Dossier de presse de Santa Teresa

The Ups and Downs of a Young Festival - Three Days in Santa Teresa

Darryl Block, Addicted, 13 juin 2018

Day 1: Feist

On Friday, May 19, the Montreal suburb of Santa-Therese, Quebec, became the backdrop for the sophomore edition of the Santa Teresa Festival. The short downtown strip was gated off and invaded by festival goers from the surrounding region; every historic cul-de-sac and alley packed with gaming areas of hipsters playing ping-pong and informal mid festival dance parties while a long line extended 50 feet from the entrance of the towering Sainte-Thérèse-d’Avila de Blainville – an 18th century cathedral at the end of the downtown strip. The line that stretched across the church property and sprawled onto the sidewalk as early as 7:00pm was formed in preparation for Friday’s special act, a performance by Leslie Feist scheduled to begin two hours later, in the intimacy of the small capacity stone and stained glass sanctuary.

[ • • • ]

Feist’s performance would prove well worth the wait as she would play an almost two-hour set, covering everything from her 2017 album Pleasure, to Broken Social Scene tracks with guest BSS members, to new interpretations of her classic repertoire of Mushaboom, and Gatekeeper.

In a space edged by pillars and presided over by a large crucifix, Feist broke through the opulence with casual charm and the frenetic energy of her performance; one which verged on the ecstatic during her rendition of A Commotion. This song brought the audience to its feet to the base of the altar, surrounding Feist, as she made her frenzied way through them. Feist transformed the Romanesque atmosphere that initially stifled the audience into an obsequious pew-seated silence into something exultant and communal that did not falter until the 11pm noise curfew brought the evening to an end. The aftermath of Feist fans pouring out into the downtown street overrun by stumbling intoxicated revellers struggling to prolong the night in a festival grounds that was rapidly reverting to a quaint village.

Day 2: The Rain

The second day of the festival promised an ambitious lineup for a small town festival, featuring Milk & Bone, Alice Glass, Wolf Parade, July Talk, and Nick Murphy aka Chet Faker. The forecast, which called for rain proved accurate, but did not deter the crowds who had perhaps read the festival website’s assurances that the outdoor shows would take place rain or shine. However, at 5:00pm, when Alice Glass was scheduled to perform, the Main Stage, an outdoor stage situated in the town square stood empty, as damp music fans scurried between archways or stood soaking in the rain outside of the small bar venues that housed the smaller acts. It was soon announced that Alice Glass would be relocated to a smaller venue. However, in the end, Glass canceled her act. This cancellation would be the first for the day but Main Stage acts, Her and The Voidz would soon follow suit. The festival did succeed in relocating Wolf Parade to Le Montecristo, but the venue proved far too small for the act and many fans were turned away disappointed and damp. Some crowding into a discount vintage shop to search for warm clothes.

The disastrous day was quickly turning to night before Canadian rock sensations, July Talk, took the stage. Their swaggering theatrics fed by the rain as it flew off them in sprays as they pitched and careened across the stage. This energetic spectacle has become the trademark of the hardworking band. It was on full display on this torrential day in Sainte-Therese during their singles, Push+Pull, and Gentleman. These songs drew some cheers and dancing from the sodden audience as Peter Dreimanis stalked and Leah Fay sprawled across the wet stage.

As July Talk wrapped up their act, the rain cleared. The stage was quickly mopped in preparation for the headliner, Nick Murphy, the new moniker of the subdued Australian DJ formerly known as Chet Faker. Having abandoned the basic set of tables and keyboards from his solo act in exchange for a full backing band, and simplistic rhythms and melodies for more complex song structure, Nick Murphy, the lead singer, is now better outfitted for a main stage or an arena than his former incarnation. A lot of depth and bombast were added to the act but some of the humble intimacy was lost. The show was well received but short-lived as the rain delay left him only 35 minutes to get the crowd dancing. 

Day 3: Wrapping Up

As bands began playing on the final day, the festival in many ways represented everything you could ask for in a music festival; the sun was out, the grounds were packed, and the signature cocktail, the Santa Soda was pretty good and, most importantly, the music, for the most part, was excellent.

The ethereal tones of UK producers, Mount Kimbie opened the early afternoon on the main stage. Their low-key grooves acted as a comfortable entry point for the die-hard fans who jockeyed for a position in the front row. Many of these diehards would maintain this position for the rest of the day, sweating it out in the hot sun to ensure their spot for the festival headliner.

Mount Kimbie was followed by explosive Montreal institution, post-rap group, Dead Obies, whose infectious energy got the crowd moving and shouting. The Dead Obies, a cast of 5 Montrealers formed in 2011  produce a quintessentially Montreal Franglais post-rap, a fun mash-up of English and French hip hop. A highlight of the day was pop singer Abra, who took the stage in a t-shirt and fishnets, to enthrall the crowd with her sultry voice and R&B vibes. This act was followed by Ghostmane, whose angst-filled shrieks and repeated attempts to form a murderous rage pit stirred the crowd up to a pitch.

Following Ghostmane, events took a turn reminiscent of Saturday’s scheduling missteps but were more aptly handled. Hip hop artists Trippie Redd and Ski Mask The Slump God cancelled but were smoothly replaced by another Francophone hip hop artist, Loud. UK-based electropop duo, Oh Wonder, played next as the set up band for the headliner as twilight fell. They were predictably excellent, hitting all the right notes and playing all of their crowd pleasing singles.

As night fell during the moments leading up to the main act, people slouched over the front rail in exhaustion after a long day of sun and dancing but refused to relinquish their spot for the closing act. A 9:30 past, the time for headliner, Lil Uzi Vert, there was no sign of the performer and no news on the festival app. Minutes passed as the crowd, who had been waiting all day to see Lil Uzi Vert, went from restless to aggressive. Though they had begun by cheering for Lil Uzi, soon they began shouting angrily and giving the finger to the stage. The festival responded by passing out free water bottles to the front rows, which temporarily mollified them. But as the time passed, the full bottles were thrown back at the stage and security guards in protest. After over an hour of waiting, an audience member hurled a lit firecracker into the stage area, which exploded and sent security shuffling out into the crowd to try to find the culprit. This antagonism continued to grow until two hours had passed when the festival finally notified crowds through the festival app, that Lil Uzi Vert had been delayed by customs and would not be playing. The app stated that affected parties would receive a refund and the crowd should move respectfully out of the area. Unfortunately, this request only seemed to enrage the tired fans, many of whom vaulted over the barriers, rushing the stage and toppling expensive sound equipment and municipal property.

Three days after the festival closed, the Santa Teresa Festival Facebook group posted the refund procedure– and a plucky promise to “see you in May 2019. ”

While the convergence of weather unpreparedness, artist cancellations, and the mishandling of a crowd turned savage may easily become the story of the sophomore effort of the Santa Teresa Festival – it should not define it. Most of these failures are not uncommon to new music festivals and may be worth forgetting as the festival returns, given the speed at which the organization self-corrected and offered compensation.

What will be remembered are the wonderful, singular experiences: an intimate Feist show in cathedral, a raucous July Talk show in the rain, and an eclectic and ambitious lineup in a historic and beautiful Francophone city.

 

REPORTAGE

Denis Lapierre, TVBL, 7-8-10 juin 2018

 

Photo Gallery : Santa Teresa Festival

Coralie Daigneault, Ic3ymag Blog, 30 mai 2018

https://www.ic3ymag.com

 

ENTREVUE

Marjorie Vallée, IHeartRadio Canada-français, 30 mai 2018

Invitée : Klo Pelgag

 

Our Santa Teresa Experience

Coralie Daigneault, Ic3ymag Blog, 30 mai 2018

A short drive or metro ride out of downtown Montreal is where the town of Sainte-Thérèse held the second edition of Santa Teresa Festival from May 18 to 20. Three days filled with a variety of musical artists and bar hopping. This gathering has become the start of festival season here in Montreal and a place where you can finally see the people you’ve been following on Instagram for months in person! The main street is closed off, venues are too small to hold the actual amount of people who should be seeing an artist (ex. Milk & Bone at Bar Le Cha Cha) so, what you get is everyone gathering in the street drinking, waiting for the next show to begin or for one to clear out so they can get a spot. As I said, this is a three day festivity so I will walk you through our Ic3y experience from the Friday to Sunday. 

[ • • • ]

Curious and bored, our Ic3y team (Mathieu and myself) decided to take the metro to Santa Teresa quite early on Friday (which is a very convenient way to get there). The festival team were still prepping the activity and merchandise booths along the street when we first got there late afternoon. Since no shows started before 5pm that day, we decided to replenish ourselves at Prohibition bar before the place got too full with business during the weekend because of its place in the heart of the action. The first gig of the night for us was Mort Rose. The four french rock boys from Montreal were full of heart and joy. Lighthearted jokes and songs about sex is what best describes their ‘brand’ from this first impression. They are definitely making their mark here in Quebec and we can’t wait to see what they have coming next! After that show, we slowly made our way to the Église Sainte-Thérèse-d’Avila for the brilliant Feist. Despite our placement in the church which gave us a great view of a beam, Feist’s voice was beyond magical and her engagement with the crowd in this unconventional festival venue was the sweetest to witness. We ended the first night walking further out into the town to the Association Portugaise that lead us to a wedding looking hall for Essaie Pas’ set. Something interesting about Santa Teresa is the variety of genres you can listen to in one day; we went from rock to indie to finish off with some electronic from Essaie Pas’ newly released album. 

Saturday was a mess. The cloudy day seemed to start off fine with CRi as the first act on the outdoor stage. Nothing, nowhere then followed and that was about it for a few hours since the downpour would not stop. The festival tried to relocate Her and Alice Glass into indoor venues but they both got cancelled, Alice Glass being one of the biggest disappointments for fans that day sadly. Wolf Parade got moved to Le Montecristo, a venue way too small to hold a band with a great following. I think that my greatest disappointment of the day, which is in no case their fault, its The Voidz being cancelled. No attempt, at least in our knowing, was made to relocate the show that so many people from out of town traveled to come see. The band members were sweet enough to stay in the rain to meet and reassure fans despite the misfortune of the event. Hopefully we will be seeing The Voidz soon enough! Things picked back up late in the evening as July Talk performed in the rain. This was our first time seeing the Canadian legends perform and it hopefully won’t be the last. Their musicality, stage presence and everything they stand for is so captivating and impressive. They were probably our favourite performance of the weekend. That same night, Langston Francis, Sophia Bel and Milk & Bone (a solid lineup) were all playing at Le Cha Cha which we unfortunately couldn’t get into due to the space being over capacity. Instead, I finally got to see the Saint-Lambert rock band Zen Bamboo. Their coolness, dark and real lyrics along with a steady amount of shredding made their performance one of my favourites and I can’t get their songs out of my head. Our night then continued to discover the punk rapper Clyde Forest. He was nothing but smiles and energy during his set, seeing an artist have genuine fun on stage is always refreshing to watch. With all these gigs, we missed Nick Murphy (Chet Faker) and went back to that hall to indulge in Jaques Greene’s electronic universe. Overall, yes Saturday was messy and cold but we still got to see a decent amount of shows. We do think the festival could’ve prepared better in case of rain and accommodating the fans. So,  hopefully they will review their strategies for this mishap and take precautions for next year! 

The last day was a huge contrast to the last two days. The sun was out and hot, the outdoor stage was packed with artists and fans. If the whole weekend would’ve been that nice, the festival would’ve had so much more praise. Sunday was the day destined for rap artists. With Ski Mask the Slump God and Trippie Redd cancelling the day of due to issues at the border, local favourite Loud was moved to the outdoor stage. We saw Mount Kimbie, a discovery for me and I fell in love with that band. ABRA was hands down the most fierce performer of all, she’s just too cool. Then the rap queb, dare I day legends? Dead Obies performed for the first time as five piece instead of a 6…Yes, Yes Mccan is no longer a part of them. It was interesting to see how they reworked their set and to see VNCE (the beat maker) step up and sing during their hit 'Explosif'. The boys have new music on the way and many more festivals to play, I am intrigued to see what and how they will be proceeding with this change, it seems good so far! We then missed Ghostmane to go chat with up and coming Sony Music artist, the sweet Langston Francis. After seeing him partying it up with his crew the night before, we got to chat about his journey as a young artist, his upcoming music and much more which will be revealed in our interview coming soon!

Back to the main stage, as mentioned before, to see Loud. This was our fourth time seeing the rapper this past year and it never gets old. His attitude and confidence may come off as cocky but his songs and stage presence makes it all endearing and always a good time. Once again there was no chance of entering Le Cha Cha for Hubert Lenoir, Lydia Képinski and others but at least our faves, Ragers were playing. With new music on the way, the four piece kept it smooth and cool while performing old and new electronic pop-rap based songs with live sound from their guitars and drums. Its always a pleasure to see them live, their energy is undeniable. All this to lead to the moment that had Quebec talking, Lil Uzi Vert. I personally just wanted to take photos of this rapper then go see (SANDY) Alex G. After waiting over an hour for the rapper to show and with no updates from the festival, fans were getting aggravated and so were we (all the photographers). There were so many other gigs that night that would’ve been awesome to shoot but since Lil Uzi Vert was the main event, we all stuck it through until curfew. The Ic3y team thankfully didn’t stay to witness the riot, so we can’t comment on that but we do want to say this: knowing that the headliner had previously cancelled shows in Montreal for whatever reason, wouldn’t a smart thing to do is get a backup act in case one doesn’t show? They had Loud instead of the other two acts that cancelled which is better than nothing. As a festival promoter wouldn’t you rather disburse money for another act in case anything happens instead of paying back hundreds of fans who were disappointed and talked down on the festival for the following days? Just a thought. We hope Santa Teresa will rework their formula and improve their system for their 3rd edition next May! 

 

ENTREVUE

Union, 30 mai 2018

Invitée : Lydia Képinski

https://soundcloud.com

 

ENTREVUE

Marjorie Vallée, IHeartRadio Canada-français, 29 mai 2018

Invitées : Milk and Bone

 

ENTREVUE

Marjorie Vallée, IHeartRadio Canada-français, 28 mai 2018

Invité : Loud

 

ENTREVUE

Marjorie Vallée, IHeartRadio Canada-français, 26 mai 2018

Invitée : Lydia Képinski

 

ENTREVUE

Marjorie Vallée, IHeartRadio Canada-français, 25 mai 2018

Invité : Hubert Lenoir

 

Santa Teresa Music Festival - Noteworthy Second Edition

Jano Lapin, 25 mai 2018

Festival Santa Teresa located in the charming town of Saint-Therese, thirty minutes North from Montreal, is a three-day music celebration that took place from May 18-20, 2018. Being my first time in Saint-Therese, I was not sure what to expect and what I discovered is a town perfectly set-up for a festival with a quaint European city feel.

The festival was structured that there were shows all across the downtown area of Saint-Therese, in various indoor and outdoor locations, including churches (unusual but it worked!). The beautiful part of the festival is that it also included some free shows, which attracted a wide crowd range including many locals. A part that I enjoyed was that you could have a bite and a drink at a local restaurant and enjoy the shows from their outdoor terrace. It created a unique experience with some similarities to the setting of the Montreal Jazz Festival.

[ • • • ]

One of the most memorable shows that took place in the main Saint-Therese church was Feist’s highly anticipated show – and she definitely did not disappoint. She performed a series of ballads that tied in perfectly with the lovely setting. It was memorable, to say the least, she knew how to work the crowd and made a gracious effort to speak to us in French throughout the show.

Other shows to highlight throughout the weekend included the amazing band Stars, Nick Murphy, Wolf Parade, Oh Wonder, Trippie Redd, Ski Mask The Slum God, and many more. A few unfortunate disappointments over the weekend were the cancellation of The Voidz, starring Julian Casablancas, due to weather conditions, as well as Lil Uzi, due to problems encountered at the Canadian Boarder.

All in all, have to say I would definitely be happy to return to Santa Teresa next year. Hugely recommended, a well-organized festival in a lively town, a great way to kick off the summer in the Quebec region. 

 

ENTREVUES

Mélodie Lamoureux, Journal de Montréal, 25 mai 2018

http://www.journaldemontreal.com

 

The Festival Season Opener : The Santa Teresa Festival and the Power of Love

Sabine Demosthenes, The Chronicle, 25 mai 2018

This past weekend was such a nice weekend.

It was something we actually needed with all of the bad news we have been getting and the state of this world lately.

For some of us, we witness this weekend the power of love (I just love Reverand Curry).

For others, they meditate on how we can make this world a better place.

And for the young at heart, they dance the night away at the best music festival on the North Shore of Montreal, the second edition of the Santa Teresa Festival.

I pretended I was still a young twenty-something ingenue this past Sunday; trying to act cool like in my twenties with the young folks but, my age betrays me. I still manage to party like it was still 1999 (my favorite sentence).

[ • • • ]

The atmosphere was electrical.

Everyone was happy. For a split second, I didn’t think about how the world was falling apart. I must have still been under my “Power of Love Spell”. Festivals like this are good opportunities to discover new talent.

I was impressed with the Mount Kimbie band from the UK, just by seeing the crowd sing along, you could tell Montrealers were enchanted.

In my mid-twenties, I was a die-hard fan of electronic music and synth-pop. Listening to Mount Kimbie made me fall in love with this style of music all over again. 

Mount KimbieMount Kimbie and King KruleMount Kimbie King KruleMount Kimbie King Krule

Many others artists were there too: Feist, Charly Bliss, Rose Bush, Milk & Bone, and many more. 

For a small suburban community like The North Shore, they sure know how to get us to groove like there was no tomorrow!

I can’t wait to see round 3 next year!

 

Des annulations et du grabuge

Claude Desjardins, Nord Info, 25 mai 2018

Les organisateurs du festival Santa Teresa dressent un bilan positif de cette deuxième édition qui a comblé ses promesses en attirant quelque 20 000 personnes au centre-ville thérésien, tout au long du dernier week-end. Ombre au tableau: l’annulation du concert de Lil Uzi Vert et le grabuge qui en a suivi l’annonce tardive, dimanche soir.

Le rappeur américain, qui devait clore la portion extérieure du festival, n’a jamais pu se rendre sur le site puisque les douaniers canadiens lui ont refusé l’accès au pays, à l’aéroport de Dorval, au même titre que Ski Mask The Slump God, et Trippie Redd.

«Plusieurs tentatives ont été faites de notre part auprès des autorités pour remédier au problème. Nous y avons cru jusqu’à la dernière minute, étant donné que les artistes étaient rendus à l’aéroport de Dorval. Mais ce sont surtout les festivaliers qui ont dû attendre trop longtemps pour avoir une confirmation de l’annulation des shows et nous en sommes désolés» , ont expliqué Julien Aidelbaum et Nycholas Fortin, les organisateurs de Santa Teresa.

[ • • • ]

De fait, ce n’est qu’à 23 h 30, dimanche, que les fans de Lil Uzi Vert ont été informés de la chose et qu’on a vu plusieurs d’entre eux franchir les barrières de sécurité pour s’en prendre aux équipements scéniques et aux installations de la municipalité. Quelque 5 000 spectateurs étaient alors présents sur les lieux et les policiers de la Régie intermunicipale de Thérèse-De Blainville attribuent le grabuge à une centaine d’entre eux.

Enquête et remboursement

À noter que les policiers locaux ont reçu l’aide de leurs camarades des villes avoisinantes et de la Sûreté du Québec. Aucun citoyen ni agent des forces de l’ordre n’a été blessé au cours de l’opération. Aucune arrestation n’a été effectuée, mais une enquête a été ouverte pour identifier les personnes impliquées. Toute personne qui détiendrait des informations permettant de faire avancer l’enquête est priée de communiquer avec la police, au 450 435-2421, poste 0. Il n’est pas nécessaire de s’identifier.

Quant aux détenteurs de billets pour le spectacle de Lil Uzi Vert, ils pourront être remboursés au point d’achat, jusqu’au 1er juin.

Enfin, notons que les organisateurs du festival Santa Teresa ont confirmé la tenue d’une troisième édition en 2019.

 

Santa Teresa : Jour 3

Écoutedonc.ca, 24 mai 2018

En ce jour du seigneur, le soleil brillait enfin sur Sainte-Thérèse. À notre arrivée sur la rue Blainville, Gabrielle Godon et Emma Beko – alias Hearstreets – rayonnaient sur la scène extérieure. Le deux chanteuse/MC’s unissaient à merveille leurs voix chaudes sur des beats R&B/Soul. Elles scandaient une révolte et «sortaient le méchant» sur How I Got Over. «J’ai toujours voulu sauter dans une foule… Ça se passera pas aujourd’hui», ont-elles lancé à la blague en regardant l’énorme pit photo qui les séparaient du public. Malgré tout, Emma a traversé la foule sur Cruising With You. Sans doute une belle découverte pour plusieurs amateurs de hip-hop s’étant déplacés spécialement pour la journée.

[ • • • ]

Gabriel Tremblay

15h00 pop-up Telus au 10, rue Saint-Charles

On s’attendait bien à voir la frimousse d’Hubert Lenoir apparaître au 10, rue Saint-Charles lorsqu’on nous a dit que l’indice du spectacle surprise, c’était « fille de personne ». Cependant, on a constaté avec plaisir qu’ils avaient aussi fait de la place pour tous ses musiciens sur le perron de la maison d’allure patrimoniale qui servait de scène. Ils étaient tous installés sur le long, tout comme les spectateurs qui s’entassaient progressivement sur les trottoirs, sous le soleil. Spectacle horizontal.

Ensemble, les musiciens ont donné une prestation énergique. Si le public a certainement été marqué par l’audace d’Hubert alors qu’il interceptait les voitures au son de Ton hôtel, nous avons aussi eu droit à une très belle Si on s’y mettait, qui a su charmer même les baby-boomers et autres locaux assistant au spectacle. Je n’ai vu personne de choqué. Seulement des sourires et une performance à faire venir l’été un vingt et un de mai.

Marie-Ève Fortier

Scène extérieure: Mount Kimbie, Dead Obies, LOUD

Alors qu’on annonçait une prestation surprise d’Hubert Lenoir, je suis resté fidèle aux Londoniens malgré le dilemme déchirant. L’électro-progressif du quatuor semblait méconnu de ce public majoritairement juvénile, arrivé tôt pour Dead Obies. La scène mise en place pour les Anglais était un véritable magasin de musique électronique aux multiples synthétiseurs et drum machines. Après de longues cadences de Drum & Bass, on a été subjugués par la voix profonde et éthérée de Dominic Maker sur You Look Certain. Ma simple relation audio avec Mount Kimbie me laissait parfois dubitatif et cette performance m’a pleinement réconcilié pleinement avec leurs sons. En clôture, l’entraînante Made to Stray a réuni quelques initiés qui ont chanté le refrain.

«Ton boy Yes s’est flex» – Snail Kid

Version réduite ou améliorée, le Five-O de Dead Obies est arrivé sur scène avec une nouvelle formule flamboyante. Mis à part le nouveau « banger » Break, VNCE a également troqué le dj booth pour son micro et chanté un nouveau morceau. Les gars semblaient plus soudés que jamais et la cohésion était toujours aussi forte qu’avant, sinon plus.

Moi pi mes homies n’avons pas attendu très longtemps pour mettre de la monnaie dans nos mains. Avec ce Lil $, on portait le chapeau sur Where they @, s’achetait des feux d’artifices en guise d’Explosif tout en espérant ne pas se briser les poignets à la Tony Hawk. Un retour triomphant pour le populaire collectif hip-hop de la rive-sud montréalaise.

Gabriel Tremblay

En accompagnant Gabriel à la scène extérieure dimanche, j’ai réalisé que j’avais encore beaucoup à découvrir du monde du rap québécois. Déjà, au moins, j’ai pu être initiée à la musique de LOUD et de son beatmaker, Ajust. J’ai d’emblée été étonnée par le flow tantôt fluide, tantôt brut du rappeur, qui parvenait d’ailleurs à remplir l’espace de la grande scène avec sa présence et son dynamisme. Les rythmes étaient bien sûr accrocheurs et rassembleurs, autant que les paroles scandées par bon nombre de spectateurs. Paroles qui, finalement, étaient remplies de sens et de références recherchées.

Marie-Ève Fortier

Est-ce que vous avez déjà eu le sentiment de connaitre un artiste si bien que vous pouviez en prédire le setlist? Simon Cliche-Trudeau est « l’heureux » élu dans mon cas. Préalablement prévu pour minuit, son spectacle à 19h en a réjouit plus d’un. LOUD a joué de nombreux morceaux de son Année Record, en commençant comme à l’habitude avec la percutante So Far So Good et terminant avec l’hymne incontestée du EP New Phone, 56K. Impeccable et soignée comme à l’habitude, le seul bémol flagrant de la prestation est l’absence de Lary Kidd et 20some sur l’intense On My Life. Malgré la proximité géographique des deux mc’s, on ne pouvait pas non plus se plaindre le ventre plein.

Gabriel Tremblay

Bar le Saint-Graal: Laurence-Anne, Mon Doux Saigneur, Dave Chose

Après une bonne dose de soleil, c’était satisfaisant de se retrouver entre les murs du sympathique Saint-Graal, lieu sombre, mais charmant où la bière au cassis côtoyait l’odeur des nachos. Sur scène, Laurence-Anne se préparait à commencer. La salle était pleine sans que ça en soit désagréable. Les musiciens, qui étaient au nombre de six, étaient presque plus serrés que nous!

L’an dernier, au Festival de la Chanson de Tadoussac, on avait déjà pu entendre l’auteure-compositrice-interprète en formule duo avec Naomie De Lorimier. Or, si on retrouvait encore la beauté étrange de ses mélodies dimanche dernier, on ne peut pas dire que le reste ait été comparable à la performance précédente. D’une part, les musiciens boostaient sa pop mystère en lui donnant une bonne dose de groove psychédélique. D’autre part, les nouvelles compositions de Laurence-Anne semblaient elles aussi avoir pris du galon. C’est en tout cas l’impression que nous a laissée C’est un virus, pièce qui a clôturé le spectacle et qui a répandu dans l’auditoire un enthousiasme contagieux. 

Ce fut alors au tour de Mon Doux Saigneur de s’installer. Qu’on s’étonne ou pas, Etienne Côté et David Marchand, qui jouaient avec Laurence-Anne, ont repris d’autres instruments pour accompagner Emerik St-Cyr Labbé. Malgré le feedback, l’ensemble est parvenu à donner vie aux compositions du guitariste/chanteur qui semble se plaire à les jouer chaque fois un peu différemment. Cette fois, les sonorités rock et country dominaient, notamment à travers les lignes de pedal steel de Marchand ou les effets guitaristiques d’Emerick St-Cyr Labbé. Entre les vieilles chansons, on en a entendu de nouvelles, comme Tempérance et son rock plus ensoleillé ou encore Traîne Marie et son reggae-folk dansant. Difficile, en même temps, de mettre des mots sur cette musique qu’on aurait dit pleine de reflets et d’énergie contenue.

Dave Chose a pris le relais et d’emblée, j’ai pu être impressionnée par la puissance et la justesse de sa voix. Cette voix nous racontait le quotidien de Dave Chose, un quotidien allant du banal au grotesque, mais sous lequel perçaient toujours des émotions et un vécu plus profonds. Cette alliance du tragi-comique était solidement soutenue par un rock aux contours parfois grunge, parfois blues. En somme, ce fut une belle découverte en plus d’être une expérience chaleureuse, le chanteur ne manquant pas de s’entretenir avec le public – parfois même au beau milieu de ses tounes!

Marie-Ève Fortier

Cha Char Bar : Loïc April, Lydia Képinski

Quelle belle découverte ce Loïc April! Dans un minuscule Cha Cha aux allures de fourmilière, ce jeune rocker aux influences punk-alternatives nous en a mis plein la gueule. Guitariste hors-pair, ses morceaux comme Fleurs De Violence ou Fais De Ma Tête Ton Jouet laissaient planer une ambiance fortement inspirée par Malajube. Ses courts spasmes vocaux où il crie tel un chanteur screamo sont particulièrement impressionnants. Que vous soyez amateurs de power ballads ou de lourdes pièces garage qui parlent d’architecture et de one night stands, Loïc April saura répondre à vos attentes. Une carrière prometteuse est à prévoir pour ce jeune auteur-compositeur métropolitain.

Le vendredi soir, elle lançait la phrase «on choque qui pour vrai?» au micro de Rebecca Makonnen. Je vois mal comment on pouvait être choqués devant les lumineuses mélodies de Lydia Képinski. Elle est puissante, énergique et presque angélique par moments. Nous invitant initialement à emprunter Les routes indolores et à voler comme le condor, Képinski nous a rendus les cités d’or plus attrayantes que jamais. Sans exagération, j’étais totalement hypnotisé par sa voix astrale, et ce du début à la fin. Si les spectateurs n’avaient pas déjà le refrain de Premier Juin de coincé dans la tête comme moi, ils l’avaient certainement au terme de son heure musicale. Je ne sais pas à quoi ressemble un concert au paradis, mais les ambiances crées par Blaise Borboën Léonard, qu’elles soient aux claviers ou au violon, avaient définitivement un brin de divinité. J’ai entendu dire que le petit-jésus promène son chien au parc Belmont.

Gabriel Tremblay

Église Sainte-Thérèse d’Avila: La messe transfigurée

Quoi de mieux pour terminer notre épopée au festival de Santa Teresa que la superbe messe transfigurée orchestrée par Klô Pelgag ? On ne pouvait s’attendre qu’à du grandiose de la part de celle qui se soucie toujours de divertir son public, et nous n’avons pas été déçus. Serrés en rangs d’oignons sur les bancs d’une église imposante, nous avons d’abord assisté à la procession des musiciens costumés vers le chœur. Ensuite, le maître de cérémonie – nul autre que VioleTT Pi – nous a subjugués avec son discours abracadabrant dénonçant la méga industrie musicale à travers un brillant pardon.

Klô Pelgag a entamé la messe seule au piano à queue avec Samedi soir à la violence, puis elle enchaîné avec Le sexe des étoiles, cette fois accompagnée par les horn stars. Le son de sa voix qui résonnait dans l’église en se répercutant sur les grands murs de pierre donnait un effet unique et d’autant plus vibrant à ses compositions. VioleTT Pi l’a ensuite rejoint une fois de plus sur scène pour interpréter Labyrinthite, un moment frissonnant où sa voix se mêlait aux doux accompagnements de Klô.

Il faut aussi souligner la présence du théréministe Aleks Schurmer, qui ajoutait une touche magique à la musique de l’ensemble. Il a notamment interprété un impressionnant duo avec Pelgag au piano sur Musée Grévin. Et il y eut probablement bien d’autres moments magiques dans cette messe transfigurée, mais les douze coups de minuit avaient commencé à sonner et ça annonçait tristement pour nous l’heure du dernier carrosse vers la métropole. On a quitté la messe la tête pleine de rêves, sans doute beaucoup plus satisfaits que ceux qui, près de la scène extérieure, attendaient encore Lil Uzi Vert.

Gabriel et Marie-Ève

 

ENTREVUE

POP Velours, CKIA, 24 mai 2018

Invité : Hubert Lenoir

 

Un dimanche mouvementé à Santa Teresa

Justin Charbonneau, Bible Urbaine, 24 mai 2018

L’été dernier au festival Osheaga, on apprenait quelques heures avant le spectacle que le rappeur américain Lil Uzi Vert alias «All my friends are dead» annulait sa présence en raison de problèmes de passeport (un classique surtout parmi les rappeurs). Le cauchemar s’est répété dimanche soir lors du festival Santa Teresa, alors que les organisateurs ont annulé tardivement son spectacle un peu avant 23h30. Les organisateurs ont publié le message suivant sur les réseaux sociaux: «Lil Uzi Vert ne pourra malheureusement pas performer ce soir dû à un manque de coopération des douanes canadiennes», le tout suivi de «Tous les acheteurs de billets recevront rapidement un courriel pour la procédure de remboursement».

[ • • • ]

Le rappeur était supposé monter sur scène à 21h30, mais le pire dans toute cette galère, c’est que le festival avait assuré que Lil Uzi Vert était «bel et bien en ville»… Il n’y a aucun doute que la situation a été mal gérée.

Une gestion qui a manqué clairement de professionnalisme et qui a été irrespectueuse vis-à-vis les festivaliers qui n’auraient aucunement dû patienter pendant deux heures devant une scène vide.

En plus de la prestation annulée de Lil Uzi Vert, on avait appris, plus tôt en matinée, que «malgré tous nos efforts, Trippie Redd et Ski Mask The Slump God ne pourraient pas être des nôtres dû à des problèmes de passeport.»

J’avais d’ailleurs, et c’est bien dommage qu’on n’ait pas pu profiter de sa présence, mentionné Ski Mask dans mon article 6 artistes à découvrir au festival Santa Teresa. Peu importe, ce qui est fait est fait, passons maintenant aux choses sérieuses, et parlons de…

L’expérience Santa Teresa, la vraie

En revanche, et c’est probablement la meilleure décision du festival durant la journée, «le show de Loud (initialement au cabaret BMO à minuit) sera déplacé sur la scène extérieure à 18h50 pour être certain que l’après-midi demeure festive!»

Ce dernier n’a pas raté pareille occasion pour faire bouger la foule en défilant les chansons de ses projets solos (Une année record et le EP Cell phone)! Tout le monde dans la crowd connaissait les paroles de ses chansons comme «Hell What A View» et «Devenir immortel (et puis mourir)». Assez impressionnant à observer ce Loud!

Idem pour le retour attendu des Dead Obies sur scène tout juste après l’annonce du départ du rappeur Yes McCan. Ces derniers avaient définitivement quelque chose à prouver en démontrant que le groupe était bel et bien toujours vivant. On a pu entendre, vers la fin de leur set, leurs nouvelles chansons «Break» et «Monnaie». La foule ne semblait pas trop dérangée par l’absence de McCan.

De plus, shout out à la prestation du duo hip-hop féminin Heartstreets, qui a bien brisé la glace avec quelques chansons de son EP You and I! D’ailleurs, j’attends impatiemment du nouveau matériel de leur part). Ce fut une performance remplie d’émotions, surtout pour l’une d’entre elles qui étaient en larmes à la fin du set.

Et un gros shout out au concert surprise de Hubert Lenoir, qui s’est tenu devant une maison dans la banlieue de Sainte-Thérèse. Un petit set d’environ 30 minutes avec ses hits tirés de son album «Darlène» tels que «Fille de personne II» et «Recommencer». Ce jeune artiste ne cesse de m’impressionner par son charisme! À noter qu’il chantait également en soirée au Bar Le Cha Cha.

Parlant du lieu officiel du festival: c’était cute. Tous les bars et les salles de spectacles étaient à proximité de la scène extérieure (moins de dix minutes à pied). Contrairement à Montréal, il est très facile de trouver du stationnement (gratuit). Pour vrai, j’étais à une minute du site.

Concernant la crowd, c’était surtout des jeunes (mineurs pour certains) Montréalais avec qui je n’ai aucun point en commun, mais qui sont hilarants à écouter. Un des trucs vraiment cool de Santa Teresa, c’est qu’il y avait plusieurs salles gratuites pour y  découvrir de nouveaux artistes. On pouvait donc y trouver de tout à Sainte-Thérèse!

En ce qui concerne le groupe indie-pop londonien Oh Wonder, je n’ai pas tout à fait compris leur présence sur scène compte tenu du line-up très hip-hop. D’après moi, la seule raison pour laquelle ils étaient sur la scène extérieure juste avant Lil Uzi Vert était probablement parce qu’ils ont fait une chanson en collaboration avec le rappeur américain, qui s’intitule «The Life Goes On». Le groupe aurait mieux fitté s’il était programmé samedi soir, à la place, en compagnie de noms comme Nick Murphy.

Un toast pour ces bands qu’on a manqués

À noter que j’ai malheureusement manqué les performances du duo anglais Mount Kimbie pour justement voir Hubert Lenoir, même chose pour le rappeur américain Ghostmane (seul rappeur international avec une certaine ponctualité), mais qui a semblé combler les festivaliers. Disons qu’il a bien réchauffé la scène pour Loud! Selon les réseaux sociaux, il aurait réussi à créer un moshpit au grand plaisir de certains. Puis, j’ai finalement décidé de prendre une bière au Prohibition Bar pendant la prestation de la chanteuse R&B américaine ABRA (sorry gurl).

Bref, je n’ai pas eu l’occasion de voir des shows d’intérieur compte tenu du fait que les salles étaient remplies à pleine capacité, mais j’ai eu du fun surtout en début d’après-midi ce dimanche-là.

Le festival saura s’ajuster (enfin, je l’espère) pour sa troisième édition.

 

Une marée de festivaliers au centre-ville thérésien

Nicolas T Parent, Nord Info, 23 mai 2018

La jeunesse a littéralement pris d'assaut le centre-ville de Sainte-Thérèse, alors que l'on présentait le festival Santa Teresa, se déroulant du 18 au 20 mai 2018. Une demi-tonne d'activités étaient au menu tout le long de cette grande fin de semaine réunissant des amateurs de musique de tous les âges, mais plus particulièrement de la génération des milléniaux.

Dimanche en milieu d'après-midi, soit en marge d'une prestation du groupe Dead Obies, jeunes hommes et jeunes femmes marchaient sur Blainville Ouest, alors qu'une portion de la rue était fermée à la circulation. Sur cette allée, dont le bitume était peinturé de différents motifs colorés, des représentants de commerce, soit des partenaires de l'évènement, invitaient les convives à différentes activités et essais de service. Fait étonnant, on pouvait se faire couper les cheveux dans la rue. Des barbiers étaient au rendez-vous!

[ • • • ]

Du spectacle, de la bouffe et des boissons

Plus loin, près de la grande église thérésienne, il y avait une scène où des musiciens jouaient gratuitement, pour le plaisir de quelques convives, relaxant sur les terrasses, bière à la main, sur les trottoirs, des estrades en bois et dans des espaces confortables et réservés au repos, sur la rue.

Dans un segment fermé, il y avait la grande scène entourée de "food trucks", d'un espace "sacré" VIP, d'un marchand de produits dérivés et ainsi de suite. Plusieurs centaines de personnes attendaient avec impatience l'arrivée des ouailles de Dead Obies. Une longue file attendait alors à la billetterie, s'étendant sur plusieurs mètres.

Notons également que d'autres spectacles étaient offerts gratuitement à certains endroits. Le Saint-Graal était l'un d'entre eux, le dimanche après-midi. Un groupe jouait, alors que les festivaliers, de tous âges, dégustaient une bonne bière locale à l'intérieur ou sur la terrasse, à l'extérieur. Sans oublier bien sûr l'Église Sainte-Thérèse-d'Avila, le Montecristo, la Protestante, le Cha Cha, le HB Bar, la Prohibition, l'Association portugaise et le Cabaret BMO, en bref, tous des endroits où l'on pouvait entendre de la musique et profiter d'une bonne ambiance.

En somme, ce furent de belles journées de festivités. Le meilleur restait à venir, alors qu'en clôture, on réservait des prestations musicales plus tard, très tard le soir. En tout, c'est plusieurs centaines de personnes qui ont profité de cet évènement à grand déploiement, qui sera sans doute de retour vu le grand succès observé.

 

Summer vibes festival : Santa Teresa X Pouzza Fest 8

The Stingray Blog, 23 mai 2018

SANTA TERESA x LAURENCE 

L'atmosphère était au rendez-vous la fin de semaine dernière au centre-ville de Sainte-Thérèse. La seconde édition du festival Santa Teresa a certainement sû rehausser le long weekend de plusieurs festivaliés. Situé à environ trois quart d'heure de Montréal, Santa Teresa est un jeune festival de musique dédié aux artistes francos-canadiens. Bien que ce soit seulement sa seconde année d'opération, le festival fût en quelque sorte victime de son propre succès. Malgré quelques problèmes de logistiques, les organisateurs ont sû offrir une programmation incroyablement variée aux amateurs de musique. De Dead Obies et Loud à Hubert Lenoir et Feist, le festival avait définitivement la capacité de combler l'arc-en-ciel de goûts musicaux.  

[ • • • ]

De mon côté, j'ai eu la chance d'assister en premier temps à la magie du Cha Char Bar. Dans un décor intime et rempli d'énergie, j'ai découvert Langston Francis, un jeune talent que je ne connaissais pas et qui me rappellait de Zayn. S'en est suivi Sophia Bel et sa voix envoûtante et le meilleur pour la fin évidemment; Milk & Bone. C'était la première fois que j'avais la chance d'assister à une de leur performance, bien que je suis très familière avec leur chansons et c'était simplement incroyable.   

Pour la dernière journée du festival, c'était un soleil splendide et très chaud qui était au rendez-vous. L'énergie était palpable chez les fans de Dead Obies et Loud. L'ambiance était certainement moins intime, mais tout aussi vibrante. 

Je pourrais probablement m'éterniser sur le sujet alors voici quelques moments préférés de ma fin de semaine:  

Langston Francis – Chanson découverte: Fall from Grace 

Sophia Bel - Cover préféré: Here with Me from Dido 

Milk & Bone – Chanson découverte: New York  

Dead Obies – Chanson préférée: Waiting  

Loud – Chanson découverte: Toutes les femmes savent danser  

 

Entendu à Santa Teresa

Lucie Piqueur, URBANIA, 23 mai 2018

Pour la longue fin de semaine de la Reine-Patriote-Dollard, quelque 20 000 personnes ont envahi le centre-ville de Sainte-Thérèse, trop heureuses d’inaugurer la saison des festivals. Malgré la grosse pluie, le mariage princier et la non-coopération des douanes canadiennes, la petite gang d’URBANIA a tout de même quitté Santa Teresa le coeur et les oreilles ravies, avec des coups de soleil et un beau lendemain de veille en préparation. (On n’a plus notre corps d’adolescent, contrairement à la moyenne du public du festival…)

Pour ceux qui n’y étaient pas, vous avez sûrement eu vent des principaux potins du festival : Feist en duo avec Safia Nolin le vendredi, tornade et annulations en série le samedi, Klo Pelgag feat. Marc Hervieux à la messe et grabuge suite à l’annulation de Lil Uzi Vert le dimanche. Mais pour vous permettre de vraiment vivre Santa Teresa comme si vous y étiez, on vous a rapporté les meilleures citations entendues dans la foule en fin de semaine, en direct de la rue Blainville à Sainte-Thérèse. Une expérience de réalité virtuelle encore plus hot que l’Oculus Rift.

[ • • • ]

«C’est ma première fois à Sainte-Thérèse, mais je me sens déjà assez à l’aise pour grinder des chars comme Hubert Lenoir!»

-Des touristes montréalais

« Papaaaaaaa, papaaaaaa, laisse-moi entrer »

-Dans l’interminable file pour Wolf Parade, une jeune femme hurlant son désespoir au gérant du Montecristo.

«T’es la maman de qui, toi?»

-Une petite fille de 5-6 ans candide mais assassine dans ses répliques.

«Marc Hervieux qui fait un featuring sur du Ghostemane, moi j’écouterais ça.»

-Un auditeur pas difficile.

«On est tous sur le mush!»

-Le chanteur de Mon Doux Saigneur à une foule en sueur

« Est-ce qu’on est à Laval?

– Je pense qu’on est aux limites de l’île Jésus.

– Attends, j’vais checker sur Google Maps. »

-Deux Montréalaises très montréalo-centrées

«C’est donc ben pas genré comme festival, icitte.»

-Une vendeuse du Couche-Tard local

« Est-ce que t’es un des artistes du festival? »

-Une célibataire aux pick-up lines de série B, flattant le chest d’un sosie de Johnny Hallyday

«Si vous êtes des influenceurs, là c’est le moment de filmer.»

-Loud à la foule en délire

« TEAM FANNY PACK! »

-Deux trentenaires enthousiastes s’échangeant un high five humide dans la file pour Rone

«ABRA, c’est les Suédois-disco, ça?»

-Un jeune homme armé d’un verre de Slosh rempli de bière

« Madame, c’est à votre tour. Vous pouvez y aller! »

-Un homme de 25 ans à une JEUNE femme de 30 ans, dans la file des toilettes. Fuck son vouvoiement. [N.D.L.R. La jeune femme en question est rédactrice en chef du magazine URBANIA…]

«On n’est pas tous sur la MD. Juste lui.»

-Un homme pointant un ami dansant frénétiquement sur du Lydia Képinski

«Attention, il y a une saucisse dans ta poche.»

-Un collègue attentionné stoolant une gang de personnes saoules cachant des saucisses à hot-dog dans la section VIP. 

«Viens-tu vraiment de mettre la saucisse sur la tête de la fille?»

-Une dame incrédule à son chum pas mal à bout du jeu de la saucisse

«Il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville.»

-Paul Verlaine, suite aux annulations météorologiques de samedi.

«Mets la monnaie dans ma main! Mets la monnaie dans ma main!»

-Un couple de Térésiens en triporteur

«Est-ce que je peux te prendre un peu de chips all-dressed?»

-Une inconnue à un membre de notre équipe, à 1h du matin, dans la rue post-grabuge

«Pis, as-tu réussi à voir un show?»

-Un homme n’ayant pas été à Sainte-Thérèse et n’ayant lu que quelques statuts de gens fâchés. 

Conclusion de notre fin de semaine hors du Plateau : on s’est senti vieux et on a retrouvé des saucisses à hot-dog en vidant nos fanny packs.

 

Santa Teresa : Jour 2

Écoutedonc.ca, 23 mai 2018

Samedi, on est arrivés juste à temps pour attraper les dernières chansons de CRi sur la scène extérieure. À ce moment-là, la pluie commençait à peine à tomber. Malheureusement, après, le déluge était tel qu’il a fini par ravager la programmation : Her, Alice Glass, Wolf Parade et The Voidz y ont goûté. Seul Wolf Parade a pu être relocalisé, ce qui n’a pas manqué de déplaire aux nombreux festivaliers amateurs de Julian Casablancas ou de Crystal Castles. Qu’à cela ne tienne, notre équipe a tout de même couvert les spectacles qu’elle a pu, bon gré mal gré !

15h00 pop-up Telus chez Blu!

Entre la machine à slush et les bacs de gelato du Blu!, on avait installé un micro et une panoplie de flamants roses : décidément, quelque chose se tramait. C’est finalement Philémon Cimon qui s’est présenté avec sa guitare pour nous jouer de nouvelles chansons. Sous le vernis de la nouveauté, on retrouvait de touchants fragments de mémoires et de territoires. Certaines de ses chansons étaient même directement tirées de son folklore familial, un bagage qui fait aussi écho au nôtre. Avec ses anecdotes, sa poésie, ses histoires et ses chansons à répondre, Philémon Cimon nous a fait vivre un moment lumineux entre deux averses.

[ • • • ]

Beaucoup de pluie et une couple de pizzas plus tard, vers 18h30, on s’est tous entassés dans le Saint-Graal pour un des seuls spectacles alors en cours. On s’entend pour dire que nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette brillante idée!

Marie-Ève Fortier

Bar le Saint-Graal : JORDANN, Mélanie Venditti

Dans une allée du Saint-Graal, bondée comme jamais, j’ai reconnu le sympathique bassiste de Mort Rose, qui évolue aussi avec JORDANN. Arborant un fabuleux t-shirt de Chaudière-Appalaches, l’auteur-compositeur Jordan Hébert nous a enveloppés de sa voix suave pendant que ses musiciens déballaient une pop funk chaleureuse. La prestation de JORDANN a eu l’effet d’un léger baume pour les oreilles des festivaliers en cette journée bousillée par les précipitations.

Gabriel Tremblay

Mélanie Venditti et ses musiciens ont ensuite fait leur test de son, sans doute peu habitués à ce faire devant autant de spectateurs et dans un espace aussi restreint ! Mandela Coupal Dalgleish a installé sa batterie, Guillaume Guilbault ses claviers et synthétiseurs et Mathieu Bérubé, qui s’est immiscé dans le groupe pour l’occasion, grattait sa basse avant le début du spectacle pendant que Venditti testait ses micros. C’était déjà intéressant en soi, mais beaucoup moins que la prestation sentie et effervescente que le groupe a su donner malgré le feedback et les fêtards. Entremêlant douceur et intensité, l’auteure-compositrice-interprète semblait encore plus confiante qu’avant, affichant un enthousiasme contagieux. Elle était toujours solidement soutenue par ses excellents musiciens, qui se sont aussi démarqués dans les pièces plus intenses comme Sous la Loupe ou encore la dernière qui fut jouée. Le tout a su en imposer à un public qui aurait pu être difficile, ce qui nous a tous permis de passer un très beau moment. Une belle pause avant de retourner braver les intempéries.

Marie-Ève Fortier

Scène extérieure : July Talk, Nick Murphy (fka Chet Faker)

Après quelques errances dues à des changements de programmation, détrempés de la tête au pied, on s’est dirigés vers la scène principale sous le son des premiers chants graves du co-leader de July Talk, Peter Dreimanis. Ce dernier semblait être très reconnaissant devant l’honnête assistance prête à se faire mouiller pour leur rock alternatif. Quant à elle, Leah Fay s’est laissée transporter par la foule tout en chantant et en charmant tout sur son passage. Une performance galvanisée d’intensité qui était, à mon humble avis, nettement supérieure à ce qu’ils nous avaient proposé au FEQ en 2016.

Entre toutes les tentatives de relocalisation, la tête d’affiche de ce samedi demeurait sur la scène extérieure. Le multi-instrumentiste Nick Murphy, que la plupart connaissent sous le pseudonyme « Chet Faker », a eu droit à un plancher presque sec vers les 22h15.

L’engouement et la fébrilité pour son électro-soul charismatique se sont fait sentir, et avec raison! Ne touchant pas à ses collaborations antérieures avec Flume, il compensa avec plusieurs morceaux de « Built On Glass » comme la populaire Talk is Cheap. Gold, tout aussi réussie, n’a laissé personne indifférent. Affamés de sa musique, jouée apparemment sans séquences ou presque par ses musiciens, on attendait jusqu’à la toute fin les No Diggity et Drop the Game avec impatience. Cependant, Murphy a rapidement quitté la scène et l’absence de rappel nous a laissés un peu sur notre appétit devant cette courte prestation.

Gabriel Tremblay

Pour des questions de transport et d’achalandage, nous avons dû quitter sans pouvoir assister à Milk and Bone, qui faisait vibrer un Cha Cha Bar plein à craquer au moment de notre départ. On aurait aussi certainement fait un tour à Robert Robert ainsi qu’à la mémorable soirée du DJ suédois Todd Terje et The Olsens. Heureusement pour nous, on partait en sachant qu’il restait encore beaucoup de spectacles à couvrir dimanche et que – soulagement ! – ils annonçaient du beau gros soleil.

 

Le festival santa teresa 2018 : Les yeux plus gros que la panse?

Julien Gagnon, Le canal auditif, 23 mai 2018

Vendredi: L’arrivée

Après un rapide voyage sur la ligne de bus no. 9 via la station Montmorency, c’est avec curiosité que je débarquais vendredi dernier à Sainte-Thérèse, une petite ville de la couronne nord de la métropole qui ressemble à toutes les autres au Québec. Une succursale de banque au coin de la rue principale fait face à un clocher d’église coiffé de fer blanc tandis que le Couche-Tard du coin partage son local avec un Subway bondé de festivaliers. Le soleil chauffe les devantures de bars et un mélange débordant de sons et d’effluves émane de chaque commerce tentant d’attirer des clients potentiels pour profiter de cette manne biblique d’étrangers.

[ • • • ]

Cette première soirée se déroule pour moi sous le signe Emmanuel Éthier (Chocolat, prod. Mort-Rose, Choses Sauvages). Je passe d’abord au Saint-Graal pour boire une IPA maison en écoutant le rock dansant des gars de Mort Rose avant de me diriger vers l’église Sainte-Thérèse d’Avila qui se remplit rapidement en attente de Feist. Sur mon chemin, les vétérans Stars animent une foule attentive sur la scène Red Bull. J’y croise Hubert Lenoir, qui, fort de son passage à La Voix, se fait complimenter par une retraitée: « Tu es très bon, écoute pas c’qu’y disent sur Facebook! ». Un ange passe.

Feist commence à gratter sa guitare au son garage, mais l’acoustique de l’Église donne une teinte aérienne à sa musique. La foule est attentive et les interventions en français de la chanteuse sont chaudement accueillies. Parait-il que les gens ont fini par danser devant leurs bancs d’église et que Safia Nolin a fait une apparition surprise sur scène: je ne le saurai pas, car je me dirige vers une autre messe, un peu macabre: les gars d’Anatole jouent bientôt au Monte Cristo. Costumée de pieds en capes (littéralement), et armée de nouvelles chansons au groove aiguisé, la bande de Québec visiblement peu connue des festivaliers a tôt fait de charmer un public curieux. Merci spécial à Anatole qui m’a filé une rasade de son scotch pendant son bain de foule. Ça c’t’un bon move pour fidéliser tes fans!

Direction ensuite le ChaCha, un spot légendaire qui ne semble pas avoir changé depuis 1980. Pour preuve, ça jouait à la machine à sous durant le soundcheck de Chocolat plus tôt dans la journée. Impossible d’entrer. Une queue s’étire jusqu’au coin de la rue, certains téméraires prenant sur eux de s’infiltrer par la terrasse du bar au risque d’une chute qui sera sans doute oubliée le lendemain, la bière aidant. Tirant avantage de ma passe média, je me faufile en suivant un photographe officiel du festival. Choses Sauvages étant un groupe qui porte bien son nom, je dois faire de grands efforts pour me faufiler dans la masse suintante des oiseaux de nuit pour m’approcher du band. Le public est conquis, le funk est roi. Tiens, voilà que s’amènent les gars de Chocolat. Il est tard, il fait chaud. Je profite de l’ambiance rock psyché d’un de mes groupes favoris le temps de quelques chansons avant de rentrer chez moi. Pas question de rester pogné à Laval.

Samedi: À l’eau

Il pleut. Rien ne va plus. La première annulation est vers 15h pour Her, le duo français étant victime de problèmes techniques. On apprend ensuite que ce sera déplacé à l’intérieur pour 21h (j’y reviendrai). Puis c’est The Voidz qui est annulé pour cause de flotte. Wolf Parade est déplacé au Monte Cristo et les festivaliers font la queue impatiemment dans la pluie froide dans l’espoir de pouvoir entrer dans la taverne puisque c’est le seul concert de la scène principale qui aura lieu avant 21h30.

Quant à moi, je profite du bain de foule de The Voidz pour croquer quelques photos de Julian Casablancas (The Strokes). En retournant boire une ou deux bières à la salle de presse pour passer le temps, je croise Geoffroy et son réalisateur Didier Charette, qui ont visiblement choisi la mauvaise journée pour chiller à la tente VIP. Mes amis présents sur place depuis 13h n’ont toujours pas pu assister à un seul concert. Ils se déplacent à la salle BMO vers 20h pour Her, mais la sécurité n’est pas au courant qu’un show aura lieu avant 22h avec Rone. Confusion. Je passe poser des questions à la salle de presse, l’équipe des communications pousse une notification aux festivaliers: Her annulé. Mes amis débinés patientent à la pluie pour Rone, Darius et Todd Terje. Parait que ça les a réchauffés au moins. Dommage d’avoir patienté 10 heures pour en arriver là. Moi je me dirige plutôt vers la scène principale pour Nick Murphy (anciennement Chet Faker) qui fait danser la foule, enfin. Le gars se donne malgré la « shit weather » (ses mots, pas les miens). Direction dodo. J’ai froid.

Dimanche: Fais pas ton niaseux

Après avoir traîné un peu trop longtemps au soleil avec ma douce pour son congé hebdomadaire, j’arrive à Sainte-Thérèse en plein milieu du spectacle bien rodé des Dead Obies, amputés de Yes McCan qui joue solo depuis sa fugue. On connait la recette, c’est le même spectacle depuis plus d’un an. Personnellement, je ne suis pas trop fan du matériel plus récent de la formation alors j’attends patiemment la fin du show pour entendre Tony Hawk.

Prévisible, mais efficace.

La foule est bigarrée: c’est la journée hip-hop avec des Américains (ou pas…), des vétérans comme Eman et des étoiles montantes comme Fouki. Face aux douanes canadiennes, les formations américaines devant suivre Ghostmane doivent annuler. Heureusement pour moi, c’est Loud qui les remplace avec un bel aplomb pour chauffer la scène principale à l’heure du souper.

Ayant passablement écouté son Année record, je profite du moment, contrairement à une bonne partie de la foule qui reste fraîche face à la proposition du jeune premier. C’est pas assez trap-emo-soundcloud pour ces jeunes en quête de sensations fortes, il faut croire. La foule le fait d’ailleurs sentir à Oh Wonder, qui a mystérieusement atterri au milieu de tout ça. Les mélodies pop plutôt efficaces du duo anglais sont sporadiquement enterrées par des quolibets.

Pas chic, mais ça annonce la suite.

Profitant d’une accalmie, je passe du côté des Ragers et de High Klassified avant de me rediriger vers la scène principale pour Lil Uzi Vert. Après 30 minutes à perdre mon temps, je quitte la foule turbulente pour essayer de sauver les meubles avec Mon Doux Saigneur mais le timing n’y est pas et je découvre plutôt Dave Chose, qui me fait bien rire avec ses histoires d’Orangina (y’a une blague salace ici, je vous laisse découvrir dans un bar près de chez vous lors de son prochain show). La soirée tirant à sa fin, je me faufile chez Lydia Képinski mais le ChaCha affiche complet encore une fois.

Faisant mon deuil de la performance d’Hubert Lenoir, je fais acte de contrition à l’Église. C’est que Klô Pelgag est venue expier nos péchés — mais pas ceux de Lil Uzi Vert — dont l’annulation trop tardive par le festival fait virer la foule su’l’top (c’est le tour d’Eman et Fouki à la salle BMO): intervention tristement clichée des forces constabulaires de la rive nord pour rétablir l’ordre. Après une lecture de VioleTT Pi qui sonne comme un requiem pour la musique, la procession papale de Klô Pelgag bénit nos oreilles, avec des retailles d’hosties en prime pour la foule. Je clos mon expérience avec les oreilles repues: le mélomane en moi est satisfait d’aimer la musique d’ici et pas les hurluberlus de l’heure. J’suis peut-être snob, mais en même temps je ne détruis pas les haut-parleurs du festival, donc tu choisiras qui juger…

Santa Teresa 2018, c’est comme le party que tu as organisé chez tes parents en secondaire 4 quand ils sont partis une semaine en vacances: tu avais invité juste tes amis, mais ça a fini avec une chèvre peinturée fluo qui nage dans la piscine et une plainte de bruit des voisins. Une solide programmation locale qui a fait mouche avec des bars affichant complet tous les soirs, au grand dam des retardataires. Les spectacles ayant eu lieu à l’Église (Feist, Klô Pelgag) feront parler pendant des semaines, mais c’est malheureusement les communications déficientes du festival qui marqueront les esprits. En effet, c’est difficile de justifier autant de ratées aux festivaliers quand on annonce des concerts « beau temps, mauvais temps ». C’est aussi difficile de contenir une foule de jeunes qui patientent deux heures avant d’avoir des nouvelles de leur idole. Meilleure chance l’année prochaine.

 

10 choses à retenir du Festival Santa Teresa 2018

Emma Shindo, Rocknfool, 23 mai 2018

LIVE REPORT – Retour sur la deuxième édition du Festival Santa Teresa : entre concerts exceptionnels et organisation défaillante.

1 – La grande fête Feist

Le Festival Santa Teresa avait frappé fort en annonçant Feist en concert dans la grande église moderne de la ville. Et ce spectacle-là a tenu ses promesses. La Canadienne, entame son spectacle par des excuses. Elle parle anglais, car cela fait bien trop longtemps qu’elle n’a plus parlé français. Feist fait un show de quasiment 2 heures face à un public venu nombreux (du moins au début). On ne l’arrêtera plus. C’est presque trop long. Les conditions de visibilité étant médiocres pour 90% du public, il est facile de se déconcentrer et de perdre le fil. La Canadienne ne manquera pas, d’ailleurs, d’inviter le public à venir la rejoindre et s’asseoir aux pieds de l’autel, entraînant un impressionnant mouvement de foule vers le chœur.

[ • • • ]

Feist fait un très bon show. Souriante et solaire, l’artiste nous ensorcelle en deux temps trois mouvements grâce à la douceur de son timbre si caractéristique magnifié dans l’église. On retiendra l’intense « I Wish I Didn’t Miss You », l’orgiaque « Sea Lion Woman » qui fera se lever toute l’église tel un prêche dominical à Harlm, l’impérissable « My Moon, My Man », ou encore la superbe « I’m Not Running Away ». Petit bonus, la Canadienne invitera La Force (Broken Social Scene) et Safia Nolin pour un trio remarquable sur « Cicadas and Gulls ».

2 – La relève rock québécoise est là

Mort Rose le vendredi et Loic April le dimanche. Le rock québécois n’est pas mort. Loin de là. C’est au Saint-Graal qu’on entame le festival, avec le rock rétro-romantique de Mort Rose qui nous présentent de nouvelles chansons. Fidèles à eux-mêmes, ils nous jouent notamment « Le Sexe », sourires entendus au coin des lèvres. Un nouveau clip devrait sortir sous peu. Loïc April avait lui la lourde tâche d’ouvrir la soirée avant les phénomènes Lydia Képinski et Hubert Lenoir dans un Cha Cha plein à craquer. Un peu timide au début, le Québécois a réussi à lâcher les chevaux et envoyer le pâté sur les chansons figurant sur son premier album éponyme. Le Québécois sera en concert le 16 juillet à l’Escogriffe, l’occasion de retourner l’écouter dans des conditions plus favorables que le couloir collé au bar, et menant aux toilettes au fond de la salle.

3 – Le Black Saturday

Cela faisait une bonne semaine qu’on guettait avec appréhension la météo. Vendredi nuageux, samedi-dimanche pluie. Samedi, ça n’a pas loupé, une pluie torrentielle s’est abattue sur Sainte-Thérèse à partir de 16h. 16h qui était par ailleurs l’heure de passage de Her, qu’on attendait avec grande impatience malgré la pluie. Des retards avaient déjà eu lieu en début de journée, notamment pour protéger le matériel. Cette journée-là a été ce qu’on peut appeler une petite catastrophe. D’autres concerts de têtes d’affiche ont tour à tour été annulés (The Voidz et Alice Glass), celui de Her, reporté à 21h au BMO, a quant à lui été une seconde fois annulé, 10 minutes avant le show. Au grand désespoir des nombreux festivaliers venus faire la file devant la salle dès 20h, et sous la pluie. Résultat : les salles, les bars et les restaurants ont été pris d’assaut toute la journée, malgré leur faible capacité. Impossible donc d’aller voir Wolf Parade reprogrammé en salle. Une file d’attente remontait toute la rue Turgeon alors que la salle était déjà full. Même situation pour Milk & Bone au Cha Cha quelques heures plus tard.

4 – La confirmation Zen Bamboo

Du côté du Saint-Graal, samedi, la bière coulait à flots, tandis que la pluie ruisselait sur la baie vitrée de cette brasserie artisanale. On se réfugie avec plaisir dans cette antre chaleureuse où les concerts se déroulent sans pétrin. On a notamment enfin l’occasion de découvrir Zen Bamboo dont le nom ne cessait d’apparaître dans nos feeds. Signés chez Simone Records, le quatuor originaire de Saint-Lambert ne lésine par sur l’énergie pendant leur set de 40 minutes. Et cela commence avec fracas puisque Simon Larose, le frontman s’est renversée de la bière dessus. Une pause nettoyage de guitares s’impose pour mieux revenir à coup de gros riffs et de casquettes qui s’envolent. Rien à voir avec les versions studio de leurs chansons. Si on a du mal à distinguer la voix de notre côté de la scène, il faut reconnaître un plaisir évident à observer ce groupe s’éclater sur scène et se donner un maximum pour un public de connaisseurs. À absolument revoir dans une configuration moins artisanale.

5 – Le flamant rose, la mascotte 2018

En guise de décoration tropicale Telus avait planté plusieurs dizaines de ses fameux flamants roses en plastique à travers le site. Le vendredi, les flamants commençaient déjà à se déplacer migrer à travers Sainte-Thérèse, pour finir dimanche carrément kidnappés par leurs nouveaux propriétaires. Il n’était pas rare de voir dépasser leurs petites têtes de sacs à dos divers et variés. Des flamants ont également tenté de prendre leur envol pendant les concerts de la scène extérieure, sans grand succès. Certains ont fini leur course dans le pit des photographes, bien mal en point. D’autres plus chanceux ont pris le métro et pris place dans de nouvelles maisons.

6 – Le dimanche urbain

Après un samedi épouvantable, l’arrivée du soleil le dimanche nous a fait l’effet d’une réconfortante et goutteuse poutine post-cuite. Si la programmation du samedi était plutôt éclectique, celle du dimanche est carrément urbaine (clin d’œil appuyé aux Victoires de la musique). Ça débute avec l’enthousiaste duo hip-hop Heartstreets visiblement très influencé par ce qu’il se fait de l’autre côté de la frontière. Les filles se défendent bien, ne cachant pas leur excitation d’ouvrir la journée sous un beau soleil. Abra prend le relais. L’Américaine aux cheveux roses propose une performance un tantinet trop propre et réglée, faisant toutefois le bonheur de ses fans rassemblés dans les premiers rangs.

Un peu plus tard, Ghostemane décide de ne pas autoriser les photographes dans le pit après que son DJ a chauffé la foule pendant un bon quart d’heure. Dans le public des mosh se font et se défont au son des « Make some noise » lancés robotiquement à chaque fin de chanson par le leader californien très remonté. Dans la foule, les regards sont soit exaltés, soit apeurés.

7 – Le festival de la banane

La spécialité à Montréal c’est d’être bien sappé, mais faire mine de s’en foutre. Santa Teresa était un réel défilé de jeunes people et de fashionistas. Vous avez peut-être croisé Lou-Pascal Tremblay, ses jeans troués et sa chevelure de lion, arrivé à moto, accompagné des acteurs Antoine-Olivier Pilon et Maxime Gibeault. Les Youtubeurs Lysandre Nadeau et son chum Jemcee ont également été aperçus circulant sous la pluie de Sainte-Thérèse. Les spécialités vestimentaires de l’édition ? Le pantalon militaire coloré, les tresses pour les mecs, les grands t-shirts à rayures, des hoodies de couleurs, les lunettes de soleil colorées, et les bananes qui étaient portées par une personne sur trois. Sans oublier les k-way, et les imperméables capotes comme on dit chez nous. Ce qui est pratique à Montréal, c’est que la mode est plutôt confortable.

8 – La leçon de rap de Loud

Il était programmé à une heure bien tardive le dimanche soir. Finalement, au vue des défections de certains groupes dans la journée, Loud (du duo Loud Larry Ajust) se retrouve propulsé sur la scène extérieure en fin d’après-midi. Et c’est tant mieux. Ce sera sans aucun doute le concert le plus rempli et suivi de l’édition (avec celui de Ghostemane quelques minutes avant). Loud et son DJ mettent le feu à Sainte-Thérèse. Le rappeur semble particulièrement en forme, arpentant la scène, sourire au coin des lèvres, regard irradiant. Loud a de quoi convaincre, avec des textes incisifs en franglais et des beats efficaces et légers. Il défend son premier album Une Année Record. Un LP qui porte bien son nom pour ce Québécois qui fait l’unanimité dans la Belle Province et séduit déjà la France. Il est d’ailleurs à retrouver dès la semaine prochaine dans l’Hexagone, puis de nouveau à l’automne. L’enfant montréalais n’en oublie pas ses racines, et sera le 4 août à Osheaga, puis le 17 novembre au MTelus. À ne franchement pas manquer, c’est très bon.

9 – Le girl power

Bien sûr, Feist et Klô Pelgag ont eu les honneurs de l’église, mais d’autres artistes féminines québécoises se sont également illustrées pendant cette fin de semaine à Sainte-Thérèse. D’abord la douce Mélanie Venditti et son indie-folk au Saint-Graal, très heureuse de voir le bar rempli grâce/à cause de la pluie. Une de nos plus belles découvertes du week-end. Ensuite, la charismatique Lydia Képinski au Cha Cha qui d’emblée, grâce à une prestance théâtrale, hissée sur une baffle, instaure le silence dans la salle en chantant « Les Routes indolores » extrait de son premier album sorti il y a quelques semaines à peine. Un premier album absolument addictif qu’il faut avoir écouté (Lydia Képinski sera d’ailleurs en concert le 1er juin au Centre Phi). Enfin, le groupe punk-rock Rose Bush sur lequel on est tombé par hasard au Saint-Graal en plein déluge. Normalement composé de quatre filles, la formation montréalaise (fleurie) était mixte pour l’occasion. Engagées mais un peu brouillon, les filles ne se sont pas laissées démonter par le peu d’attention du public.

10 – Le prêche Pelgagien

Dernier spectacle de l’édition 2018 de Santa Teresa, la « messe transfigurée » de Klô Pelgag faisait partie des incontournables du festival. Ça sera pour nous le clou du festival. La Québécoise a réinterprété les titres de son dernier album L’Étoile thoracique accompagnée de six musiciens et cinq cuivres. Après une distribution de paquets d’hosties pour patienter, Klô Pelgag fait une entrée fracassante en une reconstitution de procession religieuse, remontant stoïquement l’allée de l’église Sainte-Thérèse. VioleTT Pi prend ensuite la parole depuis l’autel, haranguant la foule sur le rôle de la musique. Tous costumés d’habits liturgiques clinquants, la folle équipée s’est ensuite lancé dans une Marche pour la cérémonie des Turques de Lully en guise d’introduction.

La voix de Klô est superbement mise en valeur par l’acoustique grandiose de l’édifice. Les chansons sont légèrement revisitées pour l’occasion. On notera notamment « Le Musée de cire » en duo avec un thérémine, où piano et ondes se sont superbement harmonisés, ou encore le touchant duo en guitare-voix avec VioleTT Pi sur « Labyrinthite ». Comment ne pas parler enfin de Marc Hervieux, chanteur lyrique déguisé en prêtre, venant lui aussi participer à la grande messe mêlant son timbre de voix de ténor à celui de Klô le temps d’une chanson. Magique !

On a aussi entendu la réincarnation de Linkin Park en nothing nowhere et constaté combien le nouveau projet de Nick Murphy est mauvais. On passera sur l’annulation de (trop) dernière minute de Lil Uzi Vert qui a fait beaucoup jaser sur place et sur Internet puisque des festivaliers mécontents du manque de communication des organisateurs ont décidé d’envahir la scène. Pour conclure ce Santa Teresa 2018, on essayera d’oublier la débandade du samedi et les annulations à gogo pour mieux se souvenir des beaux moments, de cette ambiance bon enfant et de cette incroyable programmation qui a quand même réussi à tenir une partie de ses promesses. N’oublions pas qu’il ne s’agit que de la deuxième édition du festival…

 

Notre top 5 des moments forts du festival Santa Teresa

ASMA, HHQC, 22 mai 2018

Dimanche dernier, 20 mai 2018, on est arrivé en début d’après-midi pour assister à la journée hip-hop du festival Santa Teresa. L’ambiance et la température étaient plaisantes, ce qui augurait bien pour une programmation extérieure qui allait prendre plus d’un coup côté annulation. Puisque les aspects plus sombres du festival ont été amplement couverts, on va se concentrer sur les moments où le rap a brillé à ce nouveau festival qui reste, malgré tout, un événement avec un gros potentiel.

5. Le Fab Five de Dead Obies énergise la foule

Depuis le départ de Yes McCan, la formation qui travaille actuellement sur un troisième opus, fait passer un message d’unité sur les médias sociaux. Ils ont clairement réussi à transmettre cette détermination sur stage devant une foule en délire. Les Dead Obies ont enchaîné les hits avec une performance électrisante où on ne remarquait pas une seconde l’absence de McCan. En plus de leur nouveau single Break, ils ont testé une nouvelle track et ont interprété Showbizz du projet de Joe Rocca. Le soudain départ d’un des membres ne semble pas avoir ébranlé les solides fondations du groupe et l’album à venir sera probablement tout aussi percutant que leur performance au festival.

[ • • • ]

4. High Klassified a distribué de la pizza gratuite

La 2e scène extérieure, Tour Bus Redbull, avait pour sa part une programmation tout aussi intéressante. Les fans de beats ont vite rempli l’espace pour assister à une performance du producer High Klassified qui présentait son nouveau projet Kanvaz. Accompagné de Zach Zoya sur scène, HK a joué des exclusives ainsi que des morceaux de Skimask the Slump God et Trippie Red pour apaiser les fans des deux rappeurs qui ont dû annuler leur prestation. Au milieu de la foule un mini moshpit s’est formé et un membre des services ambulanciers s’est même adonné à une prestation improvisée de breakdance. Toutefois, High Klass a gardé le meilleur pour la fin en distribuant à la foule d’immenses pizzas qu'il a lui-même commandées . Le genre de truc qu’on verra qu’à un festival imprévisible comme Santa Teresa.

3. Le cocktail explosif de Ragers fusionne rock psychédélique et rap

Ceux qui ont assisté au spectacle de Ragers ont eu droit à une des révélations du festival. La formation montréalaise a montré toute la lourdeur de leur son expérimental avec une présence monstre des musiciens au sommet de leur art. Le moment clé fut la performance de Jeunes et Fly avec David Lee où le psych-rap de Ragers a été le plus apprécié par la foule. Un groupe comme Ragers est unique dans sa façon de faire vibrer une foule composée de fans aux goûts aussi diversifiés que ceux de Santa-Teresa.

2. Loud continue de briller

Les annulations de grosses pointures du rap américain auraient pu embrouiller la journée, mais la décision du festival de placer Loud sur la scène extérieure en remplacement a permis au rappeur de rayonner. La foule semblait très satisfaite de la tournure des événements et chantait en unisson sur chacune des chansons d'Une Année Record et de New Phone. Toutefois, l'annulation de la prestation de Lil Uzi Vert n’a pas été géré de façon aussi efficace.

1. Mike Shabb et MTLord ont sauvé les meubles

C’est évident, les fans qui ont attendu plus de 2 heures sous la bruine pour apprendre qu'Uzi n’allait pas donner son spectacle étaient déçus et enragés. Si Luv is Rage n’a pas pu être entendu sur les hauts-parleurs, Mike Shabb et ses boys ont su offrir un beau show de trap sale pour les fans qui étaient laissés sur leur faim. La salle (Associacao Portuguesa) qui arborait un look de sous-sol d’église a presque explosé au son de la bass violente du trap du jeune rappeur-producer. Accompagné de Busy Nasa - qui lance un projet dans quelques jours - on a pu voir que la foule s’est défoulée de la programmation annulée de façon positive. Plusieurs ont dit que ça a été le highlight de leur soirée et l’énergie débordante de MTLord a su closer le festival Santa Teresa en beauté.

Bonus : les memes de Lil Jazzy Vert

Malgré la foule frustrée et une incessante playlist de Jazz complètement mal adaptée à la situation. L’annulation dernière minute de Lil ‘ Uzi Vert a presqu’été sauvé par l’humour collectif d’Internet avec plusieurs memes hilarants sur la situation. On préfère rire de ceux-ci que de se rappeler du grabuge qui a suivi.

 

ENTREVUE

Mélodie Lamoureux, Journal de Montréal, 22 mai 2018

http://www.journaldemontreal.com

 

ENTREVUES

Silo 57 X Disque Dur, Journal de Montréal, 22 mai 2018

 

Santa Teresa : Un succès monstre pour la deuxième édition !

André Rainville, Ton Barbier, 22 mai 2018

Pour sa deuxième édition, le festival Santa Teresa nous a tous mis le sourire aux lèvres avec l’annonce de sa programmation constituée de nombreux artistes internationaux de renom. Parmi eux, Feist, Nick Murphy, Jacques Greene, Tommy Genesis et plus encore ont livré des prestations entre le 18 et le 20 mai passés, dans la ville de Sainte-Thérèse.

Bien que plusieurs festivaliers aient pu voir l’ensemble leurs artistes préférés se donner en concert, beaucoup ont été déçus de ne pas avoir eu cette chance. En effet, l'annulation des nombreuses têtes d'affiche du festival a causé la déception de plusieurs festivaliers qui se sont déplacés et qui ont attendu longtemps pour voir leurs idoles en spectacle. Lil Uzi Vert, Trippie Redd et Gold Ski Mask, grandement attendus par les festivaliers, ne se sont jamais présentés sur scène, en raison de soi-disant problèmes rencontrés aux douanes.

[ • • • ]

Conséquemment, comme on a pu le constater un peu partout dans les nouvelles, plusieurs festivaliers ont manifesté leur mécontentement en jetant des objets sur les scènes, en brisant du matériel et en huant. La sécurité a dû intervenir pour rétablir l’ordre sur place.

Heureusement, le reste des artistes attendus étaient de la partie, et ils se sont assurés de livrer d'excellentes prestations. Loud a fait vibrer la scène, et les Dead Obies ont montré qu'ils sont toujours bien incrustés dans le rap game. Également, les prestations remarquables de la part de Fouki, Milk & Bone, High Klassified et Tommy Kruise ont su nous faire oublier les déboires du festival. 

Pour notre part, on a déjà hâte de découvrir les artistes qui participeront à la troisième édition du festival qui aura lieu l’an prochain!

 

Festival Santa Teresa : une deuxième édition réussie en grande partie

André Rainville, Ton Barbier, 22 mai 2018

Pour sa deuxième édition, le festival Santa Teresa a fait bien des heureux avec l’annonce de son line-up constitué de plusieurs artistes internationaux de renom. Parmi ceux-ci, on comptait notamment Feist, Nick Murphy, Milk & Bone et bien plus, lesquels se sont donnés en spectacle entre le 18 et le 20 mai passés à Sainte-Thérèse.

Malheureusement, le mauvais temps et l'annulation des nombreuses têtes d'affiches du festival ont causé la déception de nombreux festivaliers qui se sont déplacés pour voir leurs idoles en spectacle. En effet, Lil Uzi Vert, Trippie Redd, et Gold Ski Mask, grandement attendus par les festivaliers, se sont absentés en raison de problèmes aux douanes. Conséquemment, leurs fans ont manifesté leur colère en jetant des objets sur les scènes, en brisant du matériel et en huant. Les forces policières ont dû intervenir pour rétablir l’ordre.

[ • • • ]

Heureusement, les artistes montréalais se sont assurés de livrer d'excellentes prestations. Parmi eux, Loud a enflammé la scène comme lui seul sait le faire et les Dead Obies ont montré qu'ils sont toujours bien ancrés dans le rap game. Également, plusieurs prestations remarquables de la part de Fouki, Milk & Bone, High Klassified et Tommy Kruise ont su nous faire oublier les déboires du festival. 

Malgré les inconvénients, on a déjà hâte à la troisième édition du festival de l'an prochain!

D’AUTRES CONTRETEMPS

Samedi, le spectacle extérieur des Voidz – le groupe de Julian Casablancas, des Strokes – a été annulé à cause du mauvais temps, ainsi que ceux de Her et d’Alice Glass. En fin de soirée, Nick Murphy n’a joué que quelques chansons en raison d’un retard et du couvre-feu extérieur à 23 h.

Dimanche, en plus de Lil Uzi Vert, deux autres formations hip-hop, Trippie Redd et Ski Mask The Slump God, ont brillé par leur absence. Heureusement qu’il faisait un temps radieux pour les prestations extérieures de Loud et de Dead Obies.

Pour ce qui est de la programmation en salle, des détenteurs d’une « passe » n’ont pu voir certains spectacles trop courus, dont ceux de Milk & Bone et Wolf Parade, samedi.

Le lendemain, le bar Le Cha-Cha était beaucoup trop petit pour les nombreux festivaliers qui faisaient la file pour Lydia Képinski et Hubert Lenoir.

La Presse a croisé des gens mécontents, mais aussi des mélomanes qui veulent voir le festival grandir. « C’est la deuxième année et malgré des problèmes d’organisation, je suis impressionné de l’ambiance du festival qui me plaît plus que la formule d’Osheaga », a dit à La Presse Colin, 27 ans. « Des artistes dans la marge sont moins prévisibles », a ajouté son ami Félix, soulignant que la « passe » ne coûtait que 80 $ pour les trois jours.

UN LIEU PROMETTEUR

Le site du festival – avec un tronçon de rue fermé à la circulation – a en effet tout pour plaire. Sainte-Thérèse est un « college town » avec des cafés, des restaurants et des bars. La scène principale et les nombreux aménagements du festival se déploient en plein cœur de son petit centre-ville.

Santa Teresa a attiré des familles, des adolescents et beaucoup de jeunes. La jeunesse se voyait même parmi les personnalités publiques que nous avons croisées : Ludivine Reding, Phil Roy, Jay du Temple et Juliette Gosselin, pour ne nommer que celles-ci.

Dimanche, le public a pu voir les artistes québécois de l’heure. Dead Obies a été explosif, faisant oublier à la foule que c’était son premier spectacle sans Yes Mccan. Loud a été accueilli comme une star, ce qu’il est devenu et ce qu’il avait prédit dans la chanson-titre de son album Une année record, sorti à l’automne dernier.

Plus tard en soirée, Hubert Lenoir – qui avait donné un spectacle secret en après-midi – s’est produit au Cha-Cha en rock star. Avant le rappel, il a même fait un medley I Will Always Love You de Whitney Houston et Time of Your Life de Green Day. Pour Hubert Lenoir, tout est permis.

Une chance qu’il s’est élevé parfois dans la foule, car il était difficile de l’apercevoir tellement le bar – au plafond bas – était rempli. Avant lui, nous avons seulement pu entendre – et à peine voir – Lydia Képinski chanter.

Sur le coup de minuit, alors que l’atmosphère était tendue à l’extérieur avec l’annulation de Lil Uzi Vert, un grand calme régnait dans l’église Sainte-Thérèse, où Klô Pelgag, en toge, interprétait magnifiquement au piano sa chanson de circonstance J’arrive en retard (« Je ne prie jamais/Jamais que pour toi », y chante-t-elle).

Le but de Santa Teresa « est de vivre une expérience », rappelle le cofondateur Julien Aidelbaum.

Une expérience moins convenue que les autres festivals. Mais une expérience qui a cependant besoin d’ajustements, selon les nombreux commentaires qui circulent sur les réseaux sociaux.

 

Des ratés au festival Santa Teresa

Émilie Côté, La Presse +, 22 mai 2018

La foule a doublé, de 10 000 à 20 000 spectateurs. Or, un segment de mauvais temps, des spectacles annulés et des changements d’horaire ont causé de vives frustrations parmi les spectateurs du festival de musique Santa Teresa, qui avait lieu ce week-end à Sainte-Thérèse.

Le bilan des organisateurs est somme toute positif. Il y aura une troisième présentation l’an prochain. « Les gens ont pu voir ce qu’on veut faire dans le futur », a dit hier le cofondateur Julien Aidelbaum.

Une année de transition et d’ajustements, donc, pour un festival qui a été victime de son succès… et d’annulations.

[ • • • ]

Dimanche soir, Lil Uzi Vert – la tête d’affiche principale – devait monter sur scène à 21 h 30. Près de deux heures plus tard, les organisateurs du festival ont annoncé que le rappeur américain était coincé aux douanes. Or, un message publié sur la page Facebook du festival plus tôt dans la journée indiquait que Lil Uzi Vert était « en ville ».

Des festivaliers mécontents ont lancé des bouteilles et fait du grabuge. Sur les réseaux sociaux, les commentaires ont été virulents. « Un flop », a dit l’un. « Un mensonge », a dit l’autre.

Pourquoi avoir déclaré que Lil Uzi Vert était « en ville » ? « La moitié de son équipe était arrivée samedi », indique Julien Aidelbaum. C’était malgré tout « précipité » de dire que le rappeur était là, alors que dans les faits, « il allait atterrir une heure et demie avant le show ».

Santa Teresa parle d’« un problème de communication » entre son équipe et celle de Lil Uzi Vert (qui a aussi été bloqué par des agents des services frontaliers au dernier festival Osheaga).

Les gens qui ont acheté un billet journalier pour la journée de dimanche peuvent par ailleurs se faire rembourser. 

« Je suis triste pour les festivaliers qui ont attendu trop longtemps. On s’en excuse, mais on a fait du mieux qu’on pouvait… Dans les années à venir, la communication sera à revoir, mais la sécurité était notre principale préoccupation. »

— Julien Aidelbaum, cofondateur du festival

 

Un samedi pluvieux à Sainte-Thérèse

Arp.Media, 22 mai 2018

Malgré un samedi pluvieux, des annulations de prestation d’artistes et des émeutes, le festival Santa Teresa aura somme toute été la destination pour le week-end.

Pour cette seconde journée, les festivaliers ont eu droit à des concerts du tonnerre par Nick Murphy, July Talk, Wolf Parade, Zen Bamboo et bien d’autres.

Notre photographe Jaime Antonio Luna était dans les parages et a immortalisé les prestations de Nick Murpjy et de July Talk. Il a profité de l’occasion pour prendre en photo les festivaliers en visite à Sainte-Thérèse.

 

Mes meilleurs moments à Santa Teresa

Annie Robitaille, Le Cahier, 22 mai 2018

Toute une fin de semaine qui vient de se terminer! J’ai une fatigue accumulée qui se perçoit facilement sous mes yeux ce matin au travail. Mais bon, ça en valait la peine. Pour sa 2e édition, le Festival Santa Teresa a redoublé d’effort pour nous présenter des grosses têtes d’affiche, bien que certaines ne se soient pas présentées. Une belle ambiance dans une petite ville bien charmante qui gagne à être connue. Un festival sans prétention qui saura se relever pour l’an prochain j’en suis convaincue.

Bref, voici mes coups de coeur de l’édition 2018 de Santa Teresa!

July talk » samedi

Oh mon dieu! Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant ce groupe (oui désolée je ne connaissais pas ces charmantes personnes avant samedi dernier #MeaCulpa). J’attendais simplement dans la foule l’arrivée de Nick Murphy sous la pluie lorsque Leah Fay est arrivée sur scène et s’est présentée dans un français adorable aux teintes d’anglais torontois. Puis, la musique a commencé et je fus tout de suite sous le charme. J’ai adoré leur énergie sur scène, la musique, leurs voix : tout!

[ • • • ]

Nick Murphy » samedi

Bon. Je dis coup de coeur parce que je l’aime d’amour.  Son style et sa musique m’ont fait tomber en amour il y a déjà plusieurs années. Par contre, je ne peux cacher ma déception face à un show un peu moins énergique qu’à l’habitude et au son assez médiocre. À un moment, on ne l’entendait plus chanter. Je m’explique le tout par le fait qu’il pleuvait des cordes. J’ai tout de même passé un très beau moment à m’époumoner au rythme de ses plus grands succès.

Hubert Lenoir » dimanche

Je suis arrivée à Santa Teresa dimanche le coeur triste puisque l’horaire des spectacles ne concordait pas du tout avec mes envies. Hubert Lenoir et Klô Pelgag étaient en spectacle à la même heure. L’un dans un petit bar et l’autre dans la magnifique église de Sainte-Thérèse. Je savais donc que je devais manquer Hubert et ça me rendait un peu mélancolique. Mais, coup de théatre! Un pop-up show prit place dans une rue non loin de là et je pus voir Lenoir le temps de quatre chansons. Hourra! Fidèle à son habitude, il se donna à 110% allant même jusqu’à bloquer la circulation dans la rue et brandir vers le ciel son fier majeur. Deux ou trois madames outrées et le tour est joué!

Dead Obies » dimanche

Après presqu’une dizaine de spectacles à mon actif, je me dis toujours que Dead Obies ne pourra plus me surprendre. Eh bien non! Alors qu’un important membre du groupe, Yes Mccan, annonçait deux jours plus tôt son retrait définitif de la formation, Dead Obies a livré toute une performance. Redoublant d’énergie même avec un gars de moins sur scène, la foule en redemandait encore et encore.

High Klassified » dimanche

Quand on parle de High Klassified, on parle de style, de beat et d’ambiance. Très nouvellement fan, j’ai profité de chaque minute de son set qui s’est allongé plus que prévu parce que… why not? Le seul hic : la deuxième moitié de son show tombait en même temps que le supposé spectacle de Lil Uzi Vert. Bref, la foule s’est rapidement déplacée vers le rappeur, laissant peu de gens danser sur l’incroyable son de HK.

Klô Pelgag » dimanche

Je croyais arriver à la dernière minute au spectacle de Klô et ainsi avoir une place médiocre. Grâce à Lil Uzi, je suis arrivée plus tôt que prévu à l’église et j’ai donc pu profiter d’une vue incroyable sur le plus beau spectacle de tout le festival. Rien à dire, excepté :

Wow wow wow et re-wow!

À l’année prochaine!

 

Retour sur le festival Santa Teresa

Meggie Lennon & Romain Thibaud, CKIA, 22 mai 2018

Festival Santa Teresa 2018

Par Meggie Lennon de POP Velours et Romain Thibaud d'Entrée d'secours

Pour lancer le coup d’envoi de sa 2e édition, Santa Teresa avait mis le paquet. Plusieurs notaient qu’il s’agissait ici d’une programmation ambitieuse et surprenante; Feist, Lil Uzi Vert, The Voidz, Mount Kimbie, Wolf Parade, tout ça, dans le petit patelin de Sainte-Thérèse. Bref, un gros coup pour la bande de Julien Aidelbaum, le fondateur du festival.

Jour 1: Que du plaisir avec Feist

Pour la première soirée, nous nous sommes concentrés sur l’Église Ste-Thérèse d’Avila qui accueillait Feist. La Force (Ariel Engle de Broken Social Scene) ouvrait la soirée avec son electro-pop très dénudé ici par la formule trio. Nous vous invitons d'ailleurs à la découvrir grâce au premier simple "You amaze me" lancé la semaine dernière.

[ • • • ]

Feist arriva un peu après 21h, entourée de 3 musiciens. Elle a rapidement conquise la foule en essayant de parler française. L’effort était charmant. Après avoir convié la foule de s’avancer et de s’asseoir à ses pieds, elle a chanté à propos de la déception, de la recherche de soi mais surtout de l’amour en traversant avec aisance sa discographie.

The Reminder: I feel it all, My moon, my man, 1-2-3-4

Let it die: Mushaboom, Gatekeeper, Let it die

Metals: The bad in each other, How come you never go there, A commotion

Pleasures: Pleasures, I wish I didn’t miss you, The wind

On a même eu droit à une visite surprise de Safia Nolin qui est venue, à la toute fin, se joindre à Ariel Engle et Leslie Feist pour chanter Cicadas and Gulls de son album Metals. 

Jour 2: Pluie d’annulations à Santa Teresa

Pour la 2e journée, nous étions préparés. Parapluie, souliers plateformes et imperméables puisque la pluie était au rendez-vous dès 16h. Cependant, il en a été autrement pour le festival qui n’était visiblement pas prêt malgré le message clair. On pouvait lire sur le site: les spectacles auront lieux, beau temps, mauvais temps. Malheureusement, Dame Nature et le manque d’organisation ont fait en sorte qu’Alice Glass et The Voidz ont dû annuler leur prestation. Wolf Parade ont été chanceux. Le MonteCristo était disponible pour les accueillir. Pas de chance, il en fût autrement pour nous, la file d’attente était tellement longue! Nous nous sommes donc réfugié au Cha-Cha, le temps d’un soundcheck de Sofia Bel. La foule était visiblement confuse puisque plusieurs applaudissaient entre les différents check-up d’ajustement de voix ou d’instruments. D’ailleurs, le festival n’a pas aidé à réduire cette confusion en n’envoyant aucun message quant aux annulations de spectacles. Dommage!

Même The Voidz a communiqué davantage avec ses fans sur le réseaux sociaux pour annoncer l’annulation de leur spectacle. La scène était trop glissante. Ils reviendront dans quelques mois. Gageons qu’ils seront à Montréal et non à Ste-Thérèse!

Après plusieurs heures d’attente et de pichets à 14$ au Pomme-Frite, nous nous sommes finalement dirigé vers le spectacle de Rone (notre 1er spectacle de la journée!). Contrairement à mon collègue, j’ai vite désenchanté. Moi qui m’attendait à un Rone planant comme je le connaissais, je fus accueilli par des beats gabber techno. L’intensité était au maximum. La foule était en feu mais je crois que la fatigue accumulée ne pouvait faire en sorte que je puisse tolérer ce matraquage d’oreilles. La suite avec Darius a été un peu plus agréable avec un mélange un peu plus dancehall plein de positive vibes pour danser. Le clou de la soirée fut sans doute Todd Terje qui semblait tout juste de débarquer de l’avion.  Un véritable pro, il enchaînait morceaux après morceaux avec un efficacité phénoménale et avait plein contrôle sur la foule. 

Nous n'avons pu nous présenter à la 3e journée. Ceci étant dit, nous avons entendu parler d'une autre vague d'annulations et de problèmes de gestion des communications. Santa Teresa est un festival en pleine croissance qui détient beaucoup de potentiel mais qui devra miser sur de meilleures stratégies pour les années futures.

 

L'expérience Santa Teresa

ROOTH, NONEFIT, 22 mai 2018

Le festival Santa Teresa avait lieu ce week-end comme vous avez pu le deviner…à Sainte-Thérèse. Le festival, qui en est à sa deuxième édition, fait place au talent de la scène locale, mais également à des artistes internationaux de la relève ou bien établis.

Nonefit était sur place avec un accès exclusif aux festivités et nous avons décidé de faire un compte-rendu de notre expérience sur les lieux.

Tout d’abord, il est important de noter que nous étions présents que pour la journée de dimanche, étant donné que tous les artistes Hip Hop avaient été programmés pour cette journée-là.

[ • • • ]

Un des points positifs que nous avons relaté était en lien avec la foule et les festivaliers présents. Lorsque l’on pense à Sainte-Thérèse, on ne s’imagine pas qu’il s’agit de l’endroit le plus représentatif de la diversité, toutefois nous avons été agréablement surpris de voir des gens de tout âge, d’origines ethniques différentes dans une atmosphère très inclusive.

Toujours dans le positivisme, il faut mentionner les food truck présents, tout particulièrement celui du l‘gros luxe qui servait notamment une poutine au porc effiloché qui aurait mérité sa propre chronique tellement elle était délicieuse et pour 12 $, il faut dire que ça valait totalement le coup.

Pour ce qui est des boissons et des rafraîchissements offerts sur le site, nous devons admettre que nous avons été agréablement surpris de constater que tout était relativement abordable, toutefois, il faut noter que la teneur en alcool pour les cocktails variait beaucoup selon l’endroit sur le site où le cocktail avait été acheté.

La section VIP est un autre point positif que nous relevons de cette édition, aménagé tout juste à côté de la scène principale, l’espace décoré dans une thématique que nous pouvons qualifier de religieuse-exotique, donnait accès à des toilettes privées et nous a également permis de croiser certaines célébrités du milieu québécois.

Maintenant, pour ce qui est des performances auxquelles nous avons assistées, nous nous devons de saluer globalement les performances de tous les rappeurs issus de la scène locale. Notons tout particulièrement Loud, qui semblait en pleine possession de ses moyens sur la scène principale.

Notre compte-rendu serait incomplet sans que nous puissions exprimer notre déception face aux nombreuses annulations survenues au cours de la journée. En effet, les principales têtes d’affiche, telles que Trippie Redd, Ski Mask The Slump God et Lil Uzi Vert ont toutes éprouvés des difficultés à la frontière au grand désarroi de la foule qui a d’ailleurs exprimé sa déception de manière violente à la toute fin.

Somme toute, le festival est encore jeune, donc nous allons donner une chance au coureur, d’autant plus qu’il y a plusieurs aspects positifs à tirer de l’expérience générale. Nous espérons que les difficultés éprouvées ne décourageront pas les organisateurs, car le festival est une plateforme essentielle pour les artistes locaux cherchant à se faire connaître du public québécois.

 

The highs and lows of the Santa Teresa music fest

MR. WAVVY, CultMtl, 22 mai 2018

This weekend marked the second edition of the Santa Teresa festival. After a smaller scale event last year, the Sainte-Thérèse affair went with a far more ambitious approach this time around, promising more international acts. Unfortunately, nothing went as planned. The bulk of Saturday’s outdoor shows were axed due to weather restrictions. Rappers Trippie Redd, Ski Mask the Slump God and Lil Uzi Vert were absent from the festivals closing day, allegedly due to border issues.

As a natural-born cynic, it was admittedly entertaining to watch all of the mayhem unfold. Here are the highs and lows of Santa Teresa 2018:

CRi

The first performance of the day is never an easy feat. It can be hard to read your crowd, especially when they are only just entering the performance grounds. Montreal producer CRi has received a number of these placements in the past year, a true double-edged sword; on one hand, it can be difficult to win an audience over in these situations, but if you can, the payoff is fantastic. In any case, CRi’s summer-friendly sounds are more than appropriate for (literally) warming up a mixed festival audience.

[ • • • ]

Sans Pression

I never thought I’d be typing the words “Sans Pression saved the day,” yet here we are! After nearly five hours of no outdoor shows due to heavy rain, the rap-Queb icon came through with some old-school sound to satisfy the masses. Well, kind of…

SP is painfully out of touch with the genre’s current climate. His street sound can be likened to 50 Cent, with acts like Dead Obies coming through like Kanye and making it cool to be eccentric. Belting “Do you support rap franco?” ultimately sounded more fearful for his own fate than anything else. The set got progressively cringeworthy as it continued, between giving away mixtapes and playing an egregious remix of Ed Sheeran’s “Shape Of You.”

Nevertheless, Sans Pression managed to win fans over. The fans don’t care about history, they were just happy to hear some music. Even if that music sounds like the artist is stuck in 2003.

July Talk

July Talk is a band I have never deliberately sought out live, yet have caught a handful of times due to their prominence on the festival circuit. The band has retained roughly the same dynamic they’ve had for years, and not necessarily in a bad way. They’ve found something that works: a rough, playful back and forth between vocalists Peter Dreimanis and Leah Fay.

They are Canadian in the best way possible, asking the audience to “Please put [their] hands together for everyone working to make this show happen in the rain.” Using the same approach to performing over an extended period can be dangerous for musicians (see Loud below), but July Talk tap into what makes them unique and stick with it, doing a graceful job at countering this stigma.

Nick Murphy

“Talk Is Cheap” and Australia’s Nick Murphy lives by his words. The artist formerly known as Chet Faker sped through songs in just over an hour’s time due to the Santa Teresa’s “tight [11 p.m.] curfew.” His use of multi-instruments helped to stimulate and impress what was undeniably the most well-received Saturday set. The artist’s music since reverting to his government name is nowhere near as memorable as his early work, yet still impresses in terms of technical ability. Murphy’s low energy was not appreciated in the moment, but ultimately served as an apt calm before the storm that we would face the following day.

Ragers

One of the few festival elements that Santa Teresa got right was their afterparties. This was in large part due to allowing Ragers’ member Billy Eff Williams to curate the line-up. “The staff were so excited to see us,” Williams told me outside, on what is clearly one of the most exciting weekends of the year for Sainte-Thérèse locals.

Inside HB Bar, there was barely any room to move. It’s hard to imagine the spot would look as full on any other night. Williams, who goes by Ativan Halen when he hits the turntables, supplies house heaven for festival attendees alongside his fellow Ragers. The band’s live set on Sunday is a total 180°, with enough funk to give Busty and the Bass a run for their money.

Dead Obies

“The boys are back!” Snail Kid announced gleefully as the Obies took the stage for their first performance as a five-piece. Plenty was up in the air this time around, with fans uncertain how the group would present themselves following the departure of Yes McCan. In a rather surprising move, the boys chose the petty route. Lyrics were slightly altered to include lyrics about the former member, though all disses remained subliminal for the most part.

All hostility aside, nothing has changed about the Longueuil lyricists’ consistent camaraderie. The set brought forth the biggest singalong moments of the weekend. A trifecta of new tracks were met with a warm reception. Changes may be in motion, but DO’s reign isn’t going anywhere.

Ghostemane

“All I smell is vape juice,” says a stranger from a distance, as punks and edgy teens gathered together to celebrate the music of a madman. Ghostemane’s mid-afternoon show saw the most wide-ranging crowd of the festival. This is quite representative of his music, a chaotic blend of metal and mumble rap (not to mention the only outdoor performance with consistent pits and wall of death). Songs were so bass-heavy that it was hard to hear my own thoughts, one of the many flaws about having a festival on parking lot grounds.

“This is honestly the first festival I’ve ever played that I’ve actually enjoyed,” the rapper announced towards the end of his time on stage. An act with such interesting crossover appeal, events like Rockfest should consider someone like this for their future.

Loud

It’s no secret that Loud has a solid lock on the Quebec market. Une année record was undeniably 2017’s best franco-rap album. The rapper has toured the province to sold out crowds night after night. After ending work with the trio Loud Lary Ajust a mere couple of years ago, Loud seems more than comfortable as a solo artist.

However, it seems as if fan fatigue is arising. Sunday’s performance felt like a magician who has run out of tricks. Most of the Santa Teresa crowd seemed to have seen Loud live beforehand, myself included. While his sets are certainly agreeable, it may be time to spice things up.

High Klassified

As Laval’s finest took to the Redbull Stage, it quickly became clear that this would not be an average performance for him. “This will be my first set sober,” the DJ announced before diving into his set. Anyone who has followed High Klassified’s Instagram over the past week could make sense of this, with detox juices flowing through his “My Story” posts. Playing a cut from J. Cole’s anti-drug KOD album early in the performance only helped further assert HK’s distance from drinking.

Despite this newfound sobriety, the “Coming Out Strong” producer still bears the same focus and energy as usual. Trippie Redd and Ski Mask the Slump God tunes were spun as a “tribute” to the two rappers not making it over the border, though it is Klassified’s own tunes that deliver the best crowd reactions.

 

Des festivaliers pourront être remboursés

Raphaël Gendron-Martin, Journal de Montréal, 21 mai 2018

Le festival Santa Teresa, dont la deuxième édition s’est tenue le week-end dernier à Sainte-Thérèse, a été enseveli de commentaires négatifs sur les réseaux sociaux, lundi.

Plusieurs spectateurs ont fait part de leur mécontentement à la suite de l’annulation du spectacle du populaire rappeur américain Lil Uzi Vert, qui devait clôturer le festival, dimanche soir. Après plusieurs heures d’attente, l’organisation avait annoncé au public que le spectacle n’aurait pas lieu, le chanteur ayant été refoulé aux douanes.

Remboursement

Contacté par Le Journal, le fondateur de Santa Teresa, Julien Aidelbaum, a confirmé que tous les festivaliers qui s’étaient procuré un billet pour la journée de dimanche avaient été contactés par courriel, lundi matin. « Ils auront jusqu’au 1er juin pour se faire rembourser », dit-il.

[ • • • ]

Samedi, la météo pluvieuse a aussi compliqué la tâche des organisateurs, qui ont essayé de déplacer des concerts à l’intérieur. Certains festivaliers ont alors déploré le fait qu’ils n’avaient pu entrer dans certaines salles même s’ils avaient des passes. À ce sujet, le fondateur indique que les plaintes peuvent être envoyées au info@santateresa.ca.

Santa Teresa a doublé le nombre de ses visiteurs, avec 21 000 billets vendus, contrairement à 10 000 lors de sa première édition. Lundi, l’organisation a confirmé que le festival reviendra en 2019.

 

ENTREVUE

Annie Desrochers, Le 15-18, ICI Radio-Canada Première, 21 mai 2018

https://ici.radio-canada.ca

 

Montreal festival season kicked off with Santa Teresa

Marc Andrew, MarcAndrew Blog, 21 mai 2018

Festival season in la belle province kicked off last weekend with Santa Teresa.

The three-day music fest, which returned for its second year, ran from Friday, May 18 through Sunday, May 20 and was held in the Montreal suburb of Sainte-Thérèse.

There it hosted musical guests from here at home and abroad including showstoppers like Feist, Stars, Wolf Parade and Nick Murphy (formerly known as Chet Faker).

Over 50 acts performed around the festival site made up of a main outdoor stage, the Ste-Thérèse-d’Avila church and 7 other intimate venues in the quaint downtown core of the North Shore town.

Despite a couple hiccups completely beyond the fest’s control (like rain, a handful of last minute cancellations and a tiny little riot), the event was a success and organizers already announced their third edition of Santa Teresa slated for May 2019.

 

Rain and Riots at Santa Teresa Festival

Erika Morris and Miriam Lafontaine, The Link, 21 mai 2018

The second edition of the Santa Teresa festival located just north of Laval was probably one of the oddest festivals either one of us had ever attended.

The music festival that ran from Friday to Sunday was hectic to say the least. There was rain, cancelled shows, and riots broke out by the end of it all.

But there was nothing we couldn’t handle.

Feist

To start the weekend off we went to see Feist, the big headliner of the festival. She performed at the Sainte-Therese d’Avila church, whose entire front was under construction and covered in bright orange tarp.

Feist was an enchanting artist in her sundress. Her ballads were upbeat at times, but not enough to satisfy.

Having both been raised Catholic, it was like being at church with all our relatives when we were younger. Except this time the church was a lot fuller than any we’d ever been in before.

[ • • • ]

There was a crucifix of Jesus looking over us, making us somewhat uncomfortable, and in between songs, Feist interjected the lit church with odd ramblings and poorly spoken French.

“It’s interesting that you never really know anyone, not even Jesus. We didn’t know him,” she’d say.

“Look somebody in the eye–-and let them know that you want to leave the party with them…Is it even a party if you don’t leave the party with the person you wanted to leave the party with?”

She kept going on in a high pitched voice. The crowd started to sit around her on the ground. We felt overwhelmingly peer pressured by Feist to “leave the party with someone” (not in our plans for tonight), and so we left.

Despite being the headliner, Feist was a bit cringy. This left us wondering if Lil Uzi Vert would be better.

Alley Rave Party

We decided to scope out the closed-off street that made up the festival and found an alleyway that had been decked out with “old-school” video games like Dance Dance Revolution.

Someone had left a JBL speaker with an auxiliary cord for people to play their own music. A few ravers decided this would be the perfect time to “faire peter la teuf” with hardcore drum and bass music.

When “WOOP WOOP IT’S DA SOUND OF DA POLICE,” blared onlookers jumped, startled by the abrasive noise. An organizer hastily chastised the ravers, as apparently that music was too aggressive and not inclusive enough for the majority of festival goers.

The ravers weren’t going to let themselves be discouraged though, and continued playing friendlier sounding drum and bass music. I finally felt home somewhere I could shuffle. Onlookers joined the little party and flailed wildly while the confused bros decided this would make the perfect Snapchat story.

But when the 11 p.m. noise curfew came, the alleyway rave was shut down–with the promise of starting again the following evening.

Voyage Funktastic

After we got kicked out of the alley, we decided to check out Voyage Funktastic, a Montreal-based band that sounds like a Québécois Tame Impala.

The show took place in a small bar with slot machines. While the festival goers swayed dreamily to the funky music, locals continued to play their slot machines, seemingly annoyed by all the hipsters taking over their usual watering hole.

The Alice Glass That Never Happened

We woke up Saturday morning excited to see Alice Glass. Previously the lead singer of Crystal Castles, the now solo goth promised to make all our 16 year-old raver girl dreams come true.

And then it rained.

We started to wonder why hardly any fans were there. It seemed like most of the crowd trekked home, or had gone to Prohibition, a bar just down the street.

We got soaked while waiting. We tried to keep up our spirits by dancing to the jazz music playing, but our moods dropped as the stage crew started to disassemble the stage. We were panicking.

An hour past set time and she was nowhere in sight, and no one was telling us what was going on. One fan yelled at the stage crew, and our hearts dropped when we found out that “outdoor electronic music sets couldn’t be played in the rain.” Our hopes and dreams were crushed, so we left to go eat nachos at Prohibition instead.

Nick Murphy

Despite the rain having fallen to a drizzle, the stage crew had a hard time keeping up with the schedule. Nick Murphy (previously known as Chet Faker) started his set half an hour late, but our annoyance dissipated the second we heard the opening notes to Gold. We swayed and sang our hearts out, completely forgetting about the wet and the cold.

Murphy’s set was condensed as he only had half an hour to play, but he filled it with fan favourites like 1998 and Talk is Cheap. We left wanting more.

Tommy Genesis

We soon walked into a small bar playing Pierce the Veil and waited while the bros strolled through. Tommy Genesis was also late, but the Vancouver rapper made up for it with her banging set.

With her cute and sultry aesthetics paired with her aggressive hyper-sexual verses, Tommy was on brand. She jumped, thrashed, and screamed on the stage while her fans mimicked her energy. She’s a bad bitch.

She had no reservations going into the crowd to dance with fans as her security guards looked #concerned. Fans were so impressed by her set they demanded an encore, but since her DJ had only prepped a handful of songs she played Tommy again. No one was upset. We were in love.

Mount Kimbie

After seeing Mount Kimbie we decided to stop by the Couche-Tard to save some money on festival beer. We had to change plans since by the third day of the festival all media personnel got barred from the VIP booth where drinks were cheaper.

After waiting in a line that circulated through the street we finally got our beer. Upon leaving we were given plastic cups by the cashiers. Outside festival-goers and locals sat on wooden benches, but police didn’t seem to mind as we all sipped from Couche-Tard cups. We weren’t aware of this loophole in the law until recently. Maybe it only applies to festivals.

The Dead Obies

We wanted to check out local bands and heard the Dead Obies were hip and cool with the kids, so we were intrigued.

The Dead Obies make Québécois rap with a lot of Franglais. Their music is an odd mix of American-style hip-hop and Québécois culture. It could have made for an interesting sound, but they unfortunately didn’t pull it off. The Dead Obies had great energy.

Their energy was infectious though and the crowd was pleased. We trap danced ironically, waiting impatiently for Ghostemane’s set.

Ghostemane

Ghostemane sort of looks like a Yugioh character, or a bit like someone who watched too much anime in his mom’s basement. He was clearly one of those former emos who then transitioned to $uicide Boy$-style rap.

We felt out of touch with the crowd. Ghostemane’s music obviously appeals more to teenagers, and the music was a bit too angsty for us. With ongoing suicide references in his lyrics, self-deprecation, and the attempted forming of a wall of death, the mood was not appropriate for this beautiful sunny day.

He asked the crowd to put their hands up after every song. The Lil Uzi Vert fans who were only there to save their good spots watched uncomfortably but refused to budge. There were a surprising amount of younger teens screaming along and we were #distraught.

Petit Uzi Vert

Some fans sported clout glasses, others wore tracksuits, or bright camo pants. Some boys braided their short hair, letting them peep out of their pink Golf baseball caps. The trap goth’s efforts went wasted though.

Fans started to boo and flip off the stage, and soon the crowd began throwing water bottles and cigarette butts at the stage. There was a massive delay from event organizers to explain what was going on, and that paired with jazz music in the background only seemed to exacerbate the crowd’s anger.

Many left the venue, but others didn’t want to give up hope just yet, even if it was past sound curfew. It was only at 11:30 that an organizer reached the stage to let the crowd know the concert was cancelled.

It was right about then that all hell broke loose.

Fans jumped over the gates and onto the stage. Some of them were trolling and tried to put on their own show by dancing, but soon jumped off as the more angry fans threw subwoofers off the stage and toppled speakers.

Some that left the crowd went on to smash ATM machines, kick over trash cans, and tip over the outdoor toilets. Others lit fires.

Santa Teresa soon sent out emails to festival goers with information about how to get refunds for their Sunday tickets.

Luckily for us we stayed away from the angry crowd by going to (SANDY) Alex G’s show instead. We felt more adequate in the crowd of hipsters. His blend of chill indie music and more upbeat tunes made us feel like maybe this day of the festival hadn’t been that bad. The adventure had been worth it after all. It did make for a great story, at least.

Despite all the mishaps, the festival released a statement saying that there will be a third installment next year.

 

Le charme d’Hubert Lenoir, l’impact de Loud, le «retour» de Dead Obies et 4 autres trucs à retenir de Santa Teresa

André Péloquin, Journal de Montréal, 21 mai 2018

Contre averses et annulations de concerts, Santa Teresa clôt une deuxième édition aussi audacieuse que convaincante.

Malgré un samedi particulièrement gris et l’annulation de prestations, dont celle tant attendue de Lil Uzi Vert, Santa Teresa a tout de même réussi à s’imposer sur l’échiquier – déjà très serré – des festivals d’été québécois.

Se glissant quelque part entre la chaleur et la dimension humaine du FME et l’ambition d’Osheaga, l’édition 2018 de l’événement confirme que le succès de sa première mouture n’était pas qu’un coup de chance.

[ • • • ]

Sur ce, voici sept choses qu’on en retient.

1. ON Y A VU «L’EFFET HUBERT LENOIR» EN ACTION

Si, sur les réseaux sociaux, Hubert Lenoir semble polariser. En chair et en os, l’artiste captive bel et bien.

À peine notre entrevue terminée, des festivaliers – jeunes et même «d’un certain âge» – se sont rués sur le chanteur du moment ce samedi. 

Même scénario le lendemain, lorsque Santa Teresa a annoncé la tenue d’un court concert extérieur surprise à quelques heures de son spectacle au chic bar Cha Cha (sans blague, l’endroit vaut la peine).

Bref, pour celles et ceux qui en ont vraiment contre son look, les nuits seront longues, car l’engouement entourant le dandy est looooooiiiiiin de s’estomper.

2. L’EFFERVESCENCE ENTOURANT LOUD NE S’ESTOMPE PAS

Près de six mois après la parution de son fameux LP Une année record qui lui aura autant permis de rejoindre le grand public que les cousins français, Loud passera l’essentiel de son été sur la route.

Sa prestation à Santa Teresa était, en fait, le coup de départ d'une grande vadrouille qui le mènera ensuite au Festival d'été de Québec, à Osheaga ainsi qu'au fameux Beachclub, notamment.

À en croire la réaction du public - qui répétait ses rimes comme s'il également sur scène -, l'année record se poursuivra en 2018 et même plus.

Il faut dire que Loud, en concert, c'est du solide.

3. DEAD OBIES SEMBLAIT AVOIR QUELQUE CHOSE À PROUVER

C’est connu, Dead Obies ne fait pas dans la dentelle.

Or, quelques jours à peine après l’annonce du départ de Yes McCan de la troupe, le combo semblait prendre le mors aux dents pour cette prestation particulièrement explosive.

Bien que l’absence de McCan ait été remarquée, les fans n’en ont pas fait un cas. Le deuil semble fait à en juger la réaction des festivaliers.

4. IL Y A EU DES COMPROMIS POUR LES PLUS PATIENTS...

Samedi, l’événement a donc été victime de dame Nature.

Malgré la bonhomie du public, les spectacles extérieurs ont finalement été retardés puis déplacés en salles, transformant – par exemple – une prestation de Wolf Parade en concert intime... où il fallait s’armer de patience et d’espoir pour y avoir accès.

Un bon compromis pour les chanceuses et chanceux qui s’y sont glissés. Pour les autres, par contre...

5. ... ET UNE PAS PIRE SURPRISE 

Toujours samedi, Sans Pression – lors d’une prestation surprise! – a bravé les éléments (OK, c’était du crachin rendu là) pour le plus grand bonheur des festivaliers.

6. C’EST UN FESTIVAL «DE RÉGION» TRÈS «MONTRÉALAIS»...

Malgré le nom du festival, j’ai eu de la misère à trouver des mélomanes locaux parmi la foule.

«Il y a beaucoup de monde de Montréal», a également noté une employée de BMO qui invitait les visiteurs à participer à un concours en échange de données personnelles. «J’ai noté beaucoup de codes postaux [provenant de l’île].»

«Je dirais que [c’est un événement] surtout attendu par les gens de Montréal», fait valoir Camille, 17 ans, résidente de la région, de passage samedi à l’événement. «Personnellement, à mon école de Rosemère, personne n’en parlait vraiment.» 

Selon la festivalière, flanquée de deux amies montréalaises pour l’occasion, la direction musicale de Santa Teresa est tout particulièrement séduisante pour les résidents de la métropole. «La vibe est vraiment plus montréalaise, je dirais. Les gens [de la Rive-Nord] s’intéressent moins à la musique émergente, en général.»

«C’est très intéressant comme festival. Le public est aussi différent que les artistes programmés», note Agathe 19 ans, bénévole au festival, et qui habite justement à Montréal.

 C’est l’inclusion du groupe électro pop français Her à la programmation qui l’a tout d’abord amenée à s’impliquer au sein de l’événement. «C’est aussi une bonne excuse pour sortir de Montréal», glisse-t-elle. Parmi ces découvertes, elle note les groupes locaux Chocolat et Chose Sauvage qui échappaient toujours à son radar.

7.  ... ET CES TOURISTES SONT LES BIENVENUES!

«Santa Teresa a déjà un impact énorme», lance Nancy Demers, propriétaire du casse-croûte Crèmerie centrale depuis trois ans, une institution de Sainte-Thérèse vieille d’une cinquantaine d’années qui se trouve sur le site du festival.

«L’année passée [lors de la première édition], on a fait un très bon chiffre d’affaires. Cette année, on l’a déjà triplé, voire quadruplé», lance-t-elle, visiblement satisfaite.

Au-delà du pécule, Mme Demers fait valoir que l’attitude des festivaliers est irréprochable.

«Le monde est gentil, serviable. Je n’ai pas un mot à dire! J’suis pas fine, mais comparativement [au party de la] Saint-Jean, c’est le jour et la nuit! [...] J’en prendrais à tous les jours!», glisse-t-elle, faisant valoir que plusieurs personnes d’affaires de Sainte-Thérèse voient l’événement du même œil. 

 

Fans Riot As Lil Uzi Vert Cancels Santa Teresa Show

Erika Morris, The Link, 21 mai 2018

They had put on their best outfits. Some wore thick camo pants, some wore black sweatsuits. Others had on their clout glasses, Lil Uzi Vert tee-shirts, and bucket hats.

On Sunday night fans rioted after Lil Uzi Vert didn’t show up for his 9:45 p.m. show. This came after other acts like Trippie Redd and Ski Mask The Slump God were cancelled due to passport issues with the artists.

At about 11:30 p.m. the stage crew barely had time to walk off stage before fans jumped over the gates and onto the stage, setting off a smoke machine, and trashing equipment. Speakers on the ground were then toppled, while subwoofers were thrown off the stage.

Some fans who left the crowd went on to break ATM machines, turn over outdoor toilets, throw garbage on the ground, while others set fires before leaving the venue.

[ • • • ]

Fans who came to see Lil Uzi Vert started to get impatient after waiting at the main stage all day under the hot sun.

Their frustration was likely exacerbated as the same six jazz songs had been playing since Oh Wonder had finished their set 45 minutes ago.

With 15 minutes left to curfew for all outdoor shows, fans realized the show wouldn’t go on but refused to budge. By 11:30 p.m. a festival employee walked on stage.

“Lil Uzi Vert’s concert is cancelled,” he said to the angry crowd. “You will all receive an email with the refund procedures shortly. Please proceed to leave calmly and respectfully. Have a good evening.”

Fans did not leave calmly and respectfully.

One-day passes for Sunday were $50 and some fans had also paid $300 for three-day VIP passes.

Festival organizers said in a statement they tried their best to negotiate with authorities to grant the three acts entrance to the city, as they had already arrived at the Dorval airport.

“We believed that we could [get them in] up until the last minute,” said Julien Aidelbaum and Nycholas Fortin, the organizers of Santa Teresa. “It’s the festival-goers who had to wait too long to get confirmation the shows would be canceled and we apologize for that.”

 

Festival Santa Teresa @ Sainte-Thérèse

David Atman, Daily Rock Québec, 21 mai 2018

Le Santa Teresa s’est terminé dans le grabuge et c’est malheureusement ce qu’on retiendra de cette édition. L’une des têtes d’affiche du festival, un rapper américain, Lil Uzi Vert, a été retenu aux douanes. Le festival avait pourtant annoncé que celui-ci était bel et bien arrivé, mais après avoir fait patienter les fans plus de deux heures, on leur a ensuite annoncé comment se faire rembourser. Nous ne parlerons pas d’émeute, mais juste d’un peu de brasse-camarade avec de jeunes hommes pleins de testostérone, et d’un peu de matériel de sonorisation en morceaux. Attendons la version officielle des organisateurs avant de se prononcer, mais, plus qu’uniquement le Santa Teresa, cet événement entachera certainement la diffusion de spectacles Hip-Hop au Québec. Le Pouzza quant à lui se déroulait au même moment au Quartier des Spectacles et réunissait des milliers de punks anticapitalistes et portant fièrement le logo de l’anarchie. Aucun événement n’a été déclaré.

[ • • • ]

Cette programmation diversifiée a également réuni un public diversifié. Cette dernière journée du festival est très achalandée de personnes se situant entre 12 et 40 ans venus voir et entendre des artistes de tous horizons. C’est le Folk et la bière de microbrasserie qui attirent notre attention du côté du St-Graal de la rue Turgeon où Mon Doux Saigneur et Dave Chose (ex-Faudrait faire la vaisselle) devaient performer devant une salle bien réchauffée. Les deux coqueluches montréalaises ont été accueillies avec beaucoup d’énergie par un public déjà conquis.

La raison de notre présence était principalement pour assister à La Messe Thoracique de Klo Pelgag et de ses invités. La nouvelle grande dame de la chanson québécoise devait enchanter l’église Sainte-Thérèse-d’Avila de son aura baroque et surréaliste. Elle en surprendra plusieurs avec son spectacle théâtral alors que le public retient son souffle à plusieurs occasions. Nous retiendrons surtout la performance avec Violett Pi de sa pièce Labyrinthite qui fût l’un des grands moments du spectacle.

Le after-party se voulait beaucoup plus abrasif alors que les policiers tentaient toujours de disperser la foule à l’extérieur, le groupe punk-hardcore torontois Fucked Up s’époumonait au Montécristo devant une 40aines de fans alors qu’au même moment, It It Anita de Belgique, qui disait-on avait un petit quelque chose de Sonic Youth, était à une salle à une 15aines de minutes de marche de là. Je n’ai pas pu entendre un seul morceau.

Le Santa Teresa aura réussi à attirer de grandes foules, toutefois plusieurs en sont restés mécontents à y voir l’état des lieux. Faudra-t-il également à un certain moment se brancher sur le type de programmation qu’on y présente ou le public cible qu’on tente de rejoindre? En attendant, on espère tous que les organisateurs reviendront en force de cette malheureuse aventure.

 

ENTREVUE

Journal de Montréal, 21 mai 2018

http://www.journaldemontreal.com

 

Santa Teresa 2018 - Deuxième édition mouvementée...

Victor Perrin, Sors-tu.ca, 21 mai 2018

Entre la pluie et le beau temps, le jeune festival Santa Teresa en aura vu de toutes les couleurs pour sa deuxième édition. Avec une programmation riche et éclectique, le village des Laurentides aurait pu se prévaloir d’une appréciation réjouissante si les annulations et problèmes organisationnels n’avaient pas terni la fin de semaine…

Il y a fort à parier que cette édition de Santa Teresa fera jaser sur les réseaux sociaux et aura fait pousser des cheveux blancs aux organisateurs. Car oui, il y eu d’abord cette gestion incompréhensible samedi lorsque pendant des heures, aucune information ne fût communiquée aux festivaliers tandis ces derniers attendaient, pour beaucoup, sous une pluie battante faute d’abris.

[ • • • ]

Pourtant, un bulletin météo, ça se lit, mais visiblement pas à Sainte-Thérèse… Conséquence : double annulation du spectacle de Her (à l’extérieur puis avant Rone) tout comme ceux de The Voidz et Alice Glass, ex-membre de Crystal Castles.

Puis il y eu ce dimanche ensoleillé qui devint plus sombre avec les annulations de Ski Mask The Slump God, Trippie Redd et surtout Lil Uzi Vert qui entraînera des émeutes autour de la scène extérieure avec notamment du matériel son saccagé par des imbéciles.

On pourrait faire des raccourcis et résumer ce weekend supposé « festif » par ce triste enchaînement d’évènements embarrassants pour un festival qui grossit (peut-être trop) vite au point d’exploser en plein vol. Pourtant, malgré des manquements organisationnels (communication hasardeuse, transports en commun débordés, Cabaret BMO et Cha Cha trop étroits, indications insuffisantes sur le site, mauvaise adaptabilité selon la météo), ce serait faire injure au Santa Teresa que d’affirmer que sa deuxième édition est totalement ratée. Ratée oui, sur certains points, mais surement pas totalement car on a eu droit à certains moments magiques.

Feist, divine et envoutante

Si l’on peut résumer la première soirée, elle serait un brin enchanteresse car à l’opposé du rock décontracté du talentueux Alex Burger, de l’énergie folle et contagieuse de Chocolat ou de la synth-pop intriguante d’Anatole, l’Eglise Ste-Thérèse-d’Avila accueillait une toute autre ambiance pop.

Il y eu d’abord La Force (Ariel Engle de son vrai nom) qui, par sa voix feutrée, su captiver un public qui s’installait progressivement pour la venue de Feist. Pendant une demi-heure, une acoustique à la réverbération saisissante se mêlait à la délicatesse d’une batterie souvent effleurée pour accompagner l’interprète du titre You Amaze Me. Sous des applaudissements discrets, la nouvelle membre du Broken Social Scene s’en ira abruptement, laissant sa place à Feist pour un concert de plus de deux heures (!) entamée par l’hypnotique Pleasure.

Puis l’artiste canadienne charme sans mal l’audience en annonçant majoritairement ses chanson en français et en l’invitant à se rapprocher d’elle vers l’autel, l’embarquant au passage dans son monde où le son des cordes en nylon s’élèvent au clocher sur I Wish I Didn’t Miss You ou Baby Be Simple, où la raisonnante batterie s’accouple à une basse assourdissante sur I Feel It All, où le public partage un moment privilégié sur Let it Die et 1234 après que Feist eut la magnifique idée d’inviter La Force et Safia Nolin pour interpréter Cicadas and Gulls.

Wolf Parade en version intimiste

Fort d’un contraste saisissant d’un vendredi en gougounes et d’un samedi en bottines, la deuxième journée pluvieuse aura vu son lot d’annulations marquer les esprits. Les informations au compte-gouttes (c’est le cas de le dire) occasionneront une incompréhension générale et des attentes interminables. Pourquoi ? Sans le malheur d’une scène extérieure peu protégée des intempéries (quelle hérésie pour un festival en plein air !), jamais le bar du Monte Cristo n’aurait accueilli de son histoire un groupe tel que Wolf Parade sur leur petite scène qui côtoie tables de pool et machines à sous.

Une file interminable à l’extérieur qui aura vu quelques 200 chanceux seulement assister à ce moment mémorable et observer de près les mimiques du pianiste Spencer Krug et la prestance que dégage le guitariste Dan Boeckner. Au détour d’un crowdsurfing ou même d’un bar fight, cette proximité aura eu l’effet d’offrir l’adrénaline nécessaire pour se lâcher sur d’excellents titres comme Valley Boy ou Baby Blue.

Un Nick Murphy au rabais

En parallèle, dehors, toujours rien. C’est même l’annulation de The Voidz mais la pluie s’estompe juste à temps pour les Torontois de July Talk. La foule n’est pas nombreuse, sûrement tannée par l’organisation désastreuse de cette journée sensée épique par sa programmation parfaite. Pourtant, elle est réceptive à l’écoute de la sombre voix de Peter Dreimanis qui combine parfaitement avec Leah Fay et sa chemise à fleurs de circonstances. À eux deux, accompagnés d’une sauvage basse-batterie, ils envoient un maximum de puissance dans un rock efficace mais qui peine à lever la foule, sauf sur le single Push + Pull.

Une mise en bouche intéressante avant l’électro planante du français Rone ou l’étincèle sucrée, mais bien trop courte de Nick Murphy (aka Chet Faker).

Le mystérieux Australien redonna un court instant le sourire aux festivaliers avec une performance séduisante qui aura su capter, dès le commencement du spectacle, son public. En jouant d’entrée un Gold plus rock que l’électro-pop connue sous Chet Faker, le natif de Melbourne a montré rapidement qu’il assumait désormais une musique plus complexe, bien aidée par le jeu musclé de son batteur. Avec sa guitare, puis derrière son piano, il enchanta avec les titres The Trouble With Us ou Talk is Cheap avant de quitter rapidement la scène dans une incompréhension palpable (6 titres seulement, décidément !).

Dead Obies et Loud en force

Si Nick Murphy a quitté rapidement sa scène la veille, ce n’était pas le cas de Dead Obies qui a pris le relais d’une fade ABRA. Malgré le départ récent de Yes McCan qui entame une carrière solo, force est de constater que le collectif longueuillois se porte toujours bien malgré son absence. La foule compacte n’en a pas fait un drame et ne s’est pas gênée non plus de s’exciter et reprendre les refrains de la récente Break ou de la géniale Monnaie.

Et le public voulait bien plus que de la monnaie dans leur main puisqu’ils attendaient de pied ferme un Loud programmé en lieu et place de Ski Mask The Slump God et Trippie Redd. Une excellente solution de la part des organisateurs qui voyaient là une occasion en or de concrétiser le succès récent de Loud avec son « Année record » devant une assistance pleine reprenant à pleins poumons les strophes de titres comme Les nouveaux riches ou 56k. Un début de soirée à succès perpétué par les douces mélodies de Oh Wonder, mais qui sera gâchée finalement par les émeutes suite à l’annulation du concert de Lil Uzi Vert (voir notre article paru hier).

Klô Pelgag et sa messe transfigurée

Heureusement, la force de Santa Teresa est de proposer une programmation éclectique qui voit Avery Florence ou Dave Chose animer parfaitement le charmant bar du Saint-Graal mais aussi d’écouter ces émergents artistes que sont Lydia Képinski ou Hubert Lenoir (quel fascinant personnage !) qui intriguent et bousculent les codes établis. Enfin, il y en aura une qui n’a pas nécessairement bousculé les codes mais sûrement les cœurs des gens. C’est Klô Pelgag.

Dans une Église Sainte-Thérèse-d’Avila de nouveau fonctionnelle (et dont on peut regretter l’inutilité pendant le chaos de samedi), la chanteuse originaire de Gaspésie aura orchestré une messe transfigurée et musicale, moins ecclésiastique que d’habitude. Le mot transfiguration n’était pas usurpé puisque parée d’une coiffe liturgique, Klô Pelgag aura fait rire par sa simplicité mais aussi fait lever la foule sur pendant une heure et demie tant sa douce voix est capable de charmer.

Entourée de onze musiciens, son répertoire joué tantôt au piano, tantôt à la guitare, a été interprété magistralement. Certes, la configuration atypique de la salle aura rendu le son moins riche. Il sera toutefois magnifié par la réverbération de l’édifice et les apports superbes des lumières mais aussi des cuivres. Des chansons telles que Les Mains d’Edelweiss ou Les animaux auront troublé sûrement plus d’un avant que, depuis le fond de la nef, le ténor Marc Hervieux rejoigne l’artiste pour un duo surprenant mais néanmoins magnifique sur Chorégraphie des âmes.

C’est aussi ça la magie de Santa Teresa.

 

Je ne suis pas fan de trap, alors j'ai passé une belle soirée

Étienne Grignon et Mathieu Aubre, CHOQ.ca, 21 mai 2018

Il n’y avait qu’une personne devant moi dans la file pour voir Charly Bliss au Montecristo à 21h00. Le garde de sécurité sort sa lampe de poche pour observer sa pièce d’identité et s’assurer qu’elle est majeure. Je prépare aussi ma carte soleil au cas où.

Rendu à moi, il ne demande qu’à vérifier mon sac et me laisse passer. Pour la deuxième fois de ma journée, l’âge semble me rattraper. 

C’est que malgré mes 23 ans (et demi) j’avais l’air vaguement au-dessus de la moyenne d’âge dans les spectacles que j’avais vus plus tôt en après-midi. Mathieu Aubre, qui est arrivé avant moi sur la Scène extérieure, fait le même constat.

[ • • • ]

Mathieu : Les filles de Heartstreets ouvrent le bal et elles prouvent rapidement qu’elles ont compris le niveau. Parce qu’il faut dire que la foule est constituée à pas loin de 70% de personnes mineures à cette heure-là. Fortement soutenu par Vrak ces derniers temps, le duo montréalais réussit à bien approcher la jeunesse de la Rive-Nord et à mettre le party dans la place, malgré le retard d’ouverture du site de près d’une heure et le soleil qui tape. Un défi pas facile à relever, mais que les filles surmonteront à coup de bonnes pièces RnB et hip-hop légères et bien estivales.

Mount Kimbie pognera moins le niveau par la suite par contre. Le duo de DJs anglais, ici sous forme de band live en quatuor, semble un peu trop obtus pour ce à quoi une bonne partie du public s’attend comme musique. Qu’à cela ne tienne : j’assisterai personnellement à la meilleure prestation de ma fin de semaine durant leur un peu trop court à mon goût. Le groupe se concentre principalement sur des réinterprétations des pièces de leur excellent opus Love What Survives, paru l’an dernier, tout en s’échangeant claviers et basse allègrement. Bel usage également de deux synthétiseurs modulaires, qui semblent intriguer bien des jeunes amateurs de rap dans la place.

Étienne : De mon côté, ma troisième journée avait commencé avec la chanteuse américaine ABRA. J’ai beaucoup aimé ses différents projets et mes attentes étaient élevées, mais la jeune chanteuse semblait fatiguée et avoir de la difficulté à chanter sur les temps. Il s’agit peut-être d’une simple erreur de parcours pour celle qui chante quand même depuis son plus jeune âge. À part quelques fans conquis d’avance, la foule reste plutôt indifférente, bien qu’elle grandisse à vue d’œil durant la performance. Les bracelets orange, laissez-passer pour la journée de dimanche seulement, se font voir de plus en plus alors que s’entassent les festivaliers pour Dead Obies. 

Tout comme pour Loud, qui suivra plus tard dans la soirée, les membres du groupe règnent en maîtres devant un public qui en redemande. Dead Obies va même jusqu’à pousser la chose en arrêtant Monnaie, pour la refaire lorsque la foule sera plus réchauffée. Le parfum subtil de marijuana qui flottait avant est maintenant remplacé par de la fumée de vapoteuse. Le mosh pit durant Tony Hawk est plutôt maladroit. Je regarde peut-être le groupe de haut, mais je ne peux pas nier qu’il ait réussi à donner aux jeunes ce qu’ils voulaient, Yes McCan ou pas. Idem pour Loud, qui se débrouille encore mieux depuis qu’il a quitté son ancien groupe Loud Lary Ajust. Pour son spectacle extérieur, il pouvait compter sur une chorale de fans bien entassés qui connaissaient chaque syllabe de son dernier album, Une année record.

Bref, après un moment, j’en avais vu assez et j’avais besoin de guitares. J’ai ainsi passé le reste de ma soirée au Montecristo, où la Pabst est un peu chère et où le stock des bands est entassé dans un coin de la salle. Après la très courte file d’attente, je rejoins une trentaine de personnes pour le spectacle de Charly Bliss. Pour la plupart, il s’agit de curieux, de gens qui viennent voir le groupe en attendant d’autres groupes, ou qui ont envie de découvrir un nouveau groupe. Bien installés en première rangée, en plein centre, il n’y a qu’un inconnu et moi qui semblons avoir attendu ce spectacle avec impatience. 

Charly Bliss joue avec une instrumentation rock, oui. Mais à son essence la plus pure, c’est un groupe pop. Les chansons sont toujours très mélodieuses, avec des refrains accrocheurs et des rythmes qui font danser. Ça fait un peu Weezer, un peu Blink-182. Bref, des groupes qui ont connu beaucoup de succès quand j’étais bébé, mais que j’ai écouté pendant mon adolescence. Durant ces quarante minutes passées à sauter de haut en bas et à chanter les paroles avec le groupe, j’avais 15 ans à nouveau. Oui, Guppy, leur premier album, n’est sorti que l’an dernier. Mais Charly Bliss m’a permis de retrouver une partie de moi qui ne peut pas apparemment pas être réveillée par du trap. D’ailleurs, parallèlement, la fin de ce spectacle devait coïncider avec le début de celui de Lil Uzi Vert sur la scène extérieure.

Vient ensuite le projet (Sandy) Alex G, présenté en formule quatuor. Je m’attendais à un spectacle folk bien mollo; les cinq ou six premières chansons vont d’ailleurs dans cette lignée. Très americana, la musique d’Alexander Giannascoli est portée par sa guitare acoustique et par une guitare électrique très propre, quoiqu’un peu réverbérée. Les dernières chansons changent toutefois la donne : on rentre progressivement dans quelque chose de beaucoup plus noise et agressif. Quelques shots de whisky plus tard, Alexander et ses musiciens se défoulent et nous défoulent. Mathieu et moi sommes d’accord qu’il s’agit de l’un des bons spectacles de cette 2e édition du festival Santa Teresa. Pendant ce temps, de nombreux festivaliers sont toujours dans l’attente de voir la tête d’affiche derrière XO Tour Llif3 se présenter sur la Scène extérieure. Le bordel commence à prendre dans le stationnement de l’hôtel de ville

Mathieu : J’évite l’émeute en allant me réfugier au Cha-cha pour le spectacle d’Hubert Lenoir. Le jeune prodige Québécois, qui semble avoir bien profité de la vodka dans sa loge toute la journée, comme il nous l’annonce d’entrée de jeu, est bien de bonne humeur et ça paraît. Enchaînant les hits sans longueurs, lui et son groupe laissent toute la place au plaisir et à la danse, se permettant même quelques détours par des improvisations jazz senties et une finale en forme de mash-up de I Will Always Love You et Good Ridance (Time of your Life) qui marche étonnamment bien. Comme je dis souvent: « Anyway, dès qu’il y a du saxophone, c’est sûr que c’est bon. » Comme Epic Sax Guy genre.

Étienne :Après une pause à la salle média, je reviens au Montecristo pour essayer d’attraper un bout de Fucked Up avant que mon lift ne parte. Mission difficile, puisque comme un saumon qui tente de remonter le courant, je dois faire face à un barrage de festivaliers déçus qui quittent le site sans avoir vu leur rappeur préféré en sens inverse. Même si le groupe punk canadien commence vingt minutes en retard et que je ne réussis à attraper que deux chansons avant de partir, je peux quand même dire que j’ai passé une très belle soirée. Mon expérience en cette troisième et dernière journée aura donc été bien meilleure que celle de la majorité des festivaliers, des gardes de sécurité débordés sur la Scène extérieure, des propriétaires de l’équipement renversé dans l’émeute, des organisateurs qui se réveillent aujourd’hui avec tout un mauvais hangover, des responsables des médias sociaux du festival qui se font tirer à boulet rouge sur toutes les plateformes et de tous ceux qui devront ramasser un Sainte-Thérèse pas mal amoché.

 

25 photos du festival Santa Teresa 2018 et du grabuge suite à l'annulation de Lil Uzi Vert

Matt Bibeault, 99scènes, 21 mai 2018

La pluie a d’abord grandement affecté l’horaire de la journée du samedi. Si bien que les spectacles d’Alice Glass et The Voidz ont été annulés.

Et puis dimanche matin, les festivaliers ont appris que Trippie Redd et Ski Mask The Slump God ne seraient pas au festival en raison de « problèmes de passeport ». Dans ce même message, Santa Teresa affirmait également que Lil Uzi Vert était « bien en ville ».

Le début de la journée du dimanche s’est déroulé rondement et sans problème. Dead Obies, pour leur 2e prestation depuis le départ officiel de Yes Mccan, et Loud, qui avait été mis sur la scène extérieure à la place de jouer au Cabaret, ont fait de solides performances qui ont attiré de grandes foules.

[ • • • ]

Lil Uzi Vert, qui était la tête d’affiche de la soirée du dimanche, devait jouer à 21h30. Les fans ont dû attendre jusqu’à 23h30 pour finalement avoir des nouvelles de l’organisation. Timidement, un membre du festival a pris le micro pour dire que Lil Uzi ne pouvait pas être présent en raison d’un « manque de coopération des douanes canadiennes ». Les quelques centaines de fans qui étaient restés pendant 2h00 à attendre (2h00 sans aucune nouvelle, communiqué ou tweet du festival) étaient furieux.

Des festivaliers ont lancé des canettes/verres et d’autres sont montés sur la scène. Ils ont fait marcher une instincteur, lancer des caisses de son en bas de la scène et fait tomber des barrières. La sécurité s’en est mêlée, repoussant les festivaliers plus loin. Au passage, ces derniers ont fait tomber des poubelles, guichets automatiques et toilettes chimiques en plus de briser les lettres « Santa Teresa » en bois qui étaient sur le site du festival. 

 

Voici la vraie raison de l'annulation de Lil Uzi Vert à Santa Teresa 2018

Matt Bibeault, 99scènes, 21 mai 2018

Lil Uzi Vert devait être la tête d’affiche du dimanche soir à Santa Teresa 2018. Les fans ont attendu plus de 2h00 pour apprendre que le spectacle était finalement annulé. Le tout a donné droit à du grabuge et plusieurs fans furieux.

Pour résumer l’histoire, Santa Teresa a annoncé, dimanche matin, que Trippie Redd et Ski Mask The Slump God annulaient leurs présences au festival. Dans le même message, l’événement assurait que Lil Uzi Vert, la tête d’affiche de la soirée, était déjà en ville et qu’il allait jouer à 21h30.

On connait la suite de l’histoire. Uzi ne s’est jamais présenté et le spectacle a été annulé à 23h30 en mentionnant « un manque de coopération des douanes canadiennes ». Plusieurs rumeurs concernant la vraie raison de l’annulation ont aussi commencé à circuler.

[ • • • ]

D’abord, Lil Uzi Vert n’a jamais été en ville. Son équipe est arrivée à Montréal samedi soir et c’est bien son DJ qui a fait un test de son dimanche matin à Santa Teresa. On raconte que Uzi devait prendre un jet privé en matinée, mais pour des raisons inconnues, il est finalement embarqué dans l’avion qu’en début de soirée. Son vol a atterri à Dorval moins de 1h30 avant son concert. Les délais avec sa prestation étaient donc plus restreints s’il arrivait un problème.

Lil Uzi Vert a même fait une vidéo live sur Instagram pour dire qu’il avait bien essayé de rentrer au Canada. Il l’a supprimé depuis, mais un compte fan l’a republiée.

Il parle des Billboard Music Awards qui avaient lieu hier soir en même temps que Santa Teresa, c’est donc une vidéo qui a réellement été tournée hier.

*

Par courriel au 99scenes, Santa Teresa s’est expliqué sur la situation :

« Ce sont surtout les festivaliers qui ont dû attendre trop longtemps pour avoir une confirmation de l’annulation des shows et nous en sommes désolés. La sécurité de notre monde est notre priorité. On veut améliorer la communication avec nos festivaliers.

Notre évènement veut offrir des expériences et le tout ne se fait pas sans risque. La ville, la communauté d’affaires et  les commanditaires ont tous plongé dans l’idée et notre équipe a livré encore cette année quelque chose d’unique et mémorable qu’on a rarement vu. Les festivaliers prennent aussi une chance, mais ils nous ont encore une fois fait confiance. C’est ça Santa Teresa! »

Et comme mentionné hier lors de l’annulation, « tous les acheteurs de billets recevront rapidement un courriel pour la procédure de remboursement ».

Lil Uzi Vert est reconnu pour annuler des spectacles. Sa dernière présence à Osheaga 2017 avait été annulée la journée même en raison de problèmes similaires. Plus récemment, il ne s’est jamais présenté à sa prestation au Buku Festival en Nouvel-Orléans. Cela semble malheureusement courant avec les artistes rap d’aujourd’hui.

Malgré tout, Santa Teresa a attiré plus de 20 000 personnes pour son édition 2018. C’est plus du double de sa première édition en 2017. Le festival a aussi confirmé qu’il serait de retour en 2019.

 

Santa Teresa jour 3 : Lil' émeute

Laurence Godcharles, Feu à Volonté, 21 mai 2018

Le réveil n’a pas été facile dimanche. Ma fin de soirée au HB, durant laquelle j’ai dansé sans lendemain, a laissé des traces sur mon corps raqué, mais également sur mon humeur de fille pas parlable. Chapeau à Hubert Lenoir qui, après trois jours de fête, acceptait encore de prendre des selfies, et ce, à chaque coin de rue. En même temps, il fallait s’y attendre : son groupe The Seasons est partout ces jours-ci!

Contrairement à l’artiste de l’heure qui demeure courtois avec tous ses admirateurs, je suis plutôt du type «cris**r moi patience aujourd’hui». Parce que même si le festival se déroule dans le Nord, il est impossible de demeurer incognito. Les festivaliers de Santa Teresa sont assurément les mêmes que l’on retrouve dans les milles et un autres festivals de la province. Selon ma théorie, faire la fête avec ses amis une soirée, c’est le fun. Pendant deux soirs, ça nous rapproche, mais pendant trois, ça nous éloigne.

[ • • • ]

Afin d’éviter les gens que j’aime, je décide donc d’assister aux performances présentées sur la scène extérieure. Un choix qui est somme toute difficile, puisque le line-up de la soirée, toutes salles confondues, est, à mon avis, le plus convaincant. Entre 14h et 1h, Dead Obies, Loud, Klô Pelgag, Lydia Képinski, FouKi, Hubert Lenoir, Mon Doux Saigneur et High Klassified performeront notamment sur scène. Il y aura aussi Lil Uzi Vert, mais hormis les programmateurs, peu de personnes croient en sa venue.

Le premier spectacle auquel j’assiste est celui de Dead Obies (post-Fugueuse). J’ai réellement hâte de voir ce que le band a décidé de faire avec les verses de Yes Mccan parti réaliser un clip à Miami. Toutefois, je réalise rapidement que depuis la fin de mon cégep en 2013, j’ai carrément décroché. J’étais donc mal placée pour comparer. Ainsi, je laisse les mini-moi (qui décrocheront probablement elles aussi lors de l’obtention de leur DEC) répondre à mes interrogations. Dead Obies est certainement un rite de passage entre la post-puberté et l’âge mûr.

La crowd, assez imposante, regroupe, à mon sens, trop d’enfants.

Si vous avez amené votre kid avec vous au show de Dead Obies dimanche, ne vous lui en voulez pas trop s’il n’a pas de bons résultats à l’école cette semaine. Paraît que le pot n’a pas nécessairement d’effets positifs chez les élèves du primaire.

Au final, Dead O (post-Fugueuse) donne un bon spectacle, surtout bien rodé. Il ne reste plus qu’à savoir qui sera The Next Pussycat Dolls Dead Obies. Je donne au groupe le défi de faire un feat avec Damien sur l’une de ses futures chansons.

Après Dead Obies, Ghostemane prend d’assaut la scène extérieure et la réchauffe pour Loud qui poursuivra la soirée.

Je décide d’aller manger chez Subway, puisque, selon les rumeurs, les pains comprennent les mêmes anti-vomis que ceux de chez McDo. Devant mon état, il me faudra absolument plus que deux Motrin!

Arrivée à destination, je n’ai pas d’autres choix que de faire demi-tour. Sainte-Thérèse fait certainement les meilleurs combinés de viandes froides au Québec, parce que toute la ville fait la file pour en obtenir.

En même temps, les gens attendaient-ils pour des verres de slush à la Pabst? On ne le saura jamais!

Loud commence sa prestation pile-poil à l’heure. Après quelques chansons, la foule demeure assez frette. Quand il demande aux gens présents de chanter avec lui, c’est silence radio, ce qui me fait d’ailleurs beaucoup rire. «Vous avez encore de l’énergie ou quoi?» Même le gars qui pèse sur la space bar remarque le frette ambiant demandant aux gens d’applaudir, tel un animateur de foule à bout.

Les malaises se poursuivent, lorsque la toune On My Life embarque. Pour la première fois, et l’une des dernières, les festivaliers manifestent leur présence et scandent «Lary! Lary! Lary!» pour qu’il accompagne Loud sur scène. Face à son absence, les gens sont en maudit. Probablement qu’il était trop occupé à vendre des manteaux OFFICIEL.

Je croise, finalement, Mathieu Aubre, tel l’ange (petit) Gabriel descendu du ciel. C’est lui qui reprend le flambeau de la soirée, lui qui est plus habitué que moi à travailler en mode lendemain de veille.

La suite par Mathieu Aubre

Et le lendemain de veille commence à être fort sur un moyen temps à ce moment-là. Mettons que le peu de cellules qui me restaient encore après le show de Todd Terje la veille n’étaient pas ben ben contentes après moi… Après avoir croisé Laurence, je me mets un peu à errer sans but sur le site du festival pour finalement atterrir devant le bus Red Bull pour le début du show de Ragers. Les quatre gars présentent en effet leur 72e show de la fin de semaine sans pourtant sembler écœurés (ce qui est un exploit en soit). Le public ne semble visiblement pas tanné non plus puisqu’il continuera de grandir constamment tout au long de la prestation qui, si elle est un peu décousue par moments, semble plus au goût des fans de hip-hop que Oh Wonder, dont la présence sur la grosse scène entre tous ces trappeurs reste encore un mystère. On a au moins l’occasion d’entendre quelques-unes des nouvelles pièces de la troupe, sur fond de High Klassified qui s’installe pour son set en ayant l’air de se crisser royalement de ce qui se passe à deux pieds devant lui.

Prochain show sur ma liste : celui de Mon Doux Saigneur, que j’avais pas revu en show depuis la finale des Francouvertes. C’est bien, parce que c’est rendu rodé comme set. Mais sans jokes, le quatuor a vraiment pris une trèes grosse coche dans les deux dernières années, offrant un bon 45 minutes rempli de solo, de jams, de blues pis de pedalstell, mais aussi de mosh, si on en croit Emerik. Toujours une bonne décision avant d’aller jouer dans une salle avec ben du monde chaud pis du feedback à volonté.

À ce moment de la soirée, je me sens un peu comme Jon Snow au début de la sixième saison de Game of Thrones, c’est à dire mort en-dedans, et c’est (Sandy) Alex G qui réussira à devenir ma Melisandre. (Spoiler alert btw!) Je m’étais fait dire par un paquet de monde qu’il donnait des shows assez mauvais durant la journée et j’appréhendais un peu le résultat, mais mon amour pour son album Rocket a fait sa job et m’a forcé à me rendre au Montechristo. Sage décision, parce que ses chansons slow et guillerettes auront chez moi un impact équivalent aux livres Bouillon de poulet pour l’âme pour une cinquantenaire de région, c’est-à-dire beaucoup de bien. Les musiciens sont excellents, passant de l’americana au noise sans transition, et Alex Giannascoli se fait payer des shots de whisky entre chaque toune, bien qu’il ait déjà l’air excessivement affecté dès son entrée sur scène. Je ne sais pas si ça a bien fini par contre, puisque les premières rumeurs de l’émeute parviennent à mes oreilles par voie de textos.

Ouin, ça l’air que le petit gun vert était pas pressé de monter sur scène et que ça commençait à brasser pas mal dehors. Et quoi de mieux pour éviter la violence et vivre l’amour que de skipper toute une ligne d’une centaine de personnes attendant impatiemment devant le Cha-cha pour aller voir Hubert Lenoir grâce à sa passe média, hein!?! Pas grand-chose pour vrai, parole de dude qui le fait régulièrement. Reste que je suis quand même pris à l’arrière de la salle, ce qui m’offre une vue sans précédent sur les gens qui sont montés sur les machines à sous et les cul de gens qui sont montés sur des tables. On m’avait dit que la musique d’Hubert était ben sexy en show, mais je m’attendais pas à ça non plus tsé… Reste qu’au niveau musical, le show est vraiment sensationnel, le band enchaînant les hits dansants presque sans longueurs pendant que le charismatique leader de la formation fait du bodysurfing en chest tout en faisant des fuck you à tout va. Une vraie rockstar! Le set passe vite et se conclut sur des impros jazz et un mash-up de I Will Always Love You et Good Ridance (Time of Your Life) juste assez ortho pour être nice. Je vis un des beaux shows de la fin de semaine pendant que d’autres vivent plutôt la destruction et la déchéance.

Lorsque je sors du Cha-cha, Ste-Thérèse est rendue aussi ravagée que mon foie à la fin de la saison des festivals! Y’a à peu près 50 policiers dans la rue, des gens qui courent partout, des tables brisées, des poubelles renversées, une quantité astronomique de bières du Couche-Tard consommées et même des commerçant qui balaient de la vitre dans les rues. On m’apprend par la suite que c’est en réaction à l’annulation de Lil Uzi Vert, et non pas au passage de deux tornades ayant causé l’annulation du festival. J’en profite donc pour sacrer mon camp au plus vite, question de conserver quelques souvenirs des beaux messages d’espoir d’Hubert Lenoir en tête avant d’aller faire un dodo plus que bénéfique.

Bon été de festivals tout le monde : le bal est maintenant officiellement lancé!

 

Santa Teresa 2018 - Plusieurs annulations de dernière minute, dont Lil Uzi Vert...

Sors-tu.ca, 21 mai 2018

Les malheurs s’accumulent pour le festival Santa Teresa, alors que l’une de ses têtes d’affiche, Lil Uzi Vert, a annulé à son tour son spectacle sans avertissement…

Les spectateurs sur place auront attendu près de deux heures avant d’apprendre que le spectacle prévu à 21h30 n’aurait finalement pas lieu. On rapporte que plusieurs fans ont lancé des objets en direction de la scène, en plus des huées.

Sur sa page Facebook, Santa Teresa évoque «un manque de coopération des douanes canadienne» (sic) pour justifier l’annulation. Les détenteurs de billets seront contactés pour la suite des choses… Il semblerait que les acheteurs déçus pourront obtenir remboursement.

[ • • • ]

Rappelons que Lil Uzi Vert avait aussi fait faux bond au festival Osheaga l’été dernier. Des problèmes aux douanes avaient aussi été évoqués.

Pour Santa Teresa, cette annulation s’ajoute à celles des rappeurs Trippie Redd et Ski Mask The Slump God, annoncées peu avant l’heure du midi. L’horaire avait été remanié afin de combler les deux absences, le concert intérieur de Loud prévu en fin de soirée étant déplacé sur la scène extérieure à 18h50.

À noter que lors de l’annonce de l’annulation de Trippie Redd et Ski Mask The Slump God sur Facebook, le compte Festival Santa Teresa prenait la peine de spécifier que « Lil Uzi Vert est bel et bien en ville par contre »…

Hier, la pluie avait également causé l’annulation de quelques-uns des spectacles prévus en soirée, dont ceux du groupe The Voidz, et de l’ex Crystal Castles, la chanteuse Alice Glass.

Notre rédacteur Victor Perrin et notre photographe Loic Fortin se trouvaient sur les lieux pour les trois jours du festival. Ne manquez pas, dès demain, notre compte-rendu d’un week-end mouvementé à Sainte-Thérèse…

 

Une formidable messe transfigurée par Klô Pelgag

Philippe Rezzonico, ICI Radio-Canada, 21 mai 2018

Sainte-Thérèse - Une messe musicale magique a été le point d'exclamation, dimanche soir, de la troisième et dernière journée du deuxième festival Santa Teresa.

La messe hors de l'ordinaire offerte à une heure tardive a été officiée par quelqu'un pour qui le mot "ordinaire" n'existe pas dans le vocabulaire courant. Klô Pelgag, comme l'a noté le prêtre qui l'a présentée, s'est chargée de sauver nos âmes de la "stérilisation profonde" de la musique avec sa "messe transfigurée".

Personne n'a douté une seconde que l'auteure-compositrice et interprète allait jouer à fond la carte du symbolisme pour ce concert unique présenté à l'église Sainte-Thérèse-d'Avila. Un peu après 23 h, les centaines de spectateurs massés dans l'église se sont tournés sur leurs bancs afin de voir arriver une procession religieuse peu banale.

[ • • • ]

Klô Pelgag et ses 11 musiciens et musiciennes ont fait une entrée solennelle dans l'enceinte vêtus comme des rois, des prêtres, des pages et des mages. Image forte, l'artiste a porté souvent durant la soirée une mitre artisanale, soit une reproduction de la coiffe liturgique des hauts prélats de l'Église catholique romaine.

Durant 85 minutes, le collectif a tiré parti à fond du contexte qui s'offrait à lui. Offrandes soutenues par des cuivres ou des cordes, chansons épurées ou richement parées, moments tendres ou tempêtes sonores magnifiées par les lumières qui se reflétaient sur les hauts plafonds de l'église.

L'ensemble était à la fois grandiose et intimiste et le son, le plus souvent, à la hauteur, même si la réverbération particulière dans nos monuments du passé n'offre pas une qualité sonore uniforme selon l'endroit où l'on se trouve.

"Je veux danser avec toi", a lancé un spectateur entre deux chansons. "Tu veux danser? Tu peux danser tout seul", a répondu Klô Pelgag, faisant comprendre que ce spectacle était digne d'un protocole religieux dont on ne pouvait déroger.

 au piano, aux claviers ou à la guitare, l'artiste a joliment enrobé "Incendies", "Les mains D'Edelweiss", "Les instants d'équilibre" et les autres "Les animaux", qui ont flotté au-dessus des spectateurs qui écoutaient dans un silence recueilli sur les bancs inconfortables ou appuyés contre un confessionnal.

À son tour, le ténor Marc Hervieux est entré dans l'église pour rejoindre Klô Pelgag et il n'a pas eu besoin de micro pour se faire entendre jusqu'à son arrivée sur la scène.

Sans surprise dans le contexte, le duo peu orthodoxe a partagé la "Chorégraphie des âmes". Et la rencontre - franchement improbable - fut fort concluante, tout comme l'ensemble du concert, qui s'est terminé à minuit et demi. Messe tardive, certes, mais pour la paix des âmes, ça valait le coup.

 

Lil Uzi vert au Festival Santa Teresa : une annulation mal gérée

Philippe Rezzonico, ICI Radio-Canada,21 mai 2018

L'annulation du concert extérieur du rappeur américain Lil Uzi Vert au festival Santa Teresa, dimanche, a entrainé son lot de mécontentement. Et s'il est difficile de montrer quelqu'un du doigt pour la déconvenue des festivaliers, il n'y a aucun doute que la situation a été mal gérée.

L'américain ne s'est pas pointé sur la scène extérieure du festival, à Sainte-Thérèse, à 21h30, heure à laquelle il était attendu. Personne n'était moins surpris que moi. Un rappeur international qui est ponctuel, c'est rarissime.

Qui plus est, il importe de rappeler que c'est le même artiste qui a "disparu" de l'horaire de la deuxième journée du festival Osheaga en 2017, à quelques heures d'avis... Appelons ça des antécédents. 

[ • • • ]

À 22h, on a entendu les premières huées, bien légitimes. Un quart d'heure plus tard, quelques festivaliers ont lancé vers la scène des bouteilles d'eau. Pas intelligent, ce geste.

Mais toujours pas d'annonce officielle, que ce soit via l'application du festival ou par un responsable sur la scène à 22h30, après une heure de retard. Outre quelques doigts d'honneur du public chaque fois que la musique d'ambiance reprenait, on a commencé à voir des festivaliers quitter le site à ce moment, mais un très grand nombre a pris son mal en patience.

Ce n'est finalement que quelques minutes avant 23h30 que l'on a annoncé officiellement que Lil Uzi Vert ne pourrait malheureusement pas se produire ce soir-là "dû à un manque de coopération des douanes canadiennes" et que "tous les acheteurs de billets recevraient rapidement un courriel pour la procédure de remboursement".

Les festivaliers se sont alors déchaînés contre les organisateurs sur les réseaux sociaux.

Le hic, c'est que le festival avait fait savoir, à 10h26 du matin, par le biais de son application, que "Lil Uzi Vert était bel et bien en ville". Hum...

Entendons-nous bien. Il n'y a rien de pire pour les organisateurs qu'un artiste qui ne se présente pas à leur festival. C'est le cauchemar par excellence, sans compter les sommes que de telles annulations coûtent.

À qui la faute?

Mais si l'explication officielle relativement aux douanes canadiennes tient la route, comment les organisateurs de Santa Teresa ont-ils pu sérieusement croire qu'un artiste qui était à l'aéroport de Montréal à 21h30 aurait pu être sur scène à Sainte-Thérèse dans un délai raisonnable? C'est de la gestion qui frise l'amateurisme et c'est irrespectueux à l'égard des festivaliers.

À qui la faute? À Lil Uzi Vert qui, comme on le disait plus haut, a des antécédents d'annulations connus, ou à l'Agence des services frontaliers de Canada, comme le soutiennent les organisateurs?

On risque de ne jamais connaître le fond de l'histoire. Une chose est sûre, jamais les festivaliers n'auraient dû poireauter deux heures devant une scène sans annonce officielle.

 

Fin de semaine exaltante à Santa Teresa 2018

Les Méconnus, 21 mai 2018

Le réveil a probablement été très difficile lundi matin pour ceux qui viennent de passer les trois derniers jours à Santa Teresa. Le jeune festival de musique a complètement enflammé les rues de Sainte-Thérèse. Rien à envier aux grands festivals montréalais (ou presque…)! Aperçu de notre fin de semaine mouvementée sur la Rive-Nord.

Vendredi 18 mai, première journée. Le soleil était au rendez-vous. La rue Blainville, fermée pour l’occasion, s’est fait envahir. Bien que deux petits concerts avaient déjà eu lieu, l’action a vraiment commencé à 19 h 30, lorsqu’était diffusée en direct l’émission de radio On dira ce qu’on voudra. On nous présentait les invités du festival, notamment Hubert Lenoir et Lydia Képinski, interviewés devant la place de l’hôtel de ville. Au même moment, Mort Rose animait le Saint Graal. L’ambiance était déjà festive. À 20 h, on s’est dirigé à l’église Sainte-Thérèse-d’Avila pour le concert de Feist, certainement le plus couru du festival et le seul à afficher complet à l’avance. La Force a brillamment assuré la première partie, donnant le ton du concert à venir, et Feist a vraiment surpassé toutes nos attentes!

[ • • • ]

La rockeuse canadienne dont la réputation n’est plus à faire a complètement dominé la scène de l’église, qui lui allait à merveille. Son concert a duré plus de deux heures, de quoi satisfaire ses fans venus spécialement pour elle. Magnifique dans sa robe rose, aux couleurs de son dernier album Pleasure, elle a donné une performance à la fois élégante et entraînante, se méritant quatre ovations debout pendant le spectacle! En plus d’avoir séduit son public avec ses dernières chansons et ses plus vieux succès comme Mushaboom ou Metals, elle est revenue sur scène en rappel, accompagnée de La Force et de… Safia Nolin (!) pour interpréter Ciadas and Gulls, avant de laisser la chanteuse seule sur scène, une dernière fois, pour l’inévitable 1,2,3,4, somptueusement remaniée pour l’occasion.

***

Samedi 19. Probablement la journée la moins intéressante du festival, surtout à cause de la pluie, mais quand même bien surprenante! Le rock, le punk et l’électro étaient à l’honneur. On a notamment eu droit à la présence de July Talk en soirée. Malgré le public moins nombreux, visiblement découragé par la pluie, le concert était puissant : c’est là que la soirée a vraiment décollé! Le festival a cependant vécu plusieurs problèmes techniques. Le concert de Her a été déplacé deux fois, puis annulé, et Wolf Parade a été forcé, à la dernière minute, de jouer dans une toute petite salle.

Malgré l’annulation de Her, on est resté au cabaret BMO de 21 h à 1 h 30 du matin pour un enchaînement de musique électronique entraînant : Rone, Darius et Todd Terje. Les trois stars européennes, méconnues chez nous, ont impressionné la foule venue se réfugier du mauvais temps dans le cabaret transformé en boîte de nuit. Rone a donné le concert le plus fascinant et surprenant de la journée : le DJ français de 37 ans a fait danser tout le monde avec un set solide, qui s’est bien sûr terminé par Bye Bye Macadam, son plus grand succès. Malgré le manque d’organisation et l’attente interminable devant certaines salles (comme pour Milk and Bone, où des centaines de festivaliers se font fait refuser l’accès après avoir attendu trop longtemps), samedi a été la nuit la plus bouillonnante, faisant danser tout le monde jusqu’à 3 h, enchaînant les afterparties.

***

Dimanche 20 mai, dernière journée. Le soleil est revenu et a ramené avec lui du monde sur les terrasses et devant les scènes extérieures. Le rap dominait partout, en commençant avec les Dead Obies à 16 h 45, en pleine forme devant leurs fans toujours aussi déchaînés. Loud a suivi et a battu le record du plus grand public sur la scène extérieure avec un concert tout aussi épatant. Toutefois, Oh Wonder, à 20 h, n’a vraiment pas réussi à faire lever la foule. Malgré cette musique pop attachante et ses quelques fans, le public semblait surtout attendre Lil Uzi Vert, dont la présence a fini par être annulée à cause du « manque de coopération des douanes canadiennes », au grand désespoir de plusieurs. Néanmoins, à la (trop) petite salle le ChaCha, on a pu assister à trois concerts épatants : Loïc April, Lydia Képinski et Hubert Lenoir, bête de scène extraordinaire, mêlant jazz et rock, avec tout le style qu’on lui connaît.

C’est cependant Klô Pelgag et sa Messe transfigurée qui a retenu toute notre attention. Sans hésitation, notre plus grand coup de cœur de Sante Teresa! L’artiste est arrivée sur scène avec VioleTT Pi dans un cortège grandiose, qui a ensuite donné un sermon, habillé en prêtre, sur le rôle de la musique. S’en est suivi une performance magnifique de la chanteuse, faisant danser jeunes et vieux sur ses plus grands succès, entre autres accompagnée de Marc Hervieux pour un numéro impressionnant avec La chorégraphie des âmes. La mise en scène était épatante et la musique nous a séduit du début à la fin. Belle cérémonie de clôture pour le festival!

Malgré les difficultés techniques et les failles dans l’organisation, notamment par rapport aux longues files d’attente et à l’horaire, Santa Teresa a quand même fait des pas de géants depuis l’an dernier, avec une programmation solide et une ambiance presque parfaite.

On a très envie d’y retourner l’an prochain!

 

Le festival Santa Teresa s'est terminé en grabuge et mini émeute

Samuel Daigle-Garneau, HHQC, 21 mai 2018

Après l'annulation de Trippie Redd et Ski Mask The Slump God, c'était au tour du rappeur Lil Uzi Vert de ne pas assurer sa présence à Santa Teresa et, ce, après plus de deux heures d'attente. Chose qui n'a visiblement pas plu à certains puisque l'événement s'est mal terminé. Des toilettes et pratiquement toutes les poubelles ont été renversées. Des festivaliers ont également lancé des bouteilles d'eau sur scène. La vidéo ci-dessous a été publiée sur Twitter.

99scenes a également fait un compte-rendu de l'événement. On y remarque alors quelques dégâts.

Des résidents de Ste-Thérèse ont voulu nuancer le tout en rapportant que la majorité des gens avaient été «corrects». L'un d'entre eux a déclaré qu'il ne s'agissait que de «200 petits loosers». Disque dur (Journal de Montréal) a d'ailleurs dressé un bilan très favorable de Santa Teresa. Selon André Péloquin, chef de contenu de ce média en ligne, l'événement s'est imposé sur l’échiquier – déjà très serré – des festivals d’été québécois. De notre côté, on confirme aussi que Santa Teresa a été une partie de plaisir. Notre compte-rendu devrait suivre dans les prochaines heures.

 

Milk&Bone X Sophia Bel au Festival Santa Teresa

Mathieu Lizotte, MontrealTV, 20 mai 2018

Le duo international Milk & Bone et la chanteuse Sophia Bel ont offert une prestation explosive au festival Santa Teresa dans le petit bar ChaCha (Salle Vrak) à Sainte-Thérèse.

La salle était comble, les fans étaient au rendez-vous.

La chanteuse Sophia Bel a donné une prestation envoûtante au rythme de ses chansons qui ont une touche de électro-pop et de jazz. Sur les pistes de When the sun is good, Winter, Goodbyes et On the side, Sophia chanta d’une voix magistrale et très profonde sur chaque note. Elle avait également son clavier et son band qui l’accompagnait. Une musique parfaite pour oublier la pluie tombante dehors. Elle a installé une ambiance assurément décontractée.  Elle recevait beaucoup beaucoup d’amour de ses fans. Elle a également chanté en exclusivité une chanson qui parle d’amour, cette connexion qu’on a avec quelqu’un, qu’on aime, mais cette relation est incertaine.

[ • • • ]

Après Sophia Bel, MILK & BONE sont venues sur scène avec de chauds applaudissements et cris par la foule. Revenues de Toronto, il y a moins de 24 heures, le duo féminin composé de Camille « Kroy » Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne étaient tout de même en feu !

Elles  étaient très ravies d’être de retour à la maison. Bien sûr, elles ont données une prestation de plusieurs chansons qui sont sur leurs deux albums « Little Mourning » et « Deception Bay » comme New York, Deception Bay et Nevermore. MILK & BONE a démontré son talent musical en utilisant leurs instruments électroniques à leurs dispositions. Une prestation remplie d’émotions et d’énergie jusqu’à la toute fin sur la chanson « Daydream ».

En somme, ces prestations étaient vraiment accrocheuses et festives.

Espérons revoir ces trois artistes très bientôt sur la même scène !

 

Loud remplacera les américains Trippie Redd et Ski Mask The Slump God au festival Santa Teresa

Samuel Daigle-Garneau, HHQC, 20 mai 2018

Tard hier soir, Loud a annoncé qu'il devait déplacer sa prestation au festival Santa Teresa sur la scène extérieure. Donc, au lieu de jouer vers minuit, son spectacle aura lieu à 18h50. Nous comprenons maintenant que le rappeur remplacera certains artistes ont dû faire face à des problèmes de passeport. Effectivement, Santa Teresa vient de confirmer que les rappeurs Trippie Redd et Ski Mask The Slump God doivent annuler leur spectacle de ce soir, 20 mai 2018, au festival situé dans la banlieue nord de Montréal.

 

Santa Theresa Festival 18'

Rhyan Correia, The Come Up Show, 20 mai 2018

Day 2 of Santa Teresa started of with a lot of downpour, but that didn’t stop the fans from attending the festival. It also did not stop July Talk from putting on a great performance. The rain combined with their performance created a show and atmosphere that left the fans in awe by then end of their performance.

Next, Nick Murphy’s folk music brought a much wanted sound to the Festival.

Following that Langston Francis, an up and coming artists serenaded the crowd with his voice and gave the crowd a taste of the Toronto vibe that is know to be given by artists hailing from the area.  

To liven things up, the duo CMDWN performed with such energy that it got the crowd jumping around. Even Langston Francis joined the crowd to share the moment.

[ • • • ]

On day 3 you could feel the excitement coming from the fans walking into festival. You could hear them talk about their favourite performance from the previous days and the anticipation to see today’s performers. ABRA, the Atlanta r&b singer brought a calming vibe to the festival playing song such as ‘Fruit’ and ‘Pull Up.’

Ghostemane came out with such a hype performance with so much energy that you will not forget it anytime soon. With songs from Lil Peep playing before the performance, it got the crowd singing and even more hyped to see Ghostemane. He is known to get the crowd moving, and that’s exactly what he did. Playing hype songs such as ‘Mercury’ and ‘Venom,’ and with the command of Ghostemane to perform the “wall of death” and mosh pits it was for sure a performance the attendees will never forget.

The second last performance of the day was Loud, a Montreal native rapper. Right when you heard the first beat drop the fans immediately started to singing along side him for his whole performance.

The final and long waited performance of the day was Oh Wonder. The anticipation for the act after loud could be felt through the crowd. Oh Wonder blew away fans as they started their performance, playing all their hit songs and playing their 2017 album ‘Ultralife’ and 2015 album ‘Oh Wonder.’

With Oh Wonder finishing their set and leaving the stage, it had marked the end of Santa Teresa Festival 2018. Santa Teresa was filled with a variety of artists, reaching many of today’s top genres. See you next year Santa Teresa!

 

Festival Santa Teresa 2018: Une seconde édition mouvementée

Randal Wark, Montreal Rocks, 20 mai 2018

On peut dire la deuxième édition du Festival Santa Teresa ne s’est pas déroulée sans accroc. Pourtant le vendredi laissait présager un festival prometteur, avec le spectacle mémorable de Feist à l’église Sainte-Thérèse-d’Avila et un site bien ambiancé par les nombreuses festivaliers rassemblés devant les scènes extérieures. On m’a d’ailleurs reporté que les spectacles de Choses Sauvages et Chocolat ont tapé dans le mille!

Samedi - Sans Pression, Rhone et Darius sans oublier la pluie!

Par contre, ce fut toute une autre histoire pour la journée de samedi qui s'est déroulée en majorité sous la pluie. À notre arrivée vers 16 h, une pluie discrète s’est transformée en véritable averse ce qui a causé l’annulation du spectacle fort attendu du duo français HER. S’ensuivit une case horaire de presque 3 heures sans spectacle et les salles intérieures n’arrivaient pas à combler le besoin d’espace pour des centaines de festivaliers qui cherchaient refuge. La ligne d'attente pour le spectacle de Wolf Parade était particulièrement impressionnante à voir, faisant la moitié de la longueur de la rue principale fermée pour l’occasion. Même le spectacle de HER qui avait été déplacé au Cabaret BMO a dû être annulé en raison de problèmes techniques. Ce n’est que vers 19 h que finalement le rappeur Sans Pression est embarqué sur la scène Red Bull et les festivaliers qui en avaient certainement marre d’attendre sous la pluie s’en sont donné à cœur joie. La performance du rappeur fut assez inégale, et parsemé de malaises (était-ce vraiment nécessaire de mentionner Cédrika Provencher de façon maladroite). Néanmoins, le rappeur était en grande forme performant avec aplomb malgré la coulée d’eau de pluie qui lui tombait droit dessus du toit de la scène.

[ • • • ]

Il aura fallu attendre à plus tard en fin de journée pour réussir à rentrer au Cabaret BMO pour une soirée électro fort réussie. Nous n’avions pas d’attentes précises, même qu’à ce stade le but de la majorité des festivaliers était simplement de réussir à voir un spectacle au complet. (Plusieurs festivaliers s’étant vu refuser l’accès aux salles déjà bondées) Par chance, Rone nous a offert une solide performance électronique. Le DJ français savait savamment manier ses platines et assurer des transitions sans faille, ce qui a fait lever la foule venue s'échapper de la température morose. Il fut suivi par Darius, un second DJ français (décidément nos cousins français sont fort en ce genre) en proposant une sonorité plus suave, mais tout aussi bien amenée. Nous avons quitté à ce moment, mais la soirée continuait avec le DJ Todd Terje & The Olsens – qui a offert une excellente performance m’a rapporté un ami qui a réussi à rentrer.

Dimanche - Dead Obies, Loud, High Klassified et l'absence de Lil Uzi vert

Ce n’est guère plus réjouissant pour dimanche. Vous avez surement entendu que la tête d’affiche, le controversé rappeur Lil Uzi Vert n’a pas pu se présenter à la dernière minute. Les festivaliers qui avaient attendu près de 2 heures étaient furieux, ce qui a occasionné quelques débordements sur le site. Une mauvaise nouvelle qui s’est ajoutée à l’annulation de Trippie Redd et Ski Mask The Slump God plus tôt dans la journée. Bref, une journée qui s’annonçait dominée par le trap américain a complètement changé de ton. .

Par chance, cette fois-ci la météo était au rendez-vous avec un soleil éclatant, ce qui permit aux artistes de la scène principale extérieure d'avoir l’espace nécessaire pour des performances réussies.

Premier spectacle notoire de la journée revient au groupe rap québécois Dead Obies (malgré l’absence de Yes McCan qui a annoncé son retrait du groupe). Les membres ont toujours leur énergie brute et contagieuse et les fans étaient au rendez-vous en sautant à cœur joie sur les hits tels que Explosif, Where they @ et Monnaie.

Deuxième performance mémorable de la journée revient au rappeur coqueluche du moment : Loud. Son spectacle fut déplacé de la scène intérieure BMO à la scène principal et la foule était dense pour venir voir le rappeur qui avait réussi à remplir le Club Soda deux soirs de suite cet hiver. (On se questionne d’ailleurs comment tous ces festivaliers seraient rentrés dans la salle intérieure Cabaret BMO- un changement de scène judicieux de la part de l’équipe de programmation qui a eu plusieurs difficultés durant la fin de semaine). Ce n’est pas mêlant à chaque fois que Loud se produit la majorité de la foule connait toutes les paroles des chansons et n'hésite pas à les chanter avec lui. Loud est un artiste accompli qui sait faire lever une foule avec ses hits tels que Nouveaux riches, Devenir immortel, et la pièce Toute les femmes savent danser qui a même réussi à percer les radios commerciales.

Plus tard dans la journée High Klassified DJ de la scène hip-hop locale a vraiment réussi à créer son petit cosmos de hype devant la scène RedBull. Devant l’enthousiasme de la foule qui ne demandait qu’à tripper, le DJ a même dépassé de son temps de set ne voulant plus s’arrêter et sa générosité était la bienvenue sachant que le spectacle de Lil Uzi Vert qui devait le succéder n’a jamais eu lieu.

Bref, ce fut une deuxième édition rocambolesque et parsemée d’événements malheureux combinés à une organisation encore jeune.

Malgré tout si on restait flexible il était possible de bien profiter du festival, un modèle qui se veut encore fort accessible comparativement aux mégas productions telles qu'Osheaga.

Les organisateurs ont d’ailleurs annoncé qu’ils seraient de retour pour une troisième édition l’année prochaine. D’ici là, ils auront le temps de prendre du galon et nous serons là pour en voir les résultats.

 

Santa Teresa Festival - Day 3 Dead Obies, Ghostmane, Loud, Oh Wonder, Charlie Bliss, Klô Pelgag, It It Anita

Randal Wark, Montreal Rocks, 20 mai 2018

Santa Teresa – Day 3

The fact that I had to park so far was a sign that today’s festivities would be well attended, even in the afternoon.

As I entered the Main Stage area, the JanSport golf cart just finished handing out free pizza slices (about 20 boxes) to the crowd, one of 3 munchie interventions we would have today.

I was surprised at the number of people, quite a contrast with Saturday’s turnout.

Dead Obies

Dead Obies had a party on their hands.  This “franglais” band has been making quite a bit of noise, on and off the stage, having just won the Prix Iris for their Chien de Garde work.

The crowd participation was infectious and complete with occasional smoke shows from the vapers in the audience.  I’m sure the people surrounding vapers just love having a steam locomotive blowing in their faces.

[ • • • ]

It was evident that this band could have played a much later time slot by the crowd’s response.

Ghostmane

The afternoon and early evening would cater to the  Hip Hop culture, next with Ghostemane.  Thundering bass and angry shouting was the order of the day.  The crowd soaked it up.  At one point, a member of the audience threw on stage one of the many plastic pink flamingos people took off the lawn and kept as a weird souvenir.  This was not appreciated by the artist, and he was vocal about it.

Such was the vibe he created, a mixture of celebration and anger…definitely not the vibe I was looking for. Just a few minutes was enough for me.  I went in search of a slice, after missing out on golf cart offering.

The streets of Sainte Thérese were packed with people, young and old basking in the sun and enjoying the day.  Every terrasse seat occupied, it was a boom for these restaurants to be in proximity to the event.

Loud

I returned to the main area in time for Loud, another hip-hop artist from Quebec. Although people sang along with him and danced, it was much less than the two acts that preceded him.  In fact, between songs, instead of cheers and clapping, it was an eerie silence.

The Quebec hip-hop generation, born out of Law 101… forced to learn French in school, is interesting.  I sense their attachment to Social Media, phones in the air recording for posts that will ease their FOMO disease…temporarily.

Kids have a lot to be angry about.  The majestic church within view, the center of many small Quebec villages, has nothing to give to them.  The planet is dying.  They no longer believe in political promises.  So here they are, trying to fit in and make sense of the world that surrounds them.

They imitated their heroes in dress, a modern counter-culture.  Some were trying to pull off the ironic look, and I’m thinking of one guy with a Space Jam 2 crop top sweatshirt, bike chain around his neck, belly sticking out awkwardly.

They are left to believe that boatloads of money will bring them happiness, something that will elude the majority of them.  For the few that make it to the top, they find it’s a lonely place up there.  Fake friends, fake entourage that are there when you have cash, and disappear as soon as you lose it.

But, I was young once, naïve about the ways of the world and the path to happiness. I just hope they don’t believe the hype for too long.

Once Loud left the stage, a mass exodus happened, clearing the dance floor like a DJ playing a Polka song in the middle of heated dance set.

Oh Wonder

Oh Wonder was to follow, a complete 180 musically.  Josephine Vander Gucht and Anthony West, from London UK, are quite lively and entertaining on stage.  With only a quarter of the previously dense space, those that stayed sang along, most likely influenced by their frequent visits to our part of the world to tour.

I ventured out of the main area to catch a glimpse of Ragers playing the Redbull Stage. This hip-hop seemed more complex, with live musicians, electronics and of course singing.  The crowd seemed to be enjoying them as well, as they slowly approached and filled the street in front of the Red Bull bus.

Charly Bliss

A bathroom break at Le Montecristo ended up being a happy coincidence as I got to catch a two-song sound check from Brooklyn based Charly Bliss.  This was a band high on my priority list, bringing back the 90s indie rock like Liz Phair (coming soon to Montreal), Letters to Cleo, Julianna Hatfield and many others.

Eva’s brother Sam Hendricks (drums) told me they just arrived from Toronto to end their tour tonight.

Le Montecristo was empty, but I promised Spencer Fox (guitar) that it will fill up, right before the show.  It turned out to be an empty promise.

Even with a sparse crowd, Charly Bliss brought their A game and it was a personal highlight of the 3-day festival for me, along with Wolf Parade… both shows in this intimate venue.

Guppy, released in 2017 made just about every top album lists of the year.

They started with Westermarck, based on a psychological idea that people are not attracted to people they spend the first few years of their life with.  Seems that didn’t stop Eva’s boyfriend from falling for a second cousin, breaking her heart.

They played all songs from Guppy with the exception of “Totalizer”.  We were also treated to two new songs “Camera” and “Punkie”.

Eva’s adorable voice matches with the catchy riffs to create a head-bopping good time.

She mentioned that the band enjoyed being here and that they had a Poutine:  “Mission accomplished.”

Sadly, out of cash, I was not able to buy their 7” vinyl but returned later only to find their merch packed away.  Save me one… next time you are in town, I will definitely be in the audience again.

Liz Uzi Vert was scheduled to perform at 9:30 PM, so we headed over to the main stage to the sound of Funk music over the P.A..  With an 11:00 PM curfew for the main stage, it seemed that if Liz Uzi Vert actually showed up, he would only have a very short set, just like Nick Murphy the night before.

Klô Pelgag

It seemed like it wasn’t going to happen, so we headed over to the Church again to see the closing show by Klô Pelgag.  Her Bandcamp describes her as creating landscapes through music for the blind. Intriguing.