Dossier de presse de Men Without Hats

Q A Men Without Hats' Ivan Doroschuk on New Album, Meeting Carly Rae Jepsen and the Return of New Wave

Evie Nagy, Rolling Stone, 12 juin 2012

Men Without Hats are best known for their 1983 smash "The Safety Dance," followed four years later in the Top 20 with "Pop Goes the World." But this "one-hit wonder with two hits," as songwriter/frontman Ivan Doroschuk describes his Canadian New Wave band, is off to a new start. After some personnel changes and renewed touring in 2011, the band today released Love in the Age of War, its first album in 10 years. Doroschuk spoke with Rolling Stone about universal discontent, meeting fellow Canadian hitmaker Carly Rae Jepsen and getting back in the game that is again welcoming New Wave with open arms.

Love in the Age of War is your first studio album in ten years. What has kept you from recording for so long, and why was this the right time?

I've been a stay-at-home dad for the last ten years, so that's the main reason. But besides the fact that my son was getting old enough to take care of himself, and me wanting to get back into the business, it was hearing "Pop Goes The World" and "Safety Dance" still in the pop culture and commercials and TV shows and movies and whatnot. And also just hearing Eighties influences in new music today. A lot of synthesizers coming back, a lot of big drum sounds. So it just seemed like the moment was right.

I was going to ask you about that because New Wave has come back around to being influential in rock. The new record sounds very much like the Men Without Hats that everyone knows but also very modern. Did this new influence play a role in your production of the album?

Well, first of all, [producer] Dave Ogilvie had a lot to do with the sound. He really brought the classic sound up to date. But the two of us went into this record kind of pretending that we were making it back in the Eighties. We wanted to make a record like a follow-up to [1982's Rhythm of Youth], a son of "Safety Dance," because when I did Pop Goes the World [in 1987], technology had changed. MIDI came in, you know, all the instruments could talk to each other, there were sequencing programs and computers started coming in, so Pop Goes the World was a lot more orchestral than the "Safety Dance" record.

So for this record, we went and pretended that we were working on a 24-track machine, for example, and not the virtual, infinity-plus-one number of tracks that you can get today. We went out and got the old synths that we used back then, we went and got the identical instruments, so it wasn't soft synths, it was really real synthesizers.

In writing the record, what were some of the prevalent themes that you wanted to get across?

I think the first single, "Head Above Water" – it's representative of the album, because that's the kind of thing I wanted to touch on. I've been noticing a general malaise in society, an uneasiness. There's been the Occupy movement … I'm from Montreal originally and I just went back recently and there are student revolts there that have been going on for three or four months. Pretty heavy, too. It seems to be kind of a worldwide thing and everybody seems to be asking themselves questions: What is life all about? Is it really about oil and terrorists and the housing bubble? That's what our life has been reduced to. Everybody's in the same boat. We're all trying to keep our heads above water. We're all trying to pay the rent. We're all trying to keep our jobs. Name me one family that doesn't have family problems. It seems to be this general, worldwide feeling of unrest, that life isn't turning out the way people expected it to. 

Yeah, exactly. But you might as well dance in the meantime.

That's always been our thing. Right from the beginning. It was getting social commentary across while you're dancing. A lot of bands have got the same message, but they transmit it in a different fashion. Sometimes the message gets lost. That's always been my thing with the Hats. It's always been a hardcore pop band.

So what other artists do you listen to?

I've always been a big fan of Seventies progressive music. I still listen to a lot of that. But I try to keep up to date with everything that's going on now, too. I do listen to a lot of the new stuff, a lot of good bands from Montreal, like Arcade Fire and Grimes. And there are a couple in Toronto, Metric is one of them. There's a lot of new stuff that's pretty cool.

Yeah, and a lot of it is coming out of Canada. Have you heard Carly Rae Jepsen?

Yeah, I was hanging out with her the other day.

You were? How did that come about?

Well, Dave Ogilvie mixed her record. I just went to the office for a meeting with him one day and she was there.

What did you guys talk about?

Well, it turns out she's a big Men Without Hats fan.

Many people mostly know Men Without Hats from "The Safety Dance" and "Pop Goes The World." Is there a bigger picture of the band that you think people are missing that you think might come through with this record?

Yeah! Well, we've always been the one-hit wonder with two hits … But we have the greatest bunch of fans! That's one thing that also has been blessing to me. When I went out to tour last year, we had people who had been waiting, in some cases, 25 years to see us. It was so awesome. And these people – they're my best cheerleaders, they're the first ones who are telling people, "You've gotta look beyond ‘Safety Dance.' You've gotta look beyond ‘Pop Goes The World.' There's more stuff there." They're doing a good job with that. There are so many bands out there, I listen to Seventies music, and even in that era, I discover so many bands that it just amazes and it's almost heartbreaking sometimes to see how many people put their life and their heart and their soul into this and never got heard. There are hundreds of records coming out every day now.

Because people can do it themselves now.

Right, that's it, every guy who has a laptop has got a studio, and if they've got a printer, they've got a label. The amount of music and the amount of people that put their life and, like I said before, their fortune, their families, everything into this and in most of the cases – 99% of the cases – never been heard. So for me to be heard, one song is a blessing, twice is just twice as much. Anything else is just bonus for me. That people are still listening to my music 20 years, 30 years later, it blows me away.

So what would you consider success for this record? Are you going for radio or TV appearances?

Oh, the whole thing. As far as it'll take us. I'm back. We're gonna be touring this one and hopefully in the back of the bus on the next tour I'll be writing the next record.

What are your touring plans?

Last year we went out with the Human League and the B-52s and did a few shows with Devo. Both the Human League and B-52s have asked us back this summer to do shows with them. And after that we're doing a Canadian tour, and then we're coming back to the States with Bow Wow Wow in the fall.  

That'll be fun. You just mentioned hopefully writing the next record on the bus. So you have thought ahead to doing a next one?

Oh, yeah! As long as the songs are coming, I'm there. All it took was for me to be back in a band format, back in the Men Without Hats context, the juices started flowing.

 

Men Without Hats: pour la musique ... et le vécu

Philippe Rezzonico, Rue Rezzonico, 6 juin 2012

Le retour sur scène de l’an dernier n’était finalement pas qu’un dernier tour de piste nostalgique pour Men Without Hats. L’année 2012 ramène le collectif dirigé par Ivan Doroschuk avec un nouvel album dont la création est intimement liée à une rupture personnelle et dont le propos s’inscrit dans l’air du temps. Quant à la musique, elle demeure festive. Donc, on peut encore danser si ça nous tente…

Cheveux en chignon, veste de cuir, t-shirt, tête dénudée : l’ami Ivan projette toujours l’image du gars cool de Montréal après toutes ces années. On ne se refait pas. On l’avait constaté le 1er juillet 2011, quand Doroschuk et sa nouvelle incarnation de MWH avaient renoué avec les planches montréalaises lors d’une performance au Métropolis. C’était comme dans le temps, hormis quelques rides supplémentaires.

A cet égard, le disque Love in the Age of War a beaucoup d’affinités avec le passé de MWH Les claviers sont toujours aux avant-postes, la voix grave de Doroschuk a conservé le même timbre grave et reconnaissable entre tous et la mouture sonore se veut résolument dansante, ce qui va séduire autant les anciens amateurs que ceux qui viennent de découvrir ce groupe qui renaît de ses cendres.

Doroschuk n’avait pas caché son intention de réenregistrer de nouvelles compositions pour MWH quand nous lui avions parlé l’an dernier, mais l’élément déclencheur du processus d’écriture a été tributaire de la tournée tripartite qui a réuni MWH, les B-52’s et Human League.

«Les deux tiers des nouvelles chansons, je les ai composées dans le fond de l’autobus, sur mon iPad, lors de la tournée de l’an dernier avec les B-52’s et Human League. On a eu un plaisir fou sur la route. Ça faisait longtemps que je n’étais pas immergé ainsi, dans cet environnement Men Without Hats. Les chansons ont commencé à prendre naissance à ce moment.

«L’autre tiers du disque était déjà pas mal écrit. C’était des chansons récentes, là aussi, mais pas nécessairement des chansons qui étaient écrites pour Men Without Hats. Je travaillais alors sur un autre projet que j’ai abandonné quand j’ai décidé de reprendre la route. Quand les nouvelles chansons ont commencé à prendre forme, je me suis dit que c’était peut-être une bonne idée de récupérer une partie de celles qui étaient déjà composées.»

Le vécu

Love in the Age of War n’est pas un titre fortuit. Tu écoutes Devil Come Around ou Head Above Water et c’est clair que Ivan a connu des moments difficiles. Tu portes attention aux paroles de This War, à celles de la chanson-titre ainsi qu’à Live and Learn, et tu vois que ces chansons n’auraient pu être composées par le jeune Ivan.

«C’est un disque dont les propos sont plus intimes que les autres disques de MWH, confirme-t-il. C’est aussi une affaire de vécu. Ce disque est né après la rupture de mon deuxième mariage. Ma deuxième ex-femme m’a fait réaliser que la vie était bien trop courte pour être malheureux. Pour accepter d’être malheureux… Love In the Age of War, c’est ça.

«Dans Live and Learn, il y a un bout de phrase qui dit « forget and repeat. » C’est ce qui se passe. Malheureusement…

«C’est comme le conflit qui perdure au Québec. Il est né d’une question de droits de scolarité, mais c’est devenu plus que ça. Il y a une crise sociale. Ça me fait beaucoup penser au mouvement Occupy Montréal et tous les autres mouvements du genre qu’on a vu de part le monde.

«C’est devenu un phénomène mondial. Tout le monde se pose des questions. Tout le monde remet tout en question. Le point que je voulais aborder avec Love in the Age of War, c’était un peu ça : quels sont nos buts, aujourd’hui? Quelles sont nos raisons de vivre? Nos préoccupations? Est-ce que c’est le terrorisme? Notre hypothèque? Le pétrole?

Le monde virtuel

Et selon l’artiste, il y a un beau paradoxe tracer entre la réalité et le monde virtuel.

«On est dans une ère technologique fascinante. On a fait acheter à toute une génération quelque chose qui n’existe pas vraiment, qui est dans un nuage… Toutes nos photos, nos films, notre musique, nos souvenirs, nos jeux, nos instruments…. Tout, tout, tout est dans un nuage. Dans le temps, le capitalisme s’exprimait différemment. Tu pouvais montrer ta grosse collection de disques. Là, c’est mon nuage fictif est plus gros que ton nuage fictif…»

Ce qui n’est pas fictif mais bien concret, ce sont les tournées. Les spectacles planifiés ces jours-ci qui ont été reportés à l’automne l’ont été pour une bonne raison.

«On avait quelques spectacles prévus, mais la demande est tellement grande qu’on a décidé de tout déplacer pour faire une tournée canadienne d’un bout à l’autre du pays à l’automne.

«La tournée de l’an dernier, vois-tu, c’était presque un devoir pour les fans qui n’avaient pu nous voir dans le temps. Ils nous voyaient pour une première fois depuis 20 ou 25 ans. Ils venaient avec leurs vinyles, leur t-shirt original et leurs teenagers qui ne connaissaient que notre musique. Comme mon fils de neuf ans, qui ne m’avait pas encore vu sur scène… »

 

Doroschuk says Hatss' new album reflects 'general unease

Brendan Kelly,The Gazette, 3 juin 2012

MONTREAL - Call it the Men Without Hats contradiction.

Listen to the old-school electro-pop band’s new album, Love in the Age of War, the first major Hats release in more than two decades, and you’ll be bopping along to a collection of upbeat, super-poppy, synth-laden ditties tailor-made for Top 40 radio – or at least Top 40 radio circa 1985.

But then you look at head Hat Ivan Doroschuk, and the former Montrealer looks like he’s auditioning for the role of Lemmy in Motorhead.

Earlier this week at a trendy downtown boutique hotel, his long grey hair was tied back in a ponytail, he was sporting a Kiss T-shirt, tight black jeans, a skull-and-cross-bones buckle on his belt, and shiny black combat boots. In short, he didn’t look at all like a card-carrying member of those suave, dressy ’80s electro outfits like The Human League, Spandau Ballet or Haircut 100.

So what’s up with that?

“It’s just the way it is,” said Doroschuk. “That’s what Jessica likes best about us.”

“Jessica” would be Hollywood It Girl Jessica Paré, another former Montrealer who shot to fame and fortune over the past year thanks to her starring role in Mad Men.

Doroschuk hangs with Paré for the very good reason that she goes out with his manager, yet another ex-Montrealer, John Kastner, the former frontman for legendary local punk-pop outfit The Doughboys.

“(She likes) that we’re delivering these pop songs with a f---ing Metallica attitude,” said Doroschuk. “It’s good to keep people guessing, to give people something to think about it. And it’s good when things aren’t what you expect them to be.”

Doroschuk was in good spirits when we met. He’s lived in Victoria for the past decade, and he basically tuned in, turned on and dropped out, as the hippies used to put it way back in the ’60s.

Men Without Hats fell apart in the early ’90s and Doroschuk turned his back on the music milieu altogether. He moved out west, married for a second time and had a kid. (He has since split up with his wife, though they remain close friends, and both she and their 9-year-old son were with Doroschuk in Montreal this week.) He says he hardly played music at all over that period.

In the fall of 2010, he re-formed the Hats, who were founded in Montreal in the late ’70s, and they spent much of the past year touring North America, including a lengthy stint opening for fellow aging electro-popsters The Human League.

Invigorated by the first Hats gigs in ages, Doroschuk began penning tunes on his iPad at the back of the tour bus, and the result is Love in the Age of War, which sounds, remarkably enough, like it was recorded just after the first two Men Without Hats albums, Rhythm of Youth and Folk of the ’80s (Part III). If you dug The Safety Dance, Where Do the Boys Go?, and Antarctica, then you’ll like the everything-old-is-new-again synth-pop of Love in the Age of War.

Doroschuk was happy to underline that Love in the Age of War, which was released in Canada by Montreal label Big Fat Truck Records, is already selling well.

You don’t really think of the Hats as a political band, but they’ve always had a message. At first, it was “You can dance if you want to.” Then, by Pop Goes the World, it was more of a one-world, save-the-Earth thing, and now it’s Love in the Age of War.

Doroschuk arrived back here smack in the middle of the student protests, and it reminded him of the student strikes when he was in high school here in the ’70s.

“It seems like a continuation of the Occupy movement,” said Doroschuk.

“I see a general unease everywhere I go and that’s kind of what the album is about. Love in the Age of War. Like Head Above Water, the first single. I have this feeling we’re all just trying to keep our head above water, to pay the rent, to pay the mortgage. Everyone has financial problems. Everyone is getting laid off. But what do you really need in life? I think one of the main things you need is love. And it’s free. So seek and you shall find. We’re all surrounded by negatives. People think their life is about terrorists and the housing bubble. The unrest here is not so much about the students and tuition fees. It’s a societal thing. People are fed up with everything, just fed up with being stressed out all the time.”

Though he’s happy to see the students in the streets, he says he has no particular urge to move back to his old hometown.

“I love Montreal, but I love warm weather more.”

Several Quebec dates, including a show set for Friday at the Corona Theatre, were recently cancelled. That’s because Men Without Hats will do a full cross-Canada tour in the fall, including a pit-stop in Montreal, says Doroschuk.

Then they head out on the road with – wait for it! – British one-hit-wonder Bow Wow Wow.

 

Si on dansait?

Alain De Repentigny, La Presse, 2 juin 2012

Quand il a ressuscitémen Without Hats avec trois jeunes musiciens l’an dernier, Ivan Doroschuk n’avait pas l’intention d’enregistrer un nouvel album. Il voulait surtout partager avec le public le plaisir de revisiter le répertoire des années 80 des Hats.

Les nouveaux Hats ont donné des spectacles l’été dernier avec d’autres revenants ( Human League, B- 52s, Devo) et, contre toute attente, Doroschuk a pondu de nouvelles chansons qui se retrouvent aujourd’hui sur l’album Love in the Age of War: « J’étais assis dans le fond du car avec mon iPad et mon Garage Band et les tounes ont commencé à venir. À la finde la tournée, j’ai remis l’iPadàmon agent JohnKastner pour savoir ce qu’il en pensait. Il aussitôt appelé le réalisateur Dave Ogilvie. »

Établi depuis une décennie à Victoria, en ColombieBritannique, Ivan Doroschuk n’est plus le jeune musicien montréalais qui a conquis la planète il y a 30 ans: ses cheveux gris et son t- shirt de Kiss trahissent son âge. Pourtant, ses nouvelles chansons ne s’écartent pas de ses succès d’antan avec leurs synthés abondants, leurs rythmes électroniques et cette voix de baryton qu’on reconnaîtrait entre mille.

« C’est ma voix qui m’a donné le goût de recommencer » , raconte le seul rescapé de la trentaine de musiciens qui ont fait partie des Hats au fil des ans. Il explique: « Ma mère, qui a toujours étémon prof de chant, m’a dit que ma voix est plus forte et qu’elle s’est améliorée avec l’âge. C’est ça qui m’a donné le courage de recommencer. »

Pop et Motörhead

Doroschuk et le réalisateur DaveOgilvie ne s’étaient jamais rencontrés même s’ils avaient plein d’amis communs dans le Montréal des années 80. Pendant que les Hats connaissaient la gloire, Ogilvie jouait avec Skinny Puppy et travaillait avec Rational Youth et Images in Vogue avant d’aller réaliser des disques de Marilyn Manson et de Nine Inch Nails.

« Il me donne le son un peu heavy de Men Without Hats, précise Doroschuk. Ça me fait penser à un truc quem’a déjà dit la blonde de mon agent, Jessica Paré ( la star de Mad Men): " Ce que j’aime deMenWithout Hats c’est que vous faites des chansons comme Pop Goes the World mais on dirait qu’elles sont chantées par Motörhead." Dans le fond, c’est la juxtaposition de chansons joyeuses avec un propos plus sérieux. »

Àl’époque, eneffet, Doroschuk écrivait des textes témoignant de ses préoccupations écologistes sur des musiques dansantes. Malgré son titre, et la chanson

This War, le nouvel album est plus personnel.

« À mon avis, c’est l’album le plus intime de Men Without Hats, acquiesce le Hats en chef. Par le passé, mes textes étaient beaucoup plus obscurs et il m’arrivait en les relisant de me demander ce que j’avais voulu dire. Le nouvel album est basé sur les expériences que j’ai vécues mais je voulais aussi toucher les gens comme avec Pop Goes TheWorld et Safety

Dance. À l’époque, les gens avaient besoin d’entendre « you can dance if you want to » . Aujourd’hui, on est tous dans le même bateau, on essaie de garder la tête hors de l’eau et on perd le sens de ce qu’est vraiment la vie. L’album se termine d’ailleurs sur la phrase suivante: « seek and you shall find love in the age of war » , cherchez et vous le trouverez... La vie est beaucoup trop courte pour être malheureux. »

Doroschuk le musicien, lui, n’a jamais été aussi heureux, débarrassé qu’il est de la pression et de l’agoisse qui le tenaillaient il y a 30 ans. Les concerts québécois du printemps qu’il avait annoncés lors d’un gala de Star Académie, où l’accompagnait d’ailleurs Jessica Paré, ont été annulés pour être intégrés à une tournée canadienne prévue à l’automne.

Question pas rapport : son amie comédienne aurait- elle l’ambition de chanter depuis que son interprétation de Zou

bisou bisou a connu le succès que l’on sait dans un récent épisode de Mad Men?

Ivan Doroschuk pouffe de rire: « John Kastner m’a dit: " J’ai essayé toute ma vie d’avoir un succès et c’est ma blonde qui l’obtient à son premier essai!" »

 

Critique: Chapeau! ***1/2

Alain De Repentigny, La Presse, 2 juin 2012

Ces 10 nouvelles chansons de Men Without Hats, auxquelles il faut ajouter la très courte intro de This War, sont venues à Ivan Doroschuk tout naturellement, comme si elles avaient attendu quelques décennies avant de se manifester. Voilà un disque qui plaira aux fans des Hats des années 80, peut- être même à leurs enfants, tellement les sons, les rythmes et le phrasé particulier et la voix de baryton de Doroschuk sont intacts. Le Hats- en- chef n’a pas perdu la touche : pour une Close to the Sun un peu banale, il y a là plusieurs compositions aux thèmes accrocheurs qui donnent le goût de bouger, comme Love In The Age of War, descendante en droite ligne de Pop Goes the World. Doroschuk et le réalisateur Dave Ogilvie ont même volontairement boudé certains avantages de la technique d’enregistrement moderne pour être le plus fidèle possible au son et à l’esprit d’il y a 30 ans. Il y avait là un risque, énorme, de sombrer dans la caricature, un piège qu’évite cet album malgré ses clins d’oeil à la new wave, au disco et au rock progressif. Ne boudez pas votre plaisir.

 

Pop Goes encore The World

Marc-André Lemieux, Journal de Montréal - Cahier Week End, 2 juin 2012

Ivan Doroschuk de Men Without Hats est sorti de sa retraite fermée l’an dernier après avoir constaté un engouement grandissant pour les sonorités new wave des années 1980. Les vieux tubes du groupe montréalais refaisaient surface un à un, à commencer par

Ces mêmes chansons se sont aussi immiscées dans des pubs de Volkswagen, Tide et Fonds de solidarité FTQ.

Pop Goes the World est également devenue un hymne de ralliement pour plusieurs équipes de soccer. « Chaque semaine, des gens du Portugal, du Venezuela et même d’Italie m’envoient des vidéos où on peut voir des joueurs chanter Pop Goes the World dans leur propre langue, affirme Doroschuk. Je suis très chanceux. » Stimulé par cette vague d’enthousiasme, Doroschuk a décidé de relancer la carrière du groupe au printemps 2011 avec la tournée canadienne Dance if You Want Tour. Ont suivi quelques concerts estivaux avec d’autres formations populaires à l’époque : Human League, The B-52s et Devo. « On n’avait pas de nouvel album à promouvoir. On a pu se concentrer sur les greatest hits… ou les greatest hats, comme j’aime souvent dire. C’était la première fois que je faisais quelque chose comme ça. C’était cool. »

Love in the Age of War est né durant cette période. En entrevue, Doroschuk raconte avoir composé la plupart des titres de ce nouveau disque sur la route. « Assez vite, je me suis retrouvé dans le fond du bus à écrire des tounes sur mon iPad avec l’application Garaga Band ! »

LE RETOUR

Lancé sous étiquette Big Fat Truck/Distribution Select, Love in the

Age of War marque le grand retour de Men Without Hats. Pour Doroschuk et compagnie, il s’agit d’un premier album depuis Sideways en 1991 (si on fait abstraction de No Hats Beyond

this Point, un disque autoproduit que seule la garde rapprochée du groupe a dû se procurer). Réalisé par le Canadien Dave « Rave » Ogilvie, mieux connu pour son travail avec Marilyn Mason, Skinny Puppy et Nine Inch Nails, Love in the Age of War a été enregistré au mythique studio Mushroom de Vancouver, où plusieurs groupes comme Heart ont fait leurs premiers pas.

POP SYNTHÉTIQUE

Côté musical, la formation s’aventure en terrain connu sur Love in the Age

of War : une pop synthétique et dansante où les claviers sont rois. « On s’est dit : “Qu’est-ce qui arriverait si on tentait de recréer l’esprit de Safety

Dance Where Do the Boys Go ?”, raconte Doroschuk. On a ressorti nos vieilles machines 24 pistes. Ça nous a forcés à bien choisir nos sons. Parce qu’aujourd’hui, avec le numérique, on peut mettre des millions d’effets. Mais quand on a fait Safety Dance, il y en avait 24. That’s it that’s all ! »

Quant aux textes, Doroschuk indique qu’ils sont moins abstraits qu’avant. « C’est un album beaucoup plus intime que les autres, dit-il. Avant, les paroles étaient souvent floues. Parfois, même moi je ne comprenais pas ce que je voulais dire ! »

Plusieurs chansons du disque, dont le premier extrait, Head Above Water, sont inspirées du deuxième divorce du chanteur et particulièrement de son ex-femme. « Elle m’a fait réaliser que la vie est beaucoup trop courte pour accepter d’être malheureux, expliquet-il. Ça faisait 12 ans qu’on n’était pas vraiment heureux. On restait ensemble pour notre fils... Elle a été assez wise pour mettre un terme à tout ça. Le statu quo, ce n’est pas assez. »

CLIN D’OEIL EN FRANÇAIS

Bien qu’il habite Victoria en Colombie-Britannique depuis une dizaine d’années (« C’est comme la Floride du Canada »), Ivan Doroschuk n’a pas oublié ses racines québécoises. Ce grand fan de musique se rappelle avec bonheur son adolescence passée dans les magasins de disques de Montréal. « J’ai déjà fait la file pendant des heures devant le Phantasmagoria de la rue Du Parc pour que Robert Fripp signe mes vinyles de King Crimson ! », lance-t-il avec le sourire.

Signe que la belle province occupe toujours une place spéciale dans son coeur, la pièce The Girl with the Silicon

Eyes contient un bref passage en français. « On a fait ça sur chaque album. Je ne voulais pas que ça se perde. », souligne-t-il.

Autre connexion québécoise, l’actrice Jessica Paré, qu’il remercie dans la pochette du disque. « C’est la blonde de notre gérant. Elle est là depuis le début du projet », explique Doroschuk.

Love in the Age of War est présentement en magasin. Men Whitout Hats annoncera bientôt des dates de spectacles au Québec.

 

Men Without Hats au temps de la guerre

Hugo Prévost, Pieuvre.ca, 1er juin 2012

L’album tonne comme une bombe. Une bombe des années 1980, faut-il préciser, avec des couleurs éclatantes, un son passé par le tordeur des synthétiseurs, de la batterie électronique et ce petit quelque chose qui ramène à cette décennie si riche sur le plan musical. La formation montréalaise new wave Men Without Hats, immortalisée avec l’éternel Safety Dance et l’album Pop Goes the World, pour ne nommer que ceux-là, reprend une fois de plus du service avec un nouvel opus, intitulé Love In The Age of War. Trente ans après les débuts du groupe, Men Without Hats a encore du mordant, pour notre plus grand plaisir.

L’amorce commence tout d’abord par surprendre; loin des guitares électriques des deux précédents disques, on replonge plutôt dans la bonne vieille pop électro des années 1980, le style qui a fait la renommée du groupe. Et puis, petit à petit, les synthétiseurs et les rythmes faisant penser à ce fameux vidéoclip tourné au Pays de Galles pour Safety Dance commencent à charmer l’auditeur. Rien de plus facile, par la suite, de se rendre compte qu’Ivan Doroschuk, le chanteur et l’un des membres fondateurs du groupe n’a pas perdu de sa verve, ni de son énergie.

Il a bien sûr pris de l’âge; ses cheveux ont grisonné, son visage est un peu plus ridé, mais il a encore tout du musicien, peut-être même jusqu’à l’amusante caricature avec ses grandes lunettes fumées, sa veste de cuir et son t-shirt de groupe rock lors de son entrevue accordée à l’Hôtel OPUS, à Montréal.

Dans un excellent français malgré les 10 années passées à Victoria, où il vit désormais, M. Doroschuk explique que l’inspiration du nouveau disque lui est venue lors de la tournée effectuée l’année dernière. « Le projet que j’ai lancé en début d’année passée était uniquement un projet de tournée, on ne pensait pas du tout à faire un album. Pourtant, quand je me suis retrouvé dans l’autobus, avec mon iPad, j’ai commencé à écrire des chansons parce que j’étais immergé dans le cadre de Men Without Hats », dit-il.

Ledit iPad s’est ensuite retrouvé entre les mains de son gérant. « C’est venu naturellement… c’est quelque chose que j’apprécie d’autant plus parce que ce n’était pas forcé. J’avais surtout hâte de revenir dans le métier, de faire des spectacles. » D’autant plus, précise-t-il, qu’il était « mère au foyer » depuis 10 ans chez lui, à Victoria. « Musicalement, je n’ai rien fait depuis 10 ans, alors ça me démangeait de revenir dans la game. C’est le fait que les chansons circulent encore dans le contexte pop, et que plusieurs pièces que j’écoute à la radio comportent des influences des années 1980. »

Love In The Age Of War est d’ailleurs un disque à connotations personnelles. Le chanteur y parle de son vécu, de ses émotions, et y ajoute même un petit quelque chose de Montréal : « Nous avons mis du français dans les textes à plusieurs reprises », confie-t-il, sourire aux lèvres.

« Ce que nous avons fait consciemment, en réalisant l’album, c’est se dire que nous aurions pu présenter la continuation du son des deux premiers albums, demeurer dans cette veine pop.« 

Mission accomplie, d’ailleurs, puisque non seulement le son pop se distingue fortement de ce qui existe actuellement sur le marché musical, mais parce que Men Without Hats réussit ainsi un retour plus qu’intéressant sur la scène culturelle après une absence de neuf ans, et même plus pour les amateurs provenant d’ailleurs qu’au Canada, les deux derniers disques n’étant sortis qu’au pays.

Love In The Age Of War est un retour aux sources qui soulage; nombreux, en effet, sont les groupes âgés d’une dizaine d’années ou plus qui tentent un retour pour finalement se casser le nez avec un résultat bien en-deçà des attentes. Nulle finalité semblable ici pour Men Without Hats, qui réussit à « faire du neuf avec du vieux », si l’on permet l’expression.

Une tournée est bien sûr prévue pour ce nouveau disque; les dates ne sont pas encore établies, confie Ian Doroschuk, mais Montréal figurera certainement sur la liste des arrêts du groupe. Après tout, impossible de revenir à ses racines musicales en oubliant le terreau d’accueil dans lequel elles ont pu plonger pour la première fois.

 

Dansez encore!

Annie Lafontaine, 7 jours, 1er juin 2012

En 1983, Men Without Hats a remporté un succès monstre grâce à Safety Dance. Même si le groupe québécois a connu moins de succès par la suite, il n'est jamais tombé dans l'oubli. Et, plus de 25 ans plus tard, la formation est prête à reconquérir la planète avec un septième disque, Love in the Age of War!

Le leader et seul membre original du groupe, Ivan Doroschuk, n'a jamais été bien loin de la musique. Il a, d'ailleurs, lancé un album solo en 1997, The Spell. Mais, depuis 10 ans, il se consacre à une nouvelle vocation qui le comble tout autant que la musique: celle de papa. Avec les reprises de Safety Dance et de Pop Goes the World un peu partout dans la culture pop américaine, notamment dans les séries télé Les Simpson, Family Guy ou Glee, Ivan a senti l'appel du retour. «Il y avait cet engouement nouveau pour mes chansons et les années 80 en général; en outre, mon fils était à un âge où il pouvait commencer à prendre soin de lui-même, explique le Montréalais. le moment était donc propice pour faire un come-back. Et ça me dérangeait de revenir sur scène. L'an dernier, j,ai remarqué, au cours de la tournée Dance If You Want Tour, et aussi des tournées américaines des groupes The B-52's et The Human League, que les gens avaient beaucoup de plaisir réentendre nos cahnsons. Dire que certaines personnes attendaient de nous voir en spectacle depuis 20 ans! C'est fou!»

Un retour aux sources

C'est tout aussi fou que le succès planétaire que la formation a connu dans les années 80. Mais, quand on lui rappelle cet exploit, Ivan, qui habite maintenant Victoria en Colombie-Britannique, mais qui s'exprime dans un français impeccable, reste humble: «Il y a du talent au Québec; on n'a qu'à penser à Céline Dion ou au Cirque du Soleil. Montréal n'est pas un endroit où il est difficile de sortir. Moi, mon héros, c'eacute;tait Gino Vannelli. Il nous a montré qu'on pouvait percer à l'échelle internationale.» Est-ce que le fils d'Ivan, aujourd'hui âgé de neuf ans, se rend compte à point son père est une star mondiale? «Oui! Il a découvert Men Without Hats par la version que Crazy Frog a donnée de Safety Dance, explique Ivan. Il veut être dans le groupe depuis ce moment-là!» Il est monté sur scène avec nous à Las Vegas pendant qu'on jouait Safety Dance. Çà été un grand moment pour moi!»

Quand on compose un classique comme Safety Dance, il n'est pas toujours facile de vendre par la suite de nouvelles pièces. Justement, avec Love in the Age of War, réalisé par Dave Ogilvie, qui a notamment travaillé avec Skinny Puppy et Marilyn Manson, Ivan a voulu recréer l'énergie si typique de Safety Dance et du premier disque du groupe Rythm of Youth. «On a ajouté sa touche moderne», précise Ivan. Moderne ou pas, malgré le passage de décennies, Men Without Hats a su prouver qu'il était indémondable. Aujourd'hui, Ivan promet que ce retour est définitif. Et nous, nous danserons encore!

 

Critique

Patrick Baillargeon, Voir, 31 mai 2012

En général, quand un groupe se reforme après plusieurs années de silence et propose un nouvel album, ce n’est pas aussi bon que lorsque ledit groupe était à son apogée. Les Men Without Hats ne font pas exception à cette règle. Ce premier album en dix ans ne dévoile rien de neuf. La formation électro-pop montréalaise, toujours menée par un Ivan Doroschuk encore bien en voix, propose la même formule qu’elle préconisait durant la première moitié des années 80, un peu comme si le groupe donnait suite à Folk of the 80’s. Les chansons de Love in the Age of War sont pas mal toutes construites à partir du même moule, les unes ressemblant aux autres. Ce n’est pas vilain, il y a quelques morceaux assez accrocheurs, mais c’est hélas un peu quelconque.

 

Men Without Hats nous offre un peu de douceur dans ce monde de brutes

Christelle Lison, QuébecSpot Média, 29 mai 2012

C’est en 1977 que Men Without Hats, ce groupe new wave canadien, voit le jour à Montréal. Trente-cinq ans plus tard, la formation a connu une trentaine de membres. Voilà un arbre généalogique bien garni me direz-vous. Mais pendant toutes ces années, le compositeur des chansons a été fidèle à son groupe. Et Ivan Doroschuk a une fois de plus trouvé l’inspiration pour nous offrir un nouvel album. Il m’en a parlé avec passion.

En offrant Love In The Age of War, Ivan Doroschuk n’avait qu’une seule chose en tête: le plaisir. « Nous avons eu beaucoup de plaisir à faire cet album et les premières réactions des gens nous montrent qu’ils prennent beaucoup de plaisir à l’écouter ».

Pour que le plaisir soit maximal, Ivan Doroschuk était convaincu qu’il fallait proposer aux gens un album qui les sorte de leur quotidien. « Aujourd’hui, j’ai l’impression que l’on est en train de perdre le sens de la vie », me dit-il. « Entre les guerres, les crises financières et les taux hypothécaires, nous avons un peu perdu le feu sacré. Peut-être que mon message est un peu cliché, mais je pense qu’il faut toujours chercher le positif. À l’heure actuelle, tout le monde essaie de garder la tête hors de l’eau. Je me rends compte que le malaise est mondial. En arrivant à Montréal ce matin, je réalisais combien cet album est d’actualité dans la crise qui secoue le Québec. Je crois sincèrement qu’aujourd’hui, il devient difficile de voir le fruit de notre labeur parce que le capitalisme nous vend des choses qui n’existent pas. Et ça, je pense que cela doit changer ».

C’est par la musique que Men Without Hats souhaite faire bouger les choses. Et pas n’importe quelle musique! Celle des années 1980. « On voulait vraiment que l’album sonne rétro », m’explique avec fierté Ivan Doroschuk. « On a imaginé que l’on travaillait sur du matériel des années 1980 et qu’on était limité. Cela nous a demandé un certain effort, mais c’était vraiment une très belle ambiance de travail. Finalement, on propose presque un produit artisanal, mais version 2012. Et nous sommes vraiment contents du résultat ».

Ce qui a donné l’impulsion pour ce nouvel album, c’est la tournée Dance If You Want Tour 2011. « Tout cela a commencé par une simple tournée. On voulait juste faire des spectacles. Et puis finalement, au fond du bus, sur mon iPad, j’ai commencé à écrire. À la fin de la tournée, j’avais quelque chose. Je l’ai montré à mon gérant et voilà! C’était le début de Love In The Age of War. Tout cela s’est fait très naturellement et je suis très content que cela se soit passé comme ça ».

Maintenant que l’opus est sorti, Men Without Hats compte bien le présenter au public. « À l’automne, nous allons faire une grande tournée canadienne. Et à l’hiver, ce sera à travers les États-Unis », souligne Ivan Doroschuk. Ce sera alors l’occasion pour le public de découvrir le nouvel album de la formation montréalaise, mais aussi de revivre ses grands classiques comme Safety Dance (1983) et Pop Goes The World (1987). Ce qu’Ivan Doroschuk espère de cette tournée, « c’est qu’elle soit aussi productive en termes d’écriture que la précédente », me dit-il en plaisantant à peine.

 

Critique CD: En grande forme

Éric Aussant, Journal Métro, 25-27 mai 2012

Près de 30 ans après l'immense succès The Safety Dance, Men Without Hats est de retour avec de nouvelles chansons. Et la tête d'affiche du groupe, le Montréalais Ivan Doroschuk, est en grande forme. Sa voix n'a pas pris une ride et il sait encore écrire de bonnes chansons pop accrocheuses. Cela donne un disque intéressant, du début à la fin. Toutefois, les arrangements auraient gagné à être plus travaillés, histoire de rappeler que la technologie a évolué depuis 1983. Moments forts: Live and Learn, Love in the Age of War, Your Beautiful Heart et The Girl with the Silicon Eyes - avec un passage en français.

 

New music May 22: John Mayer; Men Without Hats; Slash; The Cult; Cold Specks

Mark Lepage, The Gazette, 23 mai 2012

[...] Like some, I recall the dwarf. I remember the maypole, the fox and the lute. Ah, the lute. But it's 2012 and The Safety Dance is as bygone as a... no it's not. It’s everywhere. It’s eternal. It’s a keyboard cookie in your mental hard drive, and the Men Without Hats comeback is as perfectly timed as that synth riff. Devil Come Round and Head Above Water reboot the blithe ’80s coding. Everybody Knows, with Ivan Doroschuk’s necessarily unashamed baritone and yelpy accents, is a hit. Literally half the songs sound like hits, assuming those formalized keyboard/synth figures can drive the tunes into public consciousness. Dave Ogilvie’s production captures this in amber and refines it. The naïf quotient remains, but is suffused with the melancholy of three decades hence. Poised, propitious, paternal, it’s the sound of a synth-popper with a maddening sense of melody trying to reach the kids beyond his keyboard cage to tell them: Be peaceful, be safe. It’s the Daddy Dance. Go Ivan. Four stars out of five

 

Men Without Hats POP le monde à nouveau

QuébecSpot Média, 24 avril 2012

La formation montréalaise Men Without Hats fait revivre la pop synthétique typique des années 80 grâce à la sortie de l’album Love In The Age of War. Disponible dès le 22 mai prochain, les claviers et les synthétiseurs seront à l’honneur sur ces nouvelles créations du leader de la formation, Ivan Doroschuk.

Au terme de la tournée américaine en compagnie des groupes B-52s et The Human League l’an dernier, Ivan entrait en studio afin d’enregistrer du nouveau matériel. Entouré de son frère Colin Doroschuk aux harmonies vocales, Lou Dawson au clavier ainsi que James Love à la guitare, le leader du groupe a décidé de délaisser le rock plutôt présent sur son dernier album et de revenir au son vintage des années 80.

Le new wave reprend vie grâce au premier extrait Head Above Water, maintenant disponible en radio et suriTunes. Déjà diffusé sur les ondes de CHOM ce weekend en avant-première, la chanson donne le ton à Love In The Age of War, album qui signe le grand retour des Hats sur disque!

À propos

Men Without Hats est un groupe new wave canadien formé à Montréal en 1977. Avec leurs tubes Safety Dance (1983) et Pop Goes The World (1987), la formation s’est fait connaître à l’échelle internationale. Une nouvelle génération a pu récemment se connecter avec les Hats grâce à des publicités, films et émissions télévisées telles que Glee, Family Guy et The Simpsons. Selon le chanteur, Safety Dance a même servi de chanson de ralliement au soccer. Grâce à ces nouveaux admirateurs, Ivan Doroschuk a décidé de relancer la carrière du groupe en 2011, reformant Men Without Hats pour la tournée Dance If You Want Tour 2011.

 

Men Without Hats returning with new album Love in the Age of War

Brendan Kelly, The Gazette, 23 avril 2012

As mentioned in this very space almost exactly a year ago, Men Without Hats are back in business. Former Montrealer Ivan Doroschuk – who now resides in sleepy Victoria, B.C. – reunited the ’80s electro-popsters last year, playing a buzzed-about gig at South by Southwest in Austin in March of 2011, touring Canada a few weeks later, and then hitting the road in the U.S. with the B-52s and The Human League – only the latest proof that the ’80s aren’t just back, they’re taking over the world!

Now the band is set to launch its first major release since Sideways ways back in 1991. (There was the self-released No Hats Beyond This Point in 2003 but no one other than close family noticed that one.) Love in the Age of War will be available for download and physical sale on May 22 and the lead-off single, Head Above Water, is hitting radio – and iTunes – this Tuesday.

For an advance taste of this ultra-catchy old-school new wave dittie – which most definitely has echoes of Safety Dance and Pop Goes the World – go to the official Hats Facebook page and you can give it a listen (or rather give its CHOM premiere a listen!).

The album was recorded with some help from Ivan’s brother Colin Doroschuk on backing vocals, Lou Dawson on keyboards and James Love on guitar. It was produced by Dave Ogilvie of Skinny Puppy and Marilyn Manson fame.

The Hats will also be playing a few shows ’round these parts, including a gig at the Corona Theatre June 1.

Check out Ivan Doroschuk on Star Academie a few weeks back.

 

Les fans des années 80 vont être servis!

Nicolas Pelletier, En musique, 17 avril 2012

[...] Le mois de mai se termine avec l’ultime band des années 80 : MEN WITHOUT HATS. Eh oui, Ivan Doroschuk a décidé de reformer son groupe pour la ixième fois et d’attaquer les scènes du grand Montréal à savoir le 29 mai à Laval, le 31 mai à Brossard puis le 1er juin au Théâtre Corona. Rappelons que les Men ont été les premiers artistes montréalais à « scorer » un hit numéro un dans plus de 19 pays avec l’hymne Safety Dance (1982). Le groupe disparaît après quelques tubes mineurs pour réapparaître en 1987 avec l’album « Pop Goes the World » dont seront issues quelques bonnes chansons (dont Moonbeam, On Tuesday et la pièce titre qui fut  #1 en Australie). Cinq ans plus tard, Doroschuk débarque avec un band rock solide et un album grunge : « Sideways ». On verra sur scène de quoi a l’air le nouvel album du groupe, intitulé « Love in the Age of War », lancé en mai. [...]

 

Men Without Hats en tournée au Québec

Marc Gadoury, Showbizz.net, 5 mars 2012

Men Without Hats remontera sur la scène et le groupe visitera quatre villes au Québec ce printemps.

Ivan Doroschuk et ses comparses s'arrêteront d'abord à la Salle André-Mathieu, à Laval, le 29 mai prochain. Le 31 mai, ils seront à L'Étoile Banque Nationale, à Brossard. Le 1er juin, le groupe donnera un spectacle au Théâtre Corona, à Montréal. Puis, le 3 juin, Men Without Hats offriront une performance sur la scène du Capitole.

La formation montréalaise, formée en 1977, s'est fait connaître avec son succès «The Safety Dance» qui a été numéro un dans une vingtaine de pays en 1983.

Les billets sont en vente maintenant.

 

Audio • Vidéo

98,5, On aura tout vu, 2 juin 2012
http://www.985fm.ca/audioplayer

Pieuvre.ca, Entrevue intégrale, 1er juin 2012
http://soundcloud.com/pieuvre-ca/entrevue-men-without-hats

Radio-Canada, Pénéloppe McQuade, 31 mai 2012
http://www.radio-canada.ca/widgets

Journal de Québec, 31 mai 2012
http://www.journaldequebec.com/videos

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés