Biographie de Choses Sauvages

Choses sauvages vit d’un paradoxe qui le représente bien : celui d’avoir l’air du typique groupe rock de slackers irrévérencieux, mais d’être en fait constitué de cinq jeunes musiciens à la démarche minutieuse, pour ne pas dire sérieuse, dans leur recherche du groove le plus probant. Un peu comme si Mac Demarco avait enregistré un album avec Nile Rodgers après une tournée de bars dans Williamsburg.

C’est d’ailleurs dans un endroit tout aussi tendance, soit Saint-Eustache, que l’histoire de ces amis du secondaire s’amorce, il y a un peu plus de 10 ans. Entre deux cigarettes, ces bums de bonne famille comblent leurs nombreux temps libres par des chillings de sous-sol et des jams impromptus. Rien de bien sérieux... à part le début d’une évidente complicité musicale.

Et cette chimie se confirme dès 2012, année où la formation déménage à Montréal et y arpente les bars du Plateau sans modération. En découle un premier EP en anglais, le bien nommé Late Night, qui pousse les jeunes adultes sur la route de quelques festivals de renom comme M pour Montréal, Pop Montréal et Coup de coeur francophone. L’engouement se poursuit en 2015 grâce à Japanese Jazz, une exploration pop rock lo-fi aux ramifications jazz.

Puis, en 2016 : la grande révélation, celle de L’épave trouée, un premier single francophone qui jette les bases d’une signature dream funk. Peaufinée en studio pendant près de deux ans, cette quête sonore se précise à l’automne 2018 sur un fortifiant premier album homonyme. Réalisé par l’illustre Emmanuel Ethier (Chocolat, Jimmy Hunt, Peter Peter…), l’opus paru sous Audiogram reçoit les louanges de plusieurs médias établis, du Devoir jusqu’à Radio-Canada, et permet au groupe de devenir l’un des artistes les plus en vue de la foisonnante scène émergente montréalaise. En témoignent sa nomination pour l’album alternatif de l’année au Gala de l’ADISQ et le succès indiscutable de La valse des trottoirs sur les palmarès des radios universitaires et communautaires.

Depuis, Choses Sauvages continue de faire des ravages sur scène, donnant une vigueur plus mordante, parfois punk, à ses chansons. Avec plus d’une trentaine de spectacles en 2019, dont un présenté à guichets fermés au Théâtre Fairmount, quelques dates en première partie de Half Moon Run et une tournée panquébécoise avec Foreign Diplomats, le groupe poursuit son chemin avec, en tête, l’idée de toujours surprendre ses fans. À preuve : sa plus récente chanson Apophis, une bombe disco de neuf minutes, taillée sur mesure pour les planchers de danse ainsi qu’un Club Soda à guichet fermé en novembre 2019.

«Une attitude rock désinvolte portée par un rythme funk et exaltant qui groove à souhait» -Claudia Beaumont, ICI Musique

«Un premier album complet réussi pour Choses Sauvages qui s’impose comme un groupe à surveiller sur la scène rock québécoise. C’est rempli d’un groove pansu et d’une bonne dose de mélodies contagieuses.» -Louis-Philippe Labrèche, Le Canal Auditif

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés