Dossier de presse de M pour Montréal

Zoya lights up Soda

Jacob Carey, The Concordian, 20 novembre 2018

Although my official interview with hip hop artist Zach Zoya was scheduled for hours before his M for Montreal show at Club Soda, our real conversation began a week earlier.

Having attended the Lou Phelps show at Le Belmont the week prior, I had the pleasure of bumping into Zoya while he attended the show not as an artist, but as a supportive fan. After introducing myself and telling him that I was looking forward to his performance the following week, Zoya’s true character showed itself within minutes of us meeting. He was humble, he was happy and he was supportive. We struck up another conversation hours later in a drunken blur—one that revolved around music, writing, inspiration and a possible interview between the two of us the following week.

Fast forward six days, I walk through the doors of Club Soda, where Zoya is performing “Stake,” his favourite song off his newest EP, Misstape. Despite this only being a sound check, Zoya is bopping around and nailing every note as if he were singing to a full audience, not just six workers and myself. Decked in an all-white Helas tracksuit, Zoya’s choice of comfortable wardrobe reflects the comfort he has on stage. Beside him stands Maky Lavender, his friend and hype man for the rest of the night. The natural chemistry these two have bleeds into their stage presence both during the sound check and the show, when their introduction to Zoya’s “Who Dat?” initiates a mosh pit in the crowd.

[ • • • ]

To my fortune, Zoya plays his whole set, tweaking audio levels and trying out different pitches where he sees fit. He is doing this not only because he is a perfectionist, but because he recognizes the importance of quality at an M for Montreal show, as an artist who will peak any minute now, with all eyes on him. Important eyes, at that.

Zoya wraps up his set and jumps off stage to greet me and thank me for coming, though I should have been the one doing the thanking. He brings the two of us to a yellow-lit green room underneath the stage.

Sitting on a black and white checkered couch, we crack open a bottle of Jameson, pour ourselves a drink, and Zoya takes me back to the beginning. “I started freestyling at parties,” he said. “It wasn’t really a freestyle. I’d spit a verse, like a Kendrick verse and nobody knew how to do that shit. But I was open about it. I wasn’t claiming it was mine but if they asked I’d tell them. So yeah, I started freestyling, people fucked with it and I was like ‘Oh, maybe I should write a song.’ So I did, then I sat down and I came up with my first shit. Posted up with my laptop and pillows and posted that on SoundCloud.”

At the time, Zoya was living in his hometown of Rouyn-Noranda in Abitibi-Témiscamingue, Que. Having come from such a small city, he began to create a local hype. “A local hype back home is like, maybe 40 people saying, ‘I fucks [sic] with your shit!’ So still, to me it was like ‘Oh shit, I’m good enough to do that.’ I think I did maybe three songs before I left to Montreal.”

Zach Zoya and hype man Maky Lavender rap to a chaotic crowd at Club Soda during M for Montreal show. Photo by Jacob Carey

Zoya was introduced to his manager, Remington Bien-Aimé, through a friend who also rapped. Zoya was told that he was talented, but in order to get his foot in the door, he would first have to step into a studio. After taking this advice and investing both time and money in his craft, Bien-Aimé became Zoya’s official manager and began planning small moves to put the rapper on Montreal’s hip hop radar. But first, he needed the stamp of approval from his mother.

“As soon as I hit 18, I kind of had a conversation with my mom,” Zoya said. “She was down for me to do music, but I had to convince her to some extent. My mom’s a doc. My sisters are doctors too. I have a very educated family, so for me to drop out, I need a reason. But she had heard a couple of my songs, so it was not out of nowhere. I told her, ‘Mom, I’m trying to make this. I’m trying to make this happen. I’m giving myself a year to make this happen.’”

Admittedly, Zoya’s year did not start out with much success. He paid for his own studio sessions and nothing really happened. “Then, 7ième Ciel hollered at me,” he said. “His name is Steve, he’s from Rouyn too. He created the biggest label in Quebec. They got the biggest artists. I can confidently say it’s the biggest Rap-Québ label. So he hollered at me, we had a meeting and he was down to work with me so from that point on, it was like, well, I’m kind of signed now.”

Zoya’s signing allowed him to steadily work on perfecting his art. He recorded his first music video for “Superficial,” which was produced and financed entirely by 7ième Ciel. Yet, it was not until the release of his single “Who Dat” that Zoya got the exposure he needed.

When Zoya recalled the time Montreal producer High Klassified reached out to him on social media, you could hear the excitement in his voice. “He hit me in my DMs and said ‘Yo.’ Then he sent me beats straight away,” Zoya said. “Straight up, he sent me ‘1919.’ He was like ‘Yo, you wanna lay on that?’ I’m like ‘Okay, sure!’ The next day I was in the studio and I laid the chorus for ‘1919.’”

The release of High Klassified’s (HK) Kanvaz EP and its single “1919” put Zach Zoya on the radar for many people. The producer went on to produce Misstape, a collaborative project featuring solely Zoya and HK.

“I have to thank HK for that. He really put me on the map for some people,” said Zoya. “He certified me in a certain way. That’s a big co-sign. In Québec, apart from Kaytranada, I couldn’t have asked for a better co-sign.”

“It’s never a real competition because unless you’re at the very top and competing for #1, there’s space for everybody. There’s enough people in the world for both of us to have an audience and never clash.”

The audience that Zoya brought to Club Soda was an energetic one. Performing in between Rowjay and Fouki’s sets, Zoya played a mix of old and new songs. He debuted unreleased tracks such as “Queso,” “Xandra” and “Slurpee” that were so catchy he had the audience singing the lyrics by the time the second chorus came around. His stage presence, contagious energy and dreads flopping in the air couldn’t help but remind one of a younger Travis Scott in his Owl Pharaoh days. And to anyone who knows what that entails, well, that’s kind of huge.

In typical interviews, once the microphone stops recording, the interview is done. But, the night was far from over.

Zoya invited me to dinner with him and his management, but he didn’t have to. Zoya made sure I received a backstage access bracelet, but he didn’t have to. Zoya let me see him rehearse, sit in on his team’s pre-game pep talk, take front row pictures and party for hours afterwards. But…he didn’t have to. Zoya proved that not only is he an incredible artist, but a very genuine human being. And Zoya, whether you know it now or not, will be going places. The only question is: when?

 

Milk & Bone fait lever la foule au MTELUS! 

Alexandre Demers, Nightlife.ca, 19 novembre 2018

C’était vendredi soir entre les murs du MTELUS que se déroulait le fameux concert en headline du duo montréalais Milk & Bone annoncé dans le cadre de M pour Montréal. Après une année menée par la parution de Deception Bay, leur deuxième album, et de nombreuses apparitions dans les festivals et évènements divers un peu partout à travers la province, la formation indie-électro avait le mandat de réchauffer son public ayant bravé la première neige de la saison pour venir célébrer son retour à la maison. Un tour de force livré avec élégance.

En guise de première partie, la formation québécoise Fjord a installé avec conviction sa soul planante inspirée des années 1980. Principalement venus proposer des morceaux tirés de Shallow Water, son nouvel EP à venir, les membres du groupe ont su ancrer la vibe un peu rêveuse et introspective idéale pour bien mettre la table pour le plat principal.

[ • • • ]

C’est dans un mystérieux mais étrangement réconfortant bain d’obscurité que Camille Poliquin (alias KROY) et Laurence Lafond-Beaulne ont fait leur entrée sur scène pour balancer au public le meilleur de leur jeune mais foisonnant répertoire. Dans un décor minimal misant sur une structure technologique de petits luminaires enchanteurs, elles ont d’abord timidement enchainé quelques-uns de leurs morceaux fort appréciés tels que Coconut Water, Nevermore et l’entraînante KIDS. 

Elles se sont ensuite mises en avant-scène pour rajouter au dynamisme de la perfo, au grand plaisir des admirateurs entassés dans la salle qui se sont laissés porter par la musique et qui chantaient les paroles en choeur. Le public visiblement ravi de retrouver les deux muses de la formation ont même eu droit à une grande primeur : une nouvelle chanson jamais encore présentée au public. Malgré une certaine nervosité, le duo a offert cette nouvelles pièces aux teintes R&B avec charme et plaisir!

Le reste du concert s’est soldé par un amalgame convaincant et bien soudé de pièces tirées du nouvel album et du tout premier, Little Mourning, paru en 2015. Dans une atmosphère engageante et indéniablement immersive, elles ont gagné leur pari de mettre le feu (au sens figuré, bien sur) dans l’une des salles emblématiques de la métropole.

En guise de rappel, Camille et Laurence sont brièvement remontées sur scène pour livrer avec le sourire aux lèvres une version bien sentie du puissant single Daydream. La performance a été rehaussée par l'accompagnement de la DJ et producer montréalaise Ouri, assurant un remix à sa propre sauce de la pièce derriere la console. C’est avec la main sur le cœur qu’elles ont finalement quitté la scène, visiblement émues de cet accueil plus que chaleureux de son public montréalais.

Chapeau!

 

Milk & Bone charme le MTELUS lors du festival M pour Montréal 2018 - Le tandem montréalais qui détone et enchante

Véronique Bossé, La Bible urbaine, 19 novembre 2018

Un excellent concert a été présenté aux fans de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin, les deux membres de Milk & Bone, vendredi dernier. Le MTELUS a vibré au son électro-pop du tandem qui charme sans aucun effort.

Le deuxième album de Milk & Bone, Deception Bay, sorti en février 2018, est réellement sublime. Mélangeant les voix des deux chanteuses à travers des harmonies vocales ensorcelantes, au son des synthétiseurs et d’une batterie électronique, les ballades comme les chansons plus dansantes sont toutes aussi bonnes les unes que les autres. D’ailleurs, Deception Bay était en nomination pour l’album anglophone de l’année au Premier Gala de l’ADISQ en septembre dernier.

[ • • • ]

En première partie, le trio de Québec, Fjord, était présent pour réchauffer la salle. Après cinq chansons, ils ont cédé la scène aux deux femmes tant attendues. Le concert a commencé avec les chansons «Nevermore» et «KIDS» que le public chantait à tue-tête.

Le duo a ensuite salué la foule et Laurence, qui fêtait son anniversaire ce jour-là. Elles ont profité de l’occasion pour mentionner l’importance de M pour Montréal dans le développement de leur carrière. Comme quoi un festival qui se consacre à la relève musicale est nécessaire et s’avère déterminant dans le parcours professionnel de bien des artistes!

Un peu plus tard, les spectateurs ont eu le privilège d’entendre une toute nouvelle chanson, «Cry». Délicieux nouveau morceau qui fera certainement sa place dans les playlists des gens présents dans la salle. «Quelqu’un vous a déjà fait mal, mais vraiment mal?», a demandé Camille au micro avant d’interpréter la chanson «Deception Bay», écrite suite à une rupture amoureuse. La foule était conquise.

La fluidité entre les chansons, la présence scénique des deux artistes et la scénographie lumineuse, tout était efficace. Des tubes de lumières LED, derrière et autour de l’installation sonore, changeaient de couleur et s’illuminaient en suivant le rythme de la musique. Ce choix artistique sobre permettait d’apprécier les voix uniques de Milk & Bone et de vraiment savourer leur talent.

En rappel, «New York», tirée de leur premier album Little Mourning, a fait plaisir à tous. Et finalement, le spectacle s’est clôturé sur une version remixée de la chanson «Daydream». Une soirée musicale rêvée. On en veut encore!

 

M POUR MONTRÉAL 2018 | LOUD POURSUIT SON ANNÉE RECORD DEVANT UNE SALLE COMBLE

Vicky Girard, Sors-tu.ca, 18 novembre 2018

Pour son dernier spectacle au Québec en 2018, le rappeur Loud est monté sur la scène du MTELUS, rempli à craquer, le 17 novembre. Il a ainsi clôturé le festival M pour Montréal dans le cadre de sa tournée Une année record, un premier album qui décrit bien le parcours du Montréalais. Le public déjanté lui a définitivement bien remis son énergie et a eu droit à de la nouvelle musique.

Sur une lancée qui continue

«C’était toute une année. On est allé en Europe, on a fait l’tour du Québec, pis on rentre à Montréal en grand», a-t-il lancé après être entré sur la scène avec la pièce Nouveaux riches, chanté à tue-tête par le public. Il a ensuite enchaîné les chansons bien connues de ses fans, notamment Immortel, Hell What a View, So Far So Good et Le pont de la rivière Kwaï.

[ • • • ]

Rappelons qu’après le prix de la chanson SOCAN pour 56k, le rappeur, de son vrai nom Simon Cliche Trudeau, a récolté le trophée remis à l’artiste québécois qui s’est le plus illustré hors du Québec au Premier gala de l’ADISQ, puis celui de l’Album de l’année – hip-hop au Gala de l’ADISQ cette année.

Il faut le voir performer pour comprendre comment Loud se démarque autant dans le milieu du hip-hop québécois. Avec son style de rap aux rythmes et aux mélodies qui font danser, des paroles brillantes et bien senties, puis sa façon de bouger sur scène, il arrive à rejoindre un public varié et à rendre sa musique accessible à tous.

Loud n’a pas attendu la fin de son spectacle pour interpréter son plus grand succès, Toutes les femmes savent danser, «une chanson qui a fait du chemin. La première chanson de rap québécois à être numéro un à la radio». La salle n’a pas eu droit au succès en entier, une bonne façon de faire plaisir à tout le monde; ceux qui aiment la chanson et ceux qui l’ont assez entendue, puisqu’elle tourne encore en boucle à la radio.

«On aime ça les premières fois»

Celui qui a annoncé qu’il se produira au Centre Bell le 31 mai 2019, une première pour un rappeur québécois, a aussi décidé d’offrir au MTELUS de la nouvelle musique en exclusivité. «Des centres d’appels de Bell au Centre Bell […] Pas si mal pour des adolescents rebelles», a-t-il chanté.

Une surprise n’attendait pas l’autre. Après quelques pièces avec Larry Kidd, Loud y est allé «d’un trip» en allant dans le public pour tourner un vidéoclip qui accompagnera la pièce TTTT (These Things They Take Time).

En se rappelant un spectacle qu’il a donné en 2013 au bar En Cachette, où il n’y avait qu’une centaine de places, le rappeur plus populaire que jamais a remercié les fans qui le suivent depuis ses débuts et les nombreux qui se sont ajoutés pour faire de sa carrière ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Et ce n’est pas la fin pour Loud, loin de là!  On apprenait vendredi que le rappeur donnera un spectacle au Centre Bell le vendredi 31 mai 2019!

Rymz en première partie

Le rappeur montréalais Rymz a bien réchauffé le MTELUS, déjà prêt pour une soirée mémorable avec son rap un peu plus sombre. Ça n’a pas été difficile de faire répondre et sauter le public pendant ses chansons, dont Fauve et Petit prince. Moment cocasse; il s’est retrouvé dans un Foutoir en interprétant la pièce qui porte bien ce nom lorsque la foule l’a laissé tomber en plein crowd surfing.

 

M POUR MONTRÉAL 2018 | ZEN BAMBOO PIS LEURS GREATEST HITS

Amélie Boudreau, Sors-tu.ca, 17 novembre 2018

Vendredi était sûrement la soirée la plus foisonnante en proposition musicale à M pour Montréal. Pour passer le nôtre en bonne compagnie, on est allé faire un tour à La Vitrola pour le spectacle un peu spécial que nous avait préparé les gars de Zen Bamboo. Spécial pourquoi vous vous demandez? Le concert s’appelait Greatest Hits Live et était filmé pour un projet de DVD à venir. Intriguant non?

La Vitrola était à pleine capacité. C’est dire que les Zen Bamboo ont fait du chemin depuis leur premier M pour Montréal en 2016! Dans ce temps-là, les quatre membres n’avaient toujours pas de maison de disques et n’étaient représentés par quiconque. Il semble que depuis, les choses ont bien tourné pour eux! Un contrat de disques avec Simone Records, quatre EP dans les boîtes et des projets encore plein la tête, ils n’ont pas fini de nous épater les Zen Bamboo!

[ • • • ]

C’est d’ailleurs ce qu’ils ont réussi à faire devant leurs fans hier soir. Devant un public attentif et engagé, le groupe est entré sur la scène sous les notes de Montréal -40 de Malajube. À noter que c’est Thomas Augustin, un des membres de Malajube qui a signé la réalisation du dernier volume musical du groupe et les rapprochements entre les deux formations ont souvent été fait par les journalistes. C’était un beau clin d’oeil qui a semblé être apprécié par plusieurs plus vieilles têtes de l’assemblée.

Ce fut ensuite un enchaînement de morceaux provenant de leurs nombreuses parutions qui a meublé ce spectacle. Au début, on les sentait se réchauffer un peu à leur foule et à leurs chansons et c’est vraiment au 3/4 du concert que les choses ont commencé à s’intensifier avec le chanteur et guitariste Simon Larose qui est allé rejoindre le club des gars en chest avec le guitariste Léo LeBlanc.

Les pièces semblaient être plus connues du public plus le spectacle avançait. Ça chantait à l’unisson avec Larose et les moshpits se sont intensifiés. Si c’est correct a réellement causé le plus de joie au sein de la foule et Larose a fait du body surf avec sa guitare pour clore le tout en force.

Un rappel ne s’est pas fait attendre et a conclu la soirée sur une note plus tranquille. On a tout de même senti que le public a apprécié ce moment d’accalmie après la frénésie qu’il venait de vivre.

Déjanté, assumé et empreint de liberté, la musique et la présence sur scène de Zen Bamboo n’a pas fini de grandir et de se peaufiner. Ils sont arrivés à prouver qu’ils avaient le matériel et la fougue nécessaires pour prendre la place qui leur est due dans le paysage musical québécois.

Les garçons de Zen Bamboo seront de retour sur scène le 7 décembre prochain à la maison de la culture Maisonneuve, dans Hochelaga, en compagnie de Babylones dans le cadre de la série Révèle la relève. Billets par ici.

 

Kero Kero Bonito + Tanukichan @ Sala Rossa – 17th November 2018

Steve Gerrard, Mtl Rocks, 17 novembre 2018

Who knew that J-pop purveyors Kero Kero Bonito from London, England were big enough in Montreal to completely sell out the 250-capacity Sala Rossa?! And weeks in advance as well, it wasn’t even close! Looking around the crowd tonight, they’re a thoroughly devoted bunch too; many have donned face glitter and hair dye in imitation of frontwoman Sarah Midori Perry, aka Sarah Bonito. Both band and crowd are here to party… and party they do.

Tanukichan band

The project of Oakland-based Hannah van Loon, Tanukichan are the calm before the storm. They open proceedings in blissed-out dreamy fashion, with a set drawn heavily from this year’s debut full-length “Sundays.” It’s a huge contrast to the sounds of the headliners, but in a good way, and is well received by the packed-out room.

[ • • • ]

Kero Kero Bonito, on the other hand, are a sensory overload from start to finish – again, in a good way. Touring as a 5-piece, band members arrive on stage one by one and begin to thrash out the garage-rock intro of Outside amid a stage backdrop consisting of a pink telephone, a fluffy flamingo, a stuffed crocodile, and a plastic parakeet. It’s quite the audio-visual contradiction! The stuffed flamingo is paraded around the stage by Sarah three songs in, held up aloft to the crowd like a newborn baby being shown to a huge audience! The crowd cheers and sings along with the largely nonsense lyrics of the song as if their lives depended on it. Hearing “how many shrimps do you have to eat / before you make your skin turn pink?!” at such deafening levels is a surreal experience! The stuffed crocodile makes its appearance a little later, during Pocket Crocodile, making an attractive piece of headgear for Sarah…

Afterwards, Sarah asks the question ”do you guys know Only Acting?” The roar that answers her demonstrates that the answer to that question is a resounding yes. An enormous pogo erupts around the room at the chorus, even at the sides where I am chickening out, and is reminiscent of the energy usually seen at a punk show. Further proof that this crowd means business!

Kero Kero Bonito Sala Rossa

A few songs later, Sarah introduces a song: “this is dedicated to the fish in a fishbowl,” as if to introduce Fishbowl. The band looks a little puzzled at this before Sarah realizes “oh, it’s My Party!” Keyboardist Gus Lobban then jokes “this is fish party!” When Fishbowl actually follows next, Sarah prefaces it comedically: “this song is about having a party!”

Gus soon makes one of the best crowd Thank You’s you are likely to hear: “its great to be back in Montreal, shout out to Orange Julep, the Canadiens, Villages Des Valeurs, CFCF, lots of cool stuff!” Covering the bases there! Another massive bounce-along then accompanies Sick Beat.

And then the encore is massively entertaining as well! Instead of the usual wave-and-walk-back-on-stage you typically see at shows, the band come back on stage fake-fighting with Tanukichan and her band, throwing punches and grappling around the stage. As an incendiary Trampoline closes out the set, Tanukichan and band bounce around the stage before taking off crowd-surfing around the room as the deafeningly-loud crowd bounces one last time. After 70 minutes, its all over, and we can finally take a breath. Surely there wasn’t a better party than this anywhere in the city tonight!

 

Une soirée avec Rowjay, Zach Zoya et Fouki

Simon Tousignant, Urbania Musique, 16 novembre 2018

Soyons francs : hier avait lieu un des spectacles les plus importants de l’histoire de la jeunesse du rap québ. Ça fait déjà quelques années que des acteurs de cette scène remplissent le Club Soda, mais on a eu droit cette fois-ci à une combinaison des trois artistes de moins de 25 ans qui font le plus parler en ce moment : Rowjay, Zach Zoya et FouKi. Le festival M pour Montréal a vu juste avec cette programmation. Les trois artistes ont prouvé qu’ils méritaient cette confiance devant une salle pleine bien remplie.  Mentionnons que les profits du spectacle seront versés à la Fondation du Dr. Julien. Incursion dans cette soirée mémorable.

[ • • • ]

Le jeune finesseur Rowjay a ouvert le bal devant un crowd déjà festif. Cette énergie ne fera que s’amplifier tout au long de la soirée.

Rowjay doit être le seul rappeur québécois à attirer plus de gens à ses concerts en France qu’à Montréal et c’est pourquoi sa présence était totalement justifiée. Accompagné de Nana Zen, une talentueuse DJ montréalaise, le rappeur de St-Léonard a enchaîné ses chansons phares avec énergie et contrôle. Il a notamment rappé son couplet du remix de Zéros d’Obia le Chef qui sortira la semaine prochaine.

Petit problème technique lors de la dernière chanson: la foule demande Tour de France, mais la technologie n’est pas conciliante. Mais quand on est un spécialiste de la finesse, on s’arrange. Rowjay laisse alors le choix à la foule : faire Tour de France sans le beat ou refaire une chanson qu’il a déjà chanté dans son set. Après avoir écouté ses fans, on entend les premières notes de F-Zéro retentir pour la deuxième fois dans le Club Soda et Rowjay descend dans la foule pour performer entouré de ses fans, comme à son habitude. Un vrai gars du peuple, le Rowjay.

Fin du set, c’est le temps d’aller faire un tour backstage pour voir ce qu’il s’y passe. Le who’s who de la scène est là, Mike Shabb, Jeune Loup et le reste du LITGANG sont débarqués pour supporter Rowjay. Mention spéciale aux lunettes de Shabbo qui lui permettent de voir la vie comme en 2020. Il y a des Fourmis un peu partout (pas les insectes là), Maky Lavender qui m’explique comment il dansera la zumba avec Zach Zoya pendant leur set,  Jeune Loup qui se roule un blunt à 30$ (#30goudesdanslewood) pendant qu’on écoute ses chansons exclusives. Ruffsound, Imposs, Steve Jolin et plusieurs autres acteurs de la scène profitent du moment.

C’est au tour de Zach Zoya de faire vibrer la foule. Après un set comme ça, que je vois une personne me dire que le rap anglophone ne peut pas fonctionner au Québec. Le Rouynorandien a offert une performance survoltée devant un public réceptif qui chantait, dansait et connaissait autant les paroles que celles de FouKi ou de Rowjay. Clairement, Zoya possède un star power indéniable et aucune foule ne semble lui résister. Accompagné de Maky Lavender, la personnalité la plus attachante du rap québ en ce moment, il a donné un show tight et sans bavures. Le kid est PRÊT.

J’ai manqué la fin du set de Zach Zoya pour aller vaquer à d’autres occupations impliquant des produits nouvellement légalisés. De retour à temps pour celui de FouKi, buzzé bien comme il faut, j’ai eu la confirmation qu’il est un peu le messie de la nouvelle génération. Encore affecté par une fin de bronchite, le kid du Plateau Hess a tout de même enchaîné ses hits sans… broncher (lol). La voix casse un peu, mais FouKi est un pro et peut se reposer en laissant ses fans chanter sans gêne son répertoire bien connu.

Shoutout à Vendou qui a su casser une nouvelle chanson récoltant de vives réactions d’une foule qui ne le connaît pas aussi bien que son comparse gayé. Parlant de Gayé, vous vous douterez que FouKi a conclu son set avec son hymne au weed, que la foule s’est empressée de chanter avec lui pendant qu’un spectateur agitait des joints gonflables géants devant le crowd.

Au final, on a eu la chance de voir trois artistes qui risquent de façonner le paysage du rap québécois dans les prochaines années. La foule, qu’on pourrait qualifier de jeune (pour ce presque trentenaire, en tout cas), nous a démontré qu’il y a une réelle demande et un amour pour des styles de rap variés, en français comme en anglais. On est rendus là, et il était à peu près temps!

 

L'émancipation d'Elliot Maginot

Léa Papineau Robichaud, Journal 24 heures, 16 novembre 2018

Elliot Maginot s'est affranchi de certaines contraintes qu'il s'imposait à lui-même, dans son deuxième album en carrière, Comrades, qu'il présentera en grande pompe demain au Théâtre Fairmount, dans le cadre de M pour Montréal.

«Dans le premier album, je voulais tellement me prouver que je voulais jouer tous les instruments. Je me disais qu’en faisant tout, les gens allaient me considérer comme un vrai musicien», se remémore celui qui a choisi de faire appel à des musiciens professionnels pour ce deuxième LP. «Moi, je suis bon à la guitare et au chant, alors je me suis concentré là-dessus. Ça a donné un bien meilleur résultat, d’avoir de vrais musiciens, et c’était plus le fun en studio aussi. On était tous les musiciens ensemble, alors ça a créé une belle bulle et une belle camaraderie [clin d’œil au titre de l'album].»

[ • • • ]

Maginot a aussi réalisé ce qu’est vraiment le métier d’artiste. «Contrairement au premier album, où j’avais accumulé des chansons au cours de ma courte vie, celui-ci s’est fait en plusieurs sessions intenses. J’ai découvert que l’écriture, ça pouvait être un travail, et que ça pouvait être un muscle, aussi, qu’il faut entraîner.»

Plus d’expérience

Pour l’auteur-compositeur-interprète basé à Montréal depuis quelques années, Comrades est meilleur que son premier opus, Young.Old.Everything.In.Between. «Comme n’importe quoi, plus tu le fais, plus tu t’améliores. Alors je pense que, sur cet album, je suis un meilleur guitariste, un meilleur chanteur et un meilleur auteur-compositeur que je ne l’étais il y a quatre ans. J’ai pris beaucoup d’expérience depuis, aussi. Quand j’ai sorti le premier album, je n’avais pratiquement pas fait de shows, je n’avais jamais joué avec un band», explique l’artiste qui, ces dernières années, a fait de la tournée non seulement au Québec, mais aussi en Europe, aux États-Unis et en Australie.

Pour cet album composé de 12 chansons, le musicien de 30 ans s’est bien entouré, avec entre autres Ariane Brunet, Jesse MacCormac et les Sœurs Boulay, qui sont de très bonnes amies puisqu’il a habité longtemps avec elles.

Maintenant qu’il a réussi à mettre son pion sur l’échiquier musical du Québec avec son premier LP, Maginot a osé toucher un peu plus à la pop dans certaines chansons, par exemple dans Purging Days. «Ce n’est plus une étiquette qui me fait peur. J’en écoute! Et on va se le dire, tout le monde en écoute, de la pop. Une bonne “toune”, c’est une bonne “toune”. Du Rihanna, c’est une “toune” bien écrite à la base», lance le jeune homme.

Changement de label

Le premier opus de l’auteur-compositeur-interprète remonte à 2015 et c’est un peu malgré lui que son second album sort presque quatre plus tard. Comrades, en magasin depuis le 9 novembre, a été enregistré une première fois sous un label, puis Maginot ayant décidé de changer de maison de disques, l’album a dû être réenregistré.

«Ça fait trois ans que je ronge mon frein, avoue l’artiste originaire de Saint-Hyacinthe. La paperasse qui vient avec un changement d’étiquette a retardé le processus. Ç'a été un peu comme faire du ski de fond dans la bouette pendant trois ans», illustre-t-il.

Heureusement, l’attente est enfin terminée pour le jeune homme!

Elliot Maginot sera sur les planches du Théâtre Fairmount pour son lancement demain à 22 h.

Hein Cooper sera aussi de la soirée.

ELLIOT MAGINOT PARLE DE SA CARRIÈRE

C’est avec beaucoup d’humilité qu’Elliot Maginot, né Gabriel Hélie-Harvey, parle de sa jeune carrière.

Pour lui, la musique a toujours été une grande passion. «Tous les jeunes aiment la musique. Je suis sûr que tout le monde a un jour essayé de faire de la musique quand ils étaient adolescents», affirme l’autodidacte.

Cependant, c’est loin d’être la majorité qui réussit à percer dans le monde musical. Ce qui a permis à Maginot de faire de la musique son gagne-pain se résume en un mot: persévérance. «Il faut que tu sois capable de te faire dire non souvent. Il faut que tu acceptes de te faire dire non et de te faire dire que tu es poche. Il ne faut juste pas lâcher, parce qu’un jour quelqu’un va te dire que tu es bon», explique celui qui n’avait pas vraiment planifié de faire de la musique professionnellement et qui avait plutôt commencé des études littéraires à l’UQAM.

«J’avais mis des démos sur MySpace, dans le temps que c’était encore pertinent, et j’ai commencé à faire de petits shows à Montréal. C’était vraiment en construction, brique par brique», raconte le jeune homme. Puis, un jour, un agent d’artistes l’a pris sous son aile, et par la suite, lors d’un spectacle en Beauce, Maginot a attiré l’attention d’une directrice de la maison de disques Indica.

EN SAVOIR PLUS SUR COMRADES

D’où vient le titre?

«Le titre vient d’une citation d’un de mes vieux amis qui dit tout le temps: “Salut, camarade!” et qui fait la bise, tu vois le genre?»

Thème principal: « Les relations et les “accroires” qu’on se fait dans des relations. Ça parle aussi de l’espèce de complexité d’être dans une société d’individus qui sont tous un peu incompréhensibles.»

Influences musicales: War on Drugs, Phil Collins, Alain Souchon, les albums plus récents de Leonard Cohen, Bruce Springsteen et la musique des années 80.

 

M pour MTL: Shelmi vient chanter en français pour Montréal

Élise Jetté, Feu à valonté, 16 novembre 2018

M Pour Montréal se poursuit ce soir. La formation Shelmi sera de passage pour un soir seulement dans la métropole, le temps d’un spectacle avec Holy Two et Rezinsky.

Qu’est-ce qui vous amène en Amérique du Nord?

On a quelques showcases de prévus, dont celui à Montréal qui est gratuit! On vient aussi parce qu’on kiffe le Canada. En avril dernier on a tourné le clip de notre chanson Waterproof à Montréal (avec William Fradette, le réal des clips de Loud, Coeur de pirate, etc.) et on a vraiment eu un crush pour le pays et les gens d’ici. Là, c’est mortel parce qu’on va découvrir des villes qu’on connait pas, et notamment Toronto, la ciudad de Drake & The Weeknd qui ont été des inspirations majeures pour No Go Zone, notre premier album sorti le 21 septembre.

[ • • • ]

L’importance de chanter en français se manifeste de quelle manière pour vous?

90% de nos influences viennent de la musique anglo-saxonne. Du coup, c’était normal et presque naturel pour nous de chanter en anglais, et c’est d’ailleurs ce qu’on a fait pendant 4 ans avec notre premier groupe (Super Social Jeez). Sauf qu’en anglais on était un peu en 2D. Il nous manquait une dimension supplémentaire, celle du sens. Surtout qu’en entrant dans notre vie d’adulte, on a traversé une grosse zone de turbulence, faite de désillusions. Ça a nourri une grosse révolte en nous, et on a commencé à ressentir une urgence à dire les choses. Et chanter en français est devenu nécessaire, pour s’exprimer mais surtout pour s’affirmer.

Pourquoi être passé à la langue de Molière?

Pour toutes les raisons citées dans la question précédente. On peut aussi ajouter le fait qu’un jour on s’est dit «Hey, mais on n’est pas des Américains en fait!» Au début ça fait mal. Mais une fois que t’as fait le deuil de ce truc là, tu te dis «Putain, mais chanter en français c’est hyper différent, et ça nous ressemble vachement plus».

Vous serez à Montréal durant les dates des événements du Bataclan. Quel type de souvenir ça évoque pour vous? Comment vous vous sentez en spectacle depuis les évènements?

Le Bataclan, c’est un évènement qui a marqué toute la jeunesse de France, et particulièrement de Paris. C’est une salle mythique, située dans un quartier qui bouge beaucoup, et où on se retrouve très souvent. Ça nous a traumatisé, et on se souvient particulièrement des quelques semaines qui ont suivi. On était en état de choc. Dans le métro tout le monde flippait, dans les bars et les cinés on s’est mis à regarder les sorties de secours. Depuis, on y pense de temps en temps, mais sur scène pas vraiment en fait, c’est tellement inimaginable et surréaliste que ça te traverse pas l’esprit. Ça fait toujours bizarre de passer devant Le Bataclan, d’imaginer qu’il y a autant de gens qui y ont perdu la vie, et dans des circonstances aussi dramatiques.

À quel genre de spectacle peut-on s’attendre?

On va caraméliser vos tympans. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, on donne tout. Généralement les gens quittent le show en ayant envie de foutre le feu au vieux monde.

Votre présence à M pour Montréal représente quoi pour vous?

On est hyper heureux d’y jouer, et de partager l’affiche avec tellement d’artistes qui déchirent.

Quels sont les artistes du Québec qui vous inspirent?

Loud, Kaytranada, Xavier Dolan, Céline Dion bien sûr, et l’immanquable Roi Heenok. En vrai, y’a un paquet de gros artistes qui viennent du coin et avec lesquels on aimerait collaborer. Envoyez nous vos suggestions, vos propositions…on lit tout.

Le spectacle de Shelmi dans le cadre de M pour Montréal se déroule à la Sala Rossa (avec Holy Two et Rezinsky).

 

M pour Montréal : Rowjay le finasseur

Philippe Renaud, Le Devoir, 15 novembre 2018

Il ne restera pas sous le radar encore bien longtemps, Rowjay. Déjà la coqueluche de l’underground, propulsé par le succès viral de Saint Laurent, duo qu’il a enregistré avec le MC et youtubeur français Mister V qui vient avec un clip filmé sur la Main et les Champs-Élysées. « On vient hier soir de passer les deux millions de vues sur YouTube ! » se réjouit le rappeur du quartier Saint-Léonard, qui sera ce soir du concert-bénéfice organisé par M pour Montréal au profit du Garage à musique de la Fondation du Dr Julien.

Ce sera, au Club Soda, la soirée d’une relève déjà bien établie, avec FouKi, Zach Zoya et ce Rowjay en pleine ascension, au Québec comme en France. « La prochaine étape, c’est de fonder ma propre structure, mon propre label », dit Rowjay, qui a déjà trois mixtapes à son actif ainsi que le EP Hors catégorie paru en début d’année, tous autoproduits, tous conçus avec la collaboration des compositeurs-producteurs DoomX (de Planet Giza) et Freaky, de talentueux beatmakers qui s’étaient notamment illustrés sur l’impeccable album Soufflette d’Obia le Chef.

[ • • • ]

L’Italo-Montréalais rappe depuis l’âge de 16 ans, « mais je le faisais de manière plus parodique, humoristique », avant de prendre la musique au sérieux il y a quatre ans. L’humour et le second degré demeurent toutefois en filigrane de son travail. « J’appelle ça du “rap ignorant”, du rap sans contraintes, mais un rap qui n’est pas conscient ou engagé, même si je m’ouvre de plus en plus à de nouveaux concepts. »

C’est sa prosodie, d’abord, qui le distingue : un style parlé autant que rappé, qui semble presque banal à la première écoute, mais qui se révèle nettement plus ingénieux, nuancé, lorsqu’on écoute attentivement ses rimes tombant entre les craques d’une production trap au goût du jour. Un ton sobre en vérité insidieux, les syllabes clairement détachées comme s’il pesait chacun de ses mots, généralement articulés autour de l’autopromotion et de l’autocongratulation, cliché rap d’autant mieux assumé que son humour vient désamorcer toute bravade.

Et ça marche. En France d’abord, où il affirme rejoindre la majorité de ses fans grâce à sa musique autant que par sa présence sur les réseaux sociaux. « La scène musicale là-bas n’a rien à voir avec notre industrie, elle est en avance, et je prends avantage de ça. Je vois comment les rappeurs avancent dans leur carrière, je me fais des contacts et les gens sont réceptifs à ce que je fais. »

 La prochaine étape, c’est de fonder ma propre structure, mon propre label— Rowjay

 S’il est davantage écouté de l’autre côté de l’Atlantique, ça bouge ici aussi, avec sa collaboration sur l’album de Yes McCan (Slick Rick) et l’omniprésence de la chanson Saint Laurent dans les radios alternatives.

C’est d’ailleurs à Paris qu’il a rencontré Mister V. « J’étais dans un club, durant la Fashion Week, en compagnie [du producteur] High Klassified qui le connaissait. Il m’a dit : “Ah ! c’est toi le mec tendance ?” J’étais étonné qu’il me connaisse, il m’avait découvert dans une story sur Instagram. Il m’a dit : “Je vais à Montréal en mai, on va en studio ensemble !” »

Les deux se sont entendus sur une savante rythmique de DoomX, ont enregistré l’essentiel de leurs rimes en quelques heures de studio. « Je trouvais ça drôle parce que, juste avant d’aller enregistrer, j’étais à la maison et mon père écoutait le match de l’Impact à la télé. Anthony Jackson-Hamel avait compté deux buts. Cinq minutes après être arrivé en studio, le voilà qui arrive ! » On aperçoit même l’attaquant de l’Impact dans le vidéoclip. On le croisera peut-être jeudi soir au Club Soda, pour la bonne cause du Dr Julien.

M POUR MONTRÉAL EN 3 RECOMMANDATIONS

Vitrine Ghost Club Records X Multiply MTL 

16 novembre, 22 h, Le Belmont, 4483, boul. Saint-Laurent

Une bonne douzaine de rappeurs locaux, parmi lesquels Ogee Rodman (Dead Obies), Kevin Na$h, Imposs et la chanteuse R&B-pop Aaricia prendront d’assaut la scène du Belmont lors de cette vitrine du label local Ghost Club.

Elliot Maginot, Hein Cooper et invités 

17 novembre, 22 h, Théâtre Fairmount, 5240, av. du Parc

Maginot vient d’offrir chez Audiogram son second album, Comrades, l’éloignant du folk atmosphérique de ses premiers enregistrements pour plonger tête première dans une pop-rock charmante et vaguement surannée.

Norté Tropical 

17 novembre, 22 h, Le National, 1220, rue Sainte-Catherine Est

Sous l’égide du MTL Pachangón, cette soirée Norté Tropical réunit l’auteur-compositeur-interprète Boogat et les orchestres Gypsy Kumbia Orchestra et Sonido Pesao.

 

La voix patiente d'Helena Deland

Marika Simard, Journal 24 heures, 15 novembre 2018

La voix d’Helena Deland pourrait bien être celle d’une poussière d’ange, aérienne et lumineuse. Si vous parvenez à l’attraper, c’est que ses mélodies auront gagné au jeu de la patience.

Le mot patience, il reviendra souvent au cours de l’entretien. Pourquoi? «Parce que la musique, ça demande de la patience, a-t-elle dit. Quand on exerce ce métier, on réalise qu’il n’y a pas de constance. Un jour on est inspiré, l’autre non.»

Plutôt que de précipiter les étapes, l’auteure-compositrice-interprète a écarté l’idée de produire un album complet. Comme le style des uns ne raccordait pas avec celui des autres, elle a plutôt choisi de dévoiler ses extraits sur trois EP distincts.

[ • • • ]

«J’avais assez de chansons pour en faire un album, mais je trouvais que les chansons ne se supportaient pas entre elles», a-t-elle avoué.

«Le milieu de la musique est très ouvert de nos jours, alors j’en ai profité pour faire quelque chose de différent: plusieurs sorties d’albums plutôt qu’une seul.»

Après «Drawing Room» et «From the Series of Songs - Altogether Unaccompanied Vol. I & II», elle a fait paraître son plus récent à la fin du mois d’octobre. «From the Series of Songs Altogether Unaccompanied Vol. III & IV» sera lancé officiellement ce vendredi, au Théâtre Fairmont, à Montréal.

Le fait de décliner ses créations en plusieurs minialbums lui a permis d’explorer plusieurs styles musicaux qu’elle n’aurait peut-être jamais osés autrement. Maintenant qu’elle a chanté, elle sait ce qui lui va bien. Le folk, c’est lui qui l’a choisi, pas l’inverse.

Parfaite comme dans tout

De son propre aveu, Helena Deland ne fait pas les choses correctement, elle les fait parfaitement. C’est ça ou rien du tout. C’est doucement, sans rien brusquer, qu’elle est retournée à sa guitare pour composer de nouvelles pièces en vue d’un premier album complet.

«Avant l’enregistrement, j’aimerais produire une vingtaine de chansons pour avoir l’embarras du choix, a-t-elle expliqué. Je veux que ce soit cohérent, dans le son et dans le concept.» Elle aimerait d’ailleurs que l’électro trouve sa propre couleur sur cet album, aux forts accents folk épurés et féminins.

La patience sera de mise, une fois de plus, puisqu’elle ne compte pas entrer en studio avant la fin du printemps 2019.

Parfaite partout

Celle qui a étudié en littérature à l’Université du Québec à Montréal préfère l’anglais à la langue de Molière, surtout lorsqu’elle chante. Si l’anglais lui vient aisément, il lui donne assurément des ouvertures en dehors de la province. En plus d’avoir signé un contrat aux États-Unis, Helena Deland s’est occupée de la première partie du spectacle du groupe The Barr Brothers cette année, au Québec.

Elle a l’enthousiasme dans la voix lorsqu’elle en parle. «C’est sûr que j’ai des ambitions internationales! Il y a plusieurs marchés que je souhaite développer, mais ce n’est pas parce qu’on le souhaite que ça peut se réaliser», a-t-elle reconnu, avec une franchise qui saisit.

 

M POUR MONTRÉAL 2018 | SOIRÉE D’OUVERTURE MARQUANTE AVEC HUBERT LENOIR

Amélie Boudreau, Sors-tu.ca, 15 novembre 2018

Mercredi marquait le lancement de la 13e édition du festival M pour Montréal. Pour l’occasion, Hubert Lenoir, Partner et The Garrys étaient en ville pour présenter leur musique au public montréalais et aux délégués internationaux venus spécialement pour découvrir de nouveaux talents à la Sala Rossa.

The Garrys et Partner n’étaient pas étrangères au festival, mais la prise de Hubert Lenoir par l’organisation du festival était assez réussie, surtout suite à ses quatre victoires au Gala de l’ADISQ le 28 octobre dernier. Il est intéressant de souligner que Hubert Lenoir et Partner faisaient récemment partie des finalistes de la longue liste du Prix Polaris, ce qui plaçait le public de la soirée entre très bonnes mains.

[ • • • ]

Tout en retenue avec The Garrys

Joli mélange de plusieurs influences dont le rock, le folk et parfois même le country, le trio The Garrys a rapidement gagné les coeurs. Originaires de la Saskatchewan, les trois membres arboraient une attitude plutôt monotone et un peu distante, mais leurs pièces étaient accrocheuses et bien tournées.

Elles ont également prouvé à la foule qu’elles étaient d’habiles musiciennes en n’ayant pas peur d’y aller avec une pièce instrumentale et des morceaux plus longs. Une belle audace qui leur a permis de déployer tous leurs attraits devant le public montréalais et les délégués internationaux présents pour l’événement.

Partner, les hilarantes

Le deuxième groupe à fouler la scène était Partner. Avec un enthousiasme et une présence immanquable, Josée Caron et Lucy Niles ont animé (et joué) leur set avec brio! Lançant des blagues ici et là, faisant des mimiques rigolotes lors de passages difficiles à la guitare ou en entamant Sweet Child O’Mine, juste comme ça, elles exhibaient leur charisme naturel et leur talent de show girls.

Côté musique, on était dans une ambiance garage rock avec de courtes chansons efficaces. On en aurait pris plus tellement leur complicité et leur énergie étaient attachantes!

Hubert Lenoir dans tous ses états

La pièce de résistance qui semblait avoir attiré une bonne partie du public était bien sûr Hubert Lenoir. Ce n’est plus un secret pour personne, Hubert est excentrique, déchaîné et intense lorsqu’il est sur scène. Il n’a donc pas manqué à lui-même en offrant une performance à la hauteur de sa réputation. L’ouverture s’est faite avec Fille de personne II et déjà, la foule était chauffée à bloc. N’ayant que peu de temps, Hubert a enchaîné les morceaux, mais a tout même trouvé le moyen de revenir sur la controverse de l’ADISQ et du fameux deep throat avec son Félix. Sans trop s’étaler là-dessus, le nom de Mario Pelchat est sorti et Hubert a fini par terminer la parenthèse en affirmant : « Je vais toujours deep throat quelqu’un que je respecte. » Chapitre clôt.

Tout est pas mal arrivé pendant les 30 minutes de spectacle d’Hubert Lenoir. On a eu droit à un baiser entre lui et son guitariste, du body surf, un bain de foule, la montée d’un fan sur la scène et un show de fontaine de bouche sur le bar. Voilà un artiste qui sait comment maximiser son temps sur scène! Le tout s’est terminé en bouclant la boucle avec un extrait de Fille de personne II (encore), et il a même donné un rappel avec Si on s’y mettait, une reprise de Jean-Pierre Ferland.

 

7 shows à ne pas manquer à M pour Montréal

Nightlife.ca, 14 novembre 2018

Pour cette 13e année, M pour Montréal s’est dépassé niveau programmation. On ne sait pas trop où donner de la tête durant la durée du festival. C’est 4 jours uniquement : il faut donc savamment sélectionner les spectacles auxquels on veut assister. Le choix est tellement difficile! On vous a donc préparé une petite liste des shows-phare pour l’occasion.

 FOUKi

Jeudi soir, on va être au show de FouKi, c’est certain! D’abord parce qu’on l’organise en collaboration avec HHPQ.com et SiriusXM. Aussi parce que le spetactacle est au profit du Garage à musique de la Fondation du Dr. Julien. Mais surtout parce que ça va incroyable. C’est LE show à ne pas manquer : une soirée 100% rap montréalais avec FouKi, Zach Zoya et Rowjay, hell yeah!

[ • • • ]

Le spectacle aura lieu au Club Soda le 15 novembre. Les billets sont en vente ici!

 ALEXANDRA STRÉLISKI

M pour Montréal vous présente la parfaite pause-dîner : un tête-à-tête avec Alexandra Stréliski GRATUIT! Difficile de trouver une meilleure façon de terminer sa semaine...

Nos oreilles pourront se délecter à l'écoute des nouvelles pièces de la jeune pianiste qui a été découverte grâce aux films de Jean-Marc Vallée. Le court spectacle d'une heure aura lieu à la Société Saint-Jean-Baptiste sur la rue Sherbrooke le vendredi 16 novembre .

MILK & BONE

On aura la chance d'entrer dans l'univers envoûtant de Camille Poliquin et Laurence Lafond-Beaulne le 16 novembre prochain. Le duo part par la suite en tournée au Canada, aux États-Unis et en Europe, c’est donc le moment ou jamais pour aller les voir en show! Gros plus, la première partie sera assurée par le duo indie Fjord.

Le spectacle aura lieu au MTELUS sur la rue Sainte-Catherine Est, mais l'ouverture des portes sera à 20h30. Les billets sont en vente ici au prix de 34,50$ (sans les taxes ni les frais!)

 HELENA DELAND

Helena Deland est une artiste indiemontréalaise dont la musique, très douce et un peu triste, est parfaite pour accompagner les jours de pluie de novembre. Elle sera en spectacle le 16 novembre prochain au Théâtre Fairmount. Elle partagera la scène avec Tess Roby en première partie. Les billets sont 15$ en prévente.

MULTIPLY

Pour les amateurs de hip hop, le 16 novembre, c'est au Belmont que se tiendra la soirée à ne pas manquer. Ce sera le showcase de Ghost Club Records X Multiply Mtl et plus de 12 artistes seront présents dont Aaricia, Ogee Rodman et Deusgod. On pourra en plus assister au lancement de la compilation WE DON'T DIE WE MULTIPLY.

Le spectacle débutera à 22h et est réservé aux 18 ans et plus. Les billets sont en prévente au coût de 7$.

CORRIDOR

Pour ses cinq ans, Corridor fête en grand! Le quatuor montréalais composé de Jonathan Robert, Dominic Berthiaume, Julien Bakvis et Julian Perreault, nous promet une incroyable soirée ponctuée de plusieurs invités et de surprises (youpi!) On pourra danser sur un mélange de new wave fin '70, de rock psychédélique et de pop joyeuse.

C'est à partir de 22h à L'Escogriffe qu'aura lieu le spectacle. Les billets sont en vente à 18$ ici!

LOUD

Nul besoin de présentation pour cet artiste québécois. Pour la dernière journée du festival, M pour Montréal présente, à notre plus grand plaisir, le rappeur Loud accompagné de plusieurs invités. On espère que vous avez déjà vos billets parce que le spectacle est sold out depuis plusieurs semaines déjà. 

On se retrouve au MTELUS à 22h! ÇA VA ÊTRE INCROYABLE!

 

Les incontournables de M pour Montréal 2018

Olivier Boisvert-Magnen, Voir.ca, 14 novembre 2018

La 13e édition de M pour Montréal s’amorce aujourd’hui. Voici cinq spectacles à ne pas manquer.

FouKi X Zach Zoya X Rowjay

La scène hip-hop québécoise continue d’atteindre des sommets dernièrement, à un point où remplir un Club Soda est maintenant rendu une chose normale. Cette fois-ci, place à trois révélations émérites qui ont chacune obtenu un beau succès cette année : FouKi avec ses hymnes rassembleurs, Rowjay avec son trap ignorant et Zach Zoya avec son alliage harmonieux de rap et de chant, qui a le potentiel de beaucoup de bruit à l’international dans les prochains mois.

15 novembre au Club Soda

[ • • • ]

Helena Deland X Tess Roby X Ouri

Après s’être promenée partout aux États-Unis l’hiver dernier, en première partie du groupe indie pop Superoganism, Helena Deland n’a pas chômé, accumulant les spectacles au Québec et en Europe. Le vent dans les voiles, l’auteure-compositrice-interprète revient chez elle, à Montréal, pour présenter les pièces du deuxième tome d’Altogether Unaccompanied, une série de chansons folk pop aux ambiances feutrées. Pour l’occasion, la chanteuse électro-pop Tess Roby et la productrice future garage Ouri l’accompagneront.

16 novembre au Théâtre Fairmount

Ghost Club Records X Multiply MTL

Une bonne partie de ce qui fait actuellement la force de la scène rap locale sera réunie ce vendredi, à l’invitation du label Ghost Club Records et du promoteur Multiply MTL. Ce soir-là, ces deux entités donneront vie au projet qui les animent depuis un bon moment : la compilation We Don’t Die We Multiply, qui réunit des vétérans du mouvement comme Imposs, Osti One et Ogee Rodman (de Dead Obies) et des acteurs de premier plan de la relève comme LaF, Kevin Na$h, Maky Lavender et ST. Attendez-vous à une soirée éclatée et très festive.

16 novembre au Belmont

How to Dress Well

Dans l’ombre de The Weeknd, FKA Twigs et Frank Ocean, l’Américain How to Dress Well a lui aussi contribué à développer cette esthétique indie R&B qui, depuis le début de la décennie, prend d’assaut les palmarès du monde entier. Avec un goût prononcé pour les ambiances froides et les explorations électroniques, le chanteur et musicien originaire du Colorado continue de faire son chemin à sa tête avec une recette ingénieuse dont lui seul a le secret. Paru le 19 octobre dernier sous Domino, son cinquième album The Anteroom marque un nouveau point tournant, encore plus expérimental, dans sa florissante carrière.

17 novembre au Ministère

Loud X Rymz

Entre deux tournées en France, Loud est revenu en terres conquises pour une tournée majoritairement présentée à guichets fermés, qui culminera ce samedi avec un spectacle-évènement au MTelus. Trois ans après son passage dans cette même salle emblématique de la ville culturelle montréalaise (avec son ancienne formation Loud Lary Ajust), le rappeur récipiendaire de deux Félix au dernier Gala de l’ADISQ donnera un spectacle de grande envergure aux côtés de Rymz, son collègue de l’étiquette Joy Ride Records. Plusieurs invités surprises sont attendus.

17 novembre au MTelus

 

5 incontournables de M pour Montréal

Mathieu Aubre, CHOQ.ca, 14 novembre 2018

On est plus qu’à quelques heures du lancement officiel de la 13e édition de M pour Montréal! Dans les prochains jours, c’est donc pas moins de 90 artistes qui prendront d’assaut les scènes d’une vingtaine de salles disséminées partout dans la ville. Tu peux difficilement faire mieux, comme prise de contrôle culturelle! Question de vous aider à vous y retrouver, on y est allé de notre traditionnelle sélection des incontournables de la programmation. Et ne cherchez pas Loud dans cet article : c’est déjà sold-out, mais il reste des billets en vente à 250$ sur Kijiji…

Corridor – Esco, 17 novembre à 22h

Le band montréalais célèbre cette année ses cinq ans! On a parfois l’impression que ça fait un peu plus longtemps que la formation existe, vu ses nombreuses présences en festivals et la maturité de sa musique, mais non. C’est donc l’occasion parfaite d’aller fêter cet anniversaire avec eux et leur souhaiter encore au moins cinq autres belles années.

[ • • • ]

Fet.Nat – Sala Rossa, 16 novembre à 22 :30

La formation poético-punk par excellence de Hull est de retour chez nous et ça devrait brasser en capable comme d’habitude. La dernière fois que je les ai vu, y’a eu un moshpit autour d’une pancarte de police. Comme quoi, tout se peut dans un show de Fet.Nat et l’expérience se renouvelle merveilleusement bien chaque fois.

Helena Deland – Théâtre Fairmount, 16 novembre à 22h

La jeune montréalaise est bien appréciée, ici, à CHOQ.ca. La preuve : elle figure présentement au palmarès de la station et c’est même nous qui présentons son spectacle cette semaine! Elle se produira d’ailleurs avec Ouri, une autre de nos chouchous, et l’excellente Tess Roby. Une belle soirée d’électro-pop féminine à mettre à votre calendrier!

How to Dress Well – Le Ministère, 17 novembre à 21h

L’américain Tom Krell viendra enfin présenter son magnifique album The Anteroom à Montréal. Eh oui, l’une des plus grandes stars à être présente chez nous cette année se produira dans une salle à capacité assez réduite! Gageons que l’ambiance risque d’être bien intime, si les gens réussissent pour une fois à se taire dans un show.

Kero Kero Bonito – Sala Rossa, 17 novembre à 22h

C’est une présentation bien étrange qu’offre Kero Kero Bonito! La formation anglaise oscille constamment entre J-Pop et rock indé pour surprendre le public dans des shows toujours plus survoltés les uns que les autres. Celui de ce samedi ne devrait pas faire exception. L’équipe de Ma tasse de thé vous recommande le groupe, dans tous les cas!

Pour poursuivre vos découvertes, voici une playlist regroupant nos 20 sélections favorites. Moins Fet.Nat. Ils avaient juste à avoir Spotify, hein!

 

ENTREVUE

On dira ce qu'on voudra, ICI Radio Canada, 14 novembre 2018

https://ici.radio-canada.ca

 

Notre plongée dans M pour Montréal

Alain Brunet, La Presse +, 14 novembre 2018

Sans contredit, notre dernier grand rendez-vous pop musical de 2018, c’est M pour Montréal.

À compter d’aujourd’hui, près de 90 spectacles promotionnels seront présentés jusqu’à samedi dans ce contexte. Plus de 250 délégués du monde entier s’y pointent afin d’y prendre le pouls des scènes québécoise, canadienne et plus encore.

En collaboration avec le programmateur de l’événement Mikey B. Rishwain, nous vous recommandons cet aréopage de presque inconnus en voie d’être illustres.

HELENA DELAND

Théâtre Fairmount, jeudi à 22 h

En 2016, l’EP Drawing Room a fait s’émoustiller une cohorte indie psych folk rock. Au printemps dernier, quatre chansons sous la bannière Altogether Unaccompanied ont conduit notre collègue Émilie Côté à dresser le portrait de la très douée chanteuse et songwriter montréalaise Helena Deland, dont l’étoile ne cesse de gagner en éclat. On la sait de plus en plus prisée par les publics anglo-américains, on la sait associée au label Luminelle Recordings, né de la cuisse du fameux blogue texan Gorilla vs. Bear. Nul ne sait si le buzz à son endroit deviendra majeur, mais il est aisé de croire que cela pourrait fort bien s’avérer.

[ • • • ]

ROWJAY

Club Soda, jeudi à 21 h

Jason Malkin Rosauri est Rowjay… la prochaine « affaire » du rap local ? On le sait depuis la sortie de Carnaval de finesse, en décembre 2016, ce jeune italo-keb de Saint-Léonard est lettré, très fluide dans le rythme, très talentueux. Son flow est excellent, exécuté dans un québécois de bon aloi. Rowjay ne force rien, trébuche rarement dans les clichés hip-hop. Ses réflexions et observations sont pour la plupart circonspectes, ses syllabes sont musicales et consonantes. Imaginé avec un goût certain et une relative simplicité, le beatmaking qui soutient son verbe lui sied fort bien. Voilà une prise de taille, un des MC les plus doués de la vague qui s’amène.

ZACH ZOYA

Club Soda, jeudi à 21 h

La sortie de deux singles, Superficial et Who Dat, a généré beaucoup d’intérêt autour de Zach Zoya. Au tournant de la vingtaine, il est un naturel. Repéré par le label 7ieme Ciel, ce doué métis est solide et souple dans la rime anglo, très à l’aise pour caler ses mots dans le beat. L’accompli High Klassified l’a trouvé fin prêt pour lui concocter des sons de haute volée ; l’EP Misstape est sorti à la fin de l’été, des interviews se sont multipliées, dont celle de notre collègue Stéphanie Vallet. À n’en point douter, ZZ fait partie des forces montantes du hip-hop local. La suite ?

MAKY LAVENDER

Belmont, vendredi à 21 h

Montréalais de l’Ouest-de-l’Île, Maky Lavender opte pour un rap mâtiné de soul/R&B, approche efficace et sensuelle, souvent proche de la forme chanson. Le beatmaking au service de jeune MC est incarné, son flow est personnel. Pour vous en rendre compte, écoutez ses projets Lavender Fields et Blowfoam 2. Associé au label Ghost Club Records depuis novembre 2017, il se penche poétiquement sur les hauts et les bas de son quotidien, sa petite consommation, ses petites névroses, une belle autodérision. Talent à revendre !

YAYA

Cinémathèque, vendredi à 22 h

Yasmine Seck fait partie du collectif Obsolète. En tant que YaYa, cette artiste fort intéressante met à profit ses origines sénégalaises et ouest-africaines pour ainsi suggérer des pistes afro-électro des plus inspirées. On observe aussi chez elle un goût marqué pour le dancehall, le dub, le baile funk, sa palette est pour le moins étonnante. Encore en chantier, son mélange des genres s’annonce des plus prometteurs, s’inscrivant dans la lignée d’Afrotronix et de Moonshine.

BLACK LEGARY

Sala Rossa, vendredi à 22 h 20

Black Legary est une bête tricéphale, section rythmique transformée en formation art pop psychédélique aux accents de prog : le bassiste Mishka Stein et le batteur Robbie Kuster œuvrent auprès de Patrick Watson, le bassiste Morgan Moore bosse chez les Barr Brothers. On doit à ces excellents musiciens réunis en power trio l’EP Forever Dodo, et un album encore tout chaud, coréalisé avec Warren Spicer de Plants & Animals : Silurian Memorii, sous étiquette Balkan Donkey Records.

TEKE::TEKE

Sala Rossa, vendredi à 22 h 20

J pop, J rock, J prog, J shoegaze, J psyché, J Noise… sextuple J ! Cette formation fut d’abord constituée pour rendre hommage au guitariste japonais surf rock Takeshi « Terry » Terauchi, légende psychotronique dans son île et maintenant dans la nôtre ! Cette formation montréalaise sait opposer les mélodies pop aux harmonies saturées et aux rythmes lourds. À la lutherie rock, ils greffent des instruments traditionnels japonais – flûte shinobue, shamisen et taisho koto. La totale ! Après une écoute sommaire, il semble évident que Teke::Teke sera une révélation à M pour Montréal. À noter, ces musiciens sont aussi liés à différents groupes ou artistes connus de la scène locale – Pawa Up First, Patrick Watson, Boogat, Gypsy Kumbia Orchestra, Dynamo Cleoptara, etc.

FET.NAT

Sala Rossa, vendredi à 22 h 20

Depuis plusieurs années, ce quartette de Hull met systématiquement sur le cul les auditoires mélomanes des festivals spécialisés… sans pour autant rayonner au-delà de ces scènes confidentielles. Il faut vous le rappeler ! Voilà peut-être l’occasion pour les programmateurs internationaux de sortir les mecs de FET.NAT de ce pays et faire en sorte que leur hallucinante mixtion de hardcore, synth-punk, noise et poésie absurde puisse partir à la conquête de la planète. Assurément, FET.NAT est l’un des secrets les mieux gardés, il faut que ça cesse ! Et que ça décolle pour de vrai, car il s’agit là d’un groupe tout simplement majeur.

POTTERY

Casa Del Popolo, samedi 17 novembre

Tom Gould, Paul Jacobs, Jacob Shepansky, Peter Baylis et Austin Boylan forment Pottery depuis le début 2017, ce quintette montréalais connaît une authentique montée en flèche. Promoteurs, impresarios et scribes anglo-américains s’intéressent à ce garage rock paroxystique, teinté de punk, de prog et de psychédélisme. Dans sa couverture du dernier Pop Montréal, le blogue Gorrilla vs. Bear a qualifié Pottery « de loin le groupe le plus en vue au festival cette année » ! On ne peut plus exagéré, néanmoins révélateur du buzz à l’endroit d’un groupe qui, pourtant, n’a à peu près rien à proposer sur le web.

 

7 spectacles pour faire des découvertes pendant M pour Montréal 2018

Le canal auditif, 12 novembre 2018

C’est le dernier festival d’envergure de l’année, M pour Montréal arrive à grands pas avec des spectacles mettant en vedette des artistes de la belle province. On vous propose 7 spectacles qui vous feront découvrir des artistes pendant l’édition 2018

Fouki x Rowjay x Zach Zoya

15 novembre au Club Soda

FouKi commence à être connu du public avec son rap coloré aux rythmes ensoleillés de dancehall et à la Gayté bien pansue. Rowjay est un meneur d’une certaine forme de rap ignorant (parce qu’il s’oppose au rap engagé) qui tranquillement affûte sa plume. Zach Zoya est résolument un rappeur à surveiller. Il est jeune, audacieux et très solide sur scène. Son dernier EP avec High Klassified montre qu’il est prêt pour jouer dans la cour des grands.

[ • • • ]

Concert spécial Mothland avec Black Legary + TEKE TEKE + FET.NAT + Yoo Doo Right

16 Novembre à la Sala Rossa

Vous aimez le rock? Vous serez servi avec cette soirée qui met de l’avant Black Legary, un projet de musiciens importants de la scène montréalaise : Mishka Stein, Robbie Kuster et Morgan Moore. Le groupe lançait récemment Silurian Memorii, son premier album. TEKE::TEKE est un groupe de rock psychédélique avec un lourd penchant pour le surf rock japonais des années 60 qui donne un excellent spectacle. Même son de cloche du côté de FET.NAT, reconnu pour ses prestations électrisantes. Yoo Doo Right pour sa part est un groupe qui pige dans le Krautrock pour animer leur création. Bref, ça risque d’être toute une soirée.

LaF x Loïc April x Antoine Corriveau x Dave Chose x Maïa x Choses Sauvages | FRANCO M ( M POUR MIMOSA)

17 novembre à L’Escogriffe & Le Quai des Brumes

Voici une très bonne façon de passer votre samedi après-midi. Des bons spectacles, des mimosas et une entrée gratuite! Vous pourrez y voir LaF qui a remporté les dernières Francouvertes, Antoine Corriveau qui vient de lancer son EP Feu de Forêt, Loïc April, Dave Chose et Choses Sauvages qui ont lancé leurs premiers albums cette année. Tous deux ont été bien reçus par la critique.

Corridor + Invités

17 novembre à L’Escogriffe

Corridor, c’est une valeur sûre. Il est assuré que vous aurez du plaisir avec la jeune bande de rockeurs psychédélique. Corridor a lancé Supermercado, son deuxième album, en 2017 et ils continuent de livrer les chansons avec une constance appréciable.

 

Zach Zoya: Rouyn’s very own

Dave Jaffer, Cult MTL, 12 novembre 2018

There is no surefire way to achieve fame and stardom, no blueprint to study or recipe to follow to ensure you end up at the top of the heap. Talent exists, but talent only takes you so far. The same principle holds for money, connections, looks, timing, work ethic and whatever else.

Success is a different thing. Other people decide whether or not we’re stars but we alone decide whether or not we’re successful.

I have seen Zach Zoya perform precisely once and spoken with him the same number of times. To date he’s only released a few singles and collaborated with High Klassified on an EP, Misstape. It remains to be seen whether or not this 20-year-old singer/rapper from Rouyn-Noranda, Abitibi-Témiscamingue is going to rise to Drake-like heights — but I am absolutely sure of one thing: Zach Zoya is going to be a success. The kid is a real one.

[ • • • ]

When we meet, though, he’s a tired one. He’s just returned from France where he performed his first-ever set in Europe at les Rockomotives in Vendȏme, Loir-et-Cher, and he looks like he needs a coffee. Our server is charming and animated and Zoya is kind to her. He doesn’t notice I notice this.

An hour later, when it becomes apparent that my iPhone has malfunctioned and deleted our entire interview, he is undeterred. “Fuck it, let’s go again,” he says.

When we go again, he doesn’t try to replicate what he said on the lost recording. Rather, he tries to refine what he said. Previously, he explained that he moved to Montreal at 17 to live with a friend whose father moved here for work. The second time around he discusses what the move represented. “That’s what really allowed me to be a rapper, to disconnect,” he says. “Moving to a new city allowed me to reinvent myself.”

At home in Rouyn-Noranda he was known as an athlete. He doesn’t say jock but that’s what he means. In Montreal, well, he says it best when he basically narrates his reinvention: “It’s a new city, it’s a new me. Now it’s not Zach the hockey player, now it’s Zach Zoya the artist.”

Zach Zoya the artist has three older sisters whom he credits with getting him into music he wasn’t into or aware of, specifically R&B. It’s probably fair to say that his song “Superficial” would not exist if not for them. It’s definitely fair to say that they’re why his lyrics don’t trend towards misogyny.

Zach Zoya the artist has parents who support him. His father is from South Africa and his mother is from South Quebec — Saint-Hyacinthe. He doesn’t rap about how hard he is or how tough it was coming up because he grew up in a loving home in a stable community. His mom is a doctor. Music was a choice, not a way out. “I hated it as a kid but now I’m super glad I grew up in a small town,” he says. “It gave me that mentality of not being corrupt.”

Later, he expands on this. “I had to be honest with myself. If I was going to be that fake ghetto guy, then my mom was going to call me out. I’d feel bad about myself, you know. Not even people being like, ‘You’re fake, Zach!’ It’d be me to myself [saying] I’m not being authentic right now.”

His parents are “super supportive” of his career, by the way, but he admits he had to convince his mom that trying to be an artist was a good idea. “I couldn’t just be like, ‘Yo mom I’m dropping out for this rap shit.’ What really convinced them was the actual music. I showed them the music and they couldn’t deny it was kind of good. If it was trash, my mom would have told me. My mom and my dad are the kind of people [who] would tell me.”

Zach Zoya the artist has flow. “Who Dat” is proof enough of this, but also of something else, something young artists don’t commonly have. He’s playful.

In the first and second verse of “Who Dat” there’s a repeated focal point, a refrain. In the first verse it’s “lil boy.” In the second, it’s “lil bro.” That’s where he gets clever. Zoya turns “lil bro” into “liberal” which allows him to introduce “Trudeau” which he turns into “true though.”

Observe:

Label: coloured, contract: koodo lil bro /

If you hadn’t been briefed you will soon know lil bro /

I’m on the Parliament Hill chilling with Liberals lil bro /

Think we should legalize weed, Trudeau at the back like “true tho”

He explains this construction in regard to how the sounds work, not to how the words work or what they mean. He has had no formal musical training but he knows what sounds he likes, and which sounds he thinks instinctively fit. He discusses his teenage obsession with Eminem’s “Lose Yourself” but admits he didn’t know what the lyrics meant because he didn’t really speak English and, moreover, he didn’t really care what they meant — just how the pattern worked. In fact, despite singing and rapping in English he still doesn’t consider himself bilingual.

“Language is a code, and the code is specific to where you’re from,” he says. He gives the example of a Quebec French expression that an English speaker in Montreal would not understand. I speak passable French but I don’t understand it. The point is made. “I know that in another language you can structure [phrases] another way. I think that gives me an edge, an advantage when I rap, because it’s always a matter of what can you fit in what hole.” To his credit, he grins but does not laugh when he realizes what he just said out loud.

At 20 years old, Zach Zoya the artist is already more than a 1000-word article can communicate. He will continue to be more. ■

 

M pour Montréal vous prépare encore une autre belle édition!

Marie-Pier Hamon, M Webzine, 9 novembre 2018

M pour Montréal est de retour pour une treizième année! Ce festival-conférence, qui s’adresse autant aux mélomanes qu’aux membres de l’industrie de la musique, convie tout un chacun à assister à plusieurs spectacles dans une quinzaine de salles de la métropole, et ce, du 14 au 17 novembre.

Une programmation pour tous les amateurs de musique

Comme à son habitude, l’équipe du festival a pensé à tous les amateurs de musique en préparant une programmation on ne peut plus variée comprenant rap québ, folk, pop, électro-pop et plus encore! Des artistes émergents, mais aussi mainstream, se partageront plusieurs salles de Montréal, dont le MTELUS, L’Astral et la Sala Rossa. À noter également que vous trouverez des concerts payants, mais également quelques spectacles gratuits. Vous n’avez donc aucune raison de rater cet événement culturel!

[ • • • ]

Quelques concerts à mettre à votre agenda

Malheureusement pour les amateurs de Loud, notez que le concert est déjà complet (c’était à prévoir!) Si vous aimez le rap québ et le hip-hop, vous pouvez toutefois aller au Concert spécial SiriusXM avec FouKi, Zach Zoya et Rowjay présenté au Club Soda le 15 novembre. Autre spectacle à voir absolument, celui d’Hubert Lenoir, grand gagnant de l’ADISQ! L’auteur-compositeur-interprète jouera à La Sala Rossa le 14 novembre en compagnie de la formation The Garrys – un groupe garage/surf provenant de Saskatoon – et de Partner, un duo qui fait dans le post-classique rock. Pour une soirée dansante et pop, rendez-vous au spectacle de Yukon Blonde et The Zolas au Café Campus le 16 novembre. Nous vous suggérons également d’aller voir le quatuor rock Zen Bamboo vous présenter son nouvel EP à La Vitrola, également le 16 novembre et aller écouter les rythmes électro-pop du duo européen Holy Two à La Sala Rossa (vous a-t-on dit que cette soirée était GRATUITE?) Les concerts intéressants ne manquent donc pas comme vous pouvez le constater!

Mettez-vous dans l’ambiance avant le festival

Si vous désirez vous mettre dans l’ambiance ou, tout simplement, découvrir plus d’artistes faisant partie de la programmation, voici une playlist concoctée par l’équipe du festival! Gageons que vous risquez de l’écouter «on repeat» d’ici le 14 novembre!

Pour plus d’informations sur cet événement culturel, rendez-vous sur le site Internet de M pour Montréal ou sur la page Facebook!

 

M POUR MONTRÉAL 2018 | 5 ARTISTES LOCAUX À SURVEILLER DE PRÈS CETTE ANNÉE

Victor Perrin, Sors-tu.ca, 8 novembre 2018

Avec plus de 100 artistes locaux et internationaux répartis dans plusieurs salles de la métropole, M pour Montréal est chaque automne LE rendez-vous de l’industrie et des fans de musique. Vitrine exceptionnelle, le festival programme de nombreux artistes émergents au potentiel certain et pour sa 13e édition, il ne déroge pas à la règle. À cette occasion, notre collaborateur Victor Perrin se mue en dénicheur de talents pour les délégués internationaux en proposant une palette de cinq artistes locaux à découvrir sur scène!

Zach Zoya

15 novembre à 21h au Club Soda (avec Fouki et Rowjay)

[ • • • ]

Il n’a que 20 ans mais Zach Zoya cartonne depuis quelques mois grâce à son aplomb découvert sur quelques démos et son récent EP Misstape avec High Klassified. Se construisant une solide réputation dans le milieu du hip hop québécois anglophone, le natif de Rouyn-Noranda bouscule les lignes avec une rapidité déconcertante et se présente aujourd’hui comme l’un des plus beaux potentiels d’exportation derrière ses productions contemporaines qui effleurent le Trap d’un Travis Scott par exemple. Éblouissant dans sa ville d’origine au dernier FME, le Québécois bousculera inévitablement le Club Soda le 15 novembre en compagnie de Rowjay et FouKi, rappeur montréalais que l’on ne présente désormais plus.

Helena Deland

16 novembre à 22h au Théâtre Fairmount (avec Tess Roby et Ouri)

Si parfaite avant Gabrielle Shonk au dernier Festif! de Baie-St-Paul, Helena Deland est une femme à la fois délicate et affirmée qui commence sérieusement à se faire un nom. Ses créations respirent tendrement tandis que sa voix, sur scène, transporte le spectateur par sa justesse. Elle présentera le 16 novembre prochain les pièces provenant de son récent projet en quatre volumes de Altogether Unaccompanied qui faisait suite à son excellent premier EP Drawing Room en 2016.

Helena Deland partagera la scène du Théâtre Fairmount notamment avec Tess Roby, une artiste talentueuse à mentionner. Chanteuse à la voix sobre, elle offre une apaisante électro-pop sur son album Beacon sorti au printemps dernier. Un talent brut au style proche de la tête d’affiche à ne pas oublier sous les radars!

Foreign Diplomats

16 novembre à 22h au O Patro Vys (avec Krief, Hey Major et Theodore)

Originaire des Laurentides, Foreign Diplomats dévoilent depuis 2013 déjà une musique entrainante qui oscille entre pop dansante et rock alternatif. C’est surtout depuis la sortie du remarqué Princess Flash en 2015 que le groupe se fait connaître davantage sur la scène indie. Derrière la voix du solide chanteur Élie Raymond, les musiciens présenteront notamment leur dernier titre Tender Night qui augure un nouvel album réjouissant, une belle carte à jouer aussi pour une tournée d’envergure hors des frontières québécoises.

À noter que pour leur spectacle énergique prévu le 16 novembre, l’auteur-compositeur-interprète Krief partagera également la scène du O Patro Vys comme ce fût le cas lors du 50e anniversaire du Café Campus. Une mention inévitable pour l’ancien guitariste de The Dears et ses sonorités profondes qui fût découvertes à travers ses albums, et en particulier le sublime Automanic (2016). Il présentera probablement des pièces de son prochain album prévu cet hiver.

16 novembre à 22h20 à la Sala Rossa (avec Black Legary, Fet.Nat et Yoo Doo Right)

Depuis leurs prestations remarquées lors de festivals estivaux (Jazz, FEQ, FME), TEKE::TEKE s’affirme toujours plus grâce à leur musique psychédélique mêlant rock progressif, surf et musique traditionnelle japonaise. Partant d’un hommage au légendaire guitariste japonais Tekeshi Terauchi, un vrai groupe s’est finalement formé autour d’artistes provenant de diverses formations (Boogat, Patrick Watson, …). En plus de proposer une expérience unique sur la scène musicale québécoise, les sept musiciens maîtrisent totalement leur sujet à chacune de leurs représentations scéniques. S’appuyant sur un orchestre conséquent et talentueux, la charismatique Maya Kuroki peut librement déployer sa douce voix sur ces titres originaux. À découvrir le 16 novembre à la Sala Rossa en compagnie de Black Legary (projet parallèle de certains membres de The Barr Brothers et Patrick Watson), l’excellente formation expérimentale outaouaise Fet.Nat. et Yoo Doo Right.

Elliot Maginot

17 novembre à 21h au Théâtre Fairmount (avec Hein Cooper et invités)

Avec subtilité, Elliot Maginot écrit des pièces touchantes entre folk et pop onirique, de fines sonorités découvertes il y a ainsi quelques années sur son surprenant premier essai Young/Old/Everything.in.Between. S’il manque encore aujourd’hui d’une forte visibilité malgré des prestations remarquées en festival et à travers le monde, nul doute qu’après la parution récente de Comrades, l’homme à la longue chevelure brune s’ouvrira davantage de portes. L’album est une belle production et ses douces sonorités aux arrangements colorés font inévitablement transporter l’auditeur. Ce sera probablement le cas en concert, à découvrir le 17 novembre au Théatre Fairmount en compagnie de l’Australien Hein Cooper.

 

5 concerts hip-hop à ne pas manquer dans le cadre de M pour Montréal

Asma, HHQC, 2 novembre 2018

Le festival M pour Montréal débute la semaine prochaine et puisqu’il s’agit principalement d’un festival de showcase pour présenter les artistes montréalais aux acteurs de l’industrie musicale, nous nous sommes intéressés à qui de la scène hip-hop québécoise sera mis de l’avant.

Voici le top 5 des spectacles à ne pas manquer.

1. Ghost Club Records x Multiply MTL Showcase

Une compilation rap pûrement montréalaise est née de la collaboration entre Multiply MTL et

l’étiquette Ghost Club Records. Avec un contenu à 100% original enregistré, mixé et masterisé au légendaire Apollo Studios, on y retrouve des artistes autant établis qu'émergents ainsi qu'une légende du rap québécois. Le line up du show est plein à craquer de talent et sera sans aucun doute le showcase de rap québécois le plus complet du festival. Sur scène, on retrouvera Aaricia, Ogee Rodman, DeusGod, Imposs, LaF, Maky Lavender, Kevin Na$h, BUSY NASA, JT Soul,  De.Ville,  Osti One, Mori$$ Regal , ST avec les DJs: ASMA, Lowpocus, PRO-V & DJ NAV

[ • • • ]

2. FouKi x Zach Zoya x Rowjay + After-party au Don B

Un spectacle bénéfice pour la Fondation du Dr. Julien mettant en vedette les jeunes étoiles montantes du rap queb. En plus d’être une belle vitrine sur la relève, ce spectacle offre la chance aux fans et délégués de voir les artistes qui ont le plus de chance de s’exporter à l’international. Finalement, les trois sont reconnus pour des performances live pleines d’énergie. Ce show est donc un must. De plus, un after party aura lieu au Don B sous les bons soins de Shash’U.

3. LOST x White-B en showcase privé

Le mouvement 5sang14 n’est pas près de ralentir et vous pourrez assister à toute sa puissance lors d’iun showcase privé. Lost, qui sortira bientôt sa nouvelle mixtape, et White-B seront le main event, mais avec les projets récents de Random et Gaza et le projet à venir de MB, attendez-vous à la présence du crew en entier. Le festival M pour Montréal, qui est produit par la même équipe que le OUMF, fait bien de laisser un espace au street rap qui mérite amplement plus de visibilité dans les programmations.

4. Naya Ali x Kris the $pirit à M Pour Minuit

En terme de rap anglophone, Kris the $pirit et la MC Naya Ali sont dans les plus underrated. Ces deux artistes laissent transparaître leur vécu dans leur musique qui est une touche plus profonde et sombre que le trap habituel. Ils sont des artistes à découvrir et l’appellation M pour Minuit est un match parfait pour leur style de rap mélancolique.

5. Shelmi à M pour Montréal

Ce groupe de rap français amènera leur style unique sur scène durant ce festival qui sert aussi à faire des découvertes de talents internationaux. Les ayant découvert à travers leur vidéo produit par notre William Fradette national, ils font partie des concerts à ne pas rater.

Bonus

Loud + invités / M pour Montréal

Malgré que le show de Loud soit sold-out, on peut s’attendre à beaucoup de surprises et il faudra faire tout pour tenter d'y assister si vous n’avez pas déjà vos billets.

 

Musique - Entrevues

Michelle Paquet, Bible Urbaine, 1 novembre 2018

«La petite anecdote de…» Hubert Lenoir et la chanson «Ton Hôtel»

Un peu de Luc De Larochellière, un peu de Serge Gainsbourg

À l'occasion, Bible urbaine demande à des artistes de tous horizons de nous raconter une anecdote ludique, touchante ou évocatrice sur un thème inspiré par son œuvre. Cette fois, nous avons demandé à Hubert Lenoir de nous raconter ce qui a inspiré sa chanson «Ton Hôtel».

«C’est peut-être [la chanson] qui fait le plus de liens directs avec les thèmes ou même les situations qui sont dans le roman, pis en même temps, dans la chanson, il y a des lignes qui sont dans mes préférées sur l’album.»

[ • • • ]

«Ça a jamais été dit, mais la première ligne [de “Ton Hôtel”], ça vient d’une toune de Luc De Larochellière. Je voulais dire un peu le contraire. J’étais révolté en l’écoutant. Franchement, “on est seulement ce que l’on peut”, ben voyons. Respect à Luc, mais j’ai été confronté par ça, et ça m’a starté pour cette chanson-là.»

«On est seulement ce que l’on peut. On est rarement ce que l’on croit» – «Si fragile» – Luc De Larochellière

«Et on dit qu’on est ce que l’on peut. Après coup on est ce que l’on veut» – «Ton Hôtel» – Hubert Lenoir

«Après, pour le bout avec Bardot pis Guerlain, ça vient de “B.B.” de Serge Gainsbourg. C’était peut-être la dernière ligne qu’il me restait à écrire. Je trouvais qu’il y avait une connotation sexuelle intéressante, mais je me souviens plus c’était quoi *rires*.»

«Ton Guerlain sur mon Brigitte Bardot. C’est un rôle qui te colle à la peau» – «Ton Hôtel» – Hubert Lenoir

«Elle ne porte rien d’autre qu’un peu d’essence de Guerlain dans les cheveux» – «Initials B.B.» – Serge Gainsbourg

«J’ai une espèce de relation, et je pense que c’est la même chose pour Noémie, romantique avec les hôtels. Je trouve ça poétique pis beau. C’est un endroit éphémère où tu dors, ça devient ta maison pour un soir.»

«Quand t’es dans les hôtels, tu vis rapidement. La tournée, c’est intense, et moi je suis quand même attiré par un genre de mode de vie excessif, mais de retourner à l’hôtel avec un lit confortable, c’est vraiment beau.»

Depuis cette conversation avec Hubert, il a continué d’offrir des spectacles un peu partout au Québec, au Canada comme en Europe; il a gagné quatre Félix et a fait couler beaucoup, beaucoup d’encre. Il sera en spectacle à Montréal le 14 novembre prochain à la Sala Rossa dans le cadre de M pour Montréal.

«C’est peut-être [la chanson] qui fait le plus de liens directs avec les thèmes ou même les situations qui sont dans le roman, pis en même temps, dans la chanson, il y a des lignes qui sont dans mes préférées sur l’album.»

«Ça a jamais été dit, mais la première ligne [de “Ton Hôtel”], ça vient d’une toune de Luc De Larochellière. Je voulais dire un peu le contraire. J’étais révolté en l’écoutant. Franchement, “on est seulement ce que l’on peut”, ben voyons. Respect à Luc, mais j’ai été confronté par ça, et ça m’a starté pour cette chanson-là.»

«On est seulement ce que l’on peut. On est rarement ce que l’on croit» – «Si fragile» – Luc De Larochellière

«Et on dit qu’on est ce que l’on peut. Après coup on est ce que l’on veut» – «Ton Hôtel» – Hubert Lenoir

«Après, pour le bout avec Bardot pis Guerlain, ça vient de “B.B.” de Serge Gainsbourg. C’était peut-être la dernière ligne qu’il me restait à écrire. Je trouvais qu’il y avait une connotation sexuelle intéressante, mais je me souviens plus c’était quoi *rires*.»

«Ton Guerlain sur mon Brigitte Bardot. C’est un rôle qui te colle à la peau» – «Ton Hôtel» – Hubert Lenoir

«Elle ne porte rien d’autre qu’un peu d’essence de Guerlain dans les cheveux» – «Initials B.B.» – Serge Gainsbourg

«J’ai une espèce de relation, et je pense que c’est la même chose pour Noémie, romantique avec les hôtels. Je trouve ça poétique pis beau. C’est un endroit éphémère où tu dors, ça devient ta maison pour un soir.»

«Quand t’es dans les hôtels, tu vis rapidement. La tournée, c’est intense, et moi je suis quand même attiré par un genre de mode de vie excessif, mais de retourner à l’hôtel avec un lit confortable, c’est vraiment beau.»

Depuis cette conversation avec Hubert, il a continué d’offrir des spectacles un peu partout au Québec, au Canada comme en Europe; il a gagné quatre Félix et a fait couler beaucoup, beaucoup d’encre. Il sera en spectacle à Montréal le 14 novembre prochain à la Sala Rossa dans le cadre de M pour Montréal.

 

Agenda des concerts à ne pas manquer en novembre à Montréal

Emma, RocknFool, 1 novembre 2018

AGENDA – Tour d’horizon des concerts qu’on ne manquerait pour rien au monde à Montréal en ce morne mois de novembre.

L’été indien est définitivement terminé, et les manteaux et tuques ont fait leur grand retour. La grisaille s’est également installée. Pour compenser nos sautes d’humeur régulières en ce mois de transition, quoi de mieux que d’aller nous réchauffer le cœur et l’âme dans des salles de concerts ? Ça tombe bien en plus, car ce mois de novembre est très folk. Ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Jeudi 1er novembre au dimanche 11 novembre :

[ • • • ]

Accroche toi bien, car le Festival Coup de cœur francophone revient à Montréal. On t’en a déjà parlé par ici, mais au cas où tu aurais laissé passer ça, sache qu’il saura possible d’aller écouter Dany Placard, Laura Babin, Les Hôtesses d’Hilaire, Gazoline, Bernhari, Dave Chose, Saratoga, Salomé Leclerc, Stéphanie Boulay et bien d’autres artistes québécois.

Vendredi 2 novembre :

Soirée de la douceur au O Patro Vys avec l’inspirant Nolton Lake, accompagné ce soir-là d’Eric Trapper

Dimanche 4 novembre :

On a moins accroché avec Best Epic le dernier album d’Iron & Wine. Mais bon, un concert avec Samuel Beam au Théâtre Corona et probablement des titres des albums précédents, on ne peut pas cracher dessus.

Mardi 6 novembre :

Christine & The Queens pour sa première montréalaise depuis la sortie de son deuxième album. Enfin, nous devrions dire Chris (barré donc). La Française devrait proposer un gros show à Place Bell pour présenter ses nouvelles chansons.

Vendredi 9 novembre :

Une date gravée dans la roche : Gregory Alan Isakov d’abord prévu à l’Astral, puis déplacé au Théâtre Corona (à cause de la demande) viendra inonder la salle de son folk doux et généreux. L’occasion d’entendre ses nouvelles chansons, ainsi que Haley Heynderickx en première partie. Du côté du MTelus, les Américains Young the Giant assureront le show.

Dimanche 11 novembre :

On a adoré leur dernier album Go To School. The Lemon Twigs va très certainement foutre le feu au Théâtre Corona. On ramène les briquets.

Mardi 13 novembre :

La dernière fois qu’on le voyait, on était déjà au Québec. Et que ce soit à Montréal, ou à Québec, le show était absolument fabuleux. Kristian Matsson est de retour au MTelus pour présenter un show intitulé « une soirée avec The Tallest Man On Earth« . Une mystérieuse appellation qui nous fait trépigner comme jamais.

Vendredi 16 novembre :

Du rock canadien au Petit Campus, avec les très bons Yukon Blonde accompagnés ce soir-là de The Zolas. Au Théâtre Fairmount c’est l’envoûtante Helena Deland qui jouera quelques nouvelles chansons tirées de ses nombreux EP. Enfin, les foufous Zen Bamboo seront du côté de la Vitrola pour faire suer et danser le public montréalais comme il se doit. L’occasion également de fêter la sortie de leur dernier EP, Volume IV.

Samedi 17 novembre :

Elliot Maginot lancera son album au Théâtre Fairmount en compagnie d’un autre revenant : l’Australien Hein Cooper. Il y dévoilera les chansons de Comrades, son deuxième album. Dans un tout autre style, et sûrement dans une toute autre ambiance, LOUD envahira le MTelus pour continuer à faire danser les Montréalais.

Mardi 20 novembre :

Une perle la mélancolie et de douceur se présentera au Théâtre Fairmount avec son tout premier album, Birthplace, sorti il y a quelques jours à peine : le Gallois Novo Amor. À ne pas rater sous aucun prétexte (même si c’est déjà complet).

Mercredi 21 novembre :

Une valeur sûre pour les amateurs de jazz-pop instrumental : le trio MISC qui sera cette fois-ci à la Maison de la culture Maisonneuve.

Vendredi 23 novembre :

Un des meilleurs groupes de blues contemporain est de passage à Montréal après un concert (trop court) cet été sur les plaines d’Abraham. John Butler Trio déposera ses valises remplies de banjo, contrebasse et autres victuailles au Théâtre Corona. À la Tulipe, c’est Pomme qui nous charmera avec ses chansons folk mélancoliques toutes plus belles les unes que les autres.

Samedi 24 novembre :

Après avoir gagné le Félix de l’album folk de l’année pour Désherbage, Tire le Coyote s’en vient triomphant (et bien méritant) au National. Un beau concert en perspective.

Lundi 26 novembre :

Soirée cocon folk australien au Théâtre Corona, avec le retour de The Paper Kites qui viennent présenter leur nouvel album On the Corner Where You Live. Dans un tout autre style, Alex Burger fera vibrer l’Esco’ aux côtés de Jeffrey Lewis & Los Bolts.

Vendredi 30 novembre :

Pour finir le mois, soirée mystique et atmosphérique avec l’Américaine Marissa Nadler, et du duo canadien Thus Owls au Ritz.

 

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés