Dossier de presse de Sir Pathétik

Capsule: La famille Bérubé

Le Québec une histoire de famille, TVA, 22 octobre 2013

lequebecunehistoiredefamille.com/capsule/berube

 

 

Nouvelle tournée pour Sir Pathétik

Jean Tremblay, TVA Nouvelles, 25 juillet 2013

Raphaêl Bérubé, alias Sir Pathétik, s'est confié à l'hebdomadaire Le Point quelques heures avant son spectacle à Roberval, au Lac-Saint-Jean, où il a donné le coup d'envoi à sa nouvelle tournée comptant 50 représentations. 

D'emblée, il a avoué ne pas savoir à combien de reprises il s'est produit devant ses admirateurs à la Traversée Internationale du lac Saint-Jean tellement il y est venu souvent. 

Chose certaine, l'artiste se plaît à Roberval et il garantit chaque fois un spectacle à la hauteur des attentes de ses admirateurs, qui sont nombreux.

Dix ans après avoir amorcé sa carrière et neuf albums plus tard, dont le dernier, Prisonnier des mots, disponible chez les disquaires depuis mai dernier, l'artiste se sent chez lui lorsqu'il arrive au Lac-Saint-Jean.

Un spectacle qui déménage

«Chaque fois, c'est "pathétique" (quel jeu de mots). J'ai tellement de "fans" qui me suivent pour chanter mes chansons avec moi... C'est fantastique. Pendant 90 minutes, on est ensemble pour se promener dans mon répertoire, des chansons classiques aux plus récentes», a dit Sir Pathétik.

Parfois, l'artiste arrête sur une musique et part dans une autre direction avec Billy Nova, qui fait partie de son groupe.

«Avec également la complicité du DG, on y va d'une "toune" à l'autre, et ça opère pas à peu près.»

Admirateurs finis

Ça faisait un certain temps que l'on n'avait pas vu Sir Pathétik au Lac-Saint-Jean. «Ce nouveau spectacle, on l'a rodé à deux endroits avant de nous rendre à Roberval. C'est ici le coup d'envoi officiel de notre tournée. J'ai toujours beaucoup de "fun" quand j'arrive à Roberval.»

«La chimie est déjà installée entre moi et le public. On n'en est pas à notre première soirée avec ce public. On arrive "boosté" à bloc», a conclu l'artiste, qui nous a laissé le temps du traditionnel test de son.

 

Sir Pathétik, rappeur mobile

Sylvain-Claude Filion, L'itinéraire, 15 juin 2013

Dix ans de carrière. un 9e album et des ventes qui totalisent 100 000 unités. Le rappeur québécois, récipiendaire d'un Félix, se démarque du lot et c'est sûrement, entre autres, parce que son rap engagé est brillant (contrairement à ses homologues américains qui, trop souvent, invitent à abuser des femmes où à tirer des policiers...). Il vient de lancer l'album Prisonnier des mots, qu'il a écrit et composé en séjournant à Paris, Rome, Amsterdam et Saint-Martin. Sébastien Lefebvre, de Simple Plan, a participé à certaines pièces. Dans ce nouvel opus, il continue à aborder des thèmes qui font réfléchir: Texto fait référence à ceux qui écrivent des SMS au volant de leur voiture et Seul dans ce monde est un hommage à Denis Blanchette, le technicien qui a perdu la vie dans l'attentat au Métropolis le 4 septembre dernier.

 

Sir Pathétik au Festival de la famille

Stéphane Lajoie, Tribune Express, 7 juin 2013

Lachute- Les amateurs de rap auront leur soirée bien à eux cette année au Festival de la famille, avec les spectacles du populaire rappeur Sir Pathétik et de la formation TAKTIKA, le jeudi 1er août à 21h30 et 20h respectivement.

Lors de son dernier spectacle à Lachute, quelques centaines de personnes s'étaient réunies au Top-Shot de la rue Principale pour entendre le rappeur trifluvien parler des fondements du Québec, de la rue, des femmes et des relations amoureuses ainsi que de la vie sous tous ses angles. 

«Avec Sir Pathétik, tu peux t'attendre à des chansons qui sont vraies et qui nous touchent, confie Karine Laramée, une fan âgée de 19 ans. Ce n'est pas du rap pour rien dire. Il y a un réel message et plus de gens devraient l'écouter.» 

Lorsqu'il monte sur scène, Sir Pathétik ne laisse personne indifférent avec ses vers rapides et ses chansons imprégnées d'une réalité sociétale qui nous touchent tous d'une certaine façon.

«Après 12 ans d'activités, Sir Pathétik continue d'observer la société et les travers de l'humanité avec plus de 150 chansons écrites dont 100 publiées. Avec de nombreux spectacles à son actif, 5 vidéoclips qui ont tous été numéro 1 au Top 5 à Musique Plus, Sir Pathétik continue à faire sa marque un peu partout au Québec.»

Au fil des ans, le rappeur s'est taillé une place de choix sur la scène du rap québécois en innovant au niveau musical et en s'associant à Sans Pression, 83, Yvon Krevé, Fonky Familu et 2Faces pour certains spectacles et chansons.

Avec ses cinq albums, Sir Pathétik désire pousser les jeunes à voir la vie d'un bon oeil et de toujours aller au bout de leurs rêves. De Mauvaize Frékentation à Toute une histoire, le rappeur demeure fidèle à lui-même, tentant toujours de réduire les fossés qui nous séparent à bien des égards.

«Il a une touche que les autres rappeurs n'ont pas, dit Michael Lefebvre, 21 ans. Il n'est pas une caricature du rap et il ne regarde pas la vie et ses fans de haut. Il est demeuré lui-même malgré sa popularité et il donne le même show ici à Lachute qu'à Montréal. C'est un véritable artiste.»

Une ouverture qui frappe

Aujourd'hui, les rappeurs québécois sont sortis de l'ombre pour faire entendre leur message qui, contrairement aux idées préconçues, n'a pas une connotation négative. 

La formation TAKTIKA, bien connue pour le rap à succès Mon mic, mon forty, mon blunt, leur collaboration au sein du collectif 83 et leur dernier album intitulé À bout portant, montera sur scène avant Sir Pathétik, soit à 20h.

«TAKTIKA est un bon exemple de longévité dans l'histoire du hip hop québécois, avec plus de 50 000 albums vendus en carrière, cinq nominations au Gala de l'ADISQ et des centaines de spectacles qui les ont menés aux quatre coins de la province et sur les scènes les plus prestigieuses.»

 

Les Cowboys fringants à la Traversée du Lac Saint-Jean

Jean Tremblay, Journal de Montréal, 27 mai 2013

SAGUENAY – Plusieurs gros noms seront en spectacle du 25 au 27 juillet lors des festivités entourant la 59e édition de la Traversée internationale du lac Saint-Jean.

La grille des spectacles professionnels comprend Sir Pathétik et DJ Dan Desnoyers le jeudi 25 juillet. Les Cowboys fringants seront sur la scène Desjardins le vendredi 26 juillet et finalement Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau présenteront leur spectacle le samedi 27 juillet. [...]

 

Studio SiriusXM avec Sir Pathétik

Andréanne Sasseville, Studio SiriusXM, 20 mai 2013

http://discovermusic.siriusxm.ca

 

Prolifique Sir Pathétik

Marie-Josée Montminy, Le Nouvelliste, 18-19 mai 2013

Quand on demande à Sir Pathétik où il a pu puiser l'inspiration pour composer 10 albums en une douzaine d'années, le rappeur trifluvien s'étonne presque de la question, tellement la chose semble naturelle pour lui. 

Les histoires partagées par ses fans et les rebondissements de l'actualité lui fournissent des sujets qui se transforment en chansons. Son téléphone intelligent lui sert de carnet de notes où il collige ses idées et/ou les mélodies qui se présentent à lui, à mesure qu'elles émergent.

«J'ai la chance de pouvoir faire ça à temps plein. Je n'ai pas à aller au bureau pour faire une autre job et faire de la musique dans mes temps libres. C'est ce qui me nourrit, c'est ma passion. Après ma famille, c'est ce qui me tient le plus à coeur. Je ne veux pas que ça arrête!», affirme-t-il en tentant d'analyser le moteur de sa prolificité.

Après avoir fait partie des formations Instance de Justice et Mine de rien, Sir Pathétik (Raphaël Bérubé de son vrai nom) a lancé un premier album de cinq titres en 2000. En 2003, il présentait 3 ans de trippe après, et par la suite il a enligné les albums regroupant tous entre 17 et 21 chansons.

Un de ces disques a été créé en duo avec son ami Billy Nova sous le nom de Mauvaize Frékentation, mais tous les autres sont des oeuvres solo. En 2009, Sir Pathétik méritait le Félix du meilleur album hip hop au gala de l'Adisq pour sa production Avant qu'tu m'oublies.

À travers la quasi centaine de chansons qu'il a écrites, Sir Pathétik a abordé des sujets tels l'éclatement des familles, le cancer, le suicide, la vie en régions, le sida, l'itinérance et la violence envers les enfants, sans négliger le thème universel de l'amour et du couple.

Et quand Sir Pathétik indique s'inspirer de l'actualité pour écrire, les références sont souvent assez claires. Il a par exemple dédié une chanson à Cédrika Provencher, et le cas du double infanticide perpétré par Guy Turcotte a aussi servi de matière première à la chanson Jamais sur l'album Soldat de la musique.

Inspiration multiple

«Après huit albums solo on a le goût de bouger, de renouveler l'inspiration, de voir de nouveaux paysages», commence le rapper en parlant de la réalisation de Prisonnier des mots, lancé le 8 mai.

Ce goût de bouger, de voir de nouveaux paysages peut être interprété au sens littéral, ici. Sir Pathétik a traversé l'Atlantique pour la première fois et a visité Amsterdam, Paris, les châteaux de la Loire, Rome et Naples. «Je suis parti avec mon iPhone avec mes idées de chansons, de sujets, d'instrumentations. J'ai visité et j'ai en ai aussi profité pour composer.»

Pendant un mois, il a mis en forme les chansons consignées sur Prisonnier des mots.

«Tout était différent, le mode de vie, la langue, les paysages. Ça m'a inspiré. J'étais tanné d'écrire dans ma cave! Ça a été vraiment l'fun», commente l'artiste qui a finalisé le tout à Saint-Martin, dans les Antilles.

Dans ce disque-ci, les références à l'actualité s'incarnent notamment dans la chanson Seul dans ce monde, en hommage au technicien de scène Denis Blanchette tué lors de la soirée électorale de septembre dernier au Métropolis.

Une autre chanson, Texto, fait référence à un accident causé par la conduite en textant. Sir Pathétik a parlé à des proches de la victime de cet accident réellement tiré de la chronique des faits divers.

«Je m'inspire de n'importe quoi, de plein d'histoires de mes fans, de mes observations de la société...», confirme le Trifluvien d'origine, qui demeure maintenant ailleurs dans la région, laissant planer le mystère sur la localité précise.

Sir Pathétik a l'habitude de travailler avec des collaborateurs. Ses derniers disques comprennent entre autres les grains de sel d'artistes plus pop, comme Jean-François Bastien, Dany Bédar, David Jalbert, Marie-Chantale Toupin, Randy Raymond, Rudy Caya et la formation Longue Distance.

«Pour le dernier album, je suis un peu revenu aux sources. Je chantonne moins, je suis plus concentré à faire mon rap. Mon identité première est associée au rap, sans renier ce que j'ai fait de plus pop dans mes derniers albums», décrit-il.

Mais Sir Pathétik tient à se détacher de l'image du rapper américain vulgaire et violent. «Mon rap n'est pas comme le rap américain qui envoie tout le monde ch...», clarifie-t-il avant d'énumérer plus tard dans la conversation une série d'attitudes véhiculées dans le rap plus du type gangster, dans lequel le rapper est un genre de roi intouchable qui méprise tout le monde.

«Je ne construis pas des chansons et un album en disant: j'ai des gros chars, des gros bijoux et vous n'êtes rien».

100 000 albums vendus

Sir Pathétik est un artiste prolifique, avec sa dizaine d'albums sortis en une douzaine d'années. En ces temps où l'industrie du disque vit une mutation, le rapper trifluvien a tout de même franchi le cap des 100 000 albums vendus depuis le début de sa carrière.

Une donnée significative dans le marché actuel, mais aussi en considérant le créneau moins «populaire de masse» dans lequel Sir Pathétik évolue.

«Cent mille albums vendus en neuf, dix ans, c'est bien, à l'ère où le monde pense que la musique est gratuite. C'est grâce à ceux qui achètent mes albums que je suis encore là. C'est important d'acheter la musique. Si un pâtissier ouvre une chocolaterie, je ne vais pas entrer dans son magasin pour lui voler un chocolat», image l'artiste dans un plaidoyer spontané contre le piratage.

«Je suis très choyé et je le reconnais», apprécie-t-il en songeant au succès de la vente de ses disques et à l'opportunité qu'il a de partager sa musique dans tous les coins du Québec.

L'importance du contact avec ses fans revient souvent dans le discours de Sir Pathétik. Il les rencontre après les spectacles pour échanger avec eux en direct, mais il maintient aussi la relation via Facebook.

Sa page compte plus de 86 000 abonnés. Quand il montre une photo de son chien parti chez le vétérinaire pour une chirurgie, 1300 personnes sympathisent par un «J'aime» et 124 commentent...

Quand il écrit «On est rien sans l'amour de la femme qu'on aime! Êtes-vous d'accord?», plus de 4000 personnes approuvent.  Il sollicite l'avis de ses fans sur ses créations, les consulte, mais il leur demande aussi ce qu'ils «font en ce beau samedi» ou comment ils dépenseraient un gros lot de la loterie.

Cette proximité avec ses fans assure de la crédibilité au discours du rapper qui souhaite se distinguer du stéréotype de la brute égocentrique et méprisante véhiculée par le gangster rap.

 

Sir Pathétik: prisonnier des mots

Marie-Ève Bourgoing-Alarie, L'Hebdo journal, 14 mai 2013 

Le rappeur trifluvien Sir Pathétik a lancé la semaine dernière son 9e album en carrière intitulé «Prisonniers des mots»

Après un album qu'il disait lui-même plus radio, Sir Pathétik se fait plaisir dans ce dernier opus et revient à un style semblable à celui de ses débuts.

«J'ai travaillé avec un nouveau réalisateur et ça a ouvert mes horizons et je suis tombé en amour avec quelques beats qu'on m'a envoyés. J'ai pris mon temps pour faire cet album. J'ai voyagé à Amsterdam, Rome, Paris et aux Îles St-Martin: je me suis dépaysé entre temps», raconte le Trifluvien au bout du fil, quelques heures avant son lancement.

Prisonnier des mots, Sir Pathétik l'est un peu.

«Je pense qu'on est tous un peu prisonnier des mots. Il nous arrive tous dans notre vie de ne pas trouver les bons mots, que ce soit avec notre blonde ou quelqu'un d'autre. Sans les bons mots, on n'arrive pas à avancer», explique-t-il.

Un album proche des fans

Sir Pathétik a encore une fois consulté ses fans via les réseaux sociaux pour connaître leurs histoires, comprendre ce qui les intéresse ou les fait réagir.

«J'ai aussi rencontré plusieurs de mes fans qui me parlaient de leurs problèmes. Les chansons de mon album racontent leurs histoires. Il y a cette jeune fille qui est morte à la suite d'un accident, lorsqu'elle textait au volant. La chanson «Lettre à un ange» qui est aussi inspirée d'une histoire vraie. C'est une lettre destinée à un enfant qui se retrouve entre la vie et la mort. Ce sont des thèmes qui touchent tout le monde et ce n'est pas superficiel», confie-t-il.

Il aborde également le décès de Denis Blanchet, ce technicien qui a perdu la vie le soir des élections au Metropolis dans la pièce Seuls dans ce monde.

Fidèle à son habitude, le rappeur s'est entouré de plusieurs collaborateurs qu'on peut entendre notamment sur Ensemble (Randy Raymond), Jamais trio tard (Tommy Boulanger), J'te kidnappe pour la nuit (Billy Nova) et Viens danser (Nancy Martinez).

En vente sur iTunes depuis le 23 avril, Prisonnier des mots figurait déjà au sommet du palmarès des ventes francophones d'iTunes lors du lancement officiel.

Tournée à travers la province

Sir Pathétik entreprendra une tournée à travers le Québec prochainement.

Le concept de la tournée est encore en élaboration, mais le chanteur affirme qu'il s'agira d'une «grosse tournée» qui fera place aux chansons du dernier album, mais aussi à ses classiques qui l'ont fait connaître.

Il sera en spectacle à Louiseville lors du Blitz Urbain le 5 juillet.

D'autres dates seront annoncées d'ici peu sur la page Facebook de l'artiste.

 

Numéro 1 des ventes iTunes: Prisonnier des mots de Sir Pathétik 

QuébecSpot Média, 9 mai 2013

Départ impressionnant pour l’album Prisonnier des mots! Dès sa sortie mardi dernier, l’opus de Sir Pathétik est entré au #1 du palmarès albums francophones sur iTunes et il maintient le cap! Les fans étaient réunis hier soir au National, afin de rencontrer leur idole et aussi assister à la prestation qui était aussi retransmise en direct sur sa page Facebook grâce à LiveToune.

Plusieurs de ses collaborateurs ont foulé la scène à ses côtés: Billy Nova, Randy Raymond, Yvon Krevé, Jim Zeller et Danyka. Tommy Boulanger de la formation Sens était aussi de la partie pour interpréter Jamais trop tard, le premier extrait radio de l’album qui est présentement à la septième position du palmarès chansons francophones iTunes.

Le premier vidéoclip du nouvel opus, pour la pièce Désolé II, a été tourné à l’ancienne base militaire de Saint-Adolphe-d’Howards et réalisé par Kristof Brandl en collaboration avec la maison de production Roméo et fils.

 

Sir Pathétik a sorti son nouvel album, «Prisonnier des mots» (Entrevue)

Jean-François Cyr, Huffington Post, 9 mai 2013

MONTRÉAL - Natif de Trois-Rivières, le rappeur et parolier québécois Sir Pathétik, de son vrai nom Raphaël Bérubé, est tout un phénomène. Mardi paraissait son 9e album en 10 ans de carrière, une galette pop qui s’est rapidement hissée au premier rang des ventes francophones canadiennes sur iTunes. Le lendemain, le chanteur avait invité ses admirateurs au National de Montréal pour une courte prestation servant de lancement. Après la performance, une impressionnante quantité de personnes attendaient en file pour obtenir un autographe.

Depuis la sortie du disque Prisonnier des mots, Sir Pathétik est passé devant les chanteurs québécois Jean-Marc Couture, gagnant de Star Académie, Marc Dupré (qui a profité de la visibilité de l’émission La Voix), la toujours très populaire Marie-Mai ou encore Louis-Jean Cormier, qui est un peu partout depuis la parution de son projet solo.

En plus d’avoir obtenu cinq nominations et remporté un Félix dans la catégorie album hip hop de l’année en 2009, Sir Pathétik a placé cinq extraits radio dans le top 100 BDS. Sa dernière chanson avec Dany Bédard a notamment grimpé dans le top 10, tandis que Si Dieu existe avec David Jalbert a atteint le sommet des palmarès.

Sir Pathétik n’a peut-être vendu que 100 000 albums au total en dix ans, mais, sur les réseaux sociaux, son nom circule abondamment. On compterait déjà 20 millions de vues sur YouTube et 83 500 admirateurs sur Facebook.

Le premier extrait radio Jamais trop tard, auquel participe Tommy Boulanger de la formation Sens, tourne sur le réseau NRJ. 

Même Sébastien Lefebvre du populaire groupe montréalais Simple Plan participe à la composition de plusieurs pièces de ce disque réalisé par son frère Jay Lefebvre.

Le bon vivant

Pourtant, les 20 morceaux de cet album n’ont rien d’extraordinaire. Un rap édulcoré persillé de pop, blues, reggae, et R’n’B qui met la voix de Sir Pathétik et de plusieurs autres invités, comme Nancy Martinez, en avant-plan. Des textes corrects, sans plus, qui parlent des boys, des filles, de la fête ou encore de l’amour. Pour donner du corps à la création, de nombreux artistes (dont l’harmoniciste blues Jim Zeller, Marc Antoine et Billy Nova, Yvon Krevé, Danyka, Tommy Boulanger) collaborent également au disque.

Définitivement, le secret de son succès réside en partie dans l'esprit de ce bon vivant qui a compris qu’il faut bien s’entourer.

«J’aime beaucoup faire de la musique avec d’autres chanteurs. Avec le temps, j’ai pu rencontrer ou travailler avec un paquet de personnes pleines de talent. C’est juste normal de vouloir du monde autour de soi. Je dirais que c’est la même chose avec les différents beats que j’utilise pour le disque. Je reçois plein de propositions de l’Europe, des États-Unis, et même de Québécois inconnus qui proposent parfois des affaires pas mal du tout. Selon la qualité, j’achète certains de ces beats que je retravaille ensuite pour ma musique.»

Une façon de procéder qui peut paraître étonnante, mais qui serait, selon le principal intéressé, de plus en plus populaire dans le milieu de la musique, surtout dans l’univers rap. «Je suis assez autonome. Puisque je n’ai pratiquement pas joué d’instruments sur cet album (les musiciens qui l’entourent seraient de toute façon beaucoup plus talentueux que lui), ça se passe beaucoup sur mon ordinateur, dans ma cave (cela dit, il s’est payé un voyage à Paris, Amsterdam et Rome pour démarrer le processus d’écriture). Surtout que cette fois-ci, c’est plus rap. Les flows sont plus rap.»

Plus rap peut-être, mais «moins hard qu’avant». «J’ai fait le tour des criss et des câlisses. J’ai donné côté bad boy. J’ai plutôt envie de parler des vraies choses qui m’entourent comme les amis, les amours. J’ai aussi le goût de prendre soin de ma carrière. Je ne peux pas faire le con comme avant», raconte le trentenaire qui admet écouter autant Zachary Richard (il aime beaucoup Au bord du Lac Bijou), le rappeur Lil Wayne ou encore le travail reggae de Snoop Lion (anciennement Snoop Dogg).

«C’est fini le temps où l’on peut faire un style durant toute une carrière. Je pense que c’est important de se mettre en danger ou au moins essayer différentes affaires. En musique, mais aussi dans les sujets […] On est tous prisonniers des mots (titre de l’album de Sir Pathétik). Il faut toujours développer son langage et se réinventer pour chaque situation.»

Inventer, Raphaël Bérubé sait faire. À quelques heures de sa performance sur la scène du National et durant l’entrevue, il se met déjà dans la peau de Sir Pathétik, le personnage, le phénomène.

Prisonnier des mots, en magasin depuis le 7 mai. Visitez sa page Facebook.

 

Sir Pathétik, Prisonnier des mots 

Élizabeth Ménard, Journal de Montréal, 9 mai 2013

En 10 ans de carrière, le rappeur de Trois- Rivières, Sir Pathétik, a réussi à se tailler une place de choix sur la scène rap québécoise. Les épreuves ont été nombreuses, mais c’est en restant lui- même, positif et fonceur, qu’il a assuré sa longévité. L’artiste lançait hier soir son neuvième album, Prisonnier des mots, une galette sur laquelle on ne retrouve pas moins de 20 titres.

Prisonnier des mots est un titre que le rappeur avait en tête depuis longtemps. Il évoque son obligation de perfor mer, de trouver l es bons mots pour chanter ses émotions et parler à son public. «On est tous prisonniers des mots, ceux qu’on n’a pas su dire, ceux qui nous ont fait du bien. Les mots, c’est notre personnalité», explique-t-il.

Pour écrire ce neuvième opus, Sir Pathétik a ressenti le besoin de s’expatrier. Prisonnier des mots a été écrit entre Paris, Rome, Amsterdam et Saint- Martin. « Après huit albums écrits dans ma cave ou sur mon balcon, fallait que je trouve quelque chose d’autre! Donc j e suis parti avec ma blonde et quelques idées de texte. On voyageait le jour et le soir on était brûlé donc on s’assoyait sur une terrasse et j’écrivais. C’est rafraîchissant. J’avais besoin de me réinventer», avoue le rappeur.

Collaborateurs de choix

Avec 10 ans d’expérience derrière la cravate, Sir Pathétik sait que la clé du succès, c’est de s’entourer des bonnes personnes. Il a donc choisi de confier la réalisation de cet album à Jay Lefebvre, le frère de Sébastien Lefebvre du groupe Simple Plan. Sébastien a d’aill eurs collaboré à plusieurs chansons où l’on peut l’entendre jouer de la guitare. Sir Pathétik a également travaillé avec l’harmoniciste Jim Zeller, la chanteuse Nancy Martinez ( qu’on a pu entendre sur Femme Like You de K- Maro), son fidèle ami Billy Nova et plusieurs autres.

Fidèle à lui-même

Pas de surprise, Sir Pathétik offre sur Prisonnier des mots plusieurs chansons qui font référence à la fête. Celui qui s’est fait connaître avec la pièce L’accroc du trippe, signe ici des titres comme Ma p’tite danseuse, Y’a tu de la bière icitte et Viens danser. « Moi je fais des chansons en québécois pour les Québécois » , explique- t- il. Mais, comme à son habitude, le rappeur équilibre le tout avec une bonne dose de chansons émouvantes et même engagées. La chanson Texto, par exemple, fait référence à la jeune Émy Brochu, décédée l’année dernière alors qu’elle envoyait un SMS à son copain tout en conduisant. «C’est une histoire qui a touché tout le Québec. L’amour de ne pas pouvoir se retenir de lui parler. Alors je suis allé rencontrer la famille et je leur ai demandé la permission de f aire une chanson. » L’artiste a également offert la chance àla meilleure amie d’Émy de chanter avec lui sur la pièce.

Lancement en direct

Le lancement de Prisonnier des mots avait lieu hier soir au National. L’événement était également retransmis en direct via la page Facebook de Sir Pathétik.

 

Un lancement haut en couleur avec Sir Pathétik !

Aurélie Bolduc, Tempo Magazine, 9 mai 2013

Hier soir, Le National de Montréal a accueilli le rappeur Sir Pathétik à l’occasion du lancement de son nouvel album, Prisonnier des mots.

C’est devant une salle comble et remplie de fans fidèles que l’artiste a débuté la soirée avec la chanson titre de son nouveau disque. Billy Nova, un artiste très proche du chanteur et qui a également collaboré avec celui-ci sur plusieurs chansons, était présent durant toutes les performances, appuyant son fidèle ami et fredonnant avec lui ses récentes mélodies. La chanteuse Danyka participait aussi au lancement aux côtés des deux rappeurs, enthousiastes et joyeux.

Nous avons pu entendre Bad Boy II et J’te kidnappe pour la nuit, durant laquelle des images de destinations paradisiaques défilaient sur les quatre écrans superposés installés sur scène. Seul dans ce monde, chanson dédiée au technicien de scène Denis Blanchette, qui a perdu la vie au Métropolis en septembre dernier, a également envoûté la salle avec sa mélodie. Les gens agitaient leur briquet dans les airs en mémoire de cet homme courageux et aimé. Des reportages de ce tragique événement étaient aussi présentés sur les écrans durant la chanson. Lors du même numéro, Jim Zeller, homme à harmonica talentueux, s’est, à son tour, présenté sur scène pour accompagner monsieur Sir Pathétik.

Buvant quelques gorgées de bière entre ses performances et partageant des anecdotes plutôt variées et parfois intimes avec son public, le célèbre rappeur québécois a tout donné à ses fans. On pouvait aussi regarder le lancement, en direct, sur sa page Facebook.

Le chanteur, réalisateur et mannequin Randy Raymond est aussi venu s’amuser avec la foule pour la dynamique chanson Ensemble, sur laquelle il a collaboré avec Sir Path’ sur le nouvel album de celui-ci. Les gens sautaient et bougeaient au rythme de la musique  particulièrement entraînante.

Le chanteur Marc Antoine, qu’on peut entendre sur la chanson Pour me rapprocher de toi, était absent, mais a tout de même tenu à préparer une vidéo pour l’occasion. Sweet!

Finalement, le chanteur principal du groupe Sens, Tommy Boulanger, a fait vibrer la salle pleine avec le rappeur sur Jamais trop tard, qu’on peut notamment demander dans les radios et qui, de plus, est parfaite pour la saison estivale.

Les fans ont été gâtés avec un magnifique lancement, une belle présence du fier rappeur québécois et une séance d’autographes après le spectacle.

Christian Alary, aussi du groupe Sens et qui a déjà remplacé le batteur Maxime Lalanne, musicien de Marie-Mai, durant quelques spectacles de la chanteuse, était DJ lors de cette soirée.

La qualité sonore était plus ou moins bonne, peut-être parce qu’il y avait trop de voix sur scène, mais c’était tout de même un beau et bon lancement très amusant.

Pour plus de détails sur l’artiste et sur ses prochains projets, rendez-vous sur sa page Facebook officiel!

 

Les sorties de la semaine: Sir Pathétik, Rihanna et plus !

Laure Anne Lafrenière, Musique Plus, 7 mai 2013 

Envie de faire le plein de nouvelles chansons ou même, de quelques images de spectacles ? Voici quelques parutions toutes fraîches à découvrir cette semaine.[...]

 

Sir Pathétik nous présente son 9ième album

Chez nous le matin, Ici Radio-Canada Première, 6 mai 2013

http://www.radio-canada.ca/audio-video/

 

Nouvel album de Sir Pathétik

Le Téléjournal Mauricie, Ici Radio-Canada Télé, 6 mai 2013

http://www.radio-canada.ca/widgets/

 

Un 9e album pour Sir Pathétik

Anne-Marie Lobbe, Journal de Montréal, 4 mai 2013

Si tu es un fan inconditionnel du rappeur québécois, tu sais probablement déjà qu’il lancera son nouvel album, Prisonnier des mots, le mardi 7 mai prochain. C’est évidemment sur celuici que tu retrouveras le premier extrait, Jamais trop tard, une collaboration avec Tommy du band Sens.

Les pièces de l’album Prisonnier des mots touchent plusieurs styles à la fois, une tradition qu’on apprécie beaucoup chez le rappeur de 35 ans: du rap, de la pop, du blues, du R&B, du reggae, et même du classique!

Psitt: Sébastien Lefebvre, de Simple Plan, a participé à la composition de quelques-unes des pièces.

Sur le plan des textes, le rappeur nous livre d’autres chansons qui nous vont droit au coeur, comme Seul dans ce monde, une pièce qui rend hommage au technicien qui a perdu la vie au Métropolis, l’automne dernier, lors de la soirée des élections. Pour sa part, la chanson Texto nous confronte à une réalité des plus actuelles: l’utilisation des messages textes quand on se trouve derrière le volant d’une voiture!

Excellente nouvelle, en terminant: si tu as envie de découvrir les nouvelles pièces de Sir Pathétik live, tu pourras le faire le 8 mai prochain, au National de Montréal, lors de son lancement gratuit et ouvert à tous! Si jamais tu ne peux pas t’y rendre, tu pourras voir le tout directement sur la page Facebook du rappeur (www.facebook.com/sirpathetik)

Dis-moi, Sir Pathétik fait-il partie de tes artistes québécois favoris?

 

Les incontournables francophones

Journal de Montréal, 4 mai 2013

Ce n’est pas l’affluence comme à l’automne ou à l’hiver, mais les dernières semaines du printemps nous réservent quelques parutions musicales intéressantes au Québec et en France. Voici un aperçu de ce qui pourrait garnir votre iPod prochainement.

Sir Pathétik

Prisonnier des mots 

7 mai 

Déjà un neuvième album pour Sir Pathétik, qui a eu recours aux services de Sébastien Lefebvre, de Simple Plan, pour quelques pièces. Pop et hip-hop vont de pair, semblet-il. Lui aussi devrait passer dans votre coin cet l’été.

 

Sir Pathétik - Prestation

Top Musique, MusiquePlus, 29 avril 2013

Prestation 1: http://www.musiqueplus.com/videos

Prestation 2: http://www.musiqueplus.com/videos

 

Avec 100 000 albums vendus en carrière, Sir Pathétik est de retour avec Prisonnier des mots. 

QuébecSpot Média, 16 avril 2013

Sir Pathétik reviendra en force le 7 mai prochain avec son neuvième album Prisonnier des mots écrit entre autres à Paris, Rome, Amsterdam et Saint-Martin. Le premier extrait radio Jamais trop tard, auquel participe Tommy Boulanger de la formation Sens, tourne déjà sur le réseau NRJ.

À propos de Sir Pathétik

Les dix ans de carrière de Sir Pathétik sont sans contredit synonymes de succès. Celui qui a vendu plus de 100 000 albums en carrière est autant reconnu par l’industrie musicale qu’appuyé par son fidèle public.

En plus d’avoir obtenu cinq nominations et remporté un Félix dans la catégorie album hip hop de l’année en 2009, Sir Pathétik a propulsé cinq extraits radio dans le top 100 BDS. Ta dernière chanson avec Dany Bédard a notamment grimpé dans le top 10 tandis que Si Dieu existe avec David Jalbert a atteint le sommet des palmarès.

D’ailleurs, on compte déjà 20 millions de vues sur YouTube et 83 500 admirateurs sur Facebook.

Sir Pathétik a fait appel à plusieurs collaborateurs dont Nancy Martinez (voix féminine derrière le succès Femme like you de K. Maro), l’harmoniciste blues Jim Zeller, Marc Antoine et Billy Nova pour cet album. La diversité des chansons saura plaire à un large public. Amateurs de rap, pop, blues, reggae et RnB, tous seront servis. Quelques sonorités classiques se font également entendre. Jay Lefebvre signe la réalisation de l’album tandis que son frère, Sébastien Lefebvre (Simple Plan) participe à la composition de plusieurs pièces.

Fidèle à son habitude, Sir Pathétik aborde, sur cet album, des sujets qui font réfléchir. Il suffit de penser à la chanson Seul dans ce monde, un hommage à Denis Blanchette, technicien qui a perdu la vie le soir des élections au Métropolis l’automne dernier, ou encore à Texto qui fait référence à l’envoi de messages textes au volant.

Le lancement de l‘album Prisonnier des mots aura lieu au National, 1220 rue Ste-Catherine Est, à Montréal le 8 mai prochain.

En spectacle 

5 juillet 2013

Louiseville • Blitz Urbain

11 juillet 2013

Amos • Festival H2O

25 juillet 2013

Lac St-Jean • Traversée internationale du Lac St-Jean

1er août 2013

Lachute • Festival de la famille d’Argenteuil

 

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés