Biographie de Rosie Valland

Le deuxième album est souvent, pour une artiste, un passage ravivant des insécurités passées, mais Rosie Valland a plutôt choisi de le vivre comme un défi. Elle revient sur la scène avec « BLUE », une œuvre empreinte d’assurance. Faisant fi des déceptions, des incertitudes et de l’autocritique, elle entreprend une démarche personnelle pour retrouver un équilibre nécessaire à la création, duquel jaillit un second opus marqué d’un profond sentiment de sérénité.

À la suite d’une première parution, « Partir avant » en 2015, et de trois EP (Rosie Valland en 2014, Nord-Est en 2016 et Synchro en 2017), « BLUE » apparaît comme un marqueur de changement, un nouveau chapitre. Débarrassée de ses complexes, Rosie Valland fait place à ce qui lui tient le plus à cœur : « recommencer à rêver ».

La pop des années 90, celle qui a vu naître les grandes mélodies et les voix puissantes, a incontestablement influencé ce nouvel album. Ce sont les échos de l’enfance de l’artiste, passée à écouter de la musique sur la banquette arrière de la voiture de ses parents qu’elle tente de récréer ici. Rosie Valland est catégorique : « On ne trouve plus rien qui va au-delà de l’album D’eux de Céline Dion ». Elle s’est donc inspirée de l’essence de ces mélodies accrocheuses pour en faire le fil conducteur stylistique des neuf titres qui composent « BLUE ». Le tout impose une douce nostalgie familière.

Arrivée à Montréal au début de la vingtaine, Rosie s’est fait emporter dans le tourbillon de la vie urbaine, effervescente et enivrante, mais parfois étourdissante. L’impression de toujours devoir vivre dans l’intensité de la fête, des activités trop nombreuses, comme s’il s’agissait de la seule façon de se réaliser, l’a finalement menée dans une impasse.Elle quitte Montréal pour s’installer en périphérie de Rigaud, là où l’appel du calme transcende la frénésie de la ville. Cette paix retrouvée lui permet d’entamer la création sous un nouvel angle.

Pour la première fois, elle prend le chapeau de réalisatrice. Pour la première fois, elle prend le chapeau de réalisatrice, auprès de Jesse Mac Cormack, ami de longue date et réalisateur de son premier opus. À deux, ils ont façonné « BLUE », une série de pièces courtes et efficaces. Inébranlable, Rosie Valland est habitée d’une force tranquille qui résonne jusque dans ses cordes de guitares. Dans chacun de ces morceaux, Rosie Valland a gardé l’essence première de la création, la spontanéité du premier jet, laissant ses imperfections s’exprimer dans la plus grande honnêteté, marque d’une grande maturité.

« BLUE » émane de la volonté de se libérer de ses tourments, véritable moteur de création pour l’auteure-compositrice-interprète : « Je ne reviens jamais à ce que j’étais avant, à ce que j’étais hier » déclare-t-elle dans la pièce Chaos. Elle avance sans ménagement, laissant le mauvais derrière elle, résolue à réaliser ses rêves.

La perception de son propre corps, le regard des autres, la pression familiale, le militantisme de surface dans un monde qui n’a jamais été aussi consumériste : autant de thèmes que Rosie Valland explore et déplore tout au long de son album. Sous ses airs d’hymne léger, « BLUE » est surtout une œuvre marquée d’un sentiment très fort — de confiance en soi et de force féminine. Rosie Valland nous revient imperturbable et toujours intègre.

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés