons de la série télé #4 – Disponible le 26 février 2013 en magasin et sur iTunes

 

Entrevue de Fabienne Larouche concernant la trame sonore de Trauma

Patrick Masbourian, Ici Radio-Canada Première, 7 janvier 2013

http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CBF/PMReseau201301071406_1.asx

 

Contact

nat@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Calendrier

04-24 Kevin Thompson
Café Culturel de la Chasse-Galerie
04-24 Pierre Lapointe
Centre National des Arts, Ottawa, ON
04-25 Pierre Lapointe
Salle Albert-Dumouchel, Salaberry-de-Valleyfield
04-26 Albert
Resto-Pub St-Jacques, St-Jacques
04-26 Ian Kelly
Théâtre Pala Arvida
04-26 Pierre Lapointe
Salle Pauline-Julien, Sainte-Geneviève
04-30 Ian Kelly
Maison des arts
05-01 Ian Kelly
Le club dix30
05-01 Pierre Lapointe
Pavillon Arthabaska, Victoriaville
05-02 Steve Hill
Théâtre Meglab, Malartic
05-03 Ian Kelly
Cabaret Eastman
05-08 Pierre Lapointe
Centre des arts Juliette-Lassonde, Ste-Hyacinthe
05-09 Laurence Jalbert
Centre d'Art La Chapelle
05-10 Annie Blanchard
Théâtre du Monument- Lefebvre

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés