2 septembre 2020

Plants and Animals dévoile un nouvel extrait, Le Queens

Le vidéoclip en primeur via La Presse
The Jungle disponible le 23 octobre via Secret City Records
Dates de tournée annoncées

Aujourd’hui, le groupe Plants and Animals lance un tout nouvel extrait et le vidéoclip de Le Queens. Il s’agit d’une chanson francophone avec la voix d’Adèle Trottier-Rivard, inspirée par une soirée passée à Queens, NY. La nouvelle chanson et le vidéoclip sont dévoilés en primeur ce matin via La Presse et via Consequence of Sound, avec un article de la série Origins à propos de la pièce. The Jungle, le cinquième album studio du groupe, sera lancé le 23 octobre via Secret City Records. La formation annonce aussi de toutes nouvelles dates de tournée, qui auront lieu dans ce qui sera, nous l’espérons tous, un monde post-COVID-19. Consultez l’itinéraire complet ci-dessous; d’autres dates seront annoncées prochainement.

Le groupe partage l’inspiration de la chanson : Woody s’est procuré cette machine qui permet à une batterie de jouer des échantillons, mais il ne savait pas comment l’utiliser. Malgré tout, il a découpé des accords de guitare de Warren et les a joués avec sa grosse caisse. Le résultat est un jam onirique et chancelant auquel nous nous sommes tous attachés. Nic a écrit la majorité des paroles en attendant en ligne chez Home Depot. Ça raconte une soirée dans Queens, à danser avec des inconnus, en remontant dans le temps au ralenti, tout en tombant amoureux.

Le vidéoclip, réalisé par Yann-Manuel Hernandez, met en vedette le légendaire auteur-compositeur-interprète québécois Michel Rivard. Le réalisateur à propos du processus créatif et du contexte entourant ce moment inattendu : Le Queens est un hommage au cinéma québécois des années 1960 et 1970, à la Nouvelle Vague, à Groulx, au réveil du Québec, à l’amour qui perdure malgré tout, aux esprits libres et à la folie de la vie. Le groupe a complètement embarqué et nous avons même réussi à organiser un petit spectacle dans une ruelle de Montréal pour documenter des moments de vie. Cet aspect atypique se reflète aussi dans l’idée d’ajouter un épilogue au vidéoclip avec Michel Rivard, le fondateur de Beau Dommage, qui recrée une scène emblématique de la Nouvelle Vague : Rivard incarne Devos, et Spicer joue Belmondo.

Précommandez The Jungle ici.

The Jungle démarre avec une batterie électronique qui sonne comme des insectes la nuit. Tout un univers prend vie dans les ténèbres. C’est beau, complexe et déstabilisant. Systématique et chaotique. Juste de l’instinct, sans plan. Les voix raillent, « yeah yeah yeah ». Ce moment trouble où on remarque sa propre réflexion dans l’ombre.

Chaque chanson est un tel paysage. La première finit abruptement et on devient un gamin qui regarde la lune à travers la fenêtre d’une voiture en se demandant comment elle peut demeurer aussi près alors qu’on file à toute vitesse le long d’une masse floue d’arbres. On voit une maison s’enflammer en tons de jaune, avec des échos du disco étrange de Giorgio Moroder, Donna Summer et David Bowie. On est pilonné par le rythme, puis libéré alors que l’environnement change soudainement — le vent se dissipe, la clarté revient. On est sous un lampadaire de Queens, dans la brume, au ralenti, en train de tomber amoureux. Et on parle maintenant en français, si ce n’était pas déjà le cas. Bienvenue.

Plants and Animals

SPECTACLES

26 septembre 2020
Le Ministère (POP Montrél) • Montréal, QC - COMPLET

17 février 2021
Underdogs • Prague, CA

18 février 2021
Klub RE • Krakow, PL

19 février 2021
Kantine Berghain • Berlin, DE

20 février 2021
Vera • Groningen, NL

21 février 2021
Luxor Live • Arnhem, NL

23 février 2021
The Albert • Brighton, UK

24 février 2021
The Lexington • London, UK

26 février 2021
Le Pop Up du Label • Paris, FR

12 mars 2021
D'auteuil • Québec, QC

13 mars 2021
La Petite Boîte Noire • Sherbrooke, QC

18 mars 2021
La Tulipe • Montréal, QC

19 mars 2021
Beat et Betterave • Frelighsburg, QC

26 mars 2021
Vieux Couvent • Saint-Prime, QC

27 mars 2021
Bistro Summum • Chicoutimi, QC

Voici des expériences personnelles vécues dans un monde instable, des expériences qui nous renvoient ce monde directement au visage, même par accident. Il y a une chanson que Nic chante à son fils adolescent rendu anxieux par les changements climatiques et le passage à une indépendance inexplorée. Le groupe transporte le tout doucement ensemble jusqu’au bleu de l’horizon. Warrena écrit les paroles d’une autre pièce peu après avoir perdu son père. Le thème est que les choses dont on hérite ne sont pas nécessairement les choses qu’on désire. De façon plus générale, c’est la situation dans laquelle se retrouvent beaucoup de gens en ce moment.

Plants and Animals est un emblématique trio montréalais qui a commencé à jouer ensemble à un jeune âge, puis qui a conquis la scène internationale en 2008 avec Parc Avenue, se bâtissant un bassin d’admirateurs diversifié grâce à ses disques autoproduits et ses intenses concerts. Parc Avenue a été encensé par la critique (Pitchfork 8/10) lorsqu’il a été lancé, en plein durant le moment musical où Montréal était considéré comme le nouveau Seattle. Un brillant trio d’auteurs-compositeurs, Plants and Animals est également incroyablement puissant sur scène, comme les musiciens l’ont prouvé lors de nombreuses tournées mondiales, où ils ont notamment assuré la première partie de Portugal. The Man, Gnarls Barkley et plusieurs autres. Trois autres albums ont suivi, maintenant l’engouement pour la formation : La La Land (2010) des chansons complexes et superbes qui semblent aussi instinctives que le désir lui-même. (Paste Magazine), The End of That (2012) dynamique, constamment stimulant (Spin) et Waltzed in from the Rumbling (2016) leur moyenne au bâton est incroyablement forte ★★★★ (Q Magazine). Le groupe a été inclus sur la courte liste (2008) et la longue liste (2010) du Prix de musique Polaris et a reçu de multiples nominations aux prix Juno et au Gala de l’ADISQ au fil des ans.

Facebook  Twitter Instagram

Téléchargement : Pochette (jpg)Photo de presse (jpg) Crédit: Dominique Berthiaume

PlantsAndAnimals.ca

 
Plants and Animals unveils new single Le Queens
Videoclip premiering via La Presse
The Jungle out october 23 via Secret City Records
Tour dates announced!

Today, Plants and Animals are releasing a brand new single and video for Le Queens. A French song featuring Adèle Trottier-Rivard on vocals, the theme was inspired by an evening spent in Queens, NY. The new song and video are premiering this morning via La Presse and via Consequence of Sound, alongside an Origins feature about the track. The Jungle, their fifth studio album, is set to be released October 23rd via Secret City Records. The band is also announcing brand new tour dates, in what we all hope will be a post COVID-19 world. See full routing below, more dates will be added shortly.

The band shares the inspiration behind the song : Woody got this machine that makes a drum kit play samples and he didn’t know how to use it. But he chopped up some of Warren’s guitar chords and played them with his bass drum anyway. So it all ended up as this wobbly, dreamy jam that we all got attached to. Nic wrote most of the lyrics in the lineup at Home Depot. They’re about an evening in Queens, dancing among strangers, time moving backwards in slow motion and falling in love.

The music video, directed by Yann-Manuel Hernandez, features Quebec's acclaimed singer-songwriter Michel Rivard. The director shares the creative process and context of this unexpected moment : Le Queens is a tribute to the Quebec cinema of the 60s and 70s, to the Nouvelle Vague, to Groulx, to Quebec waking up, to the love that persists in spite of everything, to life's free spirit and its craziness. The band got totally on board and we even managed to create a little show in an alleyway in Montreal to capture documentary moments of life. This atypical side is also reflected in the idea of adding an outro to the music video with Michel Rivard, founder of Beau Dommage, who re-enacts an emblematic scene from the Nouvelle Vague: Rivard plays Devos, Spicer plays Belmondo.

Pre-order The Jungle here.

The Jungle starts with electronic drums that sound like insects at night. A whole universe comes alive in the dark. It’s beautiful, complex and unsettling. Systematic and chaotic. All instinct, no plan. Voices taunt,“yeah yeah yeah.” This tangled time in which we find ourselves is reflected back in shadows.

Every song is such a landscape. The first one grinds to a halt and you become a kid looking out a car window at the moon, wondering how it’s still on your tail as you speed past a steady blur of trees. You watch a house go up in a yellow strobe that echoes the disco weirdness of Giorgio Moroder, Donna Summer and David Bowie. You get pummeled by a rhythm then set free by a sudden change of scenery—the wind stops, clarity returns. You’re under a streetlight in Queens, soft focus, slow motion, falling in love. You speak French now too, in case you didn’t already. Bienvenue.

These are personal experiences made in a volatile world, and they reflect that world right back at us, even by accident. There’s one song Nic sings to his teenage son who was dealing with climate change anxiety and drifting into uncharted independence. The band carries it out slowly together into a sweet blue horizon. Warren wrote the words to another shortly after losing his father. It’s about the things we inherit not necessarily being the things we want. In a broader sense, that’s where a lot of people find themselves right now.

Plants and Animals is an iconic Montreal-based trio that began playing together as kids and emerged on the international scene in 2008 with Parc Avenue The band has developed a varied cult following ever since, built on the shoulders of their self-produced records and their intense live shows. Parc Avenue was a critically acclaimed record (Pitchfork 8/10) released during the famous Montreal-is-the-new-Seattle music moment. This release set Plants and Animals as an incredible live force, a powerful songwriting trio and opened doors for them to tour the world many times over with people like Portugal. The Man, Gnarls Barkley and more. Three other releases followed and kept the band’s status up high: La La Land (2010) they’re complicated and gorgeous [songs] and feel as innate as desire itself. (Paste Magazine), The End of That (2012) vibrant, constantly rewarding (Spin) and Waltzed in from the Rumbling (2016) ... the strike rate is remarkably high ★★★★ (Q Magazine). The band was shortlisted (2008) and longlisted (2010) for the Polaris Music Prize and received multiple Juno Awards and ADISQ Awards nominations over the years.

Facebook  Twitter Instagram

Download: Cover (jpg)Photo (jpg) Credit: Dominique Berthiaume

PlantsAndAnimals.ca

 
RELATIONS DE PRESSE
Nathalie Corbeil
nat@natcorbeil.com
(514) 244-7202
MAISON DE DISQUES
Magali Ould
magali@secretcityrecords.com
(514) 658-5962
Facebook Twitter
Nat Corbeil
Secret City Records

 

Mots-clés

Projets culturels

Contact

info@natcorbeil.com
t. 514 244 7202
Facebook Twitter Rss
a. 1513a Sauvé Est, Montréal H2C 2A6

Facebook

Liste d'envoi

Recevez nos communiqués par courriel
Veuillez entrer une adresse courriel valide
Nom    E-mail 
Public Média

Mots-clés