Dossier de presse d'URSA

Nouvel espace musical dans le Mile End

Frédéric Lacroix-Couture, District / Métro Média, 11 juillet 2019

La chanteuse Martha Wainwright sort de sa zone de confort. À l’aube d’un nouvel album, l’artiste porte désormais le chapeau d’entrepreneure avec l’ouverture d’une salle de concert qui sera aussi au service de la communauté dans le Mile End.

Ursa, ce nom colore depuis peu la devanture du 5589 avenue du Parc, acquis ce printemps par l’auteure-compositrice-interprète. Le projet de Marta Wainwright prend tranquillement forme au sous-sol de l’immeuble dont l’étage est occupé par les bureaux du festival de musique POP Montréal.

[ • • • ]

Le local a accueilli ses premiers spectateurs vers la fin juin lors d’un événement de préouverture avec plusieurs artistes. Ce mini-festival d’un week-end a été l’occasion de mieux déterminer le concept d’Ursa. Et les idées sont nombreuses pour faire vivre l’endroit, qui compte une capacité de 94 personnes.

«Il va peut-être avoir deux ou trois concerts par semaine. Pendant le jour, il y aurait des ateliers d’art et parfois des événements privés pourraient s’y tenir. Je vois ça comme un centre communautaire avec différentes sortes de choses à faire», décrit l’Outremontaise, qui souhaite aussi aménager un petit café offrant des produits locaux.

D’ici une ouverture permanente à l’automne, du travail reste à accomplir comme l’obtention de permis et la recherche d’employés. Entre-temps, une autre série de concerts sera organisée dans le local de l’avenue du Parc vers la fin de l’été.

Inspiration

Martha Wainwright cogite depuis longtemps à l’idée d’ouvrir un espace musical et communautaire. Selon elle, un tel endroit où les familles peuvent se réunir manquait au quartier.

«J’ai vu beaucoup de modèles de centres d’arts pour la communauté où j’ai joué en Europe et aux États-Unis. Ça m’a donné des idées, ça m’a beaucoup inspiré», mentionne celle qui voudrait attirer chez Ursa tant des artistes montréalais qu’internationaux.

Au départ, la chanteuse envisageait un bâtiment industriel du côté de Rosemont ou de Villeray, croyant que les prix seraient plus abordables, mais elle s’est heurtée à des coûts élevés.

L’espace sous POP Montréal, devenu vacant après la fermeture du restaurant la Petite Maison en 2018, représentait une alternative intéressante en raison de sa petite superficie.

«Je ne pouvais pas être dans quelque chose de trop grand parce que je n’ai pas d’investisseurs et un grand plan avec beaucoup d’argent. C’est une façon de commencer», relate Mme Wainwright. Elle se réjouit de pouvoir compter sur l’expertise du festival de musique, en plus du soutien d’amis et de membres de sa famille.

Néophyte du monde des affaires, l’artiste ne cache pas avoir besoin de bien s’entourer pour mieux s’organiser. «Tranquillement, je vais pouvoir aussi m’en aller en tournée, faire des disques, et que ça roule sans moi, ajoute-t-elle. Pour le moment, je me dévoue à 110%.»

La Montréalaise trouve tout de même le temps de préparer son septième album. Elle est entrée en période d’écriture afin d’offrir d’ici un an de nouvelles chansons à ses fans. À l’automne, elle donnera aussi quelques concerts au Québec.

Origine

Ursa est le latin d’Ourse, les constellations d’étoiles. Un mot avec une résonnance boréale, canadienne et québécoise, explique Martha Wainwright. Ce nom s’inspire aussi d’une période difficile pour la chanteuse après un divorce. Alors qu’elle voyait moins ses enfants, une amie lui a remis un bracelet avec l’inscription «Mama Bear», un cadeau qui lui a donné de la force pour ses deux garçons.

 

MENTION

Le 15-18, ICI Radio Canada Première, 21 juin 2019

[ Écoutez l'extrait]

 

WHAT TO THIS WEEKEND, JUNE 21-23

Sarah Deshaies, IHeart Radio, 21 juin 2019

Martha Wainwright, member of the McGarrigle music dynasty, fulfilled a longtime dream by opening up her own music venue a few weeks ago: the intimate Ursa, located in a basement space in Mile End. Ursa Micro is a long weekend music festival, designed as preview of sorts for bigger shows to come. There is a wealth of Montreal talent on the bill, including Martha herself, Brad Barr (of The Barr Brothers) and Richard Reed Parry of Arcade, spread across Friday, Saturday and Sunday. Daily tickets range from $20 to $25. 5589 Park Avenue. 

[...]

 

Dunlevy: Martha Wainwright inaugurates Ursa with a music fest this weekend

T'Cha Donlevy, Montreal Gazette, 20 juin 2019

Patrick Watson, Brad Barr and Arcade Fire's Richard Reed Parry are among the performers at the festival in Mile End

Martha Wainwright was gearing up for a sound check Wednesday afternoon — not for herself, or rather not only for herself but for the 16 or more other music acts that will tag-team their way through the weekend at her intimate new Mile End venue Ursa.

“I’m going to be banging on drums, playing bass and all the other instruments, doing the line check for everybody,” she said.

Introducing Ursa Micro, a fly by the seat of your — or her — pants event, very much in the spirit of the woman behind it.

“I booked all the bands myself, which was fun,” Wainwright said. “It’s been a lot of work but kind of great. People have been really generous with their time and support.”

[ • • • ]

Things kick off Friday at 5 p.m. with kid-friendly folk act Sin and Swoon, followed by Paperbeatscissors at 6 and Wainwright at 7, then neo-classical pianist Martin Lizotte and DJ Zac DeCamp. But that schedule is more of a guideline than a rigid template.

“I’m sure the times are not going to be so precise and there are going to be some hiccups,” Wainwright said. “But we’re going to have beer, wine, tacos and pizzas, and things to keep people entertained.”

She was working on a notable last-minute addition to the programming, local hero Patrick Watson.

Saturday’s performers include bluegrass acts Notre-Dame-de-Grass and Lake of Stew, rising chanteuse Beyries, spoken-word artist Cat Kidd, plus Brad Barr of the Barr Brothers.

Sunday boasts Éloi Painchaud, Toronto’s Charlotte Cornfield, Arcade Fire’s Richard Reed Parry, Little Scream and a mysterious “surprise guest.”

“I don’t know how curated it is,” Wainwright said. “It’s sort of me just asking people if they would come play. Obviously, a lot of francophone musicians were really busy because of St-Jean.

“I really wanted Éloi to play — he does traditional music and it’s fun to tip our hats to the holiday. Earlier in the day, I wanted things that are fun for the whole family, so Notre-Dame-de-Grass and Lake of Stew will be playing unplugged on Saturday, and you’ll see kids running around to bluegrass. That’s how I imagined it.”

Tickets cost $20 for Friday and $25 per day for Saturday and Sunday, or $50 for a weekend pass; children under 12 get in free.

Martha Wainwright tickles the ivories in Ursa, the cultural venue she has opened in Montreal’s Mile End, on May 23, 2019. She is all set to play host to a music festival this weekend with something for most, if not all, musical tastes. It’s all part of the very soft, intermittent opening events for Ursa, the café-resto-showbar and community arts space that Wainwright inaugurated last month with a secret, invite-only fundraising soirée with her brother Rufus.

There will be scattered soirées at the venue throughout the summer — “human rights gatherings, one-off concerts, book readings, record launches” — up until POP Montreal in September, after which she hopes to open Ursa full time.

Ursa’s upstairs neighbours (and Wainwright’s new tenants) POP Montreal have been integral in getting the festival off the ground, she noted.

“I would not have the guts to do any of this if it weren’t for them helping me get permits and setting up tickets online, making posters. They’re holding my hand through it all.”

She has also received assistance from a tight community of cousins and friends. Wainwright, meanwhile, has been working around the clock, and reminding herself to breathe.

“Sometimes I get stressed out,” she said. “I’m up at night thinking, ‘Oh my god, what am I going to serve? What happens if no one shows up? Or if too many people show up?’ I keep telling myself to enjoy the process. We’re not making any money, so just have some fun.”

She is passing on that philosophy to those in her midst.

Patrick Watson performs at Leonard Cohen tribute concert at the Bell Centre in Montreal on Monday, Nov. 6, 2017. He’ll be performing at Martha Wainwright’s Ursa Micro music festival this weekend. 

“When people are coming in and helping out or working on lists, they have to feel like they want to do it. When I’m asking people to poster or make food in the kitchen, it has to be in the context of, ‘Are we having a good time?’ That’s what I hope will emanate from us, that people in the space will feel that and want to join in.”

Visitors stopping by this week to purchase advance tickets for the festival have been surprised to find Wainwright greeting them, amid preparations in full swing.

“There’s a mess of papers and furniture everywhere,” she said. “People are like, ‘Oh I love it. There’s no design, it’s not specific.’ It’s really sort of whatever it is.”

Late Wednesday afternoon, Wainwright called me from a cab with an update. Watson was confirmed for Friday evening. What time?

“I don’t know. I can’t tell you. Let’s say either 8 or 10? Whenever he wants.”

 

Ursa: l'espace rassembleur de Martha Wainwright

Iris Gagnon-Paradis, La Presse, 5 juin 2019

Avec son nouvel espace, joliment nommé Ursa, Martha Wainwright veut rassembler la communauté en un projet fédérateur, sous le signe des arts et de la musique.

Ce printemps, Martha Wainwright a acquis l'immeuble du 5589, avenue du Parc, en plein coeur du Mile End. L'endroit, qui était la propriété du chef Danny St Pierre et qui abritait le restaurant La Petite Maison, compte également comme locataire Pop Montréal, au premier étage. C'est d'ailleurs dans le petit espace du demi-sous-sol, désormais rebaptisé Ursa, qu'a été dévoilée la programmation du festival de musique automnal, il y a deux semaines.

Le chat est donc sorti du sac : l'auteure-compositrice-interprète, qui a cinq albums à son actif (et un sixième en élaboration), fille de Kate McGarrigle et soeur de Rufus Wainwright, est désormais aussi, à sa manière, une femme d'affaires.

[ • • • ]

« J'avais cette idée d'ouvrir une boîte à musique, mais aussi un centre communautaire, galerie d'art, café, bar... Toutes les choses qui m'intéressent finalement ! (rires) Depuis que je suis revenue à Montréal, il y a cinq ans, c'était clair pour moi que je voulais faire un projet avec mes cousins, dont je suis très proche, mes amis, la communauté ici. Et comme mes enfants sont à l'école, je dois plus m'ancrer ici, je ne peux pas partir en tournée tout le temps. »

Espace mouvant

Ce bâtiment typique du Mile End est, selon elle, très « Montréal » - il porte en lui beaucoup d'histoire et a besoin d'un peu d'amour... comme Montréal ! Martha Wainwright compte d'ailleurs en conserver l'authenticité et ne pas le transfigurer. « On n'en fera pas une boutique-hôtel ! », lance-t-elle. 

L'Ursa n'est pas encore officiellement ouvert. Il y a encore beaucoup à faire, à rénover et à définir dans ce petit espace allongé qui sera divisé entre un café-lounge à l'avant, une petite cuisine et une salle de spectacle intime à l'arrière.

La chanteuse souhaite que l'Ursa devienne « ce que les gens ont besoin que l'endroit soit », un peu à la façon d'un centre communautaire qui pourra offrir, selon l'heure de la journée, différentes activités familiales, ateliers ou cours de cuisine, avec un petit café qui servira des choses simples et bonnes à boire et à manger, avec un souci de mettre de l'avant des aliments et produits locaux.

Cela dit, il est clair que la musique est le fil conducteur, le mur porteur de l'établissement. « J'aimerais en quelque sorte remettre la musique dans la vie, de façon très naturelle, créer un espace où je pourrai jouer de la musique, inviter des artistes de Montréal et de l'international aussi », dit celle qui a pris conscience, en investissant l'espace, du besoin de la communauté artistique montréalaise de retrouver un espace à échelle humaine où se produire et se rencontrer, avec la fermeture récente d'endroits comme le Divan orange.

« C'est une petite salle, on peut y être une vingtaine de personnes, mais on peut aussi y serrer beaucoup de gens ! », explique celle qui se dit ouverte à tous les styles musicaux, du concert acoustique jusqu'aux DJ.

« J'espère y accueillir des artistes plus émergents et des artistes plus connus qui voudraient y faire des spectacles secrets ou des side projects. »

- Martha Wainwright

Les gens pourront découvrir l'endroit pour la première fois à l'occasion de l'Ursa micro, mini-festival de trois jours durant le week-end du solstice d'été, du 21 au 23 juin, avec la participation d'artistes comme La Force, Brad Barr, Betty Bonifassi et Éloi Painchaud, entre autres. Un autre micro-événement devrait suivre à la fin août, avec ouverture complète prévue à l'automne.

« Maman ourse »

Le nom, Ursa, est inspiré d'un bracelet qui lui a été offert par une amie lors d'une période difficile, avec l'inscription « Mama Bear ». Et c'est ainsi que se voit un peu la maman de deux jeunes garçons : porteuse et protectrice d'un projet quelque peu éclectique, à son image, et qui prendra vie avec l'apport de la communauté.

« Quand j'étais jeune, mon éclectisme était souvent vu comme un problème pour ceux qui essayaient de définir mon style de musique, mon image. J'ai toujours eu de la difficulté à entrer dans une boîte. Et finalement, je réalise qu'après 20 ans, j'ai finalement réussi à me "brander" juste en étant... moi-même ! », conclut-elle en éclatant de rire.

 

Ursa: l'espace rassembleur de Martha Wainwright

Iris Gagnon-Paradis, La Presse +, 5 juin 2019

Avec son nouvel espace, joliment nommé Ursa, Martha Wainwright veut rassembler la communauté en un projet fédérateur, sous le signe des arts et de la musique.

Ce printemps, Martha Wainwright a acquis l'immeuble du 5589, avenue du Parc, en plein coeur du Mile End. L'endroit, qui était la propriété du chef Danny St Pierre et qui abritait le restaurant La Petite Maison, compte également comme locataire Pop Montréal, au premier étage. C'est d'ailleurs dans le petit espace du demi-sous-sol, désormais rebaptisé Ursa, qu'a été dévoilée la programmation du festival de musique automnal, il y a deux semaines.

Le chat est donc sorti du sac : l'auteure-compositrice-interprète, qui a cinq albums à son actif (et un sixième en élaboration), fille de Kate McGarrigle et soeur de Rufus Wainwright, est désormais aussi, à sa manière, une femme d'affaires.

[ • • • ]

« J'avais cette idée d'ouvrir une boîte à musique, mais aussi un centre communautaire, galerie d'art, café, bar... Toutes les choses qui m'intéressent finalement ! (rires) Depuis que je suis revenue à Montréal, il y a cinq ans, c'était clair pour moi que je voulais faire un projet avec mes cousins, dont je suis très proche, mes amis, la communauté ici. Et comme mes enfants sont à l'école, je dois plus m'ancrer ici, je ne peux pas partir en tournée tout le temps. »

Espace mouvant

Ce bâtiment typique du Mile End est, selon elle, très « Montréal » - il porte en lui beaucoup d'histoire et a besoin d'un peu d'amour... comme Montréal ! Martha Wainwright compte d'ailleurs en conserver l'authenticité et ne pas le transfigurer. « On n'en fera pas une boutique-hôtel ! », lance-t-elle. 

L'Ursa n'est pas encore officiellement ouvert. Il y a encore beaucoup à faire, à rénover et à définir dans ce petit espace allongé qui sera divisé entre un café-lounge à l'avant, une petite cuisine et une salle de spectacle intime à l'arrière.

La chanteuse souhaite que l'Ursa devienne « ce que les gens ont besoin que l'endroit soit », un peu à la façon d'un centre communautaire qui pourra offrir, selon l'heure de la journée, différentes activités familiales, ateliers ou cours de cuisine, avec un petit café qui servira des choses simples et bonnes à boire et à manger, avec un souci de mettre de l'avant des aliments et produits locaux.

Cela dit, il est clair que la musique est le fil conducteur, le mur porteur de l'établissement. « J'aimerais en quelque sorte remettre la musique dans la vie, de façon très naturelle, créer un espace où je pourrai jouer de la musique, inviter des artistes de Montréal et de l'international aussi », dit celle qui a pris conscience, en investissant l'espace, du besoin de la communauté artistique montréalaise de retrouver un espace à échelle humaine où se produire et se rencontrer, avec la fermeture récente d'endroits comme le Divan orange.

« C'est une petite salle, on peut y être une vingtaine de personnes, mais on peut aussi y serrer beaucoup de gens ! », explique celle qui se dit ouverte à tous les styles musicaux, du concert acoustique jusqu'aux DJ.

« J'espère y accueillir des artistes plus émergents et des artistes plus connus qui voudraient y faire des spectacles secrets ou des side projects. »

- Martha Wainwright

Les gens pourront découvrir l'endroit pour la première fois à l'occasion de l'Ursa micro, mini-festival de trois jours durant le week-end du solstice d'été, du 21 au 23 juin, avec la participation d'artistes comme La Force, Brad Barr, Betty Bonifassi et Éloi Painchaud, entre autres. Un autre micro-événement devrait suivre à la fin août, avec ouverture complète prévue à l'automne.

« Maman ourse »

Le nom, Ursa, est inspiré d'un bracelet qui lui a été offert par une amie lors d'une période difficile, avec l'inscription « Mama Bear ». Et c'est ainsi que se voit un peu la maman de deux jeunes garçons : porteuse et protectrice d'un projet quelque peu éclectique, à son image, et qui prendra vie avec l'apport de la communauté.

« Quand j'étais jeune, mon éclectisme était souvent vu comme un problème pour ceux qui essayaient de définir mon style de musique, mon image. J'ai toujours eu de la difficulté à entrer dans une boîte. Et finalement, je réalise qu'après 20 ans, j'ai finalement réussi à me "brander" juste en étant... moi-même ! », conclut-elle en éclatant de rire.

 

ENTREVUE

Médium Large, ICI Radio Canada Première, 4 juin 2019

[ Écoutez l'extrait]

 

Martha Wainwright présente Ursa

Philippe Renaud, Le Devoir, 28 mai 2019

« Vous allez me voir souvent marcher sur l’avenue du Parc avec mon tablier ! », dit à la blague Martha Wainwright, auteure, compositrice, interprète et, désormais, propriétaire d’une nouvelle salle de spectacles baptisée Ursa, sise au 5589 de ladite avenue, juste au nord de la rue Saint-Viateur. Et juste au-dessous des bureaux de l’organisation du festival POP Montréal, désormais locataire de l’illustre musicienne qui, en inaugurant officiellement son local le 21 juin, consolidera un nouveau pôle culturel dans le Mile End.

Martha Wainwright nous ouvre les portes de son demi-sous-sol jadis occupé par le restaurant Petite Maison de Dany St-Pierre. Le parfum des lys mis en vases dans la vitrine embaume le vestibule ; passé le petit corridor où l’on croise la cuisine, une salle plus vaste pouvant, à vue de nez, accueillir autour de 80 personnes. Des fenêtres donnent sur l’éventuelle petite terrasse et, tout au fond, près de la sortie de secours, une petite scène sur laquelle trône un piano droit. « On s’y est mis à une dizaine pour tout retaper, peinturer, amener un nouveau four, construire la scène, aller chercher le piano — tout fait à la main parce que c’est moins cher et que c’est plus agréable de faire ça en famille », raconte Martha.

[ • • • ]

C’est en famille justement que s’est faite l’ouverture officieuse du Ursa, il y a une dizaine de jours. Un événement-bénéfice privé (« pour remettre un peu d’argent dans le compte bancaire parce qu’il était vide ») durant lequel son frère Rufus et elle ont chanté. « J’ai aussi préparé de la bouffe avec mes deux ou trois girls, de l’agneau, deux soupes, des salades, du gravlax, on a beaucoup travaillé ! »

Que sera Ursa ? « C’est ce que j’essaie de faire comprendre aux gens. Ce sera ce que vous voudrez que ça soit ! », répond Martha, qui se lance tête baissée dans l’aventure. Ce sera une salle de concert. Une galerie. Un café, un petit resto. « Quand les amis de mes parents entreront ici, j’aimerais qu’ils reconnaissent l’ambiance des coffee houses des années 60 et 70 » où sa mère, sa tante et son père ont lancé leur carrière. « Je veux aussi que ce soit un lieu où les musiciens pourront jouer, où les artistes pourront exposer. J’ai beaucoup tourné dans le circuit des folk festivals où les concerts débutent autour de midi, je trouve ça kid-friendly. Puis, la nuit tombe et ça devient autre chose, peut-être un DJ qui joue, et on fait des sandwichs, des soupes, des salades, quelque chose de simple et peu cher pour rendre l’espace vivant, pour expérimenter, pour accueillir, pour faire de la musique, de l’art. »

Wainwright, qui a passé son adolescence à quelques coins de rue de l’Ursa, a ensuite longtemps vécu à Brooklyn ; redevenue montréalaise à temps plein il y a presque cinq ans « parce que c’était la meilleure place pour mes enfants et parce que je voulais qu’ils aillent à l’école en français », elle a cherché à investir dans un immeuble pour en faire ce dont elle rêvait depuis longtemps. Elle a fouillé dans Villeray, dans Rosemont, « je cherchais un endroit industriel, un peu brut, que je pourrais transformer », avant d’apprendre que l’immeuble où POP Montréal avait installé ses quartiers était sur le marché.

Ainsi, en ouvrant Ursa — d’abord pour sa « célébration de l’été », les 21, 22 et 23 juin, puis pour un autre micro-festival au mois d’août baptisé Last Rose of Summer —, Martha Wainwright comble un vide dans le quartier. Depuis le déménagement du café Cagibi à l’orée de la Petite Italie, sur le boulevard Saint-Laurent, il manquait au Mile End ce type de lieu communautaire et culture. « J’aime ce que font les gens du Dépanneur Café » tout près sur la rue Bernard, « ils ont leurs soirées open mic, leur vibe, mais il n’y a pas de petite salle de musique comme ça dans le quartier. Mon but, c’est de faire un endroit qui sonne bien, que les musiciens puissent simplement prendre une guitare acoustique et chanter » dans de bonnes conditions.

Ursa ouvrira de manière continue à l’automne, après le premier test que constituera l’événement Ursa Micro du solstice auquel prendront part les Barr Brothers, les membres de Plants & Animal, La Force, Yan Perreau et Betty Bonifassi, entre autres amis « connus et moins connus — ça va être vraiment “lousse” comme événement, pas cher, peut-être même gratuit, on passera le chapeau, ça reste à décider. »

Le lieu résonnera aussi sans doute à quelques occasions durant l’été : « Je ne veux pas devenir productrice de spectacles, mais je peux demander à tous mes amis, d’ici ou d’ailleurs, s’ils ont envie de venir jouer. Je rêve d’un genre d’endroit où on se retrouverait après les grands concerts. Prends Madeleine Peyroux, qui vient au Festival de jazz ; c’est sûr que je vais l’appeler et lui offrir de venir chanter. Il y a Kurt Vile aussi qui passera au Québec, je lui ouvrirai les portes. » Avec près de quinze ans de carrière, la musicienne a un carnet de contacts bien garni, dont elle se servira pour noircir le calendrier de l’Ursa qui, synergie aidant, sera aussi alimenté par les amis de l’étage supérieur : « J’espère que POP Montréal va se servir beaucoup de la salle ! »

 

Singer-Songwriter Martha Wainwright Opens Cozy Café and Cultural Space in Mile End

Tim Forster, Montreal Eater, 24 mai 2019

The folk singer bought her own building to help keep developers out of Mile End.

Folky singer-songerwriter Martha Wainwright has opened a café and cultural space in Mile End.

Named Ursa, it takes up residence beneath the offices and headquarters of music festival Pop Montreal, in the space that was formerly chef Danny St-Pierre’s restaurant Petite Maison.

And not only is Wainwright opening a business in the space, she also took the step of purchasing the entire building, a rare move for café owners in the city. The building was listed for sale in the winter (St-Pierre previously owned it), and as CityNews notes, Wainwright wanted to ensure developers wouldn’t snap it up, opening the door to some kind of more corporate entity.

[ • • • ]

Development and real estate is somewhat contentious in the neighbourhood — between the arrival of chains like Lululemon on St-Viateur Street, as well as landlords hiking the rent on popular community hubs like Le Cagibi (which was forced to move), there’s obvious fears for the neighbourhood losing its character, and Wainwright . In fact, she owns the whole building, so she also becomes the landlord for Pop Montreal, securing that organization’s future in the neighbourhood, too.

Wainwright told the Gazette that the café, in its cozy basement space, will have a retro coffeehouse feel, and be open to all sorts of artistic events, including Ursa Micro, a tiny music festival featuring musicians from Broken Social Scene and Arcade Fire, running from June 21 to 23.

According to the Globe & Mail, the space has a main room for performances at the back, and then a foyer section with couches and a bar — it won’t just be a coffee spot, as beer and other drinks will be served. The singer told the Globe that the goal is not to rake in money, but to break even, making something sustainable for locals.

STATUS — Ursa is open at 5589 Avenue du Parc.

 

Musician Martha Wainwright fights to keep Mile End cool with new café, Ursa

CBC News, 23 mai 2019

Preserving Mile End and keeping it out of the hands of developers is one of the motivations behind the new Martha Wainwright-powered café concept, Ursa, located under Pop Montreal's headquarters on Parc Avenue.

The café aims to be community-based, featuring free performances and art events.

"A lot of artists have a fantasy of singing and having a café-thing and I'm actually doing it," said Wainwright.

Martha Wainwright had debating buying space in Villeray for her café but decided Parc Avenue would be better because of the pedestrian traffic. Ursa is on the ground floor. (Nantali Indongo/CBC)

The singer-songwriter bought the space beneath Pop Montreal headquarters for both the foot traffic Parc Avenue would offer and for its proximity to her friends at the music festival — Wainwright performed at the first edition of Pop Montreal in 2002.

[ • • • ]

Dan Seligman, the festival's co-founder and creative director, said spaces like Ursa help claim the neighbourhood.

"It's up to us, cultural communities, to continue to do things here, or other people will come in and take over and make it less cool," Seligman said.

Wainwright lived in the area as a teenager and then lived in New York City for nearly 20 years. She's back in Mile End and said she sees elements of the West Village in it.

She hopes to help preserve its charm.

"When I saw the building, the first thing that came to mind was, 'Don't change anything,'" she said.

"I love this space. I love Pop Montreal. I love this building."

Pop announces 1st wave of acts

It's been a week of announcements for Pop Montreal, as Seligman spoke about Wainwright's new venture while discussing some of the artists booked into this year's edition of the festival.

One big get for the 18th edition is Laurie Anderson — she's been creating art since the 1970s, and the festival has been trying to book her for several years.

"A lot of the local musicians and artists in Montreal have come up to me and told me we have to book her," Seligman said.

Other acts include Australian musician Nick Cave and the powerhouse vocalist, Tika.

Kelman Duran is another act to watch for: he's a Dominican-American DJ who was named an Artist You Need to Know by Rolling Stone magazine.

This is just the first wave of artists announced by Pop Montreal. The festival runs Sept. 25 to 29 in venues around Montreal.

 

Dunlevy: Martha Wainwright opens new cultural venue in Mile End

T'Cha Donlevy, The Montreal Gazette, 23 mai 2019

With its low ceilings and homey decor, the apartment-sized locale has a laid-back, comfortably underground feel.

“Welcome to Martha’s basement,” Montreal singer-songwriter Leif Vollebekk quipped, taking the stage after Martha Wainwright Wednesday evening to play a couple of songs at a programming launch party for POP Montreal.

He was referring to the brand-new cultural venue Wainwright is opening in the heart of Mile End. It’s not really called Martha’s Basement, but it could well have been.

Wainwright’s cousins — many of whom have been appearing on stage with her for years and have been actively involved in getting the new space off the ground — call it the clubhouse.

[ • • • ]

“When we came in, it was our clubhouse,” Wainwright said, sitting in her new digs on Thursday. “The idea is for it to become a clubhouse for the community, for Mile End, Outremont, then greater Montreal, then the planet.”

It’s called Ursa, as in the constellations Ursa Major and Ursa Minor, commonly known as the big and little dipper — or, from the Latin, big she-bear and little she-bear.

“A couple of years ago, my divorce had started, and I had been having a really hard time,” Wainwright said. “A friend put a copper bracelet on my wrist that said ‘Mama bear.’

“That (term) rang really true to me. I was wanting to protect my kids; now I’m wanting to take care of, first, my own children, then all the children of the world, all of us.”

That’s around the time Wainwright started thinking about opening her own venue. She mentioned it to me in cryptic asides during interviews last year and the year before, as she began scouting locales.

Then in December, she was walking up Parc Ave., near her Outremont home, and saw a “For Sale” sign on a building north of St-Viateur St., the upper two floors of which are home to POP Montreal’s offices, and the semi-basement of which formerly housed a restaurant.

“I think a lot of people were not interested in buying this building because POP Montreal was in it,” Wainwright said. “When I found out POP Montreal was here, I said, ‘I don’t want you to go anywhere. I want you to stay, I want to extend your lease, I want you to help me.’ ”

Yes, Wainwright is now POP Montreal’s landlord. And in the spirit of our city’s inclusive music festival, she sees Ursa as a space that will be defined by those who are drawn to it.

With its low ceilings and homey decor, the apartment-sized venue located at 5589 Parc Ave. has a laid-back, comfortably underground feel.

“People of a certain age come in and say, ‘Oh, it reminds me of a coffee house from the ’60s or ’70s,” Wainwright said. “If that’s what they see, they should be able to have that. Young mothers see their kids doing art class here; that sounds about right, yep.

“If younger hipster artists who are non-binary, queer Montrealers are wanting to do something, let’s do it. It’s multi-generational, multicultural, multilingual, whatever. Basically, I don’t want to define it.”

On Monday night, Wainwright and her brother Rufus hosted Ursa’s first event, an invite-only, $250 dinner (cooked up by Wainwright and her cousins) and show, featuring songs and banter by the singer-songwriter siblings for a select group of 80 people.

The proceeds went to Wainwright’s “slush fund” so that she can see her project through to fruition.

“I don’t have any money left,” she said.

But Ursa isn’t about that.

This is not a business model for ‘How are we going to make the most money.’

“This is not a business model for ‘How are we going to make the most money,’ ” she explained. “That hasn’t even been considered. What’s being considered at this point is ‘How are we going to break even?’ ”

Upcoming events include the soon-to-be-announced Ursa Micro festival, June 21-23, with performances by Arcade Fire’s Richard Reed Parry, Little Scream, Betty Bonifassi, members of Plants and Animals, Broken Social Scene and others.

“There will be music starting around 1 o’clock,” Wainwright said. “Kids are welcome, we’re going to be making sandwiches, simple food, serving beer and maybe have a more serious concert at nighttime.”

 

Martha Wainwright’s hopes are sky-high for her new Ursa venue in Montreal

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, 22 mai 2019

“I want people to feel like anything can happen here,” says singer-songwriter Martha Wainwright, sitting in Ursa, her new small-event space in Montreal’s Mile End. “Ursa is what you want or need it to be, as long as it promotes positive things. My vision is a giant calendar on the wall, or Google calendar, and people just putting stuff in it.”

Ursa, named after the northern she-bear constellations, came about partly by chance, and partly as the realization of a dream. Ms. Wainwright has long wanted to have a place of her own where music and art could help foster a sense of community – “and where I could play and could also bring my kids.”

The chance part happened after she sold a property she owned in Brooklyn, and began looking for somewhere to invest the money in Montreal. After much searching, she found it in an old building around the corner from her home. The main tenant, at 5589 Avenue du Parc, is the indie festival organization, Pop Montreal. There’s also a former restaurant space in the basement, which Ms. Wainwright recognized as a place where her dream might come true.

[ • • • ]

“I thought, ‘Why don’t I set up a room downstairs, and ask all my friends to come and play?’” she says. “We could make some food, and try to create a vibe, and see what happens.” The timing was right. Her young children are in school, and she’s working on a new album due out next year.

“Ursa is not based on profit,” she says. “It’s about finding something sustainable. I don’t have the bucks to staff this place and run it every day of the week.”

The sense of community that she’s after is modelled on what she already knows from her wide family circle.

“I’m really close to my cousins, they’re like siblings, and there’s a natural, communal way we work together with our extended family and friends,” she says. Several of them spent long hours building Ursa’s low stage, chopping out a stone dividing wall, installing stage lights, setting up a small bar and sewing the multicoloured drapes that soften the acoustics in the shoebox-shaped main room. A foyer area has sofas and a bar, for those who want a drink while the music is playing.

Ursa had its first gathering on Monday: a private fundraiser for the space, and the building, which will soon need a new roof. Ms. Wainwright and her brother Rufus Wainwright both performed, a small art auction was held and novelist/blogger Sean Michaels did a DJ set. “Me and my cousins also made dinner for 80,” Ms. Wainwright says. “I’m so used to being in the kitchen and cooking for people.”

Having an indie festival quartered upstairs is a bonus. “I love Pop Montreal, and they’re music promoters. I need them.”

Ms. Wainwright is planning two weekend festivals: Ursa Micro at the beginning of summer, featuring members of Arcade Fire and Broken Social Scene; and The Last Rose of Summer, just before Labour Day. She also expects friends to come by for late-night shows after their gigs at the Montreal International Jazz Festival, or at Pop Montreal in the fall.

She also has memoirs in the works, titled Stories I Might Regret Telling You. “I worked on it for three years, and almost had it done, and then I went through a horrific divorce,” she says. “Now I’m back on top of it, but obviously talking about a difficult marriage is something you don’t really want to do in a book, especially if you have children.”

Will her new album reflect on that breakup? “Hopefully, I’m learning the art of subtlety," she says. "I would still like to express myself without hurting anybody, but that’s hard to do.”

Daniel Seligman, Pop Montreal’s creative director, says his group was relieved to acquire a sympathetic landlord, and intrigued by the possibilities of Ursa. “Pop Montreal is an intimate festival,” he says. “We’re never going to have 20,000 people in front of a big stage.”

Their festival HQ is the Rialto Theatre, which has two performance spaces, room for exhibitions and a festival conference, and a spot for late-night sets in the basement. They also program at the Cinéma L’Amour, a porn house that is also “a gorgeous old Yiddish vaudeville theatre, basically untouched, with incredible acoustics,” Mr. Seligman says.

The lineup for the festival’s 18th edition includes established stars such as Laurie Anderson and Nick Cave; and relative newcomers such as Brazil’s explosive mamba negra band Teto Preto; British post-R&B singer Tirzah; and New Zealand’s singer-songwriter Aldous Harding. Canadian performers include Noh-wave band, Yamantaka // Sonic Titan; saxophonist Colin Stetson; and rockers Hollerado. 

 

MENTION

CBC, 22 mai 2019

[ Écoutez l'extrait]

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés